Articles

13/01/2016 (Brève 631) Communiqué de presse de l’USN : En réactivant sa CENI, le président Guelleh confirme sa décision de mise à mort de l’accord-cadre du 30 décembre 2014 et engage le pays sur la voie des périls

Djibouti, le 12 janvier 2016

Communiqué de presse

Les membres de la mal nommée ‘Commission électorale nationale indépendante’ (CENI) ont prêté serment devant le Conseil constitutionnel dimanche 10 janvier 2016. Mal nommée, car il s’agit d’un organe dont le Gouvernement du président Ismaël Omar Guelleh a reconnu, dans l’accord-cadre politique signé le 30 décembre 2014 avec l’USN, qu’elle devait être reformée pour devenir une vraie Commission électorale nationale indépendante paritaire (CENI), conformément à la Charte africaine sur la démocratie, les élections et la gouvernance que la République de Djibouti a signée et ratifiée, ce qui lui confère valeur constitutionnelle.

En conservant et réactivant cette mal nommée CENI, le président Ismaël Omar Guelleh confirme clairement son choix de la mise à mort de l’accord-cadre signé avec l’USN, coalition des partis djiboutiens d’opposition. Cette confirmation, qui enterre de facto la création d’une vraie CENI, réforme phare et nécessaire de l’accord, intervient moins d’un mois après le massacre du 21 décembre 2015 à Buldhuqo et à moins de trois mois de l’élection présidentielle du 8 avril 2016.

Ce n’est pas anodin: à cette élection, le président Ismaël Omar Guelleh a déclaré sa candidature, pour un 4eme mandat, le 3 décembre 2015, candidature entérinée par sa coalition UMP le 8 janvier 2016.  

Le président Guelleh, qui s’est solennellement porté garant du respect de chaque terme de l’accord-cadre USN/Gouvernement, lors de sa signature du 30 décembre 2014, a donc décidé de renier sa parole et de violer la clause phare de l’accord.  

Par ce choix lourd de risques, le président sortant et candidat confirme sa crainte du verdict des urnes et engage le pays sur la voie des périls.  

L’USN prend à témoin la communauté internationale de cette dangereuse dérive. Plus que jamais, les Djiboutiens doivent sauver leur pays.

Le vice-président et président par intérim de l’USN
Omar Elmi Khaireh 

25/11/2011 (B631) Interview d’Hachin Loita, représentant de l’UJD en Europe. (A écouter et/ou à télécharger)

Ahmed Hachin-Loita exprime sa colère tout au long de cet interview.

Colère pour les sévices corporels qu’ont subi Houssein Robleh Dabar et Farah Abadid Hildid, libérés hier, mais après des tortures abominables et abandonnés sans soins ni médicaments.

Colère contre le régime. Il lance un appel à la mobilisation pacifique du peuple pour manifester son refus de la dictature …

Il annonce que les opposants sont prêts à prendre le relai pour assumer la transition qui conduira à des élections libres.

1°) A écouter en Wma

2°) A télécharger en MP3
Lien de téléchargement

25/11/2011 (B631) Un lecteur nous envoie un poème en Afar, écrit pour honorer le nouveau Sultan, intronisé la semaine dernière.

