Articles

31/05/10 (B554) Nouveaux combats dans le nord de Djibouti qui opposent la résistance du FRUD aux troupes de l’AND (1 article)

______________________________ 1 – Europe 1

Djibouti: Des rebelles disent avoir tué 3 soldats

Un mouvement rebelle djiboutien a affirmé lundi avoir repoussé deux attaques de l’armée dans le nord de Djibouti, tuant au moins trois militaires, selon un communiqué du groupe transmis à l’AFP à Nairobi. Vendredi et samedi dernier, « l’armée a entrepris deux attaques contre les combattants du FRUD (Front pour la Restauration de l’Unité et la Démocratie) au nord de Djibouti.

31/05/10 (B554) Communiqué de la LDDH pour dénoncer le génocide du peuple palestinien



Le Président

DIFFUSION D’INFORMATION DU 31 MAI 2010

HALTE AU GENOCIDE DU PEUPLE PALESTIEN.

La fameuse politique, du Docteur au sac de riz en faveur des interventions et/ou INGERENCES Militaires pseudo légales avec évidemment la couverture des Casques bleus onusiens ou de l’OTAN ou parfois comme en Somalie par des Forces tueuses du Burundi et de l’Ouganda, ne sera jamais appliquée contre les néo-nazis d’Israël qui s’attellent en toute IMPUNITE à l’extermination par Génocide, Crimes de Guerre et Crimes contre l’Humanité du Peuple de la Palestine occupée.

Que DIEU TOUT-PUISSANT protège le vaillant Peuple

NOEL ABDI Jean-Paul

________________________________________

L’assaut donné par des commandos israéliens contre une flottille humanitaire cherchant à atteindre Gaza, qui a fait dix morts, a suscité un tollé international et conduit Benjamin Netanyahu à annuler une rencontre avec Barack Obamapour regagner précipitamment Israël.

ASSAUT SANGLANT D’ISRAËL CONTRE LA FLOTILLE HUMANITAIRE POUR GAZA

A New York, le Conseil de sécurité des Nations unies devait se réunir à partir de 17h00 GMT pour débattre de l’assaut israélien, et l’Onu a condamné la mort de civils tués dans des eaux internationales.

Les six navires de la flottille arraisonnée dans la nuit ont été convoyés par la marine israélienne vers le port israélien d’Ashdod. Les informations sur l’assaut sont encore parcimonieuses, du fait de la censure militaire israélienne.

Les Israéliens, qui avaient prévenu qu’ils arraisonneraient tout navire tentant de forcer le blocus maritime de Gaza, disent que les commandos, débarqués par hélicoptère, se sont heurtés à une vive résistance de membres de la flottille, dont certains étaient armés de couteaux. Des militants ont fait usage d’armes prises aux Israéliens.

Un membre du commando israélien a confié à la presse avoir été la cible de tirs et attaqué à coups de barres de fer et de couteaux lorsqu’il est descendu en rappel d’un hélicoptère sur le paquebot turc Mavi Marmara, « navire amiral » de la flottille, vers 01h00 GMT. C’est à bord de ce paquebot turc, qui avait 581 personnes à son bord, qu’ont péri les dix militants.

Certains militants, parlant arabe, ont tenté de prendre des Israéliens en otages.

Sept soldats israéliens ont été blessés, ainsi que de nombreux militants à bord, d’après un bilan communiqué par l’armée israélienne.

Mark Regev, porte-parole du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, a assuré que l’Etat juif n’avait absolument pas voulu d’une confrontation violente.

Les six bateaux, qui avaient appareillé dimanche soir de Chypre, entendaient livrer 10.000 tonnes d’aide humanitaire aux 1,5 million de Gazaouis en brisant l’embargo naval.

Les forces israéliennes ont été mises en état d’alerte sur les frontières avec la bande de Gaza, la Syrie et le Liban, de même qu’autour de Jérusalem, en Cisjordanie et dans le nord d’Israël.

L’affaire, qui soulève un tollé dans nombre de capitales, y compris dans des pays alliés d’Israël, risque de remettre en cause les pourparlers indirects entamés voici trois semaines entre Palestiniens et Israéliens.

LA FRANCE « PROFONDÉMENT CHOQUÉE »

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, s’est déclaré choqué par la gravité de l’intervention israélienne.

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a qualifié de « massacre » l’intervention israélienne et décrété trois jours de deuil dans les territoires palestiniens.

La Turquie a vivement réagi, parlant d’assaut « inacceptable » et soulignant qu' »Israël devra supporter les conséquences de ce comportement ». Le convoi avait été organisé entre autres par une association turque de défense des droits de l’homme et Ankara avait demandé à Israël d’autoriser le passage des navires.

L’ambassadeur de Turquie en Israël a été rappelé à Ankara et la Turquie a annulé trois exercices militaires conjoints prévus avec les Israéliens, en signe de protestation. Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a écourté une tournée latino-américaine pour rentrer au pays.

