Articles

23/10/08 (B470-B) JDD / Somalie: La Russie veut combattre la piraterie

La Russie, qui a envoyé un navire de guerre combattre la piraterie près des côtes de la Somalie, a demandé jeudi à ce pays de lui donner carte blanche pour recourir à la force dans ses eaux territoriales. Moscou a dépêché le mois dernier la frégate « Neoustrachimy » (« Sans peur ») vers le golfe d’Aden et la marine russe a annoncé que ses bâtiments se rendraient régulièrement dans les zones exposées à la piraterie maritime.

Certains observateurs estiment que le Kremlin met la marine russe à contribution pour affirmer sa puissance renaissante.

De son côté, l’Otan a envoyé une flottille vers la Corne de l’Afrique afin de participer à la lutte contre la piraterie et d’escorter des navires de l’Onu au large de la Somalie.

23/10/08 (B470-B) Le Monde : Une flottille de l’Otan bientôt au large de la Somalie contre la piraterie

L es bateaux de guerre de l’Otan entameront dans les jours à venir leur double mission de lutte contre la piraterie au large de la Somalie et d’escorte des navires transportant l’aide alimentaire internationale, a annoncé mercredi le porte-parole de l’alliance.

« L’opération va commencer dans quelques jours », a déclaré James Appathurai, précisant que « le plan opérationnel et les règles d’engagement devraient être fixés et entérinés d’ici un jour ou deux » par les 26 pays de l’Otan.

M. Appathurai avait annoncé le 15 octobre qu’une flottille de sept navires -quatre frégates, deux destroyers et un navire de ravitaillement- battant pavillons allemand, américain, britannique, grec, italien et turc, se dirigeait vers cette zone via le canal de Suez. Mais leur arrivée, a-t-il dit mercredi, a été retardée par de mauvaises conditions en mer.

Seule une partie de cette flottille sera affectée à cette double mission, a-t-il ajouté, sans vouloir donner plus de précisions pour le moment.

Le reste se rendra comme prévu dans le Golfe pour des escales dans les ports de quatre pays partenaires de l’Otan, le Koweït, le Qatar, les Emirats arabes unis et Bahrein, et des manoeuvres communes avec l’un de ces pays, a-t-il encore dit.

Les unités au large de la Somalie auront notamment pour mission d’escorter les convois maritimes du Programme alimentaire mondial (PAM).

Le PAM achemine de 30.000 à 35.000 tonnes d’aide chaque mois en Somalie. Le Canada, qui assurait leur protection jusque là, devrait être relayé jeudi par les Pays-Bas.

Plus de 70 bateaux étrangers ont été attaqués par des pirates somaliens dans l’Océan indien et le golfe d’Aden cette année, le double du bilan pour toute l’année 2007, selon le Bureau maritime international.

Les pirates lourdement armés se servent de vedettes rapides, retenant, parfois pendant des semaines, bateaux et équipages, en attendant qu’une rançon ne leur soit versée par le gouvernement ou l’armateur concerné.

Les navires de l’Otan croisant au large de la Somalie et de la Corne de l’Afrique auront non seulement le « droit à l’autodéfense », ils auront aussi la possibilité d’intervenir avec leurs moyens militaires en cas de besoin, a indiqué M. Appathurai.

Il a cependant souligné la « complexité » de leur mission. « Il y a beaucoup de pirates, mais ils n’arborent pas un crochet de manchot ni un bandeau de borgne et on ne les repère pas d’emblée », a-t-il observé.

L’Union européenne a annoncé qu’elle enverrait elle aussi près de 10 bateaux, une première dans le cadre de la politique européenne de sécurité et de défense.

Ils devraient prendre le relais de ceux de l’Otan courant décembre.

Les pirates éventuellement arrêtés seront soumis aux lois nationales de chacun des pays ayant engagé un navire.

Soulignant que la Russie et l’Inde enverraient aussi des navires participer à cette mission contre la piraterie, M. Appathurai a assuré : « il y aura coordination entre tous ces bateaux (…) pour assurer une présence dissuasive et intervenir de manière à empêcher tout acte de piraterie ».

