Articles

19/01/09 (B482) Le journal de la Flibuste …. Des malades à bord du FAINA, ce cargo bourré d’armes lourdes en provenance des pays de l’est et dont le client final n’est pas déterminé (Opposition au Soudan, Kenya ???). Il a été arraisonné et retenu depuis plusieurs mois par les pirates. Autre sujet majeur d’inquiétude et de honte : les candidats à l’émigration vers le Yémen qui se noient ou que des passeurs sans scrupule, jettent à l’eau. (4 articles en Français et en Anglais)

_________________________________ 4 – XINHUA

Des centaines de migrants portés disparus au large du Yemen

Des centaines de migrants sont portés disparus après que trois bateaux transportant quelque 400 Africains eurent coulé samedi au large du Yemen, a affirmé un officil de l’ONU.

Tous les trois bateaux étaient partis de Somalie. Deux bateaux ayant 300 personnes à bord ont chaviré en mer Rouge avec seulement environ 30 personnes sauvées, a déclaré Laila Nassif, chef du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiées (HCR) au Yemen.

Dans un autre incident, un bateau transport 120 migrants a coulé dans la mer Arabique. 80 personnes ont survécu, a dit l’officiel de l’ONU, précisant que le mauvais temps avait rendu l’opération de recherche et de secours très difficiel et qu’il y avait peu de chances de trouver de nouveaux rescapés.

_________________________________ 3 – Nouvel Obs avec AP

Des centaines de migrants portés disparus au large du Yémen

Des centaines de migrants africains en provenance de Somalie étaient portés disparus après le naufrage au large du Yémen samedi de plusieurs embarcations transportant environ 400 personnes, a annoncé une responsable de l’ONU au Yémen.

Une dizaine de cadavres ont été retrouvé sur les plages, selon Laila Nassif, directrice du Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU à Aden, ville côtière du sud du Yémen.

Deux embarcations transportant au moins 300 migrants ont fait naufrage en Mer rouge, et si 30 personnes ont pu être sauvées, les secours étaient rendus difficiles par les conditions météorologiques, a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, une autre embarcation a elle fait naufrage en mer d’Arabie avec 120 personnes à son bord, dont 80 ont pu arriver saines et sauves à terre.

Des centaines de migrants clandestins africains meurent chaque année dans les eaux dangereuses du Golfe d’Aden, attaqués par les pirates, jetés par-dessus bord par les passeurs, ou dans des naufrages d’embarcations surchargées. Selon le HCR, plus de 43.500 migrants, en majorité somaliens, sont arrivés illégalement par la mer au Yémen en 2008. En 2007, le Yémen avait fait état d’au moins 1.400 morts ou disparus recensés.

__________________________ 2 – Shabelle avec Reuters (En Anglais)

Hijacked Ukrainian tank ship’s crew unwell

Some crew members of a Ukrainian ship hijacked off Somalia with 33 tanks on board have fallen sick, a local businessman said.

The MV Faina, the highest-profile of a dozen ships being held off Somalia, was captured in September with its 20-man crew and a cargo of Soviet-era T-72 tanks plus other weapons.

The pirates want $5 million to release the boat, and its crew of mainly Russians and Ukrainians. One sick crew member died in the early days of the hijacking.

« Seven of the MV Faina’s crew have become sick and we are planning to take Somali doctors to treat these crew on the ship, » businessman Osman Farah, who has dealings with the pirates, told Reuters on Saturday.

« Rashes have appeared on their bodies, and they are suffering diarrhoea. Some have high blood pressure. We do not exactly know the disease, but we think the chemicals of the weapons on the ship have affected them, » he said.

Andrew Mwangura, coordinator of Kenyan-based regional maritime group the East African Seafarers Assistance Programme, said he too had heard some of the crew were sick.

« I think it’s just fatigue after being there so long, » he said. « Normally, the pirates allow crews to get some breaks, like playing football or doing some fishing. But with such important military equipment on board, security is very tight. »

___________________________________ 1 – JDD

Somalie: maladie à bord du Faina

Sept des vingt membres d’équipage du cargo ukrainien Faina, capturé en septembre par des pirates somaliens avec sa cargaison de 33 chars T-72 et autres armes, sont tombés malades, a déclaré un homme d’affaires local en contact avec les pirates.

