Articles

17/01/2016 (Brève 637) Flash Info (9h00 Paris). M. Omar Ali EWADO, président de la LDDH à Djibouti, condamné ce dimanche matin à TROIS MOIS de prison fermes par le tribunal correctionnel de Djibouti.

Sans la présence de l’avocat du barreau de Djibouti, Me Abayazid, à ses côtés, Monsieur Omar Ali Ewado a écouté le jugement qui le condamne à trois mois de prison fermes pour « diffamation publique ».

Il faut noter que la défense avait plaidé la relaxe lors de l’audience du 10 janvier, puisque le Parquet avait reconnu publiquement qu’il n’avait été saisi d’aucune plainte et qu’il n’y avait aucune victime d’une éventuelle diffamation.

Il s’agit donc d’une condamnation pour des faits politiques et nous regrettons que le tribunal se soit soumis (comme d’habitude) aux ordres du Palais de l’Escale. Nous condamnons ces pratiques dictatoriales, d’un autre âge, qui, une fois de plus, témoignent d’une volonté de violation systèmatique des Droits de l’Homme à Djibouti.

Comme nous le répétons depuis des années, il est temps que la France et l’Union européenne en priorité et les autres pays présents militairement dans le pays, prennent enfin en compte les dérives permanentes d’un régime, qui tue en masse sa population, dans le Nord, en Ville, qui tente d’assassiner les leaders de l’opposition, les blessant par balles ou les incarcérant sous des inculpations montées de toutes pièces.

06/01/2012 (B637) A lire sur LOI …

______________________ 1 – Djibouti

AFRICA ENERGY INTELLIGENCE – Edition française N°666 – 04/01/2012
PetroTrans veut exporter le gaz
La société basée à Hongkong PetroTrans, qui a racheté en juillet les permis de Petronas en Ethiopie, devrait décider dès la fin janvier par quel pays exporter ses réserves gazières. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1323 – 24/12/2011
Les parlementaires PS font peur à IOG
L’entourage d’Ismaïl Omar Guelleh craint que les parlementaires socialistes français rechignent à approuver le nouvel accord de défense entre la France et Djibouti. (…).

_______________________ 2 – Somaliland

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1323 – 24/12/2011
Hargeisa
Le président Ahmed Mohamed Mahamoud, dit Silanyo, vient de nommer un troisième membre de l’Udub (parti d’opposition) à un poste de responsabilité. (…).

_______________________ 3 – Puntland


LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1323 – 05/01/2012
Un lobbyiste de poids pour Farole à Washington
Le président de l’administration autonome du Puntland (nord-est de la Somalie), Abdirahman Mohamed Mohamud dit Farole, a recruté un nouveau lobbyiste américain sur les questions de sécurité et de lutte anti-piraterie. (…).

_______________________ 4 – Somalie

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1323 – 24/12/2011
L’armée kenyane ne veut pas rendre compte à l’Amisom
Bien que le Kenya ait décidé de rejoindre l’African Union Mission in Somalia (Amisom), son armée refuse de se placer sous les ordres du commandant ougandais en charge des troupes de l’Amisom, le général Fred Mugisha. (…).

06/01/2012 (B637) LDDH : Lettre de remerciements à tous les amis et compatriotes qui combattent à nos côtés pour la victoire sur la dictature.


Le Président

LETTRE DE REMERCIEMENTS
A TOUS LES AMIS, COMPATRIOTES

QUI COMBATTENT LOIN DU PAYS
MAIS SI PROCHES DE NOUS.

Merci, merci, encore et toujours merci.

Il n’y a rien de plus réconfortant, rien de plus encourageant que d’entendre, du fin fond de sa cellule, les voix de tes amis et compatriotes, d’apprendre la mobilisation internationale grâce à vos voix.

Oui vos voix et vos écrits sont inscrits à jamais dans nos cœurs

Grâce à vous nous sommes encouragés à amplifier notre combat dans la juste ligne de nos convictions uniquement dans l’intérêt des opprimés Djiboutiennes et Djiboutiens, dans le but de libérer notre Peuple soumis depuis bientôt 40 ans aux sauvages répressions dignes de l’époque stalinienne perfectionnées par des formations dans les écoles de tortures d’Israël, alors que l’hypocrisie d’Ismaël Omar Guelleh et ses larmes de crocodile à l’attention du vaillant Peuple frère de Palestine, ne pourront pas nous induire en erreur.

