Articles

07/04/10 (B545) Communiqué du prestigieux Ordre des Brosses à Reluire portant cooptation de M. Abdillahi Ainan Robleh, Président de la commune de Balbala au titre de « Diffuseur des mirages présidentiels »

Selon le communiqué qui vient d’être rendu public, l’Ordre des Brosses à Reluire a coopté Abdillahi Ainan Robleh, lors d’une session extraordinaire qui s’est tenue, hier, le mardi 6 avril.

Sous la Présidence (assoupie ?) de M Dileita, ce sont les vice-Présidents de l’Ordre, Yacin Elmi Bouh et Djama Mahamoud Haid qui ont assuré l’ouverture de la séance et qui ont présenté l’ordre du jour, au menu duquel figurait la demande de cooptation d’un certain Abdillahi Ainan Robleh, Président de la commune de Balabala, qui avait fourni l’interview qu’il a donné au Journal unique de la République : La (grande) Nation.

Yacin Elmi Bouh a tenu à faire l’éloge de ce soldat servile et obéissant, entièrement dévoué au régime dictatorial et sanguinaire, et à sa pérennité. Il a lu intégralement les passages suivants :

« Et pour ne pas laisser tomber tous ces jeunes qui seront diplômés dans telle ou telle formation, nous comptons mettre en place une quarantaine de garages à travers notre commune pour leur permettre de s’intégrer rapidement dans la vie professionnelle. Autant d’initiatives positives sont prévues pour ne pas laisser notre jeunesse succomber au fléau de la délinquance et de la drogue. »

« Enfin je n’oublie pas de saluer le bilan largement positif du Chef de l’Etat durant la dernière décennie.

C’est pourquoi je le soutiens au nom de la commune de Balbala et de ses habitants comme l’ensemble de nos concitoyens, à continuer à présider aux destins de notre pays pour les années à venir. »


Mettre les jeunes au garage

Soulignons le fait que M Ainan Robleh propose des solutions innovantes et imaginatives pour lutter contre l’oisiveté (forcée) et la consommation de drogues parmi la jeunesse : les mettre au garage ! ( probablement cela ne changera pas grand chose, parce que, malheureusement, la majorité de la jeunesse était déjà sur une voie de garage …)

Cet appel, sans ambiguité, à soutenir le troisième mandat d’IOG a particulièrement touché le coeur (et le portefeuille ?) des membres présents. C’est par un tonnerre d’applaudissements que M Abdillahi Ainan Robleh a été coopté dans le prestigieux ordre des Brosses à Reluire.

L’impétrant a aussitôt été invité à pénétrer dans la salle de délibération où il a été chaudement accueilli par Djama Mahamoud Haid qui a tenu à lui remettre personnellement les nouveaux insignes de son grade.

Abdillahi Ainan Robleh,
en vertu des pouvoirs qui m’ont été conférés,
je suis fier et heureux de t’accueillir parmi nous.
Chevaliers de l’Ordre prestigieux des Brosses à Reluire,
nous sommes
les ultimes remparts de la dictature
et de ce
système d’enrichissement qui favorise notre caste.
Il doit se perpétrer pendant mille ans encore.
Désormais tu es chevalier de l’Ordre des Brosses à Reluire
et tu porteras le titre envié
de « Diffuseur des mirages présidentiels « 

07/04/10 (B545) Le journal de la Flibuste : le stock tourne très vite en Somalie : plusieurs sorties de navires et des nouvelles entrées prestigieuses … mais aussi plusieurs échecs (12 articles en Français).

_________________ 12 – Europe 1

Somalie: Un pétrolier échappe à une attaque

Le pétrolier de Sierra Leone, MV Evita, a échappé jeudi à une attaque de pirates dans le Bassin de Somalie, après avoir été secouru par un navire de guerre américain.

Dans un communiqué, la Ve Flotte précise que le bateau avait été pris pour cible par trois embarcations qui ont ouvert le feu et tiré des grenades autopropulsées.

Malgré l’intervention d’un hélicoptère de l’USS Farragut, relevant de la force multinationale CTF 151, les onze pirates présumés sont parvenus à partir à bord de deux embarcations.

_________________ 11 – ANA

La "Limnos" intercepte des navires suspects dans l’océan Indien

La frégate "Limnos", qui participe à l’opération de l’OTAN pour la lutte contre la piraterie dans le golfe d’Aden et l’océan Indien, a intercepté trois navires suspects de réaliser des opérations de piraterie au large des Seychelles le 1er avril.

Selon un communiqué de l’état-major général de la défense nationale, la frégate "Limnos" est arrivé sur les traces des navires suspects après leur signalisation par un avion suédois de coopération navale qui opérait dans la région dans le cadre de la force de l’UE.

Les suspects, qui ont été immobilisés par l’hélicoptère de la frégate, avaient eu toutefois le temps de se débarrasser de leur armement et ont pu ainsi prétendre qu’ils étaient de simples pêcheurs.

L’équipage de la frégate a toutefois détruit les deux hors-bords qui accompagnaient le bateau, avant de le laisser regagner les côtes somaliennes.

_________________ 10 – Portail des sous-marins

Nouvelle interception de pirates par le Nivôse et un avion de patrouille maritime

Par Rédacteur en chef.

Les bâtiments européens participant à la mission Atalante continuent de lutter contre la piraterie en détruisant des Groupes d’Action de Pirates (GAP) lors d’opérations combinées aéro-maritimes dans le bassin Somalien.

Le 4 avril, un avion suédois de patrouille maritime a localisé 2 navires suspects à 270 nautiques à l’est de Mogadiscio. Il s’agissait d’un mother-ship et d’un skiff d’attaque.

La frégate Nivôse de la marine nationale a été dirigée vers ces embarcations et a intercepté les navires des pirates présumés.

Le Nivôse a envoyé son hélicoptère et sa brigade de protection qui ont ensuite appréhendé 7 pirates présumés et découvert des armes de petit calibre, un lance-roquettes et des échelles.

