01/05/03 ( B195) Le verdict dans le procès d’Al Houmeikani reporté à dimanche prochain (ADI)

DJIBOUTI
(ADI)- 30 avril- La Chambre correctionnelle du Tribunal de Djibouti, présidée
par le juge Maki Houmed Abdoulkader, a reporté à dimanche prochain,
le verdict du procès de Mohamed Saleh Al Houmeikani poursuivi pour diffamation
et calomnie.

La
deuxième journée de ce procès a été consacrée
ce matin aux plaidoiries des avocats de la défense d’une part et d’autre
part au réquisitoire du procureur de la République, M.Djama Souleiman.

Ce
dernier a indiqué que l’Affaire dite Borrel n’est rien d’autre
qu’un complot ourdi par des personnes mal intentionnées ayant pour
seul objectif de déstabiliser les institutions de notre pays et à
porter atteinte à l’image de marque de la République de Djibouti.

Pour le procureur
de la République, « tous les éléments qui constituent
ce dossier ne font pas de doute sur le suicide volontaire du magistrat français
Bernard Borrel. »

Les
avocats de la partie civile ont à leur tour démenti point après
point, les accusations portées par l’ancien officier de la garde présidentielle
à l’encontre de M. Hassan Said Khaireh et du Colonel Mahdi Ahmed Cheikh,
deux des cinq personnes que l’ancien officier félon a calomniés
en prétendant qu’elles auraient organisé et trempé dans
la mort du magistrat français.

Nous
reviendrons sur ce sujet dans nos prochaines éditions.

________________________
Note de l’ARDHD

A
notre humble avis, le Procureur Djama Souleiman, dit “Grandes oreilles”
prend des risques énormes en demandant la condamnation d’Alhoumekani.

Puisqu’il
a témoigné dans l’émission djibouto-djiboutienne concoctée
en réponse au reportage de Bernard Nicolas diffusé sur Canal +,
(sauf à Djibouti, comme par hasard, mais sur ordre de Guelleh) notre procureur
ne pourra pas dire qu’il n’a pas entendu le nigaud d’Hassan SaÏd dire clairement
: la réunion a eu lieu ici et Alhoumekani devait se trouver derrière
cette grille !!!!

Donc
le Procureur demande que l’on condamne un homme pour des propos qu’il a tenus
au motif qu’ils seraient mensongers. Il demande en plus que l’on attribue à la soi-disant
victime, Hassan Saïd, le bourreau, le responsable de la torture à
Djibouti, une indemnité ! A lui qui s’est tant enrichi sur le dos des Djiboutiens, y compris en les persécutant !

Incroyable,
dans la mesure où Hassan Saïd a reconnu formellement les faits. Alhoumekani
n’a donc pas menti, nous en avons la preuve formelle !! Dans un pays de droit, on n’a jamais vu un Procureur qui
demande la condamnation pénale d’un homme au motif qu’il a dit la vérité
dans une affaire judiciaire grave, où un juge français a été
assassiné, avec des soupçons qui pèsent sur l’entourage direct
du Chef de l’Etat.

Il
n’y a qu’à Djibouti que cela puisse arriver !!!

Nous
adressons toutes nos félicitations à Me Spizner pour ses déclarations
publiques en faveur de la thèse du suicide qui est infirmée par
une magistrate française, Madame Sophie Clément. Cet avocat qui
aurait été impliqué de près ou de loin dans des affaires
à scandale en France, est un proche de Jacques Chirac. Sa présence
à Djibouti n’est pas le fait du hasard. Nouveau soutien de la France à
la dictature ? C’est bien possible !

Juste
pour terminer, nous savons tous le rôle d’Arnaud Montebourg et le fait qu’il
avait été sordidement interdit d’entrer sur le territoire, alors
qu’il venait en qualité non seulement de député français,
mais surtout de Président de l’amicale parlementaire franco-djiboutienne.

Eh
bien saviez-vous que Me Spizner avait eu le culot de se présenter aux dernières
législatives françaises contre Arnaud Montebourg et qu’il s’était
fait étaler au suffrage …

Que
le monde est petit ! Mais il n’y a jamais de hasard !

De tout cela , il ressort aux yeux de tous les observateurs que Guelleh est fort mal à l’aise et qu’il tente maladroitement de dévier les flèches qui ne vont pas tarder à le toucher personnellement. C’est une démarche aussi étrange que suicidaire, car il s’enfonce chaque jour un peu plus, dans l’arbitraire, dans le déni de justice et que sa position va devenir intenable.

Les grands procés politiques, les arrestations et les emprisonnements arbitraires (comme celle de DAF) vont se retourner contre lui.. .