Articles

22/07/08 (B457) L’UA dans ses contradictions politico-diplomatiques ! / Presse canadienne : L’UA va demander à l’ONU de repousser toute action judiciaire contre le président soudanais pendant un an

ADDIS ABEBA, Ethiopie — L’Union africaine va demander au Conseil de sécurité de l’ONU de différer l’inculpation du président soudanais Omar el-Béchir pendant un an, a déclaré lundi le chef de la diplomatie nigeriane.

Ojo Maduekwe a précisé que l’UA allait présenter sa requête afin de favoriser les avancées dans les négociations destinées à mettre fin au conflit au Darfour.

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Luis Moreno-Ocampo a demandé l’émission d’un mandat d’arrêt contre Omar el-Béchir, en l’accusant de crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide au Darfour, dans l’ouest du Soudan.

« Nous demandons que l’inculpation de la CPI soit différée pour donner une chance à la paix », a déclaré le ministre nigerian des Affaires étrangères, qui s’est exprimé au nom de ses collègues à l’issue d’une réunion du Conseil de paix et de sécurité de l’UA.

Quelque 300.000 personnes, selon les estimations, sont mortes au Darfour depuis que le conflit a éclaté dans la région en 2003 et 2,5 millions d’autres ont été déplacées. Trois juges de la CPI devraient décider dans deux à trois mois si un mandat d’arrêt doit être émis contre le président soudanais.

23/07/08 (B457) LDDH / Sur l’insécurité des humanitaires en République de la Somalie occupée par les forces Ethiopiennes.



Le Président

DIFFUSION D’INFORMATION
DU 21 JUILLET 2008
Sur l’insécurité des humanitaires en République de la Somalie occupée par les forces Ethiopiennes.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) lance un Appel pressant à la Communauté internationale pour enquêter rapidement sur la situation dramatique dans notre Sous Région.

Elle demande la constitution d’une Commission d’Enquête internationale, sous l’égide de la CPI en vue de connaître l’ampleur des crimes contre l’humanité et le génocide du peuple Somalie par les Forces Ethiopiennes en général, et en particulier sur les crimes ciblés contre les humanitaires, les journalistes et les Défenseurs des Droits de l’Homme en Somalie du Sud.

M. NOEL ABDI Jean-Paul

_____________________________________________________
EAST AND HORN OF AFRICA
HUMAN RIGHTS DEFENDERS NETWORK

Public Statement
EHAHRD-Net Index SOM 024/ 005/ 2008
18th July 2008

Kampala: EHAHRDP-Net condemns increasing targeting of members of the Somali human rights community and organizes evacuation of Eleven (11) activists.

The East and Horn of Africa Human Rights Defenders Network (EHAHRDP-Net) is concerned about the current insecurity facing an increasing number of human rights organizations in Somalia, notably a number of its key partners amongst the Somali human rights community.

Most recently, the staff of the Coalition for Grassroots Women Organization (COGWO), a prominent coalition of women’s rights organizations based in Mogadishu and member of EHAHRD-Net, received a series of death threats accusing them of being ‘infidels’ as a result of their efforts to empower women.

On 9th July, COGWO was amongst a list of organizations named in a threatening letter that was published and posted in several public places across Mogadishu.

It is not yet clear who the authors of these threats are. Some of the other organizations threatened on the list are MSF Holland and Care among others.

On the 13th July 2008, a local F.M radio station in Mogadishu, broadcast an interview in which an anonymous interviewee threatened to kill COGWO staff members in particular and human rights activists in general. The organization also received a series of menacing emails notably one on the 15th July in which the Chairperson of COGWO, Ms Sharifa Adow, was personally threatened by whom they believe to be members of the Al-Shabab militia group.

These threats are of particular concern given the current climate, i.e. the recent harassment, kidnapping and targeted assassination of aid workers as well as peace and human rights workers that has greatly increased.

July alone has seen, amongst others, the killing of the head of the United Nations Development Programme (UNDP) in Somalia, Osman Ali Ahmed and, more recently, the killing on Friday 11th July, of Mohamed Mohamud Khayre, Deputy Director of Daryeel Bulsho Guud (DBG), a local humanitarian organisation. DBG was amongst the organisations named on the target list.

