Articles

02/02/2015 (Brève 449) Selon un article de LOI, la partie gouvernementale ne se précipiterait pas pour appliquer les différentes résolutions inscrites dans l’accord-cadre du 30 décembre 2014

Confirmant les craintes que nous avions exprimées dans nos articles précédents, LOI précise que si l’opposition a mis en application les résolutions de l’accord-cadre du 30 décembre (fin des manifestations, participation de ses élus à l’A.N.,..), il n’en est pas de même du côté du Gouvernement.

Parmi les points qui auraient du être appliqués et qui ne le sont toujours pas, LOI cite :
– la réintégration des députés de l’USN et le paiement de leurs arriérés,
– l’amnistie des trois religieux,

– la restitution de la caution payée pour les élections de 2013,

Parmi les points dont l’application a pris du retard :
– la commission paritaire en charge de proposer un accord pour la création d’une CENI indépendante et pour préciser le statut de l’opposition. Elle aurait du se réunir immédiatement après la signature de l’accord et ce n’est que le 21 janvier qu’elle a commencé les travaux qui devraient être achevés le 21 février (30 jours)

Parmi les seuls points appliqués :
– la restitution des passeports qui avaient été confisqués aux dirigeants de l’USN,
– la retransmission sur la RTD de certains événements organisés par l’opposition

Lire l’article (payant) sur LOI : IOG joue au chat et à la souris avec l’USN
______________________ Note de l’ARDHD
Bien qu’il soit encore un peu tôt pour en tirer des conclusions définitives, il semble que le régime de Guelleh ne soit pas encore disposé à accepter des concessions démocratiques de base ….

30/05/08 (B449-B) NAIROBI (AFP) – Des pirates somaliens s’emparent de deux cargos dans le golfe d’Aden (Info lectrice)

Des pirates somaliens se sont emparés mercredi de deux cargos dans les eaux internationales du golfe d’Aden, portant à trois le nombre de navires capturés dans cette zone cette semaine, a indiqué jeudi à l’AFP un responsable kényan des Affaires maritimes.

Le MV Arean et le MV Lehmann Timber ont été capturés dans le Golfe d’Aden mercredi, a annoncé à l’AFP Andrew Mwangura, responsable du bureau kenyan du Programme d’assistance aux marins, organisation basée à Mombasa (est du Kenya).

"Nous avons la confirmation que les pirates se trouvent à bord des deux navires mais nous n’avons pas encore reçu de demande de rançon", a-t-il déclaré à l’AFP.

M. Mwangura a ajouté que le MV Arean battait pavillon turc et était enregistré à Malte, précisant ne pas encore disposer d’informations sur le second navire.

Dimanche, des pirates somaliens avaient pris le contrôle dans les eaux du golfe d’Aden d’un cargo appartenant à une compagnie néerlandaise et transportant une plate-forme pétrolière démontée.

Dans un communiqué, la compagnie Dutch Reider Shipping avait précisé que le "le MV Amiya Scan, battant pavillon panaméen, avec un équipage composé de quatre officiers russes et de cinq marins philippins, a été pris par des pirates dans les eaux internationales du Golfe d’Aden le 25 mai après qu’il eut quitté le port kenyan de Mombasa le 19 mai en route pour le port roumain de Constanta".

Les eaux proches des côtes de la Somalie, ravagée par la guerre civile depuis 17 ans, sont considérées comme les plus périlleuses du monde pour la navigation. En 2007, plus de 25 navires ont été détournés par des pirates dans les eaux somaliennes.

Le mois dernier, des pirates avaient détenu pendant sept jours les membres de l’équipage du Ponant – 22 Français, six Philippins, une Ukrainienne, un Camerounais – après avoir arraisonné le voilier de luxe français dans le golfe d’Aden.

Ils avaient obtenu une rançon de deux millions de dollars, dont une partie a été récupérée lors d’une opération menée le 11 avril par les forces spéciales françaises.

Fin avril, un thonier espagnol, "Playa de Bakio", avait été attaqué par des pirates armés et son équipage séquestré pendant six jours avant d’être libéré à la suite du paiement d’une rançon de 1,2 million de dollars.

