Articles

10/09/10 (B568) Communiqué d’Uguta-Toosa pour informer les Djiboutiens de la mise en ligne du dernier numéro de son journal mensuel.

La direction d’Uguta-Toosa nous informe de la mise en ligne du numéro 56 d’Uguta-Toosa, sur son site.

Lien : http://www.uguta.org

10/09/10 (B568) A lire sur LOI cette semaine ….

____________________________ Djibouti

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1292 – 11/09/2010
Triskel
En raison de sa situation géostratégique et du fait de sa législation autorisant le transit d’armes et d’équipes de sécurité, Djibouti est devenu une base-arrière pour une bonne douzaine de sociétés de sécurité maritime officiant dans la région. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1292 – 11/09/2010
Gras Savoye
Après Djibouti où il s’est installé récemment (LOI nº1279), le courtier en assurances français Gras Savoye s’est maintenant implanté au Soudan. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1292 – 11/09/2010
Mohamed S. Guedi dans la fibre optique
Le nouveau président du Somaliland, Ahmed Mohamed Mohamoud, dit Silanyo, vient de confirmer la décision de son prédécesseur, Dahir Rayale Kahin, d’attribuer à la société Somcable de Mohamed Said Guedi le contrat pour connecter ce territoire autoproclamé indépendant à un des câbles sous-marin à fibre optique qui longe l’Afrique de l’Est. (…).

AFRICA MINING INTELLIGENCE – Edition française N°233 – 08/09/2010
Mineral Invest fait son entrée dans l’or
En prospection depuis plus d’un an pour recruter de nouveaux partenaires sur les blocs Moku, Wanga, Tangold, Amani et Rambi, l’Office des mines d’or de Kilo-Moto (Okimo) a enfin trouvé preneur sur… Wanga. (…).

______________________________ Somalie

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1292 – 11/09/2010
Le TFG de plus en plus fragile en Somalie
Le Transitional Federal Government (TFG) est en proie à une véritable valse de ses chefs militaires. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1292 – 11/09/2010
Un foyer islamiste au Puntland
Courant août, les forces armées du Puntland, administration autogérée du Nord-Est de la Somalie , ont tenté d’éradiquer un foyer rebelle dans les montagnes de Galgala, région de Bari, à une cinquantaine de kilomètres au sud du port de Bossasso et à proximité de la frontière avec le Somaliland. (…).

_____________________________ Ethiopie

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1292 – 11/09/2010
Addis-Abeba
Après avoir été invité comme représentant de l’Afrique au sommet du G20 qui s’est tenu fin juin au Canada, Meles Zenawi a eu moins de succès lors de son déplacement au Congo-Brazzaville, à la mi-août. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1292 – 11/09/2010
L’EPRP s’affiche en Ethiopie
Le 1er septembre, des autocollants de l’Ethiopian People’s Revolutionary Party (EPRP), portant le sigle de cette organisation d’opposition et un slogan en amharique appelant à intensifier la lutte anti-TPLF (noyau dur de la coalition gouvernementale), ont simultanément fait leur apparition en plusieurs points d’Addis-Abeba. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1292 – 11/09/2010
Le TPLF est une affaire de famille
De tous les récents congrès des diverses composantes de l’Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front (coalition gouvernementale), c’est sans doute celui du Tigray People’s Liberation Front (TPLF), la formation du premier ministre Meles Zenawi, qui a débouché sur des modifications de leadership ayant le plus de signification. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1292 – 11/09/2010
La vieille garde toujours aux commandes
Les résultats des congrès de l’Amhara National Democratic Movement (ANDM) et de l’Oromo People Democratic Organisation (OPDO), qui viennent de se terminer, ont révélé peu de changements inattendus à la tête du leadership de ces deux organisations gouvernementales. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1292 – 11/09/2010
Geoff Tooth

Le prochain ambassadeur d’Australie au Kenya, avec accréditation dans plusieurs pays de la région et auprès des organisations des Nations unies basées à Nairobi, Geoff Tooth, n’est pas un grand spécialiste de l’Afrique (…)

10/09/10 (B568) Message personnel du Sergent Ariko à l’occasion de la fête de l’Aïd.

