Articles

20/01/2016 (Brève 644) RFI (Journal afrique de 8h30 Paris) Le jeune député de l’opposition Saïd Houssein Robleh répond aux questions de Carol Valade.

23/02/2012 (B644) Point de vue : un lecteur nous adresse une contribution en Anglais "5 raisons qui vont conduire le régime à sa chute".

______________________ Note de l’ARDHD

Nous proposons ci-après, une traduction en Français, réalisée automatiquement, dont la qualité n’est vraiment pas satisfaisante, mais qui permettra aux lecteurs francophones de comprendre le sens de cette contribution.

__________________________ 1 – En Anglais

FIVE WAYS THE RUTHLESS REGIME OF IOG WILL FAIL

Thirty-five years of corruption, greed and arrogance of a handful of individuals have destroyed the social and economic fabrics of our society. These selfish, ignorant and violent prone individuals with no morals have ruined our proud young country. The majority of our people live in dire poverty, 2/3 of our children are malnourished according to their own data and we are at the bottom of every socio-economic index. These scrupulous people have destroyed the sacrifices and legacy of our parents who fought for independence. They are killing our hopes and aspirations. While the world especially the West and Arab nations are silent, they are waging a war against our people and society. This regime is on its last leg and will fall anytime soon. Here are five ways this brutal regime will collapse.

1. Armed Struggle

The people of Djibouti, so far, have been very peaceful and patient under a very brutal regime, in inhumane conditions. Opposition groups advocate for peaceful and nonviolent methods to resist and overthrow the regime there. However, few people believe this will be the case in the foreseeable future. It’s not a question of IF but WHEN will the brutalized people of Djibouti take arms to topple this dictator.

The younger generations who are suffering the most under this regime are very anxious and it’s just a matter of time before they organize and seek weapons elsewhere. The invasion of the tiny island of Doumeira by the Eritrean regime of Isias Afeworky few years ago is the only reason why these generations are not rushing next door to acquire weapons and training there.

2. The Opposition Struggle

Opposition groups in Djibouti and abroad have been unorganized and divided for a very long time. Lately, we are seeing various groups put their differences aside and coming together to form coalitions. These actions and efforts are bearing fruits hence the successful press conference of the CNDD in Europe. These groups are also lobbying Western countries to stop supporting this tin pot dictator and are making significant progresses.

Moreover, human rights activists and community organizers in the country are uniting and coordinating their efforts with opposition groups in Djibouti and overseas who are relating their efforts to international governments, media and organizations. Djibouti’s Human Rights League president, Jean Paul Noel Abdi, was allowed to leave the country without any obstacle to attend a conference organized by very dynamic and organized groups of young Djiboutian in Canada. We all know that previously Mr. Noel Abdi was always barred from attending international human rights conferences let alone an opposition one.

3. The Islamist Factor

Last summer, the well-respected Djiboutian Islamic sheikh, Abdourahman Bashir, went on a trip to many countries in Europe and the United States. While there he met many people from the Djiboutian diaspora who fled the dictatorial regime of Ina Omar Guelleh. He was welcomed by most people and was also questioned, challenged and tasked by many to at least speak up against the evil deeds of IOG. The people he met and the conversations he had, touched his conscience and changed him forever. Today, he is an outspoken Islamic figure and advocate loudly to overthrow the regime. He is also gaining political clout and has growing followers in and outside the country. An increasingly disillusioned, unemployed and powerless youth is turning to Islam and Bashir’s sermons lately to empower themselves.

This Islamic factor in the equation can be a blessing and a curse. With a wounded but still relevant and armed Alshabab next-door, Ina Omar Guelleh could use this to crack down on opposition groups in the country with the help of Islamists weary Western nations. This will definitely lead to more radicalization and will be a rallying cry for Islamists in the region. On the other hand this can be a blessing because Western countries especially France and the United States, who have huge interests there, are watching very closely the events unfold in Djibouti and neighboring Somalia and Yemen. They know Ina Omar Guelleh’s regime is becoming more brutal and corrupt and will definitely have to replace him with a friendlier and more democratic government before it’s too late.