Ces derniers exigent une rançon de 5 millions de dollars pour laisser repartir le navire, dont l’équipage est composé en majorité de Russes et d’Ukrainiens. Un membre d’équipage était mort de maladie quelques jours après la capture du cargo.

19/01/09 (B482) Shabelle // Amnesty International: Protection of civilians should be a paramount concern for the UN Security Council (La protection des civils en Somalie devrait constituer la priorité numéro 1 du Conseil de sécurité des Nations unies, selon un communiqué de presse d’Amnesty International). (En Anglais)

Communiqué de presse.


Only two days after the UN Security Council reaffirmed “its commitment to the full and effective implementation of its resolutions on the protection of civilians in armed conflict”, the Security Council adopted today a new resolution on Somalia, giving more support to the African Union in Somalia (AMISOM) and stating its intention to establish a United Nations Peacekeeping operation in the country but failing to include protection of civilians or human rights monitoring as part of the mandate of this operation.

What is the current human rights situation in Somalia?

Somalia has been ravaged by conflict since 1991, but the last two years have witnessed an upsurge in fighting and attacks on civilians. Civilians have borne the brunt of the fighting since an internationally-backed Somali Transitional Federal Government, supported by Ethiopian troops has been fighting armed groups issued from the Union of Islamic Courts which was controlling the capital Mogadishu and other parts of the country in 2006,.

All parties have committed unlawful attacks on civilians, including direct, indiscriminate or disproportionate attacks. Thousands have been killed and hundreds of thousands displaced — fuelling a humanitarian emergency. The targeted killings of humanitarian workers have contributed to a reduction in the flow of humanitarian aid to some 3.25 million Somalis in dire need.

People displaced by fighting have been attacked and raped on the road while fleeing. Civil society activists and journalists have been killed — many in targeted killings — thus reducing independent reporting on the suffering of the population. Despite the current withdrawal of Ethiopian troops from southern Somalia, a common demand cited by armed groups opposed to the Transitional Federal Government, there continue to be regular reports of killings and displacement of civilians.

What is Amnesty International’s view of the UN Security Council resolution adopted today?

Amnesty International has serious concerns that the resolution makes no mention of the protection of civilians or human rights monitoring as part of the proposed mandate of a UN peacekeeping force in Somalia. Amnesty International hopes, however, that these issues will be addressed by the UN Secretary-General in his report to the Security Council on peacekeeping in Somalia due by 15 April 2009. The Security Council should include the protection of civilians and human rights monitoring in the mandate of a new UN Mission in Somalia if its creation is finally decided.

The provision of the resolution authorizing AMISOM and a proposed UN force to assist the re-establishment and training of Somali security forces is particularly worrying, given the fact that Transitional Federal Government forces, including National Security Agency personnel and pro-TFG armed groups have been implicated in violations of international human rights and humanitarian law.

In light of your concerns about this resolution, what would Amnesty International like to see the UN Security Council do?

Amnesty International would like to see the Council:

• ensure that any security-sector assistance provided to parties to the conflict in Somalia does not contribute to further violations of human rights and humanitarian law;

• ensure that anyone reasonably suspected of committing human rights abuses or with command responsibility over those committing human rights abuses does not receive international assistance and is suspended from duty pending credible investigations.

Does Amnesty International think the UN Security Council is doing enough to protect civilians in Somalia?

No.

The UN Security Council has said a lot about the protection of civilians in recent years.

For example, UN Security Council Resolution 1674 (2006) on the protection of civilians expressed the Council’s intention to ensure that “the protection of civilians is given priority in decisions about the use of available capacity and resources” in the implementation of the mandates of peacekeeping operations.

More recently, in its Presidential Statement on 14 January 2009 (S/PRST/2009/1), the UN Security Council adopted a revised version of its Aide-Mémoire on the protection of civilians in armed conflict, stressing that “enhancing the protection of civilians in armed conflict is at the core of the work of the United Nations Security Council for the maintenance of peace and security”.

However, protection of civilians has not been the core concern in Security Council discussions on the Somalia conflict, despite daily reports of killings, harassment and displacement of civilians.

What else can the UN do to improve the human rights situation for civilians in Somalia?

