Articles

27/11/08 (B475-B) Vanguard (Laos) Djibouti se prépare à reconquérir tragiquement son territoire aux mains des éthiopiens. Bien qu’ayant des forces inférieures, Djibouti a-t-elle une chance de gagner le combat, avec l’aide des ses alliés Américains et Français. Tragically, Djibouti is threatening to resume its border war with Eritrea. (En Anglais – Info lecteur)

In the first place, the « conflict » between the two countries is childish and stupid.

Going to war like they did on June 10 and 11, 2008 was a great disservice to the African people.

The so-called dispute is primarily over a piece of land not more than one hundred metres; that is a land mass the average Olympic sprinter can cover in ten seconds.

The area disputed by these two tiny African countries is, itself, so tiny that you cannot build a buffer zone.

You cannot even erect a tent on the disputed area that can accommodate ten persons.

The temporary demarcation site on top of the Ras Doumeira Hill dividing both armies is so tiny that soldiers on both sides can actually shake hands.

The International Herald Tribune reported that « The distance between the rival armies is shorter than the barrel of a gun. Hundreds of opposing troops are lined up on the border, staring each other down, from just inches away ».

The hill itself is of no known historical, cultural, economic, social or military significance to either country. So why the conflict, and the eagerness to resume a stupid war?

The immediate events that led to the dispute began in January 2008. Eritrean President, Isaias Afwerki, met twice with Djiboutian officials and briefed them from the point on the hill where his country intends to build a demarcation separating both countries.

The point he chose is the Ras Doumeira Hill. Doumeira itself comprises the hill, a hill range and an almost abandoned tiny island.

Both countries had been colonized by Italy and France and both colonialists did not make any demarcation; they merely acknowledge the hill as their boundary. Eritrea and Djibouti acknowledge this, and generally accept that the northern slopes of the hill are part of Eritrea while its southern slopes are in Djibouti.

It is not clear why Eritrea wants to build an identifiable demarcation, but it might not be unconnected with the boundary disputes it had with its neighbours, including Ethiopia, Yemen and Somalia.

It might also show Eritrea’s discomfort with the presence of American and French bases in Djibouti; in fact, less than ten kilometers south of the hill are the « Seven Seas » which is the main American base area.

The Djiboutians have not disputed the Eritrean claims that their president met with some Djibouti officials before beginning work on the demarcation point.

Their official claim is that the Eritreans asked if they could cross the Djiboutian side to get some sand to build a road. « Instead, they occupied a hilltop and started digging trenches ».

Ordinarily, a war between the two countries would have been a no-contest as Djibouti, with its 700,000 populace, cannot take on an Eritrea of five million people backed by a highly disciplined army.

But an African proverb says that with human backing, the dog can kill a monkey. With Djibouti backed by France, Ethiopia and United States, it is not the case of the David Djibouti taking on the Goliath Eritrea, it is more of the French and American goliaths watching to see if Eritrea will try to roll over Djibouti. This is the point; the conflict is not really over a tiny undefined border; it is actually a proxy war in the making.

Both countries are at the mouth of the Red Sea which has strategic military significance for the big powers and is a gateway to oil supplies from the Gulf to most industrialized countries.

But, while Djibouti is open and enjoys a lot of trade, its neighbour, Eritrea, is an enigma to most of the international community. During the cold war, the Eritrean war of independence was the only international conflict I know where the Soviet Union, Cuba, the US and NATO were all on one side; the colonial Ethiopian side, while Eritrea was abandoned.

The reason for this strange alliance was that the Eritrean Peoples Liberation Front (EPLF), which led the anti-colonial war, was a Marxist group, and the US, its allies and almost all the Arab States did not want revolutionaries take over Eritrea.

On the other hand, Ethiopia, that had annexed Eritrea, was under Colonel Mengistu Haile Marian who was running a Marxist regime.

The logic of the Soviets and Cubans seemed to be that it was better to have a unified Ethiopia with Eritrea as a province under Mengistu than have a small Eritrea which can be crushed by US, if it became an independent nation.

