Articles

14/11/2015 (Brève 517). Elisabeth Borrel a été l’invitée de I-Télé le jeudi 12/11/2015 et elle s’exprime longuement sur les nouveaux développements du dossier, après le constat de la disparition des scellés (Video).

Video disponibleLien pour accéder à la page spécifique
avec deux vidéos disponibles
….

25/09/09 (B517) The report Deberkalleh / Overview and sociopolitical analysis. (Cont ENG 7)



Le dossier complet

Plainte déposée devant le Procureur éthiopie pour l’assassinat des vieillards et d’enfants Afar à Guerrissa et dans les localités voisines
(lien avec l’article – 2005)

Overview and sociopolitical analysis.

§ 7 – Second part

After a busy and leading the internal and external security of the country since independence, ie, since June 1977 (27 years consecutive), the current President of the Republic of Djibouti, Ismail Omar Guelleh (IOG ) has attained the highest office in 1999, in a way that gave rise to much controversy, suspicion and incredibility from a majority of the population of Djibouti.

Without seeking to return to these elections, our readers should know that this election victory is the result of a massive manipulation of the masses and "tweaking" the final figures and the use of proportion of Corruption all population levels.

This entire operation was orchestrated by the principal party, his wife and also a number of actors whose many activities they have undertaken formally or informally, fraudulent or legal, have a IOG currently being considered as President of the Republic of Djibouti.

Those employees whose roles and actions were crucial and decisive victory in this include:

• Ex-Prime Minister Barkat Gourad Hamadou
• Former General of the National Police Force Yacine Yabeh Galab (since deceased)
• General Zakaria (Force Djibouti army)
• Minister Mohamed Said Barkat (Labor and Social Affairs)
• Former President of the National Assembly Said Badoul
• The current president of the National Assembly Mr. Arnaoud
• The financier Abdurahman Mohamud Boreh (Friend and associate of President IOG) (** Please note that they have broken their friendship since. Update ARDHD)
• Mr. Boureyeh (President Sogik in Dire-Dawa)
• Monsieur Ibrahim Abdi Kahin (businessman)
• Mr. Taher Said Seif (businessman)
• Mr. Abdurahman Taha (stockbroker)
• Mr. Al-Gamil (merchant)
• Master Martinet and his wife (Legal Adviser of the Presidency)
• And many others … etc..

These elections have served to legalize the situation that already existed. Indeed IOG was for years, by force of circumstance, the real chief executive of Djibouti. With methods based on manipulation, misinformation and intimidation practiced primarily on the major officers and directors of state or ministers and other politicians, the real power was already in the hands of IOG.

The phenomenon of seizure of power at that time was made possible due to the advanced age of the then President, Mr. Hassan Gouled, but their kinship and especially liked the total void and ordered by IOG which excluded from the entourage of the ex-president all persons likely to have an influence that could oppose his political ambitions. In this case, the examples are legion at all levels of government and governments of the time.

Having been so successful in the presidential elections of 1999, IOG, consider themselves confident and reached the goal for which he worked for many years, began implementation of its concept of governance of a country and especially a population for which we are really confident, he has not only not considered, but whose well being and development are the least of his worries.

I. Overview

Without an analysis Geostrategy or Geopolitics, detailed object of this report, I think a brief presentation of the Republic of Djibouti is needed to clarify at the outset, some, ambiguities arising from misconceptions .

Contrary to notions conveyed by some Western powers or by large capital interests and Arab (Islamic or not), I do not believe that the Republic of Djibouti is only a strategic geographical point and is about more than one point of penetration financial interests in the Arab region.

We’re also not convinced that it should reduce this country just pass Marine Bab-el-Mandeb or the Gulf of Tadjoura which could possibly serve as a harbor protection to any European or American fleet in case widespread nuclear conflict or war of terror.

I also refuses to adhere to the design of certain foreign and Djibouti that define this country as a means of access to economic wealth, cultural and strategic highlands of Ethiopia and within the African continent.

My thoughts and movement that I represent, while taking account of certain points of the definitions above, believes that Djibouti is first and foremost a people. This population, composed of several communities (tribes), is often neglected and its vital interests and dignity are never taken into account in the first place by the regime, supposed to govern better.

When its development and to the country, it is really taken into account in the framework and if it only brings personal and substantial benefits to the ruling family and its court starve the people.

This population aspires, however, to have a normal life characterized by a good distribution of national resources and above all an atmosphere of peace both within its territory in the country and among neighboring peoples.

This commitment to social development, just, harmonious and equitable population and its desire for peace and building excellent brotherly relations with neighboring countries (these are the same people on both sides of the borders) is our capital and appears verbatim in the goals it set the political agenda of our movement.

This movement and its political objectives will be presented to our readers at the end of this report.

II. Analysis Sociopolitique

The system of government established by IOG and currently governs the Republic of Djibouti and its people is nothing but a totalitarian dictatorial system and the image of those of Siad Barreh and Menguistou Haile Mariam.

