Articles

12/07/2015 (Brève 471) Constat sur le Projet caché d’Ismaël Omar Guelleh afin de briguer un 4ème mandat en 2016 : affrontement inter clanique programmé et état d’urgence sur le pays.

Union Djiboutienne pour les Droits Economiques,
Sociaux et Culturels

Lien pour télécharger le texte au format PdF : http://www.ardhd.org/uddesc/constat-juil-2015.pdf

UDDESC

&Civils et Politiques

Quartier 4 – Email : uddesc@yahoo.fr – Tél. : +41 78 824 52 69/+41 76 674 00 85

Réf. : 02/C/AN2015

  1. L’impact des injonctions de la communauté internationale au Burundi sur le 4ème Mandat d’Ismaël Omar Guelleh.

Le 30 décembre 2014 depuis qu’IOG a réussi à se mettre sous les dents la plateforme de l’opposition, l’USN, avec un accord-cadre anecdotique dont les points abordés ont tous été dicté par le parrain du système mafieux travesti en parti politique dès sa création, le Rassemblement Pour le Peuple, groupuscule clanico-mafieux qui monopolise le pouvoir du peuple par la terreur et la force, les parades anticonstitutionnelles pour un 4ème mandat à la haute magistrature du pays vont bon train.

Mais, les injonctions de la communauté internationale à l’encontre du président de Burundi qui pense briguer un 3ème mandat semble avoir un peu refroidit les ardeurs de Guelleh. Donc, toutes les solutions secourant son projet d’usurpation de pouvoir sont les bienvenues.

2 – la réunion secrète chez Guelleh et son projet machiavélique

La dernière idée des barons du régime est la plus perfide et la plus dangereuse tant au niveau national que régional.

À la dernière semaine du mois de juin 2015 s’est tenu une réunion secrète dans le palais de Guelleh à Haramous, résidence située au Sud-Est de la capitale. Ce rassemblement avait regroupé autour d’Ismaël Omar Guelleh des absolutistes du régime en uniforme et en civil. Vu que la date fatidique du mois d’avril 2016 s’approche gravement, dans cette réunion le groupe a débattu de toutes les options possibles afin de crédibiliser le 4ème mandat de Guelleh devant l’internationale et le peuple djiboutien. La plupart des intervenants parlent des candidats mercenaires financés avec les deniers publics et gracieusement recomposés après l’élection en fonction de la vraisemblance de leur rôle théâtral au cours de la compagne électorale.

Nonobstant, comme toujours l’esprit pernicieux d’Ismaël Omar Guelleh ne manque pas d’idée chthonien et lugubre. Il propose la mise en place d’un état d’urgence pour ainsi annuler toute élection sous prétexte d’assurer la sécurité et l’existence de Djibouti.

Comment justifier cet état d’urgence et en plus dans un pays  où presque les forces de tous les pays démocratiques de la planète sont présents?
IOG veut faire d’une pierre deux coups. Il compte déclencher une guerre civile entre deux clans Issa : les mamasans et les odahgobes. D’après son esprit limité il pense de cette manière à la fois justifier son état d’urgence et saper la plateforme clanique Odahgobe.

Les noms des participants de la réunion

Cette assemblée clanique déguisée en séance gouvernementale qui avait lieu dans le palais d’Haramous d’Ismaël Omar Guelleh a regroupé que des dirigeants de la tribu Mamasan, en partant du président au directeur de l’électricité :

Ismaël Omar Guelleh, président de Djibouti – Ismaël Houssein Tani, secrétaire général du gouvernement – Hassan Saïd Khaireh, directeur de la sécurité nationale – Colonel Mohamed Djama Doualeh, commandant de la garde républicaine – Générale Zakaria Cheikh Ibrahim, chef d’état-major de la Défense Djiboutienne – Colonel Wais Omar Bogoreh, Commandant des gardecôtesdjiboutiens– Saad Omar Guelleh, directeur du port de Djibouti – Djama Ali Guelleh, directeur de l’électricité de Djibouti – etc…

3 – des actions préliminaires pour justifier le projet de guerre clanique

Le jeune ministre de l’éducation nationale et de la formation professionnelle, Djama Elmi Okieh, marié il y a environ une année à la fille du président Guelleh, a été mandaté à Ali-sabieh pour réunir 11 des 12 tribus qui composent l’ethnie Issa. Ce jeune de la tribu Saad-moussa – ethnie Issa –  a voulu faire avaler aux sages des 11 tribus présents le projet diabolique de Guelleh. Il raconte aux sages que la plateforme odahgobe a été créé dans le point de déstabiliser le régime et pourchasser du pays leurs cousins mamasans. Un ministre qui propage de la haine clanique en direct, on peut tout voir avec le régime de Guelleh !