The Eritreans fought their war of independence from 1961 to 1991 when it militarily defeated Ethiopia. Since then, it had fought border wars with Ethiopia which claimed 100,000 lives and Yemen – over the Hamish Islands.

It is also accused as being the main backer of Islamic Court forces (the Alliance for the Re-liberation of Somalia) in Somalia who are fighting the Ethiopian-backed Somalia Transitional Federal Government (TFG).

With these conflicts, and many not understanding the Eritreans, Djibouti President, Ismail Omar Guelleh, and his international backers have sought to portray Eritreans as crazy war mongers. On the other hand, Eritrea believes that Djibouti is merely being used as proxy.

The international mediators, including the UN Security Council, have made little effort to conceal their bias against Eritrea.

The 1897 treaty between Ethiopia and France in which the former recognized the Ras Doumeria hill and area as French, will not be of much help. Ethiopia did not, and does not, own Eritrea, so it cannot give what it does not have

The solution is not technical or legal, it is political; how to get both sides to agree on a consensus while, in the process, keeping away the international hawks who may benefit from Djibouti-Eritrea war. This process can be midwived by the African Union.

27/11/08 (B475-B) L’Express / Cinq morts dans l’explosion de grenades à Baidoa en Somalie

Cinq personnes ont été tuées et une quinzaine d’autres blessées par assaillants qui ont lancé des grenades sur un marché à Baidoa, ville de Somalie où siège le parlement, rapportent des témoins.

EXPLOSION DE GRENADES À BAIDOA EN SOMALIE

Les islamistes sont en guerre depuis près de deux ans contre le gouvernement de transition somalien, qui siège à Mogadiscio depuis la reconquête de la capitale par ses troupes et celles envoyées par l’Ethiopie pour leur prêter main forte.

Les islamistes contrôlent la majeure partie du sud de la Somalie, tandis que le gouvernement, soutenu par l’Occident et Addis-Abeba, contrôle seulement Mogadiscio et Baidoa.

« Au moins trois civils ont péri et 17 autres ont été blessés dans des jets de grenades sur le marché de Baidoa », selon un témoin, Hussein Mohamed. A l’hôpital de la ville, un médecin a indiqué que deux des blessés étaient décédés par la suite.

Les violences en Somalie ont tué 10.000 civils depuis le début 2007. Plus de trois millions de Somaliens dépendent aujourd’hui d’une aide alimentaire pour survivre.

Les autorités de la région du Somaliland, qui s’est proclamée autonome, ont imputé jeudi à l’organisation islamiste Al Chabaab des attentats suicide simultanés qui ont fait au moins 30 morts à la fin octobre.

Ali Chabaab, qui figure sur la liste des organisations terroristes établie par les Etats-Unis, refuse de faire partie d’un gouvernement de coalition et lance régulièrement des attaques contre la capitale.

Mohamed Ahmed,
version française Eric Faye

27/11/08 (B475-B) New York Times : Un article de mai 2008 confirme l’intéressement du Gouvernement djiboutien dans l’exploitation des richesses du pays. Et quand on parle de l’intéressement du Gouvernement, on se trompe, car il faudrait dire, l’intérêt de la famille Guelleh. Mais on ne pourra plus rien prouver car la Cour des Comptes a brûlé et personne ne s’est même préocupé de récupèrer les disques durs, pour tenter de sauver des données. (En Anglais – Info lecteur)

Location Gives Tiny State Prime Access to Big Riches

By JEFFREY GETTLEMAN
Published: May 30, 2008

For centuries, nomads have dropped down from the rocky hills around here to carve bricks of salt from an ancient lake and haul them away on the backs of camels.

U.S.-led company Salt Investment SA has launched a $70 million operation to industrialize the collection of Djibouti’s plentiful salt.

Workers loads thousands of pounds of sugar onto a ship that will eventually make its way to the Persian Gulf. Due to its close proximity to Yemen, Djibouti’s port has seen business booming as more companies are using the port to get their goods to the Gulf.

