Articles

06/11/2015 (Brève 506) Quel est le pays qui a assuré pendant les dix prochaines années, des revenus locatifs garantis par des états étrangers à hauteur de 30% de son budget national ? (ARDHD)

Bien entendu, vous avez deviné !!!

C’est Djibouti. Selon des sources officielles, le budget national estimé de 2013, serait d’environ 533 millions $. Les loyers estimés pour les bases militaires seraient de l’ordre de 150 millions $ et avec pour la majorité des contrats à long terme (ex les Américains ou les Français se seraient engagés pour dix ans et aucune réduction ne semble avoir été prévue, même en cas de réduction des effectifs …)

Ce montant pratiquement garanti permettrait au Trésor djiboutien d’avoir la certitude de boucler 30 % des dépenses publics. Combien de pays aimeraient se trouver dans la même situation ???? De quoi faire rêver de nombreux Ministres des finances.

Et pourtant paradoxe !

La population s’appauvrit chaque année. 20 % des habitants sont sous-alimentés. Le taux de chômage officiel est de 60 %, probablement plus selon certaines sources.

Où passe l’argent ? Guelleh, sa famille et ses obligés sont de plus en plus riches. Ab. Boreh, lors des audiences devant la justice britannique a affirmé que Guelleh possédait 80 voitures et un appartement de plus de 2 millions d’Euro à Paris. Il n’évoquait pas des propriétés en Ethiopie, en Afrique du Sud et à Dubaï, pour ce que nous en savons. Curieuse impossibilité effectivement quand il ajoute que le salaire mensuel de Président de la République serait de l’ordre de 10.000 $ mais qui ne permet pas de telles acquisitions. Et pourtant son salaire n’est pas ridicule quand on le compare avec le salaire du Président français (environ 15.500 $), mais il ne permet en aucun d’acheter tous les biens qu’il possède ….

Il serait peut-être temps de mettre un terme à ce paradoxe et de rendre aux Djiboutiennes et aux Djiboutiens ce qui leur appartient et en particulier le revenu des terrains qui sont loués (illégalement puisque c’est à leur unique profit) par des personnes privées

10/07/09 (B506-B) Radio Trottoir :Secrets d’Etat à ne surtout pas diffuser ni publier. (A consommer avec une dose d’humour … !)

Un léger remaniement ministériel serait-il en cours ?

Le « dynamique » Dileita vient-il de soumettre, à son patron IOG, les noms de trois personnalités pour les postes suivants ?

1. Ministre des Affaires Etrangères :Le Général Fathi de Djibouti;

2. Ministre de la Défense : L’Ambassadeur Robleh Olayeh de New-York ;

3. Ministre de l’Intérieur : L’Amabassadrice Amoun Said de londres.

Pourquoi ce remaniement avec l’attribution de marocains à deux octagénaires qui auraient le droit à la retraite avant de s’écrouler sous le poids de l’âge. Surtout en cette période où plusieurs ministres sont en vacances et surtout que la Première Dame boude un mari devenu foncièrement instable et tout à fait incontrôlable.

Le contexte social est au bout du gouffre … de la révolte.

Cinquante Associations « Maison » vont se concerter ce vendredi 10 juillet 09 pour réfléchir et proposer les moyens d’action par réaction aux décisions du Ministre de l’Intérieur. Depuis l’arrestation, puis la condamnation de Nimo Djama, le Ministre est très énervé. Il aurait pris des mesures qui poussent à la révolte :

a) Sans justification ni avertissement, le Ministre « Hyène » aurait suspendu le paiement de 50.000 FDj par semaine (tous les jeudis) qui était versé à chacune des Associations parrainées par Ismaël Tani et enregistrées au Ministère de l’Intérieur ;

b) le refus du Ministre de recevoir les Présidents et les comptables de ces Associations « Maison » est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase et qui les a poussés à se mobiliser.

Il ne faut pas se leurrer, Ismaêl Tani va tenter de les amadouer. N’est-ce pas ?

Mais comme Balbala est en pleine effervescence, les Associations de ce secteur risquent de prendre la tangente, fronde en main et le contexte pourrait s’aggraver.

Votre Représentant de Balbala

10/07/09 (B506-B) Communiqué émis par APP – Afar People’s Party et relayé par AF (Afar Forum) avec une note d’accompagnement – (En Anglais) publié au seul titre de l’information.

