Articles

14/08/08 (B460) Centre d’information ONU / Somalie : l’ONU se félicite de l’organisation de deux réunions à Djibouti les 16-18 août.

Le représentant spécial du Secrétaire général pour la Somalie, Ahmedou Ould-Abdallah.

Le représentant spécial des Nations Unies pour la Somalie, Ahmedou Ould-Abdallah, s’est félicité mercredi de l’organisation par chacun des deux principaux comités de l’Accord de Djibouti d’une réunion ce week-end à Djibouti pour poursuivre les discussions de paix sur la Somalie.

Après consultations avec le gouvernement fédéral de transition somalien et l’Alliance pour la re-libération de la Somalie, il a été décidé que le Comité conjoint de sécurité (article 8) et le Comité de haut niveau (article 9) se réuniraient du 16 au 18 août à Djibouti, a précisé le Bureau politique des Nations Unies pour la Somalie dans un communiqué.

L’accord de trêve signé à Djibouti le 9 juin sous les auspices des Nations Unies par le gouvernement fédéral de Transition somalien et l’Alliance pour la re-libération de la Somalie prévoit la cessation des hostilités pendant trois mois assortie d’une possibilité d’un retrait éthiopien d’ici quatre mois.

Les deux parties auront des délégations participant aux deux réunions ce week-end. Le Premier ministre Nur Hassan Hussein ainsi que les dirigeants de l’Alliance, Sheikh Sharif Ahmed et Sharif Hassan Sheikh ont prévu d’être là, selon le communiqué.

La France (qui préside l’Union européenne), les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Union africaine, la Ligue des Etats arabes, l’Union européenne, la Commission européenne, l’Organisation de la conférence islamique, l’Autorité intergouvernementale pour le développement et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) seront aussi présents. Des représentants de la société civile ont également été invités.

Dans ce contexte, Ahmedou Ould-Abdallah appelle le parlement somalien à suspendre ses travaux sur certaines questions politiques du 15 au 20 août pour faciliter la participation de ses membres aux réunions des deux comités. « J’aimerais que les parlementaires montrent leur plein soutien au processus de paix », a-t-il dit.

14/08/08 (B460) La Nation : Le train sifflera une seule fois.

Le trafic ferroviaire ne rythme plus les échanges commerciaux entre Djibouti et l’Ethiopie. Le train, en effet, n’assure plus qu’une seule desserte hebdomadaire pour acheminer les importations des fruits et légumes depuis Diré Dawa jusqu’à la capitale.

Constat frappant : toutes les gares du corridor ferroviaire sont désertes au grand dam des voyageurs et des vendeurs qui vivaient du commerce transfrontalier. Les raisons de l’arrêt du trafic ferroviaire ne sont toujours pas connues. Les directions locales du CDE, à Djibouti-ville et à Addis-Abeba, n’ont pas fait de déclarations à ce sujet.

Le train permettait aux habitants des localités frontalières de circuler. La suspension du trafic oblige les villageois à parcourir de longues distances à pied de part et d’autre des deux frontières.

Un train qui siffle une seule fois par semaine a tout d’une catastrophe pour ces derniers qui désormais ne peuvent se procurer des produits comme le lait naturel, le blé, le sorgho, les cigarettes de l’autre côté de Guelileh avant de les revendre aux clients potentiels de ce côté-ci de la frontière.

La situation du trafic, telle qu’elle est aujourd’hui, les prive de revenus substantiels. Réalité navrante: les marchés d’approvisionnements à ciel ouvert de Chebelleh et Goubetto ont fermé pour cause de pénuries de marchandises.

14/08/08 (B460) Le Temps / Les pavillons noirs sont moins fiers.

La prise en otage du voilier de luxe français «Ponant» au large de la Somalie, en avril, avait souligné les dangers de la piraterie maritime. Trente membres d’équipage avaient été pris en otage pendant une semaine.

Mais le phénomène semble plutôt régresser, si l’on en croit les chiffres récents du Bureau maritime international, créé en 1981 pour lutter contre la criminalité sur les mers.