30/05/08 (B449-B) OUF ! Un peu d’argent de poche frais pour Guelleh et ses obligés. La Trésorerie venait à lui manquer !!! AFP La Banque mondiale va consacrer 1,2 milliard d’USD à la crise alimentaire

WASHINGTON – La Banque mondiale (BM) va dégager une enveloppe de 1,2 milliard de dollars pour lutter contre la crise alimentaire, dont 200 millions sous forme de dons qui bénéficieront notamment à Djibouti, Haïti et au Liberia, a annoncé jeudi son président, Robert Zoellick.

"La flambée des denrées alimentaires risque d’aboutir à ce que les individus formant la frange la plus pauvre de la planète ne soient plus un mais deux milliards", a souligné M. Zoellick, pour expliquer cette mesure approuvée un peu plus tôt par le conseil d’administration de l’institution multilatérale.

Ces financements, dont l’octroi pourra être décidé rapidement grâce à un mécanisme d’approbation accéléré, seront puisés dans les caisses de l’Association internationale de développement (AID), la branche de la BM qui aide les plus pauvres, et celles de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), qui prête aux pays émergents.

Ils sont destinés à soutenir des programmes sociaux dits de "filet de sécurité", comme les cantines scolaires ou l’échange de travail contre nourriture, par opposition à l’aide d’urgence.

M. Zoellick n’a pas précisé quelle part de cette somme aurait de toute façon été affectée à des programmes de ce type, et quelle proportion constitue véritablement un surcroît d’engagement de la Banque.

"Ce qui est certain, c’est qu’il y a 200 millions de dollars supplémentaires qui n’auraient pas été dépensés et que nous consacrerons à des dons", a-t-il dit, faisant référence à la partie la plus novatrice du dispositif, à savoir la constitution d’un fonds fiduciaire qui servira à verser des dons de 10 millions de dollars maximum aux pays les plus touchés par la crise.

Ce fonds sera financé grâce aux bénéfices de la BIRD, donc sur les revenus propre de la Banque, est-il précisé dans un communiqué.

Trois pays se sont d’ores et déjà vu octroyer un tel financement qu’ils pourront consacrer à l’achat d’aliments, de semences et d’engrais ou à la compensation du manque à gagner fiscal dû à la crise.

Il s’agit de Djibouti (5 millions de dollars), de Haïti (10 millions) et du Liberia (10 millions).

D’autres devraient suivre, selon la Banque: le Togo, le Yemen et le Tadjikistan.

L’institution a enfin annoncé la création d’un autre fonds multilatéral, consacré au financement des soutiens à la production agricole (semences, engrais).

30/05/08 (B449-B) PRESS TV : Les insurgés somaliens lancent des alertes sur les risques liés à un prochain engagement contre les forces éthiopiennes. Somali insurgents scare locals away (En Anglais – Info lecteur)

Insurgents have begun frightening locals away in southwestern Somalia warning of their imminent engagement with the Ethiopian forces.

Hundreds of civilians began to flee as the insurgents dropped leaflets in the streets of the town of Baidoa cautioning the locals against remaining in the houses near Ethiopian bases, a Press TV correspondent reported.

In the leaflets, the insurgents had said they were about to heavily engage with the Ethiopian troops until they force them into a retreat from the town.

In the absence of a central administration in Somalia, the Ethiopian-backed interim government has been maintaining an uneasy control over the war-battered country.

The African Union Mission (AMISOM), meanwhile, said they expected attacks on their bases south of the capital Mogadishu where the locals have, as well, started evacuating their houses.

30/05/08 (B449-B) RIA Novosti / Moscou appelle la Somalie à ne pas mettre en danger la vie des Russes enlevés par des pirates

MOSCOU, 29 mai – RIA Novosti. Le ministère russe des Affaires étrangères a demandé jeudi aux autorités somaliennes de s’abstenir de toute démarche susceptible de mettre en danger la vie des Russes qui se trouvent à bord du navire néerlandais détourné lundi dernier par des pirates.

"Etant donné que le gouvernement somalien a décidé de recourir à la force pour libérer le navire néerlandais détourné par des pirates le 26 mai dernier et dont l’équipage comprend des citoyens russes, la Russie a vivement demandé aux autorités somaliennes de s’abstenir de toute démarche susceptible de mettre en danger leur vie", a annoncé le ministère russe dans un communiqué publié jeudi sur son site Internet.