____________ Note d’accompagnement signé par AF (Afar Forum)

Once again the Afar Forum does not subscribe nor endorse any political organization in and outside of Afar land. However, Afar Forum will inform Afars with news that will affect their lives. Therefore we are distributing the attachment for your review.



We encourage a debate on the formation and declaration of Afar People Party. we except the discussion to be with civility and constructive. Have your say.

Make your voice to be heard.

________________________________ Communiqué

The declaration of Afar People’s Party (APP)

Ethiopia is home of diverse nationalities with different cultural and religious ties, which is an asset rather than a burden, if it was not for the past and present political suppressions and social injustices. Afar people are part of this mosaic and play a significant geopolitical- and economic role in the making of Ethiopia.

Nevertheless, their democratic rights have been abused by successive governments of the country. All governments have had a persistent strategy to control the Afarland as well as its economic resources by systematically excluding the Afars from decision making and participation.

They have been marginalized from getting proper education and healthcare. Consequently, many of government led exclusive policies and investment projects have been counter productive and many of these ended in failure. Among some examples to be mentioned are the previous Awash Valley Authority (AVA) and the present Kesem-Tendaho Sugar cane plantation projects, which proven to have a devastating impact on human, livestock and environment of the Afar Region.

The present socioeconomic and political atmosphere in Ethiopia in general and in Afar region in particular has reached unbearable level, where poverty, corruption, injustice and nepotism prevail. The bogus Afar Regional State ruled by handpicked Woyane loyalists supported by massive military settlement has suffocated the daily life of Afar people.

Thousands of innocent pastoralists have been harassed and their livestock has been killed repeatedly by aggressive military actions.

Yet, no one has been held accountable for these gross human rights violations. All critical voices have been expelled from their jobs, detained or forced to leave the country. Furthermore, all political parties have been forced to merge into a single entity dominated by Woyane loyalists.

The summations of the above disgruntlements resulted in the establishment of Afar People’s Party (APP) with vision to bring about a sustainable democratic system in the Afar region. Beyond, APP is committed to take part in the struggle to bring about a democratic system in Ethiopia. Political principles APP aspires to build an inclusive and a full-fledged Afar regional state within democratic Ethiopia. Hence, APP works towards to provide the framework for a comprehensive and integrated approach to alleviate multiple challenges the Afar people face.

These are based on building strong democratic political system that enhances socio-economic development in Afar region. APP will bring about a political system that fosters the principles of good governance, accountability and transparency. Every individual or group will be protected equally by law, regardless of ethnic- and religious affiliations. Individual and group rights, in terms of freedom speech, freedom of press, and freedom of assembly will be a cornerstone of our party. APP opposes any form of military suppression and harassment of civilians.

The economic principles

APP shall restore the rights of the Afar over their resources, revenues and services. APP will promote free market economy with social responsibility, and shall work hard to improve the situation of the Afar livestock sector. Special focus will be on empowering the economic situation of the Afar women and making them a development partners.

Social Principles

APP will restore positive Afar social and cultural heritage and opposes any assimilation policies. APP will invest on education system that target pastoralists. APP will see to it to invest on primary health care system that support maternal- and child healthcare, vaccination system with preventive public health approach. Additionally, adequate veterinary services will be implemented through mass education.

Environmental policy

The Afar region is the most hardly hit part of Ethiopia by environmental degradation and desertification. Thus, recurrent drought and starvation threatens the livelihood of the pastoralist community. APP will promote sustainable environmental policies that prioritize food security and reforestation in the region.

Promote peace and work for mutual respect APP is committed to develop good relations with opposition groups in Ethiopia, neighboring peoples, and states based on mutual understanding.

APP aspires to act as a bridge for peace on the Horn of Africa.

APP demands:

– A fair and free democratic election in Ethiopia!

– The removal of the hand-picked bungling and corrupt rulers of the Afar region and their Woyane masters!

– The TPLF must stop its unlimited involvement in the Afar region through its stooges in the region!

– Remove all military settlements in the Afar Region which harass on the main highways, along the state farms on the Awash valley and Afdera Salt Lake!

– We call upon all international community to examine the critical situation of the Afar in Ethiopia!