Ta xaqam le toobokoh foocal, yaabu waam
Sooniteh masugiyyoy, yallah alfayda.
Ittah aabakuk, ittak, iggimat sugneh
Toobok’itta barissa, temqo nee bahteh
Nee garassem asaaku, canfaxe reeday
Sidiica kaalibik sollam, k’ayro tekkeh
At’inki nee garassam keh, sublal oobay
Reeda kol tamaqay, tanim fan addunyal
An kalol gad abam sabanna yok celtah
Wade’lle baaxol gad sabannah abah
Madqah abba yanih, wacarriyak yaaba
Yo’dniseenik usun, gadah tiya’xceyyok
Gambelih iba ruubay, geedanah seecay
Amqas’oobbeh emeetek edde ken seecay
Guuma diggi hayay, gadah yoh axgaaga
Yalli ne’lle gineh, ni gub sidiic’aamo
N’aagatak nan asaaku, cundubul nanno
Konnabaksa kalol, mataaka maabbiyyo
Assamaq le makaftay, ah cayi guubu
Arciba’ttek away, kol affigiddeyyok
Aakamal qafar ummattey salaamaqle
Abba ceela baxat, qafar nabam yabtah
Ceelo muumay, kay abto loonum alfayday
Ta guddaaqal, ummatak naba num sugeh
Duddu ham, qafar ummatah, meqem gaaxeh
Qidik qisil mabaxsinnay engela’yyeh
Qarradak soro kah yeceh kuran barseh
Ina gurrah, racmatay gune luk sugeh
Baday barril, wagriseh cabe toobokoy
Islamah nannok, cugga lih wagara’yyeh
Itobiya’nkim elle’ttem, n’abba kinnih.
Waara num mayanay dagelti kaa beeteh
Yalli kaah qaf abay, akeera kaal tamqay
Gannatal, figi way, nabii xaquk kaa haay
Racmatay meqe rabbi, rabba nek’tteemih
Migaaqay elle nontobbel baxsimennoh
Ni qaaday ayti kah bahnem, miqmariinoy
Qafar migaaqal itritnam, moddaqiinoy
Itla takke qafar, dumaak le misliino
Abba nagre baxah, tuduure qarkayto
Osle kak meqe num, mabaaha mexkablo
Ayti nek taabbem, sayyo rubta qiliilo
Ko’lle saarisnam, unkuleeni malaabo
Targideh ku dokon, dudub’tta dikkiiroh
Kassow abnuh ugut, kak abba heem laaqo
Baaxo hinna, qaraanak oobiseh dorro
Itla take qafar, bicisse koh temqo
Canfaxew koh ugutte, booruy ummuuno
Irgisat bila leh, digiifa lem bahneh
Able ween qaxa leh, badak cibix bahne
Ragragat sasac itta, sayyo maagosneh
Dokon migaq lem axgaagak, dokla bahte
Saqduwayti le lac, dibaali gadd’aabeh
Idoola kaadu dokkoowak, nee matarteh
Ko’dde qamballam canfaxew kibu takke
Baxsak engela nek’yya, tu-mabul fannah
Wiil yenek wagara’yya, qakli kok fannah
Iggimak barita’tta, maxco qamballah
Rasuh qedaddo yaymaaqe, malsi fannah
Qaalamal rasi kah yanim, demokraasiy
Assamaq le siyaasay, sahda tayfoofey
Wadir raaqay, kah naxixxibe nek kalay
Bisoh-maxcot, koo waginnam at’eexegay
Dalka n’aamo bayissam, igma koo hinnay
Ulla nek golit edde, calwayah rabtah
Yoobok’urri miniinih, ambaxuk xiinah
Diwa’lle tan dakaatir kee, dayla fanna.
Sugte labha manacnisay yanit yaabah
Qafar siyaasah abbobtik weeqa mayyuk
Canfaxew mala, sugte labhat esgellay
Ittalih malisay, rasuh meqem dooray
Neh meqeemil af angaluk, ni makk’aabay
Sumaaqil kee canfaxel rasu naamanay.
Inki feera, matanfiqay, tu koh mabta
Num edde yagdubem taama, koona feera
Qale’dde yaggilem duudam, koona feera
Wonna kaadu saqolti, tengelek, tayseh
Titta geyte saqolti, baaxo taymaaqeh
Inkim itta saqolti, sahda tayfoofeh
Taturte baaxo, qikbaarih, kulsa bahtek
Qaku lem catay, qokol tittah ekkiyay
Qandayat lino labha, sitta quuktaamay
Tacbudah, bagu tangalay, ras’abbobti
Qafar ummatat, kalo taarik, muxxo leh
Naaxigeh, kalol, ayti lem dumaak sugtem.
Anu woo marak, ta kellaaqol, num kasah
Gad abak yeneh, tolaytu may num sugeh
Cibaara kee, tu-mabul, le numuk teneh
Kediinu kee, gad sabannah, abak manaay
Ummatah gita fiiriseh, badik waaseh
Iyya qangara kaak, cadiis xaqam teelleh
Kalo tikki’ttam, ta num diifuh luk teneh
Koona misli, tolayti yab maburtinnay
Koona misli gadal, yanih fanah waaseh
Gad xiqam, ni makaaban aaxaguk sugteh
Gad xiqam, dumi misli derre maabinna.
Tolayti yab, uxih’yyaanam, finqa makkoy
Feera ruubah akeerah addak ummuuna