« Over the past year, systematic attacks against journalists have become an everyday reality in Somalia; we are now witnessing a similar situation for other human rights defenders. It is becoming almost impossible for HRDs to carry on with their legitimate work in Somalia which further affects the already dire situation facing the civilian population. We are deeply concerned about the safety and security of our Network members and are keen to ensure that they receive the protection and support which they need to continue their vital work whether in Somalia or in exile if need be » said Hassan Shire Sheikh, Chairperson of EHAHRD-Net.

Other members of key human rights organisations notably of the Peace and Human Rights Network (PHRN) and Dr Ismael Jumale Human Rights Centre (DIJHRC), are currently also at risk as a result of an increasingly insecure situation in Mogadishu and the targeted threats against human rights activists.

Given this situation and fearing for the safety and lives of the eleven COGWO staff members, EHAHRDP has organized their evacuation from Somalia. EHAHRD-Net appeals to the authorities of the Transitional Federal Government (TFG):

a.. To abide by its responsibility of ensuring the protection of human rights
defenders and notably their right to life as stipulated in the Transitional
Federal Charter and in numerous international human rights instruments to which Somalia is party;

b.. To investigate in an impartial manner the recent killings of human rights defenders and humanitarian workers;

c.. To ensure that those responsible for this killing are brought to justice and accorded a fair, independent and impartial trial.

EHAHRD-Net appeals to other key stakeholders•

To ensure that human rights defenders in dire situation receive the necessary emergency support they require and that those in exile are given the means to continue their legitimate and essential work.

Finally EHAHRD-Net calls upon the UN, the African Commission on Human and Peoples’ Rights and all other concerned international humanitarian bodies:

a.. To ensure that independent and impartial accountability mechanisms which
conform to international standards are put in place in order to bring an end to
impunity in Somalia and to ensure that those responsible for current and past
violations are brought to justice.

All Network members are encouraged to write to the Somali authorities furthering
this appeal.

Send appeals to:

The Somali Ambassador in Kenya, asking for them to be forwarded to :
Somalia’s President, Col. Abdullahi Yusuf Ahmed: TFG
Ambassador, Mohamed Ali Nur,

PO Box 623-00606
Jabavu Road, Hurlingham
Nairobi, Kenya
Email: mali@somaliembassy.co.ke

Salutation: Dear Sir

For further information, please contact:
Ms Laetitia Bader, Human Rights Officer at advocacy@defenddefenders.org or
+256-775-141756 or call Mr Hassan Shire Sheikh, EHAHRD-Net Chairperson,
directly on +1 905 626 0911
Laetitia Bader
Human Rights Officer
East and Horn of Africa Human Rights Defenders Project
Human Rights House, Plot 1853 Lulume Rd., Nsambya
P.O. Box 70356 Kampala, Uganda
Tel: +256-312-26582
Fax: +256-312-265825
Website: http://www.yorku.ca/crs/AHRDP/index.htm

Hassan Shire
Coordinator
African Human Rights Defenders project-Canada
York University Centre for Refugee Studies
4700 Keele St. Toronto ON Canada M3J 1P3
Tel: +416 736 2100 ext 20519 Fax: +416 736 5837
Email: hshire@yorku.ca
Website: http://www.yorku.ca/crs/AHRDP/index.html

22/07/08 (B457) Presse canadienne / Un Canadien détenu en Ethiopie reçoit la visite de représentants du Canada

OTTAWA — Après 18 mois d’efforts, des représentants canadiens ont enfin réussi à visiter un Torontois détenu pour des raisons mystérieuses dans une prison d’Addis-Abeba, en Ethiopie.

Le ministère des Affaires étrangères a annoncé lundi que des diplomates ont pu voir le détenu canadien Bashir Makhtal vendredi dernier. Un représentant du ministère, Shaun Tinkler, a affirmé que le Canada continuerait de mettre de la pression sur le gouvernement éthiopien pour que les diplomates puissent visiter régulièrement le détenu.

L’avocat de Bashir Makhtal, Lorne Waldman, a dit que le ministère l’avait mis au courant de la visite, mais qu’il ne savait rien de plus. Me Waldman s’inquiète pour son client depuis que des rapports non officiels ont indiqué que Makhtal avait déjà été traduit en justice devant une cour martiale.

M. Tinkler a toutefois affirmé que le ministère « n’avait été avisé d’aucune accusation déposée contre M. Makhtal par les autorités éthiopiennes ».