_________________ 9 – Bruxelles 2 – Europe de la Défense

Les Marines du Tromp passent à l’action

La décision de "muscler" l’opération anti-piraterie de l’Union européenne EUNAVFOR Atalanta est désormais applicable. Et les marins de la frégate néerlandaise Hr Ms Tromp en ont fait la démonstration ce lundi, avant de rentrer au pays, en reprenant le contrôle d’un navire marchand, capturé par les pirates. Récit…

Le porte-container battant pavillon allemand, le MV Taipan, est en route de Mombasa (Kenya) vers Djibouti quand il est attaqué par des pirates. Les marins tentent bien d’esquiver l’attaque, les pirates sont déjà à bord. Conformément aux instructions, ils ont cependant le temps de stopper et désactiver toutes les machines, puis se retranchent, au fond du navire dans une pièce sécurisée fermée de l’intérieur, et donnent l’alerte.

La frégate néerlandaise Tromp reçoit l’alerte à 9h45 locales, et file, rapidement, sur les lieux. Un premier survol de l’hélicoptère de bord Lynx permet de confirmer que les pirates sont bien à bord, les deux skiffs remorqués à l’arrière du Taipan. Sur place, les Néerlandais tentent d’obtenir la reddition des pirates, par radio VHF et megaphone. Sans succès. Un tir de semonce est effectué.

Ceux-ci refusent toujours obtempérer.

L’assaut est décidé avec le triple feu vert de Northwood (QG d’Atalanta), de la Haye (forces néerlandaises) et de Berlin (Etat du pavillon). La Haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, Cathy Ashton, est simplement tenue informée. Pour aller plus vite, et faire plus simple, le Tromp est, en effet, repassé sous pavillon national. Les Marines sont alors hélitreuillés sur le Taipan. Le Tromp comme l’hélicoptère maintiennent les tirs (pour occuper les pirates). Sans faire de blessés apparemment.

Les "Marines" reprennent le contrôle du navire. Sans trop de dégâts : un des marines est cependant blessé, légèrement selon La Haye, lors de l’action. L’équipage de 13 personnes (2 Allemands, 3 Russes et 8 Sri Lankais) * est retrouvé sain et sauf. Les 10 pirates auteurs du forfait sont arrêtés et transférés sur le Tromp. Malgré quelques dégâts sur le pont, causé lors de l’assaut, le navire marchand a pu poursuivre sa route.

* 15 personnes selon les forces néerlandaises.

___________________ 8 – Romandie News avec AFP

Somalie: les pirates emmènent le superpétrolier sud-coréen vers la côte

Le superpétrolier sud-coréen Samho Dream, capturé dimanche par des pirates somaliens dans l’océan Indien, faisait route mardi vers le port somalien d’Hobyo, un de leur repaire, a indiqué à l’AFP le chef d’un groupe de pirates Abdi Yare.

"Le supertanker vient ici à Hobyo. Il y a des dizaines de pirates à bord", a déclaré Abdi Yare, joint au téléphone à Hobyo par l’AFP.

Des pêcheurs d’Hobyo, un repaire de pirates à 300 km au nord de Mogadiscio, ont confirmé l’arrivée prochaine du supertanker.

"J’ai vu des dizaines de pirates partir en mer ce (mardi) matin à bord d’embarcations rapides pour escorter le navire. Mais je pense que celui-ci est encore loin de la côte", a expliqué à l’AFP Jama Hussein Adan, un pêcheur d’Hobyo.

Selon un autre pirate se faisant appeler Hassan, le navire sud-coréen a été attaqué par un groupe composé de pirates d’Hobyo et d’autres de Garaad, plus au nord, dans la région semi-autonome du Puntland.

"Un group de pirates d’Hobyo et d’autres du Puntland ont capturé ensemble le tanker et ils doivent jeter l’ancre à Hobyo afin de commencer les tractations habituelles", a déclaré Hassan, un pirate d’Harardere, plus au sud.

Le Samho Dream, un navire de 300.000 tonnes et 24 membres d’équipage (cinq Sud-coréens et 19 Philippins), faisait route d’Irak vers l’Etat américain de Louisiane lorsqu’il a été capturé par les pirates.

Un bâtiment sud-coréen patrouille actuellement dans les eaux somaliennes en raison de la multiplication des actes de piraterie dans cette zone maritime.

Le Samho Dream est le troisième supertanker capturé par les pirates somaliens: fin novembre, les pirates avaient fait main basse sur le Maran Centaurus, un superpétrolier grec de 332 mètres de long transportant dans ses cales deux millions de barils de brut. Il avait été libéré en janvier contre une rançon comprise entre 5,5 et 7 millions de dollars.

En novembre 2008, les pirates s’étaient emparés du tanker saoudien Sirius Star, qu’ils avaient libéré début janvier 2009 contre une rançon de trois millions de dollars selon eux.

___________________ 7 – Presse Canadienne avec AP

Un pétrolier géant aurait été détourné par des pirates au large de la Somalie

Un pétrolier géant transportant du brut entre l’Irak et les Etats-Unis aurait été détourné par des pirates somaliens, ont déclaré lundi des responsables sud-coréens. La valeur de sa cargaison est estimée à environ 160 millions de dollars.

Le superpétrolier "Samho Dream" exploité par une entreprise sud-coréenne aurait été attaqué dimanche. La marine sud-coréenne a reçu un appel du navire déclarant que trois pirates étaient montés à bord avant de perdre tout contact avec le bateau.

A ce moment-là, le "Samho Dream", qui compte à son bord 24 membres d’équipage (cinq Sud-Coréens et 19 Philippins), se trouvait à environ 1.500km au sud-est du Golfe d’Aden.

Un destroyer de la marine sud-coréenne a reçu l’ordre de se diriger vers les eaux somaliennes où le superpétrolier aurait été détourné. Il devait arriver sur zone en un peu moins d’une journée, selon Kim Young-sun, porte-parole du ministère sud-coréen des Affaires étrangères.

"Nous agissons en coopération avec les navires de nos alliés", a-t-il précisé lundi, se refusant à tout autre commentaire afin d’"assurer la sécurité des hommes d’équipage et le succès de possibles négociations".