La réaction des sages ne se fait pas attendre, un vieux de la tribu Wardiiq lui répond comme suit : « quand une tribu se verra agresser par une autre plus puissant, nous avons le xeer-issa pour juger la chose et définir les dommages-intérêts. Mais, toi si tu aimes vraiment ton ethnie et que tu es là parce que tu t’inquiètes pour son avenir, de la commune de Balbala à Assamo il y a la pauvreté. Aides les à sortir de la précarité, sans quoi ne nous casse pas la tête avec des discours haineux». Et un second sage, cette fois, de la tribu Hole ou Fourlaba prend à son tour la parole et met le point sur le i au jeune ministre : « écoutes, tu violes le xeer-issa en n’invitant pas l’ainé de notre ethnie, les odahgobes, à cette réunion et en plus tu comptes tenir des propos fielleux à leurs égards et en leur absence. Laisses nous tranquille et dis à ceux qui t’ont envoyé que nous ne voulons pas d’affrontement clanique à Djibouti ».  Le jeune ministre prend ses jambes sur son coup et rentre à Haramous exposer sa mésaventure à Ali-sabieh à son parâtre.

Le deuxième cas est l’œuvre d’Hassan Saïd Khaireh, directeur de la sécurité nationale et le Colonel Mohamed Djama Doualeh, commandant de la garde républicaine. Ils ont monté un dossier contenant une plainte, protestation et demande de protection adressé au régime et signé par douze sages de douze tribus de l’ethnie Issa. Ce dossier est déposé au ministère de l’intérieur qui doit engager des actions de répressions policier à ciblage clanique et si possible des poursuites judiciaires devant la justice convertir en appareil d’expiation. Le plus cocasse fut les signatures apposées sur les documents contenus dans le dossier qui ne sont pas ceux des sages des tribus mais des collaborateurs connus de la police politique.

Le dossier précité accuse gratuitement la plateforme odahgobe parce qu’elle n’est pas du relent de Guelleh en personne et des sbires du régime.
Le régime compte impliquer le jeune Ugaas de l’ethnie dans cette mascarade à la senteur de poudre noire. Une délégation a été envoyée à Dire-Dawa afin de convaincre l’Ugaas à le suivre dans son projet démoniaque.  

La plateforme odahgobe a reçu une ultime menace de la part du régime et à travers le Ministre des Affaires Musulmanes, de la Culture et des Biens Wakfs, M. ADEN HASSAN ADEN, de la tribu odahgobe, il y a moins de deux semaines.

4 – la plateforme clanique odahgobe qui dérange

Communément, les clans sont formés selon le principe de l’héritage, le tol. Les clans sont constitués en fonction des liens de parenté entre les membres des clans. Ils peuvent être restreints ou plus larges. Les groupes restreints peuvent être intégrés dans des groupes plus larges, ayant des liens de parentés relativement évidents. Parfois, ces clans ne sont pas très grands, à cause de l’absence de liens de parenté avec les autres clans ou la faible croissance démographique au sein du clan.

Afin d’être capable de payer les dédommagements ou prix du sang, les clans doivent être relativement larges, pour ne pas être défavorisés et se faire manipuler par les groupes plus grands. Si le nombre de personnes dans un clan composé selon le principe héréditaire n’est pas suffisant pour payer le dédommagement, il faut avoir recours à des contrats avec d’autres clans pour élargir le clan. Les clans établissent alors des alliances selon le principe contractuel du heer : les membres de chaque groupe ont un contrat informel et oral et doivent se soutenir les uns les autres et partager le paiement du dédommagement lorsqu’un délit est commis envers un autre clan. Les familles du groupe ont donc une responsabilité collective. Pendant les périodes de crise, les membres du groupe doivent partager leurs ressources avec ceux qui subissent des pertes, ce qui limite les risques individuels et facilite la réhabilitation après les périodes de crise.

La réorganisation de la plateforme odahgobe, qui n’est fonctionnelle que depuis une année et demie après une absence de 40 ans sur la scène sociale de l’ethnie Issa, a été plutôt motivée par l’urgence sociale.

Vu que le régime en place à Djibouti utilise couramment la pauvreté forcée comme moyen de répression de masse, la plateforme ou union des clans odahgobes a réussi atténuer d’une certaine manière cette forme de répression inhumaine. Elle a fortement réduire la contribution individuel des dédommagements   au point de le ramener de 4.000 fdj – 22 euros avant à 20 fdj – 10 centimes euros actuellement. Et avec des collectes mensuels de l’ordre de 100 fdj – 50 centimes euros par personne percevant un revenu régulier, la plateforme a pu réaliser des actions sociales en finançant les besoins de premiers nécessités de 1900 familles pendant le mois béni du ramadan 2015.

Le premier président, Feu Hassan Gouled Aptidon, et l’actuel, Ismaël Omar Guelleh, étant de la tribu Mamasan, ils avaient uniquement autorisé leur tribu de tenir des réunions ou rencontres claniques sur le territoire djiboutien et le Nord de la Somalie. Les onze autres tribus issas ne pouvaient tenir des séances de ces genres et les organisateurs de tels événements étaient poursuivis sur des chefs d’accusations fallacieuses fabriqués l’à-propos et les plus tenaces étaient éliminés physiquement.