Tolaytu kinniyoh maxcay, kaa kataatah
Tibbissak raageh, y’af tasaaku masahtay
Yaaba yok’yyeh, amoyti farmoh rube
Amoyti qangarah caddih, booxal oobek
Axcem ankacisay, sin akkalah yaabak.
Xiinik ambide kal, tanim mayablaanay
Daffeyak cede waytek, edde soolaanah
Tibba koh bice wayta, saaku yaabaanah
Tibba gabbateh immay akke yoh cinteh
Yanit mayaabina’yyaanam yoh matakkay
Baleltu yaabulah maabay, bahra mayyu.
Yaabak ixxiga yoo, gadat maculsinnay
Semhadak kasah ayse, hinna kah yaabam
Yi toobokoh gadal warsam, akkaleemiy
Meela fan mala baaha, mayyu malmaaluy
Qadoomuy able warsakal, qaddi mayyu.
Numma haxxise week, dirab mabilsiyyoy
Cakki faxxa yi wanna, baatil aymissah
Sahda yanqibeleh, yanik madaggaaway
Meesitaamah, umaanek, an meqeh maxcay
Taysem edde xageyyo, hinna yok dorroy
Num elle faylisam l’abtoy yanfiqeemi
Yaaba yab, bagi qakli lem mabursuttay
Bagi gonna lil, yi yab gandiy xibcino.
Kah mododnem asaaku, farcatay temqoy
Amoyti reeda sugteemiy, raagte wagro
Elle nangale guubuy ah ni qarkayto.
Abba waanam, umanse, kok macerritta
Abba waa mari, calwayak mayaffoofa
Abba loonum, adaadarut maxiinaanay
Abba gee mari, gar geyah, ceyak yawqeh
Rufto bahtam, af elle yangal’abbiinuy
Ummatak bagi yengelek, migaq soolah.
Sahda yalli gin’ayrook, abba haysitteh
Aluwwe kinni kah xintam, abba leemiy
Xuune kinni mirac leh, wonna diidaaley
Malab bicissu kah duddam, abba leemiy
Alay sahda, tengelek wadir abba leh
Rasi tikki’yyam, saqolti kee abba leh
Abba koh tu xiqah, saqal tu kok yableh
Ta nammayih gubak yawqem, num raba’yro
Num igmaamat, barte kal, tu mayagdubay
Yaaxigeenim abaanam, assamaq leemiy
Abukraqtiy, naaxigem fanah ufkunek
Qafar xaylo, Kulli caagidih abba leh
Af elle yangalen madqah, abba haanah
Xintol itta geyaanah, abba kah haanah
Meelah abbay, kedo saqal makaabankuy
Wiil yenek naharat, qafar mirac haytah
Baddah abbay, dor’abba, buqre massossah
Arhoh, abba yaceen, safar beyah gacsah
Fiqmat abbak, qafar migaaqah, eebo’ttah
Xaasigah caxa kinni, abba le’yyaanah
Xaaguh abba taceem dibuk qafar xayloy
Qafar xaylo, kulli caagidih abba leh
Abba sinnim abaanamak, dumaak raqneh
Abba loonumut assamaq, yanim geyneh.
Yab inki qangara’yyoonuh, yafgideenih
Woo tiya’xcu, hamalladah yab eymeggeh
Yaabam edde faxam, ta booxal inkittoy
Woh abbiinuy, ummat elle beyan gitay
Saqoolannuk, tu-mabul liyok, oobbiyay
Abba kak’yyaanam tu’lle solta rakiiboy
Fiiruk abba le taama, yaaba, geysiisiy
Ummat elle beyaanam, inki geysiisiy
Abaanamak sabab warsam, kaa wagittah
Elle yafkunen inna, kaad’usuk warsah
Anni yaysek, aba’yyah, fardi yascasseh
Aba’yyaamat, yangaleh, naharat gaca

