Articles

08/08/08 (B459-B) AP / Somalie: au moins dix morts dans un bombardement éthiopien, selon des témoins (Info lectrice)

Des témoins ont rapporté mardi que les troupes éthiopiennes qui soutiennent le fragile gouvernement somalien ont bombardé la veille des secteurs résidentiels du nord-est de Mogadiscio faisant au moins dix morts.

Shamsa Kheyre a déclaré qu’elle et une dizaine d’autres personnes ont été blessées quand un obus de mortier a explosé près d’un groupe d’une quarantaine de personnes qui s’étaient réfugiées derrière un mur. Elle a affirmé avoir vu six personnes tuées dont un enfant et sa mère.

Le directeur adjoint de l’hôpital Medina, le Dr Dahir Dhere, a précisé que 19 personnes blessées ont été admises mais qu’une fillette de deux ans est morte aussitôt après son admission.

Un autre habitant de la capitale somalienne, Shekhey Nur Ahmed, a déclaré qu’il avait avec des amis ramassé les corps de quatre personnes qui sont mortes dans le bombardement de lundi. AP

08/08/08 (B459-B) BBC / Selon une déclaration de son Premier Ministre, le KENYA continuera la lutte contre le terrorisme, tant que la Somalie voisine n’aura pas d’institutions politiques stables. / Kenya’s struggle with terrorism will continue as long as neighbouring Somalia remains lawless, the prime minister has said. (En Anglais – Info lectrice)

Kenya and Tanzania are marking the 10th anniversary of the US embassy bombings in Nairobi and Dar es Salaam.

Prime Minister Raila Odinga joined relatives and survivors at the site of the attack in Nairobi, which is now a memorial garden.

More than 220 people died in the first major al-Qaeda attack on US targets.

« A lawless Somalia threatens Kenya’s security, » Mr Odinga said during the commemoration ceremony.

« We need to build a new strategic engagement with popular voices in Somalia. »

He said the bombing ended country’s innocence about the brutality of terrorism.

The ceremonies come days after Kenyan police narrowly failed to arrest the suspected mastermind of the bombings, Fazul Abdullah Mohammed.

Vigilance

Mr Odinga said the failure to apprehend Mr Mohammed reminded Kenyans that « we have terrorists in our midst still planning awful deeds ».

« We must therefore never relax our vigilance against these extremists. Let me assure Kenyans that this government will do everything possible to prevent us from ever again being attacked, » Mr Odinga said.

My eyes were destroyed on the spot by the glass / Catherine Bwire

Sunday’s botched operation to arrest Mr Mohammed has raised questions in Kenya about whether the government is doing enough to protect its citizens from the threat of terrorism.

The police have intensified their manhunt for the fugitive in the coastal city of Mombasa, and security along the country’s borders has been tightened.

The country’s sizeable Muslim community has complained that the « war on terror » is being used to victimise Muslims.

But the prime minister denied claims that the community was being used as a scapegoat, saying Islam was a religion of peace.

At least 17 Kenyan Muslims are being held in Ethiopia on suspicion of involvement in terrorism.

Bitterness

The BBC’s Peter Greste in Nairobi says the solemn ceremony rekindled painful memories for those who survived the attack and the families of the victims.

It also uncovered deep bitterness and frustration among the survivors who accuse both the Kenyan and the American governments of failing to compensate them for their losses, he says.

US Ambassador Michael Ranneberger said the best way to honour victims of the bombings was to look at the achievements of the last ten years.

« I truly believe that the fact that Kenya and the United States have both moved ahead to strengthen their democracies and to expand well-being for their people is probably the best honour we could possibly pay to those victims, » he said.

At about 1030 local time on 7 August 1998, a suicide bomber threw a grenade at the guardhouse outside the US embassy in Kenya’s capital, Nairobi, and tried to ram his way through the barricades.

He then detonated the explosives packed inside the vehicle, severely damaging the embassy and bringing down a seven-story building near by, killing 218 people and wounding more than 4,000.

A simultaneous attack on the embassy in Dar es Salaam killed 11 people, and wounded 72.

The bombings were al-Qaeda’s first major strike in its conflict with the United States.

08/08/08 (B459-B) Centre Information ONU – La situation humanitaire en Somalie ne cesse de s’aggraver, selon John Holmes.

La situation humanitaire s’est détériorée constamment ces 18 derniers mois et atteint désormais un niveau sans précédent, même dans le contexte de la Somalie de ces 18 dernières années, a prévenu jeudi le responsable des affaires humanitaires des Nations Unies, John Holmes.

« Vingt et une personnes participant à des efforts humanitaires ont été tuées en Somalie depuis le mois de janvier », a souligné John Holmes, qui est Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence des Nations Unies, dans un communiqué.

