30/04/03 ( B195) Djibouti: chronologie de l’affaire du juge Borrel (AFP)

DJIBOUTI,
29 avr (AFP) – Chronologie de l’affaire du juge français Bernard Borrel,
retrouvé mort en 1995 à Djibouti. Le procès par contumace
d’un témoin-clé, ancien membre de la garde présidentielle
djiboutienne, s’est ouvert mardi à Djibouti:

1995

18
octobre – Bernard Borrel retire de sa banque l’équivalent actuel de 32.800
euros et les laisse à son domicile de Djibouti avec deux lettres. L’une
d’elles donne des instructions à sa femme pour le paiement des sommes que
ce collectionneur devait encore à des gens qui lui avaient vendu des médailles
militaires.

19
octobre – Son cadavre à demi carbonisé est découvert par
l’armée française dans la région du Goubet, à 80 km
de Djibouti-ville.

2
novembre – L’enquête djiboutienne conclut au suicide par immolation.

1996

6
février – A la demande de la veuve, Elisabeth Borrel, un juge d’instruction
de Toulouse ouvre une information judiciaire.

15
fé vrier – Une autopsie relève une coupure “post-mortem”
sur la jambe gauche, ainsi que l’absence de suie dans les bronches, ce qui tend
à démontrer que le juge n’était pas vivant au moment où
son corps s’est embrasé.

1997

8
juillet – Une étude médico-légale privée effectuée
en France affirme que le rapport d’autopsie djiboutien est “truffé
d’erreurs et de contradictions”. L’instruction est transférée
au tribunal de Paris.

1999

Décembre
– Un ancien membre de la garde présidentielle djiboutienne, Mohamed saleh
Alhoumekani, qui réclame l’asile politique en Belgique, affirme à
la presse avoir entendu, le jour de la mort du juge, cinq hommes déclarer
à l’actuel président djiboutien Ismaël Omar Guelleh, directeur
de cabinet de son prédécesseur au moment des faits, “que le
juge fouineur est mort” et “qu’il n’y a pas de trace”.

Mars
– Les juges ançais Marie-Paule Moracchini et Roger Le Loire enquêtent
à Djibouti avec des policiers français.

2000

Mars
– Nouvelle visite à Djibouti des juges Moracchini et Le Loire.

Juin
– La cour d’appel de Paris dessaisit les juges Moracchini et Le Loire. Les avocats
de Mme Borrel protestent contre sa mise à l’écart lors de la reconstitution
que ces juges avaient effectuée sur les lieux du drame. Le rapport médico-légal
avait alors conclu à un suicide.

2002

février
– Nouvelle exhumation du corps et expertises toxicologiques françaises:
la thèse du suicide est “difficilement plausible”, conclut le
rapport.

décembre
– Une enquête de la chaîne de télévision française
privée Canal + affirme que le magistrat a été tué
parce qu’il était en train de remonter la filière d’un attentat
commis à Djibouti en 1990 au Café de Paris (un mort, 11 blessés),
lieu de rendez-vous de nombreux Français. Le gouvernement djiboutien proteste
vivement contre la diffusion de cette émission.

2003

29
avril – Début du procès par contumace à Djibouti de Mohamed
saleh Alhoumekani, accusé de “diffamation