Des milliers de personnes en colère ont convergé vers la place Taksim au coeur d’Istanbul et une manifestation a eu lieu devant le consulat d’Israël dans cette ville. Une grande partie des occupants de la flottille étaient des Turcs et, selon certaines informations, il y aurait des Turcs parmi les morts.

La Syrie a réclamé une réunion d’urgence de la Ligue arabe, l’Egypte a convoqué l’ambassadeur d’Israël au Caire et le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a dénoncé un acte « inhumain ».

L’Union européenne a demandé quant à elle une enquête complète sur l’assaut, tout comme la France, qui, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, s’est déclarée « profondément choquée ». Nicolas Sarkozya fait part de sa « profonde émotion devant les conséquences tragiques de l’opération(…). »

DISCOURS DE FERMETÉ

En revanche, la Maison blanche s’est bornée pour l’instant à « regretter » les morts de la flottille et a indiqué que la présidence américaine étudiait les circonstances entourant l’affrontement.

Benjamin Netanyahu, actuellement au Canada, a décidé d’écourter sa visite pour revenir plus tôt que prévu en Israël, et il annule de ce fait la rencontre prévue mardi à Washington avec Barack Obama.

Les autorités israéliennes ont maintenu lundi un discours de fermeté, même si le ministre du Commerce, Benjamin Ben-Eliezer, a reconnu que l’affaire allait provoquer un « gros scandale ». Le vice-ministre des Affaires étrangères Danny Ayalon a tenu responsable les militants à bord de la flottille des violences et affirmé qu’il s’agissait de personnes alliées aux ennemis d’Israël, en l’occurrence au Hamas et à Al Qaïda.

« S’ils (les navires) étaient passés, ils auraient ouvert une voie pour le trafic d’armes vers Gaza », a-t-il déclaré en soulignant qu’il n’était pas question d’assouplir le blocus.

Israël, qui a fermé les frontières de la bande de Gaza en 2007 lorsque le Hamas en a pris le contrôle, avait prévenu qu’il bloquerait le convoi. L’objet de cet embargo est d’empêcher que des armes soient livrées aux islamistes du Hamas.
Israël exige que toute aide lui soit remise afin d’en examiner le contenu avant sa distribution dans la bande de Gaza par des canaux approuvés par l’Etat juif.

Avec Michele Kambas à Nicosie
et Tulay Karadeniz à Ankara,
Grégory Blachier, Henri-Pierre André
et Eric Faye pour le service français,
édité par Gilles Trequesser

31/05/10 (B554) Ethiopie (1 article en Français)

____________________________ 1 – AFP

Ethiopie: la rebellion d’Ogaden dit contrôler un champ gazier, Addis dément

Les rebelles du Front national de libération de l’Ogaden (ONLF) ont affirmé dimanche avoir capturé un champ gazier dans le sud-est de l’Ethiopie, ce que le gouvernement a catégoriquement démenti.

« Les forces spéciales du Front national de libération de l’Ogaden ont libéré (hier) vendredi et contrôlent le champ d’Hilala, dans l’est de l’Ogaden », a affirmé le groupe rebelle dans un communiqué daté de samedi.

« Les troupes du régime (en place) ont abandonné le champ après avoir été encerclées par nos hommes et (après) avoir compris que leurs chances de survivre étaient minces », poursuit le communiqué.

Le gouvernement éthiopien a démenti toute attaque sur cette installation où la compagnie pétrolière nationale malaisienne Petronas mène des travaux d’exploration.

« Il n’y a pas eu une seule balle tirée dans la localité », a déclaré à l’AFP le porte-parole du gouvernement Bereket Simon.

« Ce message était destiné à remonter le moral d’un groupe défait, désormais incapable de mener des attaques », a-t-il ajouté.

Le gouvernement et l’ONLF se livrent une guerre médiatique depuis plusieurs mois, à coup de communiqués et d’accusations: jeudi, le gouvernement avait affirmé avoir tué 59 rebelles alors que ces derniers avaient assuré deux jours plus tôt avoir fait 94 morts dans les rangs de l’armée.

Créé en 1984, l’ONLF dit se battre pour obtenir l’indépendance de la région de l’Ogaden. Il a menacé à plusieurs reprises les entreprises étrangères qui prospectent le gaz et le pétrole dans cette région frontalière avec la Somalie.

En avril 2007, le Front avait lancé une attaque contre un site d’exploration pétrolier chinois dans l’Ogaden, qui avait fait 77 morts, dont neuf Chinois. Sept autres employés chinois avaient été pris en otage, puis libérés quelques jours plus tard sous les auspices du Comité international de la Croix-rouge (CICR).

Cette attaque avait provoqué une vaste offensive des forces armées éthiopiennes dans cette région, quasiment interdite d’accès aux journalistes et aux organisations humanitaires.