D’après cette description, les clans semblent avoir une structure et des outils efficaces pour entretenir des relations pacifiques et promouvoir de procédés d’entraides sociales fonctionnelles. Nous sommes donc à même de nous demander pourquoi ce système traditionnel dérange autant le régime de Guelleh.

5 –  organisation clanique de l’ethnie Issa

Les Issas sont des indigènes de la Corne de l’Afrique, principalement au Sud de Djibouti, au Nord de la Somalie et dans l’Est de l’Éthiopie. Ils représentent un sous ensemble de l’une des cinq grandes « confédérations claniques » des Somalis, les Dir.

Les relations entre les groupes et à l’intérieur de ceux-ci sont réglementées par un droit appelé xeer. Il organise en particulier le paiement des dédommagements pour les blessures et décès (maag). Ce droit pénal est la base du contrat politique de la «démocratie pastorale» issa. Le « Xeer » issa s’applique aussi en cas de litige sur les biens, individuels ou tribaux, qu’ils soient d’ordre foncier ou matériel.
La population Issa est relativement homogène du point de vue ethnique (l’ethnie Issa), loi pastorale (Xeer-issa) et religieux (l’islam sunnite), elle est aussi caractérisée par un clanisme traditionnel, qui est un facteur central à la fois dans l’identité des individus, la vie politique, dans l’allocation des ressources, mais également dans le conflit.

Les tribus sont des sortes de familles au sens large, qui regroupent des individus unis par des liens étroits et héréditaires dont les critères de différenciation et les lignes de délimitation ne sont pas toujours clairement définis.

L’appartenance à une tribu est patrilinéaire : même si la mère appartient à une autre tribu, l’enfant appartient à la tribu du père ; un individu porte à la fois son prénom, celui de son père et celui de son grand-père. L’hérédité est ainsi centrale et explique que la tribu soit une composante primordiale de l’identité des issas. Les clans sont des structures d’entraide primordiales pour pallier aux aléas du quotidien (pénuries, mariage, décès, etc.). D’autre part, la tribu est la principale source de protection pour les individus vis-à-vis des autres tribus ou clans.

Les issas sont composés de 6 grandes tribus qui comprennent 12 clans, 24 divisions claniques,  48 sous-clans et ainsi de suite.

Les 6 tribus sont : Eeleye (Yonis mousse- Saad mousse – Bido mousse – Mahoure mousse et Mamasan) – Hole ou Fourlabeh (Amahadle et Saïb) – Hawle-qateh ou Waladon (Makahiil, Iidleh et Mahamuud) – Horone (Habarwalal et Guellewalal) – Ourweyne (Fiqi et Abdallah) – Wardiiq (Waaqtichiil et Ramwaaq)

6- les risques au niveau national et régional d’un tel affrontement interclanique

Les principes auxquels adhèrent l’immense majorité des Issas (Xeer-issa) ne peuvent souffrir une « guerre civile inter-Issas ». Autrement dit, selon la loi pastorale les jeunes Issas ne peuvent prendre les armes contre les membres de leurs ethnie pour défendre déjà des idéaux comme la liberté, la justice ou la démocratie sans transgresser le principe de solidarité versus Xeer-issa qui devrait prévaloir en tout circonstance, dans le temps et dans l’espace et moins pour les intérêts d’un groupe mafieux.

La haine et les rancœurs emmagasinées contre le régime qui opprime le peuple, sans distinctions de clans ou de langue, peut facilement servir de détonateur à une guerre civile et surtout des affrontements inter claniques dans l’ethnie Issa. La tribu Mamasan n’est nullement l’unique responsable de la déroute de Djibouti mais Guelleh et ses sbires jettent en pâture cette tribu qu’ils se servent sans scrupules comme rempart dans l’unique intérêt de la cour du régime tyrannique.
Particulièrement, les deux tribus, Mamasan et Odahgobe, aiguisent leurs armes dans le silence et la vigilance mutuelle pour se préparer à une guerre qui n’est aucunement la leur mais crée et initie spécialement par le régime dictatorial en place à Djibouti plus d’un quart de siècle.

Une telle guerre pourra avoir une incidence directe sur le fonctionnement de l’axe vital à l’économie de l’Ethiopie et le Nord de la Somalie dont les deux tribus sont autochtones avec des effectifs importants et comparables.

En conclusion

La liste complète des noms des initiateurs de ce probable affrontement inter-claniques sera transmis au l’UA, L’ONU, l’UE, la CPI et toutes autres organisations concernées de près ou de loin par cette affaire. Par la même occasion nous invitant la Commission africaine des Droits de l’Homme et des peuples et le conseil des droits de l’homme de l’ONU à réaliser des enquêtes introductives sur ce sujet et l’UDDESC est disposée à faciliter tous contacts ou échanges entre l’internationale et des représentants coutumiers de deux tribus.