The Security Council can and should take further action to improve protection for Somali civilians, including:

• Increasing international capacity to effectively monitor and report on human rights abuses by ensuring that AMISOM and any succeeding UN peacekeeping mission have a strong human rights component with the capacity to monitor, investigate and publicly report on violations of human rights and international humanitarian law.

• Establishing an International Commission of Inquiry or similar mechanism to investigate violations of international human rights and humanitarian law committed in Somalia in 2007 and 2008, and to map violations since 1991 that may be considered war crimes or crimes against humanity.

• Strengthening the UN arms embargo on Somalia and taking more determined action to ensure the embargo is fully respected by all states, including states in the region.

• Calling on all parties to the conflict to respect international human rights and humanitarian law.

• Calling upon all states to investigate and, where there is sufficient admissible evidence, to prosecute, in fair trials without the possibility of the death penalty, persons found in their territories suspected of crimes under international law in the conflict in Somalia.

Isn’t there a UN arms embargo on Somalia? Is it working?

Although there has been a UN arms embargo on Somalia since 1992 the UN Monitoring Group, which is charged with monitoring the UN embargo, recently reported that the arms embargo on Somalia is constantly being violated.

The Monitoring Group also said that the procedures for exemptions to the arms embargo were largely not adhered to, in particular those extending to support of the Somali security sector institutions. According to procedures established by the UN Security Council, those wishing to send equipment for humanitarian or protective use or to build the capacity of Somali security sector institutions should first apply for authorization to the UN sanctions committee.

The UN Monitoring Group also stated that much assistance given to the Transitional Federal Government security sector for civilian purposes was diverted for military use. The Monitoring Group previously stated that the Somali Police Force, which includes many former militia and operates jointly with the national army, “has purchased arms in Yemen, in violation of the arms embargo, not having requested an exemption from the [UN Sanctions] Committee…[and] …police commanders are also acting as buyers and sellers of arms at the Mogadishu arms markets.”

What improvements does Amnesty International think should be made to the arms embargo currently in place?

The international community has mobilized an unprecedented amount of resources to combat piracy off the coast of Somalia and to protect its commercial interests. However, no such efforts were deployed to stop the supply of arms to Somalia, although a UN arms embargo is in place. The UN Security Council should increase the capacity and resources of the UN Monitoring Group, charged with monitoring the UN arms embargo on Somalia including by:

• enforcing the requirement to apply for exemptions for those wishing to send security equipment or engaging in building the capacity of the Somali security sector,

• positioning UN monitors at seaports and airports, through where arms are likely to be transferred,

• considering a ban on aircraft, ships, and land vehicles owned by individuals, companies or states reported to have breached the arms embargo.

• supporting the negotiation of an effective global Arms Trade Treaty with provisions to ensure respect for human rights and IHL to prevent illicit arms flows into Somalia by strengthening national arms controls.

• Call on UN Member States to initiate criminal proceedings against persons suspected of violating the arms embargo, when there is sufficient admissible evidence for prosecution, after enacting the necessary legislation to give effect to Security Council resolutions on the arms embargo. Prosecutions and trials at the national level must fully comply with international standards on fair trial, without recourse to the death penalty.

19/01/09 (B482-B) GED / Communiqué de condoléances à la suite d’un accident aérien survenu au Gabon et qui a causé 7 morts, une disparition et un blessé.

Communiqué de Presse du GED

Les familles et les amis de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (ALAT) et du 13 ème Régiment des Dragons Parachutistes de Dieuze sont en deuil.

Disparaître en exerçant notre métier et nos choix de vie avec honneur et dignité c’est détruire la mort. S’effacer en tremblant c’est payer – sans cesse et servilement à la mort – le tribut de la lâcheté.

Aujourd’hui, les familles des défunts, leurs amis, les compagnons d’armes de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (ALAT) et du 13 ème régiment des Dragons Parachutistes de Dieuze, tous les militaires des Armées françaises sont en deuil alors que le bilan publié ce jour frappe et bouscule au plus profond notre âme en faisant état de sept compagnons et d’un disparu dans l’accident aérien qui s’est produit le samedi 17 janvier 2009 au large des côtes du Gabon.

Sur les dix militaires qui se trouvaient à bord de l’hélicoptère Cougar de l’ALAT, six d’entre eux appartenaient au 13 ème Régiment des Dragons Parachutistes de Dieuze en Moselle. Cinq comptent au nombre des victimes alors qu’un seul est sorti indemne de cet accident.

