Articles

10/05/08 (B447) AFP : Somalie: un patron de presse arrêté pour incitation à la violence

MOGADISCIO (AFP) — Les autorités de la région semi-autonome du Puntland (nord-est de la Somalie) ont arrêté vendredi le patron d’un groupe de médias audiovisuels pour incitation à la violence, a appris l’AFP auprès de ses collègues et de source officielle.

La police a fait irruption vendredi dans les locaux de la Somalia Broadcasting Corporation (SBC) installés à Bosasso, capitale économique du Puntland, et a arrêté son directeur, Mowlid Haji Abdi.

« Les policiers ont investi la station ce (vendredi) matin vers 09h45 (06h45 GMT) et arrêté le directeur. Ils nous dits qu’ils agissaient sur ordre des autorités locales », a rapporté à l’AFP l’un des employés de SBC, Ahmed Mohamed Mohamud.

Un responsable du Puntland a expliqué à l’AFP, sous couvert de l’anonymat, que l’arrestation de M. Abdi était liée à la diffusion de programmes qui alimentent selon lui l’instabilité dans cette région.

« L’entreprise qu’il dirige crée de l’instabilité à travers ses programmes », a affirmé ce responsable.

Le Puntland a été fondé en juillet 1998 par Abdullahi Yusuf Ahmed, devenu depuis président des institutions de transition somaliennes.

La Somalie, en guerre civile depuis 1991, a été le second pays le plus dangereux après l’Irak pour les journalistes en 2007, selon le Comité de protection des journalistes (CPJ).

Mercredi, Reporters sans Frontières (RSF) a dénoncé une tentative d’assassinat survenue le 4 mai à Bosasso contre une célèbre présentatrice de télévision.

Bisharo Mohammed Waeys, présentatrice d’une émission de divertissement sur la chaîne de télévision privée Eastern Television Network (ETN) et dernière femme, selon RSF, à exercer publiquement le journalisme au Puntland, a été prise sous le feu d’hommes armés alors qu’elle circulait en voiture.

Le lendemain, elle a reçu deux SMS la menaçant d’être abattue si elle n’arrêtait pas son émission, avait dénoncé RSF, rapportant des informations de son organisation partenaire en Somalie, l’Union nationale des journalistes somaliens (NUSOJ).

10/05/08 (B447) AFP : Soutenus par l’ONU, les pourpalers de paix entre les extrêmistes musulmans exilés et le Gouvernement de transition devraient débuter ce samedi à Djibouti à huis clos. Somalia peace talks to get underway in Djibouti: (En Anglais – Info lecteur)

NAIROBI (AFP) — Somali government officials and exiled Islamist opposition leaders are to hold face-to-face peace talks in Djibouti, the United Nations special envoy to the country said Friday.

Ahmed Ould Abdallah said the UN-sponsored talks will start on Saturday, sitting seven members of Prime Minister Nur Hassan Hussein’s transitional executive at the same table as seven opposition figures, mainly Islamists.

Somalia has been wracked by civil war since 1991, with the capital Mogadishu plagued with political and civil unrest, food riots, and attacks on Western aid agencies.

The closed-doors discussions are expected to last up to a week, with Ould Abdallah expressing optimism after two failed peace conferences in 2007.

« You make peace in the first instance with your enemies, not your friends, » Ould Abdallah said in a statement. The talks will be « without external influence, » he added.

Since taking office in November, Hussein has engaged Somalia’s Islamist opposition — unlike his predecessor Ali Mohamed Gedi.

The signs of hope for Somalia, where civil chaos has defied more than a dozen peace initiatives since former president Mohamed Siad Barre was ousted in 1991, come even as violence continues to rage across the country.

The Islamic Courts Union, a militia which ousted US-backed warlords from Mogadishu in 2006, briefly ruled large parts of the country before being defeated by Ethiopian forces last year.

Separately a US air raid on May 1st killed at least 12 people, including an alleged Al-Qaeda leader in the country.

Ethiopian-backed Somali government troops are still battling the movement’s military wing and allied clans in a guerrilla war which has left thousands dead and displaced hundreds of thousands.

Hardliners from Somalia’s dominant Hawiye clan and the Islamist opposition had refused to take part in previous reconciliation attempts, arguing that talks should be held outside of Somalia and only after an Ethiopian withdrawal.

But the leader of the Alliance for the Re-liberation of Somalia — an opposition umbrella group based in Asmara, Eritrea, and dominated by Islamists — told AFP last month that his movement was willing to give Hussein a chance.