Abba way dokonuk, niyat tanim yableh
Sih mataqbay, taqabtem umman ilsiisah
Ken niyay, bagu yaaxigeh, ken ilsiisah
Cal kak aaxige wayta, labha milsissay
Rasu teegemek, saqoolanni kok bayah
Atu teegem’urri koo wonnal, yaagimeh
Abba xiinek, is’ummatih malat xiinah
Semhadak xiso kah, bokooke wayta’nnah
Tu’lle tayse gititte, gurrusak xiinah
Semhadak mariy inna leh, mariy kas leh
Elle yayse’nnah, abba faylisa num leh
A num burtah, gersi num, sahitak beyah
Nummah abba, numuy, le caalatal quuka

Dokon niyatte gub beytam, abba kinnih
Nummah abba, niyaate waan, rasul ken haah
Aaxaguk suge waan, maqaane ken yafqeh
Tamaat’ayroh, nummah abba bicat sugah
Tu-mabul leh, ras’able waam, dibuk yableh
Is’ummatak bacaltaagay, boola waasa
Sinam bohoy le saakuuna, yaabah abbay
Ummatak niya taggilem, suneenah haah
Dite fanat tan ummattah, diifu yakkeh
Cabu waa dabaanah ilsiisah, toobokoy
Baaham ayti kumay, rasuh kibal yakke.
Abba kak’yyaanam, tu’lle solta rakiibo
Saqoolannuk, qandayat tanim aamana
Ittin aamana meela, kah lem ossobbay
Yaaminen numuk oggolan, saqoolannuy
Teemeneksa dokon, kay amri kattattah
Akkalah baxa kol, qafar dumaak haytah
Amxaqah, rasi kot, koram biso daabay
Aamanah ku dokon, kol itritak rabtah
Saqoolannuk, qandayat tanim, aamana.
Aaman inki barat mageytimay raagah
Y’oomenah rasi koo, mayaamina’nk’ayrot
Num elle taaminem meela, yanfiqeemiy
Ku yab meexak, abtam umman agaaradak
Aamanuk rasi maacisa, ku taamal koo
Meela teemene num, is’aamanuk xiinah
Is’ummatal kibal l’abba, ligdo baahah
Anni yayse, is’ummatal malah baahah
Abinnaanim, ell’aban gita fiirisah
Faxaanam elle geytimtah, gurra warsah
Tamaateemih, maknayay bica luk sugah
Xisoh enni’ttam, maboolaysay gablusah
Abba deqsita num, mohoodo yascasseh
Elle tafkune kaalib, ummatah warsah
Yaabek amri qaduk yaceh, waxag miyya
Abaanamih, sabab warsam, kaa wagittah
Abba haamak, is’ummatal cisab gacsah
Aamanah, rasi kol yaceem saqoolannuy
Kol cabeenim amaanatay, mabaysaanay
Dacrisaanah, amaanatat, madigraanay
Marin lac aswaytoh, kol caban midiriy
Udurrutah, le num beetah, kum matakkay
Saqoolanni, aswah inna, marin lacay
Koo mafanna tamaate saaku gacsaanah
Baaxo bayse kalah, ibat cabaanam leh
Calgeyak, cabe wayte reeda, kot taameh
Calway ellecabot le, cubbi kah weenim
Abba kak’yyaanam tu’lle solta rakiiboy
Nummah abba, ras’ummat inki waadol haah
Buxah iisi’yyeh, buxak teyna, mayrasay
Taamah, ixxiga mango num, nahaarat haah
Mekla massah abbah, qadaalatal yaabah
Woo maqaane mabaytay, elle tandarreh
Kay baxih baxi, galto kak geyam kinni.
Woo xaqam leh umaane, kaadu kaah sugtah
Usuk baahem, kay baxih baxi, yagdiyeh
Qidem yeellek, kay baxih baxa, kah rabah
Abba kak’yyaanam, tu’lle solta rakiiboy
Saqoolanni, qellu sinni qalaama leh
Abba qellu maliy, abam maqellittay
Sinaamah inki yambulleh, bayya miyyay
Is’ummat elle geysiisah, tibba maabay
Yab xiqam leh, rasu’llih inki yaabaanah
Isih yaabah, abba semhada yaabisah
Ummatak bagu wagtah, ‘yyaanam ankacsah
Ken niyat tanim aaxaguk, ken abbootah
Abba kak’yyaanam, tu’lle solta rakiiboy
Le baaxo kee, abba dadlisah ummatay
Dadal yakkuh, tu’lle bicta, wahan xisah
Issih yakkuh, abba kaadu, bicat sugah
Wohik geeral, baaxoh ummata dadlisa.

