Articles

19/02/09 (B486) Shabelle / M. OULD l’envoyé spécial de l’ONU pour la Somalie s’étonne que les criminels de guerre ne soient pas poursuivis devant une cour pénale internationale spécifique. Envoy calls for ICC probe on Somalia (En Anglais)

UN special representative for Somalia wonders why the Somali conflict was not being treated like other conflicts such as Congo, where suspects have been sent to the Hague for trial.

There is a need to set up an international commission to address killings carried out by Somalis against their fellow countrymen, says a UN special representative for Somalia.

Such an initiative, says Mr Ahmedou Ould-Abdallah, would overcome the conspiracy of silence currently evident over a country that has known no peace for close to two decades.

“The Security Council needs to adopt a resolution allowing the International Criminal Court (ICC) to handle impunity or war crimes committed by Somalis against Somalis. The conspiracy of silence over Somalia must end, you cannot just main, kill and torture and get away with it.’’

Speaking at his office in Nairobi, Mr Abdallah wondered why the Somali conflict was not being treated like other conflicts such as Congo, where suspects have been sent to the Hague for trial.

He said the international community ‘‘is treating the Somali conflict as if it is tired of it’’.

“Somalia is defying logic and the international community is defying the conflict and conducting studies instead of looking for a solution,’’ he added.

Mr Abdallah, who is the UN’s top diplomat on Somalia, wondered why a country that has been in conflict for 18 years was still considered as a humanitarian crisis. He said Somalia’s problems were political and the country was a major threat to its neighbours in terms of refugees, denied trade opportunities and a security problem as seen in the cases of piracy along its coast.

He said: ‘‘Piracy is not just affecting ships, it also increases prices (of commodities) and is also a potential environmental hazard if any of the ships such as the Saudi tanker,’’ was to be blown up by the pirates.(Daily Nation)

18/02/09 (B486) Radio-Trottoir : O’HARA et O’TIMMIS en arrière plan du Mont Arreh ? (Lectrice)

Tout s’achète, tout se vend, tout se traficote, tout se négocie avec le soutien de la « Cosa Nostra » omniprésente. Tout ne serait-il que « blanchissage d’argent sale » à façon Romanilibanamen.

Ce « remake » malheureusement tragique d’une bande dessinée bien connue « Lucky Luke », pourrait-il s’appliquer à la guéguerre que se livrent « l’aîné » Reer Hassan et les petits « benjamnins » Reer Aoul.

Quelle insolence !

Ces effronteries sont-elles orchestrées par le « Voyou » d’Haramous, qui se préparerait à se refaire une virginité pour annoncer qu’il souhaite briguer un nouveau mandat en 2011, comme l’ont fait ce que certains appellent aujourd’hui « les terroristes d’Alger ». Remarquons qu’ils ne sont que très mollement critiqués par l’Union Africaine. Cette UA qui fait tout pour éviter pas que l’on évoque publiquement de « ses Forces tueuses de civils » en Somalie et ??? .

En son temps, Idil Amin DADA n’avait pas hésité à s’auto-proclamer, « Roi des rois », ou bien encore « Négus des négus ».

Kadhafi, l’ex-Colonel de la CIA, le « riche terroriste » se serait-il inspiré de la folie des grandeurs de cet ancien maître de l’Ouganda pour mettre en scène son « intronisation bidon » à Addis-Abeba ? (Nouvelle Fleur de la répression régionale, des crimes de guerre, non seulement dans les grands Lacs, au Darfour, mais surtout actuellement dans la Corne d’Afrique).

____________________________ Les ennuis économico-juridiques

Ici, à Djibouti, RIEN NE VA PLUS !

1°) LA ROULETTE du Casino de la Corne d’Afrique n’est plus rentable. Le propriétaire souhaite quitter au plus vite l’embarcation à la dérive.

Un soutien rapide lui est indispensable.

2°) Il faut aussi organiser le camouflage des décisions judiciaires extraterritoriales en particulier celles qui tournent autout de l’Affaire Borrel. Le fait que Pasqua ait été condamné récemment à dix-huit de prison avec sursis est une nouvelle source d’inquiétude.

