Articles

17/06/2015 (Brève 467) L’UDDESC, sous la signature de son secrétaire général Hassan Cher Hared nous adresse un rapport précis sur la situation des syndicats et de travailleurs à Djibouti et sur les manoeuvres inadmissibles et éhontées à la conférence de l’OIT de l’Ambassadeur de Djibouti en Suisse et du ministre djiboutien du travail.

Nous conseillons à toutes les lectrices et à tous les lecteurs d’en prendre connaissance, car la précision avec laquelle le secrétaire de l’UDDESC décrit la situation est remarquable… Même si elle est alarmante sur l’évolution dictatoriale du régime.

La conclusion est explicite : « Ismaël Omar Guelleh, président de Djibouti, est l’unique personne à décider du blocage ou déblocage de la situation syndicale à Djibouti, mais tous les contacts et informations reçus démontrent qu’il n’est nullement disposé à traiter ce dossier. »

Le document au format Pdf est accessible en téléchargement sur notre site : lien : http://www.ardhd.org/uddesc/rapport-2013-2015.pdf

3/10/08 (B467-B) La piraterie en Somalie : un business qui affiche des résultats solides et qui n’est pas menacé par la crise financière …. (2 dépêches – Info lectrice)

___________________ Ria Novosti

Somalie: les pirates auraient amassé entre 18 et 30 M USD en 2008 (étude)

RIA Novosti. Les pirates somaliens auraient obtenu entre 18 et 30 millions de dollars en termes de rançon pour les navires détournés depuis le début de l’année, selon une étude publiée sur le site Internet du Royal Institute of International Affairs (Grande-Bretagne), alias le Chatham House.

Selon cette étude, si les pirates se contentaient de quelques centaines de dollars il y a encore quelques années, ils gagnent actuellement un demi-million à 2 millions de dollars par navire, et une soixantaine de navires ont été détournés en 2008, soit le double par rapport à 2007.

La mise en place d’un système de protection régulier des voies maritimes au large de la Somalie ne serait pas rentable, car verser des rançons aux pirates revient moins cher, mais cette situation ne satisfait pas la communauté internationale, les recettes des pirates étant susceptibles de financer le terrorisme et la guerre en Somalie, constatent les chercheurs britanniques.

___________________ AP

Les pirates somaliens ont obtenu pour 30 millions de dollars de rançons en 2008, selon un rapport

Les pirates qui opèrent au large des côtes somaliennes ont amassé pour 30 millions de dollars (21,5 millions d’euros) de rançons depuis le début de l’année, rapporte le centre de recherche Chatham House, basé à Londres, dans une étude publiée jeudi.

Selon le rapport rédigé par Roger Middleton, les rançons obtenues par les pirates servent à financer la guerre en Somalie entre le gouvernement et les insurgés islamistes, dont certains figurent sur une liste de terroristes du département d’Etat américain.

"La communauté internationale doit être consciente du risque que les pirates somaliens puissent devenir des agents de réseaux terroristes internationaux", avertit M. Middleton. Il reconnaît toutefois qu’il n’existe pas de preuves montrant que les rançons ont servi à acheter des armes hors de la Somalie.

Un autre rapport publié jeudi par Risk Intelligence, une société danoise spécialisée dans la sécurité maritime, fait état d’une hausse spectaculaire en septembre du nombre de marins détenus par les pirates somaliens.

Selon cette étude, les pirates détenaient le mois dernier 374 personnes suite à des attaques contre des bateaux au large de la corne de l’Afrique, alors que ce chiffre s’établissait à 292 pour l’ensemble de 2007.

Les actes de piraterie au large de la Somalie ont déjà plus que doublé en 2008 par rapport à l’année précédente, avec plus de 60 détournements ou tentatives de détournement de bateaux.

La plupart des attaques se produisent dans le golfe d’Aden, l’un des couloirs de navigation les plus fréquentés de la planète, au nord de la Somalie. Mais récemment, les pirates ont également lancé des attaques dans les eaux de l’océan Indien, à l’est des côtes somaliennes.

03/10/08 (B467-B) Afrik.com / Somalie : sept civils tués par des tirs de mortier à Mogadiscio (Info lectrice)

Cinq insurgés islamistes ont tiré au mortier contre un avion de l’Union Africaine à l’aéroport de Mogadiscio mercredi.

