14/09/02 L’arrivée d’IFTIN en Belgique pourrait déclencher de nouveaux “dommages collatéraux”. Elle devrait poser des problèmes à Guelleh, y compris dans ses relations avec la France.

L’arrivée
du Commandant IFTIN sur le territoire belge pourrait, à notre avis
(cela n’engage que nous), avoir des conséquences rapides, graves et
importantes pour Guelleh.

Tout nous
laisse supposer qu’il a du apporter avec lui des informations importantes et précieuses sur
différents sujets (dont nous ignorons même l’existence). En vrac,
on pourrait supposer des problèmes de déchets nucléaires
entreposés à Djibouti, des financements d’Al Qayda, des trafics
d’armes et d’influence, des opérations d’élimination physique
… et en particulier celle du juge Borrel. Le témoignage d’IFTIN fait
à Djibouti, alors qu’il était au service du Président,
avait eu un poids considérable. A l’époque, il avait permis
d’écarter, au moins provisoirement, la responsabilité personnelle
et pénale de Guelleh, dans ce qui pourrait se révéler
comme un assassinat. Nous n’avons jamais douté de la thèse de l’assassinat, mais cette version
ne semble pas encore avoir été véritablement officialisée par le juge
Parlos. (*)

Nous n’avons
pas de contacts directs fréquents avec le Commandant IFTIN et donc, nous
n’avons reçu aucune confidence. Mais on peut légitimement
penser que la France est bien informée. Sinon ce serait à pleurer
sur la qualité de nos services secrets et de la DGSE en particulier

Quelle va
être l’attitude de la France, maintenant, à l’égard de Guelleh. Sans
être devin, on pourrait imaginer qu’il soit mis en évidence la
responsabilité directe de Guelleh dans la mort du juge… Quelle sera
la suite ? Paris va-t-il continuer à soutenir le dictateur, à
financer ses frasques et son enrichissement personnel, à céder
à ses chantages continuels et à se voiler pudiquement la face devant l’asservissement
du Peuple djiboutien et son appauvrissement organisé par l’équipe
mafieuse au pouvoir ?

Ou bien Paris
va-t-il commencer à jouer son rôle en faveur non plus de la dictature,
mais de la Démocratie, de la Justice et de la Liberté pour tous
les Djiboutiens ?

Il serait
temps en effet ! Nous sommes d’un naturel optimiste et nous conservons toujours
l’espoir (sinon nous n’aurions pas assuré depuis plus de quatre ans,
la mise à jour de ce site). En conséquence, nous espérons qu’il va se passer
quelque chose d’important dans les prochaines semaines : pourquoi pas un renversement de
comportement ou de soutien ? Tout est possible.

(*)
Le juge Parlos est bien muet en ce moment. Nous n’avons jamais été
informés des rapports à la suite de la nouvelle exhumation du
corps du juge Borrel, réalisée en juillet dernier. Il serait
intéressant de savoir si les experts légistes ont découvert
des traces de coup ….

Par
ailleurs, on aimerait savoir si le juge va demander à entrendre de
nouveau le témoin Iftin, qui pourrait probablement lui servir une version
assez différente de celle qu’il avait donnée, lorsqu’il était
sous les ordres de Guelleh et donc contraint, comme tout bon militaire, à
obéir à ses ordres et à ceux d’Hassan Saïd.

On
avait parlé du remplacement du juge Parlos dans l’instruction du dossier,
mais nous n’avons aucune information.