Un seul leitmotiv : tout faire pour éviter que la Cour d’Appel de Versailles n’agrave les peines déjà prononcées en première instance.

____________________________ La lettre des Reer Hassan

Je rebondis sur la lettre, non datée, publiée dans le précédent article et qui concerne « les doléances que les notables de la Communauté Reer Hassan-Abdouraham adressent à Guelleh ».

Membres du clan tribal des Mamassans, ces notables ne manquent pas d’air !

Je me demande si des commentaires sont vraiment nécessaires. Cette lettre est un véritable bijou ! Elles confirme sans ambiguité les ingérences du Président des petits « Aoul », dans les « pseudo-élections » du Président somalien.

Rappelons quand même que cette élection a été « réalisée »‘ par cinq cents somaliens non représentatifs des populations et de leurs diversité et de surcroît réfugiés à l’étranger pour la majorité d’entre eux.

Quelques passages intéressants de la lettre :

1. « Tout a commencé avec la conférence de Réconciliation Somalienne d’Arta, où l’aîné (Reer Hassan) a été oublié… ;

2. Nous sommes ulcérés par cette situation, car on ne peut accuser la démocratie vu qu’il n’a pas eu d’élection … ;

3. Cette injustice que nous décrions aujourd’hui, témoigne de la perdition des coutumes ancestrales et notre profonde déception » (s’agit-il d’une injustice à l’égard d’une forte minorité sous-sous tribale en possession abusive des cartes d’identités Djiboutiennes, mais sans aucun terrain de pâturage de l’autre côté de la frontière du Nord-Ouest de la Somalie ?) ;

4. Nous sollicitons votre compréhension pour corriger cette injustice pour sauver ce qui peut l’être et surtout la cohésion sociales. »

Cette lettre dépasse largement la pétition car tous les signataires ont utilisé le même stylo, ce qui prouve qu’ils étaient ensemble. Contester son authencité serait risqué. Qui pourrait dire qu’elle est « truffée » de bobards ?

__________________________________

Le seul moyen de mettre fin à l’injustice généralisée et à la disparité sociale fondée sur le favoritisme en faveur du clan tribal dominant (*1) serait de mettre fin à l’administration régulière, criminelle et à fonds perdus, de liquidités. Cela n’a pour seul effet que de maintenir et de prolonger en « vie artificielle » un régime politiquement mort.

An « Old Lady »
avide de la bande dessinée de GOSCINNY
(Lucky Luke)

(*1) Je dénonce ici toutes les subventions, toutes les aides et touts les prêts qui sont régulièrement attribués, uniquement pour des raisons géostratégiques, par les pays qui se disent nos amis (alors qu’ils contribuent sciemment à enfoncer le peuple dans l’asservissement et la misère économique), les Instances africaines et onusiennes
et les diverses communautés internationales.

18/02/09 (B486) L’actualité financière. N°2 La dure réalité qui attend les industriels français qui céderont aux charmes de Guelleh, avec la complicité du MEDEF et du Sénat … (ARDHD avec l’humour de Roger Picon)


Roger Picon

18/02/09 (B486) Radio-Trottoir et humour : Guelleh nominé pour le Prix de la « Mo Ibrahim Foundation » ??? (Lecteur)

Enfin une bonne nouvelle depuis que Guelleh a pris le pouvoir.


Humour par Roger Picon
Vers une reconnaissance officielle et bientôt « incontestable »(?)
de ses qualités
de gestionnaire,
d’homme d’état
et de démocrate convaincu ?

Selon certaines rumeurs non confirmées à l’heure où cette contribution est publiée, le nom et les qualités d’Ismaïl Omar Guelleh figureraient-ils sur la liste des nominés pour le Prix 2009 de la « Mo Ibrahim foundation » et ce, au titre de l’excellent niveau de bonne gouvernance et de transparence publique dans son pays ??

Rappelons que la Fondation Mo Ibrahim est un projet africain lancé avec les objectifs suivants :

Lien avec le site http://www.moibrahimfoundation.org

· Stimuler le débat sur une bonne gouvernance dans les pays d’Afrique sub-saharienne et dans le monde.

