Articles

08/12/2015 (Brève 539) Communiqué de la LDDH à propos de la répression des Défenseurs des Droits de l’homme à Djibouti et d’une agression policière particulièrement violente à l’encontre de son secrétaire général, qui l’a conduite à l’hôpital Bouffard dans un état jugé sérieux.

Logo Ebay
La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (L.D.D.H)

Djibouti, le 10 décembre 2015
Communiqué de presse:

10 Décembre 2015, triste anniversaire des Droits de l’Homme à Djibouti

Ce matin, la dictature djiboutienne a franchi une nouvelle étape dans la répression contre les Défenseurs des droits humains avec l’arrestation brutale et musclée du Secrétaire Général de la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) M. Said Houssein Robleh, qui est également Député national et Etudiant en 6ème année de Médecine.

Selon les informations concordantes, recueillies par la LDDH, c’est le Directeur général de la Police en personne M. Abdillahi Abdi Farah qui a procédé à la violence et l’arrestation musclée de notre Secrétaire Général Said Houssein Robleh. Ce même Colonel de la Police a arrêté et brutalisé aussi le père de Said: il s’agit de M. Houssein Robleh Dabar ainsi que M. Faisal Mohamed Ibrahim, Contrôleur Général adjoint de la LDDH.

Ce n’est pas la première fois que notre collègue Said Houssein Robleh se trouve sous le coup d’arrestation arbitraire et de détention illégale du régime djiboutien. Il a été arrêté et incarcéré durant 10 jours dans la sinistre prison de Gabode et a écopé d’une condamnation de 8 mois de prison avec sursis en Décembre 2013.
Depuis sa prise de fonction de Député à l’Assemblée Nationale, Said Houssein Robleh fait l’objet d’une avalanche des mesures coercitives:

  • Confiscation du passeport avec visa tunisien
  • Rétention de sa bourse d’étudiant
  • Multiples menaces de la part des agents à la solde du régime

Le Ministre de l’Enseignement supérieur et le Président de l’Université de Djibouti, lui avaient ordonné d’écrire une lettre de désengagement des ses activités politiques s’il voulait poursuivre ses études de médecine en Tunisie. Ce à quoi notre Secrétaire Général s’est refusé et avait entrepris une série d’actions au niveau de l’Assemblée Nationale et porté plainte devant la Justice.

Le seul reproche fait à M. Said Houssein Robleh est son engagement en faveur de la démocratie et du respect des droits humains.

Selon nos dernières informations, le Secrétaire Général a été hospitalisé au Centre Hospitalier Bouffard car il souffrirait des conséquences de la brutalisé policière.
La LDDH dénonce et condamne vigoureusement cette violence barbare et illégale et tiendra le régime en place à Djibouti responsable de toutes les fâcheuses conséquences qui en découleront car nous sommes sérieusement inquiets pou l’intégrité physique de notre collègue.

Enfin, la LDDH lance un appel à soutien à toutes les organisations de défense des droits humains de par le monde afin de nous aider à la libération de notre Secrétaire Général.

Le Président de la LDDH :

Omar Ali Ewado
Tél : +253 77 61 55 49

E-mail : iwado_lddh@yahoo.fr

26/02/10 (B539) A lire sur LOI cette semaine

1°) Djibouti

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1280 – 27/02/2010
Djibouti
Il y a quelques mois, environ 70 policiers ont été licenciés, dont une majorité d’Issas jugés insuffisamment soumis aux autorités et des Afars. (…). [90 mots]

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1280 – 27/02/2010
Berlin va ouvrir une ambassade à Djibouti
Les autorités allemandes en ont assez de gérer depuis leur ambassade en Ethiopie la participation de leur pays à la lutte antiterroriste et à la répression de la piraterie au large des côtes somaliennes. (…). [139 mots]

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1280 – 27/02/2010
Le oui-mais du FRUD légal
Lors des assises de son parti, le 11 et 12 février, le président du Front pour la restauration de l’unité et de la démocratie (FRUD légal, majorité présidentielle), Ali Mohamed Daoud, dit Jean Marie, a fait un éloge appuyé du président Ismail Omar Guelleh (IOG). (…). [177 mots]

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1280 – 27/02/2010
Wijaya Baru Global Berhad
Le groupe malaisien Wijaya Baru Global Berhad (WBGB) va de l’avant avec un de ses nombreux projets à Djibouti (LOI nº1257). (…). [102 mots]

2°) Ethiopie

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1280 – 27/02/2010
Addis-Abeba
Les propos tenus par le vice-premier ministre Addisu Legesse lors d’une récente réunion dans son bureau sonnent comme un aveu. (…). [71 mots]

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1280 – 27/02/2010
Doute sur le nombre d’électeurs en Ethiopie
Le nombre exact des personnes qui se sont inscrites sur les listes électorales en vue des prochaines élections générales est un secret d’Etat en Ethiopie . (…). [139 mots]