10/05/08 (B447) ALERTE / Et si le différend frontalier avec l’Erythrée ne servait qu’à masquer une sanglante répression dans le Nord, avec des opérations qui ont commencé il y a quatre jours ? (Informations transmises par Uguta-Toosa)


Dessin de Roger Picon pour l’ARDHD
Une opération de répression dans le nord de Djibouti

Les opérations de l’armée djiboutienne dans le nord de Djibouti ont apparemment plusieurs objectifs.

Selon l’un des représentants de l’opposition djiboutienne à
Aysa’ita, des opérations de ratissage sont menées depuis
quatre jours dans les régions autour de Moussa-Alli jusqu’aux pieds de cette montagne.

La personne qui nous a rapporté cette information affirme que plusieurs civils, en particuler des jeunes ont été appréhendés, durant les opérations.

Notre source déclare qu’il s’agit d’une campagne de répression dans la mesure où d’autres jeunes ont fait l’objet d’arrestation plus musclée. On déplore l’arrestation de plusieurs jeunes nomades, surtout à Margoyta et à Madgoul au pieds de Moussa-alli. Pour l’instant nous n’avons encore que les noms de trois jeunes hommes mentionnés ci-dessus :

Ali mohamed ali
ali mohamed aboubaker
mohamed ali…

Ces trois jeunes gens seraient détenus actuellement par l’armée djiboutienne qui prétend que son nouveau positionnement dans la région a été décidé, en riposte à la pénétration des troupes érythréennes sur le territoire national.

Il est à craindre que la sortie médiatique du chef d’Etat djiboutien et la prétendue querelle de frontière avec l’Erythrée ne soient qu’une diversion pour éradiquer la moindre contestation dans les rangs de la communauté afar. « 

Information transmise
par Uguta-Toosa

10/05/08 (B447) Communiqué en Anglais du SOCEPP sur les violences commises dans les territoires frontaliers entre l’Ethiopie et le Soudan, en particulier contre des fermiers éthiopiens, en proie aux soldats soudanais qui ont franchi la frontière.

MAY 10/2008

EPRDF ALLOWS SUDAN TO VIOLATE RIGHTS OF ETHIOPIANS

It is now confirmed that the EPRDF has ceded Ethiopian territory to the Sudan and Sudan has subsequently occupied Ethiopian land and violated the rights of Ethiopian farmers especially in the border regions of Gondar.

Sudanese soldiers occupying Ethiopian land have abducted more than 34 Ethiopians from several farms and taken them to the Sudan where they are still being held. These same soldiers have burnt dozens of huts and destroyed farm property.

The regime in Addis Ababa, a human rights violator by its own right, has chosen to remain silent on the aggression and human rights violation. The close political relation between the Khartoum and Addis Ababa regimes has almost always worked against the human rights of Ethiopians. Sudan has deported,since 1991, dozens of Ethiopian refugees of whom many,like Azanaw Demile and Atanaw Wassie, have disappeared without a trace in the dungeons of the Meles Zenawi regime.

The hardship pf Ethiopian refugees in the Sudan knows no limit and the situation has continued to worsen. The ongoing handing over of Ethiopian territory to the Sudan is liable to be resisted by Ethiopians and it can be said safely that Sudanese army occupation of the land does not augur well in terms of human rights and the respect of the rule of law.

SOCEPP calls for the immediate withdrawl of the Sudanese army from Ethiopian land and the unconditional release of the Ethiopian farmers abducted by Sudanese soldiers and taken to the Sudan. International pressure should be strongly put on the Sudanese government to respect the rights of Ethiopian refugees.  

INJUSTICE ANYWHERE IS INJUSTICE EVERYWHERE
SOCEPP, POSTFACH 51213, BERLIN 13372,GERMANY
E MAIL: SOCEPP @AOL.COM,
WEB SITE: WWW.SOCEPP.DE

10/05/08 (B447) GAROWE ONLINE : les éthiopiens remettent « en selle » un ancien chef de guerre – Ethiopia troops return warlord to power in Somalia region (En Anglais – Info lecteur)

BELETWEIN, Somalia May 9 (Garowe Online) – A notorious warlord in central Somalia has returned to his former seat of power at a provincial capital after being forced to flee in April by Islamist guerrillas.

Yusuf Daboged, the former governor of Hiran region, told reporters by telephone that he is the « legitimate » governor of Hiran.

