Articles

14/12/2015 (Brève 543) Communiqué de la LDDH pour alerter la communauté internationale à propos des actes de harcèlement, de brutalité et d’injustice qui se multiplient contre les jeunes et l’ensemble des opposants

Logo Ebay
La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (L.D.D.H) Djibouti, le 13 Décembre 2015

COMMUNIQUE de PRESSE 

DJIBOUTI devient un GOULAG 

La dérive policière s’installe à Djibouti en accentuant la répression contre la Société Civile et l’opposition politique de L’USN à l’approche de l’élection présidentielle prévue en Avril 2016.

La LDDH a recueilli des informations sûres et concordantes selon lesquelles plus de deux cents diplômés et demandeurs d’emplois ont été arrêtés arbitrairement par la police et sont incarcérés depuis hier matin au centre de rétention de NAGAD.

Demander un emploi est devenu un délit à Djibouti !!!!!!

Le régime en place à Djibouti multiplie les arrestations des paisibles citoyens pour terroriser le peuple djiboutien  et déblayer le terrain pour le 4e MANDAT du Chef de l’Etat.

Nous pensons que gouverner par la terreur constitue une grave violation des droits humains et peut faire basculer le pays dans l’instabilité.

Il y a quelques semaines, c’étaient les populations civiles et nomades du NORD et du Sud-Ouest du pays qui étaient les cibles de la répression policière du régime (d’ailleurs quelques 20 personnes sont incarcérées à GABODE depuis Octobre 2015 et leur seul tort consiste d’avoir de lien de parente avec les éléments de la rébellion du FRUD.

Puis ce fut le tour des militants et  responsables de l’opposition de l’USN d’être dans le collimateur de la Police à Ali-Sabieh et Dikhil le 03 et 04 Décembre 2015.

Le Samedi 12 Décembre 2015, oser demander un emploi a conduit les jeunes diplômés à NAGAD, un lieu inconnu au niveau du PARQUET et dont l’insalubrité heurte toute conscience humaine.

La LDDH dénonce et condamne vigoureusement la dérive policière du régime en place à Djibouti et exige la libération de tous les détenus politiques.

Enfin la LDDH alerte l’opinion publique nationale et internationale afin que soit faite pression sur le régime djiboutien en vue de suspendre les graves violations en cours à Djibouti.

Le Président de la LDDH :

Omar Ali Ewado
Tél : +253 77 61 55 49

E-mail : iwado_lddh@yahoo.fr

26/03/10 (B543-B) Point de vue. Un lecteur nous adresse une contribution en Anglais en faveur d’Aden Robleh Awaleh, que nous publions sans commentaire. Il est probable que certains lecteurs ne partagent pas l’intégralité de son analyse. “A warrior who never got tired fighting for his people.” // « Un combattant qui ne s’est jamais lassé de combattre pour le peuple »

Many Djiboutian would agree that Mr. Aden Robleh Awaleh was and still the greatest warrior in Djibouti, in spite of any one’s political differences; ever since the independence movement of the Republic of Djibouti. He is certainly the most genuine resistant politician of the undemocratic policies’ of the President Ismael O. Guelleh’s administration – alive today inside the Country.

Mr. Awaleh also made a mark into the history –as the undisputed young anti-colonialist against then, the Regime of Ali Arref, the henchman of the French colonialist or ‘the evil empire’ – during the struggle for liberty; and he was indeed the member of the highest rank-and-file under ground movement of FLCS (Front de liberation de cote de Somali) inside the country, the only Arms wing around back in the days, who based in Somalia during the 1960’s and 1970’s.

Opposing the French colonial rule in Djibouti, he went to Somalia in 1967 and became the leader of the Front for the Liberation of the Somali Coast (FLCS).

As a result of his activities, he was convicted of « endangering state security » in absentia by the French authorities in 1970 and sentenced him to 27 years in prison. He was later arrested by the order of the former dictator, General and President Mohamed Siad Barre (May Allah forgive him) in Somalia in 1975 for « anti-revolutionary » activities and spent a year in solitary confinement there. He was shot and wounded on June 24, 1977, three days before Djibouti became independent from France; his injuries caused him to be hospitalized for a month.