23/10/08 (B470-B) NATO warships heading to Somalia Thu, 23 Oct 2008 07:18:39 GMT

NATO warships will start to escort aid cargos to Somalia in a bid to stem mounting piracy in the waters off the Horn of Africa.

"In a few days, operations will begin," chief NATO spokesman James Appathurai told reporters in Brussels, explaining "the operational plan and the rules of engagement should be agreed and finalized in the next day or two."

NATO frigates and destroyers are en route to the area where more than 30 ships have fallen victim to increasing acts of piracy this year, he said.

Appathurai said the warships and their crews would have ‘a full range of self defense’ measures, including the use of force. Captured pirates would be dealt with under the rules of the nation that each ship involved belongs to, he added.

The spokesman acknowledged the alliance would, however, have a complicated task ahead as it would have to deal with ‘a host of pirates’ who are not immediately identifiable.

Vessels will also help look after UN World Food Program (WFP) aid shipments to Somalia, planned to go under Dutch escort on Thursday, until the European Union can launch its own operation later this year.

The dangerous Somali waters have become a hotbed for acts of piracy, especially in the north where an adjacent maritime route runs to the Suez Canal.

The pirates keep seizing ships and their crews, some times for weeks, demanding large ransoms from governments or owners.

On October 9, the EU announced its mission, led by Vice-Admiral Philip Jones, would be run from a headquarters at Northwood, north of London.

Appathurai said the presence of the ships — from Belgium, Cyprus, France, Germany, Lithuania, the Netherlands, Spain, Sweden and possibly Britain– is hoped to deter would-be pirates, saying vessels from India and Russia would also join the armada.

"There will be a number of very competent and very effective military ships coordinating with each other … to provide presence, to provide deterrence and where necessary and possible to intervene to prevent acts of piracy," he said.

23/10/08 (B470-B) Press TV Un représentant de l’opposition affirme que des Groupes d’oppositions pourraient signer bientôt des accords de paix avec le GNT. // Somali opposition, TFG to sign peace deal (En Anglais – Info lecteur)

Somalia’s opposition leader says the Transitional Federal Government (TFG) and the opposition groups are to sign a peace deal soon.

Sheikh Sharif Sheikh Ahmed told reporters in Yemen that the peace agreement would be signed in Saudi Arabia, a Press TV correspondent reported.

« We should save our people, our country, and stop daily violence, » Sheikh Ahmed said.

He also proposed the idea of power sharing saying that if the opposition and TFG work together, they can work toward solving the problems Somalia faces.

« Power sharing is very important, we want our share in the government, » said the opposition leader, adding, “We have the right to ask for a Unity Government.”

Sheikh Ahmed urged the opposition groups in Somalia to unite and form a single opposition standing for one cause. He expressed hope that foreign forces would leave the country in the near future.

Somalia has been without an effective central government since the Horn of Africa nation’s dictator Siad Barre was overthrown in 1991. In 2006, Ethiopia sent in troops to back Somalia’s Transitional Federal Government (TFG).

The ongoing violence in Somalia has resulted in the death and displacement of countless civilians.

23/10/08 (B470-B) Un Groupe affirme que les USA font faire le « sale boulot » aux Ethiopiens. Group says US used Ethiopia for dirty work (En Anglais – Info lecteur)

Matt Brown, Foreign Correspondent

NAIROBI // Nestled somewhere among the green hillsides of Addis Ababa, Ethiopia’s capital, is a cluster of small detention centres, where detainees have languished for almost two years without being charged.

The detention centres are part of an illegal rendition programme that has spanned three Horn of Africa countries and included US interrogators. Human rights organisations have called the jails “Africa’s Guantanamo”, after the US prison in Guantanamo Bay, Cuba, where suspected terrorists have been held since 2002.

