Articles

14/12/2015 (Brève 544) Communiqué de l’ADD, à l’occasion de l’anniversaire du massacre d’Arhiba, pour inviter toutes les Djiboutiennes et les Djiboutiens à se retrouver devant l’Ambassade de Djibouti à Paris, le vendredi 18 décembre de 15h30 à 17h30, en mémoire de toutes les victimes du régime et pour demander une enquête indépendante afin d’identifier les coupables de ces actes et les traduire devant les justices pénales pour qu’ils soient jugés

ASSOCIATION POUR LA DEMOCRATIE
ET LE DEVELOPPEMENT (ADD)
ADD-Djibouti@hotmail.fr
COMMEMORATION DU MASSACRE DU 18 DECEMBRE 1991
24ème anniversaire du massacre d’Arhiba à Djibouti

A la mémoire des victimes du 18/12/1991 et de toutes les victimes de la dictature, en solidarité avec les prisonniers politiques, L’ADD, organise  comme chaque année depuis 24 ans la commémoration du  massacre d’Arhiba (quartier Afar de Djibouti), perpétré le 18 décembre 1991 par l’Etat djiboutien, en représailles  à une défaite militaire face au FRUD.


Mercredi 18 décembre 1991 restera à jamais gravé dans la triste mémoire de la République de Djibouti, où les représentants en uniforme de l’Etat (Armée Nationale Djiboutienne, Force Nationale de Sécurité et Gendarmerie Nationale), ont mené une opération militaire contre  les civils du quartier populaire d’Arhiba, (habité par les Afar), les exclus du champ de l’Etat; en représailles  à une défaite des troupes gouvernementales dans le Nord du pays, face au Front pour la Restauration de l’Unité et la Démocratie.

Bilan connu : 59 personnes tuées et 88 blessées.

Il ne s’agit ni d’une bavure, ni d’un dérapage, ni d’un acte isolé de vengeance, mais d’une décision politique délibérée et assumée par les plus hautes autorités de l’Etat.

Depuis 24 ans, non seulement ce crime d’Etat qui a toutes les caractéristiques d’un crime de guerre, est resté impuni (les auteurs du forfait courent toujours), mais il n’y a eu même pas un début de reconnaissance.

Bien au contraire, cette année encore, cette commémoration se déroule dans un contexte marqué par l’escalade de la répression contre des civils, proches parents des membres du FRUD, des démocrates, des manifestants jeunes, des femmes et des défenseurs des droits Humains.

Aussi nous réclamons
 :

  • l’ouverture d’une enquête internationale sur le massacre d’Arhiba ;
  • la libération des prisonniers politiques ;
  • la reconnaissance officielle de massacre d’Arhiba et de tous les autres crimes commis par l’Etat djiboutien.

Nous dénonçons :

  • les violations permanentes des Droits Humains en République de Djibouti ;
  • les viols des femmes  ainsi que les tortures systématiques infligées aux personnes arrêtées arbitrairement ;

L’ADD vous convie< à participer au rassemblement public qui aura lieu vendredi  18 décembre 2015
de 15h30 à 17h30 
Devant l’Ambassade de Djibouti : 26 rue Emile Menier- Paris 16ème Métro Porte Dauphine

Avec le soutien de : L’Amicale Panafricaine, L’Association pour le Respect des Droits de l’Homme à Djibouti (ARDHD), l’Association Françaises de Solidarité avec les peuples d’Afrique (AFASPA), Le Comité des Femmes Djiboutiennes contre les Viols et l’Impunité (COFEDVI), La Maison Ouverte, L’Association des Femmes Djiboutiennes en France (l’AFDF),

Pour l’A.D.D
Ahmed Kassim Issé

02/04/10 (B544) Le Journal de la Flibuste (6 articles en Français)

___________________________ 6 – Radio Netherland (Hollande)

Somalie: la marine néerlandaise désarme 17 pirates

La marine néerlandaise a désarmé 17 pirates présumés, sept dimanche et dix lundi, au large des côtes somaliennes et à proximité des Seychelles, a annoncé lundi le ministère de la Défense.

"Il y en a d’abord eu sept dimanche soir et puis dix lundi vers midi, donc au total, 17 pirates ont été désarmés par la frégate Tromp", a indiqué à l’AFP Robin Middel, un porte-parole du ministère néerlandais de la Défense.

"Aussi bien dimanche que lundi, les pirates ont jeté volontairement leurs armes par dessus bord lorsque la frégate Tromp a voulu les arrêter", a expliqué M. Middel. "C’est pourquoi personne ne sait quelles armes ils avaient", a-t-il souligné.

Les pirates présumés ont été rassemblés sur deux de leurs bateaux et remis en liberté "car rien ne peut être prouvé contre eux", a précisé la même source, ajoutant que trois autres embarcations avaient été détruites.

"Avant de remettre les pirates en liberté pour qu’ils rejoignent la Somalie, l’équipage de la frégate a fouillé les bateaux pour s’assurer qu’il ne restait plus d’armes à bord", a indiqué le porte-parole.