The Executive Committee
July 8, 2009
E-mail: afar.people@yahoo.com

10/07/09 (B506-B) Le Journal de la Flibuste …. (1 article)

_____________________________ 1 – RTL (Belgique)

Base légale pour la participation à la lutte contre la piraterie maritime

Le 28 novembre 2008, le Conseil des ministres avait donné son feu vert pour le déploiement d’une frégate au large des côtes de la Corne de l’Afrique pour y mener des actions d’anti-piraterie, dans le cadre de la mission Atalanta.

Il a adopté vendredi un projet de loi qui donne une base juridique à cette décision.

Le projet contient des définitions de navires et groupes de pirates et rend la piraterie maritime punissable. Il donne en outre aux navires de guerre ou aux équipes de protection militaire belges, embarquées sur des navires civils, la compétence de prévenir et réprimer les actes de piraterie.

Il crée aussi une compétence extraterritoriale lorsque des pirates sont appréhendés par des navires belges et résout les aspects de procédure pénale posés par les spécificités de la lutte contre cette forme de criminalité.

10/07/09 (B506-B) Nouvelles de Somalie … Les islamistes s’engagent sur le terrain de la Guerre des religions. Après trois exécutions capitales le mois dernier, elles viennent de faire décapiter à Baïdoa, sept personnes au motif qu’étant chrétiennes et qu’elles espionnaient …. Djibouti accepte d’envoyer des troupes sur le terrain avec celles du Burundi. (5 articles en Français)

__________________________________ 5 – AFP

Somalie: les shebab décapitent deux hommes accusés d’aider le gouvernement

Les islamistes radicaux en Somalie, les shebab, ont décapité deux hommes accusés de soutenir le gouvernement du président islamiste modéré Sharif Cheikh Ahmed combattu par les insurgés, ont indiqué vendredi des sources concordantes.

Les deux hommes ont été décapités mercredi près de Baidoa (250 km au nord-ouest de Mogadiscio) contrôlée par les shebab, a dit à l’AFP l’un d’entre eux sous couvert de l’anonymat.

"Deux hommes reconnus coupables d’aider l’ennemi d’Allah ont effectivement été décapités il y a trois jours", a-t-il dit. "Plusieurs autres sont toujours en détention (…). On enquête sur eux et s’ils sont reconnus coupables ils seront exécutés", a-t-il ajouté.

Le frère d’une victime, Muktar Abdullahi, a confirmé l’information. "On les a cherchés la semaine passée et finalement nous avons eu confirmation qu’ils avaient été décapités", a-t-il dit.

Les deux hommes avaient disparu il y a 10 jours.

"Personne ne nous a clairement expliqué pourquoi ils avaient été tués mais des shebab ont dit qu’ils avaient aidé le gouvernement somalien", a ajouté M. Abdullahi.

Les islamistes radicaux, qui contrôlent une grande partie du sud et du centre de la Somalie, ont commencé à appliquer dans ces régions une forme très stricte de la charia (loi coranique).

En juin ils ont lapidé à mort un homme accusé de viol et de meurtre. Quelques jours auparavant, quatre voleurs avaient été amputés de la main droite et du pied gauche 

__________________________________ 4 – Le Monde

Les pays voisins de la Somalie souhaitent être autorisés à intervenir

Les pays voisins de la Somalie souhaitent pouvoir intervenir militairement aux côtés du gouvernement de transition somalien afin de l’aider face à "l’agression extérieure" dont il est victime, ont déclaré vendredi à Addis Abeba des responsables lors d’un sommet de l’Igad.

"Il est nécessaire de créer les conditions qui permettront aux pays voisins de mettre en oeuvre leur soutien au TFG (gouvernement de transition somalien) de manière plus efficace", a déclaré le président du conseil des ministres de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (Igad, 6 pays d’Afrique de l’Est), Seyoum Mesfin, chef de la diplomatie éthiopienne.
Le mandat accordé par le Conseil de sécurité de l’ONU à la force de paix africaine en Somalie, l’Amisom, déployée depuis mars 2007, indique que les pays voisins de la Somalie ne peuvent pas participer à l’opération.

"Il s’agit d’une guerre d’agression contre la Somalie par des ennemis extérieurs dont (le réseau terroriste) Al-Qaïda en collaboration avec des éléments extrémistes somaliens", a poursuivi M. Mesfin lors de la cérémonie d’ouverture de la réunion ministérielle de l’Igad.

"C’est pourquoi il est si important qu’un soutien rapide soit apporté au TFG de sorte qu’il soit capable de repousser l’agression et stabiliser la situation", a-t-il ajouté.