4. The Military Coup/ Sudden Death of IOG

The biggest security blunder of Ina Omar Guelleh was the creation of the Republican Guards. When he created this small and tactically irrelevant forces little did he knew that this would cause frictions and resentment of these so called elites by the military and the gendarmerie forces.

The lack of patronage of the regime for these two institutions has translated to suspicions and divisions. Ina Omar Guelleh knows very well these two powerful security apparatus, except of course few individuals, are not loyal to him and will try to overthrow his dictatorship anytime.

A group of patriotic and brave military and security officers who are fed up of the corruption and despotism of the regime will act swiftly in the event of his death or will overthrow the regime in a bloodless coup thus paving the way for a free and fair elections, Niger style hopefully.

5. Mass Protest

Inspired by the unfolding events of the Arab Spring, the oppressed and humiliated people of Djibouti will rise up peacefully and come-out in great numbers to demand the end of Ina Omar Guelleh’s corrupted regime.

Ina Omar Guelleh will try to put down brutally the uprising of a determined and fed up population with no success. He will eventually flee the country to Saudi Arabia and our nightmare will be hopefully over.

Mahamed Jama Barraley

_________________ 2 – Traduction automatique en Français

CINQ RAISONS QUI CONDUISENT LE RÉGIME IMPITOYABLE D’IOG A SA CHUTE

Trente-cinq ans de corruption, l’avarice et l’arrogance d’une poignée d’individus ont détruit les tissus sociaux et économiques de notre société. Ces individus enclins égoïstes, ignorants et violents sans des morales ont ruiné notre jeune pays fier. La majorité de nos personnes vivent dans la grande pauvreté, 2/3 de nos enfants sont sous-alimenté selon leurs propres données et nous sommes au fond de chaque index socio-économique. Ces personnes scrupuleuses ont détruit les sacrifices et le legs de nos parents qui ont combattu pour l’indépendance. Ils tuent nos espoirs et aspirations. Tandis que le monde les nations particulièrement d’ouest et d’Arabe sont silencieux, ils font une guerre contre nos personnes et société. Ce régime est sur sa dernière jambe et tombera n’importe quand bientôt. Voici cinq manières que ce régime brutal effondrera.

1. Lutte armée

Les habitants de Djibouti, jusqu’ici, ont été très paisibles et patiente sous un régime très brutal, en conditions inhumaines. Avocat de groupes d’opposition pour que les méthodes paisibles et non-violentes résistent et pour renversent au régime là. Cependant, peu de gens croient que ce sera le cas dans l’avenir. Ce n’est pas une question de SI mais QUAND les personnes brutalizées de la prise de Djibouti arment pour renverser ce dictateur.

Les générations plus jeunes qui souffrent le plus dessous le ce régime sont très impatientes et lui est simplement une question de temps avant qu’elles organisent et cherchent des armes ailleurs. L’invasion de l’île minuscule de Doumeira par le régime érythréen d’Isias Afeworky il y a peu d’années est la seule raison pour laquelle ces générations ne précipitent pas la prochaine porte pour acquérir des armes et ne s’exercent pas là.

2. La lutte d’opposition

Les groupes d’opposition à Djibouti et ont été mal organisés et se sont divisés à l’étranger pour très un à long terme. Récemment, nous voyons que les divers groupes mettent leurs différences de côté et venant ensemble pour former des coalitions. Ces actions et efforts sont des fruits de roulement par conséquent la conférence de presse réussie du CNDD en Europe. Ces groupes également incitent les pays occidentaux pour cesser de soutenir ce dictateur de pot de bidon et rendent significatif progresse.