31/05/10 (B554) Nouvelles de Somalie (7 articles)

_____________________________ 7 – AFP

Somalie: le correspondant de l’AFP Mustafa Haji Abdinur a reçu le prix CNN Multichoice 2010

Le correspondant de l’Agence France-Presse en Somalie, Mustafa Haji Abdinur, a reçu ce week-end le prix CNN Multichoice du Journaliste Africain de l’Année dans la catégorie Presse Libre.

M. Abdinur, 28 ans, correspondant de l’AFP à Mogadiscio depuis 2006, était au nombre de plusieurs journalistes africains honorés lors de cette cérémonie à Kampala.

« Chers amis, je vis dans un pays dont le nom est malheureusement devenu synonyme d’anarchie, où la vie humaine ne vaut pas grand chose et où la liberté de la presse n’existe tout simplement pas », a-t-il dit.

Mustafa Haji Abdinur a été choisi « pour son travail en Somalie, dont l’initiative +Journalisme pour la paix+ qu’il a lancé avec l’aide de collègues journalistes somaliens au début de l’année », ont indiqué les organisateurs.

Ce prix avait notamment été remis au correspondant assassiné de l’AFP en Gambie Deyda Hydara et au journaliste érythréen emprisonné Seyoum Tsehaye Musa Saidykhan.

Le prix CNN Journaliste Africain de l’année a été créé en 1995 par l’homme de média Edward Boateng et le journaliste photographe kényan, décédé, Mohamed Amin pour reconnaître et encourager l’excellence en matière de journalisme en Afrique.

En novembre 2009, M. Abdinur avait déjà obtenu le prix

_____________________________ 6 – UN HCR

UNHCR : Plus de 17 000 civils ont fui les combats à Mogadiscio en mai

L’intensification des combats à Mogadiscio, la capitale somalienne, a déplacé plus de 17 000 civils depuis le début du mois. Ce chiffre inclut 14 300 personnes ayant été forcées de fuir durant les deux seules dernières semaines, suite à un renouveau d’affrontements violents entre les troupes du Gouvernement fédéral de transition, appuyées par la Mission de maintien de la paix de l’Union africaine (Amisom), et les groupes armés d’opposition.

« Nous sommes profondément préoccupés par les pertes en vie humaine et les déplacements qui ont encore augmenté ces 14 derniers jours », a indiqué Andrej Mahecic, porte-parole du HCR, aux journalistes à Genève vendredi. « Selon des informations recueillies d’après des rapports de terrain, au moins 60 personnes ont été tuées et plus de 50 autres ont été blessées au cours de combats de rue. Environ 200 000 Somaliens ont été déplacés depuis le début de l’année », a-t-il ajouté.

La majorité des Somaliens qui ont été forcés de fuir leurs maisons ces quinze derniers jours sont déplacés au sein même de la capitale – soit environ 9 300 personnes. Mogadiscio abrite déjà plus de 350 000 personnes déplacées internes.

Parallèlement, le nombre des familles déplacées vivant à Mogadiscio dans des conditions épouvantables augmente, selon des informations recueillies auprès de partenaires du HCR. De nombreuses familles n’ont pas les moyens de payer un moyen de transport vers des camps de fortune situés à l’ouest de Mogadiscio dans le corridor d’Afgooye, où sont déjà hébergées 366 000 personnes déplacées internes.

Les familles les plus chanceuses sont hébergées par des proches ou des amis dans des quartiers un peu plus sûrs de la capitale. Cependant, le surpeuplement signifie qu’en moyenne, trois familles doivent partager un lieu d’hébergement.

« Selon nos partenaires, encore davantage de familles vivent abandonnées à elles-mêmes dans les rues de Mogadiscio, s’abritant sous une bâche en plastique ou ce qu’elles ont pu trouver pour construire un toit. Ce sont les plus vulnérables », a indiqué Andrej Mahecic, notant que ces personnes sont complètement dépendantes de l’aide limitée que les agences humanitaires réussissent à livrer et des maigres transferts de fonds envoyés par des proches depuis l’étranger. » Des centaines d’enfants sont forcés de mendier dans les rues de la capitale, ainsi que de nombreuses femmes dans les principaux marchés », a ajouté Andrej Mahecic.

Les partenaires du HCR dans la capitale somalienne rapportent que les civils sont épuisés, tendus et affamés. Toutefois ils écoutent constamment la radio, en espérant entendre un jour que les combats seront terminés.

La Somalie est l’un des pays générant le plus grand nombre de personnes déracinées à travers le monde. Environ 1,4 million de Somaliens sont déplacés au sein de leur pays, et plus de 580 000 Somaliens sont réfugiés dans des pays voisins.

Environ 40 pour cent de la population somalienne vit en-dessous du niveau d’extrême pauvreté et un enfant somalien sur sept meurt avant l’âge de cinq ans.

