Articles

26/10/10 (B575) Le Journal de la Flibuste – quatre morts dans un accrochage entre pirates et hélicoptère militaire (1 article)

_____________________ 1 – AFP

Somalie: quatre morts dans un accrochage entre pirates et hélicoptère militaire

Au moins quatre personnes ont été tuées et trois blessées lors d’un accrochage entre un hélicoptère des forces internationales anti-piraterie et des flibustiers somaliens qui s’apprêtaient à prendre la mer, a-t-on appris lundi de sources locales concordantes.

La force navale antipiraterie de l’Union européenne, Atalante, a cependant nié toute implication dans l’incident, précisant en outre qu’à sa connaissance les autres flottilles sous commandements des Etats-Unis (CFM) et de l’Otan (Ocean Shield) n’étaient pas non plus en cause.

Les combats, selon des témoins, se sont produits dans la nuit de dimanche à lundi, lorsque les pirates ont ouvert le feu sur un hélicoptère militaire qui survolait Labad, un petit village côtier à 25 km au nord de Hobyo, une des principaux repaires de pirates en Somalie.

« Plusieurs de nos amis qui s’apprêtaient à prendre la mer en vue d’une attaque ont été provoqués par un hélicoptère militaire des forces internationales, ils ont ouvert le feu sur lui mais il a répliqué par un tir de missile qui a tué quatre personnes dont des pêcheurs », a déclaré au téléphone à l’AFP Abdi Yare, un pirate installé à Hobyo.

« Trois autres personnes ont également été blessées », a-t-il ajouté.

« L’hélicoptère a tiré un missile après avoir essuyé les tirs des pirates, et on nous a rapporté qu’une dizaine de personnes avaient été tuées ou blessées, la plupart étant des pirates », a confirmé un ancien de Hobyo, Mohamed Abdi.

Aucune information n’était immédiatement disponible sur la nationalité de l’hélicoptère impliqué dans l’accrochage, ni sur celle du bateau duquel il avait décollé en direction des côtes somaliennes.

« Cet hélicoptère n’appartient pas à Atalante », a affirmé à l’AFP le porte-parole de la force navale européenne, le lieutenant-colonel Per Klingvall joint par téléphone au quartier général de Northwood (banlieue nord de Londres).

« Nous n’avons pas non plus entendu parler d’un quelconque incident de cette nature avec les autres forces de la CMF et de l’Otan », a-t-il ajouté.

Les pirates somaliens — qui retiennent quelque 20 navires et 400 marins en captivité — ont repris leurs activités depuis quelques semaines à la faveur de la fin de la mousson, synonyme de mer moins agitée.

25/10/10 (B575) Point de vue / I. O. G a peur de Guedi pourquoi ? (Contribution proposée par un lecteur et publiée sous sa responsabilité)

Apres l’interview de Guedi sur Africa 24, de nombreux Djiboutiens s’interrogent et se demandent si Guedi allait se présenter à l’election présidentielle de 2011.

Sa bonne prestation sur Africa 24 a redonné de l’espoir à tous les Djiboutiens.

On a vu un homme charismatique du style M’Ccain aux USA, experimenté, expliquant avec aisance et une parfaite maîtrise de la langue de molière, les violations par IOG des textes constitutionnels, en montrant le vrai visage de IOG, dictateur sanguinaire à tous les africains.

Les raisons pour lesquelles I OG craindrait la candidature de Guedi. C’est un homme experimenté :
– qui a une formation académique en France,
– qui reste fidèle a ses principes
– qui n a jamais eu à faire à IOG depuis qu’il a pris sa retraite en 1995
– qui a soutenu financièrement et politiquement tous les hommes d oppositions contre IOG à savoir Hamareite, DAF, Moussa Ahmed et Dini.

Parmi tous les hommes politiques, y compris IOG, il a été le seul à faire l’éloge de Dini sur un plateau de télévision d’audience internationale

Pour finir, il parle couramment le Somali et l’Afar, les deux langues les plus parlés à Djibouti et il est :
– crédible
– intransigeant face à IOG quant aux valeurs democratiques

Note personnelle
Issu du clan Issa de la tribu Moussa (Odowgob et Saad Moussa) comme Abdourahman Borreh et Aden Robleh, il est l’aîné de tous les Issas. Son épouse est issue de la tribu Fourlaba qui est une autre tribu majoritaire du clan ISSA.