Le ministère de la Défense avait annoncé dimanche le désarmement par la marine néerlandaise de douze autres pirates présumés à la suite d’une attaque avortée contre la frégate Tromp que ces derniers avaient pris pour un navire marchand.

La marine néerlandaise, qui agit dans le cadre de la mission européenne Atalante contre la piraterie au large des côtes somaliennes, "a désarmé 61 pirates depuis la mi-mars", selon la même source.

___________________________ 5 – Le Figaro avec AFP

Somalie: 9 pirates présumés arrêtés

Une frégate turque a intercepté un canot dans le golfe d’Aden et arrêté neuf pirates présumés somaliens, a annoncé jeudi l’armée turque.La frégate Gelibolu, qui opère avec les forces de l’Otan dans la région, a repéré l’embarcation mercredi, alors qu’elle se trouvait dans le couloir de navigation conseillé aux cargos pour éviter les attaques.

Les neuf occupants du canot ont été arrêtés et du matériel pouvant servir à des actes de piraterie a été saisi, a précisé l’armée turque sur son site internet, qui montre une photo des suspects, les mains en l’air.

Depuis janvier, les pirates somaliens ont attaqué 32 navires, dont sept ont été détournés, a indiqué jeudi le Bureau maritime international.
Huit navires sont actuellement détenus par les pirates, selon la même source.

___________________________ 4 – Nouvel Obs

L’armée américaine arrête cinq pirates près des Seychelles

La marine américaine a annoncé avoir capturé cinq pirates qui avaient ouvert le feu contre elle. La frégate USS Nicholas a coulé leur embarcation et confisqué leur bateau principal après avoir essuyé des coups de feu jeudi matin à l’ouest des Seychelles.

Les cinq pirates interpellés resteront emprisonnés à bord de la frégate pour l’instant, a préicsé le lieutenant Patrick Foughty.

Plusieurs marines internationales naviguent dans les eaux au large de la Somalie et de l’Afrique de l’Est pour lutter contre les actes de piraterie en pleine expansion.

___________________________ 3 – Le Monde

Le "business model" des pirates somaliens, par Yves Mamou

Les Frères de la côte somaliens sont aussi bien organisés que les raiders de Wall Street. Si l’on en croit le rapport du Groupe de contrôle sur la Somalie qui a été remis le 10 mars au Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies, la répartition des rançons entre les pirates fait l’objet d’un authentique "business model".

Tout d’abord, n’est pas pirate qui veut. Ne participe à un abordage contre un tanker ou l’un de ces porte-conteneurs qui croisent au large de la corne de l’Afrique que les personnes disposant d’un certain capital, en l’occurrence une arme à feu. Chaque propriétaire d’une Kalachnikov ou d’un pistolet se voit octroyer une "action de classe A", laquelle, comme à la Bourse, ouvre droit à un pourcentage de la rançon future. Un lance-roquettes ou une mitrailleuse rend éligible à une deuxième action de classe A. L’audacieux qui prend pied le premier sur le navire attaqué se voit généralement gratifié d’une action A supplémentaire. La concurrence est rude !

Cette équipe d’abordage se compose de 8 à 12 actionnaires et doit se préparer à passer un certain temps en mer à guetter les proies qui voguent aujourd’hui très au large. Les vedettes rapides (deux au moins), le carburant, la nourriture… sont financés par des investisseurs, qui peuvent être des personnes restées à terre ou même des pirates participant à l’action et devenus riches au cours d’opérations antérieures.

30 % du butin plus les frais

Cette équipe d’abordage est complétée par une seconde équipe au sol. Ces miliciens (12 personnes au moins) ne deviennent opérationnels qu’une fois la proie arraisonnée et conduite au port. Ils montent à bord et ont pour fonction d’assurer la sécurité du navire et de l’équipage pris en otage. Il ne faudrait pas que des flibustiers sans vergogne viennent dépouiller les pirates du fruit de leurs efforts. La confiance entre les deux équipes est souvent tissée par des relations familiales.

L’équipe terrestre prenant moins de risques que l’équipe en mer, elle est rémunérée avec des actions de classe B. Ces titres de propriété sur la rançon future ne donnent pas droit à un pourcentage, mais à une rémunération fixe.

Les frais de bouche des miliciens au sol et de leurs otages (nourriture, boisson) mais aussi le blanchissage, certains déplacements… sont avancés par les investisseurs du raid.

Quand la rançon finit par être réglée par les armateurs – les valises de billets finissent toujours par arriver -, la clé de répartition est alors la suivante : les investisseurs qui ont financé le raid touchent 30 % du butin plus le remboursement des frais. Les "anciens" qui, au sol, fournissent un ancrage au navire détourné touchent entre 5 % et 10 % de la rançon. Les porteurs d’action B empochent en moyenne 15 000 dollars. Tout le reste est enfin réparti entre les porteurs d’actions A. Nombre de ces raiders sont aujourd’hui multimillionnaires.