The Ethiopian rendition programme is not the first time the United States has been accused of sending suspected terrorists to countries that allow torture. A Council of Europe investigation in 2006 found that the CIA detained at least 100 terrorism suspects in Europe and transferred them to such third-party states as Egypt, Morocco and Uzbekistan. These so-called extraordinary renditions are part of the US “war on terror” since the September 11 attacks.
Most of the 150 men, women and children – meaning they were younger than 18 – who were arrested in 2007 as part of the rendition programme have been released.

This month, eight Kenyans arrested in 2007 and transferred to Ethiopian authorities were sent back to Kenya. Two others remain in Ethiopian custody, but at least 22 are unaccounted for, according to Human Rights Watch (HRW), a rights organisation based in New York. HRW has seen evidence that they were sent to Ethiopia, but the Ethiopians cannot account for them.

“The dozens of people caught up in the secret Horn of Africa renditions in 2007 have suffered in silence too long,” said Jennifer Daskal, the senior counterterrorism counsel at HRW. “Those governments involved – Ethiopia, Kenya and the US – need to reverse course, renounce unlawful renditions, and account for the missing.”

The Horn of Africa rendition programme has its roots in Somalia’s civil war. Somalia, which has been in a perpetual state of conflict since 1991, experienced a brief period of security when a group of hardline Islamists, known as the Islamic Courts Union, took over much of the country in 2006.

Fearing that the courts union would harbour terrorists and turn Somalia into a safe haven for al Qa’eda, the United States in late 2006 backed the Ethiopian army in an invasion of Somalia to rout the movement. A weak secular transitional government took the place of the Islamic Courts Union, and the Islamists have waged a bloody insurgency ever since.

Thousands tried to flee Somalia into Kenya in Jan 2007. The Kenyan government, at the request of the United States, closed its border with Somalia and arrested suspected insurgents as they tried to cross.

The suspects were taken to Nairobi and then flown to Somalia, according to passenger manifests of the flights. There they were handed over to Ethiopian authorities and lumped together with other suspects arrested by the Ethiopians in Somalia.

From Somalia, the suspects were transferred to Ethiopia, where they were tortured, according to a HRW report on the rendition programme made public on Oct 1.

“They beat me from head to toe,” said Ishmael Noor, a detainee who was released.

“They beat me on my upper arms, on my legs, on the back of my head, on the bottom of my feet. At one point they broke my foot. Sometimes it is still so painful that I cannot sleep.”

Mr Noor, 37, is a shepherd from Ethiopia’s troubled Ogaden region now living in a refugee camp in northern Kenya. He fled to Somalia in 2004 during fighting in Ogaden, according to the HRW report. In 2007, he again fled fighting in Somalia and attempted to cross into Kenya.

He was stopped at the border by Kenyan security forces and was asked to show identification, which he did not have. When he could not pay a bribe of US$15 (Dh55), he was arrested and sent to Nairobi, where he was interrogated before being rendered to the Ethiopians.

Many of the detainees, who spent months in the detention centres in Addis Ababa, were interrogated by US counterterrorism officials before finally being let go.

The United States also funds Ethiopian security forces, giving the country $12 million in security-related assistance in 2007.

“The United States says that they were investigating past and current threats of terrorism,” Ms Daskal said. “But the repeated interrogation of rendition victims who were being held incommunicado makes Washington complicit in the abuse.”

Ethiopia was seen as an ideal location for the US officials to interrogate suspects, according to Al Amin Kimathi, the head of the Muslim Human Rights Forum in Kenya.

The United States did not transport or torture the suspects, but instead relied on their African counterparts to do the dirty work.

“It was the most natural place to take anyone looking for a site to go and torture and to extract confessions,” Mr Kimathi said. “Ethiopia allows torture of detainees. And that is the modus operandi in renditions.”

The Ethiopian government denied the charges of torture.

“All allegations of torture are untrue,” said Birhan Hailu, Ethiopia’s information minister.

“It’s part of a smear campaign against a country which has never committed, and never will, such practices. They were treated very well.”