It is characterized by full control and police state institutions, population and of all national resources. Yet this regime at the regional and international, does everything to make foreign observers believe that it is democratic and respects human freedoms.

However, the reality faced daily Djibouti is very different because in truth, Djibouti lives under the reign of terror, arbitrariness, corruption and division.

A. Institutions of the Republic

In Djibouti, the constitutional institutions essential for the proper functioning of a state exist, but unfortunately they are so distorted and misused their respective functions by the power of IOG, they no longer play their role in ensuring the sustainability of state.

More seriously, these institutions no longer provide their functions to cons who are their reasons for being in a normal democracy.

Indeed, besides the Executive which will be discussed below, the legislative and judicial powers are Djibouti, considered negligible and are no longer seen only as a government department that is there to enforce strictly and faithfully the orders of those in power.

1. The Legislature

Represented by a National Assembly composed of 65 members, the legislative power of Djibouti is really fictitious and nonexistent. Members expected to perform, that around the world, called the national representation of a people, do they really represent the same individual.

Indeed, Djibouti to the assembly does not represent his people, because members who serve are in fact not elected by the population but are selected and appointed to this position by the Executive and in this case by IOG itself. This choice is based on the quality of services rendered or they will make both personal, political or tribal plan.

However the choice for the post of caucus must necessarily pass by the condition of the tribal division. Comply with this condition has never been a problem for the regime chooses in each clan, each tribe or people less competent, and especially the least representative of his tribe or clan.

In this way, the deputies elected by IOG are convinced from the outset that they owe nothing to their community or tribe they are supposed to represent the National Assembly. Logically, their presence at this meeting is the fact the scheme it is normal in a sense they do not seek to oppose the wishes of the executive. Instead, in the neighborhoods of the city or within the tribes, they fought fiercely and unequivocally any attempt to debate or constructive criticism or not the plan from the people.

Moreover, they regard themselves as intelligence agents and are directly linked to the service of cons-intelligence (SDS) to which they provide information about the community or tribe from which they come. Sometimes the SDS uses them to specific missions within or outside the country. In conclusion the National Assembly is just that to legalize and legitimize the decrees and orders of the Executive unjust, ie the Presidency and without prior debate.

2. The Judiciary

In Djibouti, it is very simple, this power is not strictly, since justice in this country belongs to IOG and sometimes his wife.

He is the chief magistrate. So a family law that is there to defend the interests and wishes of the family, relatives and all those with her, share the same financial interests.

The rest, ie the people of Djibouti and foreign individuals, will find themselves facing a formidable characterized by a denial of justice represented by the total absence of opportunities to use some form of equity. To maintain this state of things so that defends its interests, the regime IOG planned and implemented a sophisticated system of corruption within the justice system that makes all court proceedings are expected to use the laws, abandoning that aspect of their functions to adopt other values and outcome measures. Indeed, judges, prosecutors and magistrates are all the direct orders of the Presidency, it can not be otherwise.

This state of things perceived as normal in Djibouti, is explained by the fact that traditionally, the Presidency considered that any court case was a matter of state security. This is especially true if it is a matter of commercial policy that attracts more money on less important.

In all cases, magistrates and judges receive the judgments they must make or IGO himself or his wife or either of the service documentation and security (SDS). The number of people who have been ruined and dispossessed in this way are endless and most of them were and still are foreign traders (Somalis, Ethiopians, Yemenis etc ….)

At the time he was Chief of Staff, was the favorite method of enrichment of IOG

In addition, the fact that judges consider themselves covered by the scheme as they apply in their judgments and decisions the guidelines unjust and unfair, too, trying by all means, including bribery, to find their own financial interest in the issues submitted to them for trial.

In conclusion Djibouti, Djibouti any complainant or abroad is not guaranteed to receive no justice if the system does not agree with him or if he does not pay what he owes (Bakchich!) To whom right. We can therefore say that Djibouti is really not a rule of law but a country where the law of the strongest priority over any other consideration.

3. The Executive Power

Officially the Republic of Djibouti is defined in terms of constitutional law as governed by a presidential system, but in reality this country is subjected to the dictates of a dictatorial regime and police.

No one can deny that since this system, like other dictatorships around the world, is characterized by grabbing an abuse of human freedoms and all the legal powers of the state by the executive represented by the Presidency.

The reality described in the preceding two paragraphs, clearly demonstrates the degree of power and omnipotence of the executive Djibouti. Indeed, not only the scheme IOG has managed to collect improperly in his hands all the powers and duties provided by the institutional establishment, but also the resulting powers of government management as information, military power, economy and finance, security ,…. etc..

