Articles

18/10/08 (B470) BBC – De violents combats endueillent à nouveau la ville de Mogadiscio. // Heavy fighting engulfs Mogadishu (En Anglais – Info lecteur)

Heavy fighting has left at least 20 people dead and dozens more injured in clashes across the Somali capital, Mogadishu, officials and witnesses say.

Islamist insurgents have been engaged in fierce battles with government troops and their Ethiopian allies, and both sides suffered casualties.

Five people were also reported killed when a mortar hit their house.

Correspondents say it is the fiercest fighting for several weeks and has engulfed three separate districts.

Elsewhere, a Somali working for the UN World Food Programme was shot dead as he left a mosque in the central town of Merka, becoming the latest aid worker to be targeted in the war-torn country.

In the capital, an official at the city’s biggest hospital said on Friday it was treating 35 civilians wounded in fighting that began the day before, and that six people had died overnight.

Government forces said one of their soldiers had been killed in the clashes in central Mogadishu and a further two had been injured, the BBC’s Mohamed Ibrahim Moalimuu reports from the Somali capital.

They also said two Islamists had been killed, and that insurgents had been forced to abandon a vehicle mounted with anti-aircraft guns.

Land mine

At least six other civilians caught up in the fighting in central Mogadishu had been killed, according to witnesses.

Separately, a government vehicle was hit by a land mine and two soldiers were killed.

On Thursday there was also deadly fighting near to African Union peacekeeper bases on the road to Mogadishu’s airport, a key target for rebels in recent weeks.

Ethiopian troops helped the government push Islamist forces from control of central and southern Somalia in late 2006, triggering an insurgency.

The country’s transitional government, which is recognised by the international community, now only controls patches of the country, correspondents say.

Islamists have launched escalating attacks against the AU peacekeeping force in recent months, as well as the government and their Ethiopian allies.

Somalia has been wracked by conflict since President Mohamed Siad Barre was ousted in 1991.

More than three million people – almost half of Somalia’s population – need food aid, according to the UN.

Aid agencies recently estimated that 1.1 million people had been uprooted from Mogadishu over the last nine months.

18/10/08 (B470) Shabelle : de nouvelles tensions dans les villes somaliennes au fur et à mesure où les forces armées somaliennes et éthiopiennes franchissent le seuil d’intolérance. // Somali town “tense” as troops cross the threshold (En Anglais – Info lecteur)

By: Abdinasir Moh-Guled

Tension is high in the town of Burhakaba of Bay region, after armed Ethiopian troops came into it after days of fighting on their way to Baidoa town from Mogadishu.

The residents of the town say that also armed Somali troops moved out from Baidoa town arrived in the same as armed Islamist fighters in the town as fears of fighting came at fence.

« There is fear in the town that the clashes will start because two opposed sides in the town, » said a local resident, who requested to reveal his name for security reasons.

The two sides, he added, were in preparation of fighting as the Islamists stay around the town.

The town locates 190 kilometres (120 miles) south of the capital Mogadishu.

Other sources say the people in Burhakaba spotted eight Russia made Ethiopian cars and lorry vehicles in the town with Somali army commanders.

It’s unknown if the Ethiopian backed Somali troops will depart from the town or whether they will stay there.

18/10/08 (B470) communiqué conjoint de SURVIE et de l’ARDHD pour demander aux Sénateurs et aux chefs d’entreprise français de faire pression sur le Gouvernement djiboutien pour qu’il respecte les droits fondamentaux des salariés, qu’il applique les conventions internationales et qu’il se soumette aux mises en demeure émises par le BIT et l’OIT, concernant la réintégration des syndicalistes à leur poste et avec leur ancienneté.

A l’heure où le président Sarkozy intervient publiquement pour exiger une plus grande moralisation du monde de l’entreprise et à l’occasion de la réunion organisée au Sénat le 20 Octobre 2008 pour préparer une conférence sur l’investissement français à Djibouti, nous souhaitons attirer votre attention sur les violations des droits des travailleurs et le harcèlement des syndicalistes à Djibouti.