Yves Mamou

________________________________ 2 – EuroInvestor avec Reuters

Un bateau de commerce indien détourné au large de Mogadiscio

Des pirates somaliens ont pris le contrôle d’un petit bateau de commerce indien, le Al Barari, alors qu’il quittait le port de Mogadiscio, mais un autre navire, également attaqué, a réussi à prendre le large, ont rapporté mercredi des négociants et des responsables.

Le week-end dernier, des pirates somaliens avaient pris le contrôle de sept autres petits bateaux indiens, avec au total 100 membres d’équipage à leur bord. L’Inde a indiqué mardi qu’elle s’employait à retrouver trace de ces navires et leurs équipages.

(Ibrahim Mohamed et Abdi Gouled;
Eric Faye pour le service français)

________________________________ 1 – Le Figaro avec AFP

Somalie: bond des actes de piraterie

Les actes de piraterie au large de la Somalie ont fait un bond en mars, les pirates profitant de la fin de la mousson et de conditions climatiques plus clémentes pour revenir dans l’océan Indien et le golfe d’Aden, a indiqué mercredi la mission navale européenne Navfor. La force est entrée en contact avec 18 bandes de pirates pendant le seul mois de mars, soit le double par rapport aux mois de septembre, octobre et novembre cumulés, a précisé la Navfor.

Neuf enlèvements ont eu lieu, 17 attaques ont été avortées, 22 embarcations détruites et 131 pirates arrêtés, toujours lors du seul mois de mars, a-t-elle ajouté. Huit navires et 157 otages sont actuellement aux mains de pirates, a indiqué le commandant Andreas Kutsch, s’exprimant depuis les quartiers opérationnels de la force, situés à Northwood, dans la banlieue de Londres.

La Navfor conduit depuis décembre 2008 l’Opération Atalanta qui pour mission principale d’escorter les navires marchands transportant l’aide humanitaire du Programme alimentaire mondial, et de protéger les navires contre les actes de piraterie, dans le golfe d’Aden et dans l’océan Indien.

02/04/10 (B544) Nouvelles de Somalie (2 articles en Français et en Anglais)

_________________________ 2 – All Africa (En Anglais)

Somalia: Tension High in Somalia as 22 Are Killed // Forte tension en Somalie : des affrontements font plus de 22 morts dans le centre du pays

Abdulkadir Khalif

Clan elders and other peace advocates are trying to defuse tension at settlements in Mudug region in Central Somalia after a war broke out between two militias at Amara and Ba’adweyn villages, 660 km north of Mogadishu.

The clashes that took place early Wednesday and continued for most of the day left 22 persons dead and many more wounded.

Although most of the casualties were combatants from the clan militias, four unarmed civilians have also been affected, according to area residents.

The dispute originates from territorial and resource control in semi-arid area. Villagers and pastoralists told The Nation that the confrontations have so far left over 100 dead, scores of injuries and displaced many villagers and nomads.

Meanwhile, fighters and loyalists of al Shabaab, the radical Islamist movement opposing the TFG, continued destroying religious shrines and tombs containing remains of Sheiks in Mogadishu.

In a campaign that has entered in its second week, Al-Shabaab militants have destroyed over two dozen tombs in central and northern suburbs of Mogadishu.

According to Sheikh Ali Mohamed Hussein, al Shabaab’s boss in Mogadishu, the destruction of shrines will continue.

Moderate Islamists in the Somali capital staged a demonstration against al Shabaab, vowing to fight the radical group.

_________________________ 1 – Millka blog

Les Gouvernements de l’UE donnent le feu vert pour la mission de formation des forces somaliennes qui commencera le 7 avril.

Gouvernements de l’Union européenne a annoncé mercredi avoir reçu le feu vert à une mission militaire pour commencer le 7 avril pour former les forces somaliens qui combattent une insurrection islamiste. La mission sera dirigée par l’Espagne et concerner environ 100 soldats ainsi que plusieurs dizaines de personnel supplémentaire.

L’Allemagne a dit qu’il serait une contribution de 20 soldats pour la mission, qui auront lieu principalement en Ouganda, où des forces somaliennes sont déjà formés. La France a également engagé des troupes et la Grande-Bretagne est prévu d’y participer.

L’objectif de la mission est de renforcer l’Ouest-backed gouvernement de transition en Somalie.

Mais certains Etats membres de l’UE ont exprimé leur préoccupation que la formation de ses troupes et leur fournissant des armes à feu peut causer plus de problèmes qu’elle n’en résout, sans engagements à long terme au lieu de les payer et leur apporter un soutien institutionnel.

La Somalie n’a pas de gouvernement central depuis 1991. Les gouvernements étrangers ont intensifié leurs efforts pour stabiliser le pays au cours des trois ou quatre dernières années, depuis qu’elle est devenue une source majeure de piratage, avec des dizaines de navires et des équipages pris en otage contre rançon.

Depuis le début de l’année 2007, le conflit en Somalie a tué 20.000 civils et déraciné plus de 1,5 million de leurs foyers. Le gouvernement se limite à quelques rues de la capitale des petites et exerce peu d’influence sur l’État.

