Articles

08/01/2016 (Brève 613) Le Pays (Burkina Faso) ARRESTATION ET REPRESSION D’OPPOSANTS A DJIBOUTI : Tant que ce pays représentera un enjeu géostratégique pour les Occidentaux… Dabadi ZOUMBARA

lien avec l’article original : http://lepays.bf/arrestation-et-repression-dopposants-a-djibouti-tant-que-ce-pays-representera-un-enjeu-geostrategique-pour-les-occidentaux/

Il ne fait pas bon être opposant à Djibouti.

En effet, depuis près de trois semaines, une féroce répression s’abat sur les opposants dans ce pays. Certains ont été lâchement assassinés, d’autres, les plus chanceux, jetés en prison. Malgré l’appel des Etats-Unis d’Amérique au pouvoir autocratique d’Ismaël Omar Guelleh à les relaxer, rien n’y fit. Des membres de la coalition d’opposition Union pour le salut national (USN) sont toujours au cachot. Parmi ces détenus figurent le secrétaire général Abdourahman Mohamed Guelleh et d’autres cadres de l’opposition.

Ce déluge de feu est dirigé contre des opposants djiboutiens, tout simplement parce qu’ils sont opposés à un quatrième mandat que veut, contre vents et marées, briguer le président Ismaël Omar Guelleh. Or, il avait juré, la main sur le cœur, qu’il ne prolongerait plus son bail à la tête de l’Etat. Un parjure qui ne lui fait pas honneur.

Mais cette volte-face de Guelleh n’est guère étonnante sous nos tropiques. Si les présidents violent leur Constitution pour se maintenir au pouvoir, ce n’est pas une simple promesse de quitter les affaires, qu’un dictateur comme Ismaël Omar Guelleh respectera. Sous cet angle, on pourrait dire que l’opposition a été naïve de croire à la sincérité d’un homme qui, du reste, avait déjà montré sa mauvaise foi en sautant le verrou limitatif du nombre de mandats présidentiels en 2010.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’à travers cette répression sanglante qui aura fait des dizaines de victimes selon les associations locales de défense des droits de l’Homme, Ismaël Omar Guelleh montre une autre facette de sa dictature. Que l’opposition ne se trompe donc pas, le satrape est prêt à tout pour conserver son pouvoir. Et tout laisse croire que toute contestation sera matée dans le sang.

Les Occidentaux ont décidé d’assister au massacre de la démocratie

Qu’elle fait pitié, cette opposition dont on se demande si sa cause sera entendue par les Occidentaux ! De fait, la position géostratégique de Djibouti offre beaucoup d’intérêts à biens des pays. La France qui y a installé une de ses plus grandes bases militaires, pour ne pas dire la plus grande en Afrique, tient à ce pays comme à la prunelle de ses yeux.

Si des zones d’ombre demeurent jusque-là autour de certaines affaires comme la mort du juge Bernard Borrel en 1995, c’est parce que l’ancienne puissance coloniale ménage ce pays. Au nom des intérêts, les Occidentaux évitent de jeter un coup d’œil dans les placards d’Ismaël Omar Guelleh.  Ils préfèrent plutôt le caresser dans le sens du poil.

Ce faisant, ce dernier se permet beaucoup de choses, même les plus abjectes. Et tant qu’il continuera à garantir les intérêts des puissances occidentales, ces dernières, en particulier la France, n’oseront jamais lever le petit doigt pour condamner ses lubies.

La préoccupation première des Occidentaux à Djibouti n’est, ni la promotion de la démocratie, ni celle des droits de l’Homme, encore moins l’alternance. Tout ce qui les intéresse, c’est de disposer d’un territoire où ils peuvent assurer en toute sécurité les mouvements de leurs navires.

Car, on le sait, les flibustiers y sont très actifs et n’hésitent pas à s’attaquer aux navires qui transportent diverses marchandises en direction de l’Afrique ou de l’Europe.