Je tiens à présenter à toute la nation djiboutienne, une tres bonne fête de l’Aïd-el-Fitr. Puisse Allah le Grand accepter notre jeûne du Ramadan. Il a été demandé à la population de participer aux meetings de l’opposition et non à celui de la Présidence de la République.

Je vous souhaite à toutes et à tous, une tres bonne fête de l’Aïd-el-Fitr.

Sergent Ariko
votre camarade de lutte.
Londres.

PS: les djiboutiens, qui le souhaitent, peuvent me recontrer à la grande mosquée de Londres où je ferai ma prière.

09/09/10 (B568) Communiqué de l’ARD : hommage à Ahmed Dini

Hommage à Ahmed Dini Ahmed

AHMED IBRAHIM

(12 septembre 2004). C’était une journée chaude telle que la connaissent la plupart des Djiboutiens durant la canicule du mois de juillet. La foule se pressait devant une estrade érigée à l’annexe du LPAI sis à l’avenue Gamal Abdel Nasser.

Tout d’un coup, le brouhaha de la foule s’éleva en clameur, dans ce chamboulement total, sont arrivées à mes oreilles de petit gamin, des phrases en rime. La foule répétait de façon lancinante « Waa Dini iyo dinta » : littéralement « Dini c’est l’homme de la religion ». J’essayais tant bien que mal de me faufiler dans la foule afin de percevoir ce « Dini ». Arrivé devant l’estrade, la vision de cet homme longiligne à la peau très foncée et au verbe magique parlant somali avec aise ne me quittera jamais. Ainsi je venais, avec la rétrospective, de rencontrer un des plus grands héros de notre pays : feu Ahmed Dini.

Cet homme, fils du pays Afar, visionnaire précoce, homme de principe, homme d’honneur, homme de courage, reste le symbole d’une république, et d’un pays que je partage avec lui.

Il est minuit en ce jour du 27 juin ; les projecteurs des journalistes, n’aveuglent pas cet homme, fraîchement élu président de la première assemble d’une république nommée Djibouti. Il se lève avec des pas qui semblent poser l’historique du moment et se dirige vers le perchoir de l’assemblée nationale. Dans un ton calme qui ne trahit pas la solennité du moment, le premier fils de cette terre que, d’après certains adages, le chacal lui-même ne traverse pas sans avoir fait sa prière auparavant, prononce la phrase pour laquelle tant d’héros sont morts : « … la République de Djibouti, une, indivisible et souveraine est née… ». Ainsi, est sortie la république de la bouche de Ahmed Dini.

Dini, a été trahi par son honnêteté, son intégrité et sa piété. Dans un monde où les intrigues, les trahisons et les volte-face sont de règle, Dini lui, n’a voulu compromettre aucune de ses qualités, soudé par sa piété.

Dini fut doublement victime : les Afars ne lui avaient jamais pardonné d’avoir apporté crédibilité à un Gouled dont ils se méfiaient à juste titre ; les Somalis n’ont pas su reconnaître et exprimer leur gratitude à un homme sans sa caution duquel la république de Gouled aurait été livrée à la Comorienne avec un bout de désert grand comme la partie sud du territoire, comme pays et république.

Dini, fidèle à ses principes, n’a pas voulu cautionner la tournure dictatoriale que Gouled a donnée à la nouvelle république. C’est avec mépris qu’il a claqué la porte au sieur de «Beit al Wali» autographeur de décrets à la chaîne. Ainsi, Dini Premier ministre ne pouvait supporter le rôle de figurine à la Barkad Gourad qu’on lui réservait. Ce départ fulgurant fut suivi d’une longue traversée de désert qui l’amènera de l’exil à son passage vers l’au-delà aujourd’hui.

Ahmed avec Ahmed Hassan Cheiko fait partie de ces grands hommes Afar à qui notre pays doit ériger des panthéons « … A la nation reconnaissante, ces illustres héros… ».