Un criminel sera toujours un criminel, un voleur sera toujours un voleur, un menteur sera toujours un menteur.

Ce dictateur passible d’allégeance avec la mafia transrégionale, se permet aujourd’hui de critiquer Kadafi, Housni Moubarak, et celui du Yémen voisin juste après son départ, alors que ces dictateurs lui envoyaient des armes et des munitions ainsi que de l’argent pour réprimer notre Peuple.

En ce 6 janvier 2012, je lance un Appel à tous mes compatriotes pour renforcer l’unité et la coordination des actions communes de l’Opposition et d’éviter toutes polémiques entre eux.

Je demande les renforcements de liens entre les membres de l’UAD car c’est la main dans la main que l’on gagne la victoire et aux personnalités politiques de mettre en veilleuse leurs ambitions politiques car le temps doit être consacré à la lutte par tous les moyens efficaces afin de libérer notre pays de ces agglomérats des bandes mafieux.

La liste nominative serait très longue mais je ne peux m’empêcher de citer quelques noms, certes nos remerciements s’adressent aussi à tous celles et ceux qui de Paris à Bruxelles, de Londres à Rome, de Washington à Ottawa (capitale des résistants Djiboutiens).

Les mandataires de la LDDH d’Amérique à Ottawa :
Mohamed HOUSSEIN ;
Houssein J. ANDOLEH ;
Hassan A. ADEN ;

L’avocat WARREN CREATES qui suit de près nos réfugiés au Canada et aux Etats-Unis ;

Le Président de l’ACNAD mon frère ABDOULKADIR MOHAMED qui m’a décerné un CERTIFICAT D’HONNEUR lors de ma visite suite à l’invitation de mes compatriotes à Ottawa en juillet 2011 ;

Une pensée chaleureuse à tous mes compatriotes Djiboutiens et mes frères Somalis à Ottawa

Le mandataire d’Europe : Cassim AHMED DINI

Le Président du MRD Daher AHMED FARAH

Le Président de l’ARDHD l’inoubliable Jean-Loup SCHAAL avec ses alertes réconfortantes et Roger PICON aves ses dessins pleins d’humour et pleins de vérité qu’apprécient un très grand nombre de femmes Djiboutiennes ;

Madame Laurence DAWIDOWICZ qui depuis la période du fascisme de Franco jusqu’au fasciste Ismaël Omar Guelleh continue sans repos à combattre et à nous aider par ses encouragements et ses soutiens.

Maître TUBIANA qui suit constamment et me défend dès que je suis inquiété et traîné en Justice.

Le grand écrivain Abdourahman WABERI qui par ses écrits combat inlassablement contre le régime dictatorial qu’il connaît depuis sa tendre enfance.

Tous nos compatriotes qui sont en alerte permanent et continuent leur combat tant sur le plan politique, financier et notre compréhension à ceux qui envisagent d’autres actions plus musclées.

Tous nos vives remerciements à la FIDH, à l’Observatoire des Défenseurs des Droits de l’Homme, à l’OMCT, Reporters Sans Frontières (RSF), Amnesty International, Humain Right Watch, Front Line, et tous les Organisations internationales, régionales et des pays amis, qui nous témoignent constamment leurs solidarités .

De tout mon cœur mes meilleurs vœux pour l’année 2012, que Dieu Tout-Puissant nous épaule et guide nos pas dans notre combat commun, afin de libérer notre Peuple du joug du néocolonialisme.

NOEL ABDI Jean-Paul

05/01/2012 (B637) LDDH : Lettre à Monsieur Salah DJAMA AMIR, directeur de la prison de Gabode


Le Président

Le 4 Janvier 2012

Lettre à Monsieur Salah DJAMA AMIR,
directeur de la prison de Gabode

A Monsieur Salah DJAMA AMIR.

Vive inquiétude sur les Tortures Morales après l’incarcération du Juge intègre
Mohamed Cheick SOULEIMAN Cheick MOUSSA.

Monsieur Salah DJAMA AMIR Directeur général de la Prison de GABODE,

Je vous présente mes meilleurs vœux pour la bonne collaboration dans les stricts intérêts des prisonniers politiques et autres prisonniers qui attendent inlassablement à être entendus par un juge du siège et apprendre leur jugement et ce depuis plusieurs années.