Djibouti sits along some of the world’s busiest shipping lanes.

But a new salt miner is giving it a try, and he may be a harbinger of what’s happening here.

“As a salt person, my first impression was why was all this salt just sitting here,“ said Daniel R. Sutton, an American salt miner who is overseeing a new $70 million operation to industrialize the collection of Djibouti’s plentiful salt.

“There’s 50 square miles of salt. It runs 20 to 30 feet deep. This could be huge.“

Djibouti is becoming the little country of big dreams. Hundreds of millions of dollars of overseas investment is pouring in, promising to turn this sleepy, sweltering mini-state, which right now does not even have a stoplight, into something of an African trade center.

There are gold miners from India, geothermal experts from Iceland, Turkish hotel managers, Saudi oil engineers, French bankers and American military contractors. Tycoons from Dubai are pumping in a billion dollars just on their own, largely for the country’s port, a gateway to the region. There is even a project on paper to build a multibillion-dollar, 18-mile bridge across the Red Sea, captained by Tarek bin Laden, the half brother of Osama bin Laden.

Djibouti does not have many people — about 500,000 — and few outsiders have heard of it. Its soil is mostly sand, it is unearthly hot — often more than 100 degrees — and just about everything, from bottled water to rice to gasoline, is imported.

But if there was ever an example of location, location, location, it is here.

Djibouti sits at the mouth of the Red Sea, where Africa and Asia nearly touch. It overlooks some of the busiest shipping lanes in the world, especially for oil heading from the Persian Gulf to Europe and the United States. And because of its strategic position, both France and the United States have military bases here.

Shipping is already big business in this country — and it’s getting even bigger, with investors from Dubai hoping to expand the Port of Djibouti to 3 million containers a year from its current capacity of 300,000. Dubai World, a large holding company, has also bought a controlling share in a local airline and built an industrial park, new roads and a $200 million, five-star hotel, with gurgling fountains and possibly the greenest lawn in the Horn of Africa.

“Djibouti is perfectly positioned to become a services and logistics hub,“ explained Jerome Martins Oliveira, the chief executive officer of the port, which is operated by a subsidiary of Dubai World.

He said Djibouti could become the central link between the raw materials of Africa and the oil wealth of Arabia, with Dubai as its main partner.

Dubai is actually the country’s model for development, said Djibouti’s foreign minister, Mahmoud Ali Youssouf. “We’re a small country with a big port,” he said “And we’re even better located than Dubai.”

Clearly, little Djibouti has a long way to go. While Dubai, one of the seven United Arab Emirates and a very rich city-state, is building the world’s tallest building, the highest building here is six stories.

Djibouti is ranked 149 out of 177 on the United Nations human development index, which measures life span, education and income.

But Djibouti’s smallness — it basically has one city, known as Djibouti town — is a virtue, business people say.

“If you need something, the government responds very fast,” said Nikhil Bhuta, the chief financial officer for the JB Group, an Indian mining company. Mr. Bhuta said he had set up mines across Africa but never had he experienced such generous terms of business, like the deal he struck with the Djiboutian government to split gold profits 80 percent for his company, 20 percent for the government.

“In Africa, you never even get 50 percent,” he said.

Other selling points are a stable currency that is pegged to the American dollar, excellent French food and the fact that Djibouti is an outpost of relative stability in the Horn of Africa, a region constantly plagued by war, famine and drought — sometimes all at the same time.

“If you want to participate in the development of this region, Djibouti is the only place to be,” said Ould Amar Yahya, the director of a commercial bank that opened a branch in Djibouti a year ago. “Ethiopia has too many regulations. Sudan has the embargo. Eritrea has serious problems, and Somalia is too violent.”

But there’s a very visible cloud on the horizon: Eritrea. Djibouti’s prickly neighbor recently moved more than 1,000 soldiers into a disputed border zone, and Djiboutian officials fear war may break out at any moment. The troops are heavily armed and literally inches apart.