Au revoir, Ahmed, que Dieu te réserve son Paradis éternel. A défaut d’une reconnaissance officielle d’une république que tu nous as offerte, sortie droit de ta bouche et fruit de tes sueurs, tu resteras pour nous autres Djiboutiens et enfants de l’indépendance, un des plus grands de notre histoire, au même titre que Harbi et Gashanleh.

09/09/10 (B568) L’équipe de l’ARDHD souhaite de bonnes fêtes à tous les musulmans, à l’occasion de la fin du Ramadan.

Toute l’équipe de l’ARDHD souhaite de bonnes fêtes de fin de Ramadan, à tous les musulmans et en particulier à toutes les Djiboutiennes et à tous les Djiboutiens, qu’ils soient au pays ou à l’étranger.

Nous espérons que ce mois béni a été un mois privilégié de recueillement et d’espérances.

Malheureusement il s’est passé et il se passe toujours des événements très graves à Djibouti, car le régime dictatorial n’a même pas respecté la trêve traditionnelle, en particulier :

– en ville : arrestations, rafles, viols, tortures. Exécution de hauts responsables,

– dans le nord : exécutions extra-judiciaires, arrestations et détentions illégales, viols et harcèlements des populations dans le nord.

Nous espérons que la fête de l’Aïd el Fitr sera un moment de joie pour chacun et qu’elle permettra à l’opposition d’avancer dans l’union (Bruxelles et Djibouti), de déterminer des objectifs communs, de faire connaître ses actions et surtout de prendre conscience que c’est elle qui porte la responsabilité du destin des Djiboutiens.

Nous encourageons tous les responsables de l’opposition à poursuivre dans cette voie et à se mobiliser pour secourir les Djiboutiens.

09/09/10 (B568) RTD / Djibouti / Une importante délégation japonaise en visite à Djibouti

Une importante délégation de parlementaires du Japon a été reçue ce mercredi par le Président de l’assemblée nationale Idriss Arnaoud Ali.

La délégation était conduite par le Député K. ISHIDA accompagné de quatre honorables parlementaires dont M Nakatani, Sato, Takeda et Nagashima. Certains membres dont Mr Nakatani, ancien ministre de la défense et Mr Sato sont déjà venus à Djibouti en février 2009 et ont été parmi les premiers à demander l’envoi des forces d’auto-défense japonaises à Djibouti.

Le nouvel ambassadeur du Japon à Djibouti, le premier et second secrétaire de la représentation diplomatique ainsi qu’un chercheur à la Chambre des représentants ont également assisté à la rencontre.

La visite de la délégation parlementaire japonaise avait pour objectif de rencontrer les autorités djiboutiennes et d’effectuer une tournée auprès des forces d’auto-défense japonaise se trouvant à Djibouti dans le cadre de la lutte contre la piraterie.

Notons que ces députés appartiennent tous au Comité Spécial contre la piraterie, la prévention du terrorisme international et de la coopération et du soutien du Japon au sein de la Chambre des Députés.

Le Président de l’assemblée nationale a d’emblée souhaité la bienvenue à ces collègues parlementaires. Il a précisé que cette tournée était donc la seconde du genre, depuis 2009, à être entreprise par les membres de la Chambre des Représentants du Pays du Soleil levant.

Concernant les relations bilatérales, Le Président de l’assemblée nationale, reprenant la position du Chef de l’Etat, a souligné les efforts majeurs du Japon depuis quelques années dans le développement de notre jeune République. Il a souhaité que cette stratégie de coopération soit renforcée considérablement et proportionnellement aux relations privilégiées qui lient les deux pays.

La délégation japonaise conduite par katsuyuki-ishida a ensuite rendu visite le ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale Mahamoud Ali Youssouf dans son cabinet.

Les discussions ont porté sur l’état des relations bilatérales des 2 pays et les voies et moyens de les promouvoir et les développer davantage.

A cet effet, le ministre a évoqué les actions socio-économiques menées à Djibouti depuis l’indépendance jusqu’à nos jours par le japon.

Il s’est félicité de la grande attention que le Japon accorde à Djibouti et, a transmis aux députés japonais, les remerciements du gouvernement djiboutien et du peuple.