Citoyen canadien originaire de l’Ethiopie, Bashir Makhtal est arrivé au Canada en tant que réfugié, mais s’est ensuite installé au Kenya. Il se trouvait en Somalie pour affaires lors d’une invasion par des troupes éthiopiennes en 2006. Makhtal a été emprisonné à la frontière Kenya-Somalie.

Selon Human Rights Watch, M. Makhtal faisait partie d’un groupe d’au moins 34 personnes qui ont été déportées en Somalie depuis le Kenya. Le Canadien a ensuite été envoyé en Ethiopie.

Selon certaines rumeurs, le gouvernement éthiopien s’intéresserait à Bashir Makhtal en raison des liens entretenus par son grand-père avec un groupe séparatiste de la région de l’Ogaden.

23/07/08 (B457) Le Portail des Sous-Marins / Les Etats-Unis cherchent à être plus durs contre les pirates.

Les forces militaires américaines et internationales mènent des actions plus agressives au large des côtes d’Afrique alors que des pirates plus violents mettent en péril les cargaisons transportées, en particulier de pétrole.

La région est une route de commerce importante pour les cargaisons transportées vers et depuis les Etats-Unis et ailleurs. En réponse aux attaques de pirates, les Etats-Unis ont renforcé leur patrouille pour les dissuader et parfois intervenir pour secourir les otages et les navires. Ils ont aussi renforcé le partage de renseignements dans la région, a déclaré à Bahreïn le Lt. Nate Christensen, un porte-parole de la 5è flotte qui patrouille au Moyen-Orient et dans les eaux africaines.

Les Etats-Unis sont “très inquiets de l’augmentation du nombre d’actes de piraterie et de vols avec violence” au large de la Somalie, a-t-il indiqué. Le gouvernement intérimaire de Somalie a reconnu qu’il ne pouvait pas patrouiller dans ses eaux territoriales, et le Nigéria fait face à un groupe rebelle.

Une résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies, proposée par les Etats-Unis et approuvée le 2 juin, permet aux Etats-Unis et à ses alliés de la coalition d’intervenir par “tous les moyens nécessaires” pendant les 6 prochains mois pour arrêter la piraterie au large de la Somalie. Des navires de la coalition ont depuis empêché au moins 2 attaques de pirate, a indiqué le Bureau Maritime International de Londres.

Les côtes africaines ont remplacées les voies maritimes d’Asie comme étant les plus dangereuses au monde. Les détournements et les prises d’otage augmentent au large de la Somalie à l’est et au Nigéria à l’ouest. Les détroits d’Asie, en particulier en Indonésie, ont été les points les plus chauds pendant la majeure partie de la dernière décennie.

Le cout des attaques à main armée contre des cargos, des pétroliers et des navires de croisière est estimé à plus d’1 milliard de $ par an, précise Peter Chalk, un analyste de la Rand Corp.

“La piraterie affecte fortement le commerce des Etats-Unis. Il est de l’intérêt économique des Etats-Unis que les voies maritimes soient aussi stables que possible,” a-t-il expliqué.

La piraterie au Nigéria conduit à une chute des cargaisons de pétrole parce que les compagnies de transport ne veulent pas risquer navires, cargaisons et équipages, indique-t-il en ajoutant, “cela a des implications pour les approvisionnements stratégiques en énergie des Etats-Unis.”

Les eaux africains représentent 56% de toutes les attaques de pirates, passant de 27 pour la première moitié de 2005 à 64 depuis janvier. Pendant ce temps, ailleurs les attaques de pirates diminuent, selon le Piracy Reporting Center, un groupe basé en Malaisie qui surveille les attaques pour le Bureau.

Les attaques sont plus violentes qu’en Asie, indique Cyrus Mody, le responsable du bureau. Les pirates en Somalie, dans le golfe d’Aden, au Nigéria et en Tanzanie ont pris 172 otages depuis le début de l’année.

Des pirates somaliens armés d’armes automatiques et de lance-roquettes détournent régulièrement des navires et retiennent les équipages pour une rançon.

Le Lourdes Tide, un supply ship travaillant pour une compagnie américaine, a été attaqué le 13 mai au Nigéria par des pirates armés qui ont exigé une rançon.

Les pirates ont libéré le navire et les 11 membres d’équipage le 16 juin.