En tout cas, tant que Djibouti représentera un enjeu géostratégique pour les Occidentaux, les opposants n’auront que leurs yeux pour pleurer. Ils continueront, à coup sûr, d’être victimes du rouleau compresseur du dictateur Guelleh qui devrait étrenner son 4emandat.  Si depuis 1999  Djibouti n’a pas connu d’alternance, c’est bien, en partie, à cause de l’indifférence des Occidentaux.

On a le sentiment que dans la Corne de l’Afrique, les Occidentaux ont décidé d’assister au massacre de la démocratie, en simples spectateurs. Cela est d’autant plus vrai que dans cette partie de l’Afrique, l’on dénombre bien des cancres de la démocratie. De la Somalie à Djibouti en passant par l’Erythrée, il n’y a aucun modèle en matière de démocratie. Contrairement  à l’Afrique de l’Ouest où l’on a quelques bons exemples, ces pays ont encore un long chemin à parcourir. La démocratie dans ces pays reste une ligne d’horizon.

Dabadi ZOUMBARA  

22/07/2011 (B613) Ecoutes téléphoniques ! Vous avez bien dit « écoutes téléphoniques » ? Mais cela n’existe pas à Djibouti, on vous le jure ! D’abord parce qu’en janvier 2011, les systèmes manquaient encore de performance … pour espionner un peu tout le monde y compris les ressortissants américains non diplomates et les responsables nationaux de la défense et de la sécurité intérieure. C’est pas nous, mais c’est Yacin Elmi Bouh qui l’écrivait et à ce titre, nous lui en laissons l’entière responsabilité. (Merci à nos lecteurs correspondants)(MAJ 23/07 avec ajout d’un lien de téléchargement).

Nous avons été destinataire de la copie de la note que nous reproduisons ci-dessous ! (Version image et transcription après) Nous remercions nos lecteurs … Inutile d’en dire plus, car la note se suffit à elle-même … !!!

___________________________________ 1 – Image

Télécharger la photo du document : lien

________________________________ 2 – Transcription

REPUBLIOUE DE DJIBOUTI
Unité – Egalité – Paix
MINISTERE DE L’INTERIEUR
et de la DECENTRALISATION

LE MINISTRE
N° 105 / SI
Date : 4 janvier 2011

A
Son Excellence
Monsieur lsmaêl Omar Guelleh
Président de la République
Chef du Gouvernement

Son Excellence,

les deux rapports sur les écoutes transmis par mes soins ce jour, à Monsieur lsmael Houssein Tani, en sa qualité de Président de I’ASP (Agency Security Policy), et conformément aux directives sur la sécurité intérieure, démontrent que les moyens d’aide mis à notre disposition par I’EUTM, semblent inefficaces selon le Commandant Tintillier.

Comme l’avait observé le Service de la Documentation en présence du Sécretaire Général du Gouvernement, leur défection avancée perturbe hautement la qualité d’écoute. D’une part, sur les cibles américains non diplomates et d’autre part, sur les responsables nationaux de la défense et de la sécurité intérieure.

Son Excellence, j’attire toute votre attention sur la situation en Zone-51, sous la tutelle de I’ASP. Son maintien risque de nous faire perdre la confiance des pays amis. Le contexte actuel. nous contraint désormais d’éffacer toute trace qui viendrait compromettre le dispositif.

Dans l’attente de vos appréciations, veuillez agréer, Son Excellence, l’hommage de mon profond respect.

22/07/2011 (B613) Les animateurs de djiboutii.net nous signale qu’après plusieurs semaines d’absence, ils ont réactivé leur site, à l’occasion de l’arrivée de Jean-Paul Noël Abdi au Canada.

L’équipe de l’ARDHD félicite les animateurs de ce site et se réjouit de leur décision qu’elle salue. Elle souligne combien la constance est importante, pour qu’un site soit attractif … et elle leur souhaite beaucoup de courage pour continuer leur action sans interruption afin de soutenir les populations qui souffrent au pays.