Tous ces éléments conjugués pourraient faire craindre à IOG une révolution populaire comme cela s’est déroulé en Ukraine, à l’annonce du résultat des élections.

On peut imaginer qu’en violant la Constitution pour pouvoir se représenter, IOG ait fait introduire, en plus, une limite d’âge pour exclure des candidats potentiels et expérimentés, dont Guédi fait partie en premier lieu.

On note
– que la distribution d’électricité a été précisement coupée au moment de la diffusion de l’interview de Guedi sur Africa 24, ce qui a privé les Djiboutiens mais qui évité à IOG d’avoir à apporter une réponse aux arguments développés par Guédi.
– qu’IOG n’avait fait aucune entrave à la diffusion de l’interview d’Abdourahman Borreh se contentant d’envoyer son Ambassadeur à Paris Rachat Farah porter la contradiction, ce dont il s’est médiocrement acquitté … !

Certains observateurs mumurent qu’IOG serait déstabilisé depuis l’interview de Guedi. En même temps, il peut se rassurer, puisque la candidature de Guédi n’est pas confirmée et qu’il la conditionne au respect des règles de l’UAD qui prévoit une candidature unique de l’opposition.

25/10/10 (B575) Radio-Trottoir / Faut-il claquer la porte ou se taire ? (par un révolté Musulman)

« Faut-il claquer la porte ou se taire ? »
Parole : un Ministre Français de Belfort contre la guerre en Irak.
Jean-Pierre Chevènement

Je suis scandalisé !

Je suis scandalisé par l’ingérence inacceptable des forces étrangères stationnées en République de Djibouti parce qu’elles apportent un soutien stupide et de court terme, à ce candidat qui continue à ignorer la volonté populaire en piétinant allègrement la Constitution djiboutienne.

Les services de renseignements de ces forces militaires détiennent certainement les preuves des dérives et des crimes qui sont commis en toute impunité dans notre pays.

Sont-ils en possession des preuves d’une entente très cordiale entre la mafia et la « Cosa nostra régionale » ? Ont-ils des preuves tangibles sur les nombreux assassinats qui ont été commis dans notre pays, notamment celui du Juge Bernard Borrel. Par l’un des agents à la solde de la Piscine ?

Faut-t-il prendre en compte l’Affaire du Café de Paris ? Un attentat bien programmé qui n’a donné aucune suite concrète ? Et aussi la mort mystérieuse du spécialiste des écoutes de l’Ambassade des Etats-unis qui travaillait sur la Somalie et qui a été retrouvé mort dans sa
chambre à l’hôtel de l’Europe (juste au dessus du Café de Paris).

Hasard ou coïncidences ?

Son corps avait été découvert immédiatement après la visite du Directeur de Cabinet d’Ismaël Omar, chargé de suivre les dossiers
des islamistes.

Autre coïncidence, ce meurtre a été commis dans le même bâtiment où un adolescent français avait été tué, à l’endroit même où des enfants de militaires français ont été frappés.

A l’époque, celui qui régnait en maître absolu sur le SDS, n’est autre que
l’actuel candidat criminel à un troisième mandat. Au moment de ces faits, il était en pleine campagne électorale, soutenu financièrement par les forces étrangères.

Aujourd’hui sa troisième candidature est financée en partie par l’USAID de l’administration d’Obama.

A-t-on oublié que le candidat Aden Robleh, qui fait aujourd’hui l’éloge de l’USAID, avait été
reconnu coupable et condamné sans appel, par le Tribunal de Djibouti pour
participation à l’attentat du Café de Paris ayant entraîné la mort d’un jeune adolescent et
faisant 9 blessés, tous des militaires ou enfants et familles de militaires
Français ?

Sans oublier aussi les tortures infligées aux Gadabourci de
Djibouti et les nombreux décès qui suivirent ces actes criminels.

Faut-il considérer toutes les sérénades que nous jouent les violons occidentaux, comme le signe du cautionnement intolérable de la nouvelle candidature d’un dictateur, qui rêve d’un mandat à vie !

