Articles

09/06/2015 (Brève 464) Parti socialiste français : communiqué du 8 juin 2015 pour dénoncer les nouvelles arrestations à Djibouti et pour demander l’application des accords de décembre 2014

Télécharger le communiqué (PDF) : http://www.ardhd.org/ps/djibouti_08-06-2015.pdf

Le Parti socialiste dénonce des arrestations arbitraires à Djibouti

Alors qu’à son arrivée à l’aéroport de Djibouti, le 6 juin, la chanteuse djiboutienne renommée Nima Djama Miguil, exilée et engagée pour la démocratie dans son pays d’origine, était accueillie chaleureusement par un comité de femmes et de jeunes de la l’opposition coalisée dans l’Union pour le salut national (USN), douze personnes ont été arrêtées et incarcérées pour avoir chanté des refrains prônant la démocratie et le combat pacifique.

Seule, une mineure de douze ans a depuis été libérée.

Le Parti socialiste dénonce ce déni de la liberté d’expression. Il appelle à la libération immédiate de ces femmes et de ces jeunes par le pouvoir.

A cette occasion, il souligne la nécessité de respecter les engagements pris le 30 décembre 2014 par les autorités djiboutiennes à travers l’accord-cadre sur le dialogue politique, qui prévoyait la mise en œuvre immédiate de réformes démocratiques.

12/09/08 (B464-B) XINHUA / Les parlementaires somaliens refusent de rétablir les ministres démissionnaires dans leurs fonctions

Le Parlement somalien de transition a refusé jeudi, à une majorité écrasante, de rétablir les dix ministres démissionnaires dans leurs fonctions, une principale disposition du récent accord entre le président Abdulahi Yusuf Ahmed et le Premier ministre Nur Hassan Hussein.

Les législateurs ont débattu de l’accord signé entre Hussein et Ahmed le mois dernier dans la capitale éthiopienne Addis Abeba après la rupture croissante qui s’est intensifiée entre eux.

« Sur 190 parlementaires présents à la session aujourd’hui, 175 ont voté contre la réintégration des dix ministres dans le gouvernement alors que 15 membres ont voté en faveur. Donc, ceux qui ont voté contre l’ont emporté », a indiqué le président du parlement Aden Mohamed Nur Madobe après le déroulement du vote.

Le vote pourrait potentiellement approfondir les différences au sein du gouvernement de transition et affaiblir l’accord provisoire obtenu par la médiation du gouvernement éthiopien qui a envoyé ses militaires en Somalie pour démanteler une administration islamiste dans le sud et le centre du pays.

Les dix ministres ont démissionné en juillet dernier en protestation contre le limogeage du maire de Mogadiscio Mohamed Omar Habeeb, un proche allié du président qui a signé plus tard un decret rétablissant le maire dans ses fonctions.

Dans le cadre de l’accord signé par le président et le Premier ministre, les dix ministres seront réintégrés dans un nouveau gouvernement élargi alors que le maire limogé ne sera pas maintenu à son poste mais pourra se présenter à une élection qui devrait être organisée sous 15 jours.

Un nouveau comité de haut niveau, formé selon un décret présidentiel mercredi, organisera l’élection pour choisir un nouveau maire de la capitale somalienne. Habeeb a déclaré qu’il se présentera à toute élection pour la direction de la capitale somalienne.

12/09/08 (B464-B) XINHUA / Somalie : libération de neuf marins philippins enlevés par des pirates

Neuf marins philippins, qui se trouvaient parmi les 13 membres d’équipage d’un navire allemand, ont été libérés un mois après avoir été enlevés au large de la Somalie, a annoncé vendredi le gouvernement philippin.

Le porte-parole du département des Affaires étrangères, Claro Cristobal, a indiqué que les marins philippins n’étaient pas physiquement blessés et se trouvaient en bonne santé lorsqu’ils ont été libérés jeudi.

Le navire allemand MV BBC, battant pavilion antiguai, a été détourné le 21 août dernier près de la côte somalienne non surveillée. Le navire retenu dans le nord-est du village de pêcheurs d’Eyl, avait à son bord 13 membres d’équipage dont un capitaine slovène, dix Philippins et deux Russes.

