02/11/03 (B219) Qu’est ce qu’un opposant djiboutien ? (Humour envoyé par un lecteur)

D’abord, je voudrais vous
dire de ne surtout pas appliquer mes moqueries à l’ensemble des opposants,
car parmi eux, il y a des hommes sincères qui se dépensent pour
nous faire sortir de l’effroyable situation que nous subissons à Djibouti,
tant sur le plan économique que social ou politique … Donc je ne
veux pas les mettre tous dans le même sac ou que l’on me reproche de dénigrer tous les opposants sans exception

Mais quand je vos articles
sur la nomination d’Amir Adaweh et sur le comportement d’un officier de la
FNP, je dis sincèrement que j’ai envie de pleurer … Tant mieux pour
eux après tout s’ils sont heureux et qu’ils deviennent riches, mais
tant pis pour nous, ce qui n’est pas juste …, car on les a soutenus !

Et si c’était les
premiers ? Combien d’autres avant eux ? Me Aref, Aden Robleh, Moumin Bahdon,
Gabayo et tous ceux pour lesquels on se pose désormais des questions
dans mon entourage sans pouvoir dire vraiment s’ils suivent le même
chemin : Kadamy, DAF, Dini. Ca fait beaucoup, beaucoup trop à la fin
? Qu’en pensent les lecteurs ?

Qu’est-ce qu’un opposant
à Djibouti ?

“C’est un homme
qui a d’abord un grand placard où il entrepose plusieurs vestons. Le
matin, il peut choisir la veste qui correspond à son engagement de
la journée et le lendemain, il change au fil de son intérêt.
Si ça ne va pas, il peut rentrer chez lui au cours de la journée,
pour endosser une nouvelle veste.

Un jour, il critique.
Le lendemain il se tait et il applaudit. S’il ne reçoit pas assez d’argent
ou de promotion, il se remet à critiquer. Et parfois il se fait payer,
plus cher encore, pour faire semblant de critiquer. Comme cela, il vend les
informations à Guelleh.”

Scéne
classique de la vie d’un opposant djiboutien normalement constitué,

ou les affres du choix journalier.