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1280 – 27/02/2010
Million Assefa
Le conseiller légal de la National Bank of Ethiopia (NBE), Million Assefa, a été officiellement accusé par l’Ethics & Anti-corruption Commission d’être impliqué dans des détournements de fonds dont a été victime la Banque centrale éthiopienne. (…). [178 mots]

26/02/10 (B539) A l’occasion de la fête qui célèbre l’anniversaire de la naissance du prophète, toute l’équipe de l’ARDHD adresse ses voeux à tous les musulmans et en particulier à toutes les Djiboutiennes et à tous les Djiboutiens.(ARDHD)

Le monde musulman célèbre ce vendredi la fête bénie du Mawlid Al Nabi, qui commémore la naissance du Prophète de l’Islam Mohamed Ibn Abdullah (PSL).

Cette fête est ainsi célébrée chaque année le 12ème jour du mois de Rabih Al Awal du calendrier musulman.

La naissance du noble Prophète constitue pour tous les musulmans le cadeau offert à l’humanité par Allah.

26/02/10 (B539) Radio-Trottoir : les petites nouvelles du front (Correspondants – 3 articles)

___________ 1 – Pan sur le bec de M. Ali Mohamed Afkada !
Décidemment l’interview du vieux Barkat fait des remous

Ali Mohamed Afkada, cet ancien mécanicien formé sur le tas, a démonté pièce par pièce le véhicule réformé du FRUD, ainsi que les positions des dirigeants du FRUD, sans épargner le grand juriste Conseiller (Ancien Procureur après l’Indépendance, durant des années, c’est un homme sait certainement des choses sur l’assassinat du juge Borrel, mais il préfère se taire ! Pour ne pas trahir le devoir de réserve auquel il est lié, en tant qu’éminent fonctionnaire ? )

Toute la théorie qu’il a développé l’année dernière, à la même période que celle de Barkat Gourad Hamadou (BGH) est publié dans le journal « le Progrès » du 30 avril 2009 en dernière page ;

La fameuse théorie d’Ali Mohamed Afka réside en ces quelques mots :

Avec le titre et le vocabulaire d’un grand juriste « Le peuple qui l’avait voté (* la Constitution – NDLR) à l’époque par référendum peut-être le mieux indiqué pour la modifier » et d’introduire son blablabla par ‘Selon la Constitution de la République, un candidat à la fonction de président de la République n’est éligible qu’à deux reprises. Une barrière juridique que les manifestants dans la rue, ont appelé à modifier, afin que leur vœu de prorogation du mandat présidentiel soit exhaussé, avant l’échéance électorale de 2011"

______________________________
Le vieux routier politique, le mécano BGH a balayé en deux mots cette théorie juridiquement modelé, comme il l’a démontré sur toute une page du « chou d’Arnaoud le 30 avril dernier ».

La phrase suivante de BGH restera sans Appel, sans droit de réponse:
" Je répète que la concrétisation de la volonté populaire passe par la révision de la constitution djiboutienne. D’ailleurs, contrairement à ce que j’entends chez certains politiciens, notre constitution permet au peuple souverain, d’entreprendre la révision nécessaire pour ouvrir la voie à un 3ème mandat. La constitution nous donne le choix entre la révision par la voie référendaire ou la voie parlementaire."

"A mon avis il faut épargner au peuple de l’épuisement par des consultations trop rapprochées… Bref, pour ma part, la révision parlementaire reste la mieux appropriée. ". Publié dans « Le Progrès du 18 février 2010.

En une seule phrase, ce vieux roublard a noyé toute la théorie dans son narguilé. La célèbre théorie est partie « enfumée ailleurs » dans la pièce de ceux qui adorent larmoyer.

BGH n’a pas complètement tort car il sait que les manifestations du 4 mars dernier était non seulement un échec mais plusieurs parlementaires se sont fait bastonner et le Président de l’Assemblée nationale a chuté lourdement et fut alité pendant plusieurs mois, après un croche pied du Colonel de la Garde Républicaine.

Un référendum par les temps qui courent risque de se terminer par un bain de sang.

D’ailleurs, mercredi soir le 26 février 2010, le Général ZAKARIA sac de riz à l’épaule comme un certain Docteur en Droit d’ingérence (Kouchner – NDLR) , devant quelques bergers somaliens du coin aux visages décomposés par la peur, a déclaré sans détour : « La situation est rendue dangereuse avec un rassemblement de plusieurs troupes armées composées d’Afar de Djibouti, d’Erythrée et d’Ethiopie avec des Somalis de Djibouti ».

BGH ainsi que le Général Zakaria savent que les élections de 2011 ne seront pas aussi simples qu’en 1992 et 1999, car beaucoup de jeunes Djiboutiens are all together ready to take arms (sont prêts à prendre ensemble les armes – NDLR). Plusieurs d’entre eux auraient déjà rejoint le maquis. .