So having a grip force, but illegal on all powers and legal rights in the country, the executive can afford to suffer and do not bear any criticism and any challenge in its own way of governing. The scheme I. O.G. considering holding a power of absolute ventures to adopt laws and regulations most arbitrary and most unjust possible. Moreover, being deeply convinced that no one in Djibouti and elsewhere, unable to discuss and question the system, the regime has instituted and established a mode of government of the country and its people, the most immoral and most unpopular possible.

For completeness, the particularity of the Djiboutian regime, we need to agree and to inform our readers that the executive of this country is not a single set, a whole, but rather an artificial assemblage of two parts who do not share equally the power they represent yet together. Indeed there is one side, the Prime Minister and other Ministers who do not really decide anything at all, even in their respective departments. They are there to execute orders and thereby ensure their personal enrichment. On the other hand, there IOG and its instrument of power, the Presidency, where all the country’s activities are supervised and monitored closely.

So having a complete control over the executive government by decree and so far none of his decrees was never denied or questioned by the legislature.

25/09/09 (B517) A propos de déchets radioactifs (par Bouh Warsama)


Caricature par Roger Picon

Retrouvez l’intégralité des chroniques
de Bouh Warsama : lien

La découverte, ces dernières semaines, de l’épave d’un navire bourré de bidons radioactifs au large des côtes calabraises (sud de l’Italie) a confirmé tout à la fois les révélations faites en 2006 à la Justice italienne par un ex mafieux et les fortes inquiétudes exprimées par des associations environnementales sur la présence et les conséquences de déchets toxiques en Méditerranée.

(Bouh Warsama)

De par les obstacles mis dans ce « dossier qui se révèle explosif » il a fallu de la constance au tenace juge italien anti-mafia, Bruno Giordano, magistrat du Parquet de Régio di Calabria, et la mobilisation d’équipements sophistiqués pour retrouver au bout de trois années d’investigations le navire coulé volontairement et sa cargaison composée de 120 bidons de déchets radioactifs qui reposaient par 500 m de fond.

L’ex mafieux repenti a fait, le 21 avril 2006, le récit au Parquet de Milan du sabordage du « Cunsky » par des explosifs à usage militaire qui provenaient de Pays Bas alors que les déchets nucléaires venaient de Norvège.

– Le « Cunsky », l’arbrisseau…marin qui cache la forêt de déchets !

Selon le Cabinet du Procureur de Régio di Calabria, l’affaire du « Cunsky » ne constituerait qu’une première étape dans cette affaire qui pourrait conduire à la découverte d’autres très mauvaises surprises.

Aussi surprenant que cela pourrait paraître, ce navire ne serait que l’une des 32 « embarcations » coulées volontairement par la Mafia en Méditerranée avec à bord des produits toxiques tels que du Thorium 234, du Plutonium ou du Sulfate d’Ammonium

– Plaintes classées « sans suite » !

D’autre part, depuis les premières plaintes déposées en 1994 par l’association
Legambiente, toutes celles qui ont suivi ont été simplement « archivées » ce qui a fait dire à M Venneri, son vice président, que « C’est peut être de la désinvolture de la part de l’Etat italien …mais il ne faut pas écarter l’hypothèse d’une volonté délibérée d’enterrer toutes ces affaires ».

Quant à l’ex procureur de Régio di Calabria, Francesco Néri, il témoigne de « la légèreté » de l’Etat dans ce dossier aux multiples facettes et qui dépasserait de très loin les frontières du pays, voire les limites de la mer Méditerranée.

Il a rappelé qu’en 1995, « le Ministre italien de la Justice lui avait refusé l’octroi d’un crédit de 50 000 euros pour financer des recherches en mer…et ce « sans explication ».

– La Somalie, poubelle des déchets radioactifs occidentaux ?

Les confidences de l’ex mafieux ne se sont pas limitées au sabordage du « Cunsky » en 2006, au large des côtes de la Calabre.

Cette semaine et en présence de la presse internationale, il a relancé l’affaire en déclarant que le navire « La Ndrangheta avait transporté des milliers de fûts radioactifs en Afrique….. »

Il a précisé, en outre « qu’en arrivant au port de Bossasso, (NDLR : ville portuaire du Puntland, région autonome dans le nord-est de la Somalie) placé sous la surveillance des militaires italiens…,ces derniers détournaient leur regard….. ».

L’une des conséquences catastrophiques du tsunami du 26 décembre 2004

De mémoire, ce tsunami s’est révélé être d’une intensité rare : 9.0 sur l’échelle ouverte de Richter, l’un des plus violents séismes jamais enregistrés au monde.

Il a frappé une bande côtière somalienne sur 650 kilomètres de long, entre Hafun et Garacad, tuant au passage environ 300 personnes, rasant au moins 18 000 habitations, détruisant les bateaux, emportant les filets et provoquant plus largement des dégâts dans tout l’écosystème côtier.

L’une des conséquences catastrophiques, que l’on discernait déjà en mars 2005 et dont on mesure aujourd’hui l’ampleur de l’incidence sur la Santé des populations côtières en Somalie, fut qu’il a violemment bousculé des dépôts sauvages de produits toxiques et même radioactifs déversés de manière sauvage sur les plages somaliennes.