Les animateurs signalent une vidéo avec une interview en Somalie de Jean-Paul Noël Abdi qui est disponible sur Youtube à l’adresse :
http://www.youtube.com/watch?v=IybRL7eYgj8

20/07/2011 (B613) L’ARD nous écrit pour minimiser les incidents lors de la conférence de MM Mahdi Ibrahim God et Cassim Ahmed Dini au Canada.

L’ARD nous signale que le lecteur qui s’est exprimé dans un article précédent pour anticiper des risques, en dénonçant avec humour "Les idiots du village" aurait beaucoup exagéré. L’ARD nous précise que la conférence de MM Mahdi Ibrahim et Cassim Dini a été un énorme succés de mobilisation et une grande réussite.

La conférence n’aurait été émaillée, toujours selon le message, que par un seul incident qui a été réglé oralement entre les conférenciers et le perturbateur.

20/07/2011 (B613) Il ne faut pas que les « idiots » du village perturbent l’intervention de Jean-Paul Noël Abdi. (Lecteur)

Les idiots du village ne doivent pas perturber la visite de Jean-Paul Abdi

Le grand Défenseur des Droits de l’homme s’exprimera devant nous, ce samedi prochain.

J’adresse d’abord un très grand merci à toutes celles et à tous ceux qui ont pris l’initiative de l’inviter.

Permettez-moi d’adresser un conseil aux membres du comité d’organisation.

Toutes celles et tous ceux qui feront le déplacement pour venir honorer de leur présence, la conférence et pour témoigner leur admiration à Jean-Paul, viennent pour écouter ses propos.

Jean-Paul est un homme intègre qui tient un langage clair et qui n’est pas retenu par des considérations partisanes ou « alimentaires ». Tous les participants comptent sur lui pour leur dresser un tableau objectif mais sans concession de la situation politique et de celle des droits de l’homme à Djibouti.

L’attente est immense. C’est pourquoi nous aimerions que Jean Paul ait tout le temps nécessaire samedi pour s’exprimer, car c’est lui que les Djiboutiennes et les Djiboutiens veulent écouter.

Pourquoi je dis cela ?

Simplement pour éviter ce qui est arrivé lors de la dernière conférence importante à Ottawa avec la participation de Mahdi God et de Cassim Dini. Les ratés et les interruptions inadéquates ont fait perdre l’intérêt de leurs interventions.

Après la projection d’un superbe documentaire historique sur la vie et le combat du héros de la lutte anticoloniale Abdourahman Andoleh (avec des documents inédits à l’appui – merci à Hussein Abdourahman et à Hassen Aden), nous avons vu défiler les habituels ‘idiots du village ».

Soi-disant opposants, ils ont monopolisé le micro et cela a été la chose « la plus absurde.

Quelques exemples consternants :

Un intervenant a reproché à IOG d’avoir fait l’amour avec la Constitution ??
Un autre a recommandé à l’auditoire sidéré de se raser les cheveux et d’envoyer les touffes à IOG !!

Ces deux exemples étant suffisants, je n’en donnerai pas d’autres ..

Mais on comprend qu’il a fallu attendre les dernières minutes de la conférence pour entendre finalement les quelques mots prononcés par les principaux invités : Mahdi et Cassim. Malheureusement lorsqu’ils ont enfin pu s’exprimer, l’assistance était pratiquement déjà réduite car les élucubrations des orateurs précédents (« nos idiots du village ») avaient convaincu la foule de partir …

Personne ne souhaite qu’un pareil chaos ne se reproduise.

Que nos « idiots » qui ont des idées certainement géniales organisent leur propre conférence, mais surtout qu’ils ne viennent pas perturber le temps de parole de notre illustre invité : Jean-Paul Noël Abdi, pour qui cette conférence est organisée.