Ces hommes faisaient partie d’une unité d’élite de l’Armée de Terre, les « commandos des forces spéciales ».

Les autres militaires français appartenaient au Détachement de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (DETALAT) basé à Libreville. Parmi eux, figurent les deux compagnons décédés auxquels s’ajoutent un blessé et le militaire disparu.

Au-delà des missions d’intervention strictement d’ordre militaire – confiées aux Forces françaises engagées sur les divers théâtres d’opérations dans le monde en faveur du maintien de la paix – nous sommes d’autant plus touchés par les conséquences dramatiques de cet accident aérien que nous pouvons pleinement mesurer ce que sont les responsabilités et le travail déterminant – sur le plan humanitaire et de sauvetage – effectué par chaque équipage et chaque personnel du Détachement de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (DETALAT) de Djibouti.

En ces circonstances dramatiques ;

– au nom des Djiboutiennes et des Djiboutiens,

– au nom des membres du Gouvernement en Exil et de ses Commissions, des hommes et des femmes du Mouvement Djiboutien de Libération Nationale,

Nous présentons nos condoléances les plus attristées aux familles de nos compagnons – militaires français – décédés dans ce malencontreux accident et les assurons de notre soutien moral.

Fait à Londres le lundi 19 janvier 2009

Mahamoud Idriss Ahmed
Président du Gouvernement
en Exil de Djibouti

Ali Abdillahi Iftin
commandant le Mouvement
Djiboutien de Libération Nationale

19/01/09 (B482) Toujours des violences en Somalie. L’armée éthiopienne que l’on disait complètement repliée hors du territoire, est regroupée partiellement à Baïdoa où elle impose un couvre-feu. Le retrait n’est-il pas total ??? Il semble que non, au moins pour l’instant, en dépit des nombreux communiqués … (2 articles en Français et en Anglais)

__________________________________ 2 – Shabelle (En Anglais)

Les troupes éthiopiennes rallient Baïdoa où elles imposent le couvre-feu. // Ethiopian troops reach Baidoa and impose curfew

More Ethiopian troops have reached Baidoa, the seat of the transitional parliament 250 kilometers south of the Somali capital Mogadishu, witnesses told Shabelle radio on Saturday.

The Ethiopian troops have withdrawn completely from the Somali capital Mogadishu on Thursday.

Reports from the town say that the Ethiopian troops have imposed curfew and closed all the streets and business centers in Baidoa town halting the movement of the people and traffic in the town, to tighten the security of the town and prevent further insurgent attacks.

Ethiopia invaded Somalia 2006 to help the interim government oust Islamists from the capital, since then it has been supporting Somalia’s weak transitional government for two years.

Locals say that at least 80 Ethiopian convoy of trucks have entered Baidoa town on Saturday morning and the people in the town have been ordered to be indoors during their security operations and curfew in the town.

On Saturday evening, the Somali government soldiers imposed curfew to Baidoa and opened fire to all directions in the town and dispersed the people to pave the way for the Ethiopian troops form Mogadishu.

The Ethiopian troops were reportedly went to Bardale village west of Baidoa and it is known whether they will make military bases there or not.

__________________________________ 1 – AFP

Somalie: des combattants islamiques attaquent des soldats de l’UA

Des militants extrémistes islamiques ont attaqué samedi à Mogadiscio des soldats de maintien de la paix de l’Union africaine (UA), pour la première fois depuis le retrait de l’armée éthiopienne de la capitale somalienne, a-t-on appris de sources officielles.

La milice des « shebab » , qui a promis de prendre pour cible des soldats de l’UA après le départ jeudi des troupes éthiopiennes, « a tiré au mortier et avec des fusils sur le camp du contingent burundais » de l’Amisom, dans l’ancienne académie militaire, a indiqué un habitant du quartier, Abdullahi Moalim Ashkir.

« Ils tirent des obus de mortier sur l’ancien bâtiment du parlement où nos forces sont stationnées », a déclaré de son côté Baridgye Bahuko, porte-parole de l’Amison.

« Ils ont attaqué un second bataillon dans la zone de Kuliyadda cette après-midi mais il n’y a pas eu de blessés », a affirmé pour sa part un responsable militaire burundais sous couvert de l’anonymat.