The US government refuses to comment on the Horn of Africa rendition programme.

“I have no knowledge of it nor as official policy can I comment on such matters,” Jendayi Frazer, the US assistant secretary of state for Africa, told the BBC in September.

Eight of the Kenyans held in Ethiopia were released on Oct 4, just days after the HRW report on the rendition programme. They were taken to the port city of Mombasa, where they received medical treatment. The released detainees threatened to sue the Kenyan government over its role in the renditions.

“We urge you to direct the police to immediately investigate the identity of the public officials who authorised the arbitrary kidnapping of our clients, with a view to arresting and prosecuting the officials for abuse of office,” the lawyers for the detainees said in a letter.

Alfred Mutua, a spokesman for the Kenyan government, denied that Kenyan authorities played a role in transferring their own citizens to the Ethiopians.

23/10/08 (B470-B) A lire sur le site du GED, un nouvel article humoristique .. Mettrait-on un collier de gros diamants et une couronne sertie de pierres précieuses sur la tête d’une « bourrique », que l’on en ferait pas pour autant une cavalière de cheval de course présidentielle !.

Par Egal Abdillahi Warsama alias Alcide

A ceux et celles qui l’ignoraient, le Palais de l’Escale a changé de nom dans biens des esprits, à Djibouti comme ailleurs, pour être rebaptisé sous celui de « Palais de la commedia d’ell’arte ».

Théâtre impopulaire dans lequel se produit en permanence une troupe masquée de « comédiens professionnels » de la falsification, à l’inverse de ce que fut à l’origine de sa création le théâtre populaire italien en 1528. (…)

Suite sur le site du GED

23/10/08 (B470-B) XINHUA : Somalie : les patriarches font lever l’interdiction sur les organisations humanitaires

Le groupe islamiste somalien Al-Shabaab, qui a interdit le mois dernier les activités de deux organismes d’aide et a donné une mise en garde à d’autres organisations humanitaires travaillant dans les zones qu’il contrôle, a annulé sa décision après des discussions avec les patriarches de la localité, a déclaré le leader de l’influent clan des patriarches Hawiye mercredi.

« La direction d’Al-Shabaab a accepté notre suggestion de permettre aux organismes d’aide de fonctionner partout où ils veulent dans le sud et le centre de la Somalie, » a indiqué Mohamed Hassan Haad, dirigeant du clan Hawiye, le plus grand en Somalie.

« Elle (la direction d’Al-Shabaab) nous a dit qu’elle ne va pas empêcher les organisations humanitaires d’apporter une assistance alimentaire aux nécessiteux et qu’elle n’a jamais fait de mal à un travailleur humanitaire auparavant », a-t-il dit.

Haad a déclaré lors d’une conférence de presse à Mogadiscio que les organisations humanitaires étaient maintenant « libres » de fonctionner « sans être dérangées » là où elles veulent dans le sud et le centre de la Somalie.

Il a affirmé que le groupe islamiste accepte aussi que les activités de nouvelles organisations humanitaires qui n’avaient pas travaillé auparavant à l’intérieur de la Somalie viennent aider le peuple somalien « qui est dans le besoin d’une aide humanitaire. »

Al-Shabaab a aussi levé son interdiction sur les compagnies utilisant l’aéroport de Mogadiscio après la pression des patriarches du clan Hawiye.

Au début de ce mois, le mouvement islamiste d’Al-Shabaab a déclaré qu’il interdisait aux organisations Care International et International Medical Corps (Ims) de mener des activités dans les zones sous son contrôle dans le sud de la Somalie, les accusant de mener des « activités anti-islamistes. »

Al-Shabaab a aussi lancé un « avertissement » à d’autres organismes d’aide travaillant dans le sud de la Somalie qui est contrôlé par le groupe.

Deux travailleurs onusiens locaux ont été tués dans le sud du pays depuis la publication de l’interdiction et de l’avertissement à l’endroit des organismes humanitaires par le mouvement qui figure sur la liste américaine des organisations terroristes.