· Fournir des critères objectifs permettant aux citoyens de demander des comptes à leur gouvernement.

· Reconnaître les réalisations des dirigeants africains et fournir un moyen pratique permettant aux dirigeants africains de témoigner de leurs actions positives passées sur le continent, une fois qu’ils ont quitté leur poste.

Si c’était vrai, chacun de nous s’en réjouirait et lui souhaiterait bonne chance et longue vie !!!

Mais à bien y regarder et en toute honnêteté, ses chances seraient absolument nulles !

Pour le consoler de ce nouvel échec, faudra-t-il soumettre sa candidature pour le Grand Prix 2009 de l’Association internationale des véritables et authentiques Dictateurs impitoyables en exercice : là, il sera certain d’être élu à l’unanimité de ses collègues !

Surtout, si on lui donne carte blanche organiser le scrutin et pour désigner les observateurs et les scrutateurs …

18/02/09 (B486) L’Express / Une centaine soldats français dans le nord de Djibouti

Une "grosse centaine" de soldats français ont été affectés à une base logistique de soutien aux forces djiboutiennes déployée après une série d’incidents frontaliers avec l’Erythrée, a annoncé samedi l’état-major des armées à Paris.

"Nous avons monté dans le nord de Djibouti, en retrait de la zone des combats, une base logistique avancée qui fournit du carburant, des vivres et des moyens de transport au profit des forces djiboutiennes", a déclaré à l’AFP le capitaine de vaisseau Christophe Prazuck.

"Une grosse centaine de soldats pris sur les effectifs de la base de Djibouti y sont affectés tandis qu’une force terrestre de combat, également issue de la garnison française, se tient prête à intervenir si nécessaire", a-t-il ajouté.

Liée par un accord de défense avec Djibouti, la France dispose à Djibouti de sa plus importante base militaire permanente à l’étranger forte de 2.900 militaires.

"Il n’y a pas de participation directe aux combats pour le moment, aucun renfort n’est attendu de France", a dit le commandant Prazuck.

Toutefois, a ajouté une source proche du dossier interrogée par l’AFP, "une participation directe serait envisageable en vertu des accords de défense entre la France et Djibouti si la situation se dégradait fortement".

Quant aux moyens navals français supplémentaires attendus dans la région, il s’agit, toujours selon l’état-major, de la frégate Surcouf qui fait route vers Djibouti. D’autres navires français sont éventuellement disponibles, comme le bâtiment de projection et de commandement Mistral ou l’aviso Jacoubet.

Le ministère de la Défense avait indiqué jeudi que la France apportait une aide logistique, notamment médicale, à Djibouti, ainsi que des renseignements militaires.

Des échanges de tirs nourris ont eu lieu mardi entre troupes érythréennes et djiboutiennes à Ras Doumeira, à 120 km au nord de la ville de Djibouti.

Ils ont fait neuf morts dans les rangs des forces armées djiboutiennes, selon le haut commandement militaire djiboutien. L’Erythrée n’a fourni aucune indication sur ses pertes.

La tension entre les deux voisins était très forte depuis une incursion, le 16 avril, de troupes érythréennes vers Ras Doumeira. Les deux pays se sont opposés à deux reprises en 1996 et 1999 pour cette zone.

18/02/09 (B486) L’actualité en Somalie. (lire aussi une note de l’ARDHD après les articles) (4 articles en Français et en Anglais)

____________________________ 4 – XINHUA

Somalie : un haut dirigeant d’un clan appelle à la paix et au dialogue

Mohamed Hassan Had, dirigeant du plus grand clan somalien, a invité les insurgés somaliens à faire la paix avec les nouveaux leaders somaliens.

Had, qui dirige l’influent Conseil pour l’unité et la culture du clan Hawiye, a indiqué que ceux qui s’opposent au nouveau gouvernement somalien devraient « prendre part à la pacification de Mogadiscio et discuter avec le gouvernement somalien ».

« La Somalie n’a pas besoin actuellement de nouvelles guerres. J’engage tout un chacun à ne pas faire usage des armes pour résoudre les divergences quand nous pouvons dialoguer pour y mettre un terme, » a indiqué le patriarche Had, aux journalistes à Mogadiscio.