Mal conditionnés, les containers fuient depuis le passage du raz-de-marée.

Outre le bétail et le milieu marin gravement touchés, le PNUE a observé ces derniers mois une recrudescence de maladies nouvelles dans les populations locales et d’une grande gravité. Les spécialistes les imputent à des contaminations chimiques ou aux effets de la radioactivité.

Le raz-de-marée de décembre 2004 s’est produit en pleine saison de pêche. Les conséquences furent que l’eau de mer a salé les eaux douces et même les terres arables.

Le tsunami a aussi dévasté la forêt de mangrove, déjà très sévèrement affectée par les besoins en bois de chauffe et de construction, en particulier dans la zone qui va de Kismayo jusqu’à la frontière kényane.

Selon les experts, la mangrove a du mal à se régénérer bouleversant tout l’écosystème local avec le risque de voir disparaître à court terme le gibier aquatique et les crustacés qu’elle abrite qui constituent une ressource alimentaire cruciale dans ce pays où des années de sécheresse successives ont décimé les troupeaux, créant ainsi des famines sans précédent parmi les populations locales.

– Mais le pire est sans doute à venir de la chimie radioactive qui a commencé à gangrener les plages.

Depuis la fin des années 1980, les rivages du Somaliland et surtout du Puntland sont devenus la poubelle privilégiée pour nombre d’entreprises occidentales encombrées de déchets toxiques impossibles à recycler et très coûteux à détruire (Rapport de coût supérieur de 100 à 1).

En Somalie, ces problèmes ne se posent pas, puisqu’il suffit de larguer les fûts sur un coin de plage en payant quelque droit de passage au seigneur de guerre du cru ; souvent par l’intermédiaire…de familles ou d’amis installés à Djibouti ou y faisant ouvertement commerce.

A la lecture de ces quelques dernières lignes, en périphérie du pouvoir du Palais de l’Escale certains sauront ce à quoi nous faisons allusion……..

25/09/09 (B517) Le journal de la Flibuste (3 articles en Français)

__________________________ 3 – Le Figaro avec AFP

Piraterie: un navire attaqué en Somalie

Des pirates ont tenté hier de s’emparer d’un navire faisant son entrée dans le port de Mogadiscio, tuant son capitaine syrien et faisant un blessé parmi l’équipage, a-t-on appris de sources concordantes.

Le MV Barwaqo, un bateau de transport affrêté par des commerçants somaliens, attendu à Mogadiscio en provenance de Dubaï, a été intercepté en fin d’après-midi par des pirates au moment de son arrivée dans le port de la capitale somalienne. Les assaillants, qui étaient montés à bord, ont ouvert le feu et tué son capitaine après que la police somalienne eut tenté d’intervenir, a indiqué un responsable policier du port de Mogadiscio, Mohamed Salah.

Les pirates ont pu prendre la fuite. Un employé civil du port, Abduasis Husein, a raconté avoir vu ensuite le navire convoyé à quai par deux autres petits bateaux car "son moteur ne fonctionnait plus".

__________________________ 2 – ArcInfo (Ch)

L’opération Atalante se fera sans la Suisse

PROJET ENTERRÉ Aucun soldat suisse ne se rendra en Somalie pour participer à l’opération européenne Atalante. (KEYSTONE)

Il n’y aura pas de militaires suisses au large de la Somalie l’an prochain. Une majorité du Conseil national a refusé deux fois d’entrer en matière sur une participation suisse à l’opération Atalante.

Après un an de disputes, le projet est enterré. Proposée en automne 2008 par le Conseil fédéral, la participation de soldats d’élite à l’opération européenne Atalante (sur mandat de l’ONU) s’est heurtée hier à un second (et définitif) refus d’entrer en matière de la part du Conseil national, par 102 voix contre 81 et 10 abstentions. Le Conseil des Etats, lui, avait nettement soutenu le projet.

Pour l’occasion, l’UDC, les Verts et une partie du PS se sont trouvés du même côté pour former une majorité contre le PLR et le PDC. A gauche, le sentiment prévalait que la Suisse avait mieux à faire que d’intervenir militairement dans cette région de l’Est africain. Une région malmenée qui a surtout besoin d’appui humanitaire, économique et politique pour s’en sortir, estime Josef Lang (Verts /ZG).

L’UDC, elle, opposait la neutralité suisse à une opération qui ne manquerait pas d’entraîner les militaires suisses, une fois sur le terrain, à «des actions débordant le mandat strict prévu», selon le Soleurois Roland Borer. PLR et PDC ont fait valoir, en vain, que l’engagement suisse dans la région devait être large: on ne peut pas secourir des populations sans aussi assurer un minimum de sécurité.