“We’ve got a lot going on right now,” Mr. Youssouf said. “Maybe the Eritreans are jealous.”

Local customs can also be a bit of a minefield. The population here is predominantly Muslim, divided between Somalis and Afars, a nomadic group that plies the desert and sticks to its traditions.

Mr. Sutton said that shortly after he arrived to begin the salt mining operation, an Afar chief threatened to kill him.

“He was about 4-foot-tall with a 6-foot stick,” Mr. Sutton said.

The chief was apparently angry that Mr. Sutton had not paid his respects. The chief’s people live around the salt flats.

Mr. Sutton said that he had agreed to hire as many Afars as possible and that he and the chief are now friends.

27/11/08 (B475-B) Plusieurs journalistes enlevés en Somalie, dont un Français.(8 dépêches en Français et en Anglais)

__________________________________ 8 – XINHUA

Deux journalistes étrangers enlevés dans le nord de la Somalie

Deux journalistes étrangers, dont un serait de nationalité britannique, ont été enlevés mercredi dans le nord de la Somalie, selon des informations reçues à Nairobi.

Les deux journalistes voulaient faire un reportage sur la piraterie qui règne au large de la Somalie.

En août dernier, deux journalistes, un Australien et un Canadien ont été enlevés à Mogadiscio, capitale somalienne, et resent toujours entre les mains des ravisseurs.

__________________________________ 7 – Le Monde

Somalie: le CPJ très « inquiet » pour la sécurité de quatre journalistes

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), s’est déclaré mercredi soir dans un communiqué « profondément inquiet » quant à la sécurité de quatre journalistes, dont deux Européens, enlevés plus tôt dans la journée en Somalie.

Le CPJ « est profondément inquiet de la sécurité de quatre journalistes qui ont été kidnappés aujourd’hui dans la ville portuaire de Bosasso, dans la région semi-autonome somalienne du Puntland », indique l’organisation de défense de la liberté de la presse dans un communiqué transmis à l’AFP.

« Nous sommes alarmés par les informations sur l’enlèvement de nos quatre collègues. Cela souligne combien la Somalie est devenue un endroit dangereux pour les journalistes locaux et étrangers », estime Tom Rhodes, coordinateur de programmes pour l’Afrique du CPJ, une ONG basée à New York.

« Les quatre journalistes ont été enlevés après avoir quitté leur hôtel, mais leur chauffeur n’a pas été capturé », a indiqué un journaliste du Puntland, cité par le communiqué.

« Les ravisseurs n’ont pris contact avec personne », indique le CPJ citant le commandant de la police du Puntland, Abdul Aziz Gamey.

__________________________________ 6 – L’Alsace

Somalie: le photographe espagnol José Cendon parmi les journalistes enlevés

Le photographe espagnol José Cendon figure parmi les quatre journalistes enlevés aujourd’hui mercredi en Somalie, a indiqué le ministère espagnol des Affaires étrangères.

Au moins quatre journalistes, dont un Espagnol, un Britannique et deux Somaliens, ont été enlevés ce mercredi par des miliciens armés à Bosasso, dans le nord-est de la Somalie, selon les autorités locales.

Le ministère a eu la confirmation par l’ambassade d’Espagne à Nairobi que José Cendon était le journaliste espagnol séquestré, a indiqué à l’AFP ce mercredi soir une porte-parole de la chancellerie espagnole.

Sa famille en Galice (nord-ouest) a été prévenue, a-t-elle ajouté.

José Cendon, basé à Addis Abeba, travaille dans l’est de l’Afrique en tant que collaborateur photo de plusieurs médias, dont l’AFP. Il n’était pas en mission pour le compte de l’agence au moment de son enlèvement.

__________________________________ 5 – Shabelle (En Anglais)

Des journalistes enlevés en Somalie, mais aucune mission pour tenter des les localiser ne serait perceptible sur le terrain. // Journalists kidnapped in Somalia

Two foreign journalists have been abducted in Somalias northeastern region of Puntland later on Wednesday, according to officials.

