Articles

14/08/08 (B460) 31ème Jeux Où l’on pique. Epreuves de danse avec deux médailles au couple Princier, décernées dans la liesse populaire. Un énorme scandale dans la réprobation générale, quand se trompant d’objectif, Dileita a « Piqué un somme ». (ARDHD – Humour)


L’affiche d’ouverture proposée par Roger Picon
Aujourd’hui

la Valse
du Grand Piquage
.

1 – Catégorie danse féminine individuelle

RPP gagne la Médaille d’Or par forfait de sa rivale.

La dernière concurrente encore en lice, issue des repêchages, qui devait affronter Paulette pour la finale de l’épreuve a déclaré forfait avant la compétition.

Très émue, elle n’a été capable que de piquer un fard. Elle a déclaré, que face à Paulette, elle n’avait aucune chance, car trop impressionnée, elle ne pourrait pas piquer autre chose !

Et pourtant, nous avions affaire à une spécialiste de la discipline, dont nous tairons le nom par discrétion, mais chacun la reconnaîtra …


Cet exercice impose d’adopter un style campagnard et très « cornichon », ce que Paulette a accompli avec une spontanéité toute naturelle. Ce qui prouve que l’argent n’est pas suffisant pour effacer totalement les vestiges du passé.

2 – Catégorie danse homme individuel

Confronté à Dileita, le seul concurrent qui avait accepté de participer en finale contre le Chef de tout et de rien, Guelleh a gagné la médaille d’Or en exécutant son numéro personnel de danse qui l’avait rendu célèbre autrefois, auprès de la gente féminine ..

Sans que personne ne le remarque, il a réussi à Piquer ainsi l’intégralité de la recette de la journée au port …, ce qui lui a donné la victoire totale


Comme cela se produit souvent, en équilibre instable sur une seule jambe, Guelleh exécute la fameuse GUIBOLE, qui lui permet de modifier son discours en fonction de l’interlocuteur.
(Photo empruntée à La Nation N°20 du 11 mars 2002))

Contrairement aux pronostics pessimistes, Dileita n’a pas démérité au début . Bien au contraire !

Il a exécuté un numéro de lévitation extraordinaire. Captivant toute l’attention, il a même réussi à piquer le Portefeuille de Guelleh sans que ce dernier ne s’en aperçoive.

Mais Guelleh est le plus malin et son Portefeuille était absolument vide : Dileita n’a donc pas marqué le point qui lui aurait peut-être permis de gagner la finale à la surprise générale.

Le drame est arrivé, lorsque déçu par le résultat, Dileita s’est mis en tête de piquer un somme. Toujours en retard d’une guerre, il n’avait pas compris qu’il fallait piquer une grosse somme. Résultat, on a entendu des ronflements sonores qui ont choqué les spectatrices.


Dileita se prépare à piquer … un somme. Il est probable, que fidéle à ses habitudes, il n’avait pas encore compris les enjeux fondamentaux du concours.
   

3 – Catégorie couple

A la déception générale, l’épreuve a du être annulée, quand Paulette a refusé de danser avec le Chamelier, sans ne donner aucune explication.. De l’eau dans le gaz ??

 

Beau joueur et dans l’incapacité de s’y soustraire, sauf à perdre son fauteuil de Premier Ministre dévoué, silencieux et aux ordres, Dileita s’est résolu, d’assez mauvaise grâce (disons-le, franchement…) à remettre la médaille d’Or au Maître absolu de ses pensées, de ses paroles et de ses gestes..

.

13/08/08 (B460) 31ème Jeux où l’on Pique. Aujourd’hui s’est déroulée l’une des épreuves les plus prestigieuses de ces 31èmes jeux : le marathon du milliard ! Récit minute par minute de l’épreuve. (ARDHD – Humour)

Le marathon du Milliard est une épreuve très attendue non seulement à Djibouti mais dans le monde, car elle implique de nombreuses complicités internationales. Un seul objectif : « Piquer l’argent des autres ».

La bonne stratégie consistant généralement à cibler les organisations qui ont le plus de réserves disponibles et qui peuvent débloquer le plus rapidement possible des fonds importants, en demandant le minimum de justification et de réalisations effectives.