De fait, l’opération Atalante vise d’abord à assurer la sécurité des convois du Programme alimentaire mondial (PAM) – dont dépend un tiers de la population somalienne – contre les pirates qui sévissent au large des côtes du pays. Il s’agit aussi de protéger les navires marchands dans le golfe d’Aden (une quinzaine d’entre eux sont encore aux mains des pirates, de même que 250 otages).

En avril, une conférence des donateurs réunie à Bruxelles a débloqué 165 millions d’euros en faveur de la Somalie. Une somme modeste en regard du coût de l’opération Atalante (300 millions) et, surtout, des besoins en hommes sur le terrain, par exemple pour sécuriser la capitale Mogadiscio. Sans oublier la criminalité financée par les pirates ou l’énorme trafic de déchets toxiques.

La participation suisse à Atalante – limitée aux opérations en mer – aurait coûté près de 10 millions de francs (moins de 30 militaires d’élite, médecins et juristes, pour une durée d’un an). Dès l’élaboration du projet, ce printemps, les départements de la Défense et de Justice et Police ont estimé qu’une modification de la loi militaire était, sinon nécessaire, du moins souhaitable.

Après avoir retardé ses débats, le Parlement a jugé que la base légale actuelle était suffisante. Cela n’a toutefois pas permis de trouver une majorité au National. Si le projet est désormais enterré, un débat plus général va toutefois s’ouvrir l’an prochain, dans le cadre du prochain rapport sur la politique de sécurité, notamment sur la poursuite de l’envoi de soldats suisses à l’étranger. /FNU

___________________________ 1 – EuroInvestor avec Reuters

Des pirates somaliens tuent un capitaine syrien

Des pirates somaliens ont tué le capitaine syrien d’un navire battant pavillon panaméen qui faisait route vers le port de Mogadiscio, ont annoncé jeudi des responsables.

Les pirates qui ont pris possession du navire ont tué le capitaine lorsque celui-ci a refusé de faire demi-tour et de s’éloigner du port.

"Nous envoyons régulièrement la police lorsqu’un navire marchand s’approche du port mais les pirates se trouvaient déjà à bord et ont ouvert le feu, blessant un policier", a dit Abdiasis Hassan, ministre somalien des Ports.

Des soldats de la force africaine de paix en Somalie (Amisom) ont été dépêchés sur place avec des unités de la police et ont pu récupérer le navire.

Un responsable a précisé que la dépouille du capitaine se trouvait à Mogadiscio et que trois autres membres de l’équipage ont été blessés.

Abdi sheikh et Mohamed Ahmed;
version française Pierre Sérisier

25/09/09 (B517) Yémen Express (2 articles en Français)

____________________________ 2 – AFP

Yémen: 50 tués dans de violents affrontements impliquant les rebelles

De violents affrontements opposaient jeudi l’armée aux rebelles chiites dans le nord du Yémen où au moins 50 personnes ont été tuées en deux jours, a-t-on appris de sources militaires et tribales.

Par ailleurs, le centre-ville de Saada était jeudi le théâtre de violents combats, selon des sources militaires et des témoins. Saada est le chef lieu de la province du même nom, qui est le fief de la rébellion.

Vingt et un rebelles et quatre militaires, dont un colonel, ont trouvé la mort dans les combats qui se déroulaient depuis mercredi soir dans la région de Harf Sufyane, située dans la province d’Omrane, ont indiqué des sources militaires et des chefs de tribus contactés par l’AFP au téléphone depuis Sanaa.

Des hélicoptères militaires ont également bombardé des positions près de Samaa, dans la banlieue sud de Saada, que les rebelles tentaient de prendre aux forces gouvernementales afin de pouvoir assiéger la ville, a-t-on ajouté.

A Dammaj, au sud-est de Saada, 23 membres de la rébellion zaïdite chiite ont été tués dans des accrochages qui opposaient par intermittence depuis mercredi les rebelles à des partisans d’un groupe salafiste (sunnite), soutenus par des hommes de tribus armés, ont rapporté jeudi à l’AFP des sources tribales et des témoins.

Dans l’extrême nord de la province de Saada, à Baqem et à Mounabbeh, deux villages frontaliers de l’Arabie saoudite, la police et des hommes de tribus ont joint leurs forces pour s’attaquer à des rebelles chiites, accusés d’avoir tué mardi le commissaire adjoint de Baqem et un chef tribal, selon des sources tribales.

Ces heurts se sont soldés par la mort de deux chefs rebelles, identifiés comme étant Farhane Maqit et Hassen Thawrat, ce dernier ayant servi de représentant de la rébellion dans de précédentes négociations de paix, selon ces mêmes sources.

Les combats font rage depuis le 11 août entre l’armée et les rebelles zaïdites appartenant à une branche du chiisme. Le pouvoir les accuse d’être soutenus par des groupes en Iran, ce qu’ils démentent

Par ailleurs, de violents accrochages ont opposé jeudi militaires et rebelles dans le centre de Saada, s’intensifiant même en fin de journée. Des combats ont eu lieu autour du Palais de la République, un complexe administratif symbole de l’autorité publique, ont indiqué des sources militaires et des témoins.