Targiqem’ke gileytat, af gabah haanah
Semhadat, gileh innah, af gabah haanah
Dokon samalso gee waytek, af mabahtay
Af gabah dokonut, meq’abba yayyaaqeh
Abba samlise labha, way maboolattay
Abba kak’yyaanam, tu’lle solta rakiiboy
Abba sahda maburta, yassakaxxeem leh
Konnabay koh abaana, keenih abtaamay
Caddi sahda abeksah, kaah aban caddiy
Giffi’yyaamah is’ummatah, yaqunxeem leh
Umam maxcuk, umman arraba dacrisah
Migaq dacayri kaal lekal, derre maabay
Isi’lle qeemitan weelok, waali yayseh
Xagar xagoy, cami yaabak, is dagiirah
Abba kak’yyaanam, tu’lle solta rakiiboy
Taamitah, yani cubbusah, tanim meexah
Yismitek gamadal, faxam tahiimi’yyah
Isih cawlah, baaxoh ummata cawlisah
Foyya hinnay, abaamat orbisam murtiy
Abba haamat, agaaradam bisohmaxcoy
Foore waa mari, finqitah, wadiroowah
Abb’isi’mmattak, ekkiyay, dadala’yyah
Taqbe num tu xagah, tutaan tu kot mossa
Abba yoomek, is’ummatal deber yakkeh
Yemqek abba rasuh, qedaddo yaymaaqeh
Yanim fanah, bisohmaxcoh yangicilleh
Yanim fanah, xiqaamal kaa faatitaanah
Raba’yro, kassittaanam kaak, yugdubeemiy
Kay maqaane kasak, sahaada rookittah
Gannet orbu, sahaada, yalla kaah xaaqtah
Rabba’yyek, meqe num, cabam rasul rookay
Umuk sugek, rabeynal kaak wallitaanah
Xaylo kinni maweqtay, kaah marookitta
Is’ummatih malat xintam, nummah abbay
Saqoolanni, racmatay gune loonumuy
Saqoolanni, baatilih, qaf’abaanamay
Saqoolanni, boola yasturu yaaxigeh
Saqoolanni, kulsa lem deberit mahay
Saqoolanni, is makicna, mafaylisay
Saqal takkem, sahda kicni, meqem faxe
Ummatah tu xiqoonuh, abba yakkeenih
Tu xiqik, naharat, tanim, sinam kacnuy
Abba koh tu xiqam, guney xuwaw leemiy
Saqoolannuk, toobokoy, tamah akkaleh
Qandayat gace num, qaduk wagittaamay
Abba yekke numul, tanim, ta mixxaagoy
Siyaasah abba yekkek way, kaa wagittah
Makaabaninno yaalleemih, kaa wagittah
Fiqmat abbay, xiso saqal, wagittaamay
Ta mixxaagok, qaskar abba makorsitay
Daalah abbay, buxa saqal, wagittaama
Ta xaqam le toobokoh foocal, yaabu waam
Sooniteh masugiyyo, yallah alfayda
Yi toobokoy, sin ankactuh gadda gacsah
N’abba yekkeh, amoyta kak mahawweenay
Reeda kaal tamaqay, yanim fan addunyal

CASAN MACAMMAD CASAN (PILOT)

25/11/2011 (B631) A lire sur LOI cette semaine ….