Ainsi, suite à une grève des travailleurs du port de Djibouti en 2005, le Bureau International du Travail relevait de nombreuses entraves à l’exercice des droits syndicaux et a adressé plusieurs mises en demeure que le gouvernement djiboutien n’a jamais respectées (*).

Nous demandons aux Sénateurs et aux Chefs d’entreprises françaises aujourd’hui incitées à investir à Djibouti de faire pression sur le gouvernement djiboutien afin que celui ci se mette en conformité avec :
– le droit international du travail,
– toutes les conventions internationales que le régime a ratifiées

et plus spécifiquement pour qu’il réponde aux différentes mises en demeures émises par le BIT et l’OIT.

Ce communiqué a reçu le soutien de l’UDDESC et de Jean-Paul Noël Abdi, défenseur djiboutien des Droits de l’Homme.

(*) Références documentaires
Mise en demeure du BIT : http://www.ardhd.org/affinfo.asp?articleID=6275
Situation syndicale à Djibouti : http://www.ardhd.org/syndicat.asp
Articles et conventions : http://www.uddesc.org

_________________________________

Contacts :

SURVIE
Olivier THIMONIER
210, rue Saint-Martin – 75003 Paris
Tel : +33 (0)1-44-61-03-25
E-mail : olivier.thimonier@survie.org
http://www.survie.org

ARDHD
Jean-Loup SCHAAL
84, rue Saint-Louis en l’ile – 75004 PARIS
Tel : +33 (0)1 46 34 70 70
E-mail : jlschaal@ardhd.org
http://www.ardhd.org

18/10/08 (B470) Shabelle : Le Gouvernement somalien ordonne à ses troupes de cesser le pillonage des zones habitées par les populations civiles, mais on ne sait si ces ordres seront effectivement suivis. // Somali government orders troops to stop shelling (En Anglais – Info lecteur)

Somalia’s army says that its forces have orders to open fire if the insurgents launch another raid across their bases not artillery shells.

Speaking to Shabelle radio the spokesman of Somali military forces Dahir Mohamed Hersi has announced that they (troops) will not shell the populated areas with heavy shells, raising the stakes in a dispute over how to tackle the supplementary deadly shelling on the civilian areas including the main Bakara market where hundreds died as the result of the reprisal shells fired by Ethiopian and Somali troops.

“The troops will use head to head battles but will bring to an end the deadly shells” Dahir said.

Hersi said that those remarks have been announced by the commander of Somalia’s national forces, similarly it’s yet unknown the motive coincided the announcement of the mortar shell’s stopping.

Mortar Shells rocked Mogadishu, overwhelming the hospitals with casualties, as Ethiopian and Somali troops are fighting Islamist rebels.

Scores of civilians were killed and hundreds wounded in what the International Committee of the Red Cross says is the worst for more than 18 years.

« Whoever is doing this is not human, » Salado Yebarow, who fled from her home in Howlwadaag as she lives in Elasha biyaha, said by telephone. « They have clearly never had a grandmother or children to think about. »

Hospitals struggled to cope with injured civilians, although most victims could not reach any kind of help because of the continuing attacks. Doctors were trapped by the battles and perilous roadblocks.

At the city’s main Madina Hospital, many patients lay on thin mattresses in the yard. Others wailed inside the packed wards.

It’s yet unknown how these remarks from the government will take effect.

18/10/08 (B470) Communiqué du MRD Canada – Appel à manifester aujourd’hui à Québec, à l’occasion de la tenue de la Francophonie. (Lecteur)

Dans le cadre de la constante lutte pour la démocratie et l’Etat de droit à Djibouti, le comité du MRD au Canada organise une manifestation le 18 Octobre 2008 de 10 heures à 17 heures devant les locaux qui abritent le XII e Sommet de la Francophonie à Quebec City.

Sans conteste, il nous faut encore profiter de notre présence en terre de liberté pour dénoncer à nouveau l’absence de démocratie et les violations permanentes des droits de l’Homme à Djibouti.

Faut-il rappeler que le MRD fut arbitrairement dissolu le 09 juillet 2008 par décret presidentiel ?

Un mémorandum sur la situation à Djibouti va être remis aux autorités canadiennes et aux participants au Sommet à cette occasion, ainsi qu’un bref résumé de la situation qui sévit à Djibouti aux démocrates de tous bords.