Bile Mohamud Qabowsade the information advisor of Puntland president has confirmed the abduction saying that the two journalists have been taken from their hotel in Bosaso.

He added that the kidnappers were men at close to the hotel that the two journalists were staying.

He further said that the two journalists have been passed on in Marere area outside Bosaso but its yet unknown where they were exactly being held.

No measures on the search of the kidnapped journalists are seen in the region.

__________________________________ 4 – AP (Info lectrice)

Deux journalistes étrangers enlevés dans le nord de la Somalie, selon la police

Deux journalistes étrangers ont été enlevés mercredi dans la région semi-autonome du Puntland (nord de la Somalie), où ils enquêtaient pour un sujet sur la piraterie, a annoncé la police somalienne.

Le porte-parole de la police régionale Abshir Abdi Jama n’a pas pu confirmer leur nationalité avec certitude, disant penser que l’un d’eux était britannique, l’autre d’origine libanaise.

Les journalistes étaient depuis environ une semaine dans la région, d’où opèrent nombre de pirates sévissant dans le Golfe d’Aden et dans l’Océan Indien.

Les enlèvements contre rançon d’étrangers, humanitaires ou journalistes, sont fréquents en Somalie.

« Nous n’accepterons pas que quiconque paye une rançon, et nous assurerons leur libération », a ajouté le porte-parole.

Ali Abdi Aware, ministre d’Etat aux relations extérieures du Puntland, a estimé quant à lui que les ravisseurs avaient certainement emmené les deux hommes dans les montagnes. Les ravisseurs sont traqués par les forces de sécurité, a-t-il ajouté.

__________________________________ 3 – Le Monde

Deux journalistes occidentaux enlevés dans le nord de la Somalie

Au moins quatre journalistes, deux ressortissants occidentaux et deux Somaliens, ont été enlevés par des hommes armés, mercredi 26 novembre, dans la région du Puntland, dans le nord de la Somalie, selon un responsable de la police locale. Le gouvernement de la région a annoncé qu’il s’agissait d’un Britannique et d’un Espagnol. D’autres sources, notamment au sein de la présidence somalienne et de la police locale, évoquaient la présence d’un Français, d’un Irlandais ou encore d’un Britannique.

Le ministère des affaires étrangères espagnol vérifierait actuellement ces informations, alors que leurs homologues français et britannique n’ont pas encore officiellement réagi. « Ces journalistes sont arrivés au Puntland et ont commencé à travailler sans chercher à obtenir une escorte du gouvernement », a expliqué Bile Mohamoud Qabowsade, conseiller de la présidence, accusant « une milice locale à Bosasso », capitale du Puntland, d’être à l’origine de l’enlèvement. Les autorités somaliennes, qui ont laissé entendre qu’elles savaient où étaient retenus les otages, ont indiqué que la police allait être mobilisée pour les libérer.

L’enlèvement d’étrangers, qu’ils soient journalistes ou travailleurs humanitaires, est un phénomène courant dans le Puntland, région semi-autonome du nord du pays et base arrière des pirates qui sévissent dans la région. Les deux hommes étaient d’ailleurs sur place pour enquêter sur ce phénomène. Depuis deux semaines, huit navires, dont le superpétrolier saoudien Sirius Star, ont été détournés par des pirates somaliens. Au total, quinze navires, avec plus de trois cents personnes à leur bord, sont actuellement retenus dans cette région.

__________________________________ 2 – AFP

Somalie: au moins quatre journalistes, dont deux Européens, enlevés

Au moins quatre journalistes, dont un Espagnol, un Britannique et deux Somaliens, ont été enlevés mercredi par des miliciens armés à Bosasso, dans le nord-est de la Somalie, où les prises d’otage de reporters et de travailleurs humanitaires se multiplient.

