Articles

02/07/2015 (Brève 469) Deux contributions d’un lecteur, publiées à sa demande. Ismaël Omar Guelleh est un monstre ! …

Contribution n°1

Djiboutien, le tyran Ismaël Omar Guelleh m’a tué et tue encore mes frères!

  1. Je suis Hasna Mohamed Ali, une femme AFAR, violée et brûlée vive par Guelleh
  2. Je suis un enfant HAFEZ MOHAMED HASSAN, collégien AFAR tué par Guelleh
  3. Je suis les civils AFARS d’Arhiba qui ont subi les pogroms du 18 décembre 1991…
  4. Je suis les populations du Nord et du Sud de Djibouti bombardées au phosphore parce qu’AFAR, Je suis AFAR d’Ethiopie, Les crimes de Guelleh ne m’épargnent pas parce que je suis AFAR
  5. Je suis MOHAMED HASSAN « Diable », Directeur des douanes, Gadaboursi décapité à Galafi par Guelleh, je suis la fille du Colonel GOD, Gadaboursi jetée de l’étage et morte sur le champ sur ordre de Guelleh. Je suis fonctionnaires et commerçants Gadaboursis morts asphyxiés à la brigade de recherche de Gendarmerie de Djibouti
  6. Je suis Youssouf Ali Chirdon, Ministre, Issa Fourlaba empoisonné par Guelleh
  7. Je suis Idriss Farah Abaneh, Ministre, également empoisonné par Guelleh
  8. Je suis Mohamed Djama Elabeh, Ministre, empoisonné par Guelleh
  9. Je suis Yacin Yabeh Galab, Général de division, empoisonné par Guelleh
  10. Je suis les officiers, militaires du rang Issas ou autres, tué par Guelleh
  11. Je suis KARAF, Issa Mamassane, de la même tribu que le tyran, commissaire de la police politique, égorgé par Guelleh pour avoir dit non, Je suis MOHAMED YACIN, pharmacien, Issa Mamassane, de la même tribu que le tyran, ses crimes ne m’ont pourtant pas épargnés

Ismaël Omar Guelleh est un danger pour tous les Djiboutiennes et les Djiboutiens

Ismaël Omar Guelleh est un monstre, un criminel hors-pair qui vit de ses crimes

Je suis Djiboutien, je veux me lever demain comme un seul Homme

Pour qu’on ne parle plus de Guelleh, de sa caste et de son régime

Ensemble, la patrie ou la mort nous vaincrons !

Vive le Peuple de Djibouti !

Vive le Burkina-Faso Libre !

Vive l’Afrique bientôt Libre !

Houssein IBRAHIM HOUMED

Contribution N°2

  • Je suis Djiboutien et je ne veux plus du tyran Ismaël Omar Guelleh !
  • Je ne veux plus d’Ismaël Omar Guelleh qui m’a dépossédé de toutes mes ressources depuis 38 ans avec la complicité de sa famille, de son clan et  de a caste !
  • Je ne veux plus d’Ismaël Omar Guelleh car je subis à chaque instant les affres de sa dictature
  • Je ne veux plus de ce monstre qui a décimé mon peuple, les AFARS, et qui continue de leur faire subir le génocide sur tous les plans
  • Je ne veux plus d’Ismaël Omar Guelleh car il empêche mes enfants d’étudier
  • Tant qu’il sera là, il n’y aura pas d’égalité des chances dans mon pays
  • Tant qu’il sera là, tous les Djiboutiens ne seront pas logés à la même enseigne
  • Les enfants AFARS et ARABES continueront d’être discriminés dans tous les domaines
  • Je suis colonisé sous le régime d’ Ismaël Omar Guelleh car il impose une langue que l’écrasante majorité des Djiboutiens ne maitrise pas, une armée dans lequel l’écrasante majorité des Djiboutiens ne se reconnaît pas non plus un hymne qui est exclusivement composé dans une langue que la majorité ne comprend pas

Pour toutes ces raisons, je suis colonisé mais c’est le Peuple de Djibouti qui est colonisépar une caste de mercenaires venus de l’étranger. 

C’est pourquoi je ne veux plus d’Ismaël Omar Guelleh à la tête du pays

Le plutôt serait le mieux pour me décoloniser !

Vive le Peuple de Djibouti !
Vive le Burkina-Faso Libre !
Vive l’Afrique bientôt Libre !

Houssein IBRAHIM HOUMED

17/10/08 (B469-B) AFP / Somalie: 23 tués dans des combats à Mogadiscio

Au moins 23 personnes ont été tuées jeudi à Mogadiscio lors de combats qui ont éclaté après que des insurgés islamistes eurent attaqué des bases de la force de paix de l’Union africaine en Somalie (Amisom) et des soldats éthiopiens, selon la police et des témoins.

Auparavant, la police et des témoins avaient fait état d’au moins sept personnes tuées et cinq blessées.