L’armée éthiopienne, qui intervenait officiellement depuis fin 2006 aux côtés du gouvernement somalien, a achevé jeudi son retrait de la capitale, à la suite d’un accord conclu entre le gouvernement et l’aile modérée de l’opposition islamiste, signé fin octobre 2008 à Djibouti.

Mais les « shebab » ont promis de continuer le combat contre les « croisés » étrangers, menaçant directement l’Amisom.

« Le départ de la capitale des ennemis d’Allah ne signifie pas que la guerre sainte est terminée, notre objectif est de les chasser et de les attaquer là où ils se trouvent », a indiqué Sheik Ali Mohamed, un officier Shebab de Mogadiscio.

La ville avait bénéficié d’un certain calme depuis jeudi, les islamistes modérés et les forces gouvernementales reprenant peu à peu les positions abandonnées par les soldats éthiopiens.

Samedi, des centaines de Somaliens déplacés par deux ans de combats à Mogadiscio, avaient commencé à regagner leurs foyers, a constaté un journaliste de l’AFP.

18/01/09 (B482) Le Figaro / Somalie: l’ONU va renforcer l’UA.

Les Nations unies ont accepté d’apporter un « soutien logistique » à la force de paix de l’Union africaine (UA) déployée en Somalie, a annoncé le Commissaire à la paix et la sécurité de l’organisation africaine, Ramtane Lamamra.

« Nous allons avoir très rapidement un paquet de soutien logistique global des Nations unies pour l’Amisom », la force de paix africaine en Somalie, a déclaré M. Lamamra à des journalistes à l’issue d’une réunion avec une équipe d’experts onusiens à Addis Abeba, où siège l’UA.

« Ce paquet est très important, il peut aller jusqu’à la fourniture de moyens lourds (avions, hélicoptères) en passant par la fourniture de carburant, de nourriture, d’équipement à nos éléments en Somalie », a-t-il ajouté, sans donner d’estimation du montant de ce soutien. « Ce qui est très important, c’est que ce paquet sera financé directement par l’ONU », a-t-il souligné.

18/01/09 (B482) Le Monde / Emergence d’un nouveau pouvoir à Mogadiscio

Maigre consolation pour un départ sans gloire, l’évacuation en bon ordre des troupes éthiopiennes de Mogadiscio n’a pas tourné au désastre. Quittant la capitale somalienne depuis le mardi 13 janvier, leurs colonnes n’ont subi que des attaques isolées. Compte tenu de la violence dont font habituellement preuve les insurgés islamistes à tendance salafiste – les groupes chabab (« la jeunesse ») qui ont poussé au départ de ce contingent envoyé par Addis-Abeba deux ans plus tôt -, ces escarmouches ressemblaient presque à un au revoir.

Pendant ces deux ans, les insurgés de toutes sortes – des djihadistes les plus sanguinaires aux milices de quartier luttant pour leur sous-clan ou les intérêts d’un homme d’affaires – avaient constitué une union sacrée contre les troupes du pays voisin, considéré comme l’ennemi héréditaire. Les divisions éthiopiennes reparties s’installer derrière leurs frontières, l’heure de vérité a sonné pour les Somaliens. Qui prendra le pouvoir à Mogadiscio ?

Vendredi, il ne restait plus, dans la capitale, un seul soldat éthiopien. Leurs bases, autant de lieux emblématiques, étaient donc à prendre. Le stade de football, dans lequel les troupes d’Addis-Abeba avaient été attaquées sans relâche par les insurgés et où leurs blessés sont morts sans pouvoir être secourus. L’ancienne usine de spaghettis, ex-bastion de combattants djihadistes, prise de haute lutte par les forces éthiopiennes, et dont les tours défoncées par les tirs d’artillerie donnent une idée des ravages subis par les quartiers de la ville. L’ancien ministère de la défense, dont nul ne pouvait s’approcher, au risque d’être abattu sans sommation.