« Nous avons des informations selon lesquelles deux journalistes étrangers ont été enlevés avec deux journalistes locaux. Les étrangers sont un Britannique et un Espagnol », a déclaré à l’AFP par téléphone Abdulkabier Musa, ministre adjoint des Ports maritimes du Puntland, province semi-autonome dont Bosasso est la principale ville.

L’Espagnol enlevé est le photographe José Cendon, a affirmé le ministère espagnol des Affaires étrangères. Basé à Addis Abeba, José Cendon travaille dans l’est de l’Afrique en tant que collaborateur de plusieurs médias, dont l’AFP, pour laquelle il n’était pas en mission au moment de son enlèvement.

Le conseiller présidentiel du Puntland, Bile Mohamoud Qabowsade, avait précédemment fait état à l’AFP de l’enlèvement d’un Français et d’un Espagnol.

« C’est arrivé vers 11H00 locales (08H00 GMT) quand ils quittaient leur hôtel pour se rendre à l’aéroport. Personne jusqu’à présent n’a revendiqué cet enlèvement. Nous n’avons aucune trace du chauffeur ou de leur voiture », a poursuivi le ministre des Ports maritimes.

Selon lui, « une opération de la police est en cours: les policiers ont fermé toutes les sorties de Bosasso et lancé leurs investigations pour essayer de collecter des témoignages et de trouver où ils sont et qui les a kidnappés ».

Le directeur de l’hôtel International Village, où les deux Européens étaient descendus, Abdullahi Yusuf, a indiqué que les deux journalistes avaient « quitté l’hôtel vers 10H00 ». « Ils avaient réservé leur vol la veille et m’avaient dit qu’ils allaient à Djibouti », a-t-il dit.

« Leur fixeur (assistant local) est passé les prendre avec les mêmes gardes de sécurité qui les protégeaient. Ensuite un agent de la compagnie à l’aéroport m’a appelé pour demander où ils étaient parce qu’ils ne s’étaient pas présentés. C’est là que j’ai compris qu’ils avaient probablement été enlevés », a ajouté le directeur.

« Ils ont fait leur réservation hier et sont venus au bureau », a déclaré à l’AFP l’agent de la compagnie aérienne Dallo à Bosasso, Mohamed Sheikh, assurant qu’il n’avait pas vu les deux journalistes.

Une source aéroportuaire jointe à Djibouti a confirmé à l’AFP l’arrivée du vol de Dallo en provenance de Bosasso et indiqué que les deux journalistes n’étaient pas arrivés à destination, une information confirmée également par la police de l’air et des frontières djiboutienne.

L’identité exacte des otages n’a pas encore été précisée.

Les journalistes internationaux et des travailleurs humanitaires sont régulièrement la cible des milices armées à Bosasso, un port qui sert de base aux contrebandiers, trafiquants d’armes et passeurs de clandestins souhaitant traverser le golfe d’Aden.

Le Puntland, un Etat autoproclamé du nord-est de la Somalie, est également la base arrière de la majorité des groupes de pirates qui écument les eaux du golfe d’Aden et ont capturé le 15 novembre le Sirius Star, un superpétrolier saoudien pour lequel ils demandent une rançon de 25 millions de dollars.

En août, deux journalistes indépendants, un Australien et une Canadienne, avaient été kidnappés aux abords de la capitale somalienne, Mogadiscio.

En décembre 2007, un cameraman français avait été enlevé et détenu pendant huit jours par une milice locale de Bosasso.

Un Allemand et son épouse somalienne avaient également été brièvement kidnappés au Puntland en septembre.

__________________________________ 1 – Le Parisien

Deux journalistes dont un français enlevé en Somalie

Deux journalistes, un Français et un Espagnol, ont été enlevés par des hommes en armes à Bosasso, la capitale économique de la région semi-autonome somalienne du Puntland, a indiqué mercredi à l’AFP un haut responsable somalien.

«Nous avons été informés que deux journalistes, un Français et un Espagnol, ont été kidnappés par une milice locale à Bosasso», a indiqué le conseiller présidentiel, Bile Mohamoud Qabowsade.