Une nièce de Barkat Gourad
et nièce par sa mère d’Ougoureh

______________ 2 – Barkat Gourad excommunie l’infidèle Jean-Marie !

« L’Ambassadeur inamovible au Vatican
-le Mafieux Barkat Gourad-
excommunie dans une Bulle papale l’Infidèle Jean-Marie… »

«les grands sacs posent problèmes :
la bataille fait rage »
Constat d’un Opposant de Dhikil

I) Extraits des racontars du nonagénaire Barkat Gourad Hamadou (BGH) parus dans : «Interview de la semaine… » « Le Progrès du 18 janvier 2010, pages 1 et 2 ».

Note de la Rédaction : Attention les extraits, ci-dessous, reprennent les termes exacts qui ont été imprimés, mais ils sont assortis par des commentaires que notre corresponant à ajouté (caractères rouges et italiques).

Ces extraits reproduisent intégralement les divulgations de BGH abstraction faite des encensements au jeune IOG

« …Barkat Gourad Hamadou, Président d’Honneur Permanent de notre mouvement et ancien Premier Ministre, avait lancé, pour la première fois, l’idée d’un 3ème mandat pour le Chef de l’Etat…

…C’est dans son appartement cousu de la croix de la Lorraine, que nous avons retrouvé cet homme d’expérience, qui après plus d’un demi siècle de sa carrière politique, coule une retraite paisible – bien mérité- entouré de ses siens. Calé dans un fauteuil du salon, ce dernier a répondu à nos différentes questions. Des réponses laconiques, mais souvent tranchantes et pleines d’humours !…

« Qui veut larmoyer, s’enferme dans une pièce enfumée »
(Sous titre à la page 2)

… Je me porte très bien et par la Grâce du Tout Puissant ma santé est aujourd’hui très bonne. Je vous assure même que je suis très bien l’actualité nationale comme vous d’ailleurs…

… C’est exact. Moi et le Président ISMAËL, avons entamé les négociations avec le FRUD et participé à l’élaboration des accords de paix d’Abaa. Ces accords de paix et de concorde civile, signés en 1994, au Palais du Peuple, avec le FRUD dirigé par Ali Mohamed Daoud et Ougoureh Kiflé préconisaient, qu’en échange d’un cessez-le feu définitif du FRUD, le Gouvernement Djiboutien s’engage à les intégrer dans toutes les Institutions nationales, notamment dans l’Armée, la Fonction Publique et même au sein du Gouvernement…

…D’ailleurs, la nomination de Monsieur Ali Guelleh au poste de Chef de Cabinet de la Présidence, dont l’ancien titulaire n’était autre que le Président Ismaël Omar Guelleh, démontre que le Gouvernement est allé au-delà de ses engagements. Je me souviens à ce titre, que j’ai repris des dossiers « gelés » par les dirigeants du FRUD…

…Jamais ! Oh grand jamais ! Je vous affirme clairement qu’il n’a jamais été question de poste de Premier Ministre lors de ces négociations. Pour ce qui est de respect envers ma personne, si tel était le cas, la vie de mes frères assassinés à cette époque auraient été épargnés. Et d’ailleurs, je déplore les propos du Secrétaire Général du FRUD Monsieur Ougoureh Kiflé, relatifs à la « non concrétisation » des engagements pris par la partie gouvernementale lors des accords de 1994, comme la revendication du poste de Premier Ministre par la partie FRUD….

…D’ailleurs les lamentations de Ougoureh, lors de cette convention, me rappelle ce dicton populaire qui dit : « Qui veut larmoyer s’enferme dans une pièce enfumée…

…Je pense que son bilan fort exceptionnel et la situation régionale très instable, plaide en faveur d’un troisième mandat d’IOg. Je rejoins à ce sujet mon ami et président du PSD Ahmed Boulaleh Barre alias « GABAYO »…

… Sans oublier la Première Dame, Madame Kadra Mahamoud Haïd, à qui j’adresse mes félicitations pour sa proximité et son amour à tous les concitoyens. »

II) Que dire sur cet interview ?

Apparemment rien, sauf à rappeler certains faits : ni Barkat ni Ougoureh encore moins Ali Guelleh n’arriveront pas à les contredire, car ils n’ont aucune preuve … à part peut-être le narguilé sous le coude de Barkat qui est bien visible sur la photo publié en première page « du Progrès » chou d’Arnaoud le « communiste par conviction ? ».

1. Précision : cette villa située à proximité de la croix de la Lorraine, fait partie des lots de villas pour ministres en fonction, qui ont été bradées pour rien.