_____________________________ 1 – Djibouti

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1321 – 26/11/2011
Advertising & Communication Services

Par décret du 9 octobre, le président Ismaïl Omar Guelleh a accordé à la société Advertising & Communication Services (ACS) un contrat pour "l’exploitation commerciale d’espaces et des mobiliers urbains sur le périmètre de la commune de Djibouti". (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1321 – 26/11/2011
Le président IOG n’a pas le temps de souffler
Sept mois après sa réélection en avril pour un troisième mandat présidentiel, Ismaïl Omar Guelleh (IOG) est toujours à la tête d’un régime qui donne des signes de fragilité, voire même de craquements internes. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1321 – 26/11/2011
Djibouti
Le neveu du président djiboutien vient de connaître une promotion. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1321 – 26/11/2011
Djibouti

Le consul honoraire de Djibouti en Malaisie, Fouad Hayel Saeed Anam, souhaite se lancer dans la production et la commercialisation d’huile de palme à Djibouti. (…).

___________________________ 2 – Ethiopie

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1321 – 26/11/2011
Les rizières de Mohamed Al-Amoudi
Le magnat saoudo-éthiopien Al-Amoudi va démarrer son projet de culture de riz en Ethiopie, dont la production sera exportée via Djibouti vers l’Arabie Saoudite. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1321 – 26/11/2011
Abay Tsehaye manque de fonds
La toute nouvelle Ethiopian Sugar Development Corp. (ESDC) n’a pas les moyens de son ambitieux projet, qui vise à multiplier par sept la production sucrière du pays en quelques années. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1321 – 26/11/2011
Brouille avec le consul d’Ethiopie
Un ministre somalilandais a transmis, la semaine passée, ses récriminations au général Berhe Tesfaye, consul d’Ethiopie à Hargeisa. Cela ne lui a pas plu… (…).

_________________________ 3 – Somalie

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1321 – 26/11/2011
Le MRC dans le collimateur de l’ATPU
Les agents de l’Anti-Terrorism Police Unit cherchent à prouver que le Mombasa Republican Council est connecté avec les islamistes radicaux d’Al-Shabaab en Somalie. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1321 – 26/11/2011
Kibaki veut l’appui des pays du Golfe
Un nouvel objectif s’est imposé in extremis au président Mwai Kibaki pour son voyage aux Emirats arabes unis : rassurer ses interlocuteurs après la visite de Raila Odinga en Israël. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1321 – 26/11/2011
aila Odinga revient les mains vides
Le périple israélien de Raila Odinga a davantage donné lieu à des discussions sur l’antiterrorisme et la sécurité qu’à des signatures de contrats d’achat de matériel. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1321 – 26/11/2011
Marauder Resources East Coast

La petite compagnie canadienne Marauder Resources East Coast Inc., basée à Calgary et dirigée par Robert V. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1321 – 26/11/2011
Hargeisa
L’ex-représentant du Somaliland en France, Ali Ismaël Hassan, qui avait été limogé de son poste fin 2010, pourrait y être nommé de nouveau.

24/11/2011 (B631) Deux nominations cette semaine, à l’issue de la réunion des comités respectifs de cooptation.(ARDHD)

Ordre des Bourreaux de la République de Djibouti.
L’adjudant Abdourahman Ali Ismaël, dit « Doudou »
est coopté à l’unanimité des votants, dans l’ordre des Bourreaux de la République de Djibouti pour actes de torture sur la personne de M. Farah Abadid Hildid.

A ce titre son nom sera ajouté à la liste de toutes celles et de tous ceux qui se sont illustrés dans leur cruauté contre leurs concitoyens. Rappelons que le fait d’avoir ordonné et/ou commis des actes de torture est un crime qui est puni par les juridictions internationales.

Nous allons préparer le dossier de l’adjudant Abdourahman Ali Ismaël, dit « Doudou », afin que nos conseils étudient sa transmission à la cour pénale internationale, pour ouverture d’enquête.

Homme de la semaine

Le lieutenant Abdoulkarim Ibrahim Youssouf,
du SRD (gendarmerie djiboutienne) dont les hommes, placés sous ses ordres, ont réussi à arrêter « vivants » Farah Abadid Hildid et Houssein Robleh Dabar, « dangereux journalistes » et de surcroît, Défenseurs des Droits de l’homme et membres du Conseil national, affilié à la LDHH, est nommé homme de la semaine.