The revolutionary was named by the former/first President Hassan G. Aptidon on July 15, 1977, as Minister of the Port, and he was subsequently moved to the position of Minister of Commerce, Transport, and Tourism in 1978. He was also elected to the National Assembly in 1982. In 1983 and due to consolidation of the power into the hands of the Head of the State – Mr. Awaleh denounced the authoritarianism of the RPP’s single-party regime and resigned from his government and party positions. Mr. Awaleh as a result escaped an assassination attempt in 1985 and fled the Country.

After eight years of exile – the ex-Leader of FLCS, and turned one of the most admired Politician, for the second time – returned into the Country in 1992, during the Multi-party democracy system, imposed by the Western governments into the African countries, particularly the Administration of then, the Head of the State, Mr. Hassan G. Aptidon (May Allah rewards him into Heaven).

Mr. Aden R. Awaleh inaugurated his new political party, PND (Partie National Democratique) or National Democratic Party (NDP) for the first time in thirteen years. Immediately afterwards the PND engaged the national debate on the democratization process, and soon clashed with the governing Party, RPP (Rensemblement Populaire pour le Progres. The PND refused to ratify the new Constitution. According to the party: the new constitution, 1) endowed the commander-in-Chief an absolute power, 2) the majority rule in parliament for single Party is undemocratic and unacceptable, 3) the new Constitution does not give a true independence of the Courts over the Executive Power. And we are back in square one: one Party rule and for one man’s show –or ego.

Yet again, Mr. Aden R. Awaleh was put under house arrest while the government cut the electricity and running water into his house; since there’s no prove that he failed to pay his utility bills; but this has always been one of the weapon, the Djiboutian governments use to punish his political opponents. And the PND leader was eventually thrown into jail- when he simply rebuked the new system –keep your mouth shot and squander wherever you could grasp or you might as well face isolation or excommunication.

But Aden never back down – he resisted as usual with dignity. He made a promise that he will not run away any more; he rather die what he believes at.

It seems, though, now days, Mr. Awaleh has yet to finish the next phase of the struggle: the nation building process, which ought to be embodied on the democratic principles – the rule of Law – that he and others like himself belief and help initiated the foundation over thirty years ago, once, the Republic of Djibouti gained its freedom as a free Nation in Jun, 27, 1977.

Having said, unfortunately, three decades later it appears to Mr. Awaleh that the dream has been turning into nightmare under the leadership of President Ismael O. Guelleh. The saddest part of this predicament, Mr. Aden and other Djiboutian wonder, would Djibouti be around for the next decade or will collapse like Somalia? The nation they sacrificed so much through out of their whole lives for many years seems to be fading away in front of their eyes.

And once again, the old revolutionary challenges the commander-in-Chief, Mr. Ismael O. Guelleh and the ruling Party for the Constitution. This time, the Head of the State and his henchmen want to extend the term limit of the Presidency into ‘THIRD TERMES’, instead of TWO TERMS. Most of Mr. Awaleh’s peers and colleagues, however, think that he must be a fool to give up his position and privilege – the fruits of being part of the elites: lavish live-style enjoyed the Cabinet Ministers –or Members of Parliament like himself.

Yet fancy cars and big houses; this is something that never been important to the Leader. But the Chairman of the PND once again rejected the advances of the President and his entourage. And he never advocated violence in order to overthrow the government of the President Ismael O. Guelleh. The world will watch how this time the Djiboutian will deal this Constitutional crisis and the end of the term Of Mr. Ismael O. Guelleh in 2011.

Mr. Awaleh always wanted to empower and fight for his people
– he was never in for himself, like a true revolutionary;

if that was the case, why would any one suffer that long when he/she got what others would die for it
– being cabinet minister.

The man is a hero and must be recognize by his people
–the sacrifices that he made for his country.

By Mohamed Awaleh,

26/03/10 (B543-B) LDDH / La LDDH déplore le départ forcé d’Ethiopie des Défenseurs des D.H. et des journalistes



Le Président

DIFFUSION D’INFORMATION DU 25 MARS 2O1O

La LDDH déplore le départ forcé d’Ethiopie des Défenseurs des D.H.
et des journalistes

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) déplore le départ forcé des Défenseurs des Droits de l’Homme de nos frères d’Ethiopie et en particulier les Journalistes. En cette période électorale le régime dictatorial veut se maintenir par la force et la terreur.