Des contacts sont parallèlement maintenus avec l’armateur néerlandais et les gouvernements des pays capables de contribuer à la libération des marins, a précisé la diplomatie russe.

Le cargo Amiya Scan, battant pavillon d’Antigua-et-Barbuda, a été pris d’assaut lundi dernier par des pirates somaliens dans les eaux internationales du golfe d’Aden. Les autorités de la province semi-autonome du Puntland ont dépêché mercredi une unité des forces de sécurité pour tenter de libérer l’équipage du navire qui comprend quatre Russes et cinq Philippins, selon l’AFP.

Le ministre de la Pêche et des Ressources, Ahmed Said Ownur, a confirmé le début de l’opération de libération en précisant que son gouvernement avait demandé à l’armateur, la société néerlandaise Reider Shipping, de ne pas verser la rançon.

La semaine dernière, les forces de sécurité du Puntland ont déjà libéré un navire battant pavillon des Emirats arabes unis détourné par des pirates somaliens.

30/05/08 (B449-B) VOA Les divisions au sein de l’opposition somalienne basée en Erythrée se sont transformées en un conflit ouvert. On ne sait pas encore comment chaque faction va participer aux discussions de paix qui devraient reprendre à Djibouti. / Divisions within Somalia’s Eritrea-based opposition group have turned into an open conflict amid reports the faction headed by hard-line Islamist leader Sheik Hassan Dahir Aweys is seeking to remove moderate Islamist Sheik Sharif Sheik Ahmed as chairman. (En Anglais – Info lecteur)

Aweys supporters say the move is in response to Ahmed’s acceptance of U.N. efforts to initiate peace talks with Somalia’s Ethiopia-backed interim government. VOA correspondent Alisha Ryu has the story from our East Africa Bureau in Nairobi.

The deputy chairman of the Islamist-led opposition Alliance for the Re-liberation of Somalia, also known as ARS, tells VOA that he and many others in the group are supporting Sheik Hassan Dahir Aweys’ call to replace the current chairman.

Yemeni president Ali Abdullah Saleh (r) receives head of former Somali Islamic Courts, Sheikh Sharif Ahmed, in Yemeni capital, Sanaa, 29 May 2008

The deputy, Jama’a Mohamed Khalib, says Chairman Sheik Sharif Sheik Ahmed crossed the line when he sent a delegation to Djibouti earlier this month to participate in the U.N.-mediated peace talks, even though Ethiopia, which many Somalis view as an occupying power, has not withdrawn its troops from Somalia.

The pullout of Ethiopian troops had long been a key ARS condition for the start of any talks with Somalia’s secular transitional federal government, which took power from the Islamists in late 2006 after a U.S.-supported Ethiopian military intervention.

Khalib says Ahmed had no right to begin negotiating openly without first forcing the Ethiopians to leave Somalia. Khalib says the opposition general assembly – made up of Islamists, former parliament members and members of the Somali diaspora – will vote on June 15 to remove Ahmed from his post.

Meanwhile, Ahmed and the leader of the ARS general assembly, Sharif Hassan Sheik Adan, are in Yemen, reportedly receiving advice from senior Yemeni officials about how best to proceed toward direct negotiations with the Somali government.

Ahmed declined to speak to VOA about the growing rift within ARS, but earlier this week, Ahmed accused Eritrea of meddling in the group’s affairs.

The two top Islamists in ARS, Ahmed and Sheik Hassan Dahir Aweys, had an uneasy alliance in the Islamic Courts Union before the movement was ousted after six months in power. The men fled to Eritrea, where they established the opposition group last September. From Asmara, the ARS has led a bloody 16-month, anti-Ethiopian, anti-government insurgency that has killed thousands of people and has displaced more than one million others.

African-analyst Richard Cornwell at South Africa’s Institute for Security Studies says he believes it is likely Eritrea is backing Aweys because Asmara, too, opposes any moves to reach a deal with a government backed by Eritrea’s bitter rival in the Horn, Ethiopia.