D’ailleurs, les activistes de droits de l’homme et les organisateurs de la communauté dans le pays sont unissants et coordinating leurs efforts avec des groupes d’opposition à Djibouti et outre-mer qui relient leurs efforts aux gouvernements, aux médias et aux organismes internationaux. On a permis à président de ligue des droits de l’homme de Djibouti, Jean Paul Noel Abdi, de partir du pays sans n’importe quel obstacle de suivre une conférence organisée par les groupes très dynamiques et organisés de jeune Djiboutian au Canada. Nous tous connaissons ce précédemment M. Noel Abdi a été toujours empêché d’assister à des droits de l’homme internationaux que les conférences seul ont laissé une opposition une.

3. Le facteur islamiste

L’été passé, cheik islamique bien-respecté de Djiboutian, Abdourahman Bashir, est parti en voyage à beaucoup de pays en à l’Europe et aux Etats-Unis. Tandis que là il rencontrait beaucoup de gens de la Diaspora de Djiboutian qui s’est sauvée le régime autoritaire d’Ina Omar Guelleh. Il a été souhaité la bienvenue par la plupart des personnes et a été aussi interrogé, défié et chargé par beaucoup pour parler au moins vers le haut contre les contrats mauvais de l’IOG. Le peuple qu’il a rencontré et les conversations il a eues, a touché sa conscience et l’a changé pour toujours. Aujourd’hui, il est une figure et un avocat islamiques francs fort pour renverser le régime. Il également gagne le chiffon politique et a les disciples croissants à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Une jeunesse de plus en plus désillusionnée, sans emploi et impuissante se tourne vers des sermons de l’Islam et de Bashir récemment pour s’autoriser.

Ce facteur islamique dans l’équation peut être une bénédiction et une malédiction. Avec une prochain-porte blessée mais encore appropriée et armée d’Alshabab, Ina Omar Guelleh a pu employer ceci pour fendre vers le bas sur des groupes d’opposition dans le pays avec l’aide des nations occidentales lasses d’Islamiste. Ceci certainement mènera à plus de radicalization et sera un cri de rassemblement pour des Islamiste dans la région. D’une part ceci peut être une bénédiction parce que les pays occidentaux particulièrement France et Etats-Unis, qui ont des intérêts énormes là, observent très étroitement les événements dévoilent à Djibouti et la Somalie et le Yémen voisins. Ils savent que régime d’Ina Omar Guelleh devient plus brutal et corrompu et devra certainement le remplacer avec un gouvernement plus amical et plus démocratique avant qu’il soit trop tard.

4. La mort soudaine du coup militaire d’IOG

Dans le domaine de la sécurité, la plus grande erreur d’Ina Omar Guelleh a été la création de la Garde républicaine. Quand il a créé ces petites forces d’élite, il a su que cela causerait des frottements et le ressentiment contre ces prétendues élites par les militaires et les forces de gendarmerie.

Le manque d’encadrement de ces deux établissements par le régime est la cause des soupçons et des divisions.

Un groupe de patriotique et bravent des militaires et les dirigeants de sécurité qui sont alimentés vers le haut de la corruption et le despotisme du régime agira vite en cas de sa mort ou renversera le régime dans un coup anémié préparant de ce fait le terrain pour des élections libres et justes, modèle du Niger si tout va bien.

5. Protestation de masse

Inspiré par les événements de déploiement du ressort arabe, les habitants opprimés et humiliés de Djibouti se lèveront vers le haut paisiblement et viennent-dehors dans de grands nombres pour exiger la fin du régime corrompu d’Ina Omar Guelleh.

Ina Omar Guelleh essayera de déposer brutalement le soulèvement d’un déterminé et alimenté vers le haut de la population sans le succès. Il se sauvera par la suite du pays en Arabie Saoudite et notre cauchemar se terminera si tout va bien.