En réalité c’est le cautionnement d’un coup d’Etat électoral, certainement avec des soutiens financiers soi-disant débloqués pour soutenir de faux intérêts géostratégiques ou des projets qui ne verront jamais le jour. A l’heure de la mondialisation et des moyens modernes et rapides de transport, la position de Djibouti n’est pas plus géostratégique que celle l’Erythrée ou même de tous les pays voisins, Kenya compris.

Le contrôle des dépouilles

Hier soir le 24 octobre 2010, probablement dans le cadre de la préparation du coup d’Etat électoral prévu pour 2011, des mesures de contrôle des morts sont entrées en vigueur.

Hier, sur les antennes de la RTD, le ministre des Affaires musulmanes a divulgué les nouvelles règles qui s’appliquent aux enterrements. Désormais les familles n’ont plus le droit d’enterrer leurs morts comme elles l’entendent.

Ce droit est concédé de façon monopolistique à une compagnie privée de pompes funèbres, seule habilitée à procéder aux cérémonies mortuaires.

Moyennant le paiement d’un forfait minimal de 200 FD pour les travailleurs morts. Reste à savoir comment seront enterrés les chômeurs, qui n’ont pas eu les moyens de laisser cette somme sous leur matelas, pour qu’on les enterre, en conformité avec le nouveau décret ministériel ?

Scheik Ismaël Soubagleh outragé

25/10/10 (B575) Rectificatif à la demande d’un correspondant.

Un correspondant, qui se présente comme un membre de la famille du Cadi Mogueh Dirir Samatar, tient à préciser, contrairement à ce qu’aurait sous-entendu le Sergent Ariko dans l’une de ses chroniques, que son beau-père est « un grand homme sérieux et honnête ».

Il nous précise qu’il n’est pas à Dire Dawa mais à Addis Abeba pour les mois d’été dans sa maison de Balbala Cheick Moussa et qu’il est en très bonne santé.

Nous donnons acte de ces précisions à notre lecteur et nous adressons nos excuses à sa famille, s’il y a eu une erreur dans un article.

Une exception qui confirme la règle ?

Nous prenons immédiatement contact avec le Sergent Ariko, afin qu’il vérifie ses informations, qui ont toujours été d’une précision remarquable. Jamais elles n’avaient été contredites jusqu’à présent, sachant que le contexte djiboutien est souvent dominé par la désinformation .. à tous les niveaux.

Qu’il se soit trompé ou qu’il ait été induit involontairement en erreur, le Sergent Ariko sera mis à l’amende. S’il récidivait, nous nous réservons la possibilité de demander à IOG son internement extra-judiciaire à Gabode. Cela ne devrait susciter aucune objection de la part du dictateur, qui, à notre avis, n’attend certainement que cela … car certains nous disent que les chroniques d’Ariko l’empêcherait parfois de dormir …. Allez ! Il a quand même d’autres soucis plus sérieux qui pourraient l’empêcher de dormir !!!

25/10/10 (B575) The true face of IOG / Le vrai visage d’IOG (Contribution en Anglais qui nous est adressée par un lecteur)

After watching that new documentary, I really saw a new side of IOG, i’ve never seen before.

This guy sold his soul to the devil to come to power.

Even if he did not kill that judge he definitely knew something and was somehow involved about those kids getting raped by these french !

He was the chief spy for the Hassan Gouled regime and was aware of every little thing that was happening in Djibout at the time. Did you see in the documentary that « Gendarmes of Djibouti » were forcing and providing these kids to these French assholes.

They even implied indirectly « we knew what they were doing but we turned a blind eye ». Judge Borrel died to bring not only the French but also the Djibouti officials who perpetrated these crimes to Justice. People wake up and read between the lines, something bigger than murder happened here.

Lets open an investigation of our own in Djibouti and bring to justice those who were reponsable for these atrocities starting with the people on top who committed these despicable crimes against innocent children.

The French government should do the same and pursue IOG not only for murder but also for these unspeakable horrors. No matter how they tried to spin this documentary it opened the eyes of the people of Djibouti and showed them the true face of IOG and how he came to power.

