Articles

14/05/2015 (Brève 458) Appel de la diaspora de Belgique au rassemblement contre la répression en République de Djibouti devant l’ambassade de Djibouti à Bruxelles ce Samedi 16 Mai 2015 à 12h. Avenue Franklin Roosevelt 204 (Tram 94, arrêt Brésil). Communiqué transmis à l’ARDHD par les organisateurs.

> Face à l’escalade de répression à l’encontre de la population civile dans le nord de la république de Djibouti depuis 3 semaines, nous disons halte au bombardement de civils innocents et leur cheptel, stop au blocus alimentaire, aux arrestations arbitraires et aux tortures; nous demandons l’arrêt des viols de femmes sans défense et la poursuite des criminels en tenue.

Nous lançons un appel pressent à la communauté internationale pour plus de pressions sur le régime dictatorial en place à Djibouti afin qu’il arrête de terroriser sa propre population

>
Après cinq années d’atroces conditions de détention dans la sinistre prison de Gabode, le combattant de la liberté Mohamed Ahmed Édou dit Jabha doit être libéré puisqu’aucune charge n’a été retenue contre lui après tant d’années de tortures.

>
Devant l’impasse que semble s’orienter la résolution du contentieux post électoral, et à la veille d’importantes échéances électorales pour l’avenir de Djibouti, nous exigeons une salutaire transition démocratique propice à un développement harmonieux.

>
Venez nombreux pour dire non à 38 ans de régression et exiger la fin de l’impunité.

Contact : 0465 94 88 78

31/07/08 (B458) Le VIF.BE / Ethiopie/Erythrée: l’ONU met fin à la mission de la Minuee (Une dépêche parmi les nombreux articles sur le sujet qui sont publiés par l’ensemble de la presse et des grandes agences)

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a décidé mercredi à l’unanimité de mettre fin à la Mission de l’ONU en Ethiopie et Erythrée (MINUEE), tout en exhortant les deux pays à s’abstenir d’avoir recours à la force.

Les 15 membres du Conseil ont adopté une résolution à l’intiative de la Belgique qui met fin au mandat de cette force onusienne de 1.700 hommes, chargée de surveiller la frontière entre l’Ethiopie et l’Erythrée, objet d’un conflit entre les deux pays. Le mandat de la MINUEE arrive à expiration jeudi. (GFR)

31/07/08 (B458) MAREEG / Un leader islamiste somalien jure de combattre le Gouvernement de transition, soutenu par l’Ethiopie. / Somalia-Somali Islamists vow to fight Ethiopia-trained government forces (En Anglais – Info lecteur)

By: Abdi Guled

The spokesman of Al-Shabab Islamic movement, Sheikh Mukhtar Robow, aka Abu Mansur, has urged the new Ethiopian-trained Somali government forces not to harm residents in Bay and Bakol regions in southwestern Somalia.

In a telephone interview with Mareeg online the spokesman urged them (soldiers) to return to their respective home districts, adding that the soldiers of the weak government did not have the power to fight Al-Shabab.

He stated that their islamist fighters would target the new soldiers.

Al-Shabab’s statement came after Somali military officers said they had received well-trained servicemen who would restore peace and order in the country.

The newly trained soldiers have conducted security operations in parts of Bay Region, which is one of the strongholds of Al-Shabab fighters.

Mansur has also avowed that the Ethiopian-trained Somali troops are the finishing power of Somali government.

In Tele-conference to the local media Sheikh Robow also said that the new troops are allowed to surrender to the Islamists.

" We will give them protection if they offer in to the Mujahidiin fighters" Robow said.

He also said that Djibouti agreement was subterfuge made by USA saying that USA wantd to break up the alliance for the Reliberation of Somalia.

" This was the aspiration of USA, but they will not be successful" he added.

Robow also said that there were drives led by the Unites States that wants to revive the counter-terrorism alliance that was smashed by the Islamic courts union.

" Those want to Join the anti-islam alliance have to ask Muse Sudi and Qanyare the consequence of the alliance," Robow additionally said.

Up to four CIA officials have arrived in Mogadishu and are being accommodated in a house near Villa Somalia presidential palace islamists website said.

The four agents were accommodated together with Somali officials, whose identities are not known.