24/02/2012 (B644) A lire sur LOI cette semaine … (Djibouti)

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1327 – 25/02/2012
La première dame toujours influente
Plusieurs décisions gouvernementales récentes confirment que les proches de la première dame, Kadra Mahamoud Haïd, n’ont pas à se plaindre de leur sort. Explication. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1327 – 25/02/2012
Sus aux rebelles de l’ONLF
Une opération conjointe des gouvernements du Somaliland, de Djibouti et des Etats-Unis a été menée cette semaine, pendant plusieurs jours, autour de Zeyla, contre une tentative supposée d’infiltration de rebelles éthiopiens de l’Ogaden National Liberation Front (ONLF). (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1327 – 25/02/2012
Les Comores et Djibouti au ban des ACP
Pour cause de défaut de paiement depuis trois exercices de la cotisation des Comores au Secrétariat général des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), basé à Bruxelles, les ressortissants comoriens ne sont plus autorisés à postuler pour un emploi dans cette institution. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1327 – 25/02/2012
Le ministre djiboutien de l’intérieur ne sait que dire niet !
Par deux fois en deux mois, le ministre djiboutien de l’intérieur, Hassan Darar Houffaneh, a refusé la tenue d’une manifestation pacifique de l’opposition. (…).

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1327 – 25/02/2012
Djibouti
L’homme d’affaires proche du couple présidentiel djiboutien, Mohamed Saïd Guedi (MSG), vient de créer à Djibouti la société Bluvision Media, qui fournira des services en matière d’accès à Internet sans fil, de diffusion de vidéos numériques et de média audiovisuel. (…).

22/02/2012 (B644) Communiqué de l’ARD sur son programme de visite des annexes locales et des villes de l’intérieur.

ALLIANCE REPUBLICAINE POUR LE DEVELOPPEMENT

Djibouti, le 22 février 2012

NOTE D’INFORMATION

Réuni en session ordinaire ce mercredi matin, le Bureau Politique de l’ARD, après s’être félicité du succès de la commémoration du 18 février à laquelle elle avait appelé, s’est déjà résolument projeté dans l’avenir et dans l’action.

Un premier calendrier a été établi pour restaurer les conditions d’une dynamique contestataire à la hauteur du rejet de cette dictature par l’écrasante majorité du Peuple djiboutien.

Ainsi, du 23 février au 6 mars 2012, l’ARD entreprendra une tournée de mobilisation générale dans toutes ses annexes et tous les quartiers de la Capitale.

Puis, elle se rendra du 7 au 10 mars, à Obock et Tadjourah.

Le calendrier de sa tournée à Ali-Sabieh, Dikhil, Yoboki, As-Eyla, etc. sera communiqué ultérieurement.

Le secrétaire à la communication
Porte-parole
Mohamed Ali Abdou

22/02/2012 (B644) Contrairement à ce qui se passe à Djibouti, où Zozo(*) s’est totalement discrédité, il y a des pays d’Afrique où la CNDH remplit son rôle. Des pays où son Président a le courage d’affirmer la vérité. Communiqué de la FIDH sur la torture au Togo et sur les poursuites pénales des tortureurs.

Fédération Internationale des ligues des Droits de l’Homme (FIDH)
Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH)

Communiqué

Togo : le gouvernement doit regarder la réalité en face et mettre fin à la pratique de la torture par les services spéciaux

Lien : http://www.fidh.org/Togo-le-gouvernement-doit-regarder

Paris, Lomé, le 21 février 2012 – La FIDH et la son organisation membre au Togo, la LTDH, se félicitent de la publication par la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) d’un rapport sur la pratique de la torture contre les personnes détenues dans l’affaire de la tentative de coup d’Etat d’avril 2009. Aussi, la FIDH et la LTDH dénoncent-elle la publication par le gouvernement d’une copie tronquée de ce rapport niant l’usage de la torture par l’Agence Nationale de Renseignement (ANR) et demandent aux autorités d’endosser le rapport authentifié par la CNDH et de s’atteler à mettre fin aux pratiques relevées dans ce rapport et à en sanctionner leurs auteurs.