L’intensification des combats à Mogadiscio, la capitale somalienne, a déplacé plus de 17 000 civils depuis le début du mois. Ce chiffre inclut 14 300 personnes ayant été forcées de fuir durant les deux seules dernières semaines, suite à un renouveau d’affrontements violents entre les troupes du Gouvernement fédéral de transition, appuyées par la Mission de maintien de la paix de l’Union africaine (Amisom), et les groupes armés d’opposition.

« Nous sommes profondément préoccupés par les pertes en vie humaine et les déplacements qui ont encore augmenté ces 14 derniers jours », a indiqué Andrej Mahecic, porte-parole du HCR, aux journalistes à Genève vendredi. « Selon des informations recueillies d’après des rapports de terrain, au moins 60 personnes ont été tuées et plus de 50 autres ont été blessées au cours de combats de rue. Environ 200 000 Somaliens ont été déplacés depuis le début de l’année », a-t-il ajouté.

La majorité des Somaliens qui ont été forcés de fuir leurs maisons ces quinze derniers jours sont déplacés au sein même de la capitale – soit environ 9 300 personnes. Mogadiscio abrite déjà plus de 350 000 personnes déplacées internes.

Parallèlement, le nombre des familles déplacées vivant à Mogadiscio dans des conditions épouvantables augmente, selon des informations recueillies auprès de partenaires du HCR. De nombreuses familles n’ont pas les moyens de payer un moyen de transport vers des camps de fortune situés à l’ouest de Mogadiscio dans le corridor d’Afgooye, où sont déjà hébergées 366 000 personnes déplacées internes.

Les familles les plus chanceuses sont hébergées par des proches ou des amis dans des quartiers un peu plus sûrs de la capitale. Cependant, le surpeuplement signifie qu’en moyenne, trois familles doivent partager un lieu d’hébergement.

« Selon nos partenaires, encore davantage de familles vivent abandonnées à elles-mêmes dans les rues de Mogadiscio, s’abritant sous une bâche en plastique ou ce qu’elles ont pu trouver pour construire un toit. Ce sont les plus vulnérables », a indiqué Andrej Mahecic, notant que ces personnes sont complètement dépendantes de l’aide limitée que les agences humanitaires réussissent à livrer et des maigres transferts de fonds envoyés par des proches depuis l’étranger. » Des centaines d’enfants sont forcés de mendier dans les rues de la capitale, ainsi que de nombreuses femmes dans les principaux marchés », a ajouté Andrej Mahecic.

Les partenaires du HCR dans la capitale somalienne rapportent que les civils sont épuisés, tendus et affamés. Toutefois ils écoutent constamment la radio, en espérant entendre un jour que les combats seront terminés.

La Somalie est l’un des pays générant le plus grand nombre de personnes déracinées à travers le monde. Environ 1,4 million de Somaliens sont déplacés au sein de leur pays, et plus de 580 000 Somaliens sont réfugiés dans des pays voisins.

Environ 40 pour cent de la population somalienne vit en-dessous du niveau d’extrême pauvreté et un enfant somalien sur sept meurt avant l’âge de cinq ans.

_____________________________ 5 – AFP

Les affrontements entre les combattants islamiques et les forces pro-gouvernementales somaliennes à Mogadiscio ont causé en deux semaines au moins 60 décès et 14.300 déplacements, s’est alarmé vendredi le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

« Plus de 14.300 (civils) ont fui ces deux dernières semaines », a expliqué aux journalistes un porte-parole du HCR, Andrej Mahecic, précisant que la plupart de ces déplacés – environ 9.300 – n’ont pas abandonné Mogadiscio.

Il a également précisé que « selon des informations obtenues sur le terrain, au moins 60 personnes ont été tuées et plus de 50 autres blessées dans des combats de rues ».

« Beaucoup de familles sont dans des situations désespérées, coincées dans la ville assiégée », s’est inquiété le porte-parole.

La capitale somalienne est le théâtre de violents affrontements entre les forces favorables au gouvernement – désormais soutenues par la force de paix africaine (Amisom) – et les insurgés islamistes shebab qui ont déclenché le 22 mai une vaste attaque à Mogadiscio en direction du palais présidentiel.

Les récents combats se sont déroulés en l’absence du président somalien Sheik Sharif Ahmed, qui participait à Istanbul à une conférence sur la Somalie, destinée à soutenir le TFG (Gouvernement fédéral de transition).

Le très fragile TFG a été créé en janvier 2009 et est depuis soutenu à bout de bras par la communauté internationale. Ce gouvernement n’est présent que dans une petite partie de Mogadiscio, avec l’appui de 6.000 soldats ougandais et burundais de l’Amisom déployés dans les zones stratégiques. La majorité de la ville est contrôlée par les insurgés islamistes.

L’escalade de la violence dans le pays a forcé quelque 200.000 Somaliens à quitter leurs foyers depuis le début de l’année, selon le HCR qui fait face à une augmentation imprévue des flux de réfugiés dans la région.