Le chef de la diplomatie a rappelé que depuis l’installation des forces d’auto-défense japonaises à Djibouti, il y a de cela an, les relations de coopération se sont approfondies et renforcées.

Elles sont changées de nature, de la coopération économique à la coopération stratégique.

Il est à souligner, que certains secteurs prioritaires ont été identifiés pour les développer davantage tel que l’éducation, la santé, l’eau, l’energie et la formation professionnelle.

Par ailleurs, la question de la piraterie en Somalie a été abordée. Le ministre a souligné la situation extrêmement difficile que la Somalie traverse actuellement un renversement du Gouvernement Somalien par les Shabbab serait en danger non seulement pour la région mais aussi pour le monde, a-t-il déclaré.

Rappelons que la délégation japonaise rendra visite aux détachements japonais qui mènent des opérations anti-piraterie dans le Golfe d’Aden et au large des côtes somaliennes.

09/09/10 (B568) Le Journal de la Flibuste – Des soldats américains libèrent un cargo – le cargo allemand Magellan Star libéré – Un cargo maltais capturé par des pirates dans le golfe d’Aden – sept Somaliens condamnés à cinq ans de prison pour piraterie – Ottawa change de politique en matière de capture des pirates (5 articles)

_______________________ 5 – Metro (Canada)

Somalie: Des soldats américains libèrent un cargo

Des soldats d’élite américains ont pris d’assaut et capturé un navire cargo tombé aux mains de pirates, jeudi au large des côtes de la Somalie, faisant neuf prisonniers sans tirer un seul coup, selon ce qu’a révélé la marine américaine.

La marine a refusé de donner plus de détails, mais il s’agit d’une des confrontations les plus musclées avec des pirates en haute mer depuis la mise sur pied d’une force opérationnelle pour protéger les navires dans cette région du monde.

Les soldats américains auraient utilisé une embarcation légère pour rejoindre le pont du Magellan Star, un navire allemand qui avait été capturé mercredi, pendant que l’équipage se terrait dans une pièce de sécurité.

Le lieutenant John Fage a expliqué que la mission des Marines a duré environ une heure. Aucun blessé n’est rapporté du côté des soldats, des pirates ou de l’équipage.

Une frégate turque qui effectuait une patrouille antipirates avait été la première à répondre à l’appel de détresse lancé par le Magellan Star.

L’équipage avait réussi à fermer les moteurs avant de trouver refuge dans la pièce de sécurité. Le navire était alors parti à la dérive et les pirates — qui étaient armés de fusils d’assaut AK-47 — étaient si frustrés qu’ils avaient commencé à saccager l’équipement à bord.

Neuf pirates présumés ont été capturés par les soldats américains.

«Les pirates sont montés à bord d’un navire qu’ils ne pouvaient diriger, a expliqué depuis Dortmund, en Allemagne, le gestionnaire du navire, Juergen Salamon. Il n’y avait pas d’équipage.»

Les pirates ont alors activé un système de communication qui les a mis directement en lien avec l’Allemagne.

«Ils nous ont demandé où était l’équipage, a ricané M. Salamon. Nous leur avons répondu qu’ils étaient en congé.»

Aucune demande de rançon n’a été formulée, a-t-il dit, avant de révéler que les pirates ont lourdement endommagé le navire.

En avril 2009, des tireurs d’élite appartenant à l’unité des Seal avaient abattu trois pirates somaliens qui tentaient de prendre la fuite avec le capitaine d’un navire américain.

Plus de 140 incidents de piratage ont été rapportés au large des côtes somaliennes depuis le mois de janvier et une trentaine de navires ont été capturés, selon les données des Nations unies.

_______________________ 4 – Ria Novosti (Russie)

Piraterie: le cargo allemand Magellan Star libéré

Le cargo allemand Magellan Star détourné mercredi par des pirates somaliens a été libéré par des navires militaires effectuant des missions de patrouille dans le golfe d’Aden, a annoncé jeudi l’agence DPA en se référant au propriétaire du cargo, la Magellan Chatrering Services.