D’après Cho Yong-woo de Samho Shipping, qui exploite le navire, le superpétrolier appartient à une entreprise de Singapour.

Le navire faisait route entre l’Irak et l’Etat américain de Louisiane, selon le ministère sud-coréen des Affaires étrangères.

___________________ 6 – Le Figaro avec AFP

Somalie: un cargo allemand libéré

La marine néerlandaise a libéré aujourd’hui un cargo allemand attaqué par des pirates au large de la Somalie et arrêté dix d’entre eux, a annoncé le ministère néerlandais de la Défense.

La frégate Tromp "a délivré un navire de marchandises allemand des pirates", vers 13H40 heure néerlandaise (11H40 GMT), à environ 900 km à l’est des côtes somaliennes, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Un militaire néerlandais a été légèrement blessé lors de l’opération au cours de laquelle des coups de feu ont été échangés avec les pirates, montés à bord à l’aide d’un bateau mère et de deux bateaux d’attaque.

La frégate Tromp a reçu lundi à 09H45 heure néerlandaise (07H45 GMT) un signal de détresse du porte-conteneurs allemand Taipan. "Le bateau avait été attaqué par des pirates et l’équipage s’était réfugié dans un espace sécurisé à bord", a précisé le ministère néerlandais de la Défense.

A son arrivée sur place, la frégate néerlandaise a lancé un avertissement sonore puis tiré des coups de canon de semonce, entraînant la fuite du bateau mère.

Des commandos de marine sont ensuite descendus d’un hélicoptère sur le pont du Taiwan et ont arrêté dix pirates. Les quinze membres d’équipage sont sortis de leur abri "sains et saufs", selon la même source.

"Malgré des dégâts sur le pont causés lors de l’opération, le bateau peut reprendre la route tout seul", selon le communiqué.

Les pirates ont été ramenés à bord de la frégate néerlandaise. Leur sort n’avait pas été décidé lundi soir, a indiqué à l’AFP Robin Middel, un porte-parole du ministère de la Défense, sans pouvoir préciser la nationalité des pirates et des membres de l’équipage du cargo allemand.

La marine néerlandaise agit dans le cadre de la mission européenne Atalante, qui lutte contre la piraterie au large des côtes somaliennes.

___________________ 5 – Portail des sous-marins

Sauvetage d’un bâtiment allemand pris en otage par des pirates

Par Rédacteur en chef.

Un porte-conteneur allemand se dirigeait vers Mombasa depuis Djibouti lorsque des pirates l’ont attaqué et ont pris le contrôle du navire.

Le 5 avril au matin, à 500 nautiques à l’est de la côte somalienne, un Groupe d’Attaque de Pirates a attaqué et a réussi à monter à bord du porte-conteneur MV Taipan.

Alors que les pirates prenaient le navire à l’abordage, l’équipage du MV Taipan a suivi les règles de bonne pratique, s’est retiré dans une pièce forte sécurisée et se sont enfermés à l’intérieur. Ils avaient réussi à stopper tous les moteurs avant d’alerter la force européenne Atalante que le navire avait été capturé. La frégate néerlandaise HNLMS Tromp a immédiatement envoyé sur les lieux et a localisé le navire piraté.

Dans un premier temps, le HNMLS Tromp a tenté de négocier avec les pirates pour éviter des pertes humaines. Mais lorsqu’il est devenu clair que les pirates avaient l’intention de résister, le HNMLS Tromp a lancé une opération hautement professionnelle pour recapturer le navire. Des fusiliers-marins du Tromp sont montés à bord du navire et en ont repris le contrôle.

Les 13 membres d’équipage (2 allemands, 3 russes et 8 sri-lankais) ont été libérés sans être blessés. 10 pirates ont été arrêtés.

___________________ 4 – Miilka’ Blog avec AP

Un navire de la flotte sud coréenne à la poursuite du super-pétrolier détourné au large de la Somalie

Un destroyer de la marine sud-coréen poursuit un superpétrolier de pétrole sud-coréen appartenant aurait été détourné par des pirates au large des côtes de la Somalie, selon les autorités.

Le navire de guerre avait été dans le golfe d’Aden sur les opérations anti-piraterie et a été ordonné de se déplacer vers l’emplacement prévu du pétrolier dans les eaux somaliennes, la Corée du Sud ministère des Affaires étrangères a déclaré dimanche soir.

La marine a reçu un appel de la Samho Dream superpétrolier dire trois pirates avaient arraisonné dimanche matin, et puis il n’y avait plus de contact, un responsable du ministère. Elle a parlé sous couvert d’anonymat en ligne avec la politique du ministère.

Le propriétaire du navire a annoncé lundi qu’il avait perdu le contact avec le navire. "Nous avons actuellement ne peut pas atteindre le Samho Dream capitaine, Cho Yong-woo de Busan, Corée du Sud à base Samho expédition, a déclaré à l’Associated Press.

Le Samho Dream avait aucun détail de sécurité car les pirates somaliens ont été considérées comme inactives dans la zone où le camion-citerne a été saisi, a déclaré Cho.

Les 300.000 tonnes de classe Samho Dream s’est élevée à 930 miles (1.500 kilomètres) au sud-est du golfe d’Aden, au moment du détournement apparent, selon le ministère des Affaires étrangères. Elle n’avait pas de nouvelles informations à fournir lundi.

Le pétrolier était au départ de l’Iraq à l’État américain de la Louisiane avec 24 marins – 5 Sud-Coréens et 19 Philippins – à bord, a précisé le ministère.

Valero Energy Corp, une société pétrolière et le raffinage du gaz basée à San Antonio, au Texas, a déclaré qu’il possède la cargaison à bord du pétrolier, mais n’a pas pu confirmer le détournement.

«Nous avons eu des rapports à cet effet, mais il n’y a eu aucune confirmation officielle", a déclaré Bill Day, porte-parole de Valero. Mais, at-il ajouté, tout indique "à cette question."