Au départ, les concurrents n’ont pas un sou en poche et ils doivent piquer un milliard dans le temps le plus court.

Les quatre finalistes qui se sont alignés sur la Grille de départ sont les spécialistes mondiaux de la discipline.

Ligne N°1 : Yacin Elmi Bouh, un athlète chevronné, qui adopte en général un style classique. Elégant et exigeant, il a gagné plusieurs fois l’épreuve . Il court, cette année, avec les couleurs du Ministère de l’Intérieur

Ligne N°2 : le favori de l’épreuve. Donné à 1,5 pour 1 par les Bookmakers britanniques. Djama Mahamoud Haid est un grand spécialiste, avec lequel, il faut compter (surtout le contenu de son portefeuille, avant de le voir et après).
En plus il a acquis une grande expérience aux commandes d’une institution dont le seul objectif est de Piquer l’argent international. Il tient la distance, comme l’on dit en jargon sportif. Frère de RPP (Reine Paulette de Pacotille), il a le soutien de la Banque mondiale et du FMI. Il est intégralement sponsorisé par la Banque centrale djiboutienne.

Ligne N°3 : un outsider. Ali Farah Assoweh. C’est sa première participation en finale du marathon. L’échine souple, la démarche assurée, il manque encore d’expérience face à ses concurrents, selon les pronostiqueurs. Pourra-t-il tenir la distance ? Mais il ne manque pas d’atout, ce qui explique sa participation à la grande finale : il a le soutien de l’Union européenne et des Banques arabes. Il court pour le Ministère des Affaires étrangères. Guelleh l’admirerait énormément. Mais il aurait aussi le soutien très secret de Paulette, qui le trouverait séduisant. Est-ce pour cette raison qu’il avait été choisi pour porter le drapeau, lors de la cérémonie d’ouverture ?

Ligne N°4 : un vétéran. Plusieurs fois finaliste. Tenant du titre qu’il a emporté haut la main, l’année dernière. Cette année, pour de nombreux observateurs, Djama Ali Guelleh fait toujours figure de grand favori. Pourtant, il accuse la fatigue après tant d’années passées à l’EDD, dont il défendra les couleurs. Les Bookmakers ne le jouent qu’à 2 contre 1, lui préférant Djama Mahamoud Haid. Il sait qu’il peut compter sur le soutien sans faille de Guelleh, qui lui a toujours reconnu ses grands talents internationaux de Piqueur. N’a-t-il pas fait financer à quatre reprises au moins, la rénovation de Boulaos, en réussissant à n’y jamais faire exécuter le moindre travail sérieux ? On dit que les Fonds US pour le développement l’encouragent beaucoup.

Le Top-départ a été donné par deux anciens athlètes de la spécialité, plusieurs fois vainqueurs de l’épreuve : Moumin Bahdon et Ali Aref Bouhran, bien connus en plus pour leur habilété à retourner leur veste, dès le moindre changement de climat politique.


Ali Farah Assoweh au coeur de l’action
Le marathon s’est déroulé dans les meilleures conditons possibles :

coups bas, crocs en jambe, délation, fausses informations, mensonges, présentation de faux bilans, remise de faux comptes prévisionnels,

promesses intenables de remboursement, fausses larmes pour attirer la sympathie, faux réfugiés pour prouver les demandes d’aides internationales, pannes électriques pour justifier de faux travaux de rénovation.

Bref tout l’arsenal à disposition du clan mafieux a été utilisé par les quatre athlètes.

Le résultat final a surpris plus d’un observateur :

Djama Ali Guelleh arrive premier et il reçoit la Médaille d’Or,
Ali Farah Assoweh qui a effectué un parcours sans faute : la Médaille d’Argent lui revient,
– Yacin Elmi Bouh, en dépit de ses atouts, n’arrive qu’en troisième place, derrière son poulain : Médaille de Bronze.

Parti en tête, Djama Mahamoud Haid s’est effondré dans la deuxième moitié de la compétition et n’aura pas de médaille cette année.

Attention un Guelleh peut en cacher un autre !!!

C’est IOG en personne qui a tenu à remettre la médaille d’Or à son directeur de l’EDD en ajoutant un Droit à Piquer pour un montant illimité et reconductible.