Une force de l’Union africaine est sur le terrain de protéger les institutions clés du gouvernement, mais la Somalie a besoin d’un plus grand contingent de son propre pouvoir, les troupes fiables.

La mission de l’UE devrait former environ 2.000 soldats somaliens et à compléter d’autres missions, portant le total des mieux formés soldats somaliens à environ 6.000.

L’UE a déclaré dans un communiqué sa mission serait menée en coordination avec le gouvernement somalien de transition, l’Union africaine, les Nations Unies et les États-Unis.

02/04/10 (B544) Yémen Express (1 article en Français)

_____________________________ 1 – Le Point avec AFP

Sud-Yémen: explosion dans une prison, une trentaine de détenus s’évadent

Une trentaine de sympathisants du mouvement sudiste se sont évadés jeudi après l’explosion d’une bombe dans une prison du sud du Yémen, a annoncé la police.

Une trentaine de sympathisants du mouvement sudiste, arrêtés jeudi lors d’une manifestation, se sont évadés peu après d’une prison de Daleh, dans le sud du Yémen, après l’explosion d’une bombe, a annoncé la police.

Par ailleurs, un civil a été tué par la police lors de la dispersion de la manifestation dans la ville voisine de Radfan, selon le mouvement sudiste.

Une bagarre a éclaté dans le poste de police attenant à la prison de la ville de Daleh (280 km au sud de Sanaa) entre des policiers et des sympathisants du mouvement sudiste qui venaient d’être arrêtés à Radfan pour avoir participé à la manifestation, selon la police.

Deux policiers et trois manifestants ont été blessés, selon la même source qui a affirmé que la bombe avait été lancée par les sudistes arrêtés.

Interrogés par l’AFP, des responsables du mouvement sudiste ont affirmé en revanche que l’engin explosif avait été lancé par les policiers.

Une trentaine de sympathisants du mouvement sudiste qui venaient d’être arrêtés ont profité de la cohue pour s’évader de la prison, a ajouté la police.

A Radfan, un civil a été tué et cinq autres ont été blessés par les tirs de la police qui tentait de disperser la manifestation, selon des responsables du mouvement sudiste.

Les manifestants, dont certains étaient armés, brandissaient des drapeaux de l’ex-Yémen du sud, ont indiqué des témoins.

Des manifestations sont organisées tous les jeudi dans les différentes villes du Sud à l’appel du Mouvement sudiste, coalition de plusieurs groupes dont certains appellent au fédéralisme et d’autres à la sécession.

Un militant du Mouvement sudiste avait été tué le 18 mars lors de tirs de la police qui avait dispersé une manifestation à Daleh.

Vingt-huit personnes ont été blessées une semaine plus tard lorsque la police a ouvert le feu sur les personnes participant à ses obsèques, selon le Mouvement sudiste.

Le Sud-Yémen, qui était un Etat indépendant jusqu’en 1990, est le théâtre d’actes de violences sur fond de mécontentement populaire, les habitants s’estimant l’objet de discriminations et disant ne pas bénéficier d’une aide économique suffisante.

01/04/10 (B544) Invité à l’Ambassade du Sénégal à Londres, pour la célébration des 50 ans de l’indépendance du pays, le Sergent Ariko tient à faire savoir qu’il représentera l’ensemble de l’opposition à IOG lors de la cérémonie et de la réception.

Je tiens à faire savoir à tous les Djiboutiens que je suis invité par l’Ambassadeur du Sénégal à Londres, ce dimanche 4 avril, pour participer à la commémoration du 50ème anniversaire de l’independance nationale de ce pays.

Je tiens ausi à faire savoir que je representerai l’opposition djiboutienne lors de cette reception qui aura lieu dans un grand hôtel de Londres.

Je tiens à remercier son excellence
Abdou SOURANG, Ambassadeur du Sénégal auprès du Royaume uni, pour son invitation que je considére comme un geste d’amitié envers toute la communaute djiboutienne et une marque d’attachement pour notre pays.

je tiens a rendre un grand hommage a son excellence maitre abdoulaye wade presdeint du senegal.

Sergent Ariko
Londres

31/03/10 (B544) Point de vue (Lecteur) De la constitution de Djibouti

Si j’avais à soutenir le devoir de changer la constitution à Djibouti, voici ce que je dirais :

Les peuples autochtones de Bouh et de Houmed, ayant chassé les minorités du pays, ils ont dû faire appel à un enfant de Dire Dawa, pour sévir et se servir des maigres ressources de notre terre.

La paix serait impossible, si l’on ne confiait la gestion du pays à un policier qui sait manier le bâillon et la baïonnette.

Celui dont il s’agit est corpulent depuis les pieds jusqu’à la tête ; et il a les bras si grassouillets qu’il est presque impossible de lui arracher le fauteuil de président démocratiquement.

On ne peut se mettre dans l’esprit que Dieu, qui est un être très sage, ait mis une âme, surtout méchante et corrompue, dans un corps tout replet

Il est si naturel de penser que c’est l’opulence et la cupidité qui constituent l’essence de l’humanité, que les dirigeants d’Afrique, qui sont les plus nantis, privent toujours les pauvres de sortir de leurs prisons grâce à des juges monnayables et corvéables à merci.