M D B

23/10/10 (B575) Réuni en urgence, le comité directeur du Prestigieux Ordre des Brosses à Reluire était appelé à se prononcer sur deux dossiers qui lui étaient soumis. Francis Gillery et Françoise Mouline sont cooptés à l’unanimité et salués par une « standing ovation » pour leur soutien personnel à l’instauration d’une royauté à vie en principauté de pacotilles. (Reportage exclusif de l’ARDHD – Humour)

Mohamed Dileita, Président de l’Ordre a tenu à saluer tous les membres qui avaient spontanément répondu présents à sa convocation.

Mohamed Dileita a expliqué que l’Assemblée avait à statuer sur deux dossiers de candidature qui, fait exceptionnel, sont soutenus par le Président de la République, Monsieur Ismaël Omar Guelleh, en personne.

Aussitôt, il a lu un bref message de la Présidence à destination des membres de l’Ordre.

Mes chers Camarades,

C’est à votre conscience individuelle et à votre indépendance d’esprit que je m’adresse aujourd’hui pour apporter mon soutien personnel à la candidature de Madame Mouline et de Monsieur Gillery.

Si je me permets d’intervenir personnellement, ce que je n’avais jamais fait depuis la création de votre Ordre prestigieux, c’est parce que ces deux hautes personnalités françaises ne se sont pas exprimées à mon sujet.

Le paradoxe est là.

Elles n’ont rien dit sur moi et c’est en cela qu’ils ont apporté une pierre magistrale à l’édifice que nous construisons tous ensemble : la royauté héréditaire.

Sachant que, fidéles à vos principes et à votre passé, vous aurez à coeur de continuer à me servir avec zèle et dévouement, vous coopterez ces deux personnalités. J’ai décidé que ma personne sacrée remettrait les insignes à M. Gillery au titre de sa contribution prodigieuse pour embrouiller l’enquête sur la mort du Juge Borrel et pour me disculper aux yeux de l’opinion publique.

Le reportage, dont il est l’auteur, est un chef d’oeuvre. Sans ne jamais rien apporter de nouveau, sans ne jamais mentir, il distille un venin délicat : celui du doute.

Enfin, bien que ce soit trivial, je tiens à vous rappeler que ce tournage a demandé de gros efforts, tant à la République de Djibouti qu’à la République française et qu’il faudra l’utiliser au mieux de nos intérêts, pour que le retour sur investissement soit à la hauteur des dépenses et du cachet exceptionnel de Francis Gillery, mercenaire des « Grands ».

Vive la corruption
Vive l’asservissement du Peuple
Vive la royauté héréditaire

Son Excellence Ismaël Omar Guelleh
Futur Roi de Djibouti

– Bien que très fatigué par la maladie qui le ronge actuellement, Yacin Elmi Bouh a tenu à prendre la parole pour rappeler l’importance du film dans la communication présidentielle, à la veille de l’annonce de la troisième candidature du bienfaiteur des élites dévouées.

Il a ajouté que la grande habileté de Monsieur Gillery, avait été de ne jamais donner la parole à Ismaël Omar Guelleh, pour que le public oublie son implication éventuelle dans la mort du juge et surtout d’utiliser le témoignage d’Elisabeth Borrel et de ses voisins, pour laisser entendre que c’est elle, la victime, qui serait non pas la coupable, mais une menteuse qui occulte la vérité … Il a salué au passage la performance de Mme Morrachini, qui a su transformer une sanction « son déssaisissement » en une mesurette destinée à calmer l’opinion publique.

Au final, il a recommandé à chaque membre de voter en faveur de la cooptation de Francis Gillery dans l’Ordre.

– Djama Souleiman a tenu à présenter la candidature de Madame Françoise Mouline. Saluant le courage de cette femme, dont le mari a refusé de s’exprimer, (probablement par peur de dire encore des bêtises ?), elle a pris en main, avec courage, la défense de la réputation de sa famille. Et de quelle main de maître ! Détournant les spectateurs du problème principal, non seulement elle a fait l’apologie d’un écclésiastique pédophile, mais elle a ruiné les arguments d’Elisabeth Borrel en une phrase ciselée au diamant … Il fallait oser le faire ! Et tout cela pour soutenir l’oeuvre et les ambitions de notre Président Ismaël Omar Guelleh. C’est pourquoi je recommande de la coopter sans délai dans notre ordre prestigieux. En synthèse, il a cité cette phrase qui restera gravée dans la mémoire collective : « Madame Borrel est quelqu’un qui s’acharne …  »

Invité à donner son sentiment, Djama Mahamoud Haïd a prié ses collègues de l’excuser. Compte-tenu du climat actuel au sein du couple présidentiel et de son dévouement à sa soeur Kadra, il ne lui était pas possible de s’exprimer dans ces circonstances.