En marge de la réunion, les ministres ont insisté sur le fait que Djibouti avait indiqué être prêt à envoyer des troupes en Somalie, tandis que le Kenya, également membre de l’Igad, a proposé au début de l’année d’envoyer des troupes.

Le mois dernier, le TFG a appelé ses voisins à envoyer des troupes "dans les 24 heures" en Somalie pour faire face à l’offensive lancée le 7 mai par les insurgés islamistes appuyés par des combattants étrangers.

Plus de 200.000 habitants de Mogadiscio ont fui les intenses combats qui opposent depuis deux mois les forces gouvernementales somaliennes et les insurgés islamistes, selon le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés.

"L’appel du TFG pourra être mis en place si l’ONU amende sa précédente résolution afin de permettre aux pays voisins d’intervenir de façon conjointe pour soutenir le TFG", a estimé de son côté l’envoyé spécial de l’Igad en Somalie, le Kényan Kipruto arap Kirwa.

"En maintenant cette résolution (du 6 décembre 2006), l’ONU soutient indirectement les terroristes étant donné qu’il ne prend pas de mesures vigoureuses pour gérer les défis auxquels fait face le TFG", a-t-il lancé.

L’Igad a insisté sur la nécessité pour le Conseil de sécurité de l’ONU de renforcer le mandat de l’Amisom: "les pays de la région ont parlé d’une seule voix, de même que les Etats membres de l’Union africaine", a souligné M. Seyoum. 

__________________________________ 3 – APA

Djibouti et le Burundi acceptent d’envoyer des soldats de la paix en Somalie

(IOG va-t-il ouvrir indirectement un deuxième front contre l’Erythrée ??? Note de l’ARDHD)

Djibouti et le Burundi sont convenus d’envoyer bientôt un bataillon de soldats de la paix en Somalie, ont déclaré jeudi des responsables l’Union africaine a Addis Abeba.

Ils ont indiqué que la décision a été prise au cours du sommet de l’UA tenue la semaine dernière en Libye pour discuter des questions de sécurité dans le continent, y compris la Somalie.

En conséquence, le vice-président de l’Autorité de l’UA, Erastus Mwencha, a déclaré aux journalistes à Addis-Abeba que les deux pays ont convenu d’envoyer chacun un bataillon de près de 850 soldats de la paix en Somalie.

M. Mwencha a précisé que le Burundi et Djibouti vont bientôt envoyer les soldats dès que les conditions de déploiement seront réunies, ajoutant qu’à l’heure actuelle, la Commission de l’UA reste préoccupée par l’atteinte de son objectif visant à envoyer 8.000 soldats de maintien de la paix en Somalie.

Il a rappelé que le Nigeria, la Sierra Leone et le Burkina Faso ont également décidé d’envoyer leurs troupes en Somalie, toutefois, ces pays sont incapables de le faire pour diverses raisons, a-t-il dit.

Actuellement, environ 4.000 soldats de la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM), sont en Somalie pour soutenir le gouvernement fédéral de transition (TFG) du pays.

Le vice-président a déclaré aux journalistes que le dernier sommet de l’UA a pris fin avec succès en approuvant différentes résolutions.

La décision de transformer la Commission de l’UA en une Autorité, et une décision sur la sécurité alimentaire, qui exige des Etats membres de consacrer 10% de leur PIB à l’agriculture, la décision sur un nouveau drapeau de l’UA, la levée des sanctions imposées à la Mauritanie, l’intégration du NEPAD dans l’Union africaine aussi bien qu’un accord sur le plan stratégique de l’Union africaine sont, entre autres résolutions sorties du sommet qui s’est tenue dans la ville libyenne de Syrte.

__________________________________ 2 – France-Soir

Somalie – Sept personnes décapitées parce que chrétiennes

Des fondamentalistes islamistes somaliens ont décapité vendredi sept personnes qu’ils accusaient d’être des "chrétiens" et des "espions".
Les exécutions ont eu lieu dans la ville de Baidoa, dans le sud de la Somalie. "Al Chabaab nous a dit qu’ils avaient été décapités au motif qu’ils étaient des disciples chrétiens et des espions", a déclaré un proche.

Les militants d’Al Chabaab, partisans d’une stricte application de la charia, la loi islamique, avaient déjà décapité trois personnes dans la région le mois dernier.