Personne ne connaît le montant exact des rétrocessions qui lui ont été imposées par IOG !

Une belle épreuve qui va se pousuivre durant toute l’année. Désormais, chacun attendra avec impatience le Millésime 2009, qui devrait encore nous réserver son lot de surprises !!

Les gagnants du Marathon du Milliard.
Ceux qui ont piqué le plus dans la caisse et le plus vite !


13/08/08 (B460) 31ème JO de Djibouti. Une interview exclusive et presque authentique de Guelleh. (ARDHD – Humour)

Apprenant que RPP nous avait accordé une interview qui a été publiée en exclusivité mondiale sur le site de l’ARDHD, Guelleh nous a fait savoir qu’il souhaitait aussi s’exprimer dans nos colonnes, ce que nous avons accepté au principe de la pluralité de l’information.

IOG : Merci à vous Messieurs, mes plus fidèles détracteurs depuis dix ans, d’avoir accepté de venir recevoir la seule parole autorisée dans la République. Celle qui permet de construire jour après jour la pensée unique, structure indestructible de la dictature.

ARDHD : Mais ce serait à nous de vous remercier, Excellence enveloppée, pour cette faveur, que vous réservez d’habitude exclusivement, en dehors de vos media totalement inféodés, à Paris-Match et à Jeune Afrique, qui sont les derniers à vous accorder encore leur oreille bienveillante et attentive en échange d’une forme systèmatique de surpiquage qui leur est propre.

IOG : de quoi souhaiteriez-vous parler ?

ARDHD : des sujets d’actualité et en particulier de ces 31èmes Jeux Où l’on pique qui sont une grande réussite. Pour vous, quelles sont les qualités requises pour faire un bon athlète, c’est à dire un athléte qui gagne ?

IOG : c’est facile à expliquer. Piquer est d’abord un don que l’on reçoit à la naissance. Piquer doit être une deuxième nature chez nos athlètes qui sont reconnus dans le monde pour leurs performances extraordinaires. Mais il faut aussi beaucoup s’entraîner, pratiquer chaque jour le piquage. C’est un véritable sacerdoce. Cela doit même devenir une véritable obsession.

Prenez par exemple Robleh Olhayeh Oudine, notre représentant à Whashington et aux Nations-unies. Il est toujours en train de piquer, de jour comme de nuit. Jamais il ne s’arrête un seul instant. Toujours en première ligne à forcer les portes de la Banque mondiale, du FMI, des Nations Unies, du Trésor américain, des fonds US pour le développement, l’environnement, l’éducation, que sais-je encore ?

C’est le type même d’un athléte fabuleux, recordman du monde dans sa spécialité.

ARDHD : Certainement. Mais comment faites-vous pour sélectionner de tels athlètes et pour les conserver autour de vous ?

IOG : la méthode est simple. D’abord il faut avoir du nez. Moi, je peux me vanter de repérer un futur athléte au milieu d’une foule. Je le sens, j’étudie comment il surveille la poche des autres, comment il subtilise une montre ou un portefeuille. Il y a des milliers de détails qui ne m’ont jamais trompé.

Ensuite, il devrait être natif d’Ethiopie. Si ce n’est pas une condition éliminatoire, c’est un sérieux atout. Et de préférence venir de famille modeste, très modeste et en avoir bavé, comme on dit, durant sa jeunesse. Il faut qu’il ait regardé avec jalousie, puis avec haine, les riches et les puissants avec leur façon d’écraser les pauvres de la supériorité de leurs moyens, de leur morgue et de leur suffisance, jusqu’à en crever, pour qu’il ait une envie viscérale de prendre leur place et leur argent.

Ne suis-je pas L’Exemple parfait ?

Pour conserver les athlètes au sein de notre équipe familiale, la méthode est simple. Il faut d’abord les compromettre et conserver bien à l’abri, des dossiers étoffés sur leurs agissements répréhensibles.

C’est le premier point, mais pas le seul. Ensuite, il faut les rémunérer largement : un bon pourcentage vaut mieux que toutes les lettres d’avertisememnt.

Et enfin, il faut les surveiller minute par minute, pour éviter qu’ils ne piquent pour leur propre compte.

