Articles

07/04/10 (B545) Quotidien du Peuple (Chine) avec Xinhua. Un navire indien prend feu au large de la côte du Yémen.

Un navire battant pavillon indien a pris feu avec 13 membres d’équipage à bord, à quelque 190 miles nautiques au nord de l’île yéménite de Socotra, a rapporté lundi le ministère yéménite de l’Intérieur.

Selon le site internet du ministère, citant le garde-côte yéménite, les 13 marins de nationalité indienne à bord ont été secourus par un autre navire et ont été transportés au port de Socotra.

Le bateau "Firat" était en route venant du Pakistan et destiné en Somalie en transportant du riz, a précisé le ministère dans un communiqué.

07/04/10 (B545) Yémen Express (3 articles en Français)

__________________ 3 – La Croix

Les USA autorisent l’élimination d’un imam américain au Yémen (presse)

L’administration américaine a donné son feu vert à l’élimination de l’imam Anwar al-Aulaqi, un ressortissant des Etats-Unis installé au Yémen et soupçonné d’activités terroristes, rapporte mercredi le New York Times.

Cette autorisation, exceptionnelle voire sans précédent dans le cas d’un citoyen américain, a été donnée cette année quand l’administration du président Barack Obama s’est convaincue que l’imam ne se contente plus de soutenir le terrorisme mais y participe directement, explique le quotidien new-yorkais.

L’imam, né dans l’Etat du Nouveau Mexique, a acquis une certaine notoriété pour avoir entretenu une correspondance par courriels avec le commandant américain Nidal Hassan accusé d’avoir tiré en novembre 2009 sur des soldats à la base de Fort Hood (Texas), faisant 13 morts. Il avait ensuite dit approuver cette attaque.

Il a également été mis en cause dans l’attentat raté commis par le Nigérian Umar Farouk Abdulmutallab dans un avion américain le 25 décembre 2009 juste avant son atterrissage à Detroit (nord des Etats-Unis).

"La menace que fait peser Aulaqi sur notre pays ne se limite plus à des mots. Il est désormais impliqué dans des préparatifs" d’attentat, a déclaré un haut responsable américain qui s’est confié au journal sous couvert de l’anonymat.

"Les Etats-Unis s’efforcent, comme les Américains s’y attendent, d’éliminer les menaces à leur sécurité et cet individu en est devenu une de par ses propres actes", a ajouté la même source. "Aulaqi sait ce qu’il a fait et sait qu’on ne l’attend pas avec des fleurs. Personne ne doit donc être surpris".

Washington considère que le droit international permet d’éliminer des individus ou des groupes qui posent une menace imminente, selon le journal.

__________________ 2 – Les Echos avec Reuters

Libération au Yémen de rebelles chiites pour consolider la trêve

Les autorités yéménites ont libéré des dizaines de rebelles chiites pour tenter de consolider la trêve fragile conclue avec les insurgés nordistes, ont annoncé mardi les autorités.

Le président Ali Abdoullah Saleh, confronté par ailleurs à un soulèvement séparatiste dans le Sud, a proclamé le mois dernier la fin de la guerre déclarée aux rebelles nordistes.

Le gouvernement de Sanaa faisait l’objet de vives pressions internationales pour faire cesser les hostilités dans le Nord afin de concentrer ses efforts pour lutter contre les éléments d’Al Qaïda accusés par les Occidentaux de chercher à déstabiliser le Yémen et les pays environnants.

Les trêves précédentes pour faire cesser les combats dans le Nord ont toutes échoué et les analystes doutent que cette dernière tentative parvienne à régler les doléances des insurgés, qui s’estiment victimes de discrimination de la part du gouvernement central.

"236 rebelles houthi ont été libérés en deux temps, conformément à l’accord de cessez-le-feu signé par les deux parties en février", a-t-on rapporté de source proche de la sécurité. Selon le site internet du ministère de la Défense, 161 rebelles ont été remis en liberté lundi et 75 autres il y a deux semaines.

Les insurgés ont salué le geste tout en affirmant que seule une poignée de détenus avaient été pour le moment relâchés et que des centaines d’autres restaient derrière les barreaux.

Cette libération semble être un geste de réciprocité après l’élargissement par les rebelles d’au moins 170 soldats gouvernementaux et combattants tribaux le mois dernier.

Mohamed Ghobari,
Jean-Loup Fiévet pour le service français,
édité par Gilles Trequesser

__________________ 1 – Métro (Montréal) avec AP

Le Yémen libère 161 rebelles

Le gouvernement yéménite a annoncé qu’il libérait 161 rebelles du Nord, dans le cadre d’un accord de cessez-le-feu conclu avec les insurgés chiites, afin de mettre fin à huit ans de combats.

Le ministre de l’Intérieur a fait savoir lundi que cette nouvelle mesure de clémence s’ajouterait aux 75 libérations de la quinzaine précédente.

Les insurgés ont mené une guerre sporadique contre les autorités pendant des années, en guise de protestation contre ce qu’ils perçoivent comme des discriminations religieuses.

Les deux parties ont convenu de cesser les combats en février, les rebelles acceptant d’être désarmés et de relâcher des soldats et des propriétés qu’ils occupaient.

Un chef rebelle a précisé qu’il n’avait pas de détails sur la dernière libération, mais la considère comme un signe positif.

06/04/10 (B545) Mise en ligne progressive des archives sonores et audio-visuelles de l’ARDHD.