On peut juger du degré d’intelligence par la grosseur du ventre, qui, chez les Rois d’Éthiopie, les meilleurs despotes éclairés du monde, étaient d’une si grande conséquence, qu’ils faisaient mourir tous les hommes, les femmes et les enfants chétifs qui leur demandaient un peu d’eau et de pain sec.

Une preuve que les autochtones de Djibouti n’ont pas le sens commun, c’est qu’ils font plus de cas d’un sac de khat que de riz, qui, chez les nations policées, est d’une si grande conséquence.

Il est impossible que nous, puissances occidentales installées à Djibouti, supposions que ces gens-là méritent des élections libres et une bonne gouvernance ; parce que, si nous le supposions vraiment, alors on commencerait à croire que nous ne sommes pas nous-mêmes démocrates.

De petits esprits de l’opposition exagèrent trop l’injustice que l’on fait aux Djiboutiens. Car, si elle était telle, qu’ils le disent, ne serait-il pas venu dans la tête de leur prince classé 5 e fortune d’Afrique, qui fait tant d’actes généreux et philanthropiques pour ses voisins (Somalie, Ougass d’Éthiopie…), de faire un petit geste en faveur de la miséricorde et de la pitié des siens ?

Mentadieu, Du danger des lois, Livre X, chapitre CL.

31/03/10 (B544) Le journal de la Flibuste (9 articles en Français)

__________________ 9 – Romandie News (Ch) avec AFP

Lutte contre les pirates somaliens: le Topaz de retour aux Seychelles

Un navire des gardes-côtes des Seychelles, avec à son bord 26 ex-otages, est arrivé mercredi matin à Victoria, après trois jours d’opération dans l’océan Indien contre les pirates somaliens, a-t-on appris de sources concordantes.

Le Topaz a accosté dans la matinée sur les quais du port de Victoria, où il a été accueilli par de nombreux officiels, mais également des proches et amis des pêcheurs libérés, ont indiqué à l’AFP des témoins, et le service de presse de la présidence.

Lundi, le Topaz avait mené une audacieuse opération contre des pirates somaliens pour libérer six otages seychellois, des pêcheurs capturés la semaine dernière au sud-est de l’archipel puis transférés peu après sur un boutre iranien avec un équipage de 21 Iraniens déjà prisonniers.

L’un des marins Iraniens, blessé au bras par balle, a depuis été hospitalisé à Victoria.

Neuf pirates somaliens, faits prisonniers lors de l’opération, étaient à bord du Topaz ce mercredi à son arrivée à Victoria, et seront déférés devant la justice seychelloise.

Le Topaz avait ouvert le feu sur le boutre, incendiant son moteur, avant de récupérer sains et saufs tous ses occupants, otages et pirates, qui avaient sauté à l’eau.

"Quand le Topaz est arrivé, ils (les gardes-côtes) ont essayé de négocier avec les pirates par la radio, mais ceux-ci ont refusé", a raconté mercredi à la presse l’un des six otages libérés, Joël Julienne.

"Ils ont nous alignés sur le pont du bateau, les mains en l’air et le fusil sur la tempe. Les tirs ont alors éclaté entre le Topaz et les pirates. Quand le boutre a pris feu, nous nous sommes tous jetés à l’eau", a poursuivi M. Julienne, qui a "remercié les gardes-côtes et le gouvernement de nous avoir sauvés".

De retour vers les Seychelles, le navire des gardes-côtes a été attaqué mardi par trois embarcations pirates, un bateau-mère et deux esquifs. Le Topaz a riposté, coulant un esquif et incendiant le bateau-mère.

Ces douze derniers mois, les pirates somaliens ont délaissé le golfe d’Aden, patrouillé par de nombreux bâtiments de guerre étrangers, pour lancer des attaques très loin de leurs côtes, notamment à proximité des Seychelles.

Les Seychelles, dont l’économie repose essentiellement sur le tourisme et la pêche industrielle au thon, ont enregistré plusieurs captures de leurs navires depuis 2008 et ont depuis pris des mesures de lutte antipiraterie, avec le soutien de la communauté internationale.

Le parlement seychellois a ainsi adopté mi-mars un arsenal juridique spécifique à la piraterie, qui permet à la justice locale de juger des suspects appréhendés en dehors du territoire de l’archipel.

__________________ 8 – Les Afriques

Somalie : Six pirates remis aux autorités par la marine française

Six pirates présumés ont été remis aux autorités locales de la région du Puntland, en Somalie, par la marine française en patrouille sur les côtes du pays.

Selon le ministre de la Sécurité régionale, Yusus Ahmed Khayr, ces hommes, qui ont été remis à la force opérationnelle de lutte contre la piraterie, seront jugés dans des tribunaux locaux.

Les autorités du Puntland et la marine française sont signataires d’un accord de transfert de pirates capturés.

Plusieurs dizaines d’hommes ont été remis dans le passé par des patrouilles marines françaises et autres qui activent dans la région de la Corne de l’Afrique.