De mêmes sources, on affirme que ces combats ont fait "des dizaines de tués et de blessés dans les rangs des deux parties".

Ce bilan n’a pas pu être confirmé auprès des rebelles ou de source indépendante, la zone du conflit étant inaccessible à la presse.

Les deux protagonistes s’accusent mutuellement de propagande dans leur couverture médiatique de la guerre.

Ainsi, le porte-parole de la rébellion, Mohammad Abdessalam, a démenti jeudi sur un site proche de la rébellion l’annonce la veille par les autorités de l’arrestation à Saada de huit rebelles, dont deux de leurs chefs identifiés par l’agence officielle Saba comme Ali Ibrahim Hachhouch et Qassem Abdallah Béchir.

Mais un responsable du ministère de l’Intérieur, Mohammad Al-Qaïssi, a fait état en soirée sur Saba de l’arrestation de "93 membres des cellules dormantes" de la rébellion à Saada.

____________________________ 1 – HNS avec Amnesty

Le Yémen doit révéler où se trouve le journaliste arrêté

Les autorités yéménites doivent indiquer clairement où se trouve le journaliste Muhammad al Maqalih. Deux individus en civil se sont saisis de lui jeudi dernier en fin de journée, à Sanaa, la capitale du pays.

Des militants des droits humains pensent qu’il est détenu à Sanaa par des agents de la Sécurité nationale (al Amna Qawmi).

Ce journaliste de quarante-neuf ans avait dernièrement écrit au sujet du conflit en cours dans la région de Saada, dans le nord du Yémen. Ce conflit est marqué par de violents affrontements entre les rebelles et les forces gouvernementales.

Muhammad al Maqalih a été enlevé rue Taiz à Sanaa, à 11 heures heure locale, le 17 septembre.

Amnesty International soupçonne que cette apparente disparition est liée à sa forte opposition au gouvernement, qu’il a sévèrement critiqué, en particulier au sujet des affrontements armés qui font rage dans la région de Saada et des civils tués par les forces gouvernementales.

Ceux qui s’opposent à l’État yéménite ou qui le critiquent risquent souvent d’être arrêtés et placés en détention, en particulier durant les périodes de crise politique – c’est actuellement le cas avec les affrontements armés qui ont lieu dans la région de Saada.

Amnesty International appelle les autorités à indiquer clairement où se trouve Muhammad al Maqalih et à le libérer sans délai s’il est détenu uniquement pour avoir critiqué le gouvernement, ce qui lui donnerait le statut de prisonnier d’opinion.

Les autorités yéménites doivent veiller à ce qu’il soit protégé contre la torture et les autres formes de mauvais traitements, et à ce qu’il ait accès sans délai et régulièrement aux avocats de son choix, à sa famille et à tous les soins médicaux dont il pourrait avoir besoin.

La région de Saada, au Yémen, dont les habitants sont pour la plupart membres de la minorité chiite zaïdite, a connu plusieurs périodes de conflit ces dernières années, avec des affrontements armés récurrents entre les forces de sécurité gouvernementales et les partisans d’Hussein al Houthi, religieux chiite zaïdite tué en 2004.

La dernière flambée de violence a débuté à la mi-août, époque à laquelle cette région a quasiment été placée sous état d’urgence, et où les forces gouvernementales ont lancé une série d’attaques toujours plus violentes, dont des bombardements visant des villages et des villes, dans le but semble-t-il d’écraser les rebelles partisans d’Hussein al Houthi.

La semaine dernière, Amnesty International a demandé aux autorités yéménites d’enquêter sur toutes les allégations de graves violations commises par leurs forces. Parmi les faits signalés figure un raid aérien, le 16 septembre 2009, sur le village d’Adi, à proximité de Harf Sufyan, dans la province d’Amran (située près de celle de Saada), qui aurait tué environ 80 civils.

25/09/09 (B517) Nouvelles de Somalie. (4 articles en Français)

______________________ 4 – AFP

Ouganda: Rencontre tripartite sur la force de paix de l’UA en Somalie

Les ministres de la Défense de l’Ouganda, du Burundi et de la Somalie sont réunis depuis jeudi à Kampala pour discuter de la situation de la force de paix de l’Union africaine (UA) en Somalie, a-t-on appris de sources concordantes.

Le ministre de la Défense ougandais Crispus Kiyonga "a rencontré ses homologues du Burundi, de la Somalie et des responsables de l’UA", a indiqué jeudi à l’AFP le porte-parole de l’armée ougandaise, le lieutenant-colonel Felix Kulayigye.

"La sécurité en Somalie est le principal sujet de cette rencontre (…)", a précisé le porte-parole.

La rencontre se déroule dans la plus grande discrétion et se poursuivait vendredi matin. Le lieu des discussions est gardé secret.