De ces bases, les forces éthiopiennes, réduites à moins de 3 000 hommes (près de 15 000 pour tout le pays au plus haut de l’intervention éthiopienne), ne sortaient presque plus depuis plusieurs mois, de peur de sauter, par camions entiers, sur des dispositifs explosifs copiés sur les dernières générations de modèles mis au point entre l’Irak et l’Afghanistan. Pendant deux ans, les troupes somaliennes avaient tenté de maintenir au pouvoir à Mogadiscio le Gouvernement fédéral de transition (TFG) du président Abdullahi Youssouf. Une structure contestée, corrompue et inefficace, soutenue contre vents et marées par une poignée de pays étrangers, des Etats-Unis à la Norvège, mais ne représentant en Somalie qu’une faction sous perfusion.

En décembre 2008, le président Youssouf, lâché par Addis-Abeba, était contraint de démissionner, abandonnant les bribes du pouvoir à son premier ministre, Nur « Adde » Hassan Hussein. Il incombe désormais à celui-ci de faire l’impossible pour mettre en application des accords signés, en juin 2008, à Djibouti, entre le TFG et une faction de représentants islamistes, membres de l’Alliance pour la relibération de la Somalie (ARS), dont le leader, Sheikh Shariff Sheikh Ahmed, avait déjà dirigé les Tribunaux islamiques deux ans plus tôt.

Au final, c’est une coalition entre des groupes comptant parmi les moins extrémistes du spectre insurrectionnel somalien et des rescapés du TFG qui va tenter de s’imposer dans le sud du pays, en compétition avec les groupes radicaux chabab. Botte secrète d’Addis-Abeba, les forces éthiopiennes, en se retirant, appuient certains groupes hostiles aux chabab, telle la coalition proche des confréries soufies du Ahlus Sunna Wal-Jamaa, dans le centre du pays, qui sont entrés en guerre contre les salafistes pour des raisons de clan, de pouvoir mais aussi de religion. A Kismayo, des extrémistes ont eu le tort de profaner des tombes d’hommes saints vénérés par leurs confréries.

Les chabab, de leur côté, se préoccupent en priorité de pousser au départ la force de l’Union africaine (UA) en Somalie, l’Amisom. Sous-entendant que, même en l’absence des Ethiopiens, le djihad continue, Mukhtar Robow « Abu Mansur », porte-parole de leur mouvement, a averti, jeudi : « Vous aviez pris l’habitude de voir les bases éthiopiennes attaquées quotidiennement. A partir de maintenant, vous entendrez que ce sont les bases de l’Union africaine qui ont été attaquées. » Une menace mise en application immédiatement, avec une attaque contre Villa Somalia, siège du pouvoir, désormais protégée par les soldats de la paix africains.

Composée actuellement de 3 400 hommes, l’Amisom s’est longtemps limitée à assurer la survie de ses troupes, confinées dans une zone modeste, entre le port et l’aéroport de Mogadiscio. Une initiative américaine prise, sur la fin, par l’administration Bush, pourrait transformer cette force. Un soutien matériel et logistique des Nations unies est à l’étude. La force pourrait être renforcée, en théorie, par trois nouveaux bataillons. Au-delà, le Conseil de sécurité de l’ONU a voté, vendredi soir, une résolution ouvrant la voie à la transformation de l’Amisom en mission de maintien de la paix. A ce détail près qu’il n’y a, pour l’instant, aucune forme de paix à maintenir en Somalie.

Jean-Philippe Rémy

__________________________________

Les Nations unies envisagent le déploiement de casques bleus

Les Etats-Unis sont parvenus, après de difficiles discussions, à faire voter, vendredi 16 janvier au soir, par le Conseil de sécurité de l’ONU, une résolution ouvrant la voie à la possibilité de transformer, à partir du mois de juin, la Mission de l’Union africaine en Somalie (Amisom) en mission de maintien de la paix. Washington la souhaiterait forte de 22 000 hommes. Un nouveau vote du Conseil est prévu le 1er juin.

Vendredi, la résolution 1863 a été adoptée à l’unanimité du Conseil de sécurité, qui « se félicite de la décision de l’Union africaine (UA) de maintenir l’Amisom en Somalie jusqu’au 16 mars 2009 ». Il « prie l’UA de la renforcer pour atteindre l’objectif initial de 8 000 hommes prévu par son mandat ». – (Corresp.)

CHRONOLOGIE

28 DÉCEMBRE 2006 : appuyées par l’armée éthiopienne, les troupes somaliennes reconquièrent Mogadiscio, tenue depuis six mois par les Tribunaux islamistes.