Pour quelles raisons, pensez-vous, que j’ai mis Hassan Saïd à la tête du service de renseignements le mieux payé, le mieux équipé et le plus doté en personnel de toute la Corne de l’Afrique ? Et comme Hassan Saïd est bien compromis avec sa condamnation à Versailles, je le tiens par la barbichette. Il sait tout et il me dit tout, y compris s’il prenait à Paulette des envies de comploter contre moi, de donner des ordres à mes Ministres ou de piquer pour son compte. Je le saurais immédiatement.


ARDHD : En effet votre système est parfaitement rodé. Une dernière question : qui va gagner le concours de danse demain ? Quels sont vos pronostics ?

IOG : vous savez que Paulette et moi participerons, alors comment osez-vous me poser une question aussi stupide ? Je n’ai plus de temps à vous consacrer, car vous ne comprenez rien aux mécanismes de la tricherie et de la fraude scientifique. Débarassez-moi le plancher immédiatement.


ARDHD : Excusez-nous, Oh Excellence géniale ! L’interview sera publiée en exclusivité dès demain …

13/08/08 (B460) 31ème JO de Djibouti. Une interview exclusive et presque authentique de RPP, patronne du Staff médical. (Humour ARDHD)

Aussitôt connus les résultats du Marathon du Milliard, nous avons sollicité une interview « à Chaud » de Paulette, qu’elle a fort aimablement acceptée.

ARDHD : « En votre qualité de Princesse régente du Royaume, nous aimerions avoir votre avis sur cette belle course ».

RPP : Ce fut une belle épreuve en effet. Tous les concurrents étaient au maximum de leurs possibilités et ils se sont distingués chacun, en utilisant des méthodes différentes de piquage.

ARDHD : Aviez-vous un favori avant l’épreuve ?

RPP : un bien sur et même deux. D’abord mon frère. Comme vous le savez, selon nos traditions, nous devons défendre nos proches, nos parents, nos alliés et les membres de notre tribu. C’est une devoir sacré et national. Nous devons propulser nos proches sur les plus hautes marches de tous les podiums, administrations, organisations… C’est une Loi pour nous toutes et tous. Et j’ai été très abattue en apprenant son mauvais classement.

En revanche, je me félicite de l’excellente place d’Ali Farah Assoweh. Comme le dit la rumeur, c’est un jeune homme que j’apprécie personnellement beaucoup et il a tout un avenir devant lui. On mesure le chemin qu’il a parcouru, par ses seules qualités, quand on sait qu’il est parti de rien, sans un sou en poche…

ARDHD : En tant que Patronne du Staff médical, vous avez certainement contribué à la victoire ...

RPP : bien entendu. Grâce à mes piqûres un peu particulières et surtout secrètes (je le reconnais), je peux doper les piqueurs les plus méritants et empoisonner ceux qui sont le moins dociles pour exécuter mes ordres.

Surtout quand mes ordres contedisent ceux de Bobard 1er, mon saint époux, qui a tendance à s’emmêler les pieds, par les temps qui courent, dans le tapis doré de ses propres contradictions géo-politiques. Mais je veille au grain !

ARDHD : Mais vous allez participer aussi à la compétition, dès demain ..

RPP : En effet, demain est le jour des épreuves de danse. Je participerai en danse féminine individuelle et en couple avec le Gros. Il y a des concurrentes et des concurrents sérieux et je m’entraîne tous les jours.

Faire chanter les autres à toujours été, pour moi, une deuxième personnalité (On ne se refait pas à mon âge). Mais si vous ne le saviez pas, soyez assuré que j’ai le sang chaud et que j’ai aussi le rythme et la danse dans la peau. Vous pourrez vérifier cela dès demain.

ARDHD : Merci gracieuse princesse pour toutes ces informations.

13/08/08 (B460) Blog sur Tribune de Genève / Des soldats éthiopiens tirent sur la foule en Somalie

Brève du jour- Une bombe explose lundi au passage d’un convoi éthiopien dans le distict de Wanlaweyn au nord de la capitale somalienne tuant deux soldats éthiopiens et blessant des civils. Aussitôt, les soldats éthiopiens répliquent et tirent dans la foule. Bilan: Six civils meurent sur le coup dont un enfant et une femme.