Sept personnes ont été tuées par les obus aux alentours de l’aéroport, selon l’AFP. Mi-septembre, ils avaient exigé la fermeture du site considéré comme un instrument aux mains de l’armée somalienne

03/10/08 (B467-B) Après une polémique sur l’identité du (ou des) véritable(s) propriétaire(s) de l’arsenal embarqué sur le Faina (Ethiopie, Soudan, Kenya ou ?), deux types d’information circulent dans la presse, soit sur les négociations avec les pirates, soit sur un projet de destruction du navire. (4 dépêches)

___________________ Le Figaro avec AFP

Somalie : le cargo va-t-il être détruit ?

Les islamistes somaliens, qui combattent le gouvernement de Mogadiscio et ses alliés éthiopiens, ont appelé les pirates à détruire le cargo ukrainien chargé d’armes qu’ils détiennent s’ils n’obtiennent pas le versement d’une rançon.

"S’ils n’obtiennent pas l’argent qu’ils demandent, nous les appelons soit à brûler le cargo et ses armes, soit à le couler", a déclaré cheikh Mukhtar Robow, porte-parole des "shebabs", insurgés islamistes extrémistes somaliens. "Nous n’avons ni contacts, ni liens avec les pirates" qui agissent pour "leurs propres intérêts", a poursuivi le porte-parole, ajoutant: "c’est un crime de prendre des navires de commerce, mais cela ne concerne pas le détournement de navires transportant des armes pour les ennemis d’Allah" . "Nous croyons que la cargaison d’armes appartient à l’Ethiopie", a-t-il affirmé

___________________ Ria Novosti

Somalie: aucun recours à la force envisagé contre les pirates (Marine russe)

La flotte russe a démenti les informations relayées par les médias selon lesquelles la frégate Neoustrachimy aurait l’ordre de recourir à la force contre les pirates somaliens retenant en otage l’équipage du cargo Faïna, a annoncé à RIA Novosti le porte-parole de la Marine russe Igor Dygalo.

"Certains médias citant des sources anonymes prétendent que l’escorteur russe Neoustrachimy, une fois en Somalie, compterait se lancer dans un affrontement armé avec les pirates qui ont abordé le cargo Faïna battant pavillon du Belize. De telles déclarations sont provocatrices, nuisent à la libération de l’équipage et mettent leur vie en péril", a-t-il déclaré.

Les démarches entreprises par les navires de guerre russes en Somalie seront conformes à la Charte des Nations unies et à la convention de l’ONU sur le droit de la mer, a-t-il ajouté.

La tâche principale de l’escorteur Neoustrachimy au large des côtes somaliennes sera d’assurer la sécurité des navires russes en prévenant les attaques des pirates locaux.

Selon lui, des négociations sont déjà en cours et la libération du navire et de son équipage sera menée conformément à la pratique internationale.

Le cargo ukrainien Faïna intercepté par les pirates somaliens transporte 33 chars russes T-72. Les pirates réclament une rançon de 20 millions de dollars et menacent de tuer les otages en cas de d’opération de libération. Le capitaine du cargo, le Russe Vladimir Kolobkov, est décédé des suites d’une insuffisance cardiaque aiguë.

Le président somalien a autorisé les navires de guerre russes à combattre les pirates en mer et sur la terre ferme, a annoncé mercredi l’ambassadeur de Somalie à Moscou Mohamed Mohamoud Handule.

Le Neoustrachimy est équipé de systèmes d’armements anti-sous-marins et antiaériens, d’un canon 100 mm, de torpilles et de systèmes à réaction tirant des roquettes anti-sous-marines. Il possède un hélicoptère embarqué Kamov-27.

__________________________ Négociations

___________________________________ AFP


Cargo d’armes: les pirates somaliens négocient en maintenant leurs exigences

Les pirates somaliens, qui détiennent depuis le 25 septembre un cargo ukrainien chargé d’armes, le Faina, négocient tout en maintenant leur exigence d’une rançon de 20 millions de dollars pour relâcher le bateau, dont l’attaque a reçu le soutien inédit des extrémistes islamistes.

Par ailleurs, pour la seule journée du 1er octobre, 4 navires ont été attaqués par des pirates somaliens, a indiqué vendredi le Centre antipiraterie du Bureau maritime international (BMI) qui estime que ces agressions atteignent un "niveau critique" dans la zone.

Les navires, qui ont tous finalement pu échapper à leurs assaillants, ont été pris en chasse par des agresseurs armés de mitrailleuses et de lance-grenades.

"Il s’agit du nombre parmi les plus élevés d’attaques commises en un seul jour", a déclaré Noel Choong, le directeur du BMI basé à Kuala Lumpur.

"Nous appelons les bateaux à rester en alerte. Le niveau est critique en ce moment", a averti Noel Choong.