La Somalie, qui n’a pas eu de gouvernement opérationnel depuis 1991, le piratage est supérieure au monde un point chaud. La piraterie est devenue une raquette lucratif qui apporte en millions de dollars de rançons.

Le pays est situé le long du golfe d’Aden, qui relie la mer Rouge et l’océan Indien et est l’un des plus fréquentés les cours d’eau du monde avec quelque 20.000 navires qui traversent chaque année.

_________________________ 3 – Alta Vista (Maroc) avec AFP

Somalie: pour son chef, la Navfor doit sans cesse s’adapter face aux pirates

La mission navale européenne Navfor est forcée d’adapter constamment son dispositif face à la recrudescence des attaques de pirates somaliens toujours plus audacieux et plus jeunes, explique l’amiral britannique qui la commande.

"Nous devons nous adapter, être souples, et essayer d’être un peu plus dynamiques que peut-être nous ne l’étions il y a 12 mois", avance l’amiral Peter Hudson dans un entretien avec l’AFP au quartier général de la Navfor, à Northwood, dans la banlieue de Londres où il dirige une équipe de 120 personnes issues de 16 pays.

Les pirates "n’ont peur de rien", constate ce Britannique installé dans une casemate au confort spartiate. "Ils sont encore prêts à prendre des risques, et ces gars sont de plus en plus jeunes, âgés d’une vingtaine d’années, parfois de seulement 14 ou 15 ans."

La fin de la mousson a rendu le climat à nouveau propice à la piraterie en mars, dans les eaux du golfe d’Aden et de l’océan Indien. Sur le mois écoulé, la Navfor a eu affaire à 18 bandes de pirates, soit le double des mois de septembre, octobre et novembre cumulés.

Neuf enlèvements ont eu lieu, 17 attaques ont été avortées, 22 embarcations détruites et 131 pirates arrêtés pendant ce seul mois de mars, selon la mission navale.

"Nous devons utiliser notre aviation intelligemment, positionner nos navires où nous pensons qu’il est probable que les pirates opèrent, et essayer de les empêcher de déjouer nos tactiques", ajoute-t-il, notant que ceux-ci sont "eux-mêmes capables de faire preuve de pas mal de capacité d’adaptation".

Opérant au large des 1.600 km de côtes somaliennes, ils peuvent s’aventurer jusqu’à 1.000 milles au large, un bateau-mère tirant les frêles esquifs sur lesquels ils partent ensuite à l’assaut des navires fréquentant la zone.

Ils sont prêts à risquer leur vie pour prendre le contrôle des bateaux, de leurs marchandises ou de leurs équipages, pour lesquels ils négocient au prix fort des rançons.

En Somalie, pays dévasté par des années de guerres intestines, "l’attrait de grosses rançons (…) est encore très élevé", déplore l’amiral. Des rançons qui avoisinent parfois les 5 millions de dollars, remarque-t-il.

Environ 20% du trafic maritime mondial transite par le golfe d’Aden. Mais les pirates ont commencé à délaisser le golfe, patrouillé depuis décembre 2008 par de nombreux bâtiments de guerre étrangers, et à se risquer dans l’océan Indien.

L’amiral Hudson s’attend que les pirates étenderont encore leur zone d’opérations. "Est-ce que nous pensons qu’ils ont atteint leur limite, qu’ils ne peuvent pas aller plus loin? Je ne serais pas assez naïf pour dire ça".

La Navfor conduit depuis décembre 2008 l’Opération Atalante, qui a pour mission principale d’escorter les navires marchands transportant l’aide humanitaire du Programme alimentaire mondial (PAM), et de protéger les navires contre les actes de piraterie, dans le golfe d’Aden et l’océan Indien.

L’amiral Hudson est satisfait des résultats obtenus à l’aune de ce mandat. Aucun bateau du PAM n’a été arraisonné par les pirates depuis fin 2008, et plus de 300.000 tonnes de nourriture ont pu être acheminées en Somalie.

Les commandants de la Navfor disposent d’images satellite détaillées des camps de pirates sur la côte. Mais ils ne peuvent les détruire, n’étant pas autorisés à intervenir sur la terre ferme.

"Au final, la solution n’est pas de chasser à bord de navires de guerre valant un demi-million de dollars des barques en plastique, au milieu de l’océan Indien. Ca ne va pas arrêter la piraterie", affirme l’amiral Hudson. "On ne mettra fin à la piraterie qu’en mettant de l’ordre dans le foutoir qu’est devenue la Somalie."

__________________________ 2 – Le Figaro avec AFP

Somalie: tentative avortée de piraterie

Un pétrolier battant pavillon danois a échappé hier à des pirates dans le Golfe d’Aden grâce à une intervention d’une force multinationale opérant dans le secteur, a annoncé lundi le commandement de la force maritime multinationale.

Dans un communiqué, le commandement de la force précise que des pirates à bord de deux embarcations ont attaqué à la roquette et à l’arme légère le pétrolier MV Torm Ragnhild, qui a lancé un signal de détresse et pris de la vitesse pour tenter d’échapper à ses assaillants.

Alerté, un avion français a survolé le secteur, amenant les pirates à interrompre leur attaque, ajoute le communiqué. Les assaillants se sont repliés sur un boutre battant pavillon indien, le "Safina Al-Gayatri", également piraté.

Un navire turc, le TCG Gelibolu, a suivi le boutre, qui a cependant mis le cap sur les côtes somaliennes. Les pirates ont alors pris la fuite et libéré le Safina Al-Gayatri et ses 21 membres d’équipage, qui sont sains et saufs, indique le communiqué, ajoutant que le pétrolier danois a pour sa part poursuivi sa route vers Jeddah, en Arabie saoudite, sur la mer Rouge.

L’avion français et le navire turc font partie de la Combined Task Force (CTF) 151, une force multinationale qui a pour mission de veiller à la sécurité maritime, dont la lutte contre le terrorisme, dans une région qui va du détroit d’Ormuz jusqu’en mer Rouge en passant par le Golfe d’Aden et l’océan Indien.