Les violences en Somalie, où une guerre civile fait rage depuis des années, ont fait environ 1,4 million de déplacés tandis que plus de 580.000 personnes ont cherché refuge dans des pays voisins, indique l’organisation.

_____________________________ 4 – Afrique Avenir

Le parlement somalien nomme un nouveau porte-parole

Le parlement du gouvernement fédéral de transition de la Somalie a nommé Sharif Hassan Sheikh Aden au poste de porte-parole pour un mandat de quatre ans.

Lors d’une élection qui s’est déroulée vendredi, 217 sur les 388 députés somaliens ayant assisté à la session parlementaire ont voté en faveur de Sharif Hassan Sheikh Aden, alors que son principal rival Abdi Hashi Abdullahi n’a obtenu que 143 voix.

Trois autres candidats étaient en lice pour briguer le poste de porte-parole de l’Assemblée nationale somalienne, en l’occurrence Abdi Kafi Moalim qui a engrangé 12 voix, Sheikh Ahmed Fanah crédité de 10 voix et l’ancien ministre des affaires étrangères de la Somalie le professeur Abdullahi Sheikh Ismail qui n’a amassé que 2 voix.

« Aujourd’hui, les élections se sont déroulées normalement et ont consacré la victoire écrasante de Sharif Hassan Sheikh Aden au détriment de ses adversaires, qui devient ainsi le porte-parole du parlement somalien », a déclaré Hajii Shukri, le doyen du parlement qui présidait la réunion, conformément à la constitution.

La cérémonie de prestation de serment du nouveau porte-parole a eu lieu aussitôt après la proclamation des résultats de l’élection.

Au cours des derniers mois, des désaccords politiques au sein du parlement somalien, composé de 550 membres, ont entraîné la monté de tensions si bien que l’ancien porte-parole Sheikh Aden Mohamed Nur a été contraint de démissionner au milieu du mois courant.

Par ailleurs, l’élection des deux adjoints qui était prévue pour samedi, a été reportée cinq jours plus tard après que la cour suprême du pays ait entériné le report.

_____________________________ 3 – Algérie 360°

La Conférence sur la Somalie s’achève sans réelle avancée : Les chebab font la loi à Mogadiscio

Au moment où une conférence internationale sur la Somalie se déroule en Turquie pour faire sortir ce pays de la terrible impasse, Mogadiscio subit le diktat des chebab.

Au moins 14 civils, dont cinq membres d’une même famille, ont été tués à Mogadiscio depuis l’entame d’une importante attaque des insurgés en direction du palais présidentiel.

Les chebab ont lancé une offensive sur plusieurs positions gouvernementales dans le nord de la capitale somalienne et gagnent du terrain. La majorité de la ville reste contrôlée par les insurgés islamistes.

Ces derniers et les troupes gouvernementales s’affrontent presque quotidiennement dans Mogadiscio. Les combattants chebab ont pu progresser en direction de la Présidence, approchant notamment de «Kilomètre zéro», un carrefour important menant au port stratégique de la capitale.

Des soldats de la Force de la paix de l’Union africaine (Amisom) appuient les forces pro-gouvernementales. Les combats se déroulent en l’absence du président Cheik Sharif Ahmed, depuis vendredi dernier à Istanbul pour une conférence internationale sur son pays.

Cette conférence qui s’achève sans avancées palpables devait soutenir le très fragile gouvernement de transition TFG mis en place en janvier 2009. Mais ce gouvernement ne contrôle qu’une petite partie de Mogadiscio.

Grâce, il est vrai, à l’appui de 6 000 soldats ougandais et burundais déployés dans les zones stratégiques. Le TFG, réitérant sa détermination à promouvoir le dialogue et la réconciliation dans le pays, a exprimé son engagement à entamer au 3ème trimestre de l’année en cours un processus en vue de l’établissement d’une nouvelle Constitution.

Les participants à la conférence ont jugé que «le rétablissement, l’entraînement, l’équipement, le paiement des forces de sécurité somaliennes sont vitaux pour la stabilité à long terme de la Somalie». Le pays est également en proie à la piraterie.

Le phénomène prend désormais des proportions internationales. A Rotterdam aux Pays-Bas s’ouvre le premier procès en Europe de pirates somaliens arrêtés dans le golfe d’Aden alors qu’ils attaquaient un cargo enregistré aux Antilles néerlandaises.

Les mis en cause, âgés de 25 à 45 ans, qui risquent jusqu’à 12 ans de prison, avaient été interceptés par un navire militaire danois alors qu’ils attaquaient un cargo turc.

Ils ont été transférés aux Pays-Bas après avoir été remis aux autorités néerlandaises par la marine danoise. Selon le Bureau maritime international (BMI), 215 attaques ont été menées par des pirates somaliens contre des navires de la marine marchande en 2009, sur un total de 409 dans le monde entier.

