09/09/02 Lettre ouverte de Chiné (Ottawa) au Président du GED, à son porte-parole et au Commandant IFTIN.

à Monsieur le Président du GED Mahamoud Idriss, au Lieutenant Alhoumekani et au Commandant Ali Abdillahi Iftin.

Lettre ouvert de Chiné,
grand politicien d’Ottawa.

ah salamouhaleikoum chers
fréres djiboutiens.

Au Président
du GED
Je m’adresse
aujourd’hui à vous dans cette modeste lettre, que je vous envoie depuis Ottawa.
Je vous suis depuis l’ouverture de ce site et je vous félicite pour
le travail que vous vous donnez en disant clairement la vérité
sur la situation que vivent les Djiboutiens (Opposition et tenors du régime..exclus,
IOG et sa bande de mafieux.). Je sais bien que le régime de Guelleh
ne peut pas conduire notre pays et il utilise les vielles rivalités
tribales qui ont mis à genoux la Nation djiboutienne. La Somalie soeur
crève de ses malheurs et elle cherche désespérement une
voie pour s’en sortir. Beaucoup de Djiboutiens ne savent meme pas que vous
existez parce que le régime contrôle toutes les communications.

Je sais que le hamal (travail
en Somali) de Siad Barré (IOG s’habille comme Siad Barré et
il l’imite en tout) tient le pays. La Belgique est proche de la Hollande et
par conséquent le khat arrive toujours à destination (vous êtes
situés tout près de Tilbourg en Hollande).

Cher Président,
si vous voulez que le peuple djiboutien vous entende, il faut que vous parliez
à la BBC, c’est le seul moyen de déjouer les restrictions imposées
par la dictature. Mais faites très attention, car certains travaillent
pour Guelleh. Ce n’est pas la majorité, mais prenez garde à
Monsieur Awké qui est aux ordres du régime de
Guelleh.

La BBC est la seule vitrine
où vous pouvez vous exprimer librement contre le régime
de Djibouti sans censure. Le président autoproclamé de Djibouti
ne vous voit pas d’un bon oeil. Pour vous contrer, il a ouvert une Ambassade
fantôme à la tête de laquelle il a nomm un larbin du régime
qui n’est autre que Mohamed Moussa Chehem.

Souvenez-vous, c’st celui
qui a vendu ses compagnons de lutte du MPL lors de l’attaque du 17 décembre
1977 contre le bar du Palmier en Zing. Les veritables auteurs sont connus
des Djiboutiens ! Le MPL était alors composé de :
– Mohamed Kamil Ali,
– Moussa Chehem, actuellement en charge des basses oeuvres du régime,
– Ismail Ibrahim, l’actuel Ministre “bidon” de la Justice,
– Hassan Dalga,
– Ahmed Ali Hassan,
– Hamad Abdallé Hamad (dit Dimis)
– Mohamed Houmed Soulé, l’actuel protégé de Guelleh.
Il fut Président de l’Association des Droits de l’Homme et des Libertés.
Il était au courant des tortures qui étaient pratiquées
dans la Villa Christophe. A chaque fois qu’il s’exprimait à l’AFP,
il était arrêté par la SDS et immédiatement transféré
à Gabode.
– Hassan Omar, actuel Secrétaire général du Ministère
de l’Intérieur.
– et enfin Ahmed Ali Hassan.

Moussa Chehem s’est battu
ensuite avec le fils de Guelleh qui s’appelle liban au sujet de contrats que
le petit fils rescapé du déluge-mariage voulait accaparer.

Cher Président,
le régime envoie des faux opposants qui se disent être des membres
du PRD ou du PND mais qui appartiennnent tous au régime de Guellleh
et de son oncle-voyou Gouled. Le Ministre Johar se promène librement
en Belgique et par conséquent, il recueille des informations qu’il
transmet à Guelleh …

Le ministre “bombardé”
aux Finances, Yacin Elmi Bouh a, lui aussi, de la famille en Belgique et il
est venu leur rendre visite. Guelleh ne dormira plus à partir du moment
où il sait que le Commandant Iftin est arrivé en Belgique sain
et sauf. Il fera tout ce qui est en son pourvoir pour l’éliminer. Alors faites bien attention
et qu’Allah vous protège.