Dimanche, Séoul avait annoncé qu’un pétrolier sud-coréen, le Samho Dream, avec 24 membres d’équipage à bord avait été détourné, probablement par des pirates, au large des côtes somaliennes.

On estime à environ 60 millions de dollars le montant des rançons engrangées par les pirates somaliens au cours de l’année écoulée.

_____________________________ 1 – CyberPress (Ca)

Les pirates somaliens relâchent deux bateaux et 26 marins

Les pirates somaliens ont relâché deux des huit bateaux indiens qu’ils ont détournés au cours des dernières semaines, libérant 26 marins, a indiqué dimanche à l’AFP Kasam Ali, président de Kutch Vahanvati Association, un organisme chargé de la navigation dans le Gujarat.

Selon des informations en provenance de New Delhi, les bateaux venaient de quitter un port somalien en route pour Dubaï lorsqu’ils ont été abordés et détournés vers Kismayo (Somalie).

«Un bateau avec 15 membres d’équipage a été relâché hier (samedi), tandis qu’un deuxième a été relâché ce matin (dimanche) avec 11 marins à son bord,» a précisé Kasam Ali.

Il a ajouté qu’un des bateaux avait été dépouillé de ses équipements tandis que l’autre se trouvait à court de carburant.

Quelque 80 marins indiens sont toujours détenus sur les six autres bateaux immobilisés à proximité des Seychelles.

L’Inde, dont la marine marchande a souvent été la cible des pirates au large des côtes somaliennes, dispose de navires de guerre dans la région.

On estime à environ 60 millions de dollars le montant des rançons engrangées par les pirates somaliens au cours de l’année écoulée.

07/04/10 (B545) Les traits de l’Erythrée

_____________________ 1 – Ass Terre d’errance avec AFP

L’Erythrée continue de soutenir les insurgés en Somalie, selon l’Onu

L’Erythrée a continué en 2009 de soutenir les groupes armés en lutte contre le gouvernement en Somalie, en violation de l’embargo sur les armes et malgré de nouvelles sanctions imposées en décembre contre Asmara par l’ONU, selon un rapport d’experts onusiens.

En 2009, « le gouvernement érythréen a continué de fournir une assistance politique, diplomatique, financière, et un soutien militaire présumé aux groupes d’opposition armée », indique un rapport du Groupe de contrôle de l’ONU sur la Somalie, panel d’experts qui surveille notamment l’embargo sur les armes dans ce pays.

Ce soutien est intervenu « en violation de la résolution 1844 de l’ONU (datant de 2008) », souligne ce rapport qui doit être présenté cette semaine au Conseil de sécurité et dont l’AFP a eu connaissance de quelques extraits.

« Fin 2009, peut-être en réponse à la pression internationale, l’échelle et la nature du soutien érythréen ont diminué, ou est devenu moins visible, mais n’a en tout cas pas cessé », estiment les experts de l’ONU.

Fin décembre, le Conseil de sécurité de l’ONU avait adopté une série de mesures contre l’Erythrée, en raison de son action déstabilisatrice en Somalie.

Jusqu’il y a peu « un sponsor majeur de l’opposition armée somalienne », l’Erythrée a concentré son soutien politique aux insurgés islamistes du Hezb al-Islam d’Hassan Dahir Aweys, dont Asmara a facilité le retour en Somalie en avril 2009 afin qu’il prenne le leadership de ce mouvement, explique le Groupe de contrôle.

En 2008, l’Erythrée a cependant établi des liens directs avec d’autres groupes de l’opposition armée, dont les shebab et la milice Ras Kamboni, avec des paiements allant de 40.000 à 50.000 dollars mensuels moyens à chacun de ces groupes, précise le rapport.

En 2009, ces contributions financières ont été versées notamment à Mukhtar Robow, l’un des principaux leaders des shebab.

Se réclamant d’al-Qaïda, les shebab contrôlent aujourd’hui près de 80% du centre-sud de la Somalie, et y ont peu à peu marginalisé Hezb al-Islam.

De façon plus générale, « armes et munitions continuent d’entrer en Somalie à un flot incessant, en violation de l’embargo total sur les armes ».

Les principales sources de ces armes « restent le Yémen et l’Ethiopie »

07/04/10 (B545) Radio-Trottoir : selon des sources généralement fiables, les membres du Comité des Brosses à Reluire auraient voté à une trés large marge majorité leur engagement en faveur du troisième mandat présidentiel. (Humour / ARDHD – illustration Roger Picon)

Bien que cela n’étonnera personne, il semble que le Comité de l’ordre prestigieux des Brosses à Reluire qui s’est tenu hier mardi, avait inscrit aussi à son ordre du jour, la position de l’ordre face au projet de troisième mandat pour Guelleh.
____________________________________

Ce serait Yacin Elmi Bouh qui aurait ouvert la discussion avant le vote. Selon ses déclarations, les membres de l’Ordre auraient tout à perdre en ne s’engageant pas sans réserve en faveur d’une reconduction(*) de Guelleh à la tête du pays.

Il aurait ajouté avec l’éloquence qui est la sienne, que chacun des membres présents devaient tout à IOG, sa position sociale, son job, sa fortune et des droits de tirage sur le grand mécanisme de la corruption nationale.

Il aurait conclu en disant simplement : ne pas soutenir le troisième mandat de Guelleh, ce serait prendre le risque de perdre tous nos avantages et même pour certains d’entre nous, de passer devant une cour pénale pour détournement ou violation des Droits de l’Homme. Alors nous n’avons pas d’autres choix que de continuer à soutenir la dictature.

Personnellement, je vote pour un engagement absolu, sans faille ni réserve à Guelleh.
__________________________

Aden Awalleh Robleh a tenu à prendre la parole, avec une tonalité différente. Soutenir Guelleh, mes chers membres, nous l’avons fait sans compter nos efforts depuis dix ans. Certes continuer à le soutenir, c’est nous assurer notre confort et nos avantages, qu’il n’a jamais manqué de nous attribuer, j’en conviens.

