01/04/2000 – Débat d’idée

Et de deux. Voici une autre étape décisive sur le chemin de la réconciliation national.
Après les libérations des prisonniers, le retour de M. Dini et ses compagnons démontre le caractère irréversible du processus de paix entamé à Paris au début de février dernier.
Nous sommes dans la bonne voie et il y a là de quoi rassurer les sceptiques et les pessimistes sur le bon fonctionnement des engagements pris lors de la signature de l’accord cadre pour réaliser la paix, qui devrait aboutir incha Allah à une véritable pacification de notre société. D’ailleurs, la population ne s’est pas trompé, c’est dans la joie qu’elle a su accompagner ce moment historique, symbole de début de la fin de nos calvaires.

Mais attention, le tunnel est encore long et sa sortie toujours obscure. Malgré les pas de géants réussis jusqu’à date, la négociation ne fait qu’entrer dans sa phase cruciale. En effet, c’est en ce moment que devrait commencer les discutions sur le fond du dossier: De la formation de l’équipe dirigeante à l’élaboration d’un calendrier pour le respect des accords conclus, en passant par une éventuelle retouche constitutionnelle, le moins que l’on puisse dire c’est que la tache n’est pas sans difficulté.
Prions pour que les protagonistes aient assez de courage pour surpasser ces épreuves, car c’est seulement aux termes de ces rencontres que nous pourrons vérifier si notre pays va enfin renouer avec ses vrais valeurs bâtis sur l’unité, l’égalité et la fraternité dans une paix retrouvée.

Nous sommes donc dans une phase critique, quand à la construction de la future nation djiboutienne et c’est de notre devoir à tous d’y participer, bien sur chacun à notre niveau.
Il y a ici une majorité silencieuse, mais très observatrice sur le déroulement des événements et je crois que le moment est opportun pour briser ce silence.
Nous avons à notre disposition un espace formidable pour la liberté d’expression (dont certain abuse un peut) et nous devrions nous en servir pour participer à un échange d’idée sur le genre de pays dans lequel nous voulons vivre.

J’invite nos internautes a ne pas rester indifférant et de s’impliquer d’avantage dans un débat constructif. (Il me fait plaisir de constater que je ne suis pas le seul a lancer cette invitation)

Pour ma part, je pense qu’il ne faut pas négliger les sources de nos problèmes dans la quête de leurs résolutions. Ainsi, il est indéniable que la mise en place d’un régime (tribal) n’a fait qu’accentuer les fossés naturels existant déjà entre nos différentes communautés.

Mais ce qui est important aujourd’hui, c’est de reconnaître l’échec total d’un tel régime. D’abord pour la population en générale et ensuite pour ceux qu’il était sensé privilégier. On le voit partout, nul n’est épargné par la crise qui existe actuellement chez nous, hormis quelques protégés du pouvoir qui s’apparente plus à du clientélisme qu’autres choses.

Aucune nation ne peut prétendre à un développement durable en écartant une partie de sa population quelle qu’elle soit.
Un artiste bien connu de la jeunesse djiboutienne a chanté ” You can fool some people sometime but you can’t fool all the people all the time “, personne n’accepterait de subir l’injustice éternellement, y’en aura toujours qui se tiendront debout et se battront pour leurs droits.

Ceci dit, il ne faudrait pas n’en plus faire l’autruche et vouloir cacher la spécificité de notre nation.
Au contraire, il faudrait tenir compte de cette réalité, afin de se résigner les uns et les autres a accepter nos différences, pour que nous puissions vivre cote à cote en toute harmonie et en toute complémentarité.

C’est au législateur de reconnaître ce caractère multiculturel de notre société et de garantir à chacun le droit de vivre pleinement sa culture et sa tradition.

Ne reconnaît-on pas que la République de Djibouti pour la réussite de son brassage culturel ou est-ce une notion valable que seulement pour les gens du voyage?

Au plaisir de vous lire prochainement.

M.M.A.
X.