La Ligue Djiboutienne rappelle que le P.M. Meles est passible de Crimes de Guerre, Crimes contre l’Humanité, et de Crimes de Disparition forcée, tant en Ethiopie, qu’en Ogaden, qu’en Territoire Oromos et en République de Somalie.

NOEL ABDI Jean-Paul

_____________________________________

EAST AND HORN OF AFRICA HUMAN RIGHTS DEFENDERS NETWORK

Press Release
22nd March 2010


GENEVA: End attacks on human rights defenders in Ethiopia

The East and Horn of African Human Rights Defenders Project (EHAHRDP) called on the Ethiopian delegation present at UN Human Rights Council (UNHRC) in Geneva on Friday 19th March for the country’s Universal Periodic Review (UPR) process to end attacks on human rights defenders and to significantly amend new legislation that restrict the work of defenders.

In its intervention to the Council, EHAHRDP stressed the failure of the Ethiopian authorities to protect, promote and fulfill the rights of human rights defenders and sought to disavow claims made by the Ethiopian delegation during the first part of the UPR session in December 2009 that restrictive legislation passed in 2009 would not have an impact on the scope of defenders’ work.

Mr. Hassan Shire, Executive Director of EHAHRDP, started off by highlighting the impact that the Proclamation on Charities and Societies, by far the most restrictive of such laws in the region, is currently having on the ground: organisations choosing to register as Ethiopian charities in order to be able to continue their human rights work have had to significantly scale down both in terms of staff and scope of their activities and have had their bank accounts frozen.

“Reducing the capacity of human rights monitors at the national level at such a crucial time is concerning and risks to further undermine the fairness and freeness of this year’s elections”said Mr. Shire Sheikh in his intervention to the Council, referring to the forthcoming May 2010 elections, the first since the contested elections of 2005.

The intervention then went on to describe how the new Anti-Terrorism Proclamation with its very broad definition of what constitutes encouragement of terrorism, notably including writing and editing on terrorist acts, is also being used, both directly and indirectly, against defenders. One example of this was the campaign of intimidation in October/November 2009 against the Addis Neger, an independent weekly, by the government affiliated Addis Zemen that accused Addis Neger and its staff of terrorism. Mr. Shire highlighted the significance and impact of such a campaign: “Given the attack on the independent press following the 2005 election in which journalists were charged of anti-state actions, such intimidation can only have a chilling effect on the very small independent media sector”.

Mr. Shire went on to question the claims made by the Ethiopian delegations’ in December that there were no harassment of civil society in Ethiopia by describing how human rights organizations engaged in the drafting of the UPR stakeholders’ report last year had been publiclycriticisedby members of the Ministry of Foreign Affairs and Ministry of Justice when they presented their report to these same authorities.

The ever increasing number of defenders leaving the country, including most of the staff of Addis Neger which has shut down, was given as a final example of the extent of the repression facing defenders on the ground.

Mr. Shire therefore concluded his intervention by calling on the Ethiopian authorities “to respect and promote the rights of human rights defenders, notably by significantly amending, or repealing, the legislations mentioned above and by actively refraining from the harassment, arbitrarily arrest and detention, and intimidation of defenders”and called on the Ethiopian authorities to invite the relevant UN Special Rapporteurs to Ethiopia without undue delay.

For more information please do not hesitate to contact
Mr. Hassan Shire Sheikh, Executive Director of EHAHRDP
on + 256 772 753 753

or Ms Laetitia Bader, Human Rights Officer at EHAHRDP
on + 256 775 141 756

or advocacy@defenddefenders.org ( for French speakers).

EHAHRD-Net Index GEN 01/011/2010
Laetitia Bader
Human Rights Officer
East and Horn of Africa Human Rights Defenders Project
Human Rights House, Plot 1853 Lulume Rd., Nsambya
P.O. Box 70356 Kampala, Uganda
Tel: +256-312-265823
+256 – 414 510263
Fax: +256-312-265825

Website: http://www.defenddefenders.org

26/03/10 (B543-B) Le Journal de la Flibuste (2 articles en Français)

________________ 2 – Euro Investor avec Reuters

Les pirates somaliens ont encore étendu leur rayon d’action

Les pirates somaliens étendent désormais leur rayon d’action jusqu’aux côtes du Mozambique et de l’Inde, a déclaré jeudi le commandant des forces navales américaines en Europe et en Afrique.