Mais attention, le troisième mandat fait l’unanimité contre lui au sein du peuple. Et s’il y avait un vaste mouvement populaire, nous serions les premiers visés. Marquons notre différence avec intelligence et subtilité, en ne nous prononçant pas franchement en faveur de la révision constitutionnelle. Avec tout mon sens politique, ma brillante intelligence reconnue par le monde entier et mon expérience sans égale à Djibouti, je vous conseillerai de ne pas voter pour, ni d’ailleurs de voter contre.

Ne rien faire, comme je le fais depuis des années, c’est garantir notre tranquillité et assurer nos arrières en nous garantissant d’être toujours proche du futur gagnant, que ce soit Guelleh ou le peuple souverain …. !
________________________________

Aref Mohamed Aref a souhaité faire partager sa vision de la situation. Mes chers collègues, après avoir entendu les conseils éclairés de Yacin et d’Aden, permettez-moi de vous donner mon propre avis. Si nous ne rendons pas public, notre engagement en faveur du troisième mandat, Guelleh nous le fera payer très cher et je suis bien placé pour vous parler des prisons du royaume : Gabode, Ali Addé, etc… Nous sommes condamnés à soutenir officiellement le projet.

Cela dit, qui nous empêchera de le torpiller en privé. En jouant double jeu, avec prudence, comme j’ai toujours su le faire, nous serons beaucoup plus efficaces. En privé, annoncez que vous voterez pour moi et je m’engage sur mon honneur (même s’il a beaucoup rétréci depuis l’affaire de la farine) à vous maintenir dans vos rangs, postes et privilèges et même à augmenter vos droits de tirage sur le trésor public.

Un bon politique doit toujours faire l’inverse de ce qu’il dit et le contraire est aussi vrai. Suivez mon panache blanc et je vous conduirai à la victoire. Personnellement je voterai pour et j’agirai contre, fidèle aux principes de ma famille et de mon éducation …
____________________________________
Mise aux voix, la mention en faveur du soutien au troisième mandat aurait recueilli 17 voix pour, 3 voix contre et 4 abstentions. Il a été inscrit sur le procès-verbal de l’Assemblée que 110 % des membres s’étaitent déclarés favorables à l’unanimité (?) pour un soutien à Guelleh et 7,6% s’étaient abstenus.

117,6 % ce n’est pas possible, me direz-vous ! Eh bien si ! Au royaume d’opérettes on ne perd jamais les bonnes habitudes. Tous les résultats électoraux sont toujours fraudés, même si c’est parfois de façon un peu maladroite ….

(*) Reconduction : comprendre le terme au sens de renouvellement et non de reconduite. Comme par exemple une reconduction à la frontière éthiopienne, comme le souhaiteraient la majorité des Djiboutiens (Note de l’ARDHD)

07/04/10 (B545) Les traits de l’Erythrée / France 24 avec AFP / le journaliste Dawit Isaak emprisonné près d’Asmara

Le journaliste suédo-érythréen Dawit Isaak est détenu dans des conditions très dures dans la prison de haute sécurité d’Eiraeiro, à environ 50 kilomètres de la capitale Asmara, affirme le quotidien suédois Dagens Nyheter (DN) mercredi, citant un gardien réfugié en Ethiopie. AFP – Le journaliste suédo-érythréen Dawit Isaak est détenu dans des conditions très dures dans la prison de haute sécurité d’Eiraeiro, à environ 50 kilomètres de la capitale Asmara, affirme le quotidien suédois Dagens Nyheter (DN) mercredi, citant un gardien réfugié en Ethiopie.

Dawit Isaak, détenu sans procès en Erythrée depuis plus de huit ans, est enfermé menotté et à l’isolement dans une cellule de 12 mètres carrés sans fenêtre, sans meuble, avec uniquement des toilettes à la turque, selon le journal, qui a choisi de ne pas révéler le nom de sa source, un gardien âgé de 37 ans, pour sa sécurité.

Selon les informations de DN, le journaliste, dont la tête a été rasée, est "amaigri", mais considéré par les gardes comme "suffisamment fort pour être menotté la journée".

Aucune information précise n’était jusque là connue sur le lieu et les conditions de la détention de Dawit Isaak.

Dans la même prison sont détenus d’anciens membres du gouvernement érythréen opposés au président Isaias Afewerki, parmi lesquels l’ex-ministre des Affaires étrangères Haide Woldetensae, l’ex-ministre de l’Information Beraki Ghebreselasie ou celui de la Pêche Petros Solomon, selon le quotidien.

D’autres journalistes, comme Amanue Asrat ou Fisahaye Yohannes, ou encore la réalisatrice Meriem Hagos, sont détenus dans cette prison de haute sécurité ouverte en 2003, selon DN.

Près de 15 des 35 détenus sous plus haute sécurité d’Eiraeiro sont déjà morts et 9 des survivants sont en très mauvaise santé, ajoute le quotidien.

Le gouvernement suédois de centre-droit a été critiqué, notamment par l’opposition de gauche, pour ne pas faire assez afin d’obtenir la libération de Dawit Isaak, emprisonné depuis 3.118 jours dans son pays d’origine.

Stockholm affirme mener une "action diplomatique discrète", la plus efficace à ses yeux.

Le Conseil de l’Europe a appelé fin mars les autorités érythréennes à la libération du journaliste et dramaturge de 45 ans, doté de la nationalité suédoise depuis 1992.

07/04/10 (B545) L’étau en l’Ethiopie. (Les Afriques) des parlementaires américains préoccupés par la situation politique en Ethiopie

Les tendances autoritaires du gouvernement éthiopien, ainsi que les violations des droits de l’homme dans ce pays, en particulier la détention prolongée d’une éminente dirigeante de l’opposition, irritent Washington.

C’est ainsi que des membres influents du Congrès des États-Unis, aussi bien démocrates que républicains, se sont dits préoccupés par la situation politique en Éthiopie.

Donald Payne, représentant démocrate de l’État du New Jersey, s’est dit profondément préoccupé par la détérioration des conditions politiques en Éthiopie, où le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (FDRPE) devient de plus en plus totalitaire.