 «Ces journalistes sont arrivés au Puntland et ont commencé à travailler sans chercher à obtenir une escorte du gouvernement, donc maintenant nous enquêtons pour savoir où ils ont été emmenés et qui sont les ravisseurs», a-t-il ajouté.

L’identité exacte des otages n’était pas encore connue.

27/11/08 (B475-B) Press TV / Des inconnus ont tué un militaire somalien de haut rang et son garde du corps à Baïdoa. // Somali military official shot dead (En Anglais – Info lecteur)

Unknown gunmen have killed a high ranking Somali military official and one of his bodyguards in the south-central city of Baidoa.

The official, the top military figure in the region, was shot dead in Baidoa, 256 kilometers (159 miles) northwest of the capital Mogadishu and the home town of Somalia’s parliament.

Moments later, foreign troops poured into the region but the assailants managed to escape. The troops have cordoned off the area, forcing markets to close down, a Press TV correspondent reported on Tuesday.

Somalia has been without an effective central government since warlords toppled Mohamed Siad Barre in 1991. The ongoing violence in the country has resulted in the death and displacement of countless civilians.

Al-Shabab group, an offshoot of the Union of Islamic Courts (UIC), now controls most of the country, it has also advanced to the suburbs of Mogadishu and Baidoa, which are controlled by Somalia’s Transitional Federal Government (TFG).

27/11/08 (B475-B) Reuters / L’Ethiopie affirme avoir procédé à la libération de 24 membres du Front des résistants de l’Oromo. // Ethiopia says freed 44 Oromo rebels (En Anglais – Info lecteur)

Ethiopia has released 44 Oromo Liberation Front rebels from jail for good behaviour during their imprisonment and for expressing remorse.

Ethiopian Prime Minister Meles Zenawi, the main U.S. ally in the turbulent region, is opposed by a range of rebel groups from remote regions, including the Oromo Liberation Front (OLF) which has fought for autonomy for its southern homeland since 1993.

State TV broadcast a statement late on Tuesday by prison administration head Firdu Gebre Tsadik saying some of the 44 OLF prisoners had previously been condemned to death while others were serving life sentences.

« The prisoners, some of whom had served up to ten years, have expressed regret for the crimes they committed and have also shown good behaviour while in jail, » he said.

The footage showed one woman, identified as Asli Mohammed, hailing the amnesty as a new lease of life.

« I regret most sincerely the crime I committed against the government and the people. I shall hereafter dedicate myself to work for peace and development, » she said in Amharic.

OLF officials could not immediately be reached for comment.

The government blames the insurgents for several bomb blasts targeting the capital, Addis Ababa, in recent years, and last week it said its forces had killed a senior OLF commander after luring him to a farmer’s house in the west of the country.

Ethiopia accuses arch-foe Eritrea of backing the OLF and other rebels. Asmara denies it, and accuses Meles of oppressive policies that have triggered resistance movements. From 1998 to 2000, the two nations fought a border war in which 70,000 people were killed.

(Reporting by Tsegaye Tadesse)

27/11/08 (B475-B) RSF / Somalie / Deux journalistes occidentaux enlevés au Puntland

Reporters sans frontières exprime son inquiétude pour deux journalistes occidentaux, enlevés le 26 novembre 2008 à Bosasso, capitale économique de la région semi-autonome du Puntland (nord-est de la Somalie), en compagnie de deux Somaliens.

« Cet enlèvement rappelle que le banditisme, la piraterie ou le crime politique sont des dangers permanents pour les étrangers, journalistes ou humanitaires, qui foulent le territoire somalien. Nous plaçons nos espoirs dans les autorités compétentes, qui doivent être conscientes que le temps est un facteur déterminant pour trouver une issue positive à ce type d’affaires », a déclaré l’organisation.