Selon le BMI, environ 60 bateaux ont été attaqués dans le golfe d’Aden et l’océan Indien depuis janvier 2008 par des pirates venus de Somalie, pays livré au chaos depuis le début d’une guerre civile en 1991.

"Nous négocions avec le propriétaire (du Faina) et les discussions prennent la direction d’une issue positive, mais rien n’a été finalisé", a déclaré jeudi à l’AFP le porte-parole des pirates, Sugule Ali, joint par téléphone à bord du cargo.

"Les propriétaires du bateau savent depuis le début que nous demandons 20 millions de dollars", a-t-il ajouté, affirmant: "les vrais pirates sont ceux qui transportent des armes dans les eaux de Somalie et qui méritent d’être mis à l’amende".

Dans un communiqué, le Conseil de la sécurité nationale et la défense ukrainien indique de son côté que "le propriétaire du bateau mène des négociations avec des intermédiaires des pirates".

"La tâche principale est de préserver la vie de l’équipage et de le faire revenir en Ukraine le plus vite possible", selon Kiev qui se prononce pour un règlement négocié.

Tout en niant tout contact avec les pirates, les insurgés islamistes extrémistes somaliens, les "shebabs", ont apporté jeudi pour la première fois un soutien public à l’attaque.

"C’est un crime de prendre des navires de commerce, mais cela ne concerne pas le détournement de navires transportant des armes pour les ennemis d’Allah", a déclaré par téléphone à l’AFP cheikh Mukhtar Robow, porte-parole des "shebabs" qui combattent les forces du gouvernement somalien et de ses alliés éthiopiens depuis début 2007.

"Nous croyons que la cargaison d’armes appartient à l’Ethiopie", a-t-il aussi affirmé, ajoutant à l’attention des pirates: "s’ils n’obtiennent pas l’argent qu’ils demandent, nous les appelons soit à brûler le cargo et ses armes, soit à le couler".

Le Faina transporte 33 chars d’assaut T-72 de conception soviétique, mais aussi 150 lance-roquettes RPG-7, des batteries anti-aériennes, des lance-roquettes multiples et environ 14.000 munitions. Il faisait route vers le port kényan de Mombasa lorsqu’il a été attaqué.

Le cargo est actuellement ancré devant le port d’Hobyo (500 km au nord de Mogadiscio), sous l’étroite surveillance de navires de guerre américains.

Selon Kiev, "en moyenne, 50 pirates équipés d’armes automatiques se trouvent" à bord et "des échanges de tirs ont été observés à plusieurs reprises sur le bateau", sans qu’aucune victime ne soit signalée.

___________________________________ Xinhua

Des insurgés somaliens exhortent les pirates à détruire le navire ukrainien enlevé

Un groupe insurgé somalien a exhorté jeudi les pirates détenant le cargo ukrainien qui transporte du matériel militaire à détruire le bateau et sa cargaison.

Sheik Muqtar Robow, porte-parole du mouvement ilamiste al- Shabaab a affirmé que son groupe est persuadé que le navire ukrainien enlevé la semainre dernière au large des côtes somaliennes transporte 33 chars T-72 de fabrication russe et d’autres armes légères destinés à l’armée éthiopienne actuellement déployée en Somalie.

"Nous savons que les chars sont destinés à l’ennemi (les troupes éthiopiennes) en Somalie, nous invitons donc ceux qui détiennent le navire ukrainien à l’enterrer et à détruire tout le matériel militaire", a déclaré Robow au téléphone à l’agence Xinhua.

Le mouvement al-Shabaab est l’un des groupes insurgés les plus radicaux qui mènent des attaques mortelles contre les forces du gouvernement de transition somalien soutenu par les troupes éthiopiennes depuis l’éviction d’une administration islamiste au sud et au centre de la Somalie en décembre 2006 par les forces alliées.

Les gouvernements éthiopien et américain ont exprimé la semaine dernière leur crainte que la cargaison militaire transportée par le navire ukrainien ne tombe entre les mains des groupes insurgés somaliens.

Plusieurs bâtiments de guerre étrangers, dont un contre- torpilleur américain continuent de surveiller le navire au large des côtes somaliennes depuis la semaine dernière pour tenter d’empêcher les pirates de décharger la cargaison militaire.

La destination des armes transportées par le cargo ukrainien est restée controversée depuis l’enlèvement du navire par les pirates somaliens. Au début, les reportages indiquaient que la cargaison militaire était destinée à l’armée kenyanne mais des informations ont alors fait surface soutenant que les chars et d’autres armes légères étaient plutôt pour le Sud-Soudan.

Le groupe al-Shabaab a affirmé qu’il n’admet pas l’enlèvement des navires marchands et a nié tout lien avec les pirates.