Toutefois, l’agence s’est abstenue de communiquer les détails de l’opération.

Les pirates somaliens ont détourné mercredi dans le golfe d’Aden le cargo allemand Magellan Star battant pavillon d’Antigua. Son équipage était parvenu à s’abriter dans un refuge en attendant d’être secouru par les militaires.

L’équipage du navire se composait de 11 personnes dont deux Russes, un Bulgare, six Philippins, un Polonais et un Ukrainien.

____________________________ 3 – Radio Chine

Un cargo maltais capturé par des pirates dans le golfe d’Aden

Un cargo battant pavillon maltais, avec 18 membres d’équipage à bord, a été capturés tôt mercredi par des pirates somaliens dans le golfe d’Aden, a confirmé la force navale de l’Union européenne.

Un hélicoptère envoyé par le bâtiment de guerre américain USS Princeton a constaté la présence de deux pirates à bord du cargo MV OLIB G », a déclaré le porte-parole de la force européenne, John Harbour.

Selon le porte-parole, parmi les membres d’équipage du cargo maltais, il y a 15 Géorgiens et 3 Turcs ».

Il a indiqué que la mission anti-piraterie de l’UE suivait de près la situation.

La piraterie autour de la corne de l’Afrique est une menace pour le transport maritime international depuis le début de la guerre civile en Somalie au début des années 1990.

____________ 2 – Radio Chine avec XINHUA

Kenya : sept Somaliens condamnés à cinq ans de prison pour piraterie

Sept hommes d’origine somalienne inculpés pour piraterie ont été condamnés lundi à cinq ans de prison par un tribunal de Mombasa.

Les suspects ont laissé échapper un soupir de soulagement à la prononciation du verdict, lu par le juge Rosemelle Mutoka, car cette sentence est considérée comme la sanction « la plus indulgente » à l’encontre de pirates depuis que le Kenya a accepté de prendre en charge et de juger les affaires de piraterie.

Un premier groupe de pirates avait été condamné à sept ans de prison en 2006, tandis que sept autres prévenus jugés en début de cette année se sont vus attribuer une peine de 20 années de dé tention.

L’avocat des inculpés, Jared Magolo, a pris le temps lundi d’ expliquer au tribunal pourquoi il estimait que ses clients devraient être libérés, faisant valoir que la prolongation de leur garde serait avant tout un fardeau pour le contribuable car il faut les nourrir et les vêtir.

Les prévenus étaient accusés d’avoir attaqué en haute mer le navire allemand MV Spessart en mars de cette année, et effrayé son équipage.

Ils étaient armés, selon cette accusation, de fusils AK-47 et de lance-grenades, entre autres armes avec lesquels ils ont terrorisé l’équipage.

Les accusés avaient été remis aux autorités kenyanes après avoir été arrêtés en haute mer.

« Ce tribunal envoie un message très ferme aux jeunes Somaliens pour leur dire que la piraterie ne paie pas et qu’ils doivent s’en abstenir », a déclaré le juge.

Les suspects ont de leur côté fait valoir pour leur défense qu’ ils avaient changé depuis leur séjour de plusieurs mois à la prison de Shimo La Tewa, et ajouté qu’ils avaient des femmes et des enfants en Somalie.

L’un des suspects, Mohammed Ahmed, a déclaré par la voix de son interprète « nous avons été réhabilités et il est temps pour nous de lancer une grande campagne contre la piraterie, nous sommes emplis de remords pour ce que nous avons fait, et ce que nous avons subi est une punition suffisante ».

Comparant cette prison avec celles d’autres pays, M. Magolo a qualifié leur séjour au Kenya de torture, et demandé à la cour d’ê tre indulgente dans son verdict.

Le procureur Alexander Muteti avait auparavant fait valoir que la piraterie avait un impact négatif sur la région, demandant un châtiment aussi sévère que possible pour les accusés, de manière à servir de leçon pour d’autres à l’avenir.

Les suspects ont 14 jours pour faire appel du jugement.