Par Moumene Belghoul

_____________________________ 2 – Miilka’s blog

Le Parlement somalien a choisi un proche allié du président en tant que Président, peut-être se terminant divisions qui ont récemment quitté l’Assemblée législative.

Les législateurs ont applaudi et acclamé vendredi, alors que Sharif Hassan Cheikh Adan a annoncé le vainqueur, en battant quatre autres candidats.

Président par intérim Haji Shugri Cheikh Ahmed a déclaré Adan obtenu 217 voix, contre son rival le plus proche qui a obtenu 143.
Adan a promis de réconcilier législateurs.

L’orateur précédent a démissionné la semaine dernière après législateurs lui chahuté et interrogé son autorité lors de la réunion du Parlement en première en cinq mois.

Président Cheikh Sharif Cheikh Ahmed tente d’affirmer son emprise sur le gouvernement pour tenter de forger un front uni contre les insurgés islamistes qui ont tenté de renverser son gouvernement.

_____________________________ 1 – ONU

Somalie: des milliers de personnes fuient les affrontements à Mogadiscio

Au cours du dernier mois, de nouveaux combats entre forces gouvernementales et groupes armés rebelles dans la capitale Mogadiscio ont entrainé la fuite de plus de 17.000 personnes, dont 14.300 pour les deux dernières semaines, a indiqué vendredi le Haut commissariat des Nations Unies aux réfugiés (UNHCR).

Selon l’agence onusienne, cela porte à 200.000 le nombre total de Somaliens qui ont été déplacés depuis le début de l’année 2010. Elle souligne aussi l’augmentation du nombre de victimes civiles depuis quinze jours, avec 60 personnes tuées et une cinquantaine d’autres blessées à caude des combats de rue de la capitale.

« La majorité de ceux qui ont fuit Mogadiscio était déjà des déplacés internes », a souligné le porte-parole du HCR, Andrej Mahecic, lors d’une conférence de presse au siège de l’organisation, à Genève. Il a rappelé que plus de 350.000 Somaliens s’étaient déjà refugiés dans la capitale. « Les plus chanceux ont été accueillis par des proches ou des amis, les autres errent dans les rues, faute d’abris », a-t-il ajouté, précisant que la plupart n’avaient même pas les moyens de quitter les zones de combats et de rejoindre le corridor humanitaire d’Afgooye, à 15 kilomètres, où 366.000 déplacés sont déjà réfugiés.

« Le nombre de familles qui vive dans les rues de Mogadiscio dans des conditions extrêmes ne cesse d’augmenter. Ce sont les gens les plus vulnérables et les plus dépendants du peu d’aide humanitaire que les organisations parviennent à distribuer », a encore expliqué Andrej Mahecic, déplorant en particulier que de plus en plus de femmes et d’enfants soient obligés de mendier.

« Les rapports de nos partenaires font état de personnes épuisées, tendues, affamées? mais toujours à l’écoute de la radio, avec l’espoir d’y entendre l’annonce de la fin des combats », a-t-il conclu.

La situation en Somalie continue d’être l’une des catastrophes humanitaires les plus dramatiques. Avec la poursuite des affrontements entre troupes du Gouvernement fédéral de transition et milices islamistes, le nombre de Somaliens déplacés dans leur propre pays avoisine désormais 1,4 million, alors que 580.000 autres sont réfugiées dans les Etats voisins. Sur une population de 8 millions d’habitants, trois millions dépendant aujourd’hui de l’aide internationale.

30/05/10 (B554) ARD Compte rendu de la manifestation de l’ARD devant l’ambassade de Djibouti à Paris le 29 mai 2010

Au lendemain du rassemblement de l’UAD à Balbala à Djibouti vendredi 28 mai, l’opposition djiboutienne a manifesté de nouveau samedi 29 mai à Paris face à l’ambassade de Djibouti. Il s’agissait d’une part d’accompagner l’actuelle mobilisation populaire à Djibouti sous la direction de l’UAD et, d’autre part d’affirmer notre solidarité avec le Forum Citoyen de l’association Survie à l’occasion du sommet France Afrique.

Une foule nombreuse s’est formée progressivement à partir de 17 heures à l’angle de rue des Belles Feuilles et la rue Emile Menier dans le seizième arrondissement de Paris, scandant des slogans tels que « Non à la Françafrique », « Oui à une coopération des peuples », « Liberté et démocratie à Djibouti », « Non au 3eme mandat », « 30 ans d’impunité, ça suffit ».

Le Vice-président de l’ARD Mahdi Ibrahim et le représentant de l’ARD en France Hamad Daoud ont délivré un message d’encouragement et d’appel à persévérer dans la montée en puissance de l’actuelle mobilisation citoyenne observée lors des rassemblements tenus depuis plusieurs semaines à Balbala.

Cette manifestation de l’ARD devant l’ambassade de Djibouti à Paris sera suivie de nombreuses autres à venir à Djibouti et de par le monde où vit la communauté djiboutienne, notamment en Europe et en Amérique.