M. Cristobal a ajouté que son département travaille encore à la libération de 51 autres marins philippins enlevés avec six navires étrangers détournés depuis le 19 juillet dernier au large de la Somalie.

En raison de l’augmentation du nombre de marins philippins enlevés, le gouvernement philippin a proposé une interdiction de déploiement de travailleurs en territoire somalien terrestre et maritime, afin de les protéger des enlèvements.

Selon cette proposition, les Philippins seront restreints par leur contrat dans les "lignes de mer en sécurité" identifiées et certifiées par la Coalition des forces navales opérant dans la région.

Les eaux de la Somalie et du Nigeria sont les plus fréquentées par des pirates dans le monde, le Bureau maritime international rapportant 24 attaques en Somalie et 18 autres au Nigeria entre avril et juin de cette année.

12/09/08 (B464-B) A lire sur LOI cette semaine ….

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN – 13/09/2008
DJIBOUTI – Djibouti
Le représentant du gouvernement djiboutien à la direction du Port autonome international de Djibouti (PAID), Aden Ahmed Douale , sera à Paris le 20 octobre pour représenter son pays à la conférence commerciale organisée au Sénat

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN – 13/09/2008
DJIBOUTI – Petit conclave au Sénat à Paris
Cette conférence, qui durera la matinée, aura, selon le vœu du sénateur UMP (gouvernemental) Louis Duvernois , de nombreux parrains (le Sénat, le Medef , les conseillers du commerce extérieur de la France et l’organisme public Ubifrance ).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN – 13/09/2008
DJIBOUTI – Reykjavik Energy Invest

? L’appel d’offres lancé par la firme islandaise, fin juin, pour le forage de trois puits géothermiques dans la région d’Assal à Djibouti n’a pas attiré les foules.

12/09/08 (B464-B) EITB 24 / Tentative de détournement d’un thonier basque en Somalie

Il s’agit du thonier basque Playa de Anzoras, qui se trouvait près de la côte somalienne, dans l’Océan Indien. L’équipage du thonier a pu s’en sortir sans qu’il y ait d’incidents.

Le thonier basque Playa de Anzoras a réussi à échapper d’une tentative de détournement dans les eaux de l’Océan Indien près de la Somalie, après avoir été attaqué par au moins trois canots à moteur, selon des sources du ministère de l’Agriculture et Pêche du Gouvernement Basque.

Le ministère des Affaires étrangères espagnol a confirmé cette attaque.

L’attaque a eu lieu vers cinq heures et demie de l’après-midi, à 325 milles de la côte somalienne, dans les eaux internationales, selon le Gouvernement Basque.

L’équipage du thonier, appartenant à l’armateur Pevasa, a pu s’en sortir sans qu’il y ait des incidents. Le thonier se trouve déjà à 370 milles de la côte hors de danger.

Le thonier basque Playa de Bakio, qui a été détourné dans les eaux somaliennes pendant une semaine au mois d’avril, appartenait aussi au même armateur.

12/09/08 (B464-B) JDD / Somalie: Les pirates libèrent 2 cargos étrangers (Info lectrice)

18 membres d’équipage du chimiquier japonais "MT Irene" ont été libérés par les pirates, au nord de la Somalie, dans la région semi-autonome du Puntland.

Au même moment, l’Association des marins d’Afrique de l’Est annonçait de Nairobi la libération des 13 membres d’équipage d’un cargo allemand, le "BBC Triniad", à la suite, selon toute vraisemblance, du paiement d’une rançon.

Dix autres navires resteraient encore aux mains des pirates dans le secteur, et notamment un navire français, le Carré-d’As.

12/09/08 (B464-B) MSF / Yemen – Golfe d’Aden : la tragédie continue

Les 29 corps retrouvés sur une plage au Yémen sont les dernières victimes de la dangereuse traversée du Golfe d’Aden. Depuis 2007, MSF assure les premiers secours sur les plages où débarquent ces réfugiés, en provenance de Somalie ou d’Ethiopie, et a pris en charge le centre de santé du Centre d’accueil d’Ahwar.

Une équipe MSF a découvert huit corps, le 9 septembre dernier, sur la plage de Wadi Al-Barakin, à 30 kilomètres d’Ahwar, au Yémen.