L’équipe de l’ARDHD a lancé un nouveau et grand projet : celui de réunir sous une même rubrique, facilement accessible, toutes les archives sonores et audio-visuelles que nous possédons, afin que les internautes puissent les écouter (ou les regarder) …. Cela représente un travail très lourd, car nous devons créer des liens avec chaque fichier et leur donner une référence unique ….

Lien pour accéder à cette rubrique : cliquez ici

Pour le moment, nous avons prévu Cinq rubriques principales, mais nous pourrons en ajouter des nouvelles :

1 – Les défenseurs des Droits de l’Homme (Accessible)

2 – Les responsables politiques (Accessible)

3 – Les artistes engagés (En finalisation)

4 – L’affaire Hasna (En développement)

5 – L’affaire Borrel. (En développement)

Les deux premières rubriques sont déjà partiellement accessibles. Comme les trois autres, elles seront complétées progressivement, en fonction des disponibilités de l’équipe.

04/04/10 (B545) Le Journal de la Flibuste (9 articles en Français)

___________________________ 9 – Le Figaro avec AFP

Somalie: pétrolier sud-coréen détourné

Un pétrolier sud-coréen avec 24 membres d’équipage à bord a été détourné aujourd’hui, probablement par des pirates, au large des côtes somaliennes, a indiqué le ministère sud-coréen des Affaires étrangères.

Le Samho Dream, un navire de 300.000 tonnes, faisait route d’Irak vers l’Etat américain de Louisiane, avec un équipage composé de 5 marins sud-coréens et de 19 philippins, a précisé le ministère, cité par l’agence sud-coréenne Yonhap.

Le ministère a convoqué une réunion d’urgence pour examiner la situation, a précisé Yonhap.

Un bâtiment sud-coréen patrouille actuellement dans les eaux somaliennes en raison de la multiplication des actes de piraterie dans cette zone maritime.

On estime à environ 60 millions de dollars le montant des rançons engrangées par les pirates somaliens au cours de l’année écoulée.

___________________________ 8 – Radio-Chine avec XINHUA

Un navire taïwanais détourné par des pirates somaliens

Un navire taïwanais a été détourné par des pirates somaliens au large des côtes somaliennes, avec au moins 14 membres d’équipage à bord, a confirmé samedi un responsable du secteur de la navigation civile dans la région.

Des Tawaïnais et des Indonésiens sont à bord du navire Jih Chun Tsai 68, détourné jeudi par des pirates somaliens, a fait savoir Andrew Mwangura, le coordinateur du Programme d’assistance aux marins en Afrique de l’est (SAP).

« Le Jih Chun Tsai 68 a été détourné jeudi par des pirates somaliens. Je n’ai pas la confirmation de la composition de l’équipage jusqu’à maintenant, mais ils viennent de Taïwan et de l’Indonésie », a confié à l’agence Xinhua M. Mwangura par téléphone.

Selon des reportages, deux Taïwanais et 12 Indonésiens sont à bord de ce navire de 80 tonnes détourné au large des côtes somaliennes.

Cet incident a eu lieu seulement plusieurs heures après une attaque ayant échoué contre un autre navire dans les eaux de la Somalie, les plus dangereuses du monde.

Des pirates ont attaqué mercredi soir le navire de pêche Jui Man Fa et ont ouvert le feu sur lui, blessant un marin indonésien au pied, a fait savoir M. Mwangura, tout en confirmant que le navire a réussi à se débarrasser des pirates en accélérant sa course vers les Maldives.

L’attaque contre le Jui Man Fa a eu lieu à environ 395 miles nautiques au sud-est du cap Guardafui, un petit bateau déguisé en navire taïwanais l’approchant.

Le Bureau maritime international (IMB) a récemment émis une alerte pour les vaisseaux naviguant au large de l’Afrique de l’est après que cinq bateaux eurent été attaqués en moins de 12 heures par des pirates somaliens lourdement armés.

Le détournement de navires au large de l’Afrique de l’est provoque davantage d’inquiétudes internationales, amenant les marines de plusieurs pays à patrouiller dans le golfe d’Aden en proie aux pirates.

Des centaines de personnes sont toujours aux mains des pirates à bord des navires détournés dans le golfe d’Aden et dans ses alentours.

Chaque année, quelque 25.000 bateaux parcourent le détroit sud du Yémen et la côte nord de la Somalie.

___________________________ 7 – BBC Afrique

Somalie: recrudescence des actes de piraterie en mer

Nick Childs, de la BBC

Les pirates sont de plus en plus actifs

Les pirates qui menacent la navigation commerciale au large des côtes de l’Afrique de l’est intensifient leurs activités, selon le contre-amiral britannnique Peter Hudson, qui commande les navires de guerre déployés par l’Union européenne dans le secteur pour tenter de les contrer. Pour lui, les marines internationales doivent maintenant réagir en coopérant plus étroitement en en concentrant leurs forces.

Selon la force navale européenne (Navfor), les pirates sont tout particulièrement actifs dans le secteur du bassin somalien, c’est à dire la partie de l’océan indien au large de la Somalie. Le contre-amiral Hudson précise que leur tactique consiste à chercher à submerger les unités déployées contre eux. Mais il affirme que ces dernières ont déjà pu réduire le nombre des attaques réussies contre la navigation internationale.

Peter Hudson est formel: « en déployant correctement nos avions » déclare-t-il, « et en positionnant nos navires là où il le fallait, nous avons pu disperser et démanteler plus d’une vingtaine de groupes de pirates, et perturber sérieusement leurs activités ».

Le contre-amiral britannique ajoute que le nombre des suspects en prison qui attendent de passer en justice au Kenya et aux Seychelles a aussi augmenté de façon significative.

