07/12/02 (B175/1 ) Plusieurs lecteurs ont réagi aux propos tenus dans la dernière chronique de Radio-Trottoir.

Cet article a suscité
plusieurs réactions (en pour et en contre), ce qui est assez inhabituel.

Pour quelles raisons ?

Parce qu’il y a un problème
ou une erreur de trajectoire, dont nous serions désolés, si
c’était le cas.

Une partie des réactions
émanent de lecteurs qui sont, pour certains, personnellement concernés.
Avant la publication de leurs réponses qui sont certainement légitimes,
nous nous sommes rapprochés de l’auteur de la chronique Radio-Trottoir
qui a souhaité maintenir son article et ne pas l’amodier.

Conformément à
la règle, nous reprenons, ci-dessous, des extraits de toutes les réactions
reçues, sans commentaires particuliers, afin de ne pas ouvrir la porte
à une polémique interminable et nous disons simplement en synthèse
: ‘dont acte’ et désolés si nous avons été induits
en erreur.

D’autres lecteurs nous
ont aussi écrit aussi pour approuver cet article en disant ‘en substance”,
que seule la vérité blessait et que le mensonge finissait toujours
par être découvert.

Pour mettre un terme au
débat, nous ne diffusons pas leurs contributions.

___________________________

Pas la peine de publier
des infos bases sur la haine ..vos radios ainsi que vous meme en tant que
responsable vous refletez une image pejorative de votre organisation…je
me demande comment des individus qui pretendent etre eduque..peuvent publier
des infos -des quiproco..des abracadabras qui sont hors du real ..

Destester ce qui reigne
a djibouti ..le gouvernement corrupteur est une chose..mais s’attaquer a des
mamans comme cette femme ..qui d’ailleurs, je la connait meme pas..me semble..absurde
..une action qui n’a rien de logique (…)..

____________________________

Je réponds à
l’auteur de l´article dans votre chronique radio trottoir.

D´habitude je suis
le genre à référer beaucoup de mes compatriotes afars,

somalis et arabes certains articles de votre site pour en débattre
ensuite.

Je vous suis depuis la
première arrestation de maître Aref jusqu`a
l´appellation de votre site : . Maintenant qu´aref
s’est
rangé derrière IOG , on se demandait réellement le sérieux
et la
trajectoire politique que vous allez prendre mais nous avions jamais pensé

que vous allez perdre la boussole et confondre les quatre points cardinaux.

Tout d´abord, l´auteur
du pamphlet utilise souvent le terme démocratie dans ces colonnes mais
faudra-t-il encore bien connaître les règles de la démocratie
pour mieux éviter les amalgames dans ce domaine, car la confusion est
presque totale ou traumatisante entre la classe politique djiboutienne et
la société civile djiboutienne, notre chroniqueur amateur a
petit-être oublié d´accuser aussi les bébés,
pas encore nés, de la femme du ministre des finances. Critiquer et
pointer du doigt est une chose normale dans une démocratie mais insulter,
diffamer, désinformer et dénigrer la vie privée de la
société civile djiboutienne me semble un peu trop osé
pour ne pas dire ignorer certains chapitres de base du respect du droit fondamental
de l’homme ou carrément se tromper de lutte.

(..)

_______________________________

Tout ce qu’il y a de vraie
dans cet article, c’est que ma famille et moi sommes au Canada. Tout le reste
n’est que mensonge.

Sachez que tout individu
a le droit d’améliorer ses conditions de vie de la manière qui
lui semble la meilleure. Pour ce faire les djiboutiennes et djiboutiens, comme
toutes autres communautés, qui désirent vivre à l’étranger
passent par les voies légitimes que sont le statut de réfugiés
politiques ou de résident permanent.

Et le Canada fait partie
des grands pays d’accueil qui sont suffisamment outillé et mieux placés
que quiconque pour apprécier la qualité des dossiers des demandeurs.

Sachez également
que ma famille et moi sommes des résidents permanents qui ont fait
bon usage de leur passeport personnel. Quant à la suspension de nos
salaires, les mesures nécessaires ont été prises avant
notre départ. Et cela est très facile à vérifier
lorsque l’on se soucie de la qualité des informations dont on est l’auteur.

(…)

_________________________________

C’est vrai que chacun
a le droit d’aménager son existence et de rechercher les meilleures
conditions de vie pour sa famille, mais … à la condition, si c’était
le cas, de ne pas usurper un profil pour abuser par exemple, les autorités
d’un pays d’accueil, comme nous en avons de nombreux exemples.

Nous laissons à
chaque lecteur, le soin de se forger sa propre opinion.