Son dernier rapport signale que 114 actes de piraterie ont été recensés entre janvier et juin 2008, contre 126 au premier semestre 2007, et 234 il y a cinq ans. Les efforts entrepris pour rendre plus ardue la tâche des forbans du grand large semblent porter leurs fruits, en particulier dans les mers du Sud-Est asiatique, où les attaques régulières de bateaux ont longtemps défrayé la chronique.

La situation est moins réjouissante dans le golfe d’Aden et sur la côte somalienne, devenue la zone la plus dangereuse du monde avec 24 attaques recensées sur six mois. Le Conseil de sécurité de l’ONU a d’ailleurs voté en juin une résolution autorisant pour six mois les Etats coopérant avec les autorités de transition de Mogadiscio à entrer dans les eaux territoriales somaliennes et à faire usage de la force.

L’autre zone à risques élevés est le Nigeria, où 18 actes de piraterie ont été signalés au premier semestre.

14/08/08 (B460) Press TV / Somalie : une explosion tue 3 officiers somaliens et blesse plus de 28 soldats / Blast kills 3 Somali army commanders (En Anglais – Info lecteur)

Three Somali army commanders have been killed and more than 28 soldiers injured in a landmine explosion in northern Mogadishu.

The attack in Towfiikh district came after Somali forces launched operations in the region, a Press TV correspondent in Somalia reported on Wednesday.

Also in the Somali capital of Mogadishu on Wednesday, unknown gunmen killed a senior district official and his bodyguards.

Unknown gunmen have also killed more than a dozen people this week, some of whom were high-ranking officers and some others UN aid workers moving between Afgoye and Mogadishu.

Somalia has been without an effective central government since President Siad Barre was overthrown in 1991.

Thousands of civilians have been killed and displaced as a result of the continuous violence in the war-torn country.

14/08/08 (B460) XINHUA / Les pirates somaliens détournent un navire de marchandises thaïlandais

Les pirates somaliens ont détourné un navire cargo thaïlandais dans le Golfe d’Aden entre la Somalie et le Yémen, a annoncé jeudi un officiel de la marine régionale.

Andrew Mwangura du Programme d’Assistance des marins d’Afrique de l’est a indiqué à Xinhua que le MV Thor Star a été détourné mardi près des eaux côtières de Somalie et compte à son bord 28 membres d’équipage thaïlandais.

Les eaux côtières somaliennes font partie des plus dangereuses du monde. L’année dernière, plus de 25 navires ont été détournés par les pirates dans les eaux somaliennes.

Cette dernière attaque porte à 27 le nombre d’attaques perpétrées contre les navires dans la région cette année.

M. Mwangura a indiqué que les hommes armés somaliens détiennent également prisonnier un remorqueur nigérian, MT YENEGOA OCEAN.

L’organisation internationale de la marine conseille à tous les navires de rester à au moins 200 milles nautiques des côtes de la Somalie, qui connaît une guerre civile depuis 17 ans.

Les autorités somaliennes ont condamné publiquement les compagnies occidentales qui versent d’importantes sommes en rançon et qui, de ce fait, ne dissuadent pas les pirates de détourner les navires.

Les Etats-Unis et la France ont présenté une résolution à l’ONU qui permettra aux pays étrangers de pourchasser et d’arrêter les pirates aux larges des côtes somaliennes.

La Somalie n’a pas de marine et n’est pas capable de faire la loi le long de son propre littoral.

14/08/08 (B460) 31ème Jeux Où l’on pique. Epreuves de danse avec deux médailles au couple Princier, décernées dans la liesse populaire. Un énorme scandale dans la réprobation générale, quand se trompant d’objectif, Dileita a « Piqué un somme ». (ARDHD – Humour)


L’affiche d’ouverture proposée par Roger Picon
Aujourd’hui

la Valse
du Grand Piquage
.

1 – Catégorie danse féminine individuelle

RPP gagne la Médaille d’Or par forfait de sa rivale.

La dernière concurrente encore en lice, issue des repêchages, qui devait affronter Paulette pour la finale de l’épreuve a déclaré forfait avant la compétition.

Très émue, elle n’a été capable que de piquer un fard. Elle a déclaré, que face à Paulette, elle n’avait aucune chance, car trop impressionnée, elle ne pourrait pas piquer autre chose !