Le parlement somalien a approuvé samedi dans une écrasante majorité la nommination d’Omar Abdirashid Shermarke comme nouveau Premier ministre après sa désignation par le président somalien, Sheikh Sharif Sheikh Ahmed, élu à l’occasion d’un vote parlementaire dans le Djibouti voisin le mois dernier.

Les mouvements islamistes radicaux Al-Shabaab et le Hezbul Islam nouvellement constitué ont juré de combattre le nouveau leadership somalien.

Les combattants de ces groupes ont mené de nombreuses attaques sur les forces du gouvernement somalien et les soldats de paix de l’Union africaine à Mogadiscio depuis l’élection d’Ahmed, le dirigeant islamiste d’un ancien groupe de l’opposition.

Toutefois, les forces gouvernementales et soldats de la paix de l’Union africaine n’ont pas réagi aux attaques sur ordre du nouveau président.

Les appels au dialogue pour résoudre les divergences entre la nouvelle administration et les groupes armés ont été intensifiés depuis l’élection du nouveau président.

Le nouveau Premier ministre somalien aurait déclaré qu’il était disposé à lancer des négociations avec les groupes de l’opposition, dont Al-Shabaab, et a laissé entendre qu’il les incluera dans un gouvernement d’union nationale qu’il devrait former.

_______ 3 – Press TV (Iran) (En Anglais) – (*1) Note ARDHD en bas)

Des bandits somaliens attaquent des civils dans la région du Lower Shabelle et tuent 13 personnes. Au moins 20 blessés. // Somali bandit attacks take 13 lives

At least 13 Somalis have been killed and 20 others injured as bandit attacks on civilians in the chaotic Horn of African nation increase.

Heavily armed bandits attacked civilians in the Lower Shabelle region killing six people and injuring nine others, hospital medics told Press TV correspondent on Monday.

Reports indicate that ten women were also raped in the same region near the towns of Yaq Bariweyne and Lego, after being looted by the attackers.

Also on the outskirts of Garoowe town, seven people including two alleged pirates were shot to death by bandits while eleven others were injured.

This surge in bandit attacks has led the Union of Islamic Courts (UIC) to launch a mission aimed at stopping gang attacks on innocent civilians. So far the fighters have arrested 28 looters who have been moved to UIC bases in north Mogadishu.

Meanwhile on Sunday the United States’ permanent representative to the UN, Susan Rice, urged Nigeria to hasten efforts in sending a battalion to Somalia as part of an African Union peacekeeping force (AMISOM).

However, different Somali groups — including the Hawiye clan council — have condemned Rice’s demand, calling on all foreign troops to leave the country.

AMISOM troops, comprised of Ugandan and Burundian soldiers, are deployed in Somalia as part of the internationally backed efforts to stabilize the war-wrecked country.

Somalia’s new government of President Sheik Sharif Sheik Ahmed, who came to power on January 31, faces the huge challenge of fighting a rampant insurgency and bandit attacks and ending two decades of civil war following the ouster of dictator Siyad Barre in 1991 by war lords.

________________________________ 2 – Shabelle (En Anglais)

Abdallah Boss, le Patron de la sécurité nationale lance un appel à l’opposition somalienne pour qu’elle se rallie au processus de réconciliation et de retour à la Paix. // National security committee calls for Somali oppositions to join the reconciliation process

Abdalla Boss, head of the national committee for the security of Somalia and the deputy PM has Tuesday called for the opposition groups to join the reconciliation and peace process of Somalia.

Mr. Boss said that they suggest all the opposition groups against the newly elected transitional government of Somalia led by president Sheik Sharif Sheik Ahmed to stop the fighting and sit the same table for the peace to end the differences between the Somali people.

“it is not good to start war between Somali people once again and it is not also good for us to murder Somali people so I am calling for the Somalis not create new fighting that damages our people and country,” said Abdalla Boss.

The statement of Abdalla Boss the head the national committee for the security comes as most of the Somali society and the international community called for the opposition groups earlier to support and welcome the newly elected government of Somalia.