Reste que le niveau d’activité des pirates indique qu’ils sont encore nombreux. Selon le contre-amiral, ils sont encore quelques milliers à participer, directement ou non, à ces opérations.

Rayon d’action accru

Navires ultra-modernes contre petites embarcations

Ils partent de camps de fortune à bord de vedettes qui font office de navires ravitailleurs, accompagnés d’esquifs plus petits qui servent à attaquer les navires. Ils capturent aussi des boutres pour des opérations à plus longue distance.

Selon l’Union européenne, le fait que les pirates ont accru leur rayon d’action est dû en partie au fait que les unités navales déployées contre eux les ont forcés à opérer plus loin de leurs bases.

Il y a cinq ans, leur rayon d’action maximum était de 278 km. Mais récemment, ils ont attaqué un navire à plus de 2000 kms des côtes somaliennes, à 926 kms à peine de l’Inde.

Maintenant, les unités navales internationales font surtout porter leurs efforts sur le Golfe d’Aden, où l’on relève une concentraton importante de mouvements maritimes – environ 30.000 par an.

Mais l’Union européenne a aussi pour mission d’escorter les bateaux du Programme alimentaire mondial (le PAM) amenant de l’aide internationale en Somalie. Et ceci a pour effet de réduire le nombre des vaisseaux disponibles pour opérer dans le reste de la région.

Coopération renforcée

Les marines internationales n’arriveront pas à régler le problème à elles seules

Pour les marines déployées au large de la Somalie, la question est de savoir pourquoi, avec leur équipement et leurs capacités ultra-modernes, elles n’arrivent toujours pas à venir à bout d’un fléau constitué essentiellement d’hommes à bord de petites embarcations motorisées.

Le contre-amiral Hudson donne une raison, soulignant que l’Union européenne ne déploie qu’une vingtaine de navires sur une superficie énorme, dépassant par exemple celle de l’Allemagne. Mais il ajoute que la coopération internationale s’est sensiblement accrue.

Selon lui, la priorité pour les forces alliées va être maintenant de coopérer plus étroitement pour réduire les risques dans les secteurs-clés.

Le contre-amiral Hudson explique: « nous allons utiliser nos sources de renseignements, nos appareils de patrouilles aéronavals, nos relations avec la région, ainsi qu’avec nos partenaires, l’Inde et la Chine, pour pouvoir mieux concentrer notre action ».

Mais le commandant de la force de l’Union européenne reconnaît que les forces navales ne pourront pas résoudre complètement le problème de la piraterie.

« A la longue, c’est à terre, et non en mer, que le problème sera réglé » estime le contre-amiral Hudson, qui ajoute: « en attendant, nous devons essayer de réduire les risques autant que nous le pouvons ».

___________________________ 6 – Angola Press

Somalie – Les marins nord-coréens blessés par des pirates arrivent au Kenya

Neuf marins nord-coréens blessés mercredi au cours d’une tentative d’abordage de leur bateau par des pirates somaliens sont arrivés samedi au Kenya, où ils vont être soignés, a annoncé la police.

« Neuf membres de l’équipage ont été blessés dans l’attaque. Cinq ont été soignés à bord tandis que les autres avaient besoin d’une assistance médicale spéciale », a indiqué le chef de la police portuaire Ayub Gitonga.

Quatre marins, grièvement blessés ont été transportés à l’hôpital de Mombasa, a précisé M. Gitonga.

Le MV Chol San Bong Chong Nyon Ho a subi mercredi une très violente attaque de pirates lourdement armés au large des côtes kényanes alors qu’il se dirigeait vers Monbasa, mais les pirates ne sont pas parvenus à monter à bord du bateau

Les pirates somaliens se sont déplacés dans l’océan indien car le golfe d’Aden est patrouillé depuis décembre 2008 par de nombreux bâtiments de guerre étrangers.

Malgré la forte présence militaire internationale le long des côtes kényanes, les plus longues du continent, les pirates arrivent à extorquer de lourdes rançons.

___________________________ 5 – Ria Novosti (Russie)

Piraterie: une frégate russe escorte des navires au large de l’Afrique de l’Est

« Un groupe de navires de la Flotte du Pacifique (la frégate Admiral Chapochnikov, le pétrolier ravitailleur Petchenga et le remorqueur MB-37- ndlr.) accomplit une mission de protection des cargos contre les pirates. A l’heure actuelle, l’Admiral Chapochnikov escorte 13 navires civils », a indiqué le porte-parole.

Les trois bâtiments de la flotte du Pacifique ont remplacé mercredi les navires de la flotte du Nord dont la frégate Admiral Tchabanenko. Deux hélicoptères et des unités de fusiliers marins se trouvent à bord de l’Admiral Chapochnikov.

Il s’agit du cinquième groupe de navires russes dépêché au large de l’Afrique de l’Est pour lutter contre les pirates. La frégate Admiral Vinogradov, le remorqueur de sauvetage Fotii Krylov et les pétroliers ravitailleurs Boris Boutoma et Petchenga ont patrouillé dans le golfe d’Aden de janvier à mars 2009. La frégate Admiral Panteleev, le remorqueur de sauvetage SB-37 et les pétroliers Ijora et Irkout ont protégé les cargos dans cette région du 27 avril du 7 juin 2009. La frégate Admiral Tribouts, le pétrolier ravitailleur Boris Boutoma et le remorqueur MB-99 sont restés au large de la Corne de l’Afrique du 3 juillet au 15 octobre 2009 avant d’être relevés par la frégate Admiral Tchabanenko.