The CIA officials are reviving the Counterterrorism Alliance, whose work was suspended after it was found to have detained innocent people who had not been involved in anti-American activities and were routed by the Islamic courts union fighters before them selves were ousted by Ethiopian backed Somali troops.

The website says the first phase of the alliance was headed by the faction leaders that destroyed the country as the second phase of the alliance was led by Muhammad Adan Muhammad (Bidar), who used the services of Darwish, Muhammad Dhere, Nur Daqle, Ahmed Askar, among other men, to round up people for him.

It also added that these men failed to capture individuals sought by the Americans. Instead, they rounded up street beggars and Tabliqis [Muslim missionaries] and detained them in the building bearing the inscription STS, flanking Villa Somalia presidential palace.

Qaadisiya website also says These men had submitted photos and names of [detained] individuals but the American intelligence agency could not find persons they were looking for.

A man named Ali Shimbir, who is currently in Nairobi, has been appointed to head the third phase of the alliance, He son will arrive in Mogadishu to take charge of anti-Oneness of God operations Qaadisiya says.

The CIA agents visiting Mogadishu have held highly sensitive talks with some Ethiopian officials, as numerous Ethiopian troops kept security at the venue of the highly sensitive meeting.

The US officials are soon departing Mogadishu and returning to Nairobi, from where Ali Shimbir, who has been appointed head of the third phase of the counterterrorism alliance, will depart.

The United States has kept a wary eye on Somalia since the attacks of Sept. 11, 2001, fearing that extremists would take advantage of the country’s anarchy to use it as a base of operations, just as occurred in Afghanistan in the 1990’s.

The Alliance for the Restoration of Peace and Counter-Terrorism (ARPCT) was a Somali alliance created by various warlords and businesspeople.

The alliance included Botan Ise Alin, Mohammed Dheere, Mohamed Qanyare, Musa Sudi Yalahow, Nuur Daqle, Abdi Hasan Awale Qeybdiid, Bashir Rage Shirar, Abdirashid ilqeyte, Omar Muhamoud Finnish and others. Some of them were ministers in the Transitional Federal Government (TFG) of Somalia.

The warlords, who were fighting the Islamists said they were acting out of principle, not pay.

"These terrorists want this country to adopt a Taliban style," said Hussein Gutale Rage, a spokesman for the warlords’ alliance. "The Americans have not given us anything so far. We share their hatred of terrorism."

US says that the UIC members were included in some clerics in the terrorism list including Sheikh Hassan Dahir Aweys and Hassan Turkey.

The alliance has been destroyed by the Islamic courts union fighters those dispose of the alliance although after six months they restored peace and security they have been ousted by Ethiopian backed Somali troops.

But the islamists are still waging guerrilla wars against Somali government and the presence of the Ethiopian troops.

31/07/08 (B458) N° 5 / Déclaration locale des Droits de l’Homme dominant et des Devoirs du Citoyen soumis (Suite / Articles de 21 à 25) (Humour – ARDHD)

Article 21
Seuls les hommes dominants sont autorisés à prendre part à la direction des affaires publiques en Pacotille, soit directement, soit par l’intermédiaire de leurs représentants élus sur une liste unique de candidature approuvée par le Prince régnant et son épouse..

Seuls les Hommes dominants ou leurs obligés peuvent prétendre à accéder, dans des conditions d’inégalité, aux fonctions publiques du pays.

La volonté des Hommes dominants est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections organisées qui ont lieu périodiquement, au suffrage universel suivant une procédure spécifique de fraude électorale privilégiant les candidats uniques sélectionnés parmi les Hommes dominants.

Article 22
Aucun Citoyen soumis ne peut prétendre à la sécurité sociale ni à la gratuité des soins.

Article 23

Sans l’accord des Hommes dominants, les Citoyens soumis ne peuvent prétendre à obtenir un travail rémunéré, à choisir leur métier et leur lieu de travail ni à bénéficier de la protection contre le chômage.

En cas de nécessité personnelle ou collective, les Hommes dominants peuvent imposer aux Citoyens soumis d’exercer un travail choisi par eux, même si la rémunération proposée est inférieure aux pratiques locales. Dans cette hypothése, le Citoyen soumis ne peut pas refuser son entière collaboration, sous peine d’incarcération immédiate et de sanctions au motif de rébellion contre l’autorité publique établie.