13 MARS 2007 : journée de violence à l’occasion de l’installation du président somalien, Abdullahi Youssouf.

NOVEMBRE 2007 : envoi de renforts éthiopiens pour combattre les insurgés.

9 JUIN 2008 : accord de paix sous l’égide de l’ONU entre le gouvernement intérimaire (TFG) et une partie de l’opposition.

29 DÉCEMBRE 2008 : démission du président Youssouf.

15 JANVIER 2009 : fin du retrait des troupes éthiopiennes.

17 JANVIER 2009 : les islamistes « modérés » prennent le contrôle des bases abandonnées par l’armée éthiopienne.

18/01/09 (B482) Le Soir de Bruxelles (03/01/09) Le cap Doumeira vaut-il une guerre ? (Info lecteur)

Par Alain
LALLEMAND
Samedi 3 janvier 2009

Djibouti Conflit persistant avec l’Erythrée Un timbre-poste, mais à haute valeur stratégique, a fait 9 morts en 2008. L’Ethiopie va-t-elle s’en mêler ?

L’année 2008 a laissé en héritage un conflit frontalier dans la Corne de l’Afrique qui pourrait bien s’envenimer dans les prochains mois : en huit mois de dialogue, ni le Conseil de sécurité des Nations unies, ni l’Union africaine, ni la Ligue arabe, ni même la France n’ont réussi à faire plier l’Érythrée, laquelle occupe illégalement depuis le 16 avril quelques kilomètres carrés du territoire de Djibouti.

Certes, on ne meurt pas pour un timbre-poste, fût-il rendu célèbre par les récits de Henry de Monfreid. Mais stratégiquement, celui-là compte parmi les plus rares : il s’agit du Ras Doumeira, une petite île et une pointe de terre qui s’enfonce dans la mer Rouge et marque la frontière entre Érythrée et Djibouti. Si Djibouti est déjà un territoire hautement stratégique (c’est notamment le point d’accès de l’Ethiopie à la mer, mais aussi la principale base des forces armées américaines en Afrique), le Ras Doumeira est, lui, le point le plus au nord-est du petit État, et il offre un poste d’observation inégalé sur le Bab el-Mandeb, la porte d’entrée de la mer Rouge.

Le 16 avril, Djibouti s’est rendu compte qu’à cet endroit, des ouvriers venus d’Érythrée, affairés à creuser des tranchées, continuaient leurs travaux de terrassement militaire sur le sol de Djibouti. On parle de la présence de troupes érythréennes, mais à l’époque une reconnaissance effectuée par l’armée française (puissance garante de l’intégrité territoriale de Djibouti) ne permet pas de confirmer la présence de soldats.

Bien que l’Érythrée affirmera rapidement ne pas avoir de revendication territoriale au détriment de Djibouti, le différend sera porté début mai par le président djiboutien Ismail Omar Guelleh devant le Conseil de sécurité des Nations unies, et la Ligue arabe enverra une mission d’information. L’Union africaine est elle aussi saisie. Las, l’Érythrée va simplement nier la violation du territoire djiboutien, et le 10 juin, des échanges de tirs entre les deux armées vont faire 9 morts, 10 blessés graves, 98 blessés légers dans les seuls rangs djiboutiens.

Un véritable front silencieux s’ouvre alors, plus de 2.000 soldats djiboutiens défendant leur république avec l’appui des soldats français qui fourniront jusqu’en octobre dernier une aide logistique, médicale et de renseignement. En octobre, la France poussera le Conseil de sécurité vers l’adoption d’un texte déplorant la violation continue du territoire djiboutien – un texte toujours en travaux en ce moment –, mais sans grand résultat immédiat puisque le 15 décembre, l’Érythrée adressera à Djibouti un ultimatum visant à récupérer des soldats érythréens déserteurs passés dans le camp djiboutien.

