22/09/02 Sauver un enfant djiboutien. L’ADI nous donne des nouvelles importantes que nous reproduisons intégralement (ADI)

Note de l’ARDHD : nous
avions lancé une campagne de solidarité pour que cet enfant
soit soigné en France, avec la présence de sa famille. Plusieurs
Djiboutiens se sont proposés soit pour adresser leurs dons, soit pour
organiser une collecte, en particulier en Hollande et au Canada.

Nous espérons
qu’ils aient réussi à mobiliser leur entourage et nous leur
demandons de prendre contact d’urgence avec nous afin d’assurer le transfert
des fonds vers le compte de SOS-AFRICA qui centralise les sommes reçues
et qui les adressera à la LDDH à Djibouti pour qu’ils soient
remis directement à la famille.

L’ARDHD a collecté
de son côté la somme de 650 €, qu’elle met à la disposition
immédiate de SOS-AFRICA.

Au-delà de l’aspect
humanitaire et exemplaire, nous espérons que tous les Djiboutiens auront
à coeur de prouver leur solidarité avec une famille qui souffre
au pays, ce dont chacun ne pourra que s’enorgueillir dans l’avenir.

Au risque d’être
accusés, un prochain jour, de pratiquer la récupération
politique
par certaines personnes qui seraient relativement proches du pouvoir, nous ne pouvons
pas nous empêcher d’interpeller les autorités et plus particulièrement
les dirigeants les plus hauts placés, toujours prompts à “piquer
dans la caisse”, pour qu’ils restituent, ne serait-ce, qu’une partie
infime des sommes détournées pendant des années, pour
la remettre à la famille. Ce beau geste serait apprécié
de toutes les façons.

_________________________ Extrait de l’ADI
ADI/DJIB/2822/430
MOTS

L’hôpital Bouffard conclut à l’évacuation
urgente du petit Hassan Ahmed Hassan

DJIBOUTI (ADI)- 22
septembre- Suite à l’hospitalisation du petit Hassan Ahmed Hassan,
l’équipe médicale du centre hospitalier Bouffard a rendu
ses conclusions : l’état de santé du petit justifie une
évacuation sanitaire vers un service spécialisé de rééducation
neurologique pédiatrique, en France.

En effet, depuis sa
ré-hospitalisation intervenue le dimanche 1er septembre 2002, le bilan
médical et radiologique réalisé a confirmé les
graves séquelles, occasionnées par sa méningite tuberculeuse
qui nécessitent des investigations plus approfondies, non disponibles
sur place.

En terme médical,
l’évacuation du petit Hassan devrait permettre une évaluation
lésionnelle précise en vue de l’établissement d’un
protocole thérapeutique, applicable au retour à Djibouti.

“Dans cette perspective,
le Dr Simon que nous remercions au passage ainsi que toute l’équipe
de Bouffard qui continuent à le prendre en charge, a contacté
le service de réanimation neurologique pédiatrique du Chu Raymond-Poincaré
de Garches, en banlieue parisienne, qui serait prêt à l’accueillir
avec sa mère, pour une durée de 2 à 3 semaines”
a indiqué le Comité dans un communiqué rendu public aujourd’hui.

Toutefois, il y a lieu
de noter que cette hospitalisation n’est pas sans entraîner un
coût assez élevé, en sus des frais de transport que la
famille n’est pas en mesure de prendre en charge.

En effet, le service
d’accueil du Pr. Estournet a indiqué par le biais de Bouffard
que les frais journaliers s’élèvent à 3000 ff par
jour, soit 457 euros (environ 80 000 fdj par jour).

Depuis sa constitution
le 22 août 2002 et son premier appel à ce jour, le comité
de soutien «SOS bébé Hassan» a reçu la somme
de 212 550 fdj. Ce qui est peu et loin du compte !

C’est pourquoi,
le comité en appelle à nouveau à la générosité
de tout un chacun pour donner le maximum de chance au petit hassan.

« Il nous faut
réunir, rien que pour l’hospitalisation, une somme équivalente
à 60 000 FF (3000 FF x 20 jours), soit environ 2 millions de fdj »
a indiqué aujourd’hui à l’ADI, un membre de ce comité.