Le salaire égal pour un travail égal n’est garanti que pour les Hommes dominants.

Il est interdit aux Citoyens soumis de fonder des syndicats ni de s’affilier à des syndicats pour la soi-disant défense de leurs intérêts, sauf si les syndicats, leurs statuts et l’ensemble de leurs dirigeants sont reconnus par le Prince régnant.

Article 24
Tout Homme dominant a droit au repos, aux loisirs et aux congés payés durant trois mois annuels consécutifs ou non. Cependant, à titre dérogatoire, la durée du travail hebdomadaire des Citoyens soumis est limitée à 70 heures, avec l’éventualité de leur accorder deux jours de vacances non payées par an.

Article 25
Pour limiter les désordres publiques et endiguer les risques d’inflation, les Citoyens soumis ne peuvent exiger en aucun cas une rémunération supérieure à celle qui permet de faire face avec sa famille à l’utilisation d’un hébergement adapté mais modeste et d’une alimentation sans excés.

Le chômage, l’indemnité de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte des moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de leur volonté restent le privilège exclusif des Hommes dominants. Aucun Citoyen soumis ne pourrait prétendre à en bénéficier, quelles que soient les circonstances.

Sauf pour les membres des tribus dominantes, la maternité et l’enfance n’ouvrent aucun droit à une aide ni à une assistance spéciale. Tous les enfants de Citoyens soumis, qu’ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, ne peuvent bénéficier d’aucune protection sociale ni d’un droit à la santé, à l’éducation supérieure et à un emploi, sauf en cas de réquisition dans la fonction publique, l’Armée ou la Police.

31/07/08 (B458) PRESS TV – Le Gouvernement de transition somalien armerait les combattants du Puntland en vue d’une attaque contre le Somaliland / Somali government arms Puntland fighters (En Anglais – Info lecteur)

Somalia’s transitional government is reportedly arming the autonomous Puntland region for an all-out war with neighboring Somaliland.

Press TV’s Somali correspondent quoted informed sources as saying that President Abdullahi Yusuf Ahmed, who recently visited the region, was arming Puntland for a battle with Somaliland.

During his visit, at least nine boats of weapons, including land mines and military equipment, entered Puntland from Yemen and some of the former Soviet Union states.

Puntland and Somaliland have been fighting each other over the Sool and Sanaag regions.

The dispute between Somaliland and Puntland stems from 1998, when Puntland formed and declared the two regions as part of its territory. Prior to that, they had been claimed by Somaliland since the 1991 Somali Civil War.

Somaliland forces captured Las Anood, the capital of the disputed region of Sool in October 2007. It is now believed that the transitional government is arming Puntland forces to get the city back.

Puntlad and Somaliland declared autonomy during the civil war, but no country has recognized them so far.

Puntland is a region in northeastern Somalia, centered on Garowe (Nugaal region), whose leaders declared it to be an autonomous state in 1998.

Somalia has been without an effective central government since warlords toppled Mohamed Siad Barre in 1991. In 2006, US-backed Ethiopian troops invaded Somalia to assist the transitional government and overthrew the Union of Islamic Courts.

31/07/08 (B458) Radio-Trottoir : (ALERTE N° 2 / Des précisions) affrontements violents au PK12 entre les populations déplacées que le régime cherche à expulser par tous moyens et les Forces de l’Ordre djiboutienne (Correspondant)

Après l’annonce d’une hypothétique construction au PK 12 de 44 logements uniquement pour « des veuves » des dizaines et dizaines de soldats tombés à Doumeira, IOG, en même temps, a donné l’ordre de brûler des centaines de baraquements ou taudis de "Soweto", qui abrite officiellement les (déjà) déplacés de force d’Arhiba II, sur ses ordres.

Honorer nos soldats tombés à Doumeira, alors OUI !
Brûler les vivants du PK 12, alors NON !

Dernières nouvelles

Djibouti ouvre ses yeux dans les tasses ?

Ce matin, peu avant l’aube, les Forces de l’ordre ont (dans l’obscurité) investi les bidonvilles du PK 12, où sont tassés les déplacés d’Arhiba II.

Des dizaines de personnes fragilisées : enfants, femmes, vieillards, sans distinction aucune, ont été, avec brutalités, arrêtées et conduites à bord de 3 camions et immédiatement enfermées au Centre de Transit de l’Ecole de Police de Nagad.