Je tiens à vous informer que les informations que j’ai obtenues sur l’isolement et les tortures morales à l’égard du Juge Intègre Mohamed Cheick SOULEIMAN Cheick MOUSSA, sont très inquiétants

Même la décision de Madame la Juge d’Instruction de la Cour Suprême, l’autorisant à être accompagné afin de retirer de l’argent afin de subvenir à sa famille dont il est en charge, aurait été bloquée par les services de la SDS qui sont en possession des clés de la cellule isolée.

Je ne peux que vous transmettre toutes nos préoccupations quant à la situation interminable des prisonniers politiques, d’opinion et autres détenus, sans oublier les prisonniers toujours abusivement et illégalement incarcérés en détention « provisoire » durant des années et des années, voir depuis 1999.

En tant que défenseur des droits de l’homme très crédible en République de Djibouti, « sauf aux yeux du dictateur Ismaël Omar Guelleh », j’ai l’obligation de réitérer, encore, ma demande écrite du 7 décembre 2011 à l’aimable attention du Ministre de la Justice et des Affaires ¨pénitentiaires, afin d’obtenir deux permis de communiqué permanent.

J’ai l’intention, lors de mes missions de visite, d’être accompagné et je propose le chargé des Affaires pénitentiaires du Conseil National des Défenseurs des Droits de l’Homme (CNDH) Monsieur Houssein AHMED FARAH.

Je suis à votre disposition et vous certifie que ne manquerais pas de vous transmettre nos observations orales, ainsi qu’une copie de nos rapports à l’attention des Organisations Internationales des Droits de l’Homme, à l’Organisation Mondiale contre les Tortures (OMCT) ainsi qu’aux autres Organisations internationales

NOEL ABDI Jean-Paul

05/01/2012 (B637) L’opposition djiboutienne au Canada nous adresse son point de vue, après la publication du communiqué de l’ARD, annonçant son retrait de l’UAD.

Au sujet de la note d’information de l’ARD

L’opposition djiboutienne du Canada dans sa grande majorité ne peut que se réjouir de cet appel unitaire qui parachève dans le même temps la mort officielle de l’UAD.

En effet, ce n’est pas seulement l’année 2011 dont le bilan est catastrophique qui s’achève, c’est aussi la constatation pathétique de voir la vieille garde politique de notre pays trainer les pattes pour passer le bâton.

Pourtant depuis les manifestations historiques du 18 Février, les occasions n’ont pas manqué de tirer révérence de la manière la plus honorable et de comprendre qu’une page de notre histoire politique s’est tournée depuis…

Profitons de cette occasion, les djiboutiens du Canada saluent la décision courageuse de l’ARD, et exhortent tous nos compatriotes à s’unir autour de l’idée de citoyenneté notamment, et à se libérer des vieilles manières sectaires de penser lesquelles perdurent toujours dans l’esprit de la vieille génération de la période de l’indépendance.

Mais aussi à se retrouver autour de cet appel unitaire et de cet idéal républicain que 34 ans de dictature a mis à mal par la violence politique.

Il est temps de remettre l’avenir de notre pays entre les jeunes et moins jeunes à l’image de Kassim Ahmed Dini. Il est temps de remettre nos querelles puériles en veilleuses. Il est temps de monter au dos du vent de ce vrai changement qui s’annonce.

Il temps d’établir une démocratie vraie et de rétablir l’idéal perdu d’un destin commun. En conjurant une « somalisation de notre pays » Il est temps à chacun de se prendre en main et de changer notre destinée.

L’opposition djiboutienne du Canada ( KC)

05/01/2012 (B637) Retrospectives de la visite de Jan-Paul Noël Abdi au Canada.

Un lecteur nous signale que deux vidéos sont disponibles sur Youtube : MM. Housein Andoleh et Warren Creates.

1°) Houssein Andoleh
La première vidéo concerne l’intervention d’Houssein Andoleh, en langue Somali, dont voici la traduction en Français qui nous a été adressée.

Lors du passage de Jean Paul Abdi Noel à Ottawa, Andoleh s’adresse à ses frères et soeurs,

M Andoleh commence par remercier les djiboutiens et djiboutiennes pour l’accueil chaleureux réservé à Jean Paul Noel et leur participation aux efforts de lutte contre les injustices. Ses remerciements s’adressent particulièrement à ceux qui se sont mobilisés lors du soulevement de fevrier en réclamant la libération des prisonniers politiques et celle de Jean Paul Abdi.