« Eritrea has absolutely no interest in there being a reconciliation between the ARS and the TFG [transitional federal government]. None. The longer it can keep Somalia boiling, the more they like it, » said Cornwell.

The temporary chairman of ARS and an ally of Sheik Hassan Dahir Aweys, Zakaria Mohamed Haji Abdi, says it is not Eritrea, but the United States and the United Nations that are causing trouble in the region.

« They are trying to divide us, » said Abdi. « Whoever accuses Eritrea for interfering in the alliance is lying. It is the only country who supports us in our struggle to re-liberate our country. »

Somali media is reporting that Ahmed has moved his faction of the alliance to Djibouti and has no plans to return to Asmara.

It is unclear how the split in the ARS will affect the peace talks, which are due to resume on Saturday

30/05/08 (B449-B) XINHUA Les négociations de paix somaliennes seront relancées à Djibouti

NAIROBI, 29 mai (Xinhua) — Le gouvernement somalien de transition et l’opposition relanceront samedi prochain leurs négociations de paix à Djibouti, a annoncé jeudi un responsable de l’ONU en Somalie.

La seconde phase des négociations aura lieu samedi prochain, suivie par la visite d’une délégation du Conseil de sécurité prévue pour les 2 et 3 juin, a déclaré le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour la Somalie, Ahmedou Ould-Abdallah, dans un communiqué.

Dans une lettre envoyée mercredi dernier, M. Ould-Abdallah a appelé la diaspora somalienne à soutenir le processus de paix du pays, traumatisé par les violences.

Il a remercié la diaspora d’avoir inlassablement fait preuve de patriotisme pour soutenir le processus de paix visant à sortir ce pays de la Corne de l’Afrique de la terreur.

"Je vous écris pour vous remercier, vous les membres de la diaspora somalienne, de votre soutien patriotique ininterrompu. J’ai rencontré beaucoup de gens parmi vous au Kenya, en Norvège, en Suède et aux Etats- Unis, et projette d’en rencontrer d’autres en Grande-Bretagne, au Canada et ailleurs dans un proche avenir", a déclaré ce responsable.

"Je vous demande de continuer à soutenir l’actuel processus et notre ambitieux objectif de faire de la Somalie un pays normal et stable, capable de réintégrer l’arène internationale", a-t-il imploré.

Le premier cycle de négociations entre les deux factions rivales somaliennes, visant à parvenir à un accord de paix pour faciliter la distribution des aides humanitaires en faveur de la population somalienne, a pris fin le 16 mai dernier.

30/05/08 (B449-B) 5 personnes dont 4 policiers somaliens tués à Mogadiscio / AFP : Somalie: cinq personnes tuées dans une attaque à Mogadiscio

MOGADISCIO (AFP) — Des militants islamistes ont attaqué un commissariat mercredi à Mogadiscio tuant quatre officiers de police, selon un porte-parole islamiste et des témoins.

Au cours des échanges de tirs les assaillants ont perdu un de leurs hommes, a-t-on ajouté de mêmes sources.

L’attaque a été menée à l’aide de mitrailleuses et de grenades contre le commissariat. "J’ai vu quatre corps de policiers somaliens devant le commissariat. Les assaillants ont pris brièvement le contrôle de la zone et chantaient ‘Allah est grand’", a déclaré un témoin Ali Mohamed Ibrahim.

Un autre témoin, Hassan Moalim, a fait état du même bilan.

Le bilan des islamistes fait cependant état de la mort de cinq policiers.

"Nos forces ont attaqué un commissariat dans le district de Madina et ont tué cinq policiers tandis qu’un de nos hommes est mort en martyr pendant l’attaque", a déclaré Abdirahin Isse Ado, un porte-parole des islamistes.

Depuis le départ des islamistes de Mogadiscio en avril 2007, leurs combattants ont recours à la guerilla visant quotidiennement les autorités somaliennes, les Ethiopiens et la force de maintien de la paix de l’Union africaine.

Selon les ONG et les organisations de défense des droits de l’Homme quelque 6.000 civils ont été tués au cours des combats depuis un an.

La force de l’Union africaine en Somalie est composée de 2.600 soldats d’Ouganda et du Burundi, loin des 8.000 qui étaient prévus.