09/12/02 (B175/2 ) Réponse de Me AREF à Bernard Nicolas.

Comme nous avions publié
la lettre de Bernard Nicolas de Canal + adressée à Me Aref, nous nous devons
de publier la réponse de ce dernier. Il ne nous semble pas opportun
d’y ajouter le moindre commentaire, les lecteurs se forgeront leur propre appréciation.

__________________________

Vous devez vous tromper
de personne interviewée par RFI car je n’ai pas parlé de montage
à propos de votre reportage mais des déclarations de Al Houmeikani
concernant les calomnies à propos de mon client et ami AWALEH auquel
il serait déplacé de nier le droit de défendre son honneur
: ce qu’il fait encore très courageusement.

Pour le reste et comme
je vous l’avais déjà dit je persiste à douter de la thèse
du suicide, ce que j’ai répété à RFI mais en ajoutant
que Awaleh n’y est pour rien.

De même je ne renie
rien de la description de la situation désastreuse et dramatique dans
laquelle se trouvait mon pays il y a encore quelques années tout
comme je persiste à dire que ces dernières années le
progrès accomplit est éloquent et plein d’espoir.

Cela ne saurait en aucun
cas “justifier” de la part de qui que ce soit de chercher à
entraver la recherche de la manifestation de la vérité y compris
la possibilité pour M.Awaleh d’établir que la version de M.Al
Houmeikani est mensongère et que par conséquent il y a lieu
de chercher ailleurs le ou les éventuels responsables de la mort du
juge Borel.

Pourquoi voulez vous me
demander des comptes sur ce que vous prêter à Hassan Saïd
?

Je défends Awaleh
non seulement parce qu’il est mon ami et un homme courageux mais également
parce que comme pour l’affaire du café de Paris il est totalement innocent.

Bien à vous.

Aref.