Dans l’espoir d’une réaction régionale et internationale l’UDDESC appelle au peuple djiboutien à plus de vigilance et de retenu sans oublier que les plaies de la guerre réprouvable du Nord du pays sont encore béantes.

Fait en Suisse, le 7/7/2015
Hassan Cher Hared
Secrétaire général de l’UDDESC

30/10/08 (B471-B) RSF Erythrée : nouvelle condamnation d’un journaliste à 5 ans de travaux forcés.

Un journaliste de la chaîne publique Eri TV condamné à cinq ans de travaux forcés en 2006

Daniel Kibrom, journaliste de la chaîne publique Eri TV, est détenu dans un camp pénitentiaire du sud de l’Erythrée depuis octobre 2006, après avoir été condamné à cinq ans de travaux forcés pour avoir tenté de franchir la frontière avec l’Ethiopie, a appris Reporters sans frontières auprès d’un ancien garde qui a fui le pays depuis un an.

"L’intolérance et la cruauté des autorités érythréennes ne doit pas laisser sans voix.

Daniel Kibrom est tombé dans les oubliettes de l’enfer pénitentiaire instauré par le président Issaias Afeworki et ses collaborateurs, avec l’approbation du ministre en exercice de l’Information, Ali Abdu, un interlocuteur régulier de la presse internationale. Nous lui demandons de dire publiquement au personnel sous sa responsabilité et à la presse étrangère ce qu’il sait du sort réservé aux ‘disparus’ de son ministère", a déclaré l’organisation.

En octobre 2006, Daniel Kibrom, du service en oromo d’Eri TV, a été arrêté par des gardes-frontière érythréens dans une zone désertique non loin de Senafe (Sud), alors qu’il faisait partie d’un groupe de quatre personnes tentant de fuir le pays à pied. Le journaliste et le groupe qui se trouvait avec lui ont été conduits dans l’un des cinq camps pénitentiaires de la "zone 3", nommé Ala Bazit. Interrogé notamment par la source de Reporters sans frontières, un membre des services de contre-espionnage en poste à Ala Bazit et à la prison de Dekemhare avant sa fuite hors du pays en septembre 2007, le journaliste Daniel Kibrom a été "condamné" à cinq ans de prison et de travaux forcés par la hiérarchie militaire.

Selon la même source, il est toujours détenu dans le même centre de détention et contraint à des travaux forcés dans les champs ou des carrières alentours, "et parfois dans des fermes privées appartenant aux généraux ou à des proches du parti unique". Ala Bazit est la prison de l’unité commando n°525, située derrière les montagnes du village de Ala, sur la route entre Dekemhare et Massaoua. La prison, installée en plein désert sur le site d’un ancien camp d’entraînement militaire construit en 1996 par l’armée américaine, est constituée de trois baraquements aux toits de tôle ondulée, cernés par d’imposants buissons de ronces et gardés par trois miradors. Trois bidons métalliques dans la cour sont utilisés comme latrines. Trois cent prisonniers y sont gardés par une cinquantaine de soldats et les interrogatoires y sont menés par des agents de la section du contre-espionnage de la "Troisième zone opérationnelle".

Pieds nus et vêtus de combinaisons de travail beiges, les prisonniers sont nourris deux fois par jour d’une soupe de lentilles.

La nuit, ils sont enfermés par groupe de 20 à 25 dans des pièces aveugles de quatre mètres sur quatre et se couchent, les uns sur les autres, sur des bâches en plastique.

Comme il leur est interdit de sortir de la cellule, ils doivent faire leurs besoins dans des carafes en plastique pendus au plafond par des ficelles. Les prisonniers qui succombent en détention sont enterrés dans le cimetière de l’hôpital militaire situé dans une localité voisine.

La même source a déclaré qu’Ali Abdu avait été, par téléphone, mis au courant de la détention de son collaborateur.

Le cas de Daniel Kibrom porte à dix-huit le nombre de journalistes érythréens, ou employés du ministère de l’Information, dont l’incarcération peut être confirmée. Selon les informations de Reporters sans frontières, au moins quatre journalistes, parmi la dizaine arrêtés lors des grandes rafles de septembre 2001, sont morts en détention dans la prison de haute sécurité d’Eiraeiro, dans le nord-est du pays, dont le célèbre cofondateur de l’hebdomadaire Setit, Fessehaye Yohannes, dit "Joshua".

30/10/08 (B71-B) Shabelle : les rebelles de l’ONLF revendiquent la mort de 20 soldats éthiopiens. // Ethiopian ONLF rebels claims killing around 20 soldiers (En Anglais – Info lecteur)

Ethiopian rebel group The Ogaden National Liberation Front (ONLF) officer on thursday claimed their fighters had killed some 20 Ethiopian soldiers in the Ogaden region over the past week where the Ethiopian forces are cracking down on insurgents, spokesman said.

Abdullahi Arte also said that the rebels had also burnt 3 armed vehicles in the area of Fiiq.

