21/07/02 Radio-Trottoir (Actes 1 et 2). Chasse à l’homme dans les rues d’Addis ? IOG voyage beaucoup, mais pour affaires personnelles !

Acte
2 du 21/07

Un
tueur dans la Ville
d’Addis Abeba

IOG
aurait essayé
de prendre toutes
les précautions.
Par exemple, au cas
où les négociations
concernant l’extradition
de l’opposant réfugié
à Addis Abeba,
n’aboutiraient pas
de façon positive
pour lui, il a faire
revenir le fameux
Zaccharia, qui a repris
position, avec une
mission qui pourrait
être d’éliminer
physiquement l’opposant
en question.


Zaccharia :
un tueur dans
la ville d’Addis
Abeba

Zaccharia
est certainement
un bon officier
aux yeux du
dictateur, mais
il a un inconvénient
majeur, c’est
qu’il est très
voyant. Il ne
sait pas être
discret ce qui
explique son
premier râtage….
et son pitoyable
retour à
Djibouti.

Cette
fois-ci, il
a été
localisé
dès son
arrivée.
Il ne fera pas
les choses lui-même,
lorsque l’ordre
lui sera donné.
Il fera intervenir
ses hommes de
main. Seront-ils
moins voyants
que la première
fois ?

En
tout cas, la
chasse à
l’homme pourrait
s’ouvrir rapidement
en pleine ville
d’Addis Abeba.
Mais le gibier
est un fin renard
et il ne sera
pas facile à
attraper, d’autant
plus que les
Ethiopiens,
même s’ils
le pratiquaient
à une
époque
dans les rues
de Djibouti,
ne voient pas
d’un bon oeil
cette forme
d’ingérence
caractérisée.

Les
relations ‘particulières’
de Guelleh avec Israël
se confirment

Après
avoir relaté
l’existence des antennes
d’écoute israèliennes
installées
par le Mossad près
de Djibouti, nous
avons reçu
plusieurs confirmations
concernant les relations
‘commerciales’ de
Guelleh avec des Israèliens.

Le
but serait d’organiser
la vente des armes
qu’IOG fabrique dans
son usine en Afrique
du Sud. En particulier
Israël pourrrait
l’aider à les
vendre discrètement
en Somalie non seulement
à son copain
(celui qui règne
sur un quartier de
la capitale) mais
pourquoi pas ? à
ses ennemis, ceux
que l’on appelle les
Chefs de Guerre. Quand
on vend des armes,
on les vend à
ceux qui achètent
et qui payent cash
! C’est ça
le commerce !

L’état
de santé de
Guelleh

A
la suite de notre
article, nombreux
sont les lecteurs
qui interviennent
pour nous confirmer
qu’il pourrait être
atteint de la même
maladie que son frère
Idriss et qu’il pourrait
déjà
avoir envisagé
d’organiser sa succession…
____________________________________

Acte
1 du 20/07

A peine de retour
d’Afrique du Sud,
notre infatigable
voyageur est reparti
pour Addis Abeba.

Étape
à Addis Abeba
pour solliciter l’extradition
d’un opposant

On prétend
dans les milieux proches
de la Présidence
qu’IOG essaierait
une nouvelle fois
d’obtenir l’extradition
d’un opposant réfugié
à Addis Abeba
et à qui la
France aurait refusé
officiellement un
visa.

A ce sujet, certains
prétendent
que la France n’aurait
agi ainsi, en contradiction
avec les lois internationales
et sa politique affichée
de défense
des Droits de l’Homme,
que dans le seul but
de soutenir Guelleh.

Les
Éthiopiens
ne seraient pas du
tout décidés
à satisfaire
la requête du
Génie de la
Corne …. Que peut-il
faire alors ? Essayer
de le faire enlever
pour le ramener à
Djibouti et lui faire
subir le sort de Yacin
Yabeh. Mais l’homme
est malin et il a
déjà
déjoué
toutes les tentatives
de la police sécrète
mandatée sur
place.

Zakaria,
lui-même, avait
été
contraint de battre
en retraite, après
une épopée
rocambolesque dans
les rues d’Addis Abeba,
et de rentrer ventre
à terre à
Djibouti, pour ne
pas être incarcéré
avec les hommes de
son détachement
spécial …


Des
affaires à
traiter en Afrique
du Sud avec le Mossad
ou des soins thérapeutiques
?

Mais au fait,
pour quelles raisons
Guelleh est-il resté
aussi longtemps en
Afrique du Sud (env.
deux semaines) ? La
conférence
de l’UA n’explique
pas ce délai.

Deux
hypothèses
sont en vogue. L’une
ou l’autre ou les
deux à la fois,
car elles ne sont
pas contradictoires.

1
– Ne le répétez
à personne
: il s’est occupé
de son usine d’armement.
Certains disent même
qu’il était
accompagné
d’un agent du Mossad
israélien,
ce qui ne serait pas
du goût des
puissances arabes
qui le financent ….

2
– La rumeur prétend
qu’IOG serait atteint
de la même maladie
que son frère
et il aurait été
consulté des
spécialistes.
(*) Hypothèse
à confirmer.

Les
conditions du décès
du Général
mobilisent les notables
contre lui. Les 100
jours du petit caporal
?

Les conditions du
décès
du Général
continuent à
alimenter les discussions
et de nombreux notables
Issa, réunis
d’urgence, ont désapprouvé
la méthode
et ont décidé
de ne plus soutenir
le petit caporal….

Les
temps vont devenir
de plus en plus difficiles
pour lui (Est-ce le
début des 100
jours ?)

Le
testament de Yacin
Yabeh

Avant de mourir, le
Général
aurait rédigé
ses dernières
volontés et
il aurait exigé
‘le prix du sang’
pour ceux qui se sont
opposés à
son évacuation
sanitaire. Les responsables
n’ont plus qu’à
bien se tenir et à
se protéger.

Un
nouveau différend
avec Gouled
Les
différends
avec Gouled continuent.
IOG aurait refusé
récemment de
lui prêter son
bel avion pour un
déplacement,
tant et si bien que
Gouled aurait été
contraint d’en louer
spécialement
un autre ….. et
qu’il est très
fâché
à ce sujet.

Mais
il faut se mettre
à la place
de Guelleh. Il sait
maintenant que la
situation peut tourner
rapidement et de façon
imprévisible
“au vinaigre”
(avec cette population
revancharde, qui a
manifesté silencieusement
sa désapprobation
au stage Gouled le
27 juin). Il a besoin
de pouvoir compter,
en permanence, sur
un avion disponible
pour pouvoir s’échapper
avec Paulette et les
lingots. (D’ailleurs,
lequel est le plus
important pour lui
? Nous n’avons pas
la réponse
!)

(*)
Jamais nous n’aurions
parlé de cela,
si Guelleh n’avait
pas fait mourir un
homme en lui refusant
froidement l’accès
à des soins
médicaux