"Le problème de la piraterie s’étend maintenant sur l’ensemble de l’océan Indien", a déclaré l’amiral Mark Fitzgerald lors d’une conférence devant l’institut international d’études stratégiques à Londres.

"Nous les avons vus clairement descendre vers le canal du Mozambique, nous avons recensé une capture là-bas, et nous en avons vu une cette semaine au large de l’Inde", a-t-il ajouté.

Les pirates somaliens ont capturé mardi un navire turc à un millier de milles nautiques à l’est de la côte nord somalienne, plus près de l’Inde que de la Somalie.

"La nature du bâtiment qu’ils utilisent comme bateau mère peut leur permettre d’étendre considérablement leur champ d’action", a ajouté l’officier.

"On ne peut pas placer des bâtiments partout et se contenter de regarder au hasard. Il nous faut donc des opérations qui s’appuient sur des renseignements pour répondre à ce genre de menaces", a-t-il dit.

(Jonathan Saul,
Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

________________ 1 – Mer et Marine avec AFP

Une frégate espagnole relâche six pirates somaliens faute de preuves

Six pirates interpellés mercredi par une frégate espagnole après une attaque ratée contre un cargo panaméen dans l’Océan indien ont dû être relâchés le soir même, faute de charges pesant contre eux, a indiqué jeudi le porte-parole de la force navale de l’UE Atalante.

L’équipage du cargo qui avait été attaqué, l’Almezaan, "a refusé de témoigner contre les pirates" et, "sans preuves suffisantes, il est impossible d’intenter des poursuites", a déclaré le capitaine John Harbour à l’AFP.

Les six pirates ont donc "été libérés et mis dans un esquif pour regagner la côte somalienne", a précisé le porte-parole.

Lorsque les pirates avaient attaqué le cargo en route pour Mogadiscio, ils avaient échangé des tirs avec les gardes privés embarqués à son bord, avant de s’enfuir.

La frégate espagnole Navarra, qui s’était aussitôt dirigée vers le lieu de l’incident, avait arraisonné les pirates naviguant à bord d’un bateau mère et de deux esquifs.

Les marins espagnols avaient découvert le corps d’un pirate à bord d’un des deux esquifs, tué, selon leurs constatations, d’un tir d’arme légère.

Le bateau mère avait été coulé et les six pirates survivants conduits à bord de la frégate espagnole.

L’UE a passé des accords avec des pays de la région (Kenya, Seychelles) pour que les pirates capturés puissent être jugés et détenus sur leurs territoires.

Le territoire autoproclamé du Somaliland (nord de la Somalie) a également déjà condamné des dizaines de pirates, arrêtés par ses garde-côtes ou livrés par des navires étrangers.

26/03/10 (B543-B) L’étau de l’Ethiopie (1 article en Français)

______________________ 1 – Afrique Hebdo

Ethiopie: Le gouvernement se livre à des actes d’intimidation contre les partisans de l’opposition et les média

Le gouvernement éthiopien est en train de mener une "attaque coordonnée et intensive contre les opposants politiques, les journalistes et les défenseurs des droits humains à l’approche des élections de mai 2010", a indiqué l’ONG américaine Human Rights Watch (HRW) dans un rapport publié mercredi.

Selon ce document intitulé "Cent façons de faire pression: les violations de la liberté d’expression et d’association en Ethiopie", le Front démocratique populaire révolutionnaire de l’Ethiopie (EPRDF au pouvoir) a depuis les élections de 2005, "utilisé son contrôle quasi-total sur les administrations locales et les districts pour restreindre les moyens financiers des opposants en bloquant leur accès à des services tels que les subventions agricoles, le microcrédit et les opportunités d’emploi".

Le rapport décrit également la manière dont diverses lois récemment entrées en vigueur restreignent gravement les activités de la société civile et des médias.

