04/10/02 Dans un article paru sur le site de RFI “Une visite pour rassurer Paris”, nous apprenons que Guelleh n’a pas voulu répondre aux questions des journalistes sur la situation politique et sur son implication possible dans l’affaire Borrel

(…)La visite en France du président Guelleh est ponctuée par une rencontre avec la presse étrangère à Paris. Le président a habilement évacué toutes les questions se rapportant à la situation politique dans son pays.

Il n’a pas non plus voulu répondre, à sa citation à témoigner, devant un juge français, dans l’affaire du magistrat français, Bernard Borrel, retrouvé mort à Djibouti le 19 octobre 1995.

L’enquête avait conclu à un suicide. Mais sa veuve parle d’assassinat politique avec la complicité de l’actuel président Guelleh. Bernard Borrel, au titre de la coopération technique était conseiller du ministre de la Justice de Djibouti.

DIDIER SAMSON
03/10/2002


______________________________
L’article ne précise pas que Guelleh s’est vivement emporté à la suite des questions qui lui étaient posées et qu’il a perdu son sang-froid, proférant des menaces et des injures dans sa langue natale, avant de mettre un terme prématuré à la conférence de presse.