Djama Ali Guelleh
a demandé la parole pour exprimer son admiration sans borne à Francis Gillery et il a ajouté que son reportage était un monument, un chef d’oeuvre qui devrait être récompensé par la Palme d’Or et être admis au Panthéon de l’arnaque intellectuelle. Aucun témoignage n’aurait pu être aussi utile, pour garantir la pérennité de l’opppression des couches défavorisées de la population, de la suprématie du clan Guelleh sur les populations et l’instauration à court terme du principe de la souveraineté hériditaire.

_____________________________________________

C’est à la majorité absolue que les deux impétrants ont été cooptés dans l’Ordre prestigieux des Brosses à Reluire de la République de Djibouti.

Françoise Mouline, qui faisait anti-chambre, a été invitée à rejoindre la salle des délibérations pour être acclamée par tous les membres. Aref Mohamed Aref a tenu à lui remettre personnellement les insignes de son grade.

Madame Françoise Mouline, épouse éminente
d’un grand serviteur de l’Etat Français, protecteur de la dictature djiboutienne, je vous éléve,
en vertu des pouvoirs qui m’ont été conférés,
à la dignité de Chevalière
de l’Ordre des Brosses à Reluire.

Je vous remets les nouveaux insignes de votre dignité, que vous devrez porter
désormais en toutes circonstances.

Désormais nous vous reconnaîtrons sous votre nouveau nom « Danse avec les loups ».

_________________________________________

Francis Gillery a été élevé au Grade de « Mercenaire des élites dominantes » . Il a reçu les insignes de son grade qui lui ont été remis par Ismaël Omar Guelleh. Rappelons que seul Djama Ali Guelleh avait bénéficié de cette faveur exceptionnelle dans le passé.

Monsieur Francis Gillery, en vertu des pouvoirs que je me suis attribué, j’ai le plaisir et l’honneur de vous remettre les insignes de l’Ordre prestigieux des Brosses à Reluire, qui a voté à l’unanimité votre cooptation pour services rendus à la tyrannie que je dirige depuis dix ans.

Vous porterez désormais le Grade de « Mercenaires des élites dominantes ».

_________________________________________

A la fin de la cérémonie, nos observateurs ont pu surprendre des petites phrases qui étaient échangées par les Chevaliers de l’Ordre et en particulier celles-ci. Si nous nous interrogeons encore sur le sens profond de cette phrase, nous ne pouvions omettre de la citer : « Ils nous ont coûté fort cher, mais nous en avons eu pour notre argent… »

24/10/10 (B575) Point de vue : un lecteur nous adresse une contribution pour faire l’éloge d’Aden Robleh, dont nous publions des extraits, avec des réserves que nous exprimons, puisque l’ARDHD privilégie les textes de l’opposition sincère et engagée et qu’Aden Robleh est toujours député sous les couleurs de l’UMP.

__________________________ Note de l’ARDHD

Un nombre significatifs de Djiboutiens ont des difficultés à suivre / comprendre les changements de position/ de cap assez fréquents d’Aden Robleh. Nous aussi !

Mais c’est ainsi ! Qui pourrait contester le fait qu’Aden Robleh Awalleh fasse partie du paysage politique de Djibouti ? Opposant, il est devenu supporter de la majorité, au mépris parfois de l’avis des cadres de son parti, qui refusaient de se rallier à l’UMP et de siéger aux côtés du RPP.

Mais Aden Robleh est un grand chef. Il refuse d’écouter lea base et il balaye les oppositions internes d’un revers de la main. Député, ayant voté toutes les Lois que Guelleh soumettait à l’Assemblée nationale, il a annoncé finalement qu’il ne voterait pas la modification de la constitution. C’est un fait acquis.