Aujourd’hui, (dit Andoleh,) nous aimerons que vous compreniez les raisons de notre lutte. Ce n’est pas pour obtenir des postes. C’est pour ceux qui souffrent de l’injustice, pour les Djiboutiens qui ont faim, qui n’ont ni eau ni électricité.

Ensemble nous allons y parvenir et chacun doit prendre sa part de responsabilité. Toutes les actions et la mobilisation comptent, comme aujourd’hui le combat de Jean Paul Abdi Noel qui est parmi nous……

Le pays et le drapeau appartiennent à tous le Djiboutiens. Ils ne sont pas la propriété privée de Ismaël Omar, la richesses du pays doit bénéficier au peuple. Ismaël a fait son temps, il doit partir.

(Andoleh poursuit). Ismaël Omar Guelleh a récemment lancer un appel à l’aide à la communauté internationale. S’il aime vraiment son peuple, il faut qu’il vende d’abord son villa de 7 Millions d’euros en France acquis frauduleusement…….

Nous avons parmi nous un invité de marque. Je vais lui passer le micro car il vous parlera de la réalité et de ce qui se passe au pays. Il faut reconnaître que c’est notre Mandela.

Savez-vous quels sont les premiers mots qu’il m’a dit dès sa descente de l’avion ? « je suis prêt à retourner en prison ».

Qui est prêt d’aller en prison ici ? Il avait pris part à l’indépendance et voilà qu’il combat encore.

C’est un honneur pour nous de l’accueillir, c’est notre part de la lutte et avant lui, Daher, Mahdi God et Cassim sont venus mais nous devons faire plus pour libérer le pays pris en otage par Ismaël.

Cet homme qui n’a jamais lutté pour l’indépendance. A l’époque, c’était un petit agent d’Ali Aref, je vous le dis même si certains ont peur de le dire tout haut.

Il raconte au peuple qu’il est un héros, c’est faux c’est un anti héros, toujours et encore en service. Libérer notre pays, lutter pour la justice. »

Enfin (Andoleh) livre un message à ceux qui célèbrent la gloire de Guelleh ici. Sont-ils normaux ou fous ? Comment peut-on chanter pour un criminel, un tortionnaire, un homme qui affame et qui vole son peuple ?

2°) Warren Chris, avocat canadien, spécialisé dans les questions d’immigration (En Français)

 

05/01/2012 (B637) Egypte : Peine capitale requise contre l’ancien président Hosni Moubarak (Info lecteur)

Le procureur requiert la peine de mort par pendaison contre l’ex-président égyptien, accusé d’être impliqué dans des meurtres de manifestants lors de la révolte au mois de février. Agé de 83 ans, Hosni Moubarak est détenu dans un hôpital militaire.

REUTERS – Le président égyptien déchu Hosni Moubarak, au delà d’ordres qu’il a pu donner, ne pouvait ignorer les tirs contre la foule lors la révolte contre son régime, a estimé jeudi à son procès le procureur Moustafa Souleimane.

"Le président de la République est responsable de la protection du peuple, la question n’est pas seulement de savoir s’il a donné ou non des instructions de tuer les manifestants, mais au delà de ça de savoir pourquoi il n’est pas intervenu pour arrêter la violence contre ces manifestants", a-t-il déclaré.

"Comment se peut-il que le président de la République ne soit pas au courant des manifestations qui ont éclaté le 25 janvier en douze endroits dans plusieurs gouvernorats?", a-t-il ajouté en cours de l’audience qui s’est ouverte en milieu de journée, réfutant l’idée que M. Moubarak n’était pas informé de la gravité de la situation.

Le procureur a également souligné que le ministre de l’Intérieur de l’époque, Habib el-Adli, jugé en même temps que l’ancien chef d’Etat, "ne pouvait pas donner des ordres de tirer sur les manifestants sans avoir obtenu des instructions de Moubarak".

Il a souligné que deux ministres de l’Intérieur en fonction après la chute de M. Moubarak ont témoigné du fait que "le ministre de l’Intérieur n’a pas les prérogatives lui permettant de donner des ordres de tirer, et qu’il ne peut prendre une telle décision qu’après avoir consulté la direction politique".

Le procureur Souleimane avait estimé mercredi avoir des preuves solides de l’implication de Hosni Moubarak dans le meurtre de manifestants, mais avait aussi dénoncé le manque de coopération "délibéré" des nouvelles autorités avec l’accusation.

