20/03/2000 – M Samatar MIGUIL nous demande de rectifier : il n’est pas titulaire d’une bourse de l’Etat djiboutien et contrairement à ce qu’il laissait supposer depuis plusieurs semaines : il est citoyen Canadien.

Nous avons reçu un message de son avocat
nous demandant de publier le texte suivant :

“M. Samatar MIGUILL n’est pas titulaire d’aucune bourse djiboutienne, il ne fait pas parti d’une agence d’informations djiboutienne… Il est donc de son droit canadien de demander les rectifications nécessaires.”

Dont acte.

Note de l’ARDHD :
Bien volontiers nous acceptons de publier ce commentaire , mais il nous appartient de préciser :

1 – que M Samatar Miguil dans son message ci-dessus, prétendait qu’il était djiboutien “Nous sommes un groupe de Djiboutiens …” alors qu’il est citoyen canadien et qu’en principe, il pourrait ne plus bénéficier de la nationalité djiboutienne (Djibouti, à notre connaissance et sous réserve de vérification, n’acceptant pas la double nationalité).

2 – que nous n’avons jamais affirmé que M Samatar Miguil recevait une bourse de l’Etat djiboutien, mais simplement que nous le supposions “probablement titulaires réguliers de bourses”.

3 – que nous n’avons jamais écrit en ce qui le concerne qu’il faisait partie de l’agence djiboutienne d’information.

Ces précisions publiées, nous sommes certains que le citoyen Canadien évitera à l’avenir de se présenter comme un citoyen djiboutien et d’intervenir dans le débat es-qualité. Nous le félicitons d’avoir, à cette occasion, rétabli la Vérité !

Cette information permet de supposer que le groupe qui se fait appeler “Groupe pour le Rétablissement de la Vérité” est constitué, au moins en partie, de djiboutiens (certes) d’origine, mais qui ont pris une autre nationalité et qui, vivant, à l’étranger ne sont plus confrontés aux réalités de la vie quotidienne à Djibouti dont ils sont éloignés … (ce qui ne leur interdit pas de s’exprimer mais qui leur retire un certain crédit lorsqu’ils expriment des opinions censées être celles de la majorité des djiboutiens vivant à Djibouti).