They had been regrouping in the Lander area of southeast Ogaden.

"Around 20 colonial soldiers have been killed after regrouping in the Lander area," Arte said.

"Several hundred others, including seven top leaders and were also injured," he said, in a telephone teleconference for the local media.

Neither the claims by the rebels nor the army have been independently verified.

The army has stopped journalists and aid workers from entering the region, which borders lawless Somalia.

The Ethiopian army launched a crackdown on the region after ONLF rebels attacked a Chinese oil venture in April that left 77 people dead.

The barren Ogaden region, neighbouring lawless Somalia, has long been extremely poor, but the discovery of gas and oil has brought new hopes of wealth as well as new causes of conflict.

It is about the same size as Britain with a population of about four million.

Ethiopia accuses arch-foe Eritrea of supporting Ogaden separatists, which the authorities in Asmara have denied.

Formed in 1984, the ONLF is fighting for the independence of ethnic Somalis in Ogaden, whom they say have been marginalised by Addis Ababa.

30/10/08 (B71-B) Shabelle Les troupes régulères somaliennes tuent des chameaux dans le sud de Mogadiscio : elles les avaient pris pour des combattants armés !. Somali troops shot dead livestock in fear of insurgents (En Anglais – Infos lecteur)

Armed Somali government troops based in southern Mogadishu army base have shot dead several camels on Wednesday night, according to residents.

The incident happened following the camels came close on where the soldiers were guarding.

Some soldiers say that they’ve thought the camels s “insurgents” wanted to ambush them.

The commander of those troops Abduqadir Odweyne told Shabelle that they mistook the camels as insurgent fighters following the brutes came into their army base threshold as well in response that they’ve additionally opened fire to them.

“We thought the camels as men wanted to carry out surprise attack on us and we opened fire to them, we also slaughtered one of them struck by our bullets” Odweyne said.

This is the first kind of incident took place in Mogadishu although the soldiers deliberately kill the civilians.

31/10/08 (B471-B) AFP : Somalie: le Premier ministre promet de former un nouveau gouvernement

Le Premier ministre somalien Nur Hassan Hussein a promis vendredi de former un nouveau gouvernement d’ici deux semaines, comme le réclament les dirigeants d’Afrique de l’Est, pour tenter de sortir de l’impasse politique totale en Somalie.

"Nous allons former un gouvernement d’ici 15 jours, mais sans inclure les ministres qui ont récemment démissionné de mon gouvernement. Ceci correspond aux instructions de l’IGAD" (l’Autorité intergouvernementale de développement qui regroupe sept pays d’Afrique de l’Est dont la Somalie), a déclaré M. Hussein lors d’un point de presse à Nairobi.

"Les membres du nouveau gouvernement travailleront ensemble afin de faire des progrès en matière de sécurité, de développement et de reconstruction dans notre pays", a-t-il ajouté.

Des dissensions persistantes entre le président somalien, Abdullahi Yussuf Ahmed, et son Premier ministre paralysent l’activité du gouvernement et du Parlement depuis plusieurs semaines.

Début août, plusieurs ministres ont démissionné en dénonçant notamment la mauvaise gestion des fonds d’Etat par M. Hussein.

Réunis en sommet mercredi dans la capitale kenyane Nairobi, l’IGAD a jugé que les institutions somaliennes devraient "nommer un gouvernement (…) dans les quinze jours", dans sa déclaration finale.

Le Premier ministre a assuré vendredi qu’une nouvelle "Constitution (somalienne) serait élaborée très bientôt et soumise à un référendum", ce qui figure également dans les demandes de l’IGAD.

La Somalie, pays pauvre de la Corne de l’Afrique, est en guerre civile depuis 1991.

La capitale Mogadiscio et un nombre croissant de régions sont le théâtre depuis 2007 d’une insurrection très meurtrière, menée par des islamistes extrémistes. Le pays fait également face à une situation humanitaire catastrophique.

31/10/08 (B471-B) Compte-rendu du déjeuner-débat organisé par la Délégation de l’UE à Djibouti. (Par Jean-Paul Noël Abdi)

A l’occasion de la visite de trois parlementaires Européens : M.M. Alain HUTCHINSON Chef de la Délégation, Filip KACZMAREK et Mickel IRUJO AMEZAGA, j’ai été invité, en tant que Défenseur des Droits de l’Homme, avec M. Mohamed Adan Abdou, Président de l’UDT et Porte-parole de l’Intersyndical UDT-UGTD reconnu par le BIT, plus les responsables de plusieurs autres Associations essentiellement composées de cadres de l’Etat : point qu’ils n’ont pas passé sous silencelors des présentations..

J’ai été particulièrement touché par l’accueil privilégié que la délégation Européenne et le représentant de l’U.E. à Djibouti M. Joachim Gonzalès, m’ont réservé ainsi qu’au Défenseur des Droits Syndicaux, de l’Intersyndicale Djiboutienne.