Le samedi 18 février 2012, le gouvernement togolais a rendu public, sur son site officiel www.republicoftogo.com, un rapport attribué à la Commission Nationale des Droits de l’Homme et qui rejette les allégations de torture à l’encontre de plusieurs des 32 accusées dans l’affaire de la tentative d’atteinte contre la sûreté intérieure de l’État plus connue sous le nom de la « tentative de coup d’État d’avril 2009 ».

Un communiqué du gouvernement allant dans le même sens a été diffusé lors des éditions de 13 heures et de 20 heures sur la Télévision Togolaise.

Le 20 février 2012, la CNDH a démenti le gouvernement et a publié, sur son site officiel www.cndh-togo.org, son rapport authentique qui dénonçait les actes de torture perpétrés contre les accusés.

Le même jour, dans l’édition de nuit, le gouvernement togolais rendait public un autre communiqué dans lequel il estime que le rapport tel que publié sur son site est réellement celui que la CNDH lui a transmis suivant les formalités administratives habituelles et régulières.

« Les faits dénoncés par la CNDH sont graves et doivent être pleinement reconnus et sanctionnés », a déclaré Souhayr Belhassen, présidente de la FIDH. « Il ne sert à rien de nier une évidence clairement établie par une enquête impartiale et documentée, de surcroît à la demande du gouvernement » a-t-elle ajouté.

Nos organisations rappellent qu’il est du rôle et de la responsabilité de la CNDH de mener ce type d’enquête, de dénoncer les violations des droits de l’Homme et de proposer au gouvernement, premier responsable du respect des libertés publiques et individuelles de ses citoyens, des recommandations pour y mettre un terme conformément aux articles 6.2 et 12 de la Convention des Nations unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

« Le gouvernement doit endosser le rapport authentique de la CNDH et se féliciter que l’organe de contrôle officiel du respect des droits de l’Homme au niveau national joue pleinement son rôle comme dans un Etat de droit » a déclaré Me Raphaël Nyama Kpande-Adzare, président de la LTDH.

« Les engagements pris par le gouvernement togolais lors de l’Examen Périodique Universel en octobre dernier devant le Conseil des droits de l’Homme et les dernières déclarations du gouvernement vont dans ce sens et doivent être suivis d’effets quel qu’ait été l’éventuel quiproquo sur la publication du rapport de la CNDH ».

En effet, le 20 février 2012, le gouvernement a publié un communiqué dans lequel il précise que « le gouvernement réitère sa volonté d’étudier tout rapport, quel qu’il soit, en toute objectivité et de prendre des mesures concrètes permettant de consolider l’Etat de droit au Togo ».

Nos deux organisations invitent les autorités togolaises à mettre en œuvre cette volonté, à ne pas stigmatiser les membres et le travail de la CNDH comme c’est souvent le cas ; en témoignent les multiples réactions desdites autorités après la publication par LTDH de son rapport thématique sur la situation des droits de l’Homme au Togo le 12 décembre 2011, et à garantir en toute circonstance leur intégrité physique et morale comme celle de tous les défenseurs des droits de l’Homme.

« Le gouvernement doit maintenant prendre les actes qui s’imposent, à savoir : mettre en œuvre les recommandations de la CNDH, notamment poursuivre les auteurs présumés de ces actes devant la justice et leur assurer un procès impartial » a déclaré Souhayr Belhassen, présidente de la FIDH.

Nos organisations rappellent que la pratique de la torture et de tout autre traitement cruel, inhumain ou dégradant est interdite et réprimée par la Convention des Nations unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, ainsi que par la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples, traités ratifiés par le Togo, respectivement le 18 novembre 1987 et le 5 novembre 1982.

Nos organisations soulignent aussi que conformément à l’article 15 de la Convention contre la torture, « toute déclaration dont il est établi qu’elle a été obtenue par la torture ne [peut] être invoquée comme un élément de preuve dans une procédure, si ce n’est contre la personne accusée de torture pour établir qu’une déclaration a été faite ».