Ce genre d’acte n’est pas un cas isolé, car les civils somaliens notamment les femmes et les enfants paient un lourd tribut dans le conflit qui oppose à Mogadiscio entre le gouvernement fédéral de transition épaulé par les soldats éthiopiens et ses adversaires islamistes.

13/08/08 (B460) Garowe On Line : Des combats violents et des bombardements dans le Sud de la Somalie après des embuscades tendues aux forces éthiopiennes qui ont perdu plusieurs soldats. Les troupes éthiopiennes d’occupation ont reçu des renforts. / Heavy battles in Somalia after insurgents ambush Ethiopia forces (En Anglais – Info lecteur)

Fierce fighting erupted in parts of southern Somalia on Tuesday, as Ethiopian forces traveling along a key road were ambushed different times by Islamist guerrillas, Radio Garowe reported.

The fighting was concentrated in Lower Shabelle region, with locals near the Baledogle airstrip reporting of « heavy bombardment » and « many casualties. »

At least 10 people – including civilian bystanders, Ethiopian soldiers and insurgents – have been reported dead so far and many more wounded.

Ethiopian troop reinforcements were dispatched from Baidoa and Afgoye towns, with emerging reports indicating that an Ethiopian convoy was ambushed separately in Burhakaba district, in Bay region where Baidoa is located.

An Ethiopian army truck hit a landmine and exploded in Burhakaba, according to local sources.

The ambushed force was traveling on the road that links the capital Mogadishu to Baidoa, where the country’s federal parliament is based.

Islamist fighters have waged a relentless guerrilla war since early 2007, when the Ethiopian army helped install the Somali government in Mogadishu.
In June, the government and its Islamist opposition signed a peace agreement but violence continues to rage in the country.

12/08/08 (B460) Press TV / Une douzaine de soldats éthiopiens sont tués dans de violents accrochages dans Mogadiscio / Violence in Somalia claims dozens (En Anglais – Info lecteur)

At least 10 Ethiopian soldiers have been killed by Somali insurgents at a military base located at the national stadium in Mogadishu.

Ethiopian soldiers were returning to the base when they were attacked by grenades and mortar shells.

Meanwhile, Somali fighters attacked three Somali government facilities killing at least 11 high-ranking officers.

In further violence, armed men killed a Somali government soldier inside the market of Afgoye, about 30 kilometers south of the capital Mogadishu. Four were injured in the incident.

Unknown gunmen have also killed at least six people in the last 12 hours, some of whom were UN aid workers moving between Afgoye and Mogadishu. Speaking to Press TV, Ahmed Dirie Ali, spokesman of the Hawiye Traditional Council condemned these attacks on the « eyes of society. »

12/08/08 (B460) Press TV Au moins 68 personnes ont perdu la vie dans des combats violents en Somalie (En Anglais – Info lecteur)

At least 68 people have lost their lives in fresh clashes across Somalia as violence continues to sweep across the East African nation.

In south Mogadishu, anti-Ethiopian groups detonated a landmine — as a 2,800-strong Ethiopian battalion left its base for Afgoy — killing at least 48 Ethiopian soldiers and injuring more than 52 others, Press TV correspondent in Somalia reported on Monday.

The Ethiopians reacted by opening heavy artillery fire on civilians, seriously injuring more than 23 people.

Meanwhile, an ambush attack on a military base in north Mogadishu located near a former pasta factory left at least five Ethiopian soldiers dead, prompting troops to open heavy gunfire, killing and injuring an unknown number of civilians.

In another incident on Monday, at least eight Somali government troops were killed and 20 others injured as they were attacked by unidentified gunmen while looting civilians near Hodon district. Three of the gunmen and six civilians were also injured.

The US-backed Ethiopian troops marched into Somalia in December 2006 to help the country’s interim government oust the Union of Islamic Courts (UIC), who had taken control of large parts in south and central Somalia.

Conflict-torn Somalia, lacking a functioning government since the 1991 ouster of dictator Mohamed Siad Barre, has seen thousands of people die in the unrest which has displaced thousands more.