Comme à l’accoutumée, cette action de masse sera des plus pacifiques. 

Le Comité du MRD au Canada invite à cette manifestation pour le retour de l’Etat confisqué et la liberté tous les démocrates djiboutiens crédibles. Venez nombreux en ce lieu hautement symbolique, d’autres démocrates, du Canada et d’ailleurs, sont avec nous.

Fait à Ottawa, le 17 Octobre 2007
Le comité du MRD au CANADA

18/10/08 (B470) XINHUA / Somalie: un responsable local du PAM tué dans le sud du pays

Un principal responsable local de l’agence alimentaire onusienne a été abattu vendredi dans la ville somalienne de Marka (sud), ce qui constitue la dernière d’une série d’attaques visant des travailleurs humanitaires en Somalie, ont rapporté des témoins.

Abdenasir Aden Muse, le chef des observateurs de l’aide du Programme alimentaire mondial (PAM) à Marka, chef-lieu de la région de Lower Shabelle, a été tué par balles alors qu’il quittait une mosquée à l’issue de la prière du soir.

« Deux hommes armés de pistolets l’ont stoppé avant de tirer sur lui un certain nombre de fois », a déclaré à l’Agence Xinhua par téléphone un témoin sous couvert de l’anonymat. « Ils ont fui la scène après avoir ouvert les coups de feu ».

M. Muse a été transporté rapidement au principal hôpital de la ville mais a été déclaré mort à son arrivée. Des centaines d’habitants locaux se sont rendus à l’hôpital pour exprimer leur solidarité avec la famille et les amis de la victime à Marka, située à 100 km au sud de Mogadiscio.

Mercredi, Hassan Mustafa, le chef somalien d’une ONG italienne opérant à Marka, a échappé à une tentative d’enlèvement mais son chauffeur a été tué au cours d’une attaque de son véhicule par des hommes armés alors qu’il se rendait à son bureau dans la ville où un certain nombre d’ONG locales et internationales opèrent.

Au début du mois, Saverio Bertolino, un responsable humanitaire étranger de l’ONU, a été blessé et son chauffeur tué dans l’explosion d’une bombe qui a frappé leur véhicule dans le sud de la ville.

Les séries d’attaques visant des agences d’aide et des travailleurs humanitaires interviennent après que le groupe islamiste Al-shabaab eut interdit au début du mois à deux agences d’aide internationales d’opérer dans les zones qu’il contrôle dans le sud de la Somalie, les accusant de mener des « activités anti- islamiques ».

Le groupe a également lancé une mise en garde contre d’autres agences.

18/10/08 (B470) OCHA (ONU) OCHA : Détérioration de la situation humanitaire en Ethiopie

La situation alimentaire empire en Ethiopie, alerte vendredi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), alors que le prix du maïs, aliment de base de nombreux Ethiopiens, a augmenté de 275% dans certaines régions.

« Les migrations depuis les campagnes vers les villes par des populations à la recherche de nourriture s’accroissent et les carences nutritives s’aggravent », selon l’OCHA, a rapporté la porte-parole du Secrétaire général, Michèle Montas, lors de son point de presse quotidien, au siège de l’ONU, à New York.

Selon l’OCHA, une évaluation rapide a conclu à des pénuries graves d’eau et de pâturages dans certaines régions, de même qu’une malnutrition aiguë, en partie due aux problèmes d’acheminement de la nourriture, qui a conduit à des rationnements.

L’ONU estime que cette situation qui dure depuis le mois de juillet devrait malheureusement continuer jusqu’au mois de décembre. On devrait aussi assister à un accroissement du travail des enfants et de la mendicité.

Si les pluies d’octobre et de décembre ne sont pas au rendez-vous, l’insécurité alimentaire se poursuivra alors au cours de l’année 2009, a dit la porte-parole.

17/10/08 (B470) A lire sur la Lettre du Continent …

LA LETTRE DU CONTINENT – 16/10/2008
Claude Guéant, l’ombre de Foccart à l’Elysée ?
A chacun ses références. Pour certains, le secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, est Joseph Fouché, l’incontournable ministre de la police de Bonaparte. (…)