03/10/08 (B467-B) Précisions : le procès en appel des deux délinquants en fuite, Djama Souleiman et Hassan Saïd aura lieu les 25 et 26 mars 2009.

Nous avons reçu la confirmation que l’audience pénale qui jugera en appel les deux délinquants djiboutiens en fuite, a été programmée sur 2 jours, pour les 25 et 26 mars 2009.

Sont convoqués, au titre des parties civiles, Mme Borrel, M Arnaud Montebourg et les deux victimes : MM Ali Iftin et Mohamed Alhoumekani.

Les deux délinquants, sous le coup d’un mandat d’arrêt international sont convoqués pour cette audience où ils comparaîtront avec le statut "libre".

Mais il y a peu de chance qu’ils se dérangent … sauf si Guelleh les poussait à le faire, pour satisfaire des intérêts ou une stratégie toute personnelle. Et quand nous disons pudiquement "pousser", chacun sait ce que cela signifie au royaume de la torture et de la privation des libertés …

02/10/08 (B467-B) Afrik.com / Somalie : une force navale se regroupe autour du cargo d’armes des pirates

Plusieurs navires de guerre étrangers encerclaient ce mercredi le cargo ukrainien Faina tenu par des pirates aux larges des côtes somaliennes depuis le 25 septembre.

Selon Jeune Afrique, au moins trois bateaux de guerre russes et malais font route vers les côtes somaliennes, où trois navires de guerre américains surveillent déjà étroitement le Faina.

Le cargo ukrainien avait été capturé le 25 septembre, alors qu’il faisait route vers le port Kenyan de Mombasa, avec à son bord une importante cargaison d’armes dont 33 chars d’assaut T-72.

02/10/08 (B467-B) XINHUA : Somalie : 14 marins philippins libérés par les pirates

Quatorze marins philippins, et le corps d’un marin décéd é lors de la prise d’otage, ont été libérés sur les 79 membres d’équipage des deux pétroliers malaisiens détournés par des pirates somaliens depuis samedi, a déclaré le gouvernement philippin mardi.

Neuf des Philippins ont été libérés lundi, selon un communiqué de l’ambassadeur philippin en Malaisie, Victoriano Lecaros. Un autre marin, identifié comme étant Jayson Dumagat, est décédé pendant sa captivité.

Les neuf marins sont en bonne santé et "reviennent bientôt", a indiqué le porte-parole de la présidence, Lorelei Fajardo.

Leur libération intervient deux jours après que les pirates somaliens ont libéré cinq marins philippins samedi.

Selon les media, leurs employeurs ont versé une "grosse" rançon pour la libération des marins.

Suite à la libération des 14 hommes, il reste 82 marins philippins détenus par les pirates somaliens.

Les marins philippins représentent un tiers de la main d’ oeuvre de pêche du monde, ce qui les rend très vulnérables aux enlèvements par les pirates. Huit navires avec des Philippins à bord ont été attaqués près des eaux somaliennes et du Golfe d’Aden ces trois derniers mois.

Le Bureau maritime international ont enregistré plus d’une cinquantaine d’attaques ou de tentatives d’attaques dans ou près du Golfe d’Aden cette année, par rapport à 13 l’année dernière. Le littoral somalien est considéré comme l’un des plus dangereux au monde à cause de la piraterie.

02/10/08 (B467-B) APA / Somalie – Des navires libérés par les pirates somaliens, attendus au port de Djibouti.

Trois navires marchands, un égyptien et deux malaisiens, faisaient route vers Djibouti, mercredi, sous escorte de bâtiments de guerre, après avoir été libérés contre le versement de rançons aux pirates somaliens, qui les avaient interceptés en mer, rapportent des sources portuaires concordantes, à Djibouti.

Les autorités malaisiennes et les armateurs des navires ont payé 4 millions de dollars, pour obtenir la libération des bateaux battant pavillon malaisien et qui transportaient des produits, dont de l’huile de palme, selon les sources.

25 personnes se trouvaient dans les navires malaisiens, au moment de l’attaque. Un des bateaux aurait à bord, le corps d’un membre d’équipage abattu par les pirates.

Quant au cargo égyptien El Mansour, qui était aux mains des assaillants, depuis le 26 septembre dernier, il aurait également été libéré contre une rançon, dont le montant n’a pas été donné par les sources.

Des officiels représentant le gouvernement malaisien et des armateurs, sont arrivés mercredi à Djibouti, pour assurer le rapatriement des ex otages et procéder au remplacement des membres d’équipage des deux bateaux. Les bâtiments escorteurs des navires libérés sont malaisiens.