En décembre 2009, l’Union européenne (UE) a lancé l’opération Atalante au large de la Corne de l’Afrique. Les bâtiments de guerre de 16 pays participent à l’opération qui devait initialement durer 12 mois, mais en juin 2009, elle a été prorogée d’un an. Des missions de patrouille et d’escorte sont également remplies par des bâtiments de guerre russes.

En 2009, les pirates somaliens ont attaqué 217 navires et en ont capturé 47, selon le Bureau maritime international.

___________________________ 4 – Mer & Marine

Trois FLF en mer Rouge et océan Indien

Pas moins de trois frégates légères furtives françaises sont actuellement déployées en mer Rouge et océan Indien. Dans la nuit du 26 au 27 mars, le La Fayette a franchi le canal de Suez pour relever cette semaine, à Djibouti, le Surcouf. Ce bâtiment achève plusieurs mois de missions au sein de la force navale européenne de lutte contre la piraterie et de la TF 150, force multinationale dédiée à la lutte contre le terrorisme.

A ce titre, le Surcouf a navigué du golfe d’Aden au Pakistan, en passant par le golf Persique. En dehors de ces deux frégates, une troisième FLF, le Guépratte, a appareillé le 11 mars de Toulon pour un déploiement de 5 mois en océan Indien. Avec le La Fayette, les deux bâtiments participeront à la lutte contre les pirates, les terroristes et les trafiquants, en coopération avec d’autres marines.

A ces moyens, il convient d’ajouter l’aviso Commandant Birot, lui-aussi déployé en océan Indien actuellement, ainsi que le bâtiment de commandement et de ravitaillement Somme, base mobile de l’amiral commandant les forces navales françaises dans cette région (Alindien). Le bâtiment de projection et de commandement Tonnerre et la frégate Georges Leygues, qui ont franchi Suez le 22 mars, ont également mis le cap sur l’océan Indien, où doit également se rendre la frégate antiaérienne Jean Bart au printemps.

__________ 3 – Agenda du Bien commun

Kenya : la justice ne prendra plus en charge les affaires concernant les pirates somaliens

Le ministre des Affaires étrangères du Kenya, Moses Wetangula [profil officiel, en anglais], a annoncé ce jeudi que le Kenya refuserait désormais de juger des affaires en lien avec les pirates de Somalie dans ses tribunaux. Il a expliqué que la multiplication de ces affaires avait engorgé le système judiciaire national, et a reproché à la communauté internationale de ne pas avoir aidé le pays dans son action judiciaire, comme elle s’était engagée à le faire. Le procureur général, Amos Wako [profil officiel, en anglais], a quant à lui fait remarquer le manque d’empressement des autres pays à se charger des affaires de piraterie, ce qui laisse le Kenya assumer presque seul les responsabilités en matière de justice [dépêche de l’APF].

En janvier, le Bureau maritime international [site, en anglais] de la Chambre de commerce internationale avait estimé que 2009 était la pire année en termes de piraterie maritime depuis six ans, le nombre d’incidents déclarés s’élevant à 406.

En novembre, le juge somalien Mahamed Abdi Aware, devenu célèbre pour avoir emprisonné des pirates présumés [brève du Figaro], des personnes suspectées de trafic humain et des agitateurs islamistes, avait été assassiné à la sortie d’une mosquée, dans la ville de Bossaso, dans la région du Puntland.

______________________ 2 – Le Figaro avec AFP

Attaque de pirates déjouée en Somalie

Un pétrolier battant pavillon de Sierra Leone a échappé hier à une attaque de pirates dans le Bassin de Somalie après avoir été secouru par un navire de guerre américain, a indiqué aujourd’hui la Ve Flotte.

Dans un communiqué, la Ve Flotte précise que le pétrolier, MV Evita, qui naviguait à 500 km au nord-ouest des Seychelles, a été pris pour cible par des pirates à bord de trois embarcations, qui ont tiré des coups de feu et visé le navire par des grenades autopropulsées pour l’obliger à s’arrêter. Le MV Evita réussi à échapper à ses assaillants en appliquant les mesures anti-piraterie.

Les attaques reprennent de plus belle

Alerté, un hélicoptère de l’USS Farragut, relevant de la force multinationale CTF 151, est intervenu mais il a laissé partir à bord de deux embarcations les onze pirates présumés, qui avaient réussi entre-temps à jeter à la mer leurs équipements de piraterie. L’hélicoptère a détruit et fait couler le « navire mère » qui a servi de centre de commandement en mer aux embarcations des pirates, selon le communiqué.

L’USS Farragut fait partie de la Combined Task Force (CTF) 151, une force multinationale qui a pour mission de veiller à la sécurité maritime, dont la lutte contre le terrorisme, dans une région qui va du détroit d’Ormuz jusqu’en mer Rouge en passant par le Golfe d’Aden et l’océan Indien.

Les pirates de l’océan Indien ont récemment repris de plus belle leurs activités, mettant à profit la fin de la mousson d’hiver et des conditions de navigation plus clémentes pour multiplier les abordages à plusieurs centaines de kilomètres de leurs côtes. Les pirates, le plus souvent somaliens, délaissent désormais le golfe d’Aden, patrouillé par de nombreux bâtiments de guerre étrangers, pour lancer des attaques très loin de leurs côtes, notamment à proximité des Seychelles.

______________________ 1 – Mer et Marine Marchande avec AFP

Taïwan: contact perdu avec un bateau de pêche au large de la Somalie

Les autorités de Taïwan ont annoncé jeudi qu’elles avaient perdu le contact avec un bateau de pêche taïwanais au large de la Somalie et craignaient qu’il a été détourné par des pirates.