Le Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies a demandé des escortes militaires pour ses navires transportant 32.000 tonnes de nourriture chaque mois vers la Somalie, où la guerre civile et la sécheresse ont fait empiré la crise alimentaire. Une frégate néerlandaise a terminé en juin sa mission d’escorte, indique Peter Smerdon, le porte-parole du groupe pour l’Afrique.

Les navires allongent de plusieurs centaines de nautiques leur trajet et dépensent jusqu’à un jour de carburant de plus pour éviter les pirates somaliens, déclare Michael Livanos, président de Scio Shipping, une compagnie de navigation de New York.

“Les couts sont gigantesques,” se plaint-il.

Les attaques de pirates le long des côtes d’Afrique interviennent au moment où les attaques diminuent sur une voie importante du commerce en Asie.

Les militaires américains expliquent qu’ils ont donné du matériel, coordonné des exercices communs et poussé l’Indonésie à coopérer avec ses 2 voisins, Singapour et la Malaisie. Ils voulaient que les 3 pays prennent le contrôle du détroit de Malacca, une voie de communication importante pour les cargaisons de pétrole, les cargos et les navires de croisière.

“C’est un point de passage aussi important qu’il en existe ailleurs dans le monde,” indique l’amiral Timothy Keating, commandant des forces américaines dans le Pacifique.

Leurs efforts semblent porter fruit. Les navires naviguant près de l’Indonésie ont signalé 13 attaques au 1er semestre, contre 64 pour la même période en 2003 — une chute de 80%, selon le rapport semestriel du Bureau Maritime. Les navires ont signalé 2 attaques dans le détroit de Malacca cette année.

Les Etats-Unis ont renforcé la marine et les gardes-côtes d’Indonésie avec 15 patrouilleurs rapides et 7 postes radar. Ils se sont entraînés avec les marines des 3 pays et les ont persuadé de partager les renseignements sur les navires passant par les eaux territoriales et internationales. La Malaisie coordonne une patrouille aérienne commune avec les pays voisins pour surveiller le détroit.

“Si envoyer des cargaisons par le détroit de Malacca n’était pas sûr, l’US Navy irait là-bas et le rendrait sûr,” déclare le vice-amiral Doug Crowder, qui commande la 7è flotte basée au Japon. Crowder ajoute que la coopération rend désormais cela inutile.

Cette même formule ne fonctionnera pas probablement pas en Afrique.

“Si vous voulez demander au dirigeant de la Somalie de venir pour une visite, qui appelez-vous ?” demande Keating.

22/07/08 (B457) XINHUA / Les islamistes somaliens disent compter des jihadistes étrangers dans leurs rangs

Des jihadistes étrangers se battent aux côtés du mouvement islamiste somalien, a déclaré lundi le porte-parole du groupe Al-shabaab.

Devant la presse locale, cheik Muqatar Robow, porte-parole d’Al- shabaab, a affirmé que des non Somaliens figuraient parmi ses combattants mais il a refusé de confirmer les informations du gouvernement de transition somalien selon lesquelles deux combattants étrangers font partie des rebelles tués dimanche.

A leur retour d’Ethiopie où elles ont suivi une formation militaire d’un an, forces du gouvernement somalien et forces éthiopiennes sont tombées dans une embuscade tendue par les combattants d’Al-shabaab sur la route reliant la ville de Baidoa à Mogadiscio, capitale somalienne.

Selon des responsables militaires somaliens, plusieurs insurgés dont un Irakien et un Pakistanais ont été tués.

Le porte-parole d’Al-shabaab a reconnu la mort de trois combattants dans ces affrontements.

« Trois d’entre nous sont devenus martyrs et trois autres ont été blessés dans le combat », a dit M. Robow.

Les attaques des insurgés contre les troupes somaliennes et éthiopiennes sont en hausse depuis quelques jours malgré l’accord de paix conclu entre le gouvernement de transition et l’Alliance pour une nouvelle libération de la Somalie (ARS), principale faction d’opposition, le mois dernier à Djibouti.

23/07/08 (B457) Radio-Trottoir : dernières nouvelles du front de Ras Doumeira. (Correspondant sur place) Les jeunes recrus Djiboutiens… dans le cadre de la SNA sont envoyés au Front !

La première guerre du 10 juin 2008 ou incident frontalier, car heureusement, qui n’a duré que quelques heures avec le lourd et impressionnant de disparus et de blessés.