Cette villa a été attribuée gratuitement, en guise de remerciement à M. Barkat Gourad Hamadou (BGH) pour qu’il continue à soutenir les mascarades électorales avec l’appui d’une Mafia Internationale dite Napolitano;

2. Rappel n° 1 : à notre connaissance, ni Barkat Gourad, ni Moumin Bahdon, encore moins « Gabayo » n’ont jamais été les artisans secrets de la négociation des accords. Ils n’ont été mis au parfum que quelques jours avant l’arrivée des traites du FRUD à A’baa ;

3. Rappel n° 2 : nous pensons que Barkat Gourad n’a jamais pris connaissance, car il n’a pas eu l’occasion de les lire, des Accords de paix de 1994 signés par Ougoureh et le Ministre de l’Intérieur. En effet, l’accord a été signé par les deux Parties en deux exemplaires originaux et il n’y a pas eu de copies. L’un était pour le Frud et l’autre pour le Ministre de l’intérieur M. Idriss Harbi.

Aussitôt après la signature, ils ont été récupérés par un simple fonctionnaire qui a été promu ministre ensuite. Un certain Rikfi, sous l’œil attentif de la RTD n’avait pas manqué de communiquer sur ce kidnappage de documents originaux.

Au final, les deux documents ont atterris pour l’un chez Hassan Gouled et pour l’autre chez le Patron de la Police politique, un certain IOG ! Ni Ougoureh, ni Jean-Marie, ni aucun autre Afar n’a jamais pris connaissance du contenu de ces documents.

Pourtant, les communautés djiboutiennes, sans distinction et surtout celles qui ont souffert des atrocités des crimes de guerre perpétrés
par les Forces Armées sous commandement directe de Hassan Gouled en tant que Chef des Armées avaient légitimement le droit de prendre connaissance du contenu de ces documents qui jusqu’à présent sont restés "Top secret".

Ils n’ont pas encore été versés aux archives et jusqu’à présent il est interdit de les voir et de communiquer sur le contenu !!

4. Par conséquent : les larmes d’Ougoureh ne sont que des larmes de crocodile, car il ne possède même pas une copie de l’Accord qu’il avait signé.

Pour consulter le CV de BGH, il suffit de se connecter aux sites suivants :
– a) Sénat de France ; (Service des retraites)
– b) Chambre des Députés du TFAI ; (Service des retraites) ;
– c) Assemblée nationale de Djibouti ; (Service des retraites) ;
– d) Service des deux retraités de la Primature (BGH et l’ex époux de Kadra M. Haïd) ;

Sans oublier de rechercher les clés pour avoir accès aux divers Sites de la Mafia dite « Napolitano », pignon à Haramous ;

Avec l’espoir que Dieu guide vos pas afin de vous ouvrir les portes de la Diplomatie du Vatican

Un vieil admirateur de BGH
comme Arnaoud des années 70

____________________________ 3 – Hummer, c’est fini !

MAUVAISES NOUVELLES POUR LE PARC AUTOMOBILE HUMMER APPARTENANT A IOG.
La marque HUMMER – c’est fini.

Son humeur s’en ressentira-t-elle
? Attention aux dommages collatéraux des humeurs et crises de colère d’IOG ! (NDLR)

La marque historique à plusieurs points de vue est morte hier soir. La nouvelle a été confirmée par General Motors qui pensait pouvoir revendre la marque Hummer au chinois Sichuan Tengzhong Industrial Machines. Mais ce dernier a finalement dit non.

Les relations actuelles sont très tendues entre les Etats-Unis et la Chine et ce contexte pourrait peut-être expliquer ce refus de dernière minute.

C’est tout un pan de l’histoire automobile qui se meurt.

Hummer, c’est d’abord l’histoire d’un véhicule militaire, le Humvee (High Mobility Multipurpose Wheeled Vehicle : Véhicule à roues multi-usage de haute mobilité).

Celui-ci a été conçu et produit par l’entreprise AM General jusqu’à sa vente, en 1992, à General Motors. A partir de cette date, GM fait du Humvee un véhicule civil. Le Hummer (dans ses version successives : H1, H2 et H3) devient le symbole de la fortune et de la puissance. Stars du showbiz (en premier lieu desquelles Arnold Schwarzenegger), rappeurs, hommes politiques… le Hummer acquiert une cote incroyable jusqu’au début des années 2000.

C’est à ce moment-là que le Hummer devient le pestiféré du monde automobile.

Trop gourmand en carburant (en moyenne 14 litres aux 100 km), trop polluant (en moyenne 372 grammes de C02/km), il est représente du jour au lendemain tout ce que l’automobile a de plus mauvais. Malgré la tentative de GM de redorer son image avec une version diesel lancée en 2002, rien n’y fait vraiment.

Il n’y a plus que les rappeurs (français la plupart du temps) pour encore trouver un intérêt au Hummer.Son inadaptation aux nouvelles données du marché aura donc eu raison en moins d’une décennie du Hummer. L’histoire se termine donc aujourd’hui, jeudi 25 février 2010.

F.Grimpret.