Certes, l’honneur aurait certainement commandé la démission de son mandat ! Eh bien, cela n’a pas été le cas. Il conserve le siège et les avantages financiers associés …

Connaissant les pratiques du régime, il a certainement été contraint de donner des gages au régime pour conserver son siège de député, acquis par la fraude électorale massive.

Quels gages ?

Servir d’alibi pour une troisième élection soi-disant démocratique ? Cela n’est pas à exclure … Sinon ?

En tout cas les relations d’Aden Robleh avec Guelleh nous rappelle le refrain d’une chanson de Serge Gainsbourg : « Je t’aime, moi non plus ! »

Nous publions des extraits de la contribution de notre lecteur, à sa demande expresse, afin d’assurer un certain équilibre de l’information. Les lecteurs voudront bien noter que nous agissons exceptionnellement en contradiction avec notre charte, puisque Aden Robleh n’est pas classé comme opposant à la dictature et à l’asservissement du peuple à ce jour et que le fait d’avoir refusé de voter un seul texte ne suffit pas … à lui faire ré-ré-ré-intégrer l’opposition sincère et engagée.

Les lectrices ou les lecteurs, qui souhaiteraient l’intégralité de cette contribution, trouveront à la fin de l’article, un lien pour télécharger le document intégral.

________________________________ Contribution

La situation politique à Djibouti est agitée. Selon les rumeurs, IOG et sa femme s’entredéchirent. Plus sérieusement un constat doit être dressé. La population Djiboutiennene ne semble pas avoir réalisée ou « digérée » le viol de la constitution et la préparation du 3ème mandat qu’IOG veut s’offrir sur son dos.

A mon avis, le doublement de la quantité de khat importée d’Ethiopie et son arrivage avant 11h du matin à Djibouti y est pour quelque chose……après plusieurs meetings de l’opposition notamment de l’UAD et du PND, la mayonnaise semble prendre.

La société civile s’organise également de son côté sous l’impulsion de personnalités maintenant incontournables comme Jean Paul Nöel Abdi ou Farah Abadid Hildid.

L’arrivée d’Abdourahman Boreh dans l’opposition a aussi contribué à une certaine vigueur et à une recherche de cohérence dans l’action. D’ores et déjà il semble que Boreh, Daher Ahmed Farah et Kadami ont accordé leur violon.

Parallèlement, reconnaissant le rôle joué par l’infatigable Aden Robleh Awaleh qui combat le régime de l’intérieur depuis plus d’un an et surtout depuis que le projet de violation de la constitution a été mis sur les rails. L’ancien leader historique du FLCS (Front de Libération de la Côte des Somalis) et artisan de l’indépendance nationale multiplie les démarches pour faire échec à l’instauration d’une monarchie à Djibouti à travers le 3ème mandat illégal que prépare IOG.

Certes Aden Robleh Awaleh est toujours député mais ‘a-t-il pas été le seul député à voter NON au parlement lors du vote qui a avalisé le viol de la constitution ?

Il ne faut pas se fier aux apparences mais l’alliance du PND (Parti National Démocratique) à l’UMP D’IOG était tactique comme Aden lui-même l’avait récemment réaffirmé sur les ondes de la BBC en Somalie.

Nous sommes à un tournant (atacrossroads, at a turning point – l’anglais est à l’honneur à Djibouti) et la population Djiboutienne doit réagir et renforcer les forces du changement et les personnalités historiques qui l’incarnent légitimement au premier rang desquels Aden Robleh Awaleh.

Rappelons brièvement aux générations nées après 1977, le rôle du président du PND pour la libération de ce qui est maintenant connu sous le nom de la République de Djibouti.

Après de brillantes études juridiques à Bordeaux puis à Paris, Aden Roblehrentre à Djibouti en 1968. Militant et leader né, il a été Secrétaire Général de l’Union des Etudiants et Stagiaires Djiboutiens de 1963 à 1968.

(…)
Sous la houlette d’Aden Robleh Awaleh le FLCS connaîtra ses heures de gloire et contribuera de manière décisive à l’indépendance de Djibouti.