Il est vrai, que nos victimes militaires étaient des hommes du régiment du FAR ou…, en grande majorité des mobilisés des pays voisins recrutés lors du conflit interne au nord et au sud ouest de Djibouti ;

Mais aujourd’hui, de jeunes « recrutés pour amortir la pauvreté » au Service National, d’environ 15 à 23 ans pour les filles et de 16 à 25 ans pour les garçons sont partis un fusil à l’épaule vers le Nord.

C’était prévisible, car le retour précipité d’IOG, avec sa vieille et belle épouse a inquiété plus d’une personne.

Pourquoi cette précipitation ?

Est-ce encore une nouvelle guerre avec l’Erythrée comme après son voyage éclair au Qatar ?

Cette fois, ils sont bien partis discrètement en amoureux, en principe pour des congés de 15 jours, et les revoilà, subitement revenus « rapidos » de Baaleh région Oromos d’Ethiopie, où il a pu obtenir des « concessions de parcelles de terrains agricoles de cinq milles hectares » pour des plantations de pavot ? – (Plante cultivée soit pour ses fleurs ornementales, soit, dans le cas de pavot somnifère, pour ses capsules, qui fournissent l’opium, et pour ses graines qui donne l’huile d’oeillette) –

Mais aujourd’hui 22 juillet 2008 depuis 3 heures du matin Djibouti est en alerte totale. Les populations Djiboutiennes sont inquiètes à l’extrême. Après les baignades au bord d’un lac en Ethiopie, Djibouti va-t-elle connaître le bourbier d’une guerre fatale ?

Les canons sont pointés de part et d’autres.

Mais le rapport de force est-il en faveur de Djibouti ?

A-t-on des garanties militaires ou des compensations financières ?

Situation au Front : avec le régiment d’artilleries lourdes des Forces Ethiopiennes à Adgueino au sommet Djiboutien du Moussa Ali qui est présent depuis un peu plus de huit (8) mois), et plus récemment un autre régiment de commandos couverts par des chars ont pris position non loin de Daddato à la frontière Djibouto-Erythréenne .

Que Dieu sauve les pauvres Djibouti aspirés par une guerre qu’ils refusent, car illogique et contraire aux intérêts de notre Nation.

Votre représentant au QG du Front.

23/07/08 (B457) AFP / Somalie: scission de l’opposition, Aweys revendique la tête de l’Alliance

La coalition de l’opposition somalienne s’est scindée mardi après que l’un plus hauts responsables des islamistes, Cheikh Hassan Dahir Aweys, se fut unilatéralement proclamé chef de l’Alliance pour une nouvelle libération de la Somalie (ARS), a-t-on appris de sources concordantes.

« Au nom d’Allah, nous avons élu Aweys comme chef de l’Alliance », a annoncé à l’AFP mardi sous couvert d’anonymat depuis la capitale érythréenne Asmara un haut responsable de l’Alliance, joint par téléphone depuis Djibouti.

Cheikh Hassan Dahir Aweys, ancien numéro 1 des tribunaux islamiques somaliens recherché par Washington pour ses liens présumés avec le réseau Al-Qaïda, est l’un des fondateurs de l’ARS.

« Sharif Salah, un ancien diplomate, a également été nommé numéro 2 de l’Alliance », a ajouté la même source.

« La nomination de ces nouveaux dirigeants permet d’étendre (le combat pour) la libération de la Somalie contre l’occupation de l’Ethiopie », a ajouté ce responsable.

Samedi, 106 membres de l’ARS – sur les 191 que compte le comité central de l’Alliance – avaient entériné lors d’un congrès à Djibouti l’accord de cessez-le-feu conclu en juin avec le gouvernement somalien mais rejeté depuis par M. Aweys.

Le porte-parole de l’ARS, Suleiman Olad Roble, a rejeté la décision de M. Aweys de revendiquer la tête du mouvement et a maintenu que Cheikh Sharif Sheikh Ahmed, ancien numéro 2 des tribunaux islamiques, restait bien le chef de l’Alliance.

« Ce qu’ils ont fait est nul et non avenu », a déclaré M. Roble à l’AFP à Djibouti. Selon lui, le groupe d’Asmara représente moins de 30 personnes.