07/04/10 (B545) Nouvelles de Somalie (6 articles en Français)

_______________________ 6 – CICR

Somalie : la difficile prise en charge des blessés qui affluent en masse dans les zones en conflit

Gérer un afflux massif de blessés de guerre est un défi pour n’importe quel hôpital au monde : le personnel médical doit faire des choix difficiles et décider quels sont les blessés qui vont bénéficier en priorité de ressources et de soins chirurgicaux si précieux. En Somalie, les conditions sont encore plus difficiles, car après dix ans de guerre civile, le système de santé s’est effondré et le pays ne compte que peu de médecins qualifiés et de structures de santé pouvant encore fonctionner.

« Dans un contexte tel que celui qui prévaut en Somalie, où règnent l’instabilité et l’insécurité, le personnel médical qui travaille dans les quelques hôpitaux restants est soumis à une pression énorme », explique Valery Sasin, coordonnateur des activités médicales du CICR en Somalie. « Lorsque des affrontements éclatent, il doit faire face à un afflux massif de patients, alors que les ressources sont très limitées. En tant que chirurgien, vous devez avoir une formation solide pour être capable de faire votre travail dans des conditions aussi dures, qui viennent s’ajouter au stress et au danger d’une zone de conflit. »

Les 21 et 22 mars, une équipe médicale du CICR a invité 25 médecins somaliens au centre médical de Galkayo afin qu’ils puissent discuter de leurs expériences et renforcer leurs compétences en matière de prise en charge des blessés et de gestion des situations d’afflux massifs de blessés de guerre, notamment pour le triage.

Les chirurgiens participants provenaient tous des régions déchirées par la guerre du centre et du sud de la Somalie, ainsi que du Puntland. La délégation du CICR en Somalie organise ces séminaires sur la chirurgie de guerre afin que les médecins opérant dans des circonstances aussi difficiles puissent améliorer leur prise en charge des patients souffrant de blessures traumatiques. Le séminaire a préparé les participants à la formation pratique en chirurgie de guerre que le CICR organisera dans les mois à venir.

« Le séminaire m’a été très utile pour rafraîchir mes connaissances en matière de prise en charge des blessés de guerre », déclare le Dr Taajir, chef du service de chirurgie de l’hôpital Keysaney à Mogadiscio, dirigé par le Croissant-Rouge de Somalie. « Mais il va aussi me permettre, à mon retour, de former mon personnel à l’hôpital, ce qui multipliera l’impact positif du séminaire, en particulier auprès des jeunes médecins et du personnel infirmier somaliens. »
Près de 1 000 blessés dans les hôpitaux de la région à la suite des récents combats à Mogadiscio

La Somalie est en proie à des affrontements depuis presque vingt ans.

L’insécurité et la violence contraignent toujours des millions de personnes à s’enfuir de chez elles. Lors de la récente recrudescence des confrontations armées à Mogadiscio, un nombre incalculable de civils a de nouveau payé un lourd tribut. Depuis le début de l’année 2010, les seuls hôpitaux de Mogadiscio ont traité près de 1 000 victimes du conflit, principalement des patients blessés par balle, par des éclats d’obus ou dans l’explosion d’une bombe. Presque un tiers d’entre eux sont des femmes ou des enfants de moins de 15 ans.
« En chirurgie de guerre, il est très important d’échanger ses expériences avec des collègues, et nous n’avons pas souvent l’occasion de le faire dans notre travail à Mogadiscio », ajoute le Dr Taajir.

Selon Valery Sasin, « la philosophie qui sous-tend l’approche du CICR repose sur le principe de l’adéquation ; ce qui est adéquat dans un contexte ne l’est pas forcément dans un autre, et la clé de la réussite est de trouver la réponse juste – adéquate – à une situation donnée ». « Ainsi, la réussite dépend également des échanges d’expériences en chirurgie, ainsi que des ressources humaines et de la technologie disponibles. »

Dans le cadre de son programme global de santé en Somalie, le CICR soutient 36 dispensaires gérés par le Croissant-Rouge de Somalie, ainsi que deux hôpitaux à Mogadiscio, dont l’un est géré par la Société nationale et l’autre est à base communautaire. Le CICR fournit à ces structures des équipements chirurgicaux et des médicaments, et il dispense des formations à l’intention des médecins et du personnel infirmier. Les dispensaires et les hôpitaux acceptent tous les patients, indépendamment du clan et de la religion auxquels ils appartiennent, ou de leurs activités politiques.

Le CICR fournit une assistance humanitaire à la population somalienne depuis 1978, travaillant en étroite coopération avec le Croissant-Rouge de Somalie.

_______________________ 5 – France Diplomatie

Lancement par l’Union européenne d’une mission de formation de soldats somaliens, "EUTM Somalie" (7 avril 2010)

La France salue le lancement par l’Union européenne, ce mercredi 7 avril, d’une mission de formation de soldats somaliens, "EUTM Somalie". Cette mission, que nous encourageons depuis plusieurs mois permettra de former 2000 soldats des forces de sécurité somaliennes, en Ouganda et en partenariat avec les Ougandais.

Les instructeurs européens assureront deux formations successives de 1000 militaires pour une période de 6 mois chacune. La mission fait suite à l’initiative de la France qui avait formé 500 soldats somaliens, à Djibouti, de juillet à novembre dernier.

La France et l’ensemble des Etats membres entendent ainsi soutenir le Gouvernement fédéral de transition (GFT), dans ses efforts contre les milices extrémistes. Notre engagement aux côtés du GFT doit se poursuivre sur le long terme, notamment à travers l’appui que nous apportons à la mission de maintien de la paix de l’Union africaine, l’AMISOM.

Cette mission s’inscrit dans le cadre de l’approche globale de l’UE pour la Somalie. Dans un pays plongé dans le chaos depuis près de vingt ans, la sécurité est un aspect essentiel de la sortie de crise – et conditionne largement l’efficacité de l’aide de l’UE à la Somalie, l’accès des populations à l’aide humanitaire ainsi que le lancement de véritables stratégies de développement.