En marge de la manifestation, l’ARD a participé au forum social contre le sommet France Afrique tenue à Aubervilliers pour dénoncer la venue d’Ismaël Omar Guelleh au sommet de Nice et pour insister sur la persistante absence de la liberté et de la démocratie à Djibouti.

Rendez-vous est pris pour un nouveau rassemblement à une date qui sera déterminée sous peu.

La rédaction, le 30/05/2010

31/05/10 (B554) Yémen Express (3 articles)

_______________________ 3 – Le Figaro avec Reuters

Le Yémen contre l’assassinat d’Awlaki

Un assassinat en territoire yéménite de l’intégriste musulman Anwar al Awlaki, recherché mort ou vif par les autorités américaines, serait inacceptable, a déclaré aujourd’hui le premier ministre yéménite, Ali Mohamed Megawar.

Le Conseil de sécurité nationale américain a donné récemment à la CIA le feu vert pour abattre Anwar al Awlaki, ressortissant américano-yéménite accusé par Washington d’avoir des liens avec Al Qaïda et qui se cacherait dans le sud du Yémen. « Nous n’accepterons absolument pas pareille chose », a-t-il dit dans une interview à Reuters. « Nous sommes un pays souverain ».

Selon les dernières informations en date, Awlaki se trouverait toujours dans une province du sud du Yémen, Chaboua, a continué Megawar.

Awlaki a été ajouté à la liste de la CIA des personnes à abattre après être devenu un membre « opérationnel » d’al-Qaida dans la péninsule arabique, qui a revendiqué le complot visant à faire exploser un avion de ligne Amsterdam-Detroit à Noël dernier.

_______________________ 2 – AFP

Yémen: 60 suspects recherchés pour enlèvements d’étrangers

Au moins 60 suspects sont recherchés au Yémen pour implication dans des enlèvements d’étrangers, une pratique dont ont été victimes quelque 300 personnes dans ce pays pauvre et à structure tribale de la Péninsule arabique, a-t-on appris samedi auprès du ministère de l’Intérieur.

Ces suspects, dont certains recherchés pour rapts survenus il y a plus de dix ans, figurent sur une liste comprenant 65 autres suspects recherchés pour enlèvement de Yéménites, a précisé à l’AFP un responsable du ministère ayant requis l’anonymat.

Quelque 140 autres suspects ont été arrêtés et la plupart jugés, les autres étant toujours poursuivis en justice, a indiqué le ministère sur son site internet.

Les forces de sécurité sont engagées depuis la mi-2008 dans « une guerre sans merci contre les rapts et leurs auteurs (…), les ravisseurs étant aussi dangereux que les terroristes », ajoute le ministère dans son communiqué.

Une loi de 1998 prévoit des peines allant jusqu’à 25 ans de prison pour les prises d’otages et la peine capitale notamment en cas de mort parmi les personnes séquestrées.

Le Yémen est le théâtre de fréquents enlèvements d’étrangers par des tribus, qui cherchent à faire pression sur les autorités.

Le dernier en date est le rapt d’un couple d’Américains qui ont été libérés le 25 mai au lendemain de leur enlèvement par des hommes armés de l’influente tribu d’Al-Hima (70 km à l’ouest de Sanaa). Les ravisseurs exigeaient la libération de prison de l’un des leurs.

Au total, environ 130 enlèvements d’étrangers ont été recensés au Yémen de 1992 à 2009, et 300 personnes ont été victimes de ces rapts, pour la plupart des ressortissants occidentaux, originaires notamment d’Allemagne, d’Italie, de France, de Grande-Bretagne, des Etats-Unis et des Pays-Bas, a indiqué le responsable du ministère.

Le rapt de ces étrangers, la plupart libérés sains et saufs, ont eu lieu notamment dans des zones tribales fréquentées par les touristes étrangers, dont les provinces de Marib, Chabwa, Jawf et Sanaa, selon lui.

_______________________ 1 – Europe 1

Embuscades: Trois militaires tués au Yemen

Trois soldats yéménites ont été tués et 11 blessés jeudi dans deux embuscades tendues par des activistes séparatistes dans le sud du Yémen, indique le ministère de l’Intérieur sur son site internet samedi.

Le sud, qui formait avant 1990 un État indépendant, est le théâtre de troubles, à l’instigation du Mouvement sudiste, une coalition de groupes favorables à la sécession de cette région.

02/06/10 (B554) ARD : Compte rendu de la réunion de l’ARD en Europe le 29 mai 2010 à Paris

Compte rendu de la réunion des responsables de l’ARD en Europe

Sous la présidence de M. Mahdi Ibrahim, Vice-président, l’ARD a tenu une réunion de travail samedi 29 mai 2010 à Paris, étaient présents autour de lui MM :

– Cassim Ahmed, Délégué Plénipotentiaire,
– Maki Houmed-Gaba, Représentant en Europe
– Dr Hamad Daoud, Représentant en France.