Rappelons juste deux moments clés de la lutte qu’a mené le FLCS durant ces années difficiles aujourd’hui facilement oubliés :

1- Le Kidnapping en 1975 de l’ambassadeur de France en Somalie. (…)

2- Le détournement pacifique d’un car transportant des enfants Français qui, après l’intervention du GIGN s’est malheureusement transformé en tragédie. (…)

Rappelons aussi que c’est bel et bien le FLCS qui avait introduit la LPAI (Ligue Populaire Africaine pour l’Indépendance) auprès des institutions internationales (ONU, OUA ).

Ecrire qu’Aden Robleh Awaleh est un « prétentieux » comme un de vos lecteurs a osé récemment est tout simplement une insulte à l’histoire nationale de la République de Djibouti.

(..) Dans l’article de votre lecteur qui a suscité indirectement ce simple rappel historique, il était question qu’Aden Robleh Awaleh « récopiait » des articles dans son journal « La République » sans citer ses sources. Je mets au défi votre lecteur de bien vouloir retrouver où Aden Robleh Awaleh a extrait les six piliers ci-dessus. Dans tous les ouvrages de droit ou de sciences politiques on les retrouve épars ou adjoint à d’autres conditions mais jamais regroupés en six. (..)

Un correspondant du quartier 6

NB : La contribution intégrale peut être téléchargée en cliquant ici (Pdf)

24/10/10 (B575) Un correspondant nous informe qu’une mystérieuse organisation baptisée « Le Cercle » soutient la candidature d’Abdi Ibrahim Absieh aux élections présidentielles de 2011.

_____________________ Réaction de notre correspondant

Sur document publié par un mystérieux groupe « LE CERCLE », je découvre à l’instant, la candidature du ministre de l’éducation nationale, du gouvernement d’Ismaïl Omar Guelleh, à l’élection présidentielle de 2011 à Djibouti.

LES DJIBOUTIENS D´AMERIQUE DU NORD
SOUTIEN A LA CANDIDATURE DE SON
EXCELLENCE ABDI IBRAHIM ABSIEH,

L’homme serait-il subitement devenu intègre ?

Mieux encore, aurait-il un plan magique pour tout remettre dans l’ordre à Djibouti. Ceci, bien qu’il soit issu d’une ethnie tribu minoritaire.

De qui se moque-t-on ? Des Djiboutiennes et des Djiboutiens ? Ou de soi-même ?

A vous de juger.

_____________________ Texte de l’appel du « CERCLE »

LE CERCLE / LES DJIBOUTIENS D´AMERIQUE DU NORD

SOUTIEN A LA CANDIDATURE DE SON
EXCELLENCE ABDI IBRAHIM ABSIEH,
MINISTRE DE L´ÉDUCATION ET DE L´ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DE DJIBOUTI

En prélude à la prochaine campagne présidentielle, le Cercle regroupant les djiboutiens de l´Amérique du nord s’est réuni ce vendredi 8 octobre 2010 au Drake Hôtel, 1150 Queen street W. Toronto, ON, M6J 1J3 Canada.

A l’ordre du jour de cette rencontre, les dispositions à prendre pour le soutien de la candidature de SE ABDI IBRAHIM ABSIEH aux présidentielles de 2011 à Djibouti. Comme prévu, les membres du Cercle sont venus nombreux de toutes les villes canadiennes afin de finaliser la stratégie de soutien à la candidature aux présidentielles 2011 de SE ABDI IBRAHIM ABSIEH et de rallier le mouvement pour le triomphe de cette dernière.

Pour être plus unis, le Cercle lance un appel aux jeunes, aux femmes et aux hommes intègres de la République de Djibouti, pour mieux s´organiser et former un bloc solide, en vue d’assurer la victoire de SE ABDI IBRAHIM ABSIEH aux prochaines élections présidentielles, et à défaut, à la primature.

SE ABDI IBRAHIM ABSIEH est certes issu d´une petite tribu, mais est doté d´une grande vision pour le développement du pays dont le bilan du MENESUP en dit long !!!

A votre appel Excellence, nous répondons présents.

Bravo Excellence pour cette noble initiative, et Vive la République de Djibouti

Waiss Mahdi, SG du Cercle
TORONTO, CANADA
Le 8 octobre 2010