__________________ 7 – Le Figaro avec AFP

Piraterie: environ 100 Indiens capturés

Jusqu’à 100 marins indiens ont été capturés par des pirates somaliens qui ont intercepté "de sept à huit" navires, a annoncé un groupe industriel indien du secteur maritime.

"Nous avons eu une information samedi après-midi selon laquelle sept ou huit navires enregistrés chez nous ont été détournés par des pirates somaliens", a déclaré Kasam Ali, le président d’une entreprise de navires marchands, Kutch Vahanvati Association, située dans l’Etat du Gujarat, dans l’ouest de l’Inde.

"De 80 à 100 (marins) qui étaient sur ces bateaux sont portés manquants", a-t-il ajouté.

__________________ 6 – Le Figaro avec AFP

L’Inde face à la piraterie en Somalie

L’Inde enquête sur plusieurs détournements de bateaux au large des côtes somaliennes après des informations de presse selon lesquelles huit navires avec 120 membres d’équipage indiens ont été capturés, a-t-on appris mardi auprès de la marine.

La marine indienne a été alertée lundi par le capitaine d’un bateau de pêche, récemment relâché par des pirates, qui a déclaré aux autorités que plusieurs autres navires avaient été capturés, a déclaré à l’AFP un porte-parole de la marine, P.B.S. Satish.

"Nous avons reçu cette information du MV Arzoo, qui avait été réquisitionné par des pirates", a-t-il précisé. Ce navire avait été intercepté entre le 18 et le 20 mars avant d’être relâché près des Seychelles.

Une source militaire sous couvert d’anonymat avait précédemment déclaré à l’AFP que "plusieurs bateaux ont été capturés mais nous ne savons pas combien ni quand".

__________________ 5 – Jeune Afrique avec AFP

Des pirates libèrent "sans rançon" un bateau yéménite

Des pirates somaliens ont libéré "sans rançon" un navire de transport yéménite capturé il y a dix jours, a annoncé à l’AFP un responsable du gouvernement de la région semi-autonome du Puntland, dans le nord-est de la Somalie.

Le ministre adjoint des affaires étrangères Ali Abdi Aware a affirmé qu’aucune rançon n’avait été payée en échange de la libération du MV Arena qui a eu lieu tard mardi soir.

"Le bateau a été libéré après une semaine de négociations avec les pirates et ils ont accepté de le laisser partir sans recevoir de rançon", a expliqué M. Aware, ajoutant que les "pirates ont débarqué du navire la nuit dernière".

L’équipage, composé de deux Tanzaniens, trois Somaliens et trois Yéménites, a également été libérés.

Le MV Arena transportait du matériel de construction entre le port yéménite de Mukalla et l’île yéménite de Socotra, à l’embouchure du golfe d’Aden.

Les attaques de pirates se poursuivent dans le golfe d’Aden malgré la présence de forces navales internationales censées protéger l’une des principales routes maritimes du commerce mondial.

Le 15 novembre, les pirates ont fait main basse dans l’océan Indien sur leur plus grosse prise à ce jour, un superpétrolier saoudien, le Sirius Star, pour lequel ils demandent une rançon de 25 millions de dollars.

_____________________________ 4 – Romandie News avec AFP

Opération seychelloise contre pirates somaliens: 27 otages libérés

Un navire des gardes-côtes des Seychelles a mené lundi une opération contre des pirates somaliens dans l’océan Indien, ouvrant le feu sur leur embarcation et libérant 27 otages itaniens et seychellois, a annoncé à l’AFP le ministre des Transports de l’archipel, Joël Morgan.

Six pêcheurs seychellois avaient été capturés la semaine dernière par des pirates somaliens au sud-est de l’archipel, puis transférés peu après sur un boutre iranien déjà aux mains des pirates, avec un équipage de 21 Iraniens, a rappelé M. Morgan.

"Nous avons eu la confirmation de ces informations hier (dimanche) vers 09H00 (05H00 GMT). Nous avons alors mis en place une mission de secours", a expliqué le ministre, également en charge de la lutte contre la piraterie dans l’archipel.

L’unique navire des gardes-côtes de Seychelles, le Topaz, s’est rendu à la rencontre de l’embarcation des pirates, à environ 255 milles nautiques au nord-est de Mahé, alors que ceux-ci se dirigeaient vers la Somalie.

Les pirates, qui sont au moins neuf, ont ignoré des appels radio des gardes-côtes puis des tirs de semonce, selon M. Morgan.

"Nous avons pris la décision d’ouvrir le feu sur le compartiment moteur, près de 10.000 cartouches de 12,7 mm ont été tirées (…), nous avons continué l’opération jusqu’à obtenir ce que nous voulions, mettre le feu au moteur", a-t-il ajouté.

Toutes les personnes à bord ont alors sauté à l’eau, et personne n’a été blessé, a affirmé le ministre: "nous avons récupéré les six Seychellois, les 21 Iraniens sont également en train d’être secourus, et les Somaliens le seront aussi".