"Les terroristes ont attaqué les forces de l’UA et de la police somalienne au quartier K-4 et des violents combats ont éclaté, faisant plusieurs morts (…) dont deux policiers", a déclaré à l’AFP un officier de la police, le colonel Farah Abdullahi.

Les forces somaliennes sont venues en renfort aux soldats de maintien de la paix africains.

Les combattants islamistes ont aussi attaqué, notamment avec des mortiers, des bases de l’armée éthiopienne, alliée des forces gouvernementales somaliennes, provoquant d’intenses affrontements. Outre K-4, les combats ont touché Shirkole et Hamarjadid, d’autres quartiers du sud de la capitale somalienne.

Des témoins ont affirmé que plusieurs civils avaient également été blessés.

"J’ai vu quatre civils, dont une femme, et un insurgé, tués. Les civils ont été pris dans les échanges de tirs", a raconté un des témoins, Hassan Yahye, ajoutant: "cinq autres civils ont été blessés par un obus de mortier qui a frappé une maison".

Seize autres civils sont morts dans des combats entre les insurgés et les forces éthiopiennes, selon plusieurs témoins, ce qui porte le bilan à 23 morts.

Mogadiscio est le théâtre d’attaques meurtrières quasi quotidiennes depuis la débâcle fin 2006 – lors d’une offensive des troupes somaliennes et éthiopiennes – des tribunaux islamiques qui contrôlaient une partie de la Somalie, en guerre civile depuis 1991.

Les insurgés menés par les islamistes, qui exigent le départ de toutes les forces étrangères du pays, mènent régulièrement des attentats meurtriers visant en particulier les forces somaliennes et éthiopiennes, l’Amisom et les représentants gouvernementaux.

17/10/08 (B469-B) XINHUA / La FIJ appelle à la libération des journalistes enlevés en Somalie

La Fédération internationale des Journalistes (FIJ) a appelé jeudi à la libération des trois journalistes enlevés par des ravisseurs en Somalie il y a presque deux mois.

La Canadienne Amanda Lundhout, l’Australien Nigel Brenan et le Somalien Abdifatah Mohammed Elmi ont été enlevés le 23 août à Mogadiscio, capitale somalienne.

Dans un communiqué parvenu à Nairobi, la FIJ s’est extrêmement préoccupée par leur sécurité en apprenant des informations selon lesquelles les ravisseurs ont menacé de tuer Mme Lindhout et M. Brenan si une rançon de 2,5 millions de dollars n’est pas payée.

"Nos inquiétudes sur nos collègues monte toujours alors que nous attendons leur libération", a indiqué le directeur de la FIJ en Afrique Gabriel Baglo dans un communiqué, ajoutant que "nous souhaitons que les négociateurs puissent assurer le retour en sécurité des journalistes le plus tôt possible".

17/10/08 (B469-B) APA / L’Ethiopie décidera du retrait de ses troupes de Somalie dans un mois

L’Ethiopie a annoncé jeudi son intention d’évaluer d’ici un mois un plan de retrait de ses troupes de maintien de la paix de la Somalie.

Le Premier Ministre Meles Zenawi a déclaré au parlement que son gouvernement décidera alors « s’il faut y rester ou se retirer totalement ».

Il a indiqué que « tout dépend de l’important engagement politique des Somaliens à lutter contre Al Shabab. »

L’Ethiopie a informé la Somalie de son plan de retrait, a-t-il souligné, en indiquant qu’un gouvernement Al Shabab serait une menace pour la sécurité de l’Ethiopie.

« Une fois que nous aurons décidé de nous retirer de la Somalie, nous seront sûrs que Al Shabab n’occupera pas de poste pour diriger la Somalie », a-t-il indiqué.

«Même après notre retrait, nous prendrons les mêmes actions contre Al Shabab au cas où ils tenteraient de former un gouvernement », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que le retrait des troupes éthiopiennes de la Somalie prendra en considération l’intérêt national de l’Ethiopie et sa reconnaissance par la communauté internationale.

«Je ne peux pas vous rassurer aujourd’hui que nous nous retirerons jeudi ou samedi. Nous allons évaluer cela d’ici un mois », a-t-il poursuivi.

Il a indiqué que l’Ethiopie essayait d’aider le gouvernement somalien à stabiliser le pays. « Mais nous avons besoin d’un engagement similaire de la part des Somaliens. Autrement dit, l’Ethiopie ne peut pas résoudre le problème de la Somalie », a soutenu Zenawi.

Les représentants des principaux partis de l’opposition éthiopienne au parlement ont exigé du gouvernement le retrait immédiat de ses troupes en Somalie.

Ils ont soutenu que le pays perdait des millions de dollars en maintenant les troupes en Somalie.