Le propriétaire du Jih-chun Tsai 68, un bateau de pêche de 80 tonnes, a perdu le contact avec l’équipage jeudi vers 13H00 locales (05H00 GMT) dans les eaux au large de la Somalie, a déclaré le ministère taïwanais des Affaires étrangères.

Les autorités craignent d’autant plus qu’il s’agisse d’un détournement que douze heures plus tôt, un autre bateau de pêche taïwanais, le Jui Man Fa, avait été attaqué au large de la Somalie par des pirates qui ont blessé un membre indonésien de l’équipage, ont expliqué des responsables du ministère.

Le Jui Man Fa a réussi à échapper aux pirates et se dirige vers les Maldives, et l’état de santé du blessé est stable, a précisé le ministère.

Taïwan a sollicité l’aide de l’Organisation maritime internationale (OMI) et de la marine américaine pour retrouver le bateau de pêche porté disparu, selon la même source.

Jeudi, le centre d’information sur la piraterie du Bureau maritime international (BMI) à Kuala Lumpur (Malaisie) a diffusé une mise en garde contre les risques de détournement au large de l’Afrique de l’Est après que cinq bateaux eurent été attaqués par des pirates somaliens lourdement armés.

Ces attaques continuent malgré le déploiement depuis décembre 2008 d’une force militaire internationale dans le golfe d’Aden et l’océan Indien pour protéger les voies de navigation.

Les actes de piraterie au large de la Somalie ont fait un bond en mars, les pirates profitant de la fin de la mousson et de conditions climatiques plus clémentes pour revenir dans l’océan Indien et le golfe d’Aden, avait indiqué mercredi la mission navale européenne Navfor.

04/04/10 (B545) Nouvelles de Somalie (4 articles en Français)

_______________ 4 – Nouvel Obs avec AP

Somalie: au moins 20 civils tués à Mogadiscio

Au moins vingt personnes ont été tuées vendredi à Mogadiscio après des affrontements entre les forces du gouvernement et des insurgés islamiques, a-t-on appris de sources médicales.

Les combats de vendredi ont éclaté après deux semaines de calme relatif.

Le colonel Ibrahim Kalmoy, porte-parole des forces armées, a expliqué que les affrontements ont débuté après une attaque des rebelles islamistes contre des soldats gouvernementaux dans le sud de Mogadiscio, dans la zone de Taleh. Trois soldats ont été blessés à la suite des heurts.

Des troupes de l’Union africaine, déployées à Mogadiscio pour protéger les zones clefs du gouvernement somalien, ont prêté main forte aux soldats somaliens lors de l’attaque.

Ali Muse, du service des ambulances de la capitale somalienne, a indiqué que 15 civils avaient péri. En sus, le docteur Mohamed Yusuf, de l’hôpital Medina, a rapporté que cinq autres civils transportés dans sa clinique ont succombé à leurs blessures.

Les insurgés islamistes radicaux, qui contrôlent une grande partie de Mogadiscio, tentent depuis trois ans de renverser le gouvernement, qui ne tient que quelques pâtés de maisons dans la capitale, malgré la présence de 5.100 soldats de la force de paix de l’Union africaine.

_______________ 3 – CyberPress (Canada) avec AFP

Somalie: au moins 11 morts dans des échanges d’artillerie

Au moins 11 civils ont été tués vendredi à Mogadiscio dans des combats opposant insurgés islamistes aux forces gouvernementales soutenues par la force de paix de l’Union africaine (UA) en Somalie, a-t-on appris de source médicale et auprès de témoins.

Les deux camps ont eu recours à l’artillerie lourde dans ces combats qui ont éclaté vendredi, à la fois dans le sud et le nord de la ville.

«Onze civils parmi lesquels des enfants ont été tués dans les affrontements qui ont pris fin cet après-midi. Les ambulances ont collecté 26 blessés», a rapporté à l’AFP Ali Muse, le responsable des services des ambulances de la capitale somalienne.

«Sept d’entre eux ont péri dans le nord de Mogadiscio et quatre autres sont morts à Bakara», le plus grand marché de la ville situé plus au sud, a-t-il précisé.

Un habitant du nord de la ville, Farah Abdulahi Jumale, a rapporté que six membres d’une même famille avaient été fauchés par un obus de mortier.

«Un obus de mortier a frappé une maison dans le quartier de Manbolyon, tuant six membres d’une même famille», a-t-il déclaré.

Un responsable du groupe soufi armé Ahlu Sunna wal Jamaa a indiqué que leurs troupes avaient été engagées dans ces combats aux côtés du gouvernement, ce qui constituerait une première pour ce groupe particulièrement implanté dans la région de Galgudud (centre de la Somalie), où il combat avec efficacité contre les insurgés shebab.

«Nos combattants impliqués dans les combats ont infligé une leçon inoubliable à l’ennemi», a déclaré à l’AFP le porte-parole du groupe, Nur Cheikh Ali.

Plusieurs responsables gouvernementaux contactés par l’AFP ont refusé de confirmer l’implication d’Alhu Sunna wal Jamaa dans les combats.

Ahlu Sunna wal Jamaa, ou «les Compagnons du prophète», a été fondé en 1991 pour protéger l’islam soufi somalien, traditionnellement modéré, de l’influence grandissante du wahhabisme venu du Golfe. Le groupe a pris les armes en 2009 après la destruction par les shebab de plusieurs mausolées de célèbres soufis.

_______________________ 2 – Actu Défense

Des attaques suicides dénoncées par des islamistes en Somalie

Romain Mielcarek

Une attaque suicide de grande envergure sur la capitale de la Somalie.

