06/12/03 (B224) Le témoin réfugié à Bruxelles, qui avait demandé, autrefois, à s’exprimer devant la Justice française, dans le cadre de révélations, qui pourraient concerner un lien entre IOG et un terroriste qu’il aurait pu avoir hébergé, ne s’est pas rendu à la convocation de la Juge française Sophie Clément le 3 décembre.

Il nous a été
confirmé que le témoin exilé à Bruxelles a refusé
de se rendre à la convocation de la Juge Sophie Clément, qui
avait convoqué Mme Borrel, ses Conseils et un représentant du
Conseil de la Magistrature.

En déclinant cette
‘invitation’, le témoin prend des risques personnels à haut
niveau : la Juge peut décider de l’entendre à Bruxelles dans
le cadre d’une Commission rogatoire internationale ou peut demander à
la Police belge de le contraindre à se rendre dans son bureau.

Ce changement d’attitude
est étrange. Il y a quelques mois, cette personne demandait à
s’exprimer. Aujourd’hui, elle refuse de le faire ? Que s’est-il passé
entre-temps. Intervention des services d’IOG ? Contraintes, pressions, achat
de conscience ? Tout est possible.

De plus les services d”immigration
belge auront peut-être plus de difficultés à faire admettre
qu’il est un futur citoyen responsable et respectueux des institutions nationales.