13/07/03 (B206) La LDDH reprend une lettre de la FIDH qui réclame une justice internationale pour juger les dictateurs et tyran, en particulier en Iraq mais aussi dans d’autres pays. Appel à la Belgique pour qu’elle ne renonce pas à la compétence de ses tribunaux pour juger des crimes contre l’humanité.

LDDH : DIFFUSION D’INFORMATION
DU 13 JUILLET 2003

La compétence
internationale sur les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité,
doit être renforcée. La Belgique doit maintenir et non abroger
ses compétences internationales.

Les Nations unis doivent
recouvrir toutes ses compétences, et doivent œuvrer aux respects
et à la bonne application de tous les Droits fondamentaux, des Droits
universels.

Cette diffusion d’information
porte sur deux articles de la Lettre de la FIDH, n°) 64 avril-mai 2003
dont le premier article est ” en Edito ” sur ” l’Irak a besoin
de Paix ” par Sidiki Kaba, Directeur de Publication et Président
de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme
(FIDH), l’autre sur la ” Lettre ouverte aux membres du Conseil de sécurité
“.

La Ligue Djiboutienne
des Droits Humains (LDDH) adhère totalement aux propositions, aux exigences,
notamment, la création d’un Tribunal international ad hoc sur l’Irak,
ainsi qu’aux recommandations de la FIDH pour que l’ONU retrouve ses pleines
et entières prérogatives.

Dans le cadre de la lutte
contre l’impunité des responsables des violations des Droits de l’Homme,
la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) déplore le fait que
les Autorités belges programment l’abrogation de la Loi sur la compétence
internationale de la Justice belge, abrogation avec tous ses aspects non seulement
dissuasifs pour les hauts Décideurs des régimes dictatoriaux,
mais aussi réconfortants pour les victimes des violations intolérables
des violations de masse à caractère ” génocidaires

(…)