"Exprimer son désaccord avec le gouvernement est un acte très dangereux en Ethiopie", a déclaré Mme Georgette Gagnon, directrice de la division Afrique de HRW. "Le parti au pouvoir, a-t-elle ajouté, est en train de fusionner avec l’Etat même, et le gouvernement utilise tout son pouvoir pour éliminer l’opposition et contraindre les gens au silence par l’intimidation".

La répression du gouvernement a poussé de nombreux activistes de la société civile et journalistes à fuir le pays au cours des derniers mois. Le principal journal indépendant a cessé de paraître en décembre 2009 et le gouvernement a brouillé les émissions de la radio Voice of America (VOA) le mois dernier.

Les Ethiopiens ne peuvent ni s’exprimer librement, ni organiser des activités politiques, ni contester les politiques de leur gouvernement – que ce soit en participant à des manifestations pacifiques, en votant, ou en publiant leurs opinions – sans craindre des représailles, a fait remarquer le rapport de HRW.

L’Ethiopie est fortement dépendante de l’aide internationale, qui s’élève à environ un tiers de l’ensemble des dépenses du gouvernement. Les principaux bailleurs de fonds étrangers (la Banque Mondiale, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Union européenne) se sont montrés très timides dans leurs critiques vis-à-vis de la détérioration de la situation des droits humains en Ethiopie, selon Human Rights Watch.

Au cours de 15 semaines de recherches en Ethiopie, HRW a interrogé pour ce rapport plus de 200 personnes, parmi lesquelles des paysans, des enseignants, des fonctionnaires, des activistes, des représentants de l’opposition et du gouvernement, ainsi que des diplomates étrangers et des représentants d’organisations internationales d’aide au développement. Ces entretiens ont eu lieu dans la capitale, Addis-Abeba, et dans trois autres régions.

Depuis les élections locales d’avril 2008 qui ont abouti à la victoire de l’EPRDF avec 99,9 pc des voix, le parti au pouvoir a consolidé son contrôle sur les administrations dans les villages et districts, et dirigé le pays d’une main de fer.

L’ONG estime également que l’emprisonnement de figures de l’opposition, à l’image de Birtukan Mideksa depuis décembre 2008, constitue la partie visible d’un travail de sape de l’opposition par le parti au pouvoir.

Celui-ci se joue dans l’Ethiopie rurale, qui concentre 85 pc de la population. Nombre de témoins interrogés par HRW ont expliqué que l’obtention de semences, d’engrais ainsi que l’accès à la santé ou aux programmes de travail contre nourriture, sont conditionnés dans les campagnes à l’adhésion au parti au pouvoir.

"On dit aux gens que s’ils ne votent pas pour l’EPRDF, alors, pas d’engrais, pas d’hôpital", affirme HRW, citant un responsable de l’opposition.

Devant la percée de l’opposition en 2005, le parti au pouvoir a, selon HRW, renforcé son assise dans le pays à la faveur des élections locales de 2008 et d’une vaste campagne de recrutement, passant "de 760.000 membres en 2005 à plus de quatre millions, trois ans plus tard".

Human Rights Watch appelle le gouvernement éthiopien à prendre des mesures urgentes pour améliorer le contexte électoral en libérant immédiatement tous les prisonniers politiques, y compris Midekssa. Elle appelle également le gouvernement à donner l’ordre officiel à tous ses représentants et aux membres de l’EPRDF de mettre fin aux attaques et aux menaces contre les membres de l’opposition politique, la société civile et les médias et d’autoriser des efforts indépendants, y compris de la part d’observateurs électoraux internationaux, pour enquêter et rendre publics ces abus.

HRW exhorte tous les observateurs internationaux à prendre en compte la répression pré-électorale dans leur évaluation du caractère libre et équitable du scrutin.

"Les alliés étrangers de l’Ethiopie devraient rompre leur silence et condamner le climat de peur qui règne dans le pays", a insisté Mme Georgette Gagnon. "Les bailleurs de fonds devraient utiliser leurs moyens de pression financiers, qui sont considérables, pour exiger la fin du harcèlement de l’opposition et des lois qui oppriment les activistes et les médias", a-t-elle soutenu.

Les élections générales en Ethiopie auront lieu le 23 mai et la proclamation des résultats est prévue le 21 juin prochain.