Jean Paul Abdi Noel a fait un long voyage pour venir vers nous. Nous sommes impatients de l’écouter dans les meilleures conditions, sans perturbateurs.

M.O.

20/07/2011 (B613) Jean-Paul Noël est arrivé à Ottawa hier mardi où il a été accueilli par le comité d’organisation.

Au nom du Comité d’Organisation de la conférence sur les Droits de l’Homme qui aura lieu le 23 juillet à Gatineau. Québec, j’ai le grand plaisir de vous annoncer l’arrivée dans l’après midi du mardi 19 juillet 2011 du Président de LLDH, M. Jean Paul Abdi Noel sur le sol canadien.

Le Président a été accueilli à l’aéroport de Montréal par un Comité d’Accueil qui l’a conduit par la suite jusqu’à Ottawa, la capitale nationale.

Une fois de plus, le Comité d’Organisation invite l’ensemble de la communauté djiboutienne ainsi que les personnes soucieuses du respect des droits humains fondamentaux à Djibouti à venir participer massivement à ladite conférence qui se tiendra à l’Université du Québec en Outaouais (UQO), Pavillon Alexandre Taché, Salle C 0416.

La vidéo de l’arrivée est disponible à l’adresse suivante : http://www.kulanka.com/

Ahmed Aden,
Président de l’Association de la Diaspora Djiboutienne
au Canada

19/07/2011 (B613) Chroniques du Sergent Ariko. Les dernières nouvelles du front.

_______________________ Petites nouvelles du front

Le Colonel berger dans un état grave ?

Le colonel Mohamed Djama est retombé dans le coma. Selon les informations reçues, il devrait subit une opération cardiaque délicate.

Mésentente entre le Ministre de l’intérieur et le Colonel en charge de la Police
Coup de poker menteur entre le ministre de l’intérieur Hassan Darar Ouffaneh et le colonel Abdillahi Abdi Farah.

Le colonel aurait oublié de passer par son ministre pour qu’il signe le décret de déblocage des crédits alloués pour l’achat en Chine de gaz lacrymogènes et d’équipements de sécurité efficaces pour équiper les compagnies d’interventions.

Le colonel Abdillahi Abdi est allé voir Hassan Saïd pour lui soumettre la liste des produits dont la police anti-émeutes avait besoin. Le colonel Hassan Saïd aurait dit qu’il manquait la signature du ministre de l’intérieur. Le Colonel aurait répondu que son ministre de tutelle était de toutes les façons dépassé par la situation.

Le ministre Hassan Darar Ouffaneh qui est aussi le cousin du colonel de la police nationale, n’a pas apprécié. Dimanche, lors de la conférence à l’hôtel Kempisky palace, les deux responsables ne se parlaient pas et l’atmosphère était électrique.

La distribution d’eau de plus en plus rationnée …

À Djibouti depuis 4 jours l’eau ne coule plus. Les habitants sont fatigués d’attendre la nuit jusqu’à 2h du matin pour que le robinet livre un petit filet. La population crie au scandale.

Le ministre de l’eau et son directeur Youssouf Mirgane ont tenu un point de presse. Ils se sont limités à déclarer que l’unique cause était la sécheresse.

Ils sont incapables d’assurer l’approvisionnement en eau de Djibouti.

Ils ont annoncé que des projets de désalinisation étaient à l’étude avec la société Coubeche de Djibouti.

Mais la population ne voit pas les choses de cette façon.

Le pouvoir a refusé que le Somaliland approvisionne Djibouti avec de l’eau pompée dans la ville de Burao. Décidément le pouvoir veut la mort de la population.

Toujours des batailles de jeunes dans les rues
Les jeunes s’entretuent à Djibouti. Faute d’avenir et d’espoir, ils se battent et se massacrent. Le pouvoir regarde pourrir la situation. Au lieu de proposer des alternatives, IOG regarde les jeunes qui se massacrent le soir venu.