J’ai choisi de ne faire qu’une intervention rapide, car
(pour une fois) aucun membre du Gouvernement n’était invité à ce déjeuner-débat.

En toute honnêteté je me suis abstenu d’émettre des critiques appuyées puisque :
– puisque l’équipe que j’aurais mis en cause, ne disposait pas d’une possibilité de réponse immédiate, d’une part,d’autre part

le contexte de tension militaro politique ne s’y prête pas.

Après les incidents du 10 juin 2008 à Doumeira, la mobilisation militaire est à son point culminant. Ls risques d’une guerre sont de plus en plus présents. De plus, les explosions du 29 octobre 2008 à Hargheisa et à Bossasso, chez nos proches voisins, ont développé un climat de malaise dans notre pays.

Ces deux motifs me conduisent à éviter des énervements inutiles, d’autant plus que les réactions parfois imprévibiles des « Hauts » dignitaires Djiboutiens peuvent être déplacées et catastrophiques.

Toutefois, je n’ai pas manqué de rappeler à haute voix que notre pays est totalement Mal gouverné. La société civile n’a plus de droit à proprement parler, en particulier :

1. les Syndicalistes indépendants,
2. les partis politiques de l’Opposition,
3. la Presse Libre qui a été totalement éliminée. ,

Par ailleurs, j’ai tenu à rappeler qu’en Erythrée les journalistes sont incarcérés et qu’en Somalie les forces d’occupation ont soutenu les assassinats impunis à ce jour de nombreux journalistes.

Reporter Sans Frontière a classé Djibouti en 134 ème position, ce qui est mieux que la position de l’Erythrée qui est tout en bas du classement.

A mon avis, Djibouti devrait être encore plus mal classé que l’Erythrée, car il n’y a plus de journalistes libres qui puissent exercer dans le pays sans risquer une incarcération immédiate, sous divers prétextes "sur mesure" : en ayant recours à des dispositions fallacieuses de flagrants délits, en violation de la Constitution, de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, des Pactes et Conventions signées et ratifiés par la République de Djibouti.

M. NOEL ABDI Jean-Paul

31/10/08 (B471-B) Press TV : un responsable de la Police échappe à un attentat dans lequel six de ses gardes du corps ont perdu la vie. Somali police chief flees insurgent raid (En Anglais – Info lecteur)

A Somali deputy police commander has escaped an insurgent attack that killed six of his guards south of the Somali capital, Mogadishu.

The abortive attack had targeted the deputy police commander of the Medina and Dharkenley districts. Abdullahi Ali Yari had been the target of the attack on his office, a Press TV correspondent in Somalia reported.

He, however, escaped unharmed while the insurgents killed six of his guards near the office which had reportedly been targeted 19 times over the past three months.

The commander’s precinct has been the site of recurrent insurgent raids.

Besides police stations, Ethiopian bases are the regular target of the insurgents who have refused to stop resistance based on a recent peace agreement that will supposedly see a phased withdrawal of Ethiopian troops from Somalia.

In 2006, Ethiopia intervened to help Somalia’s embattled Transitional Federal Government. Ever since, the country has been the scene of the troops’ unceasing struggle against runaway insurgency.

30/10/08 (B471-B) Condamnation des attentats du Somaliland et du Puntland. Condoléances pour les victimes. Des pistes pour rechercher les commanditaires. (8 dépêches en Français et en Anglais)

__________________________________ 1 – XINHUA

Jean Ping condamne les attaques terroristes dans le nord de la Somalie

Le président de la Commission de l’Union africaine (UA) Jean Ping a condamné mercredi vigoureusement une série d’attentats suicide qui ont tué au moins 28 personnes dans le nord de la Somalie.

Dans un communiqué de l’organisation panarabe, M. Ping a condamné fermement « ces attaques terroristes, qui sont survenues au moment où de nouveaux efforts se sont déployés par l’IGAD ( Autorité intergouvernementale sur le développement), l’UA et les Nations Unies pour parvenir à la paix durable, à la sécurité et à la réconciliation en Somalie ».

Il a réitéré la détermination de l’UA pour continuer à faire tout ce qui peut soutenir les efforts pacifiques en Somalie.

Mercredi, au moins 28 personnes ont été tuées lors d’une série d’attentats à la voiture piégée dans le nord de la Somalie, dont la plupart étaient à Hargeisa, capitale de la région séparatiste de Somaliland.

Les attentats sont survenus alors que des dirigeants régionaux se sont rencontrés à Nairobi, capitale kenyane, pour discuter de l’actuelle crise en Somalie et de la performance du gouvernement de transition.

__________________________________ 2 – XINHUA

Solana condamne les attaques terroristes en Somalie

Le haut représentant de l’Union européenne (UE) pour la politique étrangère et de sécurité commune, Javier Solana, a fermement condamné mercredi les attaques terroristes dans le nord de la Somalie.