Son nom sera ajouté à la liste des personnalités reconnues pour avoir ordonné ou commis des faits répréhensibles en relation directe avec la violation caractérisée des Droits de l’Homme

24/11/2011 (B631) INQUIÉTUDES AUTOUR DE LA NOUVELLE ARRESTATION DE DEUX CORRESPONDANTS DE LA VOIX DE DJIBOUTI – (ALERTE RSF)

Reporters sans frontières dénonce la nouvelle arrestation, le 21 novembre 2011, de Farah Abadib Hildid et d’Houssein Robleh Dabar, tous deux correspondants pour la radio d’opposition La Voix de Djibouti, et exprime sa profonde inquiétude sur le traitement qui leur sera réservé en détention.

"C’est la deuxième fois que ces deux collaborateurs de La Voix de Djibouti sont arrêtés par la gendarmerie. Tout porte à croire que les autorités ont voulu les empêcher de faire écho sur les ondes de la radio à un tract appelant à manifester", déclare Reporters sans frontières. "Au vu des actes de torture endurés par l’un des journalistes lors de sa première arrestation, nous craignons qu’ils ne subissent à nouveau le même sort. Nous dénonçons vivement ce contrôle abusif de l’information par les autorités et demandons la libération sans délai de Farah Abadib Hildid et Houssein Robleh Dabar", a rajouté l’organisation.

Farah Abadib Hildid et Houssein Robleh Dabar ont été arrêtés le 21 novembre par la section de recherche et de documentation (SRD) de la gendarmerie dirigée, par le lieutenant Abdoulkarim Ibrahim Youssouf. Cette section, qui comprend en son sein l’adjudant Abdourahman Ali Ismaël, dit "Doudou", soupçonné d’avoir déjà torturé Farah Abadib Hildid lors de sa précédente garde à vue du 5 au 9 février dernier, aurait procédé à cette double arrestation dans le but de prévenir l’éventuelle publicité par La Voix de Djibouti d’un tract appelant à un rassemblement lors d’une journée intitulée "Journée de la colère". Ce tract aurait été écrit par Mohamed Souleiman Cheik Moussa, magistrat arrêté le même jour que les journalistes.

Farah Abadib Hildid et Houssein Robleh Dabar avaient déjà été arrêtés le 5 février puis placés en détention pendant quatre mois dans la prison de Gabode pour "participation à un mouvement insurrectionnel". Durant les cinq jours de garde-à-vue préalable à leur transfert en prison, Hildid avait été torturé par les gendarmes chargés de l’interroger. Cette violation grave des conventions de droits de l’homme auxquelles Djibouti est partie, pourrait amener ses auteurs devant la justice internationale.

Hildid et Dabar avaient été finalement libérés de manière provisoire et sous contrôle judiciaire, le 23 juin 2011, après maints recours devant la Cour d’appel et la Cour suprême djiboutienne. Hildid avait à nouveau fait l’objet d’une convocation, le 17 septembre 2011, devant le juge d’instruction du tribunal de première instance de Djibouti pour le même motif, avant de ressortir libre de l’entretien.

24/11/2011 (B631) Le Point : Djibouti condamne Total

Deux succursales de la compagnie pétrolière écopent d’amendes records pour ses rejets d’hydrocarbures en mer.

Par Karyn Poupée

La chambre correctionnelle du tribunal de première instance de Djibouti a condamné, le 16 novembre, deux succursales de Total pour mise en danger d’autrui. Chacune devra verser 100 millions d’euros de dommages et intérêts ainsi qu’un million d’euros d’amende. Le gouvernement djiboutien reproche à la firme française ses rejets d’hydrocarbures en mer.

Selon le jugement, consulté par Le Point.fr, Total dispose de trois mois pour remettre en état les sites touchés par la pollution, sous peine d’astreinte de plusieurs milliers d’euros par jour.