________________________________ 1 – Shabelle (En Anglais)

Les troupes éthiopiennes relâchent le Parlementaire et l’ancien Maire de Mogadiscio qu’elles avaient arrêtés dans la ville de Dolow (Cf notre article hier sur le sujet) // Ethiopian troops free Somali MP and politicians

Mohamud Sayid Adan, a Somali MP and the former Mogadishu mayor, Mohamed Omar Habeeb, has been released by the Ethiopian troops in the border town of Dolow, official said on Tuesday.

The Ethiopian troops released Mohamed Omar Habeeb last month from a jail in Baidoa after they captured him from a house in Mogadishu.

Hareed Ali Bulbul, a Somali government official in Dolow town has confirmed Shabelle radio that the Ethiopian troops freed the Somali politicians and crossed the border between Somalia and Ethiopia to the side of Dolow town in Gedo region in south-western Somalia where they were welcomed warmly by the Somali people in the region.

Mr. Bulbul said that the politicians were released after the Somali officials in Dolow town made more efforts and talked with Ethiopia to release them.

Mohamed Omar Habeeb and Mohamud Sayid Adan followed the Ethiopian troops from Baidoa to Ethiopia when they pulled out from the town and sources in Ethiopia say that they went Ethiopia to fly from there to Djibouti where the newly Somali government was chosen recently.

It is not yet clear the reason behind the jailing of the Somali politicians but reports close to Ethiopian government say that the arrest of the Somali citizens related to a violation of the law of the Ethiopian country.

___________________________ (*1) – Note ARDHD)

Il est quand même curieux de constater que, depuis quelques jours, seul Press TV (Iran) rapporte des violences et des meurtres en Somalie. En particulier nous ne trouvons plus de confirmation sur Shabelle.

Est-ce la conséquence de l’embargo qui aurait été décrété par Ould, le représentant zélé de l’ONU et qui a été dénoncé sur notre site par plusieurs correspondants ?

La question est légitime !

La réponse, si elle est positive, serait consternante, venant de la plus haute autorité mondiale, en charge de faire respecter les Droits de l’Homme et parmi lesquels la libre circulation de l’information.

Qui a vraiment intérêt à faire croire que la situation est calme, en utilisant le mensonge par omission, si elle ne l’est pas ?

18/02/09 (B486) Le journal de la Flibuste / CRI on Line (Chine) / Clinton appelle le Japon à jouer un rôle plus important dans les opérations de l’ONU de maintien de paix.

La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a appelé mardi le Japon à jouer un rôle plus important dans les opérations de l’ONU pour le maintien de paix, a rapporté l’agence de presse Kyodo, citant les officiels du ministère de la Défense.?

Au cours des entretiens avec le ministre japonais de la Défense Yasukazu Hamada, Mme Clinton a affirmé envisager d’"encourager" des engagements approfondis du Japon dans ce genre d’opérations, selon Kyodo.

Elle a également émi son espoir que le Japon pourrait protéger les navires étrangers en cas urgent après l’envoi au début de mars des destroyers au large de la Somalie dans le cadre de la mission pour y lutter contre la piraterie.

Plus tôt mardi, Mme Clinton et le ministre japonais des Affaires étrangères Hirofumi Nakasone se sont entretenus et ont convenu de cimenter l’alliance bilatérale pour s’occuper de diverses affaires globales, en signant un nouveau accord sur le transfert des marins américains d’Okinawa à Guam.?

La secrétaire d’Etat américaine est arrivée lundi pour une visite de trois jours dans le cadre de sa première tournée à l’étranger. Elle devra partir mercredi pour l’Indonésie après sa première étape de la tournée asiatique, qui l’amenera également en Corée du Sud et en Chine.

18/02/09 (B486) FreeDjibouti -> Guelleh ne partira pas de lui-même … Il va falloir le destituer !

Ismaël Omar Guelleh n’a jamais démontré qu’il était une personne digne de confiance et nous savons tous ce que vaut sa « parole de dictateur » . Il est presque impossible de lutter contre une dictature avec des armes démocratiques. Avec la pression du peuple, la seule chose à négocier avec un dictateur serait sa sortie et celle de son équipe en leur garantissant, en échange, la sécurité physique.