Selon un haut-responsable militaire ougandais, les chefs d’état-major des trois pays y participent au côté de leur ministre respectif.

Cette réunion intervient une semaine après un double-attentat suicide à la voiture piégée contre le siège de l’Amisom à Mogadiscio. Revendiqué par les insurgés islamistes shebab, l’attaque avait fait 21 morts, dont 17 soldats de l’Amisom, et parmi eux le numéro deux de la force, un général burundais.

Les insurgés ont depuis lors appelé à de nouvelles attaques contre la force de paix africaine, prise à partie presque quotidiennement dans les rues de la capitale somalienne.

Le Burundi et l’Ouganda sont les seuls pays à contribuer à l’Amisom, qui totalise 5.000 hommes, loin des 8.000 promis lors de son lancement en mars 2007. Bujumbura et Kampala demandent aujourd’hui, avec l’UA, un renforcement du mandat de la force.

______________________ 3 – Opération Paix.net

Tension entre insurgés dans la ville stratégique de Kismayu

Les tensions montent entre les deux principaux groupes insurgés somaliens,

le Hizbul Islam dénonçant Al-Shebab pour avoir nommé unilatéralement hier les membres de l’administration de Kismayu, les excluant de facto de la gestion de cette ville portuaire stratégique. Les citoyens rapportent que les deux camps se préparent à l’affrontement.

Par ailleurs, le commissaire européen au développement et à l’aide humanitaire, Aid Karel De Gucht, avertit qu’il faut empêcher que la Somalie devienne un refuge pour Al-Qaïda, et devienne un « nouvel Afghanistan ».

Rappelant qu’Al-Shebab avait mené l’attentat suicide contre l’AMISOM, il estime que l’UE doit non seulement aider financièrement la mission africaine, mais surtout venir en aide au gouvernement somalien afin qu’il puisse agir de manière autonome.

______________________ 2 – RFI

Maroc : Nouvelle rafle dans le milieu terroriste

En février 2008, 33 personnes ont été arrêtées suite à l’un des derniers attentats ayant touché le Maroc : en 2007, un kamikaze s’était fait exploser dans un cybercafé à Casablanca.

Vingt-quatre membres d’un réseau spécialisé dans le recrutement de volontaires pour des opérations suicides en Irak et la guérilla menée par al-Qaïda en Somalie et en Afghanistan ont été arrêtés, selon le ministère de l’Intérieur marocain. Depuis 2007, le Maroc n’a plus subi d’attaques terroristes, mais ces derniers mois ce type de démantèlement est devenu de plus en plus fréquent.

En juillet dernier, 38 personnes avaient été interpellées. Soupçonnées d’appartenir à un réseau de recrutement de Marocains pour l’Irak et l’Algérie. Leur procès vient juste de démarrer. Début septembre, 43 personnes poursuivies pour des liens présumés avec al-Qaïda au Maghreb ont vu leur procès reporté.

Le communiqué du ministère de l’Intérieur décrit un réseau avec de multiples connexions. Avec des terroristes en Suède, en Belgique mais aussi dans la zone syro-irakienne. Il aurait recruté une vingtaine de candidats pour participer aux opérations kamikazes en Irak et approché une dizaine d’islamistes au Maroc avec la même intention : les envoyer en Irak, en Somalie ou en Afghanistan.

Le scénario décrit par le ministère de l’Intérieur est plutôt alarmant. Selon ces informations, le groupe devait rencontrer des artificiers d’al-Qaïda et apprendre à fabriquer des explosifs pour préparer des attaques terroristes au Maroc.

La rafle a eu lieu dans plusieurs villes du royaume. Aucune précision n’a été donnée sur l’identité des personnes interpellées ni la date de leur arrestation. Les interrogatoires seraient encore en cours.

Des arrestations similaires ont eu lieu ces derniers mois mais rarement le ministère de l’Intérieur n’a donné autant de détails sur les ramifications et les intentions d’un groupe terroriste avant même le début du procès.

______________________ 1 – Le Soleil (Sénégal) avec AFP

Démantèlement d’un réseau marocain de recruteurs de kamikazes pour l’Irak

Les services de sécurité marocains ont arrêté 24 membres d’un "réseau terroriste" spécialisé dans le recrutement de volontaires pour des opérations suicides en Irak et la guérilla menée par al-Qaïda en Somalie et en Afghanistan, a annoncé hier le ministère de l’Intérieur.

Ce réseau, qui se coordonnait "avec des terroristes en Suède, en Belgique et dans la zone syro-irakienne, a recruté et convoyé une vingtaine de candidats aux opérations kamikazes en Irak et approché aux mêmes fins une dizaine d’islamistes locaux", précise un communiqué du ministère de l’Intérieur relayé par l’agence officielle Map.