Selon un colonel de l’armée djiboutienne cité par l’Agence France-Presse, « presque tous les jours des déserteurs entrent ici. (…) Nous ne pouvons pas les rendre parce que sinon ils seront directement abattus sur place. Ils l’ont déjà fait devant nous. »

Militairement, l’alerte demeure au plus haut côté djiboutien, et l’Érythrée a posté des blindés sur sa frontière. On sait que l’Érythrée est un État mauvais coucheur, déjà englué dans un conflit frontalier important avec l’Ethiopie, et qu’il s’est mis dans son tort en 2008 en faisant obstruction à la Mission des Nations unies en Ethiopie et Érythrée (Minuee), en conséquence dissoute. On sait par ailleurs que l’Érythrée est le pays qui instrumentalise l’islamisme radical en Somalie, hébergeant les leaders exilés les plus radicaux et finançant les milices islamistes shabâbs… lesquels tuent les militaires éthiopiens déployés en Somalie. C’est ce qu’on appelle une « guerre par procuration ».

Or le retrait des troupes éthiopiennes de Somalie, entamé ce vendredi, entraînera peut-être une nervosité éthiopienne croissante sur sa frontière érythréenne (volonté d’en découdre après la déroute somalienne ?) et par ricochet sur Djibouti. Car Djibouti semble s’être rapproché ces derniers mois de l’Ethiopie.

L’ancien candidat à la présidence de Djibouti, Mohamed Moussa Ali, dit « Tourtour », nous explique qu’il « est des choses que tous les Djiboutiens peuvent constater. Je ne suis pas un ennemi de l’Ethiopie, l’Ethiopie est un peuple frère. Mais on voit l’armée djiboutienne escorter des armes éthiopiennes qui entrent par Galafi (NDLR : village djiboutien frontalier de l’Ethiopie). A la police des frontières, des soldats djiboutiens constatent que de hauts gradés éthiopiens entrent sur notre territoire, avec pour tout document leur carte militaire. Sans passeport, sans visa… »

A croire l’opposant Tourtour, qui plaide pour un équilibre diplomatique djiboutien scrupuleux entre Ethiopie et Érythrée, et défendra cet axe aux présidentielles de 2011, Djibouti n’a pas su tenir le cap d’une stricte neutralité, pourtant nécessaire lorsqu’un micro-Etat se trouve enclavé dans de grands pays. Une gaffe ?

18/01/09 (B482) Radio Canada / Journaliste somalien libéré, aucune nouvelle de sa collègue albertaine

L’Union nationale des journalistes somaliens a indiqué qu’un journaliste somalien, Abdifatah Mohamed Elmi, et deux chauffeurs somaliens, qui avaient été enlevés avec une journaliste de l’Alberta et son photographe australien, ont été libérés vendredi.

L’enlèvement a eu lieu en août dernier près de Mogadiscio. Mais on ignore toujours le sort de la journaliste-pigiste Amanda Lindhout et de son photographe, Nigel Brennan.

L’otage somalien libéré a quant à lui expliqué que des aînés de son clan avaient négocié sa libération et qu’aucune rançon n’avait été versée.

M. Brennan et Mme Lindhout, pigiste pour la télévision et pour la presse écrite, sont arrivés en Somalie le 20 août, soit trois jours avant leur enlèvement. Ils faisaient partie d’un groupe revenant d’une visite d’un camp de réfugiés, situé à quelque 20 kilomètres au sud-ouest de la capitale, lorsque l’enlèvement s’est produit.

Interrogé sur le sort de ses deux collègues occidentaux, M. Elmi a affirmé que les Somaliens avaient été séparés du groupe peu après l’enlèvement, et qu’il ignore où ils peuvent se trouver.

Après avoir appris la libération des otages somaliens, le secrétaire général de l’Union nationale des journalistes somaliens, Omar Faruk Osman, s’est dit soulagé, mais a ajouté que le groupe est extrêmement inquiet du sort des collègues étrangers. Pour sa part, le groupe Reporters sans frontières a indiqué par voie de communiqué que la libération d’Abdifatah Mohamed Elmi est une bonne nouvelle, mais qu’il ne serait soulagé que lorsque les ravisseurs auront également relâché les deux journalistes étrangers.

À Ottawa, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Daniel Barbarie, a souligné que le gouvernement continue à faire ce qu’il peut pour faciliter la libération d’Amanda Lindhout et de Nigel Brennan.

Les auteurs de l’enlèvement auraient menacé de tuer Mme Lindhout et M. Brennan le mois dernier, si une rançon de 2,5 millions $ ne leur était pas versée au cours des 15 jours suivants. Cette échéance est passée et depuis, les kidnappeurs ne se sont pas manifestés.