_____________________________ 3 – Le Figaro avec AFP

Somalie: un cargo détourné

Un cargo battant pavillon du Panama, l’Iceberg 1, avec 24 membres d’équipage, a été capturé par des pirates à 10 milles nautiques du port d’Aden, a-t-on appris auprès des forces navales de l’Otan et de l’UE.

"Les propriétaires de l’Iceberg 1 ont fait savoir qu’il avait été pris par des pirates avec ses 24 marins à 10 milles nautiques du port d’Aden", a annoncé sur son site internet le centre de navigation de l’Otan basé à Northwood, au Royaume-Uni.

"Les pirates le conduisent maintenant vers la côte somalienne", a-t-il ajouté.

_____________________________ 2 – JDD

Madrid dément la capture du bateau espagnol

"Il n’y a aucun incident de navires portés disparus et aucun des propriétaires de bateaux que nous avons contactés n’ont entendu parler d’une capture de bateau", a déclaré un porte-parole du gouvernement espagnol.

L’opération Atalante, la mission de l’Union européenne contre la piraterie, n’a pas non plus eu vent d’une tentative de détournement de bateau. Des pirates somaliens avaient annoncé ce dimanche avoir capturé un bateau de pêche espagnol dans l’océan Indien.

_____________________________ 1 – Radio Chine avec XINHUA

La marine néerlandaise désarme 12 pirates somaliens

La frégate HNLMS Tromp de la marine néerlandaise a désarmé 12 pirates au large des côtes de la Somalie et les a ensuite libérés, a annoncé dimanche le ministère néerlandais de la Défense.

Dans une déclaration, le ministère a précisé que des pirates avaient été découverts par un avion de patrouille de la marine allemande au large des côtes somaliennes vers 14h00, heure locale, et que la frégate néerlandaise avait été envoyée sur place dans le cadre d’une mission anti-piraterie de l’Union européenne (UE).

Deux esquifs des pirates se sont dirigés vers la frégate néerlandaise, laquelle a réussi à les immobiliser en tirant des coups de semonce.

La marine néerlandaise a ensuite détruit les deux esquifs et placé les pirates dans un autre canot avec des approvisionnements en eau, alimentation et carburant.

Plus tôt ce mois-ci, 32 pirates ont été capturés par la frégate lors de patrouilles dans les eaux somaliennes menées dans le cadre de la mission européenne.

31/03/10 (B544) Un correspondant nous signale un article paru en Somali dans l’un des plus importants journaux du Somaliland qui dénonce la politique d’IOG et ses projets d’annexion des côtes de Zeila .. (En Français et en Somali)

Un récent article en Somali de Jamhuuriya, l’un des plus important journal du Somaliland dénonce la nouvelle politique d’IOG afin d’annexer les côtes de Zeila, et la question est posée au Anglais (au cas où la France soutiendrait l’expansionniste IOG).

Le Ministre de la, pêche à Hargheisa n’a ni confirmer ni infirmer ce vieux rêve d’IOG d’annexion des côtes Somaliennes de Loyada en passant par Zeila jusqu’à Lughaya.

Comme dirait le Général Zakaria originaire de Lughaya non loin de Berbara, "il nous faut une véranda maritime plus vaste pour les Issas.
15km de côtes pour les Issas ce n’est pas suffisant"

En fait ce littoral est riche car très proche des gisements Offshore qui regorge de pétrole et qui sont acteulellement entre les mains de la multinationale Total et non de Shell.

Il sembelrait que le Général Zakaria est actuellement politiquement malade hors du Territoire.

La RTD au retour d’IOG de Libye pour démentir ces rumeurs à diffuser une vieille photo d’archive où figurait le Général ZAK.

L’un de vos correspondants.

___________________________________________

Dawladda Jabuuti oo ku Hawlan Qorshe ay Doonayso Inay kula Wareegto Gacan-ku-haynta Xeebaha Galbeed ee Somaliland Xukuumadda Somaliland iyo dawladda Ingiriisku maxay ka yidhaahdeen qorshaha Jabuuti ku damacsan tahay inay kula wareegto badda degaanka Saylac?

London (Jam)- Dawladda Jamhuuriyadda Jabuuti oo la sheegay inay si weyn ugu mashquulsan tahay qorsheyaal dhul-ballaadhsi oo ku doonayso in ay kula wareegto qaybo ka mid ah badda Somaliland, gaar ahaan xeebaha degaanka Saylac, ayaa la xaqiijiyey inay dhowaan qoraal arrintaas ku saabsan oo ay ku sheeganayso xeebaha galbeed ee Somaliland si qarsoodi ah ugu gudbisay Qaramada Midoobay.

Ma jiro war si rasmi ah daboolka uga qaadaya jiritaanka qoraalka dawladda Jabuuti ku sheeganayso badda Somaliland, balse sida ilo-wareedyo xogogaal ah u xaqiijiyeen toddobaadlaha Jamhuuriya Times ee ka soo baxa dalka Ingiriiska, waxa arrintani qayb ka ahayd heshiis qarsoodi ahaa oo dawladda Sheekh Shariif qaybo ka mid ah badaha Soomaaliya ugu wareejisay dalka Kenya, sidoo kalena Jabuuti ugu qoondeeyey biyaha xeebaha galbeedka Somaliland.