« Je condamne fermement les attentats terroristes commis aujourd’hui à Bosasso et à Hargeisa, dans le nord de la Somalie. Je transmets mes plus sincères condoléances aux familles des victimes et exprime ma sympathie aux autorités du Puntland et du Somaliland », a dit M. Solana dans une déclaration.

Selon lui, « seul le dialogue permettrait à la Somalie de trouver une solution à l’actuelle situation dans laquelle elle a vécu pendant une quinzaine d’années. Cela est dans l’intérêt non seulement du peuple somalien, mais aussi dans celui de la région et de l’ensemble de l’Afrique ».

Il a aussi tenu à exprimer son soutien à tous ceux qui travaillent en Somalie pour une paix dans le pays.

Au moins 28 personnes sont mortes et une trentaine d’autres ont été blessées mercredi dans une vague coordonnée d’attentats à la voiture piégée commis à Hargeysa, capitale de la république séparatiste de Somaliland, et dans la ville portuaire de Bossaso, capitale commerciale de la région semi-autonome du Puntland

______________________________3 – Shabelle avec AFP (En Anglais)

Selon un représentant américain, les attentats portent la marque d’Al Quaïda. // Somalia bombings have markings of Al-Qaeda: US official

The deadly coordinated suicide car bomb attacks against key targets in two Somali breakaway states Wednesday have the markings of Al-Qaeda, Jendayi Frazer, US assistant secretary of state for Africa, told reporters in Nairobi.

« Nobody has claimed responsibility for the attacks, but they have the markings of Al-Qaeda, » she said after attending a summit on Somalia in the Kenyan capital.

« We believe that these senseless attacks highlight the determination of violent extremists to undermine peace and stability throughout Somalia and the Horn of Africa. »

Frazer said Washington will continue to support regional efforts to combat terrorism.

« There is a serious terrorist threat in the Horn of Africa, concentrated in Somalia, Somaliland and Puntland and we have to address it as a region, » she said.

Frazer called for action against Eritrea for hosting Sheikh Hassan Dahir Aweys, an influential Somali cleric listed as a terrorist by Washington and who has rejected recent peace talks and ceasefires.

« What I can say is Aweys is sitting in Eritrea… he is in the UN and US terror list. Eritrea is giving a safe haven to a terrorist, we need to act accordingly, » she said.
« He is not for peace in Somalia, he is not for good governance in Somalia, he is making terrorism threats, we need to treat him accordingly, » she told AFP.

__________________________________ 4 – JDD

Attentats en Somalie: Un cheikh soupçonné

Les autorités du nord de la Somalie ont annoncé jeudi l’arrestation du cheikh Chabaab, soupçonné d’être impliqué dans une vague d’attentats suicide qui a fait au moins trente morts la veille.

Les cinq attentats de mercredi dans les régions du Puntland et du Somaliland n’ont pas ouvertement été revendiqués, mais les autorités soupçonnent les insurgés islamistes hostiles au gouvernement et à l’Ethiopie qui le soutient.

Les Etats-Unis ont imputé les attentats à Al Qaïda, qu’ils accusent d’agir à travers Chabaab.

_________________________________ 5 – Centre Info ONU

Attentat : L’ONU en Somalie en deuil après la mort de deux de ses employés

Le résident des Nations Unies et coordonnateur humanitaire pour la Somalie, Mark Bowden, a exprimé jeudi sa peine au sujet de la mort de deux employés de l’ONU dans l’attentat à la voiture piégée qui a frappé la veille un complexe du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) à Hargeisa, dans le nord de la Somalie.

Mohammed Geele était conseiller local à la sécurité et travaillait pour l’ONU depuis cinq ans. Il laisse derrière lui une femme et cinq enfants. Sayid Hashi, de Borama, était chauffeur pour les Nations Unies depuis 1997 et laisse derrière lui une femme et trois fils, a précisé le Bureau du résident des Nations Unies dans un communiqué.

« Nos plus profondes condoléances vont aux familles et aux collègues de nos deux employés qui sont morts dans l’explosion », a déclaré M. Bowden. « Actuellement, notre préoccupation immédiate est le bien-être et le soutien aux familles des victimes et des employés qui ont survécu ce traumatisme. Etant donné l’extrême violence de l’attaque, nombre d’entre eux sont profondément bouleversés et pleurent la mort de leurs collègues », a-t-il ajouté.

Six autres employés ont été blessés, dont deux grièvement qui ont été évacués vers Djibouti pour y être hospitalisés. Leur état est stable désormais. L’ONU est en train d’évacuer d’autres employés qui ont besoin d’un traitement médical et d’un soutien psychologique à Nairobi. Les employés indispensables restent à Hargeisa mais leurs mouvements sont restreints, souligne le communiqué.

Au moment de l’attentat, il y avait 74 employés internationaux et 200 employés nationaux des Nations Unies travaillant à Hargeisa. Le complexe compte quatre bâtiments et le toit de certains s’est effondré.