Et pourtant, nous avions affaire à une spécialiste de la discipline, dont nous tairons le nom par discrétion, mais chacun la reconnaîtra …


Cet exercice impose d’adopter un style campagnard et très « cornichon », ce que Paulette a accompli avec une spontanéité toute naturelle. Ce qui prouve que l’argent n’est pas suffisant pour effacer totalement les vestiges du passé.

2 – Catégorie danse homme individuel

Confronté à Dileita, le seul concurrent qui avait accepté de participer en finale contre le Chef de tout et de rien, Guelleh a gagné la médaille d’Or en exécutant son numéro personnel de danse qui l’avait rendu célèbre autrefois, auprès de la gente féminine ..

Sans que personne ne le remarque, il a réussi à Piquer ainsi l’intégralité de la recette de la journée au port …, ce qui lui a donné la victoire totale


Comme cela se produit souvent, en équilibre instable sur une seule jambe, Guelleh exécute la fameuse GUIBOLE, qui lui permet de modifier son discours en fonction de l’interlocuteur.
(Photo empruntée à La Nation N°20 du 11 mars 2002))

Contrairement aux pronostics pessimistes, Dileita n’a pas démérité au début . Bien au contraire !

Il a exécuté un numéro de lévitation extraordinaire. Captivant toute l’attention, il a même réussi à piquer le Portefeuille de Guelleh sans que ce dernier ne s’en aperçoive.

Mais Guelleh est le plus malin et son Portefeuille était absolument vide : Dileita n’a donc pas marqué le point qui lui aurait peut-être permis de gagner la finale à la surprise générale.

Le drame est arrivé, lorsque déçu par le résultat, Dileita s’est mis en tête de piquer un somme. Toujours en retard d’une guerre, il n’avait pas compris qu’il fallait piquer une grosse somme. Résultat, on a entendu des ronflements sonores qui ont choqué les spectatrices.


Dileita se prépare à piquer … un somme. Il est probable, que fidéle à ses habitudes, il n’avait pas encore compris les enjeux fondamentaux du concours.
   

3 – Catégorie couple

A la déception générale, l’épreuve a du être annulée, quand Paulette a refusé de danser avec le Chamelier, sans ne donner aucune explication.. De l’eau dans le gaz ??

 

Beau joueur et dans l’incapacité de s’y soustraire, sauf à perdre son fauteuil de Premier Ministre dévoué, silencieux et aux ordres, Dileita s’est résolu, d’assez mauvaise grâce (disons-le, franchement…) à remettre la médaille d’Or au Maître absolu de ses pensées, de ses paroles et de ses gestes..

.

13/08/08 (B460) 31ème Jeux où l’on Pique. Aujourd’hui s’est déroulée l’une des épreuves les plus prestigieuses de ces 31èmes jeux : le marathon du milliard ! Récit minute par minute de l’épreuve. (ARDHD – Humour)

Le marathon du Milliard est une épreuve très attendue non seulement à Djibouti mais dans le monde, car elle implique de nombreuses complicités internationales. Un seul objectif : « Piquer l’argent des autres ».

La bonne stratégie consistant généralement à cibler les organisations qui ont le plus de réserves disponibles et qui peuvent débloquer le plus rapidement possible des fonds importants, en demandant le minimum de justification et de réalisations effectives.

Au départ, les concurrents n’ont pas un sou en poche et ils doivent piquer un milliard dans le temps le plus court.

Les quatre finalistes qui se sont alignés sur la Grille de départ sont les spécialistes mondiaux de la discipline.

Ligne N°1 : Yacin Elmi Bouh, un athlète chevronné, qui adopte en général un style classique. Elégant et exigeant, il a gagné plusieurs fois l’épreuve . Il court, cette année, avec les couleurs du Ministère de l’Intérieur

Ligne N°2 : le favori de l’épreuve. Donné à 1,5 pour 1 par les Bookmakers britanniques. Djama Mahamoud Haid est un grand spécialiste, avec lequel, il faut compter (surtout le contenu de son portefeuille, avant de le voir et après).
En plus il a acquis une grande expérience aux commandes d’une institution dont le seul objectif est de Piquer l’argent international. Il tient la distance, comme l’on dit en jargon sportif. Frère de RPP (Reine Paulette de Pacotille), il a le soutien de la Banque mondiale et du FMI. Il est intégralement sponsorisé par la Banque centrale djiboutienne.