« Nos frères et nos soeurs à Asmara ne peuvent organiser aucune réunion du comité central (de l’ARS) étant donné qu’ils ne peuvent atteindre le quorum de 96 (personnes présentes). En outre, s’ils veulent modifier la composition du directoire de l’ARS, ils doivent réunir les deux-tiers du comité », a avancé le porte-parole.

L’ARS, formée en septembre 2007 à Asmara, a comme principal enjeu le départ de Somalie de l’armée éthiopienne, qui intervient dans ce pays de la Corne de l’Afrique en soutien au gouvernement somalien officiellement depuis fin 2006.

23/07/08 (B457) Soutien renforcé et appuyé de l’UA, de Djibouti et d’autres pays africains, à la dictature soudanaise et pour l’impunité des crimes de génocide et des crimes contre l’humanité !!! (Pouvions-nous espérer autre chose, surtout de la part de Guelleh ??? -ARDHD-)

_________________________________ Angola Press

ETHIOPIE: L`UA demande à l`Onu de suspendre l`inculpation de Bachir

ADDIS-ABEBA, 22/07 – Des ministres de l`Union africaine, réunis lundi au siège de l`UA à Addis-Abeba, ont appelé le Conseil de sécurité de l`Onu à engager un processus de suspension de l`inculpation par la Cour pénale internationale (CPI) du président soudanais Omar Hassan al Bachir.

Le procureur général de la CPI, Luis Moreno Ocampo, a inculpé Bachir de crimes de guerre, crimes contre l`humanité et génocide au Darfour, région de l`Ouest soudanais.

Le Conseil de paix et de sécurité de l`Union africaine a également demandé la création d`une commission, composée de personnalités éminentes du continent noir, qui serait chargée de formuler des recommandations sur les moyens d`aborder les questions de responsabilité et de réconciliation soulevées par le conflit du Darfour.

« L`Union africaine demande au Conseil de sécurité de l`Onu de suspendre le processus lancé par la CPI, en prenant en compte la nécessité de ne pas mettre en péril les efforts de paix et le fait que des poursuites ne seraient pas dans l`intérêt de la justice et des victimes dans les circonstances actuelles », écrit l`UA dans un communiqué.

La résolution du Conseil de sécurité adoptée en 2005 afin de permettre à la justice internationale de poursuivre les auteurs de crimes au Darfour appelait également à une étroite et meilleure collaboration avec le bloc africain et confère de ce fait un rôle-clé à l`UA dans la résolution du conflit.

____________________________________ La Nation

Djibouti rejette la décision de la CPI

Le gouvernement djiboutien a exprimé jeudi dernier par la voix du ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale sa totale désapprobation et son rejet de la décision de la Cour Pénale Internationale (CPI) de lancer des mandats d’arrêt à l’encontre des dirigeants soudanais dont le Président Omar Hassan El Bechir, accusés de génocide au Darfour.

Le gouvernement djiboutien réaffirme que cette décision constitue un acte dangereux et sans précédent et représente une inacceptable ingérence dans les affaires intérieures de l’Etat soudanais. Le gouvernement djiboutien avertit qu’une telle décision aura de graves conséquences et des répercussions négatives non seulement sur la recherche de la paix et de la stabilité au Soudan, mais sur la stabilité et la sécurité de toute la région.

A travers son gouvernement et son peuple, le gouvernement djiboutien exprime sa solidarité avec l’Etat frère du Soudan, lequel fait face à des plans de déstabilisation ourdis à l’étranger.

Le gouvernement djiboutien reste ainsi aux côtés du gouvernement soudanais et considère qu’il est impératif de faire face à ces complots. Il estime que la Cour Pénale Internationale, en s’attaquant au Président Omar Hassan El Bechir, porte atteinte à la souveraineté et au symbole même du soudan.

Cette décision reflète, est-il précisé, la politique d’une justice inéquitable faite de poids et de mesures différents.

Cette décision ne fera qu’aggraver la situation au Darfour. Elle encouragera les groupes armés hostiles au dialogue et au retour à la paix à se cramponner à leurs positions alors que la communauté internationale œuvre pour parvenir à une réconciliation nationale au Soudan.

Le gouvernement djiboutien insiste sur la nécessité d’offrir plus de temps aux efforts de paix afin que la situation se normalise au Darfour et que règnent la sécurité et la stabilité. Le gouvernement djiboutien invite à éviter tout acte susceptible d’envenimer les rapports et de compliquer davantage la situation au Darfour.