Un plan soigneusement préparé par les terroristes islamistes du groupe Al-Shabaab. C’est ce qu’ont dénoncé simultanément hier en fin de journée l’AMISOM (African Union peacekeeping mission in Somalia) et un groupe islamiste modéré, Ahlu Sunna wal Jama’a.

Al-Shabaab, un groupe islamiste rebelle de Somalie, auteur de multiples attaques terroristes, préparerait une vaste campagne de terreur sur, la capitale somalienne. Des bateaux chargés d’explosifs, des avions légers et des camions kamikazes cibleraient toute la ville pour déborder les forces de sécurité gouvernementales et africaines, déjà mal équipées et organisées.

Ce plan a été dévoilé par le Ahlu Sunna wal Jama’a, un groupe islamiste somalien. Leur porte parole, Sheik Abdullahi Sheik Abdurahman Abu Yusuf, a décrit les différents détails connus au cours d’une conférence jeudi en fin de journée. Ces informations auraient été récoltées par leur propre réseau de renseignement qui, de fait, infiltrerait le réseau terroriste cité. Cette annonce a été rapidement confirmée par l’AMISOM, plus comme une validation de la confiance accordée aux islamistes que comme une source différente d’information.

Ahlu Sunna wal Jama’a s’est rapproché du gouvernement somalien. Participer à la sécurité du pays et saper les efforts de destabilisation des groupes rebelles est un moyen d’augmenter les chances des islamistes d’obtenir le pouvoir. Les autorités somaliennes doivent donc choisir entre travailler avec les plus modérés ou subir les plus violents. Le choix a été fait : le mois dernier, un accord de partage du pouvoir a été accepté entre les deux partis.

Cette manoeuvre du pouvoir, forcée par l’équilibre des forces actuel, est aussi un moyen de gagner du temps. En désamorçant ce type d’opérations, les terroristes perdent un temps précieux. Un temps qui profite par contre aux soldats de la paix africains qui tentent de se renforcer et d’améliorer leur efficacité sur le terrain mais aussi aux forces internationales basées au large des côtes somaliennes. Les États-Unis et l’Union européenne portent une attention croissante sur cette zone de crise.

Les membres d’Al-Shabaab, considérés comme les plus actifs en Somalie, lancent régulièrement des attaques sur la capitale et ses alentours. Les moyens évoqués, notamment les bateaux lancés en direction du port, sont courant et en général repoussés par les forces de sécurité.

_______________________ 1 – EuroInvestor avec Reuters

Al Chabaab préparerait une attaque contre le port de Mogadiscio

Les rebelles islamistes d’Al Chabaab envisagent d’attaquer le port de Mogadiscio à l’aide d’embarcations chargées d’explosifs, a déclaré vendredi la force de maintien de la paix de l’Union africaine dans le pays.

Al Chabaab, qui a prêté allégeance à Al Qaïda, est engagée dans une guerre contre le fragile gouvernement intérimaire somalien et ses milices alliées.

« Nous avons des informations selon lesquelles Al Chabaab compte utiliser un bateau charé d’explosifs pour attaquer le port », a déclaré le commandant Barigye Ba-hoku, porte-parole de l’Amisom, la mission de l’UA en Somalie. « Nous ne savons pas quand l’attaque se produirait, mais ils la préparent ».

04/04/10 (B545) Yémen Express (1 article en Français)

_________________________ 1 – Bourse en ligne

Total annonce l’entrée en production du deuxième train de l’usine de liquéfaction de gaz naturel de Yemen LNG.

La mise en service de ce deuxième train de liquéfaction, après celle du premier train intervenue le 15 octobre dernier, va permettre à l’usine de Yemen LNG d’atteindre sa pleine capacité.

Yemen LNG représente, en quelques chiffres :

un investissement global de 4,5 milliards de dollars, soit le plus grand investissement jamais réalisé au Yémen.

Un gazoduc de 320 kilomètres : approvisionné par le gaz du Bloc 18, situé dans la région de Marib au centre du Yémen, il alimente l’usine de liquéfaction de Balhaf sur la côte sud du pays.

Une capacité totale de production de 6,7 millions de tonnes de GNL par an, soit une centaine de cargos livrés chaque année pendant 25 ans. Depuis le démarrage du premier train, 18 cargos ont déjà été livrés en Corée du Sud, aux Etats-Unis, en Chine, en Espagne et auMexique.

« L’entrée en production du deuxième train de Yemen LNG, en avance sur nos prévisions, marque une nouvelle étape, majeure, dans l’histoire qui unit, depuis maintenant plus de vingt ans, Total à ses partenaires au Yémen » a déclaré à cette occasion Yves-Louis Darricarrère, directeur général Exploration & Production.

« Je tiens à saluer les équipes de ce projet dont l’implication, les efforts constants et l’attention permanente à la sécurité industrielle avaient déjà permis au premier train de liquéfaction d’atteindre très rapidement son plateau de production. Ce démarrage confirme la place de Total parmi les principaux producteurs de gaz naturel liquéfié dans le monde.»

Total est l’actionnaire principal de Yemen LNG dont il détient une participation de 39,62% aux côtés de la compagnie nationale yéménite Yemen Gas Company (16,73%), Hunt Oil Company (17,22%), SK Energy (9,55%), Korea Gas Corporation (6%), Hyundai Corporation (5,88%) et GASSP1 (5%).

Les équipes de Yemen LNG

Yemen LNG soutient l’économie de la région en ayant créé plusieurs milliers d’emplois pour la population locale pendant la construction et en mettant en?uvre un important programme de développement durable dans les domaines de l’eau, de la santé, de l’éducation, de la pêche et de l’agriculture.