Ligne N°3 : un outsider. Ali Farah Assoweh. C’est sa première participation en finale du marathon. L’échine souple, la démarche assurée, il manque encore d’expérience face à ses concurrents, selon les pronostiqueurs. Pourra-t-il tenir la distance ? Mais il ne manque pas d’atout, ce qui explique sa participation à la grande finale : il a le soutien de l’Union européenne et des Banques arabes. Il court pour le Ministère des Affaires étrangères. Guelleh l’admirerait énormément. Mais il aurait aussi le soutien très secret de Paulette, qui le trouverait séduisant. Est-ce pour cette raison qu’il avait été choisi pour porter le drapeau, lors de la cérémonie d’ouverture ?

Ligne N°4 : un vétéran. Plusieurs fois finaliste. Tenant du titre qu’il a emporté haut la main, l’année dernière. Cette année, pour de nombreux observateurs, Djama Ali Guelleh fait toujours figure de grand favori. Pourtant, il accuse la fatigue après tant d’années passées à l’EDD, dont il défendra les couleurs. Les Bookmakers ne le jouent qu’à 2 contre 1, lui préférant Djama Mahamoud Haid. Il sait qu’il peut compter sur le soutien sans faille de Guelleh, qui lui a toujours reconnu ses grands talents internationaux de Piqueur. N’a-t-il pas fait financer à quatre reprises au moins, la rénovation de Boulaos, en réussissant à n’y jamais faire exécuter le moindre travail sérieux ? On dit que les Fonds US pour le développement l’encouragent beaucoup.

Le Top-départ a été donné par deux anciens athlètes de la spécialité, plusieurs fois vainqueurs de l’épreuve : Moumin Bahdon et Ali Aref Bouhran, bien connus en plus pour leur habilété à retourner leur veste, dès le moindre changement de climat politique.


Ali Farah Assoweh au coeur de l’action
Le marathon s’est déroulé dans les meilleures conditons possibles :

coups bas, crocs en jambe, délation, fausses informations, mensonges, présentation de faux bilans, remise de faux comptes prévisionnels,

promesses intenables de remboursement, fausses larmes pour attirer la sympathie, faux réfugiés pour prouver les demandes d’aides internationales, pannes électriques pour justifier de faux travaux de rénovation.

Bref tout l’arsenal à disposition du clan mafieux a été utilisé par les quatre athlètes.

Le résultat final a surpris plus d’un observateur :

Djama Ali Guelleh arrive premier et il reçoit la Médaille d’Or,
Ali Farah Assoweh qui a effectué un parcours sans faute : la Médaille d’Argent lui revient,
– Yacin Elmi Bouh, en dépit de ses atouts, n’arrive qu’en troisième place, derrière son poulain : Médaille de Bronze.

Parti en tête, Djama Mahamoud Haid s’est effondré dans la deuxième moitié de la compétition et n’aura pas de médaille cette année.

Attention un Guelleh peut en cacher un autre !!!

C’est IOG en personne qui a tenu à remettre la médaille d’Or à son directeur de l’EDD en ajoutant un Droit à Piquer pour un montant illimité et reconductible.

Personne ne connaît le montant exact des rétrocessions qui lui ont été imposées par IOG !

Une belle épreuve qui va se pousuivre durant toute l’année. Désormais, chacun attendra avec impatience le Millésime 2009, qui devrait encore nous réserver son lot de surprises !!

Les gagnants du Marathon du Milliard.
Ceux qui ont piqué le plus dans la caisse et le plus vite !


13/08/08 (B460) 31ème JO de Djibouti. Une interview exclusive et presque authentique de Guelleh. (ARDHD – Humour)

Apprenant que RPP nous avait accordé une interview qui a été publiée en exclusivité mondiale sur le site de l’ARDHD, Guelleh nous a fait savoir qu’il souhaitait aussi s’exprimer dans nos colonnes, ce que nous avons accepté au principe de la pluralité de l’information.

IOG : Merci à vous Messieurs, mes plus fidèles détracteurs depuis dix ans, d’avoir accepté de venir recevoir la seule parole autorisée dans la République. Celle qui permet de construire jour après jour la pensée unique, structure indestructible de la dictature.