17/10/08 (B469-B) XINHUA / Le représentant de l’ONU annonce une nouvelle série de pourparlers sur la Somalie

Le représentant spécial des Nations Unies en Somalie Ahmedou Ould-Abdallah a fait part jeudi de la tenue d’une troisième série de négociations entre deux comités clés, destinée à aborder les questions relatives à la sécurité nationale et les dossiers politiques du pays, les 25 et 26 octobre prochains à Djibouti, afin de cimenter la paix résultant de la signature, en août, de l’accord de Djibouti.

M. Ould-Abdallah, le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU, a dirigé les pourparlers qui ont abouti en août à l’accord de Djibouti, par lequel le gouvernement fédéral de transition somalien et le mouvement rebelle de l’alliance pour une nouvelle libération de la Somalie ont officiellement convenu de mettre fin à toute confrontation armée entre eux.

Les négociations à venir se tiendront entre le Comité de sécurité conjoint et le Comité de haut niveau, qui ont été établis dans le cadre de l’accord.

Le Comité conjoint de sécurité est chargé de l’application des accords de sécurité, et le Comité de haut niveau est en charge de la coopération politique, de la justice et de la réconciliation dans le pays.

L’ONU et la Banque mondiale convoqueront également une réunion de donateurs au début de l’année prochaine afin d’augmenter des fonds pour un programme de reconstruction.

17/10/08 (B469-B) Boursorama avec AFP / Djibouti trouve un accord sur sa dette avec les créanciers du Club de Paris

Djibouti est parvenu jeudi à un accord avec le Club de Paris, groupe informel de créanciers rassemblant 19 des principaux pays industrialisés, pour le rééchelonnement de sa dette publique extérieure, selon un communiqué du Club de Paris.

L’accord porte sur environ 76 millions de dollars, dont 58 millions de dollars d’arriérés et d’intérêts de retard. Sur ce total, 64 millions seront rééchelonnés et 12 millions seront différés, est-il précisé.

Par ailleurs, des "mesures exceptionnelles" ont été prises "compte tenu de la capacité de paiement limitée de Djibouti", ajoute le communiqué.

"Cet accord réduit le service de dette due aux créanciers du Club de Paris durant le programme soutenu par le FMI (fonds monétaire international) de 85 millions de dollars à 19 millions de dollars, soit une diminution de 79%", toujours selon le communiqué.

Il "améliorera de manière significative les perspectives économiques de Djibouti" et permet de couvrir "le besoin de financement du pays pour les trois années à venir, après traitements comparables de ses autres créanciers".

Par conséquent, Djibouti s’est engagé à rechercher "un traitement comparable de la part de ses créanciers non membres du Club de Paris".

17/10/08 (B469-B) XINHUA / Somalie : de violents combats éclatent près de Mogadiscio

Des affrontements violents ont éclaté entre les combattants insurgés et les forces du gouvernement somalien appuyées par les soldats de l’Union africaine (UA) près de la route menant à l’aéroport, dans le sud de la capitale somalienne Mogadiscio, ont rapporté jeudi des témoins.

Un témoin a déclaré à Xinhua que des douzaines de combattants insurgés lourdement armés ont attaqué les positions des forces du gouvernement somalien avant de tirer des obus sur l’aéroport de Mogadiscio, où les soldats de l’UA sont déployés.

L’affrontement violent a duré plusieurs heures. Aucune victime n’est à déplorer, les forces de l’UA n’ayant pas répondu à l’attaque aux moyens de son artillerie lourde.

Les combattants ont également attaqué les soldats de maintien de la paix près du carrefour principal K4 qui mène à l’aéroport, employé le mois dernier selon le groupe islamiste al-Shabaab à " des fins militaires" par les troupes éthiopiennes et les forces de maintien de la paix de la Mission de l’Union Africaine en Somalie.

Les combats ont perturbé la circulation autour de l’aéroport international et des zones adjacentes dans le sud de Mogadiscio et autour des quartiers fortifiés du gouvernement.

Le mois dernier, les combattants islamistes avaient menacé d’abattre les avions utilisant l’aéroport mais ont ensuite accepté depuis de négocier avec les chefs locaux. L’influent clan des anciens Hawiye a appelé le leadership du groupe à renoncer à leur menace contre l’aéroport.

17/10/08 (B469-B) JDD / Somalie: Libération de marins otages

Des marins sud-coréens et birmans ont été libérés après avoir été retenus en otages pendant plus d’un mois par des pirates somaliens, a annoncé vendredi le ministère sud-coréen des Affaires étrangères.

Les huit marins sud-coréens et les 14 birmans sont sains et saufs, a précisé le ministère dans un comuniqué. Leur cargo fait route vers un bâtiment de la marine américaine, où de la nourriture et des vivres seront mis à leur disposition.

Le communiqué ne fait aucune référence au paiement d’une éventuelle rançon.

Des pirates somaliens ont capturé une trentaine d’embarcations depuis le début de l’année, faisant des eaux du golfe d’Aden la zone maritime la plus dangereuse au monde. On estime que dix navires et une centaine de membres d’équipage sont toujours aux mains de pirates.