28/09/1999: Discours d’Aden ROBLEH, président du PND, lors du 7ème anniversaire de son parti

PARTI NATIONAL DEMOCRATIQUE (PND)
LIBERTE – RESPONSABILITE – SOLIDARITE
B.P : 10204
DJIBOUTI
Tel : 34 21 94
Email : awaleh@intnet.dj

Septième anniversaire
du Parti National Démocratique (PND)

Discours de M. ADEN ROBLEH AWALEH, Président du PND

Militantes, Militants,
Chers frères et soeurs,

Nous célébrons aujourd’hui le 7ème anniversaire de notre parti. C’est un moment important qui mérite d’être fêté avec éclat. La raison en est que notre parti demeure plus que jamais la cible de la dictature en place.

Je suis heureux de constater que vous l’ayez compris car vous venez d’en faire la preuve en venant en masse. Vous venez de démontrer aux yeux de l’opinion nationale et internationale de quel poids pèse notre parti.

Notre parti est véritablement un mouvement qui a des racines profondes au sein de notre peuple. Un tel parti est hors de portée de toute volonté destructrice quelle qu’elle soit et d’où qu’elle vienne.

Je suis fier d’être à la tête d’un tel parti. Notre parti a vu le jour le 13 septembre 1992. Comme vous le savez nous n’avons pas fondé ce parti pour en faire un marchepied destiné à assouvir des ambitions personnelles.

Le PND est un parti nationaliste. Etre nationaliste c’est aimer son pays et son peuple. Tout ce que veut le PND c’est que notre pays soit un pays libre, démocratique, dynamique et prospère. Un pays où la fraternité, l’égalité, la justice, la solidarité ne soient pas de vains mots.

C’est ce but que nous poursuivons et que nous poursuivrons toujours, que nous soyons à l’opposition ou que nous soyons en charge de l’Etat.

Aujourd’hui nous sommes dans l’opposition et nous devons jouer pleinement le rôle qui est le nôtre. Etre dans l’opposition ce n’est pas agir n’importe comment. Nous devons savoir ce qu’est le rôle de l’opposition. Il ne s’agit pas de combattre et de ” chasser ” ceux qui ont le pouvoir pour nous mettre tout simplement à leur place.

Si l’opposition veut mettre fin au régime en place ce ne peut être que pour des raisons d’intérêt général. Pour atteindre son but le PND ne doit pas être partisan de cette doctrine qui dit que la fin justifie les moyens. Ce n’est pas un hasard si notre parti a choisi cette devise : Liberté-Responsabilité-Solidarité.

Nous ne devons en aucune manière utiliser la violence pour accéder au pouvoir. Nous devons toujours utiliser des moyens politiques. Ces moyens ont pour but de mobiliser notre peuple.

Pour un parti, pouvoir mobiliser le peuple c’est atteindre l’efficacité qui conduit à la réussite. L’implantation du parti au sein du peuple, les dénonciations des travers du gouvernement en place, les manifestations publiques, les grèves, sont des moyens politiques.

Je voudrais que notre peuple sache que les manifestations et les grèves sont des droits politiques qui figurent dans toute constitution qui se veut démocratique.

C’est sûr qu’un régime dictatorial ne supporte pas la contestation. Par définition, un tel régime fait confiance à la violence plutôt qu’à la persuasion et au dialogue.

Mais il faut également savoir qu’un régime qui utilise le fusil pour étouffer ces droits est appelé à disparaître. Un régime tyrannique peut tuer tout au plus quelques dizaines de manifestants mais il ne peut venir à bout de tout un peuple.

Un peuple digne de ce nom ne peut reculer devant le sacrifice. Il faut avoir à l’esprit cette vérité absolue : aucune force ne peut briser l’élan d’un peuple mobilisé.

Le PND est membre à part entière de l’Opposition Djiboutienne Unifiée (O.D.U.).
Je déclare ici solennellement que le PND restera un allié loyal et fidèle de cet organisme. L’union de l’opposition est indispensable.

Les révoltes populaires ont pour causes : les injustices, les passe-droits, le clanisme tribal, ethnique ou autre, les emprisonnements arbitraires, les tortures physiques ou morales, la disparition de toute notion d’intérêt général, la négation des droits du citoyen, le clientélisme, la corruption, le détournement des deniers publics.

Notre pays croule sous ces maux. Refuser ce constat c’est faire insulte à l’intelligence humaine.

Pour sauver notre pays du désastre annoncé et avant qu’il ne soit trop tard il n’y a pas 36 chemins. Il n’y en a qu’un seul : c’est la voie démocratique. Il n’y a pas de salut pour la personne humaine en dehors de la démocratie.

Il s’agit là d’une vérité que l’on ne peut ne pas admettre.

Vouloir construire une nation unitaire, solidaire et prospère en dehors de la démocratie est un sophisme ou plutôt une aberration.

Notre pays est tout sauf un pays démocratique. Il n’y a pas de doute que le régime en place chez nous détient la palme de la dictature la plus bête de la planète.