Deux journalistes occidentaux, un Britannique et un Espagnol, ont été empêchés de force de se rendre à l’aéroport par des hommes armés, le 26 novembre 2008, peu après 10 heures, après avoir quitté leur hôtel du centre-ville de Bosasso, sur la côte nord du Puntland. L’identité du journaliste britannique est connue, mais son employeur souhaite qu’elle ne soit pas publiée par la presse. Son confrère espagnol est le photographe indépendant José Cendón. Tous deux couvraient les actes de piraterie maritime qui se déroulent dans le golfe d’Aden et s’apprêtaient à embarquer à bord d’un vol pour Djibouti. Ils sont toujours retenus sous la menace, dans la région.

Les deux journalistes se trouvaient en compagnie de leur fixeur et d’un homme présenté comme un journaliste somalien, dont les identités ne peuvent être publiées pour des raisons de sécurité. La situation actuelle de ces deux hommes n’est pas encore établie de source indépendante.

Traversé par les rivalités claniques et la cupidité de bandes armées incontrôlées, le Puntland est également la base arrière des « familles » responsables des actes de détournement de navires civils, mais aussi des groupes qui organisent le trafic clandestin entre la Somalie et le Yémen. La région est également le fief du président du gouvernement fédéral de transition somalien, Abdullahi Yusuf.

Trois journalistes et six travailleurs humanitaires sont actuellement retenus en otages dans le sud de la Somalie. La reporter canadienne Amanda Lindhout, le photographe australien Nigel Brennan et le journaliste somalien Abdifatah Elmi sont retenus par une milice indépendante à Mogadiscio depuis le 23 août 2008.

Deux expatriés de Médecins du Monde et quatre collaborateurs d’Action contre la faim ont également été enlevés récemment, respectivement à la frontière ethio-somalienne et sur l’aéroport de Dhusa Mareb, au nord de la capitale somalienne.

Fin 2007, le journaliste indépendant français Gwen Le Gouil avait été retenu en otage pendant huit jours, alors qu’il se trouvait à Bosasso pour y effectuer un reportage sur le trafic d’émigrants traversant au péril de leur vie le golfe d’Aden vers le Yémen. De petits groupes mafieux, constitués sur des bases claniques et appuyés par leurs propres milices, se partagent ce trafic très lucratif. Les autorités locales peinent à contrôler la situation dans cette région, où les bénéfices des trafiquants font vivre une partie importante de la population.

27/11/08 (B475-B) RSF / Somalie / Reporters sans frontières demande la libération du directeur d’une radio privée arrêté à Baidoa

Reporters sans frontières exprime son incompréhension suite à l’arrestation, le 25 novembre 2008, de Hilal Sheik Shuayb, directeur de la station privée Radio Warsan basée à Baidoa (Sud-Ouest). Son interpellation est consécutive à la diffusion en direct d’un jugement rendu au tribunal de la ville.

« L’arrestation de ce journaliste est infondée. Hilal Sheik Shuayb n’a fait qu’exercer son métier et doit être relâché dans les meilleurs délais. Les journalistes somaliens travaillent déjà dans des conditions d’insécurité préoccupantes et il est regrettable que le gouvernement fédéral de transition rende leur tâche encore plus intenable », a déclaré l’organisation.

Le 25 novembre 2008, Hilal Sheik Shuayb a été arrêté par les forces de police de Baidoa, sur ordre du gouverneur de la province et ancien propriétaire de Radio Warsan, Abdifatah Mohamed Ibrahim. Le directeur de la radio serait accusé d’avoir diffusé, en direct, le verdict prononcé par la cour de justice de Baidoa dans le jugement d’un soldat. Ce dernier, qui comparaissait pour le meurtre d’un commandant, a été condamné à mort et exécuté à la suite de la décision de justice.

L’Union nationale des journalistes somaliens (NUSOJ), organisation partenaire de Reporters sans frontières en Somalie, rappelle que les journalistes basés à Baidoa, siège du gouvernement fédéral de transition, subissent régulièrement de fortes pressions de la part des autorités régionales.