Combat de "poules"
Affrontement entre Kadra Haid et Degmo Mohamed Issak pour le choix du remplaçant du poste laissant vacant par Aden Robleh Awaleh. Décidément après les hommes c’est les femmes qui se tuent pour un morceau de pouvoir.

Ariko
Londres

18/07/11 (B613) LDDH : Halte à la désinformation et à l’hypocrisie de l’ONU à l’encontre du Peuple Somali.


Le Président

NOTE D’INFORMATION DU 16 JUILLET 2011

Halte à la désinformation et à l’hypocrisie de l’ONU à l’encontre du Peuple Somali

Ma réaction, en tant que Djiboutien originaire Somalie, actuellement Défenseur des droits de l’Homme, qui suit avec beaucoup d’attention et inquiétude les sauvages répressions qui s’abattent à Djibouti, en Somalie, en Ethiopie, en Erythrée et en Ogaden sous colonisation de l’empire éthiopien depuis plus d’un siècle grâce aux forces coloniales de l’empire britannique, ma réaction sera brève mais précise.

Quant à un possible issu à la fin des drames, qui s’opèrent en Somalie et en Ogaden, peut se concrétiser après le départ de toutes les Forces d’occupation Etrangères en République de Somalie et de l’Ogaden.

Tout d’abord ma première pensée de remerciement et de respect va à tous les Humanitaires particulièrement au HCR, aux Médecins Sans Frontières avec tous les risques qu’ils prennent pour sauver des vies, à tous les Journalistes Somalis qui ont perdu leur vie alors qu’ils opéraient avec abnégation et courage pour témoigner et dire la vérité, certains d’entre combattaient le « cancer de l’IGAD ».

Dans le cadre des réfugiés Somalis, la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) lance un Appel Pressant pour que les Crimes de Guerre, Crimes de Génocide, Crimes contre l’Humanité perpétrés par les Forces du Burundi, de l’Ouganda, de Djibouti et de l’Ethiopie cessent rapidement.

En effet, la LDDH avait lancé un cri d’horreur sur la situation dramatique du Peuple Somali dans sa diffusion d’information du 1er mars 2011, ci-après.

C’est pour ces raisons principales qu’aujourd’hui, je suis sidéré de constater la publicité mensongère, ou plus exactement de l’hypocrisie d’un groupe des Nations Unies qui spécule sur la famine des réfugiés Somalis, par les réfugiés venant du Sud de la Somalie et de l’Ogaden suite à une sécheresse qui sévit aussi jusqu’au « Nord Frontière District » lors de la colonisation Britannique du Kenya de la zone Somali.

L’ONU déclare aujourd’hui, que des vivres auraient été remis à des rebelles Islamiques somalis. Informations politiquement erronées et insultantes pour des populations qui souffrent.

Mais la destination réelle est en fait pour un pseudo front somali créé par les Forces Ethiopiennes lors de leur occupation de la Somalie du Sud.

Ce Front dirigé à partir d’Addis Abeba est surnommé en somali le Xisbiga Sunta Islamka (le parti du poison de l’Islam)

Le but exact est celui de donner les moyens financiers et publicitaires afin de transférer le pouvoir de Cheick Sharif créé de toute pièce par le Conseil de Sécurité de l’ONU dans un hôtel de Djibouti, car ce dernier a perdu la crédibilité de l’Ethiopie, et Meles veut tout simplement installer le mois prochain son Front dirigé d’Addis Abeba, car le mandat de Sharif doit expirer au mois d’août 2011.

Alors halte à la désinformation onusienne.

Halte à l’Impunité des Crimes contre l’Humanité, Crimes de Génocide par extermination d’un Peuple en combat pour se libérer des Forces à caractère onusienne qui bénéficient d’une Impunité intolérable.

Il est temps de mettre fin à la présence des Forces d’Amison et de l’Ethiopie en Somalie du Sud.

NOEL ABDI Jean-Paul