Qoraalka qarsoodiga ah ee Jabuuti ku sheeganayso qaybo ka mid ah badda Somaliland oo sida sheegay dhowaan loo gudbiyey Qaramada Midoobay, waxa markii ugu horreysay si cad loogu soo hadal-qaaday shir ay Sabtidii toddobaadkan magaalada London ku yeesheen masuuliyiin ka tirsan dawladda Britain iyo jaaliyadda reer Somaliland ee ku dhaqan UK.

Midoobay, waxa markii ugu horreysay si cad loogu soo hadal-qaaday shir ay Sabtidii toddobaadkan magaalada London ku yeesheen masuuliyiin ka tirsan dawladda Britain iyo jaaliyadda reer Somaliland ee ku dhaqan UK.
Safiirka Ingiriiska u fadhiya Itoobiya Mr. Norman Ling oo ka mid ah masuuliyiinta shirkaas ka qaybgalay, ayaa jaaliyadaha reer Somaliland weydiiyeen sidii dawladda Britian iyo caalamkuba wax uga qaban lahaayeen sheegashada xaqdarrada ah ee Jabuuti ku doonayso inay kula wareegto qayb ka mid ah biyaha badda Somaliland, waxaannu safiirku ku jawaabay; “Arrintas [sheegashadda Jabuuti ee badda Somaliland] hore umaanu ogayn, balse waanu ka daba tagaynaa, waanan xaqiijin doonaa siday ku dhacday.”

Heshiiska maamulka Sheekh Shariif ugu wareejiyey Kenya qaybo ka mid ah badda Soomaaliya oo sababay muran muddo dheer socday, isla markaana dawladdu marar badan beenisay jiritaankiisa, ayaa markii dambe soo shaac-baxay, kaas oo ay sharcinimadiisa xaaraantinimeeyeen Qaramada Midoobay iyo baarlamaanka dawladda ku-meel-gaadhka ah ee Soomaaliya. hase ahaatee, ilaa hadda cid soo ma hadal-qaadin sheegashada dawladda Jabuuti ku doonayso inay kula wareegto badda Somaliland.

Dhinaca kale, Jamhuuriya Times oo xiganayey ilo xogogaal ah, ayaa u xaqiijiyey inay arkeen warqad dawladda Jabuuti u qortay Qaramada Midoobay oo ay ku doonayso inay kula wareegto qaybo ka mid ah badda Somaliland, gaar ahaan xeebaha Saylac. Warku waxa uu intaa ku daray in nuqul ka mid ah qoraalkaas ay hayso wasaaradda Kalluumaysiga iyo horumarinta xeebaha Somaliland.
Haseyeeshee, Wasiirka Kalluumaysiga iyo Horumarinta Xeebaha Somaliland

Md. Cali Maxamed Qoorseef oo Jamhuuriya khadka telefoonka kula xidhiidhay si arrintan wax looga weydiiyo, ayaa sheegay in aanay xukuumad ahaan wax war ah ka hayn qoraalka la sheegay in Jabuuti u gudbisay Qaramada Midoobay ee ku sheegaynayso badda Somaliland, balse waxa wasiirku xusay inay wasaarad ahaan hayaan qoraal ku saabsan heshiis dawladda Kenya kula wareegayso qaybo ka mid ah badda Soomaaliya ee uu u saxeexay Sheekh Shariif, kaas oo Qaramada Midoobay 13 March 2010 horjoogsaday meelmarintiisa, kadib markii baarlamaanka Soomaaliya diiday.

Md. Qoorseef waxa uu sheegay in qoraalkaas lagu xusay in laga yaabo in tallaabada Kenya kula wareegaysay badda Somaliya ay ku dhaqaaqaan dawladdo kale, gaar ahaan Jabuuti iyo Yemen oo iyaguna sheegan kara biyaha xeebaha dhinacooda xiga, isagoo wasiirku xusay inuu horena u jiray muran dhinaca badda ah oo u dhexeeyey dawladdii hore ee Soomaaliya iyo dalka Yemen.

Hase ahaatee, Wasiirka Kalluumaysiga Somaliland ma beenin, manuu qirin jiritaanka warka sheegaya in Jabuuti ku hawlan tahay sidii ay ula wareegi lahayd qaybo ka mid ah badda Somalilanad, balse wuxuu caddeeyey in xukuumad ahaan ay baadhitaan iyo dabagal ku samayn doonaan arrintaas, isla markaan jawaab ka soo saari doonaan.

Geesta kale, waxa dalka Jabuuti ka socda shir Qaramada Midoobay wado oo lagaga hadlayo sidii loo midayn lahaa shuruucda dhinaca badaha Somaliya, kaasi oo ay ka qaybgalayaan masuuliyiin ka kala socda Somaliland, Puntland iyo Somaliya.

Jamhuuriya Online