ARDHD : Mais ce serait à nous de vous remercier, Excellence enveloppée, pour cette faveur, que vous réservez d’habitude exclusivement, en dehors de vos media totalement inféodés, à Paris-Match et à Jeune Afrique, qui sont les derniers à vous accorder encore leur oreille bienveillante et attentive en échange d’une forme systèmatique de surpiquage qui leur est propre.

IOG : de quoi souhaiteriez-vous parler ?

ARDHD : des sujets d’actualité et en particulier de ces 31èmes Jeux Où l’on pique qui sont une grande réussite. Pour vous, quelles sont les qualités requises pour faire un bon athlète, c’est à dire un athléte qui gagne ?

IOG : c’est facile à expliquer. Piquer est d’abord un don que l’on reçoit à la naissance. Piquer doit être une deuxième nature chez nos athlètes qui sont reconnus dans le monde pour leurs performances extraordinaires. Mais il faut aussi beaucoup s’entraîner, pratiquer chaque jour le piquage. C’est un véritable sacerdoce. Cela doit même devenir une véritable obsession.

Prenez par exemple Robleh Olhayeh Oudine, notre représentant à Whashington et aux Nations-unies. Il est toujours en train de piquer, de jour comme de nuit. Jamais il ne s’arrête un seul instant. Toujours en première ligne à forcer les portes de la Banque mondiale, du FMI, des Nations Unies, du Trésor américain, des fonds US pour le développement, l’environnement, l’éducation, que sais-je encore ?

C’est le type même d’un athléte fabuleux, recordman du monde dans sa spécialité.

ARDHD : Certainement. Mais comment faites-vous pour sélectionner de tels athlètes et pour les conserver autour de vous ?

IOG : la méthode est simple. D’abord il faut avoir du nez. Moi, je peux me vanter de repérer un futur athléte au milieu d’une foule. Je le sens, j’étudie comment il surveille la poche des autres, comment il subtilise une montre ou un portefeuille. Il y a des milliers de détails qui ne m’ont jamais trompé.

Ensuite, il devrait être natif d’Ethiopie. Si ce n’est pas une condition éliminatoire, c’est un sérieux atout. Et de préférence venir de famille modeste, très modeste et en avoir bavé, comme on dit, durant sa jeunesse. Il faut qu’il ait regardé avec jalousie, puis avec haine, les riches et les puissants avec leur façon d’écraser les pauvres de la supériorité de leurs moyens, de leur morgue et de leur suffisance, jusqu’à en crever, pour qu’il ait une envie viscérale de prendre leur place et leur argent.

Ne suis-je pas L’Exemple parfait ?

Pour conserver les athlètes au sein de notre équipe familiale, la méthode est simple. Il faut d’abord les compromettre et conserver bien à l’abri, des dossiers étoffés sur leurs agissements répréhensibles.

C’est le premier point, mais pas le seul. Ensuite, il faut les rémunérer largement : un bon pourcentage vaut mieux que toutes les lettres d’avertisememnt.

Et enfin, il faut les surveiller minute par minute, pour éviter qu’ils ne piquent pour leur propre compte.

Pour quelles raisons, pensez-vous, que j’ai mis Hassan Saïd à la tête du service de renseignements le mieux payé, le mieux équipé et le plus doté en personnel de toute la Corne de l’Afrique ? Et comme Hassan Saïd est bien compromis avec sa condamnation à Versailles, je le tiens par la barbichette. Il sait tout et il me dit tout, y compris s’il prenait à Paulette des envies de comploter contre moi, de donner des ordres à mes Ministres ou de piquer pour son compte. Je le saurais immédiatement.


ARDHD : En effet votre système est parfaitement rodé. Une dernière question : qui va gagner le concours de danse demain ? Quels sont vos pronostics ?

IOG : vous savez que Paulette et moi participerons, alors comment osez-vous me poser une question aussi stupide ? Je n’ai plus de temps à vous consacrer, car vous ne comprenez rien aux mécanismes de la tricherie et de la fraude scientifique. Débarassez-moi le plancher immédiatement.


ARDHD : Excusez-nous, Oh Excellence géniale ! L’interview sera publiée en exclusivité dès demain …