Dès leur déportation, leurs baraquements ainsi que les quelques biens et effets personnels auraient été brûlés par « les pyromanes au Pouvoir ».

Cette sauvage répression brutale est inadmissible, et elle fait suite aux refus catégoriques des pauvres Djiboutiens d’Arhiba II, qui sont condamnés en perpétuels déplacements forcés, constamment martyrisés, constamment maintenus dans la Pauvreté la plus extrême, régulièrement pourchassés pour les obliger à quitter le pays. Mais vers où, vers où ?

A suivre.

Votre représentant.

31/07/08 (B458) Radio-Trottoir : affrontements violents au PK12 entre les populations déplacées que le régime cherche à expulser par tous moyens et les Forces de l’Ordre djiboutienne (Correspondant)

Après l’attribution de quelques dizaines de parcelles de terrain à un quart des déplacés d’Arhiba, le régime aux abois cherche à expluser de force le reste des malheureux déplacés.

Mais cette fois, les populations du PK 12 toutes communautés confondues sont déterminées à ne pas quitter les lieux.

Des affrontements avec les Forces de l’Ordre auraient déjà occasionné de nombreux blessés de part et d’autre. La situation reste explosive. Affaire à suivre.

31/07/08 (B458) Centre Information de l’ONU / Le Conseil de sécurité ferme la Mission des Nations Unies en Ethiopie/Erythrée.

Auteur de cette résolution 1827 (2008), le Représentant permanent de la Belgique, M. Jan Grauls, a imputé « cette décision importante » prise par le Conseil, huit ans après la création de la Mission et huit ans après la fin de la guerre entre les deux pays, aux restrictions que l’Érythrée a imposées à la Mission mais aussi au refus de l’Éthiopie de mettre en œuvre l’avis de la Commission du tracé de la frontière, du 27 novembre 2007, rapporte un communiqué.

Cette décision, souligne d’ailleurs le Conseil dans sa résolution, est sans préjudice des obligations des deux pays en vertu des Accords d’Alger dans lesquels ils ont convenu du caractère définitif et contraignant de l’avis de la Commission.

Le Conseil exige de l’Éthiopie et de l’Érythrée qu’elles fassent montre de la plus grande retenue, s’abstiennent de recourir à la menace ou à l’emploi de la force l’une contre l’autre et évitent la provocation militaire. Exhortant les deux pays à accepter les bons offices du Secrétaire général, le Conseil prie ce dernier de continuer à étudier avec eux la possibilité d’une présence des Nations Unies dans l’un ou l’autre pays aux fins du maintien de la paix et de la sécurité internationales.

L’Éthiopie et l’Érythrée ont toutes les deux refusé les trois options proposées par le Secrétaire général pour remplacer la Mission, à savoir le déploiement d’une petite mission d’observation en Éthiopie, l’installation d’un petit bureau de liaison politique et militaire en Éthiopie ou la présence à New York d’un envoyé spécial du Secrétaire général.

L’Érythrée a commencé dès 2004 à imposer un certain nombre de restrictions à la MINUEE. C’est sa décision du 1er décembre 2007 d’arrêter toutes les livraisons de carburant qui a déclenché le transfert temporaire de la Mission hors du pays, alors que le personnel militaire déployé du côté éthiopien continuait de s’acquitter de ses tâches.

Le différend frontalier reste entier, a regretté le représentant de la Belgique.

Il a attribué aux deux parties la responsabilité de l’impasse et les a appelées à « arrêter le jeu stérile des accusations réciproques ». Comme la grande majorité des membres du Conseil, la Belgique aurait préféré maintenir une présence des Nations Unies sur le terrain comme un signal tangible que l’ONU est disposée à œuvrer en faveur d’une solution équilibrée et durable, a fait remarquer le représentant.

Le Secrétaire général a « regretté » la décision des parties de rejeter les plans qu’il avait proposés mais s’est félicité de la décision du Conseil de sécurité de « rester activement saisi de la question », a annoncé mercredi sa porte-parole.

Il a également exprimé l’espoir que les parties puissent normaliser leurs relations, déterminantes pour la paix et la stabilité de la région.

Ban Ki-moon a réitéré son offre de bons offices pour aider les parties à mettre en oeuvre les Accords d’Alger.