Total et ses partenaires ont recruté et formé les équipes techniques et administratives en charge de Yemen LNG, soit 700 collaborateurs. À travers un programme de formation spécifique de trois ans sur les sites de Sanaa et Balhaf, les employés yéménites ont acquis les compétences nécessaires aux opérations. À l’avenir, environ 90% des salariés de Yemen LNG seront des professionnels yéménites travaillant dans tous les secteurs : opérations, administration, support et management.

Total au Yémen

Total est présent au Yémen depuis 1987. La production opérée par le Groupe est actuellement de 62 000 barils équivalents pétrole par jour. Le Groupe détient des participations dans les deux principaux bassins pétroliers du pays ; il est opérateur du Bloc 10 (bassin de Masila, permis d’East Shabwa, 28,57%) et partenaire d’un autre bloc producteur, le Bloc 5 (bassin de Marib, permis de Jannah, 15%).

En outre, Total participe à plusieurs permis d’exploration à terre : les blocs 69 et 71 avec une participation de 40% acquise en 2007, et le bloc 70 avec une participation de 30,9% acquise en 2008.

Total et le GNL

Acteur majeur du GNL grâce à des positions solides et diversifiées, Total est présent dans la plupart des grandes zones de production ainsi que sur les principaux marchés du GNL. Le développement du gaz naturel liquéfié demeure un élément clé de la stratégie de développement du Groupe.

Total produit du GNL en Indonésie, au Qatar, aux Émirats Arabes Unis, en Oman, au Nigeria et en Norvège. Le démarrage de Yemen LNG et du Train 5 de Qatargas 2 permet d’augmenter d’environ 40% la production de GNL du Groupe en 2010.

Angola LNG, actuellement en construction, viendra compléter ce portefeuille en 2012.

De nouveaux projets d’usines de liquéfaction de gaz sont actuellement à l’étude, parmi lesquels Shtokman en Russie, en partenariat avec Gazprom, et Ichthys en Australie, en partenariat avec Inpex.

Le Groupe s’est également assuré un accès à long terme à des capacités de regazéification de GNL sur les principaux marchés consommateurs : l’Amérique du Nord (Sabine Pass aux États-Unis et Altamira au Mexique), l’Europe (Fos Cavaou en France et South Hook au Royaume-Uni) et l’Asie (Hazira en Inde).

* * * * *

Total est l’un des tout premiers groupes pétroliers et gaziers internationaux, exerçant ses activités dans plus de 130 pays. Ses 97 000 collaborateurs développent leur savoir-faire à tous les niveaux de cette industrie : exploration et production de pétrole et de gaz naturel, raffinage et distribution, gaz et énergies nouvelles et trading. Ils contribuent ainsi à satisfaire la demande énergétique mondiale, présente et future. Le Groupe est également un acteur de premier plan de la chimie. www.total.com

1 Entité yéménite chargée de la sécurité sociale et des retraites.

04/04/10 (B545) Ahmed Reyale, dans une nouvelle interview à la presse en langue Somali, déclare qu’une tentative de modification de la constitution constituerait un risque majeur pour la paix et la sécurité intérieure de Djibouti. (A lire et à écouter – Info lecteur)

___________ 1 – Résumé en Français, proposé par notre informateur

Dans l’interview, Ahmed Reyale déclare que si le gouvernement actuel en place s’avisait de changer la constitution nationale, la situation de paix du pays serait gravement mise en danger.

En réponse à la question du journaliste qui lui demandait « les raisons pour lesquelles le peuple djiboutien ne s’opposait pas à ce projet ? », Ahmed Reyale explique que le peuple djiboutien vit sous la peur de la répression et qu’il ne dispose pas de la liberte d’expression, prévue par toutes les conventions internationale.

Cela ne doit pas occulter le fait que 80% des citoyens djiboutiens s’opposent à toutes les modifications de la Constitution.

Le journaliste lui a demandé ce qui arriverait au cas où la constitution serait modifiée contre la volonté populaire.
Il a repondu qu’une riposte adaptée était envisagée mais qu’elle sera annoncée le moment venu.

____________ 2 – Ecouter l’interview

 

____________ 3 – Texte en langue Somali

Mucaaradka Jabuuti oo ka hadlay Doorashada 2011-ka ka dhacaysa Jabuuti

Doorashooyinka madaxtinimada wadanka Jabuuti ayaa waxay ka dhici doontaa dalkaasi Horaanta sannadka soo socda ee 2011 waxaana soo baxaya mucaarad xoogan oo ay kaga soo horjeedaan Qurbajoogta Reer jabuuti ee Caalamka iyo Axsaabta mumcaradka kuwaasi oo madaxweynaha lu eedeynaya inuu doonayo inuu dastuurka wax ka badelo.

Axmed Rayaale Buux oo ah Afhayeenka Xubnaha Mucaaradka Jabuuti ayaa isaga oo ku sugan wadanka Belgium ay xidhidhey warbaahinta Caalamiga ah ee SBC waxaana uu sheegay inaysan raali ka ahayn shacabka Jabuuti wax ka badel lagu sameeyo dastuurka dalkaasi taasi oo uu haatan qorsheeda wado Madaxweynaha Jamhuuriyada Jabuuti Ismacil Cumar Geele

Rayaale waxaa uu sheegay in Dastuurka Dalka Jabuuti uu dhigayo in madaxweynaha uu isa soo taagi karo 2 jeer wixii ka badan uusan dhigeyn Dastuurka dalkaasi waxaana uu ku eedyay Ismaacil Cumar Geele mid Xilligan wada Qorshe wax ka badal oo ku aadan Dastuurka iyo doorashada taasi oo uu doonayo in mar sadexaad uu jagadasi isku soo taago sida uu hadal uu u dhigay.

