19/01/2000 – QUI POURRAIENT ÊTRE LES DEUX ÉTRANGERS NON IDENTIFIES PAR LE TÉMOIN DJIBOUTIEN RÉFUGIE EN BELGIQUE ?

Certaines informations provenant de personnalités appartenant à l’entourage proche de la Présidence de la République de Djibouti et de la Garde personnelle du Chef de L’ÉTAT, souhaitant conserver l’anonymat pour d’évidentes raisons de sécurité, ont rapporté que l’un des deux ” étrangers ” non identifiés par le témoin qui a mis en cause ISMAÏL OMAR GUELLEH serait MAHDI AHMED ABDILLAHI.

Selon ces sources MAHDI AHMED ABDILLAHI ferait partie des ” exécutants ” qui ont assassiné le juge Borrel pour le compte d’ISMAÏL OMAR GUELLEH alors chef de la police et directeur de cabinet de l’ancien chef de L’ÉTAT GOULED.

MAHDI AHMED ABDILLAHI a été condamné par la justice française à la prison à vie en octobre 1998 pour l’attentat du ” Café de Paris “.

Dès sa condamnation par la justice française ISMAÏL OMAR GUELLEH l’a appelé à ses côtés et l’a nommé illégalement président du Parti National Démocratique (PND).

Il s’agissait pour ISMAÏL OMAR GUELLEH non seulement de contester et de discréditer la justice française mais aussi d’apporter sa protection à son homme de main en le plaçant dans une situation de totale impunité.

MAHDI AHMED ABDILLAHI a appartenu à l’armée djiboutienne avant d’en être radié pour avoir été convaincu de vol au service de l’intendance dont il avait la responsabilité.

MAHDI ABDILLAHI est connu comme un homme sans scrupule et dangereux, acceptant de prêter la main à toutes les actions illégales guidées par le pouvoir.

L’A.F.A.D.D.