Nos organisations demandent au gouvernement togolais de tirer dès lors toutes les conséquences des témoignages ayant pu être obtenus par la torture dans le cadre de la procédure judiciaire de l’affaire de la tentative de coup d’Etat d’avril 2009 et notamment des graves atteintes tant aux droits des personnes qu’à la sécurité nationale que peuvent engendrer l’utilisation de moyens illégaux, abjects et illégitimes pour réprimer des infractions aussi graves qu’elles puissent être.

« Au-delà de l’horreur qu’elle suscite, la torture est inefficace, contre-productive et illégale. La torture fragilise le système moral et judiciaire des États, puisque tout témoignage obtenu sous la torture est illégal » rappelle Me Patrick Baudouin, responsable du Groupe d’Action judiciaire et président d’honneur de la FIDH.

« Nous avons sur cette base, poursuivi les plus hauts responsables américains pour les tortures infligées aux prisonniers à Guantanamo et à Abou Grahib en Irak, ou encore fait relâcher des prisonniers torturé en Mauritanie et réussi à faire condamner un commissaire de police Tunisien et un tortionnaire Mauritanien » a-t-il ajouté.

Contacts presse :
FIDH : Karine Appy / Arthur Manet : +33 1 43 55 14 12 / +33 1 43 55 90 19/ +33 6 72 28 42 94 / presse@fidh.org
LTDH : Me Raphaël Nyama Kpande-Adzare : + 228 90 33 42 77
__________________________________________

(*) Note de l’ARDHD :
Ali Mohamed Abdou, plus connu sous le surnom de « Zozo », ou parfois de « rantanplan » de service, est le responsable djiboutien de la CNDH. Il a affirmé à de nombreuses reprises que Djibouti était un état de droit, qu’il n’y avait pas de tortures et que la prison de Gabode était un modèle, conforme « aux standards internationaux » en matière d’hygiène, de nourriture et d’accompagnement médical. Il est commandeur de l’ordre des Brosses à Reluire (3 nominations) avec le titre de « Grand couillon de service »

22/02/2012 (B644) Coucou, les revoilà !!! Somalie: des chars éthiopiens progressent vers une position clé des shebab (Romandie News / Ch)

MOGADISCIO – D’intenses combats ont éclaté mardi dans le sud de la Somalie, où des forces gouvernementales appuyées par des chars et soldats éthiopiens ont progressé vers des zones sous contrôle des islamistes shebab, selon des témoins.

Des troupes éthiopiennes ont traversé le district de Luq, dans la province de Gedo, en direction de localités de la région de Bay où les insurgés ont déployé des centaines de combattants ces derniers jours. Selon des témoins, les Ethiopiens se rapprochent de Baïdoa, principale base shebab du sud de la Somalie. C’est aussi là que siégeait le Parlement de transition somalien jusqu’en 2009.

Nous recevons des informations selon lesquelles d’importants affrontements ont éclaté près de Bohol-Bashir, les forces éthiopiennes ont réussi à prendre le contrôle de Kurteele et avancent vers Baïdoa, a raconté Abdikarin Ahmed, un habitant de Berdale, localité des environs.

Je pense qu’il va y avoir une bataille décisive parce que les forces éthiopiennes utilisent des tanks et des pièces d’artillerie lourde, a renchéri un autre témoin, Hassan Yusuf.

Les ennemis d’Allah, les mercenaires éthiopiens ont traversé Bohol-Bashir, avançant vers les camps des moudjahidine, mais ils ont été mis en échec, certains de leurs camions militaires détruits et leurs ambitions anéanties par les jeunes et énergiques combattants d’Allah, a affirmé de son coté Sheik Mohamed Abu-Ayub, un commandant shebab.

