22/02/2000 – L’ACHARNEMENT A REPRIS !M. NOEL ABDI, Jean Paul, Président de la LDDH est de nouveau convoqué par la Gendarmerie. Appel à toutes les associations

M. Guelleh n’a pas pu tenir plus de deux semaines. Après l’accord de Paris, il avait bien été obligé de calmer son agressivité envers l’opposition, pour donner l’impression, l’illusion que tout avait changé.

Mais deux semaines, c’était déjà trop pour lui. Sa véritable nature a besoin de s’exprimer et il faut qu’il écrase les opposants. L’acharnement a repris contre la LDDH et contre son Président, alors que nous attendions des signes forts en faveur de la démocratie et de la Justice.

Ce nouveau geste hypothèque fortement l’avenir. Toute les ‘attentes’ que les djiboutiens avaient placées dans l’accord de Paris, vont-elles s’envoler ainsi progressivement en fumée et en déceptions ? … Nous ne le souhaitons pas et c’est pour éviter cela que nous devons rester très vigilants… afin de tenter d’empêcher les injustices et les violations caractérisées des Droits de l’Homme.

Nous apprenons donc que M NOËL ABDI Jean-Paul, Président de la LDDH a été de nouveau convoqué par la gendarmerie ce matin 22/02 afin d’y être entendu au sujet de plusieurs communiqués qu’il a publiés en particulier sur les épidémies dans le Nord (voir un exemple ci-dessous). Vu le nombre de fois où il avait déjà été convoqué, on aurait pu imaginer que les gendarmes n’avaient plus beaucoup de questions nouvelles à lui poser. Et pourtant !

Selon nos sources, le gourvernement djiboutien veut absolument savoir le nom de ses informateurs afin de faire pression sur eux ensuite. Le Président de la LDDH (Ligue Djiboutienne des Droits Humains) a été relâché … mais il est toujours susceptibel d’être déféré devant la justice….. Un comble : lui qui n’a cessé depuis le mois d’août de lancer des appels à la Paix, à la réconciliation nationale et surtout à la protection des populations civiles.

Si son inculpation, dans le cadre des ses activités en faveur des Droits de l’Homme et des populations, devait être confirmée, nous lancerions immédiatement une alerte à toutes les Associations mobilisées sur la situation des D.H. à Djibouti.

Nous solliciterons aussi l’avis de M. Ahmed DINI et ce qu’il compte faire en faveur de Noël Abdi Jean-Paul, puisque les accords de Paris évoquent le retour progressif à la Démocratie et à la Justice. En les signant, il en est devenu en quelque sorte le garant ….

____________________________________________________________

LIGUE DJIBOUTIENNE DES DROITS HUMAINS

Le Président : Noël Abdi Jean-Paul
Siège : Quartier V, boulevard de Gaulle n° 66
B.P. : 74 Djibouti, République de Djibouti
Bureau Tel : 253 357 804
Domicile Tel/Fax : 253 358 007

Djibouti, le 20 décembre 1999

COMMUNIQUE DE PRESSE N.13/99/LDDH du 20 décembre 1999

A la suite du blocus sanitaire imposé par le pouvoir aux populations du Nord, une épidémie de rougeole s’est déclarée et fait rage dans les secteurs suivants :

DABRIMA – ANBABA – WEIMA – AMBLA – GODA -DALHA

De très nombreux cas de décès nous ont été rapportés. Ce sont, bien sûr, les populations civiles locales qui souffrent de ce blocus.

Il est à noter que depuis le déclenchement de la guerre civile en 1991, Il n’y a pas eu de ” vaccinations ” dans l’ensemble des districts du Nord.

Déjà victimes de la guerre civile, ces populations subissent, de surcroît, un blocus alimentaire en règle, qui les fragilise face à cette épidémie.

De ce fait, la LDDH lance un appel urgent à toutes les organisations nationales et internationales pour venir en aide à ces populations délibérément affamées, réprimées et maintenues à la merci des fléaux de toutes sortes.