Le budget consacré à ces élections, les quatrièmes du genre depuis la chute du régime socialiste, s’élève à 12 millions de dollars.

26/03/10 (B543-B) Nouvelles de Somalie (2 articles en Français)

______________________ 2 – Comores.web

KADDAFI NE DEVRAIT-IL PAS PLUTÔT ENVOYER SES FORCES EN SOMALIE OU AU DARFOUR AU LIEU DES COMORES

Aux Comores, le président Sambi semble créer une nouvelle guerre froide . Il a gelé les Accords militaires avec la France et s’est orienté ailleurs. En attendant l’arrivée des troupes vénézueliennes pour encadrer l’ armée comorienne et la sécurité rapprochée du Chef de l’Etat , le président Sambi a accueilli aujourd’hui , 25 mars ,cinquante militaires libyens , venus dit on pour entraîner les forces en charge de la sécurité présidentielle pour deux semaines selon des sources du cabinet militaire.

La question est délicate et agaçante d’autant plus que sur place se trouvent déjà des instructeurs iraniens qui assumennt la même mission .Initialement prévu pour vignt jours, le séjour des Iranien est déjà en fin du troisième mois. Comment peut on assurer la même formation à la même période par plusieurs pôles dont les pratiques ,la vision et l’orientation ne sont pas les mêmes?

Selon des sources concordantes proches du pouvoir, ces militaires resteront à Moroni, le temps de « sécuriser le pays » pendant l’absence du président Sambi, qui s’apprête à partir en Libye pour prendre part au 22ème Sommet de la Ligue Arabe qui se tient à Syrte à la fin de ce mois de mars.Sambi s’est orienté vers la Libye après un refus catégorique de la Tanzanie. L’initiative prise au Cabinet du Chef de l’Etat a été gardée dans la plus grande discrétion pour dit on ne pas heurter un refus de Kandaani remise en cause et marginalisée ,à chaque jour qu’on s’approche du 26 mai 2010 .

Les Comores sont elles en voie de devenir une deuxième bande d’Aouzou ou un autre archipel Abou Moussa et Tumbulkubra dans l’océan Indien pour attirer à la fois les Libyens et les Iraniens? Kaddafi ne devrait-il pas plutôt envoyer ses forces en Somalie ou au Darfour au lieu des Comores ou, le guide s’est tout simplement trompé d’adresse?

______________________ 1 – Le Matin (Ch) avec AFP

Détournement d’aide en Somalie: "aucune preuve" selon le PAM

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a récusé jeudi un rapport d’un groupe d’experts de l’ONU dénonçant des détournements de son aide alimentaire en Somalie, affirmant qu’il ne contenait "aucune preuve".

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a récusé jeudi un rapport d’un groupe d’experts de l’ONU dénonçant des détournements de son aide alimentaire en Somalie, affirmant qu’il ne contenait "aucune preuve".

"Ce rapport, que nous avons désormais lu, ne contient aucune preuve (soutenant) ces déclarations", a déclaré la directrice exécutive du PAM, Josette Sheeran, lors d’une table ronde avec la presse à Genève. "Nous n’avons reçu aucune preuve de détournements massifs à quelque niveau que ce soit".

"Ce sont des allégations, il n’y a dans le rapport aucun fait les soutenant", a de son côté déclaré une porte-parole du PAM, Emilia Casella, regrettant que les informations au conditionnel dans le rapport aient été tenues pour sûres.

Dans une lettre envoyée le 23 mars au groupe d’experts qui a écrit le rapport, dont l’AFP a obtenu une copie, le coordinateur de l’ONU en Somalie, Mark Bowden se dit également "préoccupé" par le manque de preuves dans le document.

"L’équipe pays des Nations unies est préoccupée par le fait que ces estimations de détournement ne sont apparemment fondées sur aucun document mais plutôt sur des ouï-dire et des perceptions communes", explique M. Bowden. Ce rapport "n’a pas été préparé avec le même niveau de consultation" que les précédents car "beaucoup de déclarations sur la section humanitaire ne sont pas suffisamment documentées".

Le document du Groupe de contrôle sur la Somalie (chargé de surveiller l’embargo sur les armes dans ce pays), dont l’AFP a eu en partie connaissance, explique que près de la moitié de l’aide alimentaire du PAM dans ce pays est détournée, dont 30% par des partenaires locaux et les personnels de l’agence.