Sa façon d’agir ressemble à celle des adolescents qui ne comptent que sur leurs muscles pour se faire ” obéir “. Comme on le sait, les adolescents ne peuvent pas avoir de visions précises sur le monde qui les entoure : ils vivent dans un univers clos.

C’est exactement ce qu’est la conduite de ceux qui tiennent le pouvoir chez nous. Nos ” dirigeants ” pensent que notre pays vit dans un enclos, à l’abri des yeux indiscrets.

Ils ne savent pas encore que le monde est devenu un village planétaire où tout se sait et se commente instantanément. Pour n’avoir pas compris cette réalité ils s’offusquent à chaque fois que des voix s’élèvent pour condamner leurs mauvaises actions ou leurs contrevérités.

Ils veulent tout simplement que l’opinion nationale et internationale prennent pour argent comptant tout ce qu’ils disent.

Ils pensent que les ambassadeurs accrédités dans le pays n’ont ni yeux ni oreilles. Permettez-moi de citer quelques exemples des actions mauvaises que le régime veut faire ” avaler ” à l’opinion nationale et internationale : – l’inqualifiable attaque du régime contre le PND

Un beau matin le régime annonce par le biais de ses médias qu’il n’admettait pas que le PND soit dirigé par M. ADEN ROBLEH AWALEH. Une nouvelle qui fait l’effet d’une bombe.

Evidemment, ni l’opinion nationale ni l’opinion internationale ni les ambassades accréditées dans le pays n’étaient disposées à accepter une telle iniquité. Il s’agissait, bien entendu, d’une décision découlant d’un esprit despotique.

Pour être moins acerbe je dirais que celle-ci était pour le moins irréfléchie pour plusieurs raisons : le PND comme le PRD (l’autre parti que le régime a tenté de démanteler) font partie des quatre partis politiques reconnus par une loi référendaire corollaire de la constitution du 04 septembre 1992.

ADEN ROBLEH AWALEH est le Président-fondateur du PND et qu’il est bien présent en chair et en os ; (HASSAN GOULED APTIDON n’avait-il pas confié à une radio internationale qu’il était le président-fondateur du RPP et que rien ne l’empêchait de rester à la tête de ce parti ?

Comment ce dernier a-t-il le droit de garder son parti alors qu’ADEN ROBLEH AWALEH doit être dessaisi du sien).

Il n’appartient pas au régime en place quel qu’il soit de désigner les dirigeants des quatre partis constitutionnellement reconnus,
aveuglé par la haine et la vindicte le régime a commis l’erreur de ne pas saisir la portée de la réputation nationale et internationale d’ADEN ROBLEH AWALEH.

Le régime a oublié qu’ADEN ROBLEH AWALEH a derrière lui un passé historique glorieux du fait qu’il a été un des principaux artisans de l’indépendance.

le régime a complètement raté son coup en portant son choix sur un individu qui n’était même pas membre du PND et qui avait toutes les caractéristiques d’un pantin digne de ce nom ; à la longue, l’individu en question a fait mieux qu’un pantin :
il est devenu un véritable perroquet traduisant très fidèlement les humeurs de ses manipulateurs.

Comble du ridicule : incapable de formuler la moindre phrase sensée cet individu s’approprie mes pensées.
– l’emprisonnement ” pour détournement de fonds ” du fils de M. MOUSSA AHMED IDRISS, Président de l’Opposition Djiboutienne Unifiée (O.D.U.) et candidat unique de l’opposition à la présidentielle du 9 avril dernier.

Il s’agit d’un emprisonnement politique dont le but est d’atteindre M. MOUSSA AHMED IDRISS, son père.

Notre propos n’est pas de dire si le fils de M. MOUSSA AHMED est coupable ou non. Nous sommes en droit, cependant, de nous demander pourquoi il est le seul à être derrière les barreaux alors qu’il y a des dizaines d’autres fonctionnaires qui devaient être dans le même cas que lui.

– l’emprisonnement du Général ALI MEIDAL WAÏS et du Président du Parti du Renouveau (PRD), M. DAHER AHMED FARAH.

Il s’agit là aussi d’une incarcération dont les motifs ne sont autres que politiques. Les chefs d’accusation qui sous-tendent ces emprisonnements ne convainquent personne.

La vraie raison est que le régime ne veut avoir en face de lui aucune forme d’opposition 4) – interdiction des deux journaux de l’opposition En interdisant les deux journaux de l’opposition, ”

Le Temps ” et le ” Renouveau “, le régime vient d’apporter la preuve que la liberté d’expression est indésirable dans le pays.

Ces quelques exemples (il y en a beaucoup d’autres) montrent le vrai visage du régime en place chez nous. Toutes les actions de ce régime sont fondées sur la brutalité, le mensonge, les dissimulations et l’intimidation.

Les tenants du régime ne savent pas qu’ils ont en main la destinée de tout un pays et de tout un peuple. Ils ne se posent jamais les questions que doit se poser tout responsable investi d’un pouvoir étatique, à savoir : ai-je le droit d’agir de cette manière ?