Trois possibilités sont offertes Djiboutiens pour imposer une alternance :

– Un soulèvement populaire général structuré et encadré pourrait facilement venir à bout de l’entêtement irresponsable du pouvoir.

– La lutte armée. Celle-ci demande une préparation minutieuse et beaucoup d’argent pour acheter les armes. Elle doit être doublée par une action diplomatique performante. Elle cause de nombreuses victimes, beaucoup de victimes dont une majorité d’innoncents.

L’armée, au service du dictateur, peut fomenter un coup d’état militaire pour en finir avec un pouvoir impopulaire et usé. Le risque majeur est que ce groupe de militaires, s’ils ne sont pas des démocrates hyper-convaincus et honnêtes, se refuse à laisser le pouvoir aux civils. Dans ce cas, le plus fréquent, le même système que celui que nous déplorons actuellement, se reproduira avec de nouvelles têtes.

l’union de l’opposition ou la fusion des partis politiques : le fait de se regrouper et de produire des communiqués n’est pas une finalité en soi. Ce qu’il nous faut c’est un leader permanent reconnu et inconstestable et une structure organisée de lutte. Le leader doit avoir la vision claire du combat à mener pour déboulonner le socle d’une dictature et il doit agir sur tous les fronts : communication, diplomatie, promotion d’idées et de projets, encadrement des actions, ….

Pour que les partis d’oppositions arrivent à mobiliser la population, ils doivent définir une stratégie de lutte et un programme.

Jusqu’à ce jour, l ’opposition s’est contentée d’être une opposition réactive plutôt qu’une opposition offensive.

Par un harcèlement permanent et sans faiblesse, sur tous les fronts, l’opposition doit contraindre la dictature à se défendre en permanence et à ne plus faire que cela.

La modification de la Constitution

Ne soyons pas du tout surpris par le projet de modification ou plutôt par celui du changement de la Constitution de Guelleh.

Une chose est assurée, le changement de la Constitution sera le point de départ de la véritable confrontation avec le régime et ce, jusqu’à la victoire finale. Cette situation aura le mérite de rassembler enfin les modérés, les radicaux, les pacifistes et les belliqueux autour d’une stratégie commune.

Les opposants qui rêvent encore de pouvoir participer aux élections « sur mesure », selon les règles fixées par Guelleh, devront se contenter de prendre « le train de la révolution populaire » en marche et avec beaucoup de retard …

La fin du régime de Guelleh ?

Soyons optimistes, espérons que ce sera pour cette année !

Je pense que, même la patience proverbiale des Djiboutiens, a ses limites. Ils ont déjà fait preuve de trop de patience. Aucun peuple de la sous-région n’aurait jamais pu supporter cette arrogance et cette insolence qui sont imposées par la dictature djiboutienne et ses « obligés ».

Le peuple djiboutien doit se mettre en tête que Guelleh ne partira jamais de lui-même et qu’il va falloir envisager sérieusement et sans haine, sa destitution. Ce n’est pas en restant tranquillement dans son coin que la dictature va s’effacer toute seule comme par magie. Pour ce faire, il faut que tous les Djiboutiens contribuent à tous les niveaux et selon les capacités de chacun.

Nous avons une responsabilité devant l’Histoire et devant les générations futures !

La fin du régime de Guelleh dépend de nous.

C’est à nous de siffler la fin de la dictature. N’attendons pas que Guelleh respecte la constitution et qu’il cède la place comme l’ont fait certains présidents africains à un démocrate légitime parce qu’élu dans la transparence.

En attendant, le peuple djiboutien attend le « rassembleur providentiel »
et d’autres vœux pieux que nous pensions être les seuls « illuminés » à réclamer.

Quant à ceux qui participent à la dictature, qui se bousculent devant l’isoloir pour voter Guelleh et associés et qui campent devant le portillon de l’impopularité et de la bêtise politique du siècle : tôt ou tard, ils seont attirés dans les abîmes de l’oubli sans retour.

FreeDjibouti

freedjibouti@windowslive.com

http://afraissas.over-blog.com