21/09/02 USA/Yémen: Djibouti opposé à toute opération à partir de son sol (AFP)

DJIBOUTI, 20 sept (AFP)
– Djibouti participe à la lutte internationale contre le terrorisme
mais se refuse à être utilisé comme “base d’attaque
ou d’agression” contre un pays de la région, a déclaré
vendredi à l’AFP une source proche de son gouvernement.

“On ne nuira à
aucun pays de la région à partir de Djibouti”, a souligné
sous le couvert de l’anonymat un responsable du ministère djiboutien
de l’Information, répétant ainsi la position exprimée
depuis plusieurs mois par les autorités du pays.

Il réagissait à
des informations de presse évoquant la préparation d’une opération
militaire américaine au Yémen, à partir de Djibouti,
situé à l’entrée de la Mer rouge et qui n’est séparé
du Yémen que par un détroit de moins de 30 km.

Selon les milieux du renseignement
américains, cités mardi par la chaîne américaine
ABC, plus de 800 militaires américains et une dizaine d’hélicoptères
des forces spéciales américaines seraient déployés
à Djibouti, où les Français ont leur plus importante
base militaire en Afrique.

Djibouti a accordé
des facilités aéroportuaires à des forces américaines
et européennes. Les Américains disposent ainsi sur place de
leurs propres installations, proches de la base française, où
quelque 2.500 hommes stationnent en permanence.

Le chef de l’Etat djiboutien,
Ismaël Omar Guelleh, s’est toujours refusé à l’utilisation
de Djibouti comme base de départ à une agression contre un pays
voisin.

Lors d’un entretien accordé
le 30 juin à l’AFP, le président djiboutien avait déclaré
que Djibouti est “un port, une place stratégique” qui peut
“servir à la communauté internationale (…) mais pas pour
attaquer des pays à partir de notre pays”.

Il avait notamment déclaré
que Djibouti, place stratégique, est temporairement utilisée
par les forces américaines, allemandes, britanniques, espagnoles ou
italiennes.

“Les Américains
(…) font certains exercices en brousse et en mer, leur présence est
minime par rapport aux Allemands”, avait ajouté le chef de l’Etat.

“Mais ils ont des
installations en Erythrée, en Ethiopie et ils ont des missions de formation
de forces spéciales au Yémen. Ici, c’est un point de ravitaillement
pour eux, pour le carburant et la nourriture”, avait-il ajouté.

“Pour certains d’entre
eux, ils viennent juste de s’installer, provisoirement, une compagnie je crois,
près de l’aéroport” de Djibouti, avait-il alors indiqué.

Les Américains
se sont installés à Djibouti “après le 11 septembre
2001”, et plus massivement à partir de novembre, a confirmé
à l’AFP un diplomate en poste à Nairobi. Depuis, ils y ont développé
un important trafic aérien de gros porteurs, a-t-il ajouté.

L’accès à
leurs installations est très sélectif, et peu d’informations
filtrent sur la nature exacte de leurs activités, leur effectif exact
et le détail de sa composition, a-t-il encore déclaré,
soulignant toutefois qu’un chiffre de 800 hommes était “vraisemblable”.

“Lors de l’installation
des Américains à Djibouti, il était clair que leur objectif
était une offensive en Somalie, mais, depuis, ils ont été
convaincus de renoncer à cette option”, a conclu le diplomate.

Dépèches
de l’AFP sur le Djibouti