Les personnes arrêtées "planifiaient également des actes terroristes d’envergure" au Maroc et "projetaient d’y recevoir, à cette fin, des artificiers d’al-Qaïda", poursuit le texte.

Ceux-ci "devaient apporter leur savoir-faire en matière de confection d’explosifs".

Les suspects, qui ont été arrêtés dans plusieurs villes du Maroc à une date non précisée, sont actuellement interrogés par la Police. "Le démantèlement de ce réseau, a déclaré une source sécuritaire à l’Afp, vient s’ajouter à l’élimination de plusieurs autres cette année.

Il s’agit d’une affaire grave car ce réseau planifiait l’envoi de candidats au terrorisme en Irak, en Afghanistan et en Somalie". "Notre lutte contre les terroristes est implacable", a ajouté cette source, refusant de fournir d’autres précisions sur cette opération "pour des raisons liées à l’enquête".

24/09/09 (B517) Le journal de la Flibuste (2 articles en Français)

24/09/09 (B517) Le journal de la Flibuste (2 articles en Français)

___________________________ 2 – Portail des sous-marins

Pourquoi les pirates somaliens n’aiment-ils pas Mercury ?

Par Rédacteur en chef.

Les 30 bâtiments luttant contre la piraterie au large de la côte somalienne ne sont pas tous placés sous le même commandement. Les Russes, les Chinois et les Iraniens en particulier n’apprécient pas de prendre leurs ordres auprès du commandant d’une task-force occidentale.

Donc l’Union Européenne a pris l’initiative d’établir un canal de communication “neutre”, ouvert à tous les bâtiments participant à la lutte contre la piraterie. Il s’agit d’un système de communication sécurisé, basé sur Internet, appelé Mercury. Tous les bâtiments engagés dans les opérations de lutte contre la piraterie ont accès à Mercury. Cela permet aux bâtiments de demander des informations, ou une coopération, auprès d’autres navires, alors même que les 2 nations impliquées peuvent entretenir des relations diplomatiques glaciales. C’est ainsi que, discrètement, des bâtiments iraniens peuvent travaillent ensemble avec des bâtiments américains.

Comme toutes les nations ayant des bâtiments au large de la Somalie sont concernées par la protection des voies de commerce maritime que tout le monde utilise, il y a considérablement plus de coopération que ce qu’on aurait pu s’attendre. La Loi de la Mer ("toujours venir au secours d’un marin en détresse") fait des amis de ceux qui, à terre, seraient assez hostiles. La coopération a rendu la vie beaucoup plus difficile pour les pirates, les forçant à essayer de mener leurs attaques plus loin des côtes. Mais cela n’a pas échappé à l’attention de la reconnaissance aérienne approfondie menée par des avions américains, français et japonais. Des bâtiments de guerre se trouvent dessous pour soutenir ces avions à long rayon d’action, et abordé tout navire suspecté repéré.

Par le passé, les pirates ont utilisé des navires de pêche détournés comme "bateaux-mères". Ces bateaux ne mesurent généralement qu’une trentaine de m de long, mais sont larges et peuvent accueillir 20 personnes ou plus. Ils peuvent transporter donc beaucoup de pirates, les skiffs était remorqués (ce qui donne un indice mortel aux avions en vol) ou remontés sur le pont. Les avions de patrouille maritime savent très bien faire la différence entre un bateau de pêche en pêche et un autre qui sert seulement de bateau-mère pirate.

_________________________________ 1 – Le Monde

Pékin veut développer sa capacité de projection militaire

A une semaine du grand défilé militaire, le 1er octobre, pour le 60e anniversaire de la fondation de la République populaire, la Chine prépare la transformation de ses forces navales et aériennes afin d’en développer la capacité de projection dans le monde, a annoncé le ministre de la défense.

La marine chinoise va se doter d’une capacité d’accès à la haute mer ainsi que d’une meilleure défense côtière, a expliqué le général Liang Guanglie dans une interview diffusée lundi soir sur le site de son ministère (www.mod.gov.cn). L’armée de l’air passera, quant à elle, d’une dimension purement défensive à un rôle à la fois défensif et offensif, ajoute-t-il. La Chine souhaite depuis longtemps se doter d’un porte-avions qui lui permettrait d’intervenir loin de son territoire. L’hiver dernier, Pékin a envoyé des navires au large de la Somalie pour protéger les voies maritimes des actes de piraterie.

"Selon notre plan stratégique, l’armée va passer d’une force de défense régionale à une force mobile pouvant se déployer sur tout notre territoire. La marine aura une capacité de défense côtière relativement forte afin de pouvoir aussi combattre en haute mer, et l’armée de l’air ne se contentera plus de défendre le territoire mais pourra aussi mener des actions offensives", a détaillé le général Liang.

L’armée chinoise, qui compte 2,3 millions de soldats, prévoit d’achever sa mécanisation en 2020, et progresse dans le domaine des technologies de l’information et de la formation des officiers, a-t-il précisé.