Mon action est-elle condamnable moralement, etc. etc.. Ils pensent qu’ils ont conquis ce pays par la ruse et la force et que de ce fait ils n’ont de compte à rendre à personne.

Le peuple djiboutien ne vaut pas plus qu’un ramassis d’êtres taillables et corvéables à merci.

Militantes, Militants,

Je vous le dis avec tristesse : notre pays n’a pas vu jusqu’ici l’ombre d’un Etat. Par conséquent, il est de notre devoir et de celui de tout djiboutien digne de ce nom de lutter pour l’avènement d’un véritable Etat. Nous n’aurons un tel Etat que si la démocratie s’installe dans notre pays.

Comme je n’ai jamais cessé de le répéter, la démocratie repose sur les six piliers suivants :
1°) le multipartisme,
2°) l’organisation d’élections libres et honnêtes,
3°) la décentralisation,
4°) l’existence d’institutions judiciaires indépendantes,
5°) l’existence de médias libres (journaux, radios, télévisions) parallèlement aux médias publics,
6°) la libre formation d’associations à caractère professionnel, social et culturel.

Pour qu’un pays soit considéré comme démocratique il faut qu’il remplisse ces six conditions. Ce n’est pas le cas de notre pays.

Je vous pose cette question : est-ce qu’un seul de ces piliers trouve application chez nous ? La réponse ne peut être qu’un NON catégorique. Le système démocratique favorise l’émergence d’éléments patriotes, intègres, responsables et compétents.

Du fait de la participation du peuple aux affaires publiques, tous les maux inhérents aux systèmes monolithiques n’ont plus lieu d’être.

La question qui me préoccupe tout le temps est de savoir comment notre pays va procéder pour mettre la démocratie en place. Selon moi, la meilleure voie pour construire la démocratie est celle du dialogue et du consensus.

Personnellement, je crois toujours aux vertus de ces concepts. Je sais que quand je dis cela beaucoup me traite de naïf.

Mais j’affirme que j’y crois profondément car je sais que seul le dialogue, la tolérance, le consensus peuvent sauver notre pays de la catastrophe que connaissent bon nombre de pays africains dont la Somalie sœur voisine.

Malheureusement, les créateurs du régime djiboutien, je veux parler du duo HASSAN GOULED-ISMAÏL OMA GUELLEH, considèrent les notions dont je viens de parler comme une marque de faiblesse. Il apparaît qu’à l’état actuel des choses le dialogue ne soit pas à l’ordre du jour.

Ne sommes-nous pas encore sous le choc du hold-up électoral du 9 avril dernier ?

Je persiste et signe : il n’est jamais trop tard pour bien faire, surtout lorsqu’il s’agit de sauver un pays. L’atmosphère politique électrique actuelle doit cesser. Il faut penser à l’avenir plutôt qu’au passé.

Pour cela il faut qu’un jeu démocratique normal s’instaure.
En premier lieu un statut de l’opposition doit voir le jour.
En second lieu le parlement actuel doit disparaître pour faire place à un parlement pluraliste. En troisième lieu la décentralisation doit être mise en œuvre.

Tous les prisonniers politiques doivent être élargis. La liberté de la presse doit être consacrée. Des négociations doivent être engagées avec M. AHMED DINI, le président légitime du FRUD.

En faisant ces propositions je ne recherche aucun intérêt personnel, mon but est tout simplement de voir mon pays réconcilié avec lui-même et bénéficier de la considération de la communauté internationale.

Militantes, Militants,

Je conclus mon discours par ces quelques informations : J’ai le regret de vous annoncer que notre frère AMIR ADAWEH ROBLEH n’a pas donné de ses nouvelles depuis plus de 3 mois.

Personne ne sait où il est, y compris sa famille. Il aurait dit à ses amis, avant de disparaître, qu’il souffrait du cœur à cause de la chaleur et qu’il se rendrait en Ethiopie pour se reposer.

Des rumeurs insistantes disent qu’il serait en prison en Ethiopie mais nous n’avons rien qui puisse donner foi ces rumeurs. Nous ne ménagerons aucun effort pour retrouver sa trace.

Comme vous le savez, AMIR est un grand militant de notre parti. Il est Rédacteur en Chef de notre journal ” La République ” et membre du Bureau Politique. Nous procéderons aujourd’hui à des remises de distinctions à nos militants les plus méritants.

Il y aura trois sortes de distinction, la première étant la ” GRANDE ETOILE DU MILITANT “, la seconde ” LE MILITANT EXEMPLAIRE ” et la troisième ” LE MILITANT EMERITE “.

Bravo pour les récipiendaires. Le PND porte à la connaissance de l’opinion nationale et internationale que le PND ne publie plus son journal ” La République ” en raison des entraves dont souffrent la liberté d’expression dans notre pays.

Toute publication se réclamant de ce titre est un faux.

Militantes, Militants,
Chers frères et sœurs,

je vous remercie de votre attention.

Fait à Djibouti, le 13 Septembre 1999
ADEN ROBLEH AWALEH
Président du PND