25/02/10 (B539) Le Journal de la Flibuste (4 articles en Français)

________________________ 4 – Ria Novosti

Des navires russes ont mis le cap sur la Somalie (Marine)

Un nouveau groupe de navires de la Flotte russe du Pacifique a quitté mercredi la base de Vladivostok en vue de participer à la mission internationale de lutte contre la piraterie au large des côtes somaliennes, a rapporté le correspondant de RIA Novosti.

Le groupe placé sous le commandement du capitaine de vaisseau Ildar Akhmerov comprend le grand bâtiment anti-sous-marins Maréchal Chapochnikov, un remorqueur et un navire d’approvisionnement.

Le Maréchal Chapochnikov porte deux hélicoptères embarqué. Chacun des bâtiments a à son bord une unité de fusiliers marins.

Trois groupes navals russes ont déjà été déployés au large des côtes somaliennes de janvier à octobre 2009. Ils ont escorté une centaine de navires commerciaux de 26 pays et repoussé plus de 20 attaques de pirates.

_________________________ 3 – JDD

L’US Navy empêche une attaque de pirates

L’armée américaine a empêché une attaque visant un navire tanzanien et appréhendé huit pirates présumés, a annoncé mardi l’ambassade américaine en Tanzanie.

Le navire de l’US Navy qui patrouille le golfe d’Aden et la côte Est de la Somalie, l’USS Farragut, a envoyé un hélicoptère SH-60B pour venir en aide au MV Barakaale 1 après le signal de détresse lancé par ce dernier.

"L’hélicoptère a arrêté l’esquif (des pirates) alors qu’ils tentaient de s’enfuir, en tirant des coups de feu autour de la proue", a indiqué un communiqué de l’ambassade, qui ne précise pas la nationalité des pirates.

________________ 2 – Le Figaro avec AFP

Un cargo attaqué dans le Golfe dAden

Un cargo japonais battant pavillon du Panama a échappé à une tentative d’attaque par des pirates somaliens dans le Golfe d’Aden grâce à l’intervention d’un navire de guerre turc opérant dans le cadre de la force multinationale CTF 151, a annoncé aujourd’hui la Ve Flotte américaine.

Dans un communiqué, la Ve Flotte précise que le navire turc TCS Gemlik, qui répondait samedi dernier à une alerte lancée par le cargo japonais MV Apl Finland, a repéré une embarcation avec à bord sept pirates présumés, une échelle et 21 barils de carburant. Après plusieurs manoeuvres, l’embarcation a fini par s’arrêter et une équipe du TCS Gemlik est montée à bord, mais elle a constaté que le matériel de piraterie avait disparu.

"L’embarcation a ensuite été laissée libre et a reçu l’ordre de mettre le cap sur la côte somalienne", ajoute le communiqué, soulignant que "l’intervention rapide de TCS Gemlik a empêché une attaque qui allait se produire".

TCS Gemlik fait partie de la Combined Task Force (CTF) 151, une force multinationale qui a pour mission de veiller à la sécurité maritime, dont la lutte contre le terrorisme, dans une région qui va du détroit d’Ormuz jusqu’en mer Rouge en passant par le Golfe d’Aden et l’océan Indien. A ce jour, sept navires sont aux mains des pirates et 160 membres d’équipage sont en captivité, selon le département d’Etat américain.

________________ 1 – Quotidien du Peuple (Chine) avec XINHUA

Maurice signe le code de conduite de Djibouti sur la piraterie maritime

Le gouvernement mauricien va signer un code de conduite de Djibouti qui vise à combattre la piraterie et les vols à main armée à l’encontre des navires dans la partie ouest de l’océan Indien et le golfe d’Aden, a-t-on appris vendredi auprès du conseil des ministres.

Ce code de conduite est un accord régional, prévoyant une coopération entre États signataires pour réprimer la piraterie et les vols à main armée à l’encontre des navires, conformément aux législations nationales et internationales.

Depuis fin 2008, les actes de piraterie se sont multipliés au large de la Somalie, un pays en guerre civile perpétuelle. 11 navires et près de 200 membres d’équipages restent actuellement aux mains des pirates somaliens.

Ces derniers utilisent principalement un petit village côtier à environ 500 km au nord-est de Mogadiscio, Harardere, pour préparer leurs raids et y garder les marins capturés et se partager le butin.

25/02/10 (B539) Nouvelles de Somalie (4 articles en Français)

____________________ 4 – Blog Antipropagande

La résistance somalienne fait face a une attaque d’envergure

Auteur: davidel

Les 12 et 13 février 2010, le gouvernement légitime d’al Shabab ont tenu dans toute la capitale des allocutions afin de galvaniser les troupes. Ils ont promis une guerre totale contre les envahisseurs terroristes éthiopiens et kenyans qui ont changé leur stratégie et contre les services secrets terroristes occidentaux : yankees, juïfistes, français et anglais.