L’agence onusienne avait mis en cause ce rapport dès la publication des premières informations, appelant le 11 mars à une "enquête indépendante" à laquelle elle s’est dit "prête à coopérer totalement".

"L’intégrité de notre organisation est d’une importance capitale, nous examinerons et enquêterons sur toutes les questions soulevées par ce rapport", avait alors affirmé Mme Sheeran.

"Tout enquête indépendante pour étudier cette question sera la bienvenue", a répété jeudi la responsable du PAM, reconnaissant que les activités en Somalie sont "risquées", d’autant que l’agence n’y est plus présente partout.

Josette Sheeran a insisté sur le fait que la Somalie était "sans aucun doute l’opération la plus dangereuse et la plus complexe" du PAM dans le monde.

L’agence, qui vient en aide à quelque 2,5 millions de personnes dans ce pays en guerre civile quasi-continue depuis 1991, avait annoncé début janvier la suspension de ses activités dans le centre-sud sous contrôle des insurgés islamistes shebab en raison de la multiplication des "attaques et menaces"

26/03/10 (B543-B) Yémen Express (2 articles)

______________________________ 2 – Le Figaro

La menace d’al-Qaida pèse toujours sur Riyad

Par Georges Malbrunot

Les sites pétroliers devaient être visés par des terroristes, qui viennent d’être arrêtés.

Malgré de réels succès contre al-Qaida, la menace terroriste pèse toujours sur l’Arabie saoudite. Cent treize individus soupçonnés d’être liés à la mouvance djihadiste ont été arrêtés. Cinquante et un d’entre eux sont yéménites et 47 saoudiens, selon le ministère de l’Intérieur.

Membres de deux cellules, ils planifiaient des attaques contre les installations pétrolières, à l’est du royaume. La plupart étaient entrés en Arabie saoudite, sous le prétexte de chercher du travail ou de visiter les lieux saints de La Mecque et de Médine, selon les autorités, qui n’ont pas précisé où ces interpellations ont eu lieu. Selon nos informations, les djihadistes ont été appréhendés dans la région de Djizan, frontalière d’avec le Yémen, où les branches saoudienne et yéménite d’al-Qaida ont fusionné en janvier 2009. Des armes ont été saisies, mais aussi des munitions, des ordinateurs et des cartes téléphoniques prépayées.

Si «la logistique est en Arabie, les membres des réseaux, eux, se cachent au Yémen, affirme un expert antiterroriste à Riyad, ils vont et viennent à travers la frontière montagneuse qui est très poreuse». L’Arabie saoudite redoute l’infiltration de terroristes à partir du territoire yéménite, où l’autorité de l’État ne s’exerce pas sur l’ensemble du pays. En août, un Saoudien, venu du Yémen, s’est fait exploser à proximité du prince Mohammed Ben Nayef, le patron de l’antiterrorisme saoudien, ne le blessant que très légèrement.

Deux mois plus tard, déguisés en femmes, deux autres Saoudiens ont été tués à un poste frontière avec le Yémen. Après cet attentat manqué, six de leurs complices furent appréhendés par les services de sécurité saoudiens. Leurs interrogatoires auraient permis le démantèlement des deux cellules, annoncé cette semaine.

«Réfugiés dans des grottes»

Après «les années de sang» 2003-2004, marquées par une succession d’attentats meurtriers contre des cibles saoudiennes ou étrangères, Riyad a réussi à «casser» l’infrastructure d’al-Qaida dans le royaume. Pourchassés, de nombreux djihadistes ont décidé de se réfugier en Irak ou au Yémen. Mais la naissance l’an dernier d’al-Qaida dans la péninsule arabique a ravivé les craintes saoudiennes.

«La menace ne vient plus de la frontière avec l’Irak qui est assez bien contrôlée, constate un diplomate, elle provient de la région de Djizan, où les terroristes se replient dans leurs grottes au Yémen, quand la traque devient trop chaude.» Si les services de sécurité ont progressé dans leur lutte contre al-Qaida, en face, les djihadistes ont, eux aussi, tiré les leçons du passé. «Leurs cellules sont, maintenant, cloisonnées», ajoute le diplomate.