_______________________ 1 – CyberPress (Canada)

Ottawa change de politique en matière de capture des pirates

Ottawa aurait été si embarassée par «l’énigme de la capture-libération» impliquant des pirates somaliens l’an dernier que l’ordre a été donné à la marine de ne pas faire de prisonniers, à moins qu’ils aient un cas solidement défendable devant les tribunaux, ont révélé des documents fédéraux.

Le changement de politique est survenu au printemps l’an dernier, indiquant que les navires se tiendraient à l’écart à moins qu’ils n’aient réellement vu, en haute mer, la perpétration d’actes de piraterie ou de vol à main armée généralement définis comme l’utilisation illégale de la violence.

La frégate du NCSM Winnipeg patrouillait l’an dernier le nord-ouest de l’océan Indien dans le cadre de l’opération anti-piraterie de l’OTAN. Le navire de guerre avait fait les manchettes en déjouant une attaque menée contre un cargo de pétrole norvégien dans le golfe d’Aden et poursuivi les pirates le 18 avril 2009.

Puisqu’Ottawa estimait ne pas avoir la juridiction nécessaire en vertu du droit international pour les poursuivre, les suspects avaient été relâchés.

Des experts juridiques ont désapprouvé la politique de «capture-libération» et ont brandi une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, qui encourage tous les États ayant des intérêts dans la région à faire des recherches et poursuivre les individus soupçonnés d’actes de piraterie.

Il avait été décidé l’an dernier de négocier une entente de transférabilité avec le Kenya selon laquelle ce pays accepterait de poursuivre les suspects. L’accord n’a toujours pas été conclu mais pourrait l’être d’ici la fin de l’année.

09/09/10 (B568) Les traits de l’Erythrée – Afewerki joue Paris (1 article)

______________________ 1 – Jeune Afrique

Afewerki joue Paris

Par Christophe Boisbouvier

Toujours très virulent contre les États-Unis, le chef de l’État tente malgré tout de sortir de son isolement.

Et si le président érythréen commençait à mettre de l’eau dans son vin ? Le 18 août à Asmara, l’ombrageux Issayas Afewerki a reçu longuement (plus de deux heures) un émissaire venu très discrètement de Paris, le diplomate Stéphane Gompertz, directeur Afrique au Quai d’Orsay. Une première depuis la visite en 2006 de la ministre française de la Coopération, Brigitte Girardin.

Le 8 juin, déjà, Afewerki avait fait un geste d’ouverture : il avait accepté la médiation de l’émir du Qatar dans le conflit territorial qui l’oppose à la République de Djibouti dans la région frontalière de Ras-Doumeira (zone clé du détroit de Bab el-Mandeb). À son interlocuteur français – dont le pays a de multiples intérêts à Djibouti –, le président érythréen a confié qu’il attendait maintenant les propositions du Qatar sur Ras-Doumeira.

Souple sur Djibouti, Afewerki reste en revanche intraitable à l’égard de son grand voisin du sud : « Pourquoi l’Éthiopie veut-elle un accès au port d’Assab ? Elle a déjà Djibouti ! » Pas d’ouverture non plus sur la question somalienne. Malgré le rapport 2010 d’un panel de l’ONU sur l’assistance militaire et financière que l’Érythrée apporte aux islamistes somaliens, Afewerki continue de nier toute forme de soutien aux Chabaab de Mogadiscio. « Je sais qu’ils ne sont pas fréquentables, mais, soyez réalistes, il faut faire avec », ajoute-t-il dans ce qui ressemble à un demi-aveu. Le problème, c’est que le maître d’Asmara prétend qu’il ne sait pas comment établir le contact avec ces mêmes Chabaab…

Les sanctions votées en décembre dernier par le Conseil de sécurité de l’ONU contre l’Érythrée commencent donc à produire leurs effets. Pour essayer de sortir de son isolement international, Issayas Afewerki fait les yeux doux aux Djiboutiens et aux Français. Mais il ne bouge pas d’un millimètre sur le front éthiopien et continue de traiter l’Amérique de « grand Satan ». Bref, il calme le jeu sur un front pour mieux tenir sur les deux autres.