_______________________ 4 – Porte Ouvertes

Somalie : Les islamistes s’en prennent aux chrétiens

Madobe Ali était responsable d’une église souterraine. Le 15 mars, il a été tué par balles alors qu’il se trouvait dans son village de Mahoday situé à 50 kilomètres de Johwar dans le sud du pays. Après l’avoir abattu, ses assaillants ont ordonné que le cadavre soit laissé aux chiens afin que cela serve d’avertissement à ceux qui souhaiteraient se tourner vers Christ. L’église souterraine est durement mise à l’épreuve en Somalie. Le 1er janvier un autre de ses responsables avait lui aussi été abattu dans la banlieue de Mogadiscio.

Le groupe Al-Chabaab, responsable de ces violences, entend débarrasser la Somalie de tous les non-musulmans. Ces islamistes, qui luttent contre le gouvernement de transition du président Cheik Ahmad, contrôlent déjà la partie sud du pays.

En 2009, Al-Chabaab a tué au moins 15 chrétiens, dont des femmes et des enfants. Les chrétiens somaliens n’ont rien à espérer du pouvoir en place car bien que le président Ahmad se qualifie lui-même de modéré, il prône une version de la charia (loi islamique) qui punit de mort ceux qui renoncent à l’islam.

Mais les chrétiens tiennent bon, à l’image du propriétaire d’une maison pillée puis incendiée, parce qu’elle abritait de la littérature chrétienne. Il témoigne ainsi :
« Dans ce pays où ni l’ordre ni la loi ne sont plus respectés, nous, les chrétiens, n’avons personne vers qui nous tourner mais nous sommes confiants car nous savons que nous sommes couverts par le sang de Jésus-Christ.

_______________________ 3 – Nouvel Obs avec AP

Somalie: les milices Shehab réitèrent leurs conditions pour relâcher leur otage français

Les milices islamistes armées Shehab ont une nouvelle fois exigé mardi que la France retire son soutien au gouvernement somalien si elle veut récupérer son agent enlevé le 14 juillet 2009 à Mogadiscio.

Le porte-parole des Shehab, cheikh Ali Mohamud Rageh, a déclaré lors d’une conférence de presse dans la capitale que Paris devait "cesser immédiatement tout soutien politique et militaire au gouvernement apostat de Somalie et retirer le personnel et les conseillers français du pays". Il a également exigé "le retrait des sociétés de sécurité françaises et celui des navires français des eaux côtières". "Si le gouvernement français accepte nos conditions, nous relâcherons facilement son homme."

Deux conseillers français en "mission officielle d’assistance auprès du gouvernement somalien", selon Paris, avaient été enlevés par des hommes armés dans un hôtel de Mogadiscio le 14 juillet dernier. L’un des otages avait réussi à échapper ses gardiens le 26 août.

Les Shehab, qui tiennent la plus grande partie de Mogadiscio ainsi qu’une bonne partie du centre et du sud de la Somalie, tentent depuis trois ans de renverser le gouvernement soutenu par les Nations unies. Le pays est dépourvu de pouvoir central depuis 18 ans.

_______________________ 2 – Romandie News (Ch) avec AFP

La Somalie demande de l’aide pour lutter contre les déchets toxiques

Le gouvernement somalien a demandé mardi l’aide de ses partenaires, notamment l’Union africaine (UA), pour lutter contre "le dépôt illégal de déchets toxiques" sur ses côtes, établissant un lien entre déchets toxiques et piraterie, a constaté un journaliste de l’AFP.

"Si la communauté internationale veut limiter les actions de piraterie, elle doit aider les Somaliens à prévenir la pêche illégale par des étrangers et le dépôt de déchets toxiques sur leurs côtes", a déclaré un des Premiers ministres adjoints somaliens, Abdulrahman Adan Ibrahim Ibbi.

Ce dernier s’exprimait lors d’une rencontre d’experts sur la sécurité maritime en Afrique, organisée au siège de l’Union Africaine (UA) à Addis Abeba.

Il a "lancé un appel" pour que soient éliminés des côtes d’Afrique "les containers de matériaux toxiques et de déchets nucléaires".

Selon lui, "certains sont remontés à la surface après le tsunami qui a frappé les pays bordant l’océan Indien" en 2004, sans préciser leur localisation.

Des rapports d’experts ont déjà fait état par le passé de dépôts illégaux de produits toxiques ou radioactifs sur les côtes de Somalie par des compagnies étrangères tirant profit de l’anarchie dans ce pays en guerre civile depuis 1991.

C’est l’un des arguments parfois mis en avant par les pirates somaliens, avec la pêche illégale, pour justifier leurs actions de plus en plus nombreuses dans l’océan Indien.

La réunion organisée par l’UA se tient jusque mercredi à Addis Abeba et vise à mettre en place une "Stratégie maritime africaine intégrée", selon les organisateurs.

"Récemment, la menace grandissante des activités illégales sur les eaux africaines, et l’augmentation rapide des actes de piraterie au large de la Somalie et dans le Golfe de Guinée (…) ont réveillé les dirigeants d’Afrique pour qu’ils prennent des mesures concrètes contre ces problèmes qui menacent l’activité économique et l’image du continent", a ainsi souligné la commissaire de l’UA pour les Infrastructures et l’énergie, Elham Ibrahim.

_______________________ 1 – Fenêtre sur l’Europe

Somalie : L’Union européenne va former les forces de sécurite somaliennes

Le Conseil a adopté le 2 avril la décision de lancer une mission militaire de l’UE visant à former les forces de sécurité somaliennes (EURM Somalie) en Ouganda, sous la direction du colonel espagnol Ricardo González Elul.

La mission contribuera considérablement à la stabilité du pays, car son objectif consiste à soutenir le gouvernement de transition mis en place en Somalie et à faciliter la création d’un corps de sécurité somalien, en contribuant spécifiquement à sa formation militaire et en lui apportant son soutien.

Cette décision s’ajoute aux efforts menés par l’UE en vue de stabiliser la région, comme l’opération aéronavale ATALANTA, lancée en décembre 2008 pour lutter contre la piraterie dans l’Océan indien et sur la côte somalienne.