A Monsieur Mohamed
Saleh Alhoumekani
.
Vous pouvez lancermaintenant le procès contre IOG, du moment que le
Commandant Ali Abdillahi Iftin est bien arrivé en Belgique. Je savais
que Guelleh voulait se débarrasser de tous ceux qui étaient
au courant de l’assassinat du Juge Borrel. Vous pouvez dire à sa veuve
que le Commandant Iftin a beaucoup de choses à dire sur cette assassinat
politique afin que la Justice puisse enfin suivre son cours. Les juges ne
doivent plus jouer au chat et à la souris avec Madame Borrel. Ils doivent
l’aider.

Sachez Cher alhoumekani,
qu’ALLAH vous voit et qu’il vous demandera des comptes dans la tombe. Alors
craignez Allah le tout puissant et non pas Guelleh.


Au Commandant Ali Abdillahi Iftin
J’habitais à côté de chez toi et je suis au courant de
tout ce que tu as fait à Djibouti. N’oublie jamais que je t’ai parlé
un jour de ton comportement. Je t’avais dit que Guelleh t’avait dans le collimateur
ainsi que ton co-équipié, le Capitaine Douksié Abdi Douksié.
Les choses ont mal tourné lorsque tu t’es disputé avec le Colonel
Mahdi au sujet de la transistion du Camp Barkhat Sirag. Les vieux mamassans
t’avait donné tort sur ton comportement et ils t’on dit de laisser
Mahdi tranquille. Mais les gendarmes du camp te reconnaissaient comme un homme
de devoir. Une deuxième fois, nous nous somems rencontrés chez
toi (à la maison que tu habitait juste en face du cimetière
d’Ambouli : je t’avais mis en garde contre le complot qui pesait sur tes épaules
et tu m’a fais voir ton pistolet. Tu m’a assuré que tu te sentais en
sécurité avec lui, toujours à portée de ta main.
A ce moment-là, les deux soeurs qui étaient à la maison
(ce sont les soeurs de ta femme, qui est elle-même la soeur de “l’opposant
Mohamed Moussa Tourtour) t’ont demandé de cacher ton pistolet au motif
que ce n’était pas une façon d’acceuillir ses invités.

Lors de mon départ
de Djibouti, on s’est rencontré une dernière fois, devant la
maison où ton père habitait à Ambouli (devant la maison
de l’entrepreneur Soulé Wasswass).

Souviens-toi, je t’avais
dit que tu ne resterait pas longtemps comme Chef de la Garde présidentielle
de Gouled et que c’était un question de temps, ‘d’heures’. Peu de temps,
j’ai appris que tu avais eu des problèmes avec IOG mais que le général
Zakaria était intervenu en ta faveur auprès de Guelleh. Ensuite,
tu a été muté a l’Etat-Major de l’Armée, à
la section qui s’occupait de l’entretien des matériels (ECMAT) où
tu as rejoins le Colonel Hassan Osman (l’ancien Garde du corps de Gouled avant
toi). Aujourd’hui tu vois que je ne t’ai pas mentin dans mes propos car te
voilà devenu un nouveau réfugié.

J’espère que tu
as pu vendre ta superbe maison avant de partir (tu habitais dans la maison
du chef de corps Mahdi 1996-2000 à Aquitaine et ta feroza vert. Je
t’avais dit tout cela à lépoque, mais tu pensais que je te mentais.

Cher ainé, la verité
blesse mais ne tue pas.

Bonne chance en Belgique

Passe mon salut à mon ami qui est ton frère Zipo et à
ta soeur Déka.

J’attend ta réponse
avec impatience ainsi que celles du Président du GED et de son Porte-parole.

Chiné