Mr. Daboged said he is in the outskirts of Beletwein, the capital of Hiran, although hundreds of Ethiopian soldiers backed by armored trucks entered the town early Friday for the first time in weeks.

The former governor appealed to the residents of Hiran to remain calm and to cooperate with authorities in improving local security.

Beletwein residents said Ethiopian troops moved into the interior of the city and immediately took positions at all important government buildings, including the State House and police stations.

Other soldiers were seen standing guard along the town’s main roads.

Last week, Somali Prime Minister Nur « Adde » Hassan Hussein issued a decree replacing former Hiran Gov. Daboged with a new regional administration led by Mohamed Ahmed Mohamed.

But many officials of the new Hiran regional authority have refused to accept their posts, citing insecurity and lack of resources. [ Full story]

It is not clear why the Ethiopian army has returned Mr. Daboged to Beletwein, especially in light of the Prime Minister’s decree.

Ethiopian troops backing the Somali transitional government invaded Somalia in December 2006 to dislodge an Islamist militia that was ruling the capital Mogadishu at the time.

The Islamists then withdrew and began a costly insurgency targeting Somali and Ethiopian troops and allies, with thousands of civilians killed in the crossfire.

10/05/08 (B447) JDD : Somalie: Les islamistes s’emparent d’un camp. Une ombre sur la tenue de discussions à Djibouti ?

Des rebelles islamistes se sont brièvement emparés jeudi soir d’une importante caserne de la police au coeur de Mogadiscio, ont annoncé des habitants de la capitale somalienne.

Un porte-parole des islamistes, Adbullahi Issa Adow, a déclaré que les miliciens avaient tué huit policiers et enregistré deux pertes dans leur camp.

Cette attaque, dans un quartier sous haute surveillance proche du port et de l’aérodrome de la capitale, fait suite à une recrudescence des combats entre les islamistes et les troupes gouvernementames soutenues par leurs alliés éthiopiens.

Ces affrontements ont fait une vingtaine de morts.

La montée des violences jette une ombre sur les pourparlers de paix entre le gouvernement provisoire somalien et les opposants en exil prévus à partir de lundi à Djibouti sous l’égide des Nations unies.

10/05/08 (B447) LE MONDE / Somalie: libération d’un patron de presse arrêté vendredi

Le patron d’un groupe de médias audiovisuels arrêté vendredi pour incitation à la violence par les autorités de la région semi-autonome du Puntland (nord-est de la Somalie) a annoncé samedi avoir été libéré dans la nuit, sans qu’aucune charge ne pèse contre lui.

« J’ai recouvré ma liberté. Les responsables policiers m’ont dit qu’ils étaient mécontents d’un reportage sur des violences qui ont eu lieu jeudi soir à Bosasso », la capitale économique du Puntland, a déclaré Mowlid Haji Abdi par téléphone à l’AFP.

« Je ne pense pas que nous ayons diffusé de fausses nouvelles », a-t-il ajouté, affirmant que les autorités du Puntland avaient violé la liberté d’expression en l’arrêtant.

La police avait fait irruption vendredi dans les locaux de la Somalia Broadcasting Corporation (SBC) à Bosasso et avait arrêté son directeur, Mowlid Haji Abdi.

Un responsable du Puntland avait expliqué à l’AFP que l’arrestation de M. Abdi était liée à la diffusion de programmes qui alimentent selon lui l’instabilité dans cette région.

Le Puntland a été fondé en juillet 1998 par Abdullahi Yusuf Ahmed, devenu depuis président des institutions de transition somaliennes.

La Somalie, en guerre civile depuis 1991, a été en 2007 le second pays après l’Irak le plus dangereux pour les journalistes, selon le Comité de protection des journalistes (CPJ).

09/05/08 (B447) Avis de recherche – Où est Hassan Saïd – Il serait parti pour l’étranger ? Si un lecteur peut nous donner des informations sur sa destination, elles pourraient certainement être très utiles, puisqu’il est sous le coup d’un mandat d’arrêt international … (ARDHD)

Nous remercions tous les internautes qui pourraient nous donner des informations sur le déplacement d’Hassan Saïd à l’étranger, qui nous a été signalé par des correspondants.

Vous pouvez nous envoyer un e-mail de façon tout à fait confidentielle à :
equipe@arhd.org

Bien entendu, l’ARDHD garantit, comme l’a toujours fait dans le passé, le secret de ses sources.