01/06/03 (B200) Selon des propos attribués à Me AREF, la libération de DAF serait conditionnée à une lettre d’excuses à adresser au Général Zakaria.(MRD / Belgique)

 

Il est
toujours incarcéré de manière ” préventive
” nous dit-on, puisqu’il est poursuivi dans deux autres affaires
connexes (1. atteinte au moral des forces armées et fausses informations
et, 2. diffamation à l’encontre du général Zakaria),
l’homme est royalement invité à rejoindre sa cellule 13,
dans laquelle il avait pris l’habitude de croupir et ce, depuis le 20
avril 2003. Il entame donc son second mois de détention arbitraire.

Nous apprenons par
ailleurs et, à en croire Me Aref Mohamed Aref, que sa remise
en liberté serait désormais subordonnée à la rédaction
d’une lettre d’excuse au Général Zakaria Cheik Ibrahim,
dans laquelle il “demanderait pardon” pour les propos publiés dans
Le Renouveau..

Assurément, l’on
peut très bien imaginer la réponse … Décidément,
on se croirait à l’éducation nationale où l’instituteur
ou le professeur exige de l’élève ” bavard et perturbateur
” de rédiger une lettre d’excuse à l’intention de son enseignant,
pour retourner en classe. C’est malheureux, mais c’est comme ça, car
quelque soit le séjour du tronc d’arbre dans l’eau, celui-ci ne sera
jamais un crocodile !!!

Cher con-citoyen et général
Zakaria, le comité du MRD section Belgique a le plaisir de vous rappeler
que la société civile est arithmétiquement égale
à : toute la société djiboutienne moins l’Etat. Ce dernier
doit par conséquent être au service de cette société
civile pour le développement socioéconomique. De ce fait et,
en tant que serviteur de l’Etat par excellence, il vous incombe d’assumer
en premier lieu votre principale tâche, plutôt que de menacer
un peuple désarmé et un DAF opposant politique de première
heure. C’est en ce sens que nous vous souhaitons de recouvrer votre VUE, dans
le plus bref des délais.

En revanche et, à
l’instar des dernières manifestations pour la liberté de DAF,
nous nous réjouissons de noter le changement rapide et efficace du
peuple djiboutien pour le respect des droits de l’Homme. Nous avons par ailleurs
appris que des femmes ont massivement afflué au centre ville, en direction
du palais de la ” justice “. Sans le cacher, nous avons été
éberlués par ce courage incommensurable et cette soif d’expression
féminine. A toutes les femmes qui ont soutenu DAF, nous leur disons
Bravo !!! Désormais, le développement complet passe par la Promotion
de la Femme. C’est en tout cas à l’heure actuelle, l’idée qui
est communément admise.

Pour finir, les membres
du comité du MRD/section Belgique souhaitent remercier Me Stéphane
Zerbib (avocat de Reporters Sans Frontières) pour avoir accepté
de prendre la défense de leur président et, lui sont grés
de la confiance qu’elle a su leurs prodiguer.

Le
Comité du MRD
section Belgique

Erratum :
Des difficultés de transmission nous ont conduit à écrire
dans notre dernier article que DAF avait été condamné
à 4 mois de prison ferme. Il fallait lire “avec sursis”.
Nous prions les lecteurs de nous en excuser