"L’accusation a confirmé que Moubarak, Adli et six hauts responsables de la sécurité avaient aidé et incité à tirer" contre la foule qui manifestait contre l’ancien dictateur, avait-il déclaré.

Mardi, il avait décrit M. Moubarak, qui a régné sur l’Egypte pendant trois décennies, comme "un dirigeant tyrannique" qui a "répandu la corruption" et "ruiné le pays sans rendre de comptes".

Agé de 83 ans, M. Moubarak est en détention préventive dans un hôpital militaire de la banlieue du Caire. Il a une nouvelle fois comparu jeudi allongé sur une civière.

Le raïs déchu est jugé depuis le 3 août dans le cadre des poursuites après la répression du soulèvement contre son régime début 2011, qui a fait officiellement quelque 850 morts. L’ancien ministre de l’Intérieur, Habib el-Adli, et six de ses conseillers sont jugés en même temps que lui pour ces accusations.

L’ancien président est également inculpé de corruption, des accusations qui visent aussi ses fils Alaa et Gamal, jugés en même temps que lui.

M. Moubarak, dont le procès se déroule sous la protection d’un important dispositif de sécurité, est le premier dirigeant victime du "Printemps arabe" à comparaître en personne devant la justice.

M. Moubarak et les avocats qui assurent sa défense plaident non-coupable.

04/01/2012 (B637) Communiqué en Anglais de la communauté AFAR réunie en Suède le 30 décembre, comprenant : – 1°) des remerciements au Gouvernement et au peuple suédois pour son action en faveur des réfugiés – 2°) la décision de créer l’ACAS pour venir en aide aux différentes populations AFAR victimes des régimes ou du contexte en Ethiopie, en Erythrée et à Djibouti – 3°) un appel au UNHCR et aux différents gouvernements concernés pour qu’ils stoppent les violences contre les populations AFAR.

PRESS RELEASE FROM AFAR NEW YEAR GATHERING IN SWEDEN

Afars from different parts of Sweden gathered on December 30, 2011 in Uppsala city, Sweden to discuss the current situation in the Horn of Africa in general and in the Afar areas in particular. The gathering was made possible by the Swedish Afar humanitarian organization better known as the Afar Friends in Sweden. Participants would like to take this opportunity to thank Afar Friends in Sweden for its invaluable contributions to improve the situation of the Afar people since its foundation 18 years ago. We also wish to thank the executive committee of this organization for its unforgettable role in getting out the young Afars who were locked in the dreadful Hodeida prison in Yemen.

After deep discussions and analysis of the critical situation in which the Afar people find themselves, the participants decided to establish an Afar Community Association in Sweden (ACAS) with the aim of helping their countrymen in difficult situations. The participants, in addition, agreed to release the following statement:

• We, the participants of the meeting in Uppsala praise and are grateful to the Swedish government’s unforgettable generous gesture in 2011 by providing sanctuary for the Afar refugees from Eritrea who were languishing in a notorious prison in Yemen.

• The participants would like to thank the Swedish Government and Swedish people for the long lasting humanitarian and development efforts in the Horn of African countries and urge the Swedish government to pay close attention to the very difficult situation of the Afar people in these countries.

• While grateful for the past assistance, the participants appeal to the Swedish authorities to protect more than 200 Afar refugees from Eritrea currently languishing in prison in the town of Hodeida in Yemen. We appeal to the Swedish Government once again to demonstrate their solidarity towards these young refugees who managed to escape the brutal region in Eritrean, ending up in the notorious person in Yemen.

• We urge the UNHCR to address the Afar refugee situation in the villages of Asyaita and Barahle in Ethiopia by working actively to find third countries for resettlement for these forgotten refugees.

• We urge the Ethiopian Government to cooperate with the Afar traditional leaders in general and particularly with the new Afar Sultan Hanfare Ali Mirah especially in matters related management of natural resources which is vital for survival of the Afar People.

• We urge the Djibouti Government to take responsibility for the welfare of its entire population and initiate a peace talks with FRUD opposition party without delay in order to ensure peace and stability in the country

• We call upon the Eritrean Government to stop terrorizing the Afar civilians, ruthless exploitation of Afar natural resources and re -open borders with neighboring countries without delay so that people can gain access to food and other items necessary for survival.

Uppsala, January 3, 2012