L’ordre du jour comportait trois points :

1) Hiérarchie et répartition des rôles
2) Programmes des activités
3) Rapport avec les autres mouvements

1) Hiérarchie et répartition des rôles

La hiérarchie de l’ARD à l’extérieur s’établit comme suit :

– Le Vice-président
– Le Délégué Plénipotentiaire
– Le Représentant continental
– Le représentant national

Les rôles sont les suivants :

a) Le Vice-président Il a en charge la cohésion de l’équipe dirigeante de l’extérieur et sa coordination avec le Comité Exécutif de Djibouti. Tous les courriers et rapports en provenance ou à destination de Djibouti transitent par lui.

b) Le Délégué Plénipotentiaire est habilité à représenter le Parti partout où de besoin. Il est responsable de la communication politique à l’extérieur et de la gestion du site Internet du Parti.

c) Le Représentant en Europe est placé sous l’autorité directe du Délégué Plénipotentiaire. Il a en charge la coordination des activités de chaque Représentant national relevant de sa compétence territoriale et dont il transmet les rapports au Délégué Plénipotentiaire.

d) Les Représentants en France et en Suisse sont placés sous l’autorité directe du Représentant en Europe. Ils sont chargés de coordonner les activités du Parti dans leur pays respectif et doivent notamment mettre en place des sections du Parti partout où de besoin ainsi qu’une organisation pour la défense des droits de l’homme et la promotion de la démocratie. Ils sont tenus de soumettre un rapport mensuel de leurs actions à leur supérieur hiérarchique direct qu’est le Représentant en Europe.

2) Programme des activités

a) Le Vice-président doit finaliser sa prospection pour nommer un Représentant national dans plusieurs pays d’Europe, après concertation avec la diaspora militante concernée.

b) L’échéance politique la plus proche étant le 27 juin, et considérant l’investissement du régime pour en donner une image partisane à l’extérieur, l’effort devra être porté sur l’organisation d’un débat citoyen que l’ARD se propose d’animer à Bruxelles à cette occasion.

3) Rapport avec les autres mouvements
Intimement convaincue que le seul ennemi à renverser est le régime dictatorial en place, l’ARD est plus que jamais disposée à œuvrer dans ce but en travaillant avec toutes les forces politiques et associatives militant pour un changement démocratique pacifique. Dans ce cadre, la représentation extérieure de l’ARD continue la coordination des activités avec tous les mouvements qui le souhaitent.

Quant aux difficultés rencontrées en Europe avec d’autres forces d’opposition, il a été convenu de suspendre toute relation avec elles jusqu’à ce qu’un règlement soit trouvé dans le cadre de concertation approprié. En ce sens, les responsables de l’ARD à l’extérieur ont officiellement saisi leur Comité Exécutif.

Fait à Paris le 1er juin 2010

Le Vice-président, Mahdi Ibrahim Ahmed God

30/05/10 (B554) ARD Compte rendu de la manifestation de l’ARD devant l’ambassade de Djibouti à Paris le 29 mai 2010

Au lendemain du rassemblement de l’UAD à Balbala à Djibouti vendredi 28 mai, l’opposition djiboutienne a manifesté de nouveau samedi 29 mai à Paris face à l’ambassade de Djibouti. Il s’agissait d’une part d’accompagner l’actuelle mobilisation populaire à Djibouti sous la direction de l’UAD et, d’autre part d’affirmer notre solidarité avec le Forum Citoyen de l’association Survie à l’occasion du sommet France Afrique.

Une foule nombreuse s’est formée progressivement à partir de 17 heures à l’angle de rue des Belles Feuilles et la rue Emile Menier dans le seizième arrondissement de Paris, scandant des slogans tels que « Non à la Françafrique », « Oui à une coopération des peuples », « Liberté et démocratie à Djibouti », « Non au 3eme mandat », « 30 ans d’impunité, ça suffit ».

Le Vice-président de l’ARD Mahdi Ibrahim et le représentant de l’ARD en France Hamad Daoud ont délivré un message d’encouragement et d’appel à persévérer dans la montée en puissance de l’actuelle mobilisation citoyenne observée lors des rassemblements tenus depuis plusieurs semaines à Balbala.

Cette manifestation de l’ARD devant l’ambassade de Djibouti à Paris sera suivie de nombreuses autres à venir à Djibouti et de par le monde où vit la communauté djiboutienne, notamment en Europe et en Amérique.

En marge de la manifestation, l’ARD a participé au forum social contre le sommet France Afrique tenue à Aubervilliers pour dénoncer la venue d’Ismaël Omar Guelleh au sommet de Nice et pour insister sur la persistante absence de la liberté et de la démocratie à Djibouti.

Rendez-vous est pris pour un nouveau rassemblement à une date qui sera déterminée sous peu.

La rédaction, le 30/05/2010