Axmed Rayaale oo aanu weydiinay Bacdamaa dadka dalkaasi ay Doorashada Codkooda ka dhiibtaan sababta ay arintaasi iga hor iman waayeen ayaa waxaa uu sheegay Mr.Rayaale in shacabka Jabuuti ay yihiin kuwo la cabsi geliyay islamarkaasina aan awoodin inay ka hadlaan wixii dani ugu jirto.

Mr.Rayale waxa uu sheegay in dalka Jabuuti uusan ka jirin Dimuquraadiyad xitaa boqoliiba hal sida uu hadalka u dhigay waxaana uu sheegay inay yihiin dadka jabuuti dad awood loo sheegtay.

Mar aanu weydiinay Afhayeen Xubnaha mucaaradka Rayaale Waxa u qorsheysan inay ka qabtaan hadii talaabadaasi uu qaado Madaxweyne Ismaciil Cumar Geele waxaa uu sheegay inay arintaasi ka soo horjeedaan islamarkaasina ay shacabka Dalkaasi ugu baaqayan inay arintaaasi ka soo horjeestaan DIbad baxyana dhigaaan si ay u muujiyaan Dareenkooda ku aadan Maamulka Haatan ee Jabuuti.

Xisbiyo mucaarad ah oo dhowr ah kuwaasi oo ka dhisan qaarada Yurub ayaa mudooyinkii ugu danbeeyay waday Qorshayaal ay kaga soo horjeedaan taalada Maamulka Talada Jabuuti ee wax ka badalka dastuurka dalkaasi waxaana ay sheegeen inay doonayaan inay dalkaasi ka saran dhibaatoyinka ka jira.

Masuulkan ah afhayeenka Ururada Mucaaradka Jabuuti oo ku sugan Builgem ayaa waxaa uu sidoo kale Ku eedyay Madaxweynaha Jabuuti mid xilligaan khatar gelinaya Xaalada Dalkaaasi hadii aan laga wareejin Xilka madaxtinimada wadanka Jabuuti waxaana uu sheegay inay Tahay Mid ay ka soo horjeedaan.

Ugu danbeyn Axmed Rayaale Buux afhayeenka Mucaaradka Jabuuti waxaa uu ugu baaqay shacabka Jabuuti inay arintaasi ka muujiyaan dareenkooda isaga oo sheegay inuusan dalka tegi Karin bacdamaa Qaar ka mid ah asxaabtiisa lagu xiray gudaha wadankaaasi oo uu sheegay inay ka jirto awood u sheegasho uu wado madaxweyna Ismaaciil Cumar geele Sida uu hadalka u dhigay Afhayeenka.

04/04/10 (B545) Le Mamouth / IMF, mission pas impossible

La présence française à Djibouti va se contracter, nettement même, si l’on en croit le Figaro magazine ; l’armée de terre payant le plus lourd écot (moins 600).

En passant les restructurations liées à la base de défense dont Djibouti fut une des pilotes, le départ (non remplacé) de la Dague, la contraction prévisible de la ressource héliportée, le format futur, en ressources humaines et en matériel, reste des plus incertains : peut-être guère plus de 2.000 militaires, contre les 2.900 actuels.

Pour l’anecdote, mais cela n’a sûrement rien à voir, les six députés (1) qui ont visité la base le mois dernier ne devaient pas visiter le 5e RIAOM, ils n’ont pu l’obtenir in extremis qu’au prix d’un lever très matinal. Entre autres et par ailleurs, ils ont apprécié un bivouac avec les légionnaires dans la FOB érigée, entre Petit Bara et la mer, par les sapeurs du 1er REG au prix d’efforts herculéens. Ils ont aussi visité la base aérienne et l’hôpital, et reçu une information sur la lutte contre les pirates.

La France injecterait aujourd’hui 30 MEUR à Djibouti en impôts des militaires, achats locaux et loyer versé à l’état djiboutien. Cette seule somme porterait, de source parlementaire, sur 17 MEUR, hors l’hôpital Bouffard, qui n’a jamais fait partie de l’assiette, apparemment.

A l’extrême autre bout de l’Afrique, les chiffres et les très fortes inquiétudes s’alignent aussi comme le constate Patricia Allémonière, sur TF1. Il ne restera que 300 militaires au Sénégal. Une perte sèche pour les 3.000 sénégalais, dont les salaires font vivre 50.000 autres sénégalais.

Le Tchad pourrait perdre encore quelques postes (Epervier est déjà passé de 1.100 à 1.000 militaires), le seul vrai gagnant en Afrique étant le Gabon, mais le gain final n’est pas encore connu. Le Gabon bénéficie de deux compagnies tournantes et de trois Cougar.

Ces départs n’ont, on le sait, que deux motifs : faire de très grosses économies sur les forces prépositionnées, et faire décoller les effectifs de l’implantation militaire française aux Emirats Arabes Unis (IMFEAU), sans doute doubler l’effectif initial.

Les économies djiboutiennes étant clairement reportées au profit de l’IMFEAU. Et comme disait le regretté Jim Graves, pour l’IMF, rien d’impossible.

(1) il s’agissait, entre autres, de Gilbert Le Bris qui raconte d’ailleurs sur son site les détails de la visite, Marc Joulaud, Patricia Adam, Christophe Guilloteau.