18/10/02 Le Congrès de la Centrale Syndicale UDT (Rapport préparé par la LDDH)

Le Président

DIFFUSION D’INFORMATION
DU 8 OCTOBRE 2002

Cette Diffusion d’Information porte sur le Congrès d’une Centrale
Syndicale l’UDT internationalement reconnue mais depuis septembre 1995 à
septembre 2002 interdite d’exercer ses activités syndicales encore
moins à tenir officiellement ses assisses.

Enfin, on a l’impression que l’arbitraire commence à s’essouffler.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) :

1er) – apprécie à leurs justes valeurs les différents
discours notamment ceux du Président de l’UDT M. Ahmed Djama Egueh,
et met en exergue l’avant troisième paragraphe dans lequel le Secrétaire
Général de l’UDT,M. Adan Mohamed Abdou, a dit :

” Nous appelons donc nos partenaires publics, en particulier le gouvernement,
à prendre conscience de cet impératif en toute cohérence
en ne perdant pas de vue que les partenaires sociaux ne sont pas ni des ennemis,
ni des adversaires ou concurrents. Ils sont tout simplement des rouages sociaux
essentiels et complémentaires d’une dynamique partenariale qui concourent
à forger ou à réguler le développement socio-économique
équilibré d’une même société dans leurs
intérêts respectives propres,… ”

2ème ) – encourage l’UDT à faire preuve d’une grande vigilance,
à redoubler ses actions en faveur d’une large unité dans son
légitime combat syndical, de témoigner leur entière solidarité
en faveur des libertés d’actions pour leurs confrères l’UGTD
( membres de l’Intersyndicale) reconnu par le BIT et les Syndicats Internationaux,
mais depuis 1995, sur le plan nationale encore interdite d’exercer ses propres
activités syndicales ;

3ème ) – tient à remercier le BIT et toutes les Organisations
Internationales notamment ceux des Droits de l’Homme en particulier l’Observatoire
des Droits de l’Homme, la FIDH , Amnesty International ;

4ème ) – tient aussi à remercier M. JL SCHAAL et ses amis
de l’ARDHD qui systématiquement diffusent et soutiennent toutes les
actions syndicales en République de Djibouti ;

5ème ) – apprécie les démarches positives de certains
anciens Décideurs politiques entre autres M. Moumin Bahdon Farah, ancien
Ministre de la Justice (durant 1995-96) ; démarches positives auprès
du Chef de l’Etat en faveur des libertés syndicales ;

6ème ) – encourage le Ministre de l’Intérieur, M. Abdoulkader
Doualeh ainsi que le Ministre de l’Emploi, M. Mohamed Abdillahi à redoubler
d’effort pour une constante et réelle liberté syndicale tant
pour l’UDT, que pour l’UGTD toutes deux membres de l’Intersyndicale tel que
reconnu par le BIT ;

7ème ) – réitère ses souhaits en vue de la stricte
application des Décisions du BIT, notamment l’intégration de
tous les syndicalistes
(au nombre de seulement 20) et ce depuis leur ” révocation groupée.

Jean-Paul NOEL ABDI