L’amisom, le bras armé financé par la communauté blanche internationale projette de lancer une offensive contre la résistance afin de protéger leur marionnette qui ne contrôle plus rien. Car toute la somalie du sud, et toute la capitale est aux mains de la résistance sauf quelque quartier. Il ne reste plus que le somaliland qui est un grand réservoir de pétrole tenu par tous les guerriers blancs et d’ailleurs le régime putride sioniste a proposé de reconnaitre le somaliland comme état.

Devant des milliers de somaliens, la résistance a promis aux régimes et a l’amisom une lutte sans merci et condamne les bombardements aveugles contre les civils : « vous êtes au courant des derniers bombardements a l’aveugle de l’ennemi sur notre peuple. Au nom de l’islam, nous avons pour obligation de combattre les assassins » dit il aux habitants. « Les soldats de la résistances sont parfaitement préparés pour lancer des attaques pour chasser l’ennemi » de notre pays. « Notre promesse est d’engager une guerre totale contre eux… êtes vous de ces gens qui veulent défendre leur honneur » a-t-il clamé de responsable d’Al Shabab.

Des centaines de somaliens se sont alliés dernièrement a la résistance al Shabab en raison de l’injustice, des massacres, des tortures et des bandits qui prolifèrent dans la somalie a cause de l’occupation des blancs.

Le chef de la résistance allié Hezb al-Islam, Hassan Dahir Aweys, a tenu une réunion similaire dans le village d’Elashabiyaha, qui abrite de nombreux déplacés en périphérie de Mogadiscio. Nous savons que le régime collabos fait autorité sur deux quartiers de Mogadiscio, l’aéroport principale et le port. Ces derniers points stratégiques sont tenus par l’amisom et grâce aux occupants blancs et leurs sinistres assassins sionistes.

Jean ping, gabonais et fonctionnaire international de l’UNESCO, une entité qui a été contrôlé par la sioniste Mme clinton, et aujourd’hui chef de la commission de l’UA a pleurniché pour plus de troupes en somalie. Ce monsieur a eu toute les médailles maçonniques pour sa participation a l’appauvrissement des gabonais et des africains en général.

Ces conférences sont essentielles car les renseignements de la résistance al Shabab ont été informés qu’une grande offensive, identique a celle de Marjah est programmée a partir du Kenya… le pays du negre a la maison blanche. Des miliciens sont formés au Kenya par les blancs colonisateurs : le résistant Abdi Hussein Gedi d’al shebab de la ville de Kismayo a déclaré : « le Kenya a préparé des milices constituées de somaliens et kenyans formés pour attaquer et prendre le relais dans la région. Ils envisagent de nous attaquer sur notre terre, par terre, par mer et par air. Nous exhortons les gens d’être prêts et de défendre leur terre.

On remarque une très forte concentration de miliciens à la frontière kenyane et somalienne financés par les européistes et les yankees. Al Shabab a prévenu le Kenya qu’il n’aura pas de scrupule pour lancer une guerre contre le Kenya en réponse a l’invasion.

Garowe Online a confirmé qu’une formation de 2500 soldats ont été entrainé a Nairobi pour combattre par le sud les forces de résistance d’Al Shabab. c’est minimiser l’attaque qui se prepare. en realité, les mercenaires sont bien plus.

Le 22 février 2010 le collabo ahmed sharif, président mis en place par les oxidentaux, fait appelle a la communauté blanche internationale pour l’aider a contrôler la somalie et aider a maintenir son régime. Il reconnait qu’il na aucun pouvoir pour le contrôle du pays. Il demande de l’aide de toute urgence : "C’est la responsabilité de mon gouvernement à faire d’une Somalie pacifié, mais nous ne pouvons pas faire cela tout seul, nous avons besoin de soutien", dit-il.

Entre nous, il veut simplement dire que ses amis sionistes et les collabos ont perdu la bataille contre des musulmans fermement attachés a leur pays et leur foi.

_______________________________ 3 – La Croix avec AFP

Somalie: dissensions au sein d’un mouvement soufi sur un accord avec le TFG

Des dissensions sont apparues au sein d’un groupe armé soufi somalien, après l’annonce d’un futur accord avec le gouvernement de transition somalien (TFG), a-t-on appris mardi de sources concordantes à Mogadiscio.

L’Ethiopie avait annoncé samedi, à l’issue d’une semaine de discussions, la signature début mars d’une alliance entre le TFG et le mouvement Ahlu Sunna wal Jamaa pour "combattre ensemble les groupes extrémistes" en Somalie.

"Ce soit-disant accord et ces discussions qui ont eu lieu à Addis Abeba ont été mal menées et ont provoqué une rupture au sein d’Ahlu Sunna", a affirmé à l’AFP à Mogadiscio cheikh Omar Sheikh Mohamed Farah, l’un des leaders du groupe.

Cet accord va dans les intérêts "des shebab et aux groupes armés opposés à la paix en favorisant certains individus par rapport à d’autres, et en sabotant une assemblée générale d’Ahlu Sunna qui doit se tenir prochainement", a-t-il estimé.