Les organisations d’aide ont réduit leurs activités dans le centre-sud de la Somalie depuis que la violence contre des travailleurs humanitaires a accru.

Les organisations humanitaires locales et internationales ont récemment fait état d’une escalade de la situation humanitaire en Somalie où, selon elles, près de 3,5 millions de personnes sont dans le besoin d’une assistance humanitaire.

23/10/08 (B470-B) AFP / Somalie: la France remet de présumés pirates aux autorités du Puntland

L’armée française a remis jeudi aux autorités de la région auto-proclamée autonome du Puntland, dans le nord de la Somalie, de présumés pirates somaliens interceptés par un navire de guerre français lors d’une opération de contrôle dans le golfe d’Aden.

« Neuf pirates somaliens ont été remis aux autorités somaliennes à proximité de Bosasso (Puntland) », a indiqué à Paris un communiqué de la délégation à l’information et la communication de la Défense, confirmant une information des autorités du Puntland, qui ont toutefois évoqué le chiffre de huit pirates.

Ces pirates présumés « ont été interceptés par un bâtiment de la Marine nationale (française) au large du golfe d’Aden, dans les eaux internationales à 100 milles nautiques (environ 185 km) des côtes, lors d’une visite de contrôle. A bord de leurs deux embarcations ont été découverts de l’armement individuel et antichar, ainsi que du matériel d’abordage », selon le texte.

Selon Paris, « les autorités locales se sont engagées à poursuivre les pirates et ont donné au gouvernement français toutes les garanties de traitement de ces prisonniers conformément aux conventions internationales ».

Livrée au chaos depuis le début d’une guerre civile en 1991, la Somalie n’a plus d’Etat central et les organisations de défense des droits de l’Homme dénoncent régulièrement les violations massives des droits humains perpétrées dans le pays.

« L’armée française est la seule qui aide effectivement l’administration du Puntland à combattre la piraterie », avait déclaré plus tôt dans la journée à l’AFP Bile Mohamoud Qabowsade, conseiller et porte-parole du président du Puntland.

Selon Bile Mohamoud Qabowsade, les militaires français patrouillant dans la zone dans le cadre de la lutte antipiraterie ont arrêté les pirates présumés mercredi soir.

« Les responsables français à bord du navire de guerre au large de la Somalie ont remis les huit pirates présumés à l’administration du Puntland aujourd’hui (jeudi) », a indiqué M. Qabowsade, selon qui les suspects « ont été arrêtés alors qu’ils cherchaient un bateau à attaquer dans le golfe d’Aden ».

« Les pirates étaient à bord de deux petites embarcations lorsque les militaires français les ont arrêtés. Ils ont tous jeté leurs armes dans l’eau avant d’être appréhendés », a expliqué de son côté à l’AFP le « ministre adjoint » du Puntland pour la Pêche, Abdukadir Muse Yussuf.

Le porte-parole du président a également assuré que les présumés pirates seraient prochainement jugés par un tribunal puntlandais.

L’armée française est intervenue à deux reprises depuis avril pour libérer des plaisanciers et marins français capturés par des pirates. Au total, 12 pirates présumés ont été arrêtés au cours de ces opérations et sont actuellement incarcérés en France.

Les attaques de pirates au large de la Somalie ont atteint un niveau record depuis le début de l’année, a indiqué jeudi le Bureau maritime international (BMI). Selon le BMI, 63 des 199 actes de piraterie sont survenus au large des côtes somaliennes, dans l’océan Indien ou le golfe d’Aden.

Quelque 259 membres d’équipage étaient toujours retenus en otage à la fin septembre, selon la même source.

Des bateaux de guerre de l’Otan entameront dans les jours à venir leur double mission de lutte contre la piraterie au large de la Somalie et d’escorte des navires transportant l’aide alimentaire internationale.

L’Union européenne (UE) a annoncé qu’elle enverrait elle aussi une dizaine de bateaux, qui devraient prendre le relais de ceux de l’Otan courant décembre.