Ces personnes, réfugiés et migrants fuyant la guerre ou l’extrême pauvreté dans la corne de l’Afrique, ont tenté de traverser le Golfe d’Aden. Le même jour, 21 autres corps se sont échoués sur la côte, ramenant le nombre total de morts à 29. Selon les témoignages de survivants, 10 autres personnes auraient trouvé la mort au cours de la traversée.

A 4h30 du matin, l’équipe MSF a été prévenue d’une nouvelle arrivée sur la côte, la septième en neuf jours. En arrivant sur la plage, celle-ci y a trouvé un groupe de survivants ainsi que huit corps sans vie.

Les survivants ont dit aux membres de l’équipe MSF que leur bateau, arrivé au milieu de la nuit, s’était immobilisé trop loin des côtes, en eaux profondes. Les passagers ont alors été violemment poussés à sauter de l’embarcation. La plupart des personnes décédées ne savaient pas nager.

Les survivants ont décrit l’extrême brutalité des passeurs, tout au long de la traversée. Selon leurs témoignages, pas moins de 10 personnes ont trouvé la mort au cours de cette traversée. Plusieurs sont morts d’asphyxie et trois autres, dont deux enfants, avaient été jetés à l’eau par les passeurs. Au début de la traversée, les passagers étaient au nombre de 120.

Ils nous ont menacés avec leurs armes et nous ont forcé à monter à bord. Nous étions 120, entassés, et le voyage a duré deux jours.

Un réfugié somalien

Selon un réfugié somalien âgé de 23 ans et originaire de Mogadiscio :
« A Bossasso (Somalie), les passeurs nous avaient promis de nous conduire au Yémen par petits groupes dans des bateaux récents et rapides, avec, à leur bord, de la nourriture et de l’eau. Mais le bateau s’est avéré être ancien. Ils nous ont menacés de leurs armes et nous ont forcés à monter à bord. Nous étions 120, entassés. Et le voyage a duré deux jours. Nous n’avons reçu ni eau ni nourriture. Certains d’entre nous avaient été placés dans la cale et plusieurs sont morts d’asphyxie, d’autres ont été jetés par-dessus bord. Deux enfants étaient parmi eux. Pour nous intimider, ils nous ont frappé à coup de ceinture. L’un d’eux nous a même arrosés d’essence avant de nous menacer avec son briquet. »

Après avoir reçu les premiers secours sur la plage, les réfugiés se sont rendus au Centre d’accueil de Ahwar où les équipes de MSF ont pu leur donner une assistance médicale et un soutien psychologique.

« Les passagers des six derniers bateaux avaient été traités de façon humaine par les passeurs. Nous avons cru que la tendance avait changé, jusqu’à aujourd’hui, explique Alfonso Verdu, chef de mission pour MSF – Espagne, au Yémen.

Les situations cauchemardesques de 2007 se répètent encore. Ces gens ont enduré des choses terribles. Une femme a perdu ses trois jeunes enfants. Une jeune Ethiopienne a vu son père âgé de 70 ans se faire jeter à l’eau en pleine nuit, et n’a pu retrouver son corps que le lendemain matin.

La majorité d’entre eux nous disent n’avoir pas d’autre choix que de fuir les violences perpétrées contre eux en Somalie et en Ethiopie, et ce, même s’ils ont conscience des dangers de la traversée.

Nous nous attendons à une arrivée massive de réfugiés et de migrants, ajoute Alfonso Verdu, le chiffres de 2008 étant le double de ceux de 2007. Mais ce ne sont pas seulement les chiffres qui augmentent : la violence a triplé depuis début septembre. »

12/09/08 (B464-B) Portail des sous-marins / Somalie : les otages français seraient en bonne santé.

Bien qu’aucun contact direct n’ait pu être établi avec eux, Andrew Mwangura, du East African Seafarers’ Assistance Programme basé au Kenya, pense qu’ils sont en bonne santé.

Mercredi, Andrew Mwangura avait indiqué que les pirates exigeaient une rançon 1,4 million $ (1 million €).

Ils veulent aussi obtenir la libération de 6 de leurs collègues arrêtés par la marine nationale en avril dernier pendant l’opération des commandos sur le Ponant.