Selon Abdulkadir Mohamed Somow, autre chef d’Ahlu Sunna, une faction "a pris le contrôle du processus" en négociation directement avec le TFG, qui tenterait ainsi de semer la division au sein du mouvement soufi.

Toujours selon ces responsables, ceux qui ont négocié à Addis Abeba, sous la responsabilité de cheikh Mahamoud Sheikh Ahmed, n’avaient ni le mandat, ni l’autorité pour le faire.

Ahlu Sunna wal Jamaa, ou "les Compagnons du prophète" ont été fondés en 1991 pour protéger l’islam soufi somalien, traditionnellement modéré, de l’influence grandissante du wahhabisme venu du Golfe.

Le groupe a pris les armes en 2009 après la destruction par les insurgés shebab de plusieurs mausolées de célèbres soufis.

Ahlu Sunna est particulièrement implanté dans la région de Galguduud (centre), où il combat avec efficacité, au côté des forces pro-gouvernementales, contre les shebab.

Le mouvement entretient cependant des relations parfois tendues avec le TFG du président Sharif Sheikh Ahmed, dont l’autorité ne dépasse pas quelques quartiers de la capitale, mais qui se préparerait à y lancer une vaste offensive.

_____________ 2 – Quotidien du Peuple (Chine) avec XINHUA

La Somalie a besoin d’un gouvernement puissant pour faire face à la piraterie

Le ministre somalien des Affaires étrangères Ali jama Ahmed Jengeli a déclaré dimanche que son pays a besoin d’un gouvernement puissant pour faire face aux pirates en mer.

"Le moyen pour régler le problème de la pirateire n’est pas de les attaquer en mer mais sur terre. Nous avons besoin d’un gouvernement puissant", a dit M. Jengeli dans une interview accordée à Xinhua à Mogadiscio.

Il a avoué que la piraterie devient endémique et indiscrète après le déploiement de navires de guerre par plusieurs pays.

"Le problème est toujours là. C’est pourquoi nous avons besoin d’une solution complète", a-t-il souligné.

Selon les statistiques du Bureau maritime international, les pirates dans le gofle d’Aden et au large de la Somalie ont attaqué 214 bateaux et en ont enlevé 47 en 2009, représentant enviroin la moitié des cas de piraterie dans le monde.

Pour Jengeli, la piraterie somalienne est étroitement liée à la longue guerre civile et l’anarchie en Somalie.

"Plus le gouvernement (somalien) est faible, plus la piraterie est endémique", a relevé le chef de la diplomatie somalienne.

M. Jengeli a indiqué que la communauté internationale, y compris la Chine, a apporté beaucoup d’assistances à la Somalie mais que son pays en demande davantage.

"Nous construisons notre force de sécurité. Nous savons que l’Amission (Force de l’Union africaine en Somalie) a une mission limitée et tôt ou tard elle partira (…)", a-t-il dit.

Actuelement, l’Union africaine (UA) a déployé en Somalie plus de 5.000 militaires, venus essentiellement d’Ouganda et du Burundi. La force africaine doit compter au total 8.000 hommes selon le plan initial.

_________________________ 1 – Atlas Vista (Ma) avec AFP

Somalie: 3 morts lors d’une violente explosion en zone shebab à Mogadiscio

Au moins trois insurgés présumés ont été tués dimanche soir dans une violente explosion d’origine indéterminée dans le sud de Mogadiscio sous contrôle des insurgés shebab, a-t-on appris de sources concordantes.

L’explosion, qui a été entendue dans toute la capitale, a eu lieu dans le quartier de Hamarjadid, l’un des principaux bastions des insurgés shebab, a-t-on constaté.

"Nous avons retrouvé les corps de trois personnes sur les lieux de l’explosion, nous n’avons pas encore leur identité précise", a affirmé un responsable shebab, sous couvert d’anonymat.

"Nous enquêtons toujours sur l’incident, nous révélerons ensuite les conclusions de l’enquête", a-t-il ajouté.

Selon des témoins, toute la zone a été bouclée par des shebab lourdement armés, certains à bord de "technicals" (4X4 surmontés d’une mitrailleuse lourde) qui en ont interdit tout accès aux transports publics et aux piétons.

"Nous avons entendu une énorme explosion dans le quartier, nous en ignorons la cause jusqu’à présent. J’ai vu trois corps, mais les shebab interdisent encore l’accès à la zone ce matin" (lundi), a raconté un témoin, Mohamed Farah.

Il s’agit du second incident du genre en zone insurgée depuis deux semaines à Mogadiscio.

Le 12 février au soir, une violente explosion avait touché à Danyile (en périphérie de la capitale) un bâtiment utilisé par les shebab, pour notamment y soigner leurs blessés. L’incident, sur lequel aucune information n’a filtré, avait eu lieu peu après le passage de responsables shebab, selon des sources concordantes.