Mercredi, le directeur d’un orphelinat dans le ‘corridor d’Afgooye’, où sont réfugiées 300.000 personnes, a été tué par des hommes armés, a-t-il ajouté.

John Holmes a déploré aussi les attaques croissantes contre la population civile. « Toutes les parties à ce conflit ont l’obligation en vertu du droit international de protéger les civils et de s’abstenir de mener des attaques sans discrimination », a-t-il dit.

Dimanche dernier, 20 femmes occupées à nettoyer les rues de la capitale Mogadiscio sont mortes et 40 autres personnes blessées dans l’explosion d’une bombe dans la rue. Le lendemain, 10 civils au moins sont morts lorsqu’un obus de mortier est tombé sur une maison.

Hors de la capitale, les récents combats entre les forces éthiopiennes [qui soutiennent le gouvernement fédéral intérimaire] et les insurgés [qui soutiennent le mouvement islamiste somalien] à Belet Weyne, ont déplacé 70.000 civils.

Ces derniers sont éparpillés le long de la rivière Shabelle où ils sont démunis de tout : eau, nourriture, abri, soins médicaux.

08/08/08 (B459-B) Ethiopian Review / Le Palais présidentiel de Baidoa a été attaqué par les insurgés islamistes / Somalia’s presidential palace attacked by insurgents (En Anglais – Info lectrice)

By Hamsa Omar and Eric Ombok, Bloomberg

Somalia’s presidential palace was hit by four mortar shells in an assault by suspected Islamist insurgents, an army spokesman said.

The attack occurred at Baidoa, 250 kilometers (155 miles) northwest of the capital, Mogadishu, earlier today, Colonel Dahir Mohamed Hersi said in an interview. No casualties have been reported, he said, adding that the attack was carried out by the al-Shabaab group. Abdulahi Sheikh Jeesow, a shop owner in Baidoa, said the area around the palace had been evacuated.

"Ethiopian Woyanne troops and government soldiers cordoned off the vicinity of the palace," Jeesow said in a mobile-phone interview. "The roads are empty, the business centers are closed and the tension in Baidoa is high."

Sheikh Muktar Robow Abu Mansoor, al-Shabaab’s spokesman, didn’t answer his mobile phone when called for comment about the shelling of the palace.

Cease-Fire

Today’s attack is the latest in a series of assaults since the government and the opposition Alliance for the Reliberation of Somalia agreed a cease-fire in June. The agreement called for Ethiopian Woyanne troops to withdraw from the country within four months and be replaced by a UN peacekeeping force.

Kenyan Prime Minister Raila Odinga, in a speech to commerate the 1998 bombing of the U.S. Embassy in Nairobi, said world leaders need to do more to contain the conflict in neighboring Somalia.

"The world, and the United Nations Security Council in particular, must produce a durable solution to the terrible violence and suffering that has devastated the people of Somalia," Odinga said.

08/08/08 (B459-B) Fin de la mission de l’ONU à la frontière Erythréo-djiboutienne. (Humour ARDHD)

Notre correspondant spécial à Djibouti était caché derrière une tenture quand les membres de la délégation de l’ONU ont renconté Guelleh.

Pour éviter d’être découvert par les Forces de Sécurité de Guelleh, notre correspondant n’a pas pu utiliser son magnétophone … Mais voici, en synthèse ce qu’il a retenu des entretiens (compte-rendu fictif, mais oh ! combien isntructif sur la puissance diplomatique de l’ONU, sa sagesse et sa capacité ingalée à régler les conflits entre Etats !) :

« Monsieur le Président,
Après nous être rendus sur Place à Ras Doumeira, nous avons effectivement constaté la présence des troupes érythréennes sur le rocher. Sans ne pouvoir effectuer un décompte exact, nous avons évalué que ces forces étaient nettement supérieures en nombre à celles de l’AND et plus lourdement armées.

En conséquence, nous allons soumettre notre rapport et nos recommandations à l’ONU. Notre rapport contiendra quatre points clefs :

– la nécessité de vérifier juridiquement que le rocher fait bien partie du territoire djiboutien et non de celui de l’Erythrée et que les preuves disponibles permettent de déterminer sans contestation possible, le pays fondé à y exercer pleinement sa souveraineté.