__________________________________ 1 – AFP

Somalie: de "possibles crimes de guerre" dénonce l’ONU

De graves violations des droits de l’Homme sont commises en Somalie et "peuvent être considérées comme des crimes de guerre", a dénoncé vendredi la Haut Commissaire de l’ONU pour les droits de l’Homme Navi Pillay.

"Il est clair que des graves violations des droits de l’Homme et du droit humanitaire international –pouvant être considérées comme des crimes de guerre– sont commises en Somalie, alors que les combats continuent de ravager la capitale Mogadiscio et que la situation dans le centre de la Somalie reste extrêmement précaire", a déclaré Mme Pillay dans un communiqué.

Citant des témoins interrogés par des fonctionnaires de l’ONU, Mme Pillay a accusé les milices islamistes des shebab qui combattent les troupes gouvernementales d’avoir "commis des exécutions extrajudiciaires, posé des mines, des bombes et d’autres engins explosifs dans des zones civiles, et pris des civils comme boucliers humains".

Des informations font également état de "tortures et de tirs de mortiers indiscriminés contre des zones peuplées ou fréquentées par des civils" commis par les deux parties au conflit.

"Durant les derniers mois, il y a eu également de plus en plus de preuves sur le recrutement d’enfants par différentes factions combattant en Somalie", a ajouté Mme Pillay en précisant que "la majorité de ces enfants sont âgés de 14 à 18 ans".

"Les preuves doivent continuer d’être recueillies par tous ceux qui peuvent le faire afin que ceux qui commettent ces crimes terribles en Somalie reçoivent un jour leur juste châtiment devant un tribunal, et que leurs victimes voient enfin que justice leur est rendue", a insisté la Haut Commissaire de l’ONU.

"Les civils –notamment les femmes et les enfants– sont les victimes principales de la violence", a-t-elle déploré.

"Les personnes déplacées, les défenseurs des droits de l’Homme, les travailleurs humanitaires et les journalistes sont parmi les plus exposés, et sont même dans certains cas directement visés", a dénoncé la Haut Commissaire.

10/07/09 (B506-B) FLASH INFO Plusieurs grenades ont explosé à Djibouti, durant ces dernières 48 heures. De nombreuses arrestations : le centre de Nagad « surpeuplé ». Des tirs à balles réelles et des morts. (Lecteur).

La nouvelle « Feuille de Route » présentée par IOG dans le cadre de son programme « Djibouti brûlera-t-elle » ?

Pour la relance des grenades dites « opérationnelles » ?

Hier soir 7 Juillet 2009 vers 21 heures une grenade a éclaté et de nombreux blessés et peut-être des morts sont à déplorer.

Immédiatement une vaste opération de ratissage a eu lieu à Balbala comme dans les films d’horreur, les taudis et des dizaines de maisons ont été violées, les habitants embarqués vers le centre de concentration de Nagad.

Plus de deux cents arrestations ont été exécutées.

Le Centre de déportation de Nagad est « surpeuplée »

Balbala le Soweto de Djibouti sera bientôt déclaré zone de guerre comme au Nord de la République de Djibouti .

Dans l’article du 4 juillet 2009 il avait été signalé que deux blessés avaient été relevés du côté des Forces de Police.

Mais de l’autre côté, les blessés sont dix fois plus nombreux et les tirs à balles réelles ont fait sur place deux morts puis deux morts un peu plus tard.

Personne n’a réagi face à ce bilan aussi catastrophique, qu’intolérable.

Hier soir une grenade a explosé à Balbala c’est la troisième fois depuis la campagne « 2009 » pour un troisième mandat anticonstitutionnel .

Toutes les enquêtes de la Police Djiboutienne, sur les lancements de grenades, souvent mortels, les incendies des Dossiers sensibles sont automatiquement classées sine die par le Ministère Public sur ordre d’Haramous.

Le prochain incendie ou la prochaine grenade au Palais de l’Escale sera évidemment classé(e) sans suite, tant qu’Haramous ne sera atteinte par des tirs aux mortiers il n’y aura jamais, plus que jamais des enquêtes, car il faut attendre la fuite d’IOG POUR QUE TOUT CECI CESSE.

Votre Correspondant.