25/02/10 (B539) RSF : Un journaliste détenu depuis trois jours par la milice Al-Shabaab

Reporters sans frontières se joint à son organisation partenaire en Somalie, the National Union of Somali Journalists (NUSOJ), pour exprimer sa vive inquiétude quant au sort réservé à Ali Yusuf Adan, arrêté le 21 février dans une zone controlée par la milice Al-Shabaab.

" Classée parmi les prédateurs de la liberté de la presse, la milice islamiste Al-Shabaab ajoute un triste fait à la longue liste des violations de la liberté d’expression qu’elle a déjà perpétrées. Nous condamnons cette arrestation et demandons la remise en liberté immédiate du journaliste", a déclaré l’organisation.

Ali Yusuf Adan est correspondant pour la Radio Somaliweyn à Wanlaweyn, région où il a été arrêté. Il aurait été transféré dans une prison de la ville de Merca, au sud de la Somalie. Il serait détenu pour avoir commenté, le 20 février, un meurtre perpétré par cette milice.

Nous sommes malheureusement toujours sans nouvelles de lui.

25/02/10 (B539) Groupe « République de Djibouti » – Mise en ligne d’une pétition.

Le Groupe « République de Djibouti » nous informe du fait qu’il a mis en ligne une pétition pour dénoncer les dérives anti-démocratiques du régime djiboutien et réclamer l’institution d’un régime qui respecte les droits de l’Homme et les citoyens.

Une démocratie à Djibouti pour 2011
___________________

Pour signer la pétition, rendez-vous à l’adresse :

http://www.mesopinions.com/Une-Democratie-a-Djibouti-pour-2011-petition-petitions-83ccb737e12252f64355e1a775848ec5.html

___________________

L’ARDHD rapelle qu’elle avait mis en ligne le 16 mars 2009, une pétition initiée conjointement avec le GED et Uguta-Toosa pour dénoncer les dérives du régime et manifester le refus des signataires de cautionner un amendement de la constitution djiboutienne. La pétition avait reçu le soutien de SURVIE.

Plus de 500 signatures avaient été enregistrées avant que cette pétition dont le texte est rappelé ci-dessous, n’ait été fermée prématurément le 8 mai 2009, pour mettre un terme aux attaques fomentées par des agents du régime, dans le but de la décrédibiliser.

___________________ Texte

Lettre adressée au Président de Djibouti



Après dix ans de mandat présidentiel d’Ismail Omar Guelleh, la population djiboutienne dresse un bilan désastreux. Non seulement le pays s’enfonce dans une crise économique dont les effets sont mesurables, en constatant, par exemple la baisse constante du pouvoir d’achat des familles et l’augmentation du taux de chômage (90 % de demandeurs d’emploi selon les secteurs), mais les libertés sont réduites progressivement : il n’y a plus de média libres à Djibouti. Tous les sites internet d’opposition sont censurés. La justice est aux ordres du pouvoir et a perdu toute crédibilité.



Dans ce contexte de favoritisme tribal, d’effondrement des services publics (enseignement, santé, prestations sociales, justice, armée, etc.), et de corruption généralisée, les dignitaires des partis au pouvoir lancent aujourd’hui un appel pour que la Constitution djiboutienne soit révisée, afin de permettre au Président actuel de solliciter un troisième mandat.



Ces personnalités, inféodées au pouvoir, ont avant tout un intérêt personnel à ce que le système clientéliste perdure. Malgré cela, elles prétendent être porteuses d’un message populaire en faveur de cette violation constitutionnelle dangereuse.



Afin de mettre un terme à ces allégations non fondées et de montrer que la société civile ne partage pas ce point de vue, les partis d’opposition djiboutiens, les syndicats libres et les associations s’associent pour dénoncer une manœuvre honteuse, injuste et anti-démocratique. Imaginez ce qu’il adviendrait de la crédibilité des Constitutions, si chaque Chef d’Etat décidait de réviser les articles au gré de ses désirs et de ses intérêts ?



Le peuple djiboutien aspire à la Paix, à la Justice et à l’égalité des chances. Il appelle l’avènement d’un régime juste qui saura prendre les décisions propres à reconstruire le pays et à permettre à chacun d’exercer ses droits et ses devoirs dans le respect de la Constitution non modifiée et des différentes chartes internationales.



En approuvant cette pétition, les signataires expriment leur refus de réviser la constitution pour permettre au Président de briguer un troisième mandat et pourquoi pas d’autres ….



Les partis et associations ci-dessous ont élaboré cette pétition, qui est ouverte à l’ensemble de l’opposition, aux représentants de la société civile, à toutes les Djiboutiennes et Djiboutiens et à tous ceux qui estiment qu’il est urgent de mettre un terme à l’état de dictature à Djibouti.


ARDHD

UGUTA-TOOSA

GED