Toujours dans la région de Bay, près de Berdale, à quelque 300 kilomètres au nord-ouest de Mogadiscio, au moins six civils ont été tués et huit autres blessés au passage d’un camion sur une mine. Nous ne savons pas qui a placé la mine mais elle n’était pas loin de la zone de conflit, a indiqué un chef coutumier local, Mohamed Isgowe.

Les shebab ont juré la perte du gouvernement somalien de transition.

Les rebelles, qui ont abandonné leurs positions à Mogadiscio en août, contrôlent encore largement les centre et sud de la Somalie. Mais ils sont sous pression militaire : celle de la force de l’Union africaine autour de Mogadiscio, l’armée kényane dans le sud et les Ethiopiens dans l’ouest.

La Somalie est sans gouvernement effectif et en état de guerre civile depuis 20 ans. Pour tenter de sortir le pays du chaos, Londres organise jeudi une conférence internationale.

22/02/2012 (B644) Somalie : l’ONU va porter les effectifs de l’Amisom à 17.000 hommes (Romandie News avec AFP)

NEW YORK (Nations unies) – Le Conseil de sécurité des Nations unies doit approuver mercredi une augmentation des effectifs de la force de l’Union africaine en Somalie (Amisom), qui seront portés à un maximum de 17.731 hommes, ont indiqué mardi des diplomates.

La résolution qui doit être adoptée par le Conseil demandera aussi l’interdiction du commerce du charbon de bois venu de Somalie, qui est utilisé par les shebab somaliens pour se financer et menace l’environnement.

La résolution, dont l’AFP a obtenu copie, assigne à l’Amisom la mission de se déployer vers des zones du sud et du centre de la Somalie pour prendre toutes les mesures nécessaires, en coopération avec les forces gouvernementales somaliennes, afin de réduire la menace constituée par les shebab et d’autres groupes armés d’opposition.

Ce déploiement doit se faire sur la base d’objectifs militaires clairs intégrés dans une stratégie politique, souligne le texte.

L’Amisom est composée aujourd’hui de 9.700 soldats et peut pour l’instant en mobiliser 12.000 au maximum, en quasi-totalité ougandais et burundais. Elle doit incorporer des soldats kenyans combattant en Somalie et le Conseil de sécurité appellera d’autres pays africains à contribuer.

L’Amisom estime contrôler 14 des 16 arrondissements de Mogadiscio, que les islamistes shebab, ralliés à al-Qaïda, ont abandonné pour l’essentiel en août dernier.

La force prévoit de se déployer pour la première fois depuis sa création en 2007 hors de Mogadiscio, dans des secteurs du sud et du centre du pays arrachés ces derniers mois aux shebab par des soldats du Kenya et de l’Ethiopie. Ceux-ci sont entrés en Somalie respectivement en octobre et en novembre dernier.

La Somalie est privée de gouvernement central effectif depuis la chute de Siad Barre en 1991.

Le gouvernement britannique organise jeudi à Londres une conférence internationale pour tenter d’accélérer la mise en place d’une solution politique durable pour ce pays pauvre de la Corne de l’Afrique.

Dans sa résolution, le Conseil de sécurité demande au gouvernement somalien de prendre les mesures nécessaires pour empêcher l’exportation de charbon de bois et à tous les membres de l’ONU de mettre un terme au commerce de charbon venu de Somalie.

Le gouvernement interdit déjà les exportations du charbon de bois depuis les zones qu’il contrôle mais son commerce est florissant dans les zones tenues par les shebab, notamment le port de Kismayo.

Une grande partie de ce commerce se fait à destination des Emirats arabes unis. Le fabrication intensive de charbon est très préjudiciable à l’environnement: la déforestation expose un peu plus les populations et leur bétail aux sécheresses récurrentes.

21/02/2012 (B644) Humour par Roger Picon. Guelleh à Londres « avec une nouvelle solution miracle à << offrir >> aux Somaliens ? » , afin que le drame qui perdure en Somalie, puisse continuer à lui rapporter personnellement de gros dividendes ? (En Somali, en Français et en Afar)