09/07/09 (B506-B) Communiqué en Anglais du SAF / Somali Afar Front

Résumé en Français : Le SAF apporte son soutien à la réunion du 27/06 à Bruxelles qui a réuni la majorité des responsables de l’opposition et la société civile d’opposition…. L’organisation annonce qu’elle enverra une délégation pour participer à la prochaine réunion, si les organisateurs l’invitent ..

S.A.F(Somali Afar Front) support the gathering on 27 06 2009 in Bruxelles who participate the most oppositions parties and civilian population oppositions of Djibouti,who it was discussing about harassment,detains presons and killing like: Mahdi Ahmed of population of Rep of the Djibouti.Also S.A.F is ready to delegate a delegion to participate the next confrence, if we get a invition from organizator.

To prevent frighting, injustice we have do what action agains dictator Ismael Omar Guelleh

ddso2008@hotmail.com
SAF Oslo
Moumin Hassan,

09/07/09 (B506-B) Le journal de la Flibuste … La reprise des succès pour les pirates : un cargo turc à leur tableau de chasse … (2 articles en Français)

_______________________________ 2 – CAWA

Atalante : la commission de la Défense du Sénat embarque sur l’Aconit

Actuellement déployée au large de la Somalie au sein de la force européenne Atalante, la frégate Aconit a reçu fin juin la visite de membres de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat.

Deux parlementaires, messieurs André Dulait et Michel Boutant, ont rejoint l’Aconit après un transfert par hélicoptère. Ils ont effectué le déplacement depuis le Palais du Luxembourg pour deux jours d’approfondissement des problématiques des forces armées déployées en océan Indien, en vue d’une étude qui les conduira également à Djibouti ainsi qu’à Abu Dhabi.

Les deux représentants de la Nation ont pris connaissance, à bord de l’Aconit, des modes d’action mis en œuvre pour le repérage et l’appréhension de pirates. Ils ont plus largement découvert l’étendue des capacités d’une telle frégate furtive, notamment par une démonstration de lutte anti-aérienne menée avec le concours de Mirage de l’Armée de l’air basés à Djibouti, et plusieurs séances de tirs des affûts de l’Aconit. Ils ont observé les techniques combinant hélicoptère et embarcations afin de maîtriser un navire suspecté de piraterie.


_______________________________ 1 – AFP

Un cargo turc détourné au large de la Somalie

Des pirates somaliens ont détourné mercredi un cargo turc avec 23 personnes à bord au large de la Somalie, a annoncé à l’AFP un porte-parole de la compagnie maritime propriétaire du navire.

Le détournement a eu lieu vers 05H30 GMT, a déclaré au téléphone Ömer Özgur, porte-parole de la compagnie Horizon Maritime and Trade, dont le siège est à Istanbul.

Le cargo battant pavillon turc, Horizon-1, se rendait d’Arabie saoudite en Jordanie avec une cargaison de 33.000 tonnes de sulfure d’hydrogène.

Les membres de l’équipage sont tous de nationalité turque.

Le ministre turc des Transports, Binali Yildirim, a déclaré aux journalistes à Istanbul que quatre pirates étaient montés à bord du navire pour en prendre le contrôle, sans dire s’ils étaient armés.

"Le bateau est suivi de près par deux frégates turques (qui sont dans la région pour participer à une force maritime de l’Otan, ndlr), a-t-il souligné, cité par l’agence de presse Anatolie, précisant cependant que les autorités militaires turques excluaient pour l’instant une intervention qui pourrait, selon eux, mettre en danger l’équipage retenu en otage.

Selon le ministre, les pirates conduisent le bateau vers un port de Somalie, suivi par les bateaux de guerre turcs.

M. Özgür avait auparavant fait état de trois pirates.

"Ils (les pirates) se trouvent avec le commandant du navire… Il n’y a pas de raisons de s’inquiéter pour l’équipage", avait-il déclaré aux médias turcs.

Les autorités maritimes turques à Istanbul ne parviennent pas à communiquer avec le navire, et aucune demande de rançon n’a pour l’instant été faite, a-t-il ajouté.

Les attaques et les détournements de navires étrangers se multiplient depuis 2008 au large de la Somalie, dans le golfe d’Aden et dans l’océan Indien.

Deux frégates turques sont déployées dans cette zone depuis l’an dernier dans le cadre de la force internationale qui pourchasse les pirates et trafiquants d’armes somaliens.

Plusieurs bateaux turcs ont été détournés par des pirates dans cette zone, avant de pouvoir reprendre leur route contre une rançon.