– une recommandation solennelle au Gouvernement djiboutien qui sera transmise par la voie diplomatique, à savoir de s’interdire en toutes circonstances et en tous lieux, toute forme même mineure de provocation, orale, écrite ou militaire, eu égard au rapport de force défavorable à Djibouti,


une information aux USA et à la France, afin qu’ils ne prenent pas partie dans ce différend, car leurs forces sur place, seraient incapables d’endiguer une avancée de la formidable colonne érythréenne,

– un avertissement à l’Ethiopie qui a aussi massé des troupes considérables à proximité, afin qu’elles n’interviennent pas non plus, car l’ONU devrait condamner immédiatement et sans faille, une pénétration éthiopienne en République de Djibouti. »

Fin de l’écoute …

07/08/08 (B459-B) AFRIQUE EN LIGNE / Un programme de destruction d’armes en Somalie

La Division maîtrise des armements du Burau des afffaires militaires et politiques du Département d’Etat américain a lancé un programme de 1,4 million de dollars US, de destruction d’armes conventionnelles qui incluera aussi le déminage et la destruction des restes d’explosifs de guerre dans les régions du nord de la Somalie.

Un communiqué de presse publié par le Département d’Etat et dont la PANA a reçu copie à Lagos indique que cette initiative est réalisée grâce à des subventions faites à MAG America et HALO Trust.

MAG America est une organisation non gouvernementale à but non lucratif qui offre aux communautés affectées par les conflits une chance de construire un avenir meilleur tandis que Halo Trust est une organisation britannique spécialisée dans la destruction des débris de guerre comme le déminage.

MAG détruira les stocks d’armes conventionnelles collectées dans les trois camps militaires du Puntland, une région peuplée de 2,4 millions d’habitants, située dans le nord de la Somalie, précise le communiqué de presse.

Il note que cette subvention servirait aussi à financer le déploiement de l’équipe de MAG spécialisée dans la destruction des explosifs et la neutralisation des explosifs et munitions (NEM), chargée d’identifier et de détruire les nouvaux stocks de munitions, ajoutant que « de plus, MAG offrira une formation pour développer les cazpacités locales en matière de NEM ».

La subvention à HALO Trust renforcera les opérations de déminages dans la région de Somaliland.

Avec un personnel de plus de 440 Somaliens, Halo Trust est actuellement la première organisation de déminage de la région.

Plus précisément, cette subvention financera les équipes de déminage manuel de HALO Trust qui sont équipées du système de détection perfectionné, Handheld Standoff Mine Detection System (HSTAMIDS), développé par le Programme de recherche-développement en matière de déminage humanitaire du ministère américain de la Défense.

Des décennies de conflit en Somalie ont continué de menacer la stabilité politique et économique de la région de la Corne de l’Afrique.

Les caches d’armes, les mines et restes d’explosifs de guerre mettent en danger la population et sont une source d’approvisonnement régulière en armes pour les terroristes et insurgés.

Les subventions vont améliorer la situation en réduisant l’impact des mines et des restes d’explosifs de guerre, tout en permettant la réalisation de programmes de secours humanitaires et de développement améliorés partout dans le pays.

07/08/08 (B459-B) PRESS TV / Les troupes éthiopiennes ont capturé et détiennent 150 jeunes somaliens dans un lieu inconnu. / Ethiopian troops detain 150 Somali youths (En Anglais – Info lecteur)

Ethiopian troops have captured scores of civilians in Somalia’s central region of Hiiran, transferring them to an unknown location.

According to Press TV’s Somali correspondent, Ethiopian soldiers have detained more than 150 Somali youths since last night.

The recent arrests come as the fate of the civilians taken into custody by Ethiopian soldiers in previous months remains uncertain.

Ethiopian troops have fired 47 mortars into the Balet Weyn town in Hiiran region this week, killing civilians and damaging residential and business areas.

Hundreds of civilians have fled the area and those who have stayed suffer from food and water shortages.

Somalia has been without an effective central government since President Siad Barre was overthrown in 1991. In 2006, US-backed Ethiopian troops invaded the country in an attempt to back Somalia’s Transitional Federal Government (TFG).

Thousands of civilians have been killed and displaced as a result of the continuous violence in the war-torn country.

06/08/08 (B459-B) La Presse canadienne / 2 otages italiens libérés en Somalie.

Deux travailleurs humanitaires italiens kidnappés en Somalie en mai ont été libérés et sont en bonne santé, ont indiqué mardi les autorités italiennes.

Iolanda Occhipinti et Giuliano Paganini sont en bonne santé et sont partis par avion pour Nairobi, au Kenya, où leur ambassade les a pris en charge, a précisé le Ministre des Affaires étrangère Franco Frattini. Il affirme qu’il n’y a pas eu de rançon versée.

« Ca a été si vite, je me demande encore, est-ce que c’est bien toi ? » a répété à la télévision publique, la RAI, Fulvia Cappello, la femme de Giuliano Paganini. « Cela paraît incroyable. »

Le fil de Iolanda Occhipinti a aussi eu un appel: « Elle m’a dit, c’est Maman, je vais bien, ils m’ont libérée ce matin. »

Les deux otages avaient été pris par des hommes armés le 21 mai dans le sud de la Somalie.