Record

Contacté par Le Point.fr, l’avocat parisien de Djibouti Me Ardavan Amir Aslani a confirmé l’information, mais n’a pas souhaité faire de commentaire. Total semble avoir pris acte de la décision. Un porte-parole a déclaré : "Nous avons fait appel de cette décision le 19 novembre et nous ne souhaitons pas commenter une affaire en cours."

La justice djiboutienne a ordonné le règlement rapide du montant des dommages et intérêts.

Ce n’est pas la première fois que Total fait l’objet d’une condamnation, par exemple à la suite de la catastrophe de l’Erika en France ; il s’agit néanmoins d’une première pour des montants aussi importants.

24/11/2011 (B631) Ordre des Brosses à Reluire. Une première mondiale. Nomination du premier commandeur dans l’ordre prestigieux.(ARDHD)

Sur invitation du Président de l’Ordre prestigieux des Brosses à Reluire, tous les membres étaient conviés à une session extraordinaire pour se prononcer sur la demande d’avancement déposée par Ali Mohamed Abdou.

Entourés des deux vice-présidents Djama Haid et Ali Guelleh, nommés le 29 juillet de cette année, après l’exclusion du bureau pour raisons disciplinaires de Yacin Elmi Bouh (lire l’article), le Président Dileita a pris la parole pour ouvrir la réunion.

Après avoir rappelé les informations courantes, il a exposé la demande de Monsieur Ali Mohamed Abdou, pour obtenir la reconnaissance du grade de commandeur dans l’ordre. Dileita a rappelé que l’impétrant avait été nommé « Chevalier » le 13 décembre 2008 au grade de ‘Baratineur intarissable » (article). Un an plus tard, le 11 décembre 2009 il était promu « Officier » avec le grade de « commandeur des négationnistes de la détresse humaine » (article).

Aujourd’hui, deux ans plus tard, il sollicite l’élévation à la qualité de « Commandeur », ce qui est une première dans l’histoire de l’Ordre. Dileita a conclu rapidement en disant que si les membres votaient favorablement, Ali Mohamed Abdou serait le premier commandeur élu de l’Ordre prestigieux et que sa peine et son dévouement total au régime sanguinaire, justifiaient largement une telle récompense.

Avant d’annoncer qu’il était contraint de partir rapidement pour aller cueillir ses fraises préférées au PK20, Dileita, qui commençait déjà à somnoler, a passé le micro à Djama Haid qui a été chargé d’expliquer les motivations de cette demande.

Djama Haid a été rapide. Il a simplement cité deux phrases de la nouvelle déclaration d’Ali Mohamed Abdou, reprise par l’ADI :

« La République de Djibouti est une nation qui respecte scrupuleusement les droits de ses citoyens et son gouvernement œuvre toujours dans ce sens »,

Avant de pouvoir citer la seconde phrase, Djama Haid, saisi d’un énorme fou rire communicatif, a du attendre le retour au calme dans les rangs des membres, qui ont tous reconnu à la sortie, n’avoir jamais tant rigolé de leur vie.

L’un d’entre eux, qui a souhaité garder l’anonymat, a confié « Off the record », qu’Ali Mohamed Abdou ne manquait ni de culot ni d’audace et qu’il fallait oser faire ce genre de déclaration. Même IOG n’aurait jamais osé aller si loin dans le mensonge, a-t-il ajouté …

Dans la seconde phrase, Ali Mohamed Abdou a fustigé « ce qu’il considère comme « des allégations sans fondement mettant en cause l’action et les engagements du gouvernement djiboutien sur la question des Droits de l’Homme ».

L’un des membres saisi par le rire, lui aussi, n’a pas pu s’empêcher de demander si quelqu’un avait sollicité, sur ce point les avis de MM Farah Abadid, Houssein Robleh et Mohamed Cheick Souleiman. Mais Ali Guelleh l’a vite rappelé à l’ordre en le menaçant d’exclusion s’il se livrait encore à ce genre de plaisanteries grossières…

Mise au voix, c’est à l’unanimité que l’élévation de Mohamed Abdou à la dignité de Commandeur a été adoptée. Djama Haid a proposé qu’il soit reconnu désormais sous l’appellation flatteuse de « Grand couillon de service ».