Après avoir visé des civils en 2003-2004, al-Qaida a recentré ses cibles contre les installations pétrolières saoudiennes, obligeant les autorités à créer une force dédiée à leur protection, et dépendante du ministère de l’Intérieur. «Mais sur place, on ne la voit pas trop émerger», déplore un responsable pétrolier. D’autres entités ont, également, leur mot à dire (ministère de la Défense, garde nationale, privés…). Ce qui ouvre un espace aux terroristes.

L’avertissement de Ben Laden

Le chef d’al-Qaida a menacé de tuer tout Américain capturé par son réseau si Khaled Cheikh Mohammed, le cerveau des attentats du 11 Septembre, et ses compagnons sont exécutés, dans un message audio diffusé ce jeudi par la chaîne al-Jezira. «Le jour où les États-Unis prendront cette décision, ils auront pris la décision de faire exécuter tout Américain que nous ferons prisonnier», a averti Oussama Ben Laden dans une brève séquence diffusée par al-Jezira.

Khaled Cheikh Mohammed et quatre coaccusés doivent être jugés à une date indéterminée par un tribunal de droit commun ou une juridiction militaire d’exception.


______________________________ 1 – Le Figaro avec AFP

Yémen : un deuxième journaliste libéré

Le journaliste d’opposition Mohamed al-Maqaleh, détenu au secret pendant quatre mois, a été libéré aujourd’hui pour des "raisons humanitaires et de santé", a annoncé à l’AFP un responsable yéménite. La décision intervient au lendemain de la libération d’un patron de presse sudiste.

M. Maqaleh, détenu au secret pendant quatre mois par la sûreté de l’Etat après sa disparition dans une rue de Sanaa en septembre, était le rédacteur en chef d’un journal en ligne du parti socialiste yéménite (opposition). Selon une source médicale, le journaliste avait été admis mercredi dans un hôpital de Sanaa pour y recevoir des soins médicaux.

Le responsable yéménite n’a pas précisé si les poursuites judiciaires contre M. Maqaleh seraient maintenues ou non. Mercredi, le syndicat des journalistes yéménites avait appelé à la libération de leur confrère détenu pour ses écrits sur la guerre dans le nord du Yémen. Le journaliste a été "torturé" et son procès est "illégal et anticonstitutionnel", avait déploré le syndicat, appelant le président yéménite Ali Abdallah Saleh à intervenir pour le faire "libérer sans délai".

26/03/10 (B543-B) A lire sur LOI cette semaine …

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1282 – 27/03/2010
Djibouti
Un policier a ouvert le feu, le 21 mars, en plein centre de Tadjourah, sur un véhicule ayant des passagers à bord, qu’il soupçonnait d’être des étrangers en situation irrégulière se préparant à émigrer illégalement vers les pays arabes. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1282 – 27/03/2010
Les Afars se plaignent des vols de bétail à Djibouti
. Deux responsables afars du commerce de bétail, Oudo Mohamed Abdallah et Saleh Abdallah Ali, ont porté plainte, le 15 février, auprès du procureur de la République contre l’ancien préfet de Dikhil, Moussa Djama, et le lieutenant Abdillahi cantonné à Djibouti . (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1282 – 27/03/2010
La voiture controversée de l’Ugaas
Non content d’avoir porté plainte à Paris, le 23 février, contre le couple présidentiel djiboutien pour "extorsion (…) en bande organisée", "enlèvement et séquestration", "torture et actes de barbarie", "assassinat", l’homme d’affaires franco-djiboutien Abdourahman Mahamoud Boreh, qui vit en exil à Paris et Dubaï, a fait la nique au président Ismaïl Omar Guelleh (IOG) en une toute autre occasion. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1282 – 27/03/2010

Société de chemin de fer
Le conseil des ministres de Djibouti vient d’adopter un projet de loi créant la Société djiboutienne de chemin de fer. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1282 – 27/03/2010
Le nouveau commissaire européen au développement, Andris Piebalgs, se rendra du 7 au 9 mai à Addis-Abeba pour son premier voyage en Afrique dans le cadre de ses nouvelles fonctions. (…).