« Alors que la Somalie est l’un des endroits les plus dangereux au monde pour les travailleurs humanitaires, Hargeisa est un endroit relativement stable et par conséquent beaucoup d’employés des Nations Unies étaient basés là », a souligné M. Bowden. « C’est grâce à cette stabilité que l’ONU a été en mesure d’aider le processus de reconstruction, construire des écoles dans un contexte de paix depuis 1998 », a-t-il ajouté.

Les agences des Nations Unies travaillent à Hargeisa et les régions du nord-ouest avec le gouvernement local et les communautés pour fournir de l’eau et des soins. L’assistance est fournie aux gens déplacés par la guerre et qui n’ont pas retrouvé une vie normale. Les agences de l’ONU apportent aussi leur aide dans les domaines de la police, de l’état de droit et de la gestion des finances publiques.

De son côté, le Conseil de sécurité a condamné jeudi « avec la plus grande fermeté » les attentats-suicide commis à Hargeisa et Bosasso, en Somalie, contre les locaux du PNUD, un bureau du gouvernement éthiopien et des services des pouvoirs publics locaux.

Dans une déclaration lue par son Président pour le mois d’octobre, Zhang Yesui (Chine), le Conseil de sécurité souligne que ces « attentats odieux », qui ont fait de nombreux morts et blessés, « semblent avoir été concertés ».

Le Conseil de sécurité présente ses « très sincères condoléances aux familles des victimes de ces attentats, ainsi qu’à la population et aux autorités somaliennes et éthiopiennes ».

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, avait également condamné mercredi ces attentats.

____________________ 6 – ChannelNewsAsia
(Somaliland) (En Anglais)

Déploiement massif des forces de sécurité à Hargeisa après les attentats meurtriers. //
Thousands of security forces were deployed on Thursday across Hargeysa, the capital of the breakaway statelet of Somaliland, a day after deadly suicide car bombings, police said.

« We are still conducting investigations and many of our security forces are deployed in Hargeysa to check all moving vehicles, » police officer Ahmed Hashi told AFP.

« There are thousands of police and military criss-crossing the town. Checkpoints were set up everywhere and they are checking vehicles, » local resident Barqad Ali said.

On Wednesday, five near-simultaneous and apparently coordinated suicide attacks struck high-profile targets in Hargeysa and in Bosasso, the economic capital of the neighbouring breakaway region of Puntland.

In Hargeysa, the bombs targeted the presidential palace, the United Nations Development Programme’s compound and Ethiopia’s diplomatic representation, killing 19 people on the spot.

According to medical sources, one of the injured died overnight, bringing to 20 the number of victims, in addition to the three bombers. At least 30 people are still hospitalised.

In Puntland, the two suicide bombers also died, but no other deaths were reported in the attacks on two anti-terrorism centres. The authorities said six members of the intelligence service were wounded in the bombings.

_________________________________ 7 – Shabelle (En Anglais)

Les forces armées du Puntland blessent un religieux, après les attentats. Puntland troops injure cleric after explosions

The security forces of Puntland semiautonomous have shot and wounded a Somali cleric in the town of Bosaso later on Wednesday after consecutive blasts rocked correspondingly the neighboring Somaliland republic, according to sources.

The residents of Bosaso told Shabelle that fuming soldiers from Puntlnd security agency have came into the house of the cleric whose name Sheikh Mohamud Ismail as well they hit two bullets on his right army then they took him to the central prison in the town after suspected him of connection consecutive deadly blasts in the city

The residents of Bosaso have expressed additional concern regarding the security forces operations on cracking down of the assailants.

There has been no claim of responsibility for the five bomb attacks in the Puntland and Somaliland regions on Wednesday.

Reports also say low flying planes are flying over the space of the town seeing that the residents are expressing concern over those aircrafts.

No curfew was imposed on the town but armed vigilant troops have been deployed on the streets.

Two other simultaneous suicide car bombs struck two separate buildings housing anti-terrorism centres run by the Puntland Intelligence Service (PIS) in the port city of Bosasso.

The president of Puntland, Mohamoud Musa Hirsi Adde, said six members of the PIS were killed in the twin blasts.

« Six members of the Puntland Intelligence Service were killed by the attack in Bosasso, » the president, who was in the economic capital of the semi-autonomous region, told reporters.

The overall death for the coordinated attacks stood at 30, including the five bombers.

____________________________________8 – Le Figaro avec AFP

Attentats en Somalie: Un cheikh soupçonné

Les autorités du nord de la Somalie ont annoncé jeudi l’arrestation du cheikh Chabaab, soupçonné d’être impliqué dans une vague d’attentats suicide qui a fait au moins trente morts la veille.

Les cinq attentats de mercredi dans les régions du Puntland et du Somaliland n’ont pas ouvertement été revendiqués, mais les autorités soupçonnent les insurgés islamistes hostiles au gouvernement et à l’Ethiopie qui le soutient. Les Etats-